Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Regards croisésÉpistémologie des sciences de l’i...

Regards croisés

Épistémologie des sciences de l’information : histoire intellectuelle des concepts, théories et paradigmes

Information science epistemology : intellectual history of concepts, theories and paradigms
Carlos Alberto Ávila Araújo

Résumés

Cet article présente tout d’abord une histoire intellectuelle des sciences de l’information en trois temps : la période fondatrice (1960 et 1970), la période d’expansion des problématiques (1980 et 1990) et le moment contemporain (XXIe siècle), en mettant en évidence, dans chacun d’eux, les concepts, théories et paradigmes présents. Il présente ensuite les six dimensions du concept d’information à partir desquelles les plus grandes avancées ont pu être menées en Sciences de l’information au cours de ces décennies. Finalement, ces éléments sont mis en relation avec certains apports des travaux menés dans le cadre des Sciences de l’information et de la communication. La diversité des théories apparaît alors comme un facteur d’enrichissement du domaine tout en nécessitant des travaux de systématisation et de cartographie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nombreux manuels ont été consacrés aux sciences de l’information dans divers contextes nationaux, que ce soit aux États-Unis (Flynn, 1987 ; Hahn, Buckland, 1998 ; Rubin, 1998 ; Davis, Shaw 2001), au Royaume-Uni (McGarry, 1984 ; Bawden, Robinson, 2012), en France (Escarpit, 1991 ; Le Coadic, 1994 ; Cacaly et al, 2004), au Canada (Salaün, Arsenault, 2009), en Allemagne (Stock, Stock, 2013), en Espagne (López Yepes, Osuna Alarcón, 2011), ou au Portugal (Silva, Ribeiro, 2002). Ces manuels présentent des points de vue exprimés à partir de contextes nationaux chacuns porteurs de leurs spécificités. Certains d’entre eux traitent de l’histoire des sciences de l’information, d’autres en cartographient les sous-domaines. Il y a aussi ceux qui sont consacrés à une dimension davantage conceptuelle ou épistémologique. Ces différentes dimensions sont traitées et articulées différemment d’un manuel à l’autre. Dans le cas particulier de l’expérience française, il est important de souligner les efforts consacrés à une expérience spécifique, volontairement distincte des efforts de conceptualisation des sciences de l’information anglo-saxonnes (Ibekwe-San Juan, 2012). Toutes ces initiatives méritent individuellement notre attention, mais il nous semble surtout fondamental de favoriser leur croisement et leur confrontation afin d’avoir une idée plus large du sens et de la portée des travaux développés à l’échelle internationale en matière de sciences de l’information. Tel est l’objectif de cet article : favoriser, en une seule discussion, la rencontre de ces différentes dimensions du champ au moyen d’une systématisation permettant également une approche historiographique. Au final, il sera possible de mettre en évidence quelques éléments que l’on peut identifier comme issus des travaux menés dans le cadre spécifique des sciences de l’information et de la communication françaises.

2L’expression « Sciences de l’information » a été consolidée dans les années 1960 et, depuis lors, son processus de légitimation a été appuyé par des actions institutionnelles (création d’associations, de groupes de recherche, de cours de baccalauréat et d’études supérieures, de revues scientifiques) tout autant qu’intellectuelles (création de théories, exécution de recherches, formulations épistémologiques). L’immense diversité de ces actions a pu rendre complexe une compréhension consensuelle du périmètre ainsi couvert. De ce fait, il existe de nombreux désaccords à propos de sa définition et de ses limites ; désaccords qui s’expriment notamment dans la diversité des programmes éducatifs dans ce domaine et dans les critères d’acceptation des articles pour publication dans des revues et des événements scientifiques. (Rubin, 1998 ; Bawden, Robinson, 2012)

3Pour essayer de trouver une certaine cohésion dans ces travaux consacrés aux Sciences de l’information, une recherche a été développée avec l’objectif spécifique de construire une correspondance intellectuelle entre les théories et le contexte historique. Dans le même temps, nous avons cherché à intégrer les tendances les plus récentes des études dans ce secteur. Cette recherche aboutit finalement sur la présentation d’un cadre selon lequel le développement des Sciences de l’information est présenté en trois phases, à travers trois moments majeurs marqués par des caractéristiques distinctes. Cette approche s’inspire de la structuration proposée par Miège (1995) pour le champ de la communication, structuration à travers laquelle l’auteur identifie trois moments : les courants fondateurs, l’élargissement des problématiques et les interrogations actuelles. Dans ce texte, l’objectif est de présenter ce tableau avec ses trois moments, afin de fournir une systématisation pour le secteur des sciences de l’information capable d’unifier les différentes perspectives développées dans ces travaux de recherche. Cette discussion permettra d’évoquer ensuite les apports spécifiques des sciences de l’information et de la communication françaises à la consolidation des mutations du concept même d’information vérifiée dans l’évolution du domaine.

La période fondatrice

4La constitution des Sciences de l’information a impliqué divers faits historiques et scientifiques qui se sont produits à différents moments et endroits. Bien que ces faits soient multiples, ils peuvent être regroupés en cinq dimensions sur lesquelles nous reviendrons en détail : l’émergence de la bibliographie et de la documentation ; la relation institutionnelle avec la bibliothéconomie ; la performance des premiers « scientifiques de l’information » dans la fourniture de services en science et technologie ; le progrès technologique ; et les fondements dans la théorie mathématique (Escarpit, 1976 ; Shera, Cleveland, 1977 ; Rayward, 1983 ; Buckland, Liu, 1998 ; Hjorland, 2018).

5Le premier fait que nous souhaitons mentionner ici est donc l’apparition de la bibliographie, au XVe siècle. En cherchant à élaborer des listes des livres existants, au lieu d’avoir pour objectif l’assemblage de collections, cette activité marque l’émergence d’une orientation « post-custodiale ». À la fin du XIXe siècle, Otlet et La Fontaine ont revitalisé la bibliographie en proposant, en 1895, la première Conférence Internationale de Bibliographie et en créant ensuite l’Institut International de Bibliographie (IIB). Peu après, Otlet a proposé la création d’une nouvelle discipline scientifique, la documentation. Dans cette perspective, Otlet apporte une contribution fondamentale en proposant le concept de « document » pour désigner la totalité des artefacts humains, enregistrés de la manière la plus diverse, sur les supports les plus divers : livres, manuscrits, photographies, peintures, sculptures, images en mouvement, enregistrements phonographiques, timbres, gravures, etc.. Ce premier élément apparaît fondamental, des décennies plus tard, pour l’élaboration du concept d’« information » (Escarpit, 1976).

6La deuxième dimension à évoquer ici se réfère à la relation entre la documentation et une partie de la bibliothéconomie (celle liée au traitement technique des documents), ce qui a ajouté un point de réflexion essentiel à propos d’une dimension davantage institutionnelle. Le cas des États-Unis est en ce sens exemplaire, avec la scission vécue au sein de l’American Library Association (ALA) en 1908. Celle-ci a pu mettre en évidence une forme d’incompatibilité perçue entre, d’une part, les bibliothécaires centrés sur les bibliothèques publiques, au service du grand public et du rôle éducatif de la bibliothèque et, d’autre part, ceux plus soucieux de servir les scientifiques dans des domaines spécifiques de la connaissance, concentrés sur le renforcement des procédures et des services de traitement technique des documents. On notera la création, en 1908, de La Special Libraries Association SLA), par le second groupe. Quelques années plus tard, en 1937, l’ALS a changé son nom en American Documentation Institute (ADI), suivant une tendance internationale à la reconnaissance de la documentation comme un nouveau champ d’action. Quelques années plus tard, en 1968, l’ADI a changé son nom en American Society for Information Science (ASIS), la première association mondiale explicitement dédiée aux sciences de l’information.

7Le troisième phénomène important à nos yeux a été l’effort fourni par plusieurs scientifiques dans les années 1920 à 1940, d’abord en Angleterre, puis aux États-Unis et dans d’autres pays, pour fournir à leurs autres collègues des informations dans leurs domaines de compétence respectifs — ce qu’on appelait services de science. Certains chimistes, physiciens, ingénieurs et autres scientifiques ont commencé à se consacrer à la production d’index, de résumés, à la promotion de canaux de diffusion afin de faciliter le travail de leurs pairs. Il est alors marquant qu’après un certain temps, ils ont commencé à se désigner comme des « scientifiques de l’information ». Bien qu’elle soit née d’une activité éminemment pratique, cette initiative s’est prolongée au fil des ans, aboutissant à une forme d’institutionnalisation du champ professionnel et scientifique. L’étape la plus importante dans ce processus semble avoir été la création de l’Institute of Information Scientist, à Londres, en 1958.

8Un quatrième phénomène majeur s’est produit à la convergence de développements technologiques et d’efforts conséquents dédiés à une théorisation de ces développements. Dans les années 1920 et 1930, l’utilisation du microfilm comme forme de stockage et de consultation des documents a commencé. Les réflexions à ce propos ont conduit à envisager la possibilité de dissocier le support physique de l’information de son contenu, dans la mesure où le contenu d’un livre ou d’un journal peut être microfilmé et donc conservé (et aussi utilisé, diffusé, etc.) de façon indépendante du document original. Le développement des ordinateurs dans les années suivantes a offert un cas pratique favorable à l’application et au développement de ce type d’approches. Cette vision s’est notamment consolidée dans le sillage des réflexions de Vannevar Bush, qui publie, en 1945, un article, As we may think, dans lequel il identifie un problème concret (l’« explosion » informationnelle, c’est-à-dire l’augmentation du nombre de documents, et la difficulté de la recherche d’informations qui en résulte) et une solution possible : l’automatisation des processus de recherche. C’est ce que Escarpit (1976) appelle un modèle mécaniste — modèle centré sur les notions de transport, de code et de langage, de rendement et de rentabilité ainsi que sur les possibilités d’automatisation des processus informationnels. Dans les années suivantes, cette proposition d’une recherche automatisée d’informations a pu être intégrée au projet attribué aux Sciences de l’information. Elle a même pu être envisagée comme le « noyau » de ce secteur par différents auteurs, dont Tefko Saracevic, dans son livre Introduction to Information Science de 1970.

9Les quatre faits mis en évidence ci-dessus ont conduit à la formation d’une discipline scientifique naissante qui avait toutefois besoin d’une base théorique. Un tel fondement a été recherché dans la théorie mathématique de la communication, publiée en 1949 par Claude Shannon et Warren Weaver — une théorie qui a développé une première conceptualisation scientifique de l’information, préparant le terrain pour l’émergence d’une discipline dédiée à cet objet. Les auteurs mobilisaient et développaient ainsi une notion, centrale dans leur travail, permettant de répondre à leur préoccupation centrale concernant l’efficacité du processus de communication.

10Dans leur définition de la « communication » comme un processus par lequel un expéditeur envoie un message à un destinataire (dans lequel l’information est une mesure de la probabilité de ce message), les auteurs n’ont pris en considération que les problèmes techniques liés à la transmission des messages. Lorsque les Sciences de l’information se sont approprié cette théorie, elles ont opéré une « réduction » de son objet de recherche, en ne considérant que les aspects physiquement observables et mesurables de l’« information », s’insérant clairement dans la perspective en vogue dans des contextes de recherche marqués par la guerre froide, en accord avec les objectifs militaires stratégiques. Les chercheurs travaillant dans ce domaine ont également apporté aux sciences de l’information un mode de raisonnement scientifique qui leur est propre — le mode positiviste, qui consiste en l’application, aux phénomènes et processus humains, des mêmes techniques d’observation et de recherche que les sciences naturelles, à la recherche de lois et de principes universellement valables.

11En isolant le concept d’information de ses dimensions de signification et de relation sociale, Shannon et Weaver écartent la subjectivité en tant qu’élément constitutif de l’information, rendant possible une approche de l’information en tant que phénomène objectif, indépendant des sujets qui s’y rapportent, condition présentée comme nécessaire son étude « scientifique ».

12Ce faisceau d’événements a conduit à la consolidation d’un premier état des Sciences de l’information, qui s’est manifestée dans le contexte anglo-saxon et soviétique entre les années 1940 et 1960, puis s’est étendue à plusieurs autres régions du globe. La publication, en 1968, de l’article d’Harold Borko, aujourd’hui considéré comme un classique, intitulé Information Science : what is it ? a joué un rôle important dans cette consolidation, en présentant une définition souvent convoquée de ce qu’aurait été ce nouveau domaine de l’activité scientifique.

L’élargissement des problématiques

13Ce premier modèle des Sciences de l’information a pris, dans les décennies suivantes, une ampleur considérable. Dans les années 1970, 1980 et 1990 se sont constitués des sous-domaines de recherche dotés d’une relative autonomie. Dans chacun d’eux, des courants théoriques différents se sont manifestés, et ils ont abordé d’autres réalités empiriques que l’environnement scientifique et technologique et les systèmes automatisés de récupération d’informations.

14Le premier sous-domaine à souligner, cependant, est celui de l’étude des flux d’information scientifique proprement dite, associé à deux problèmes concrets : la nécessité pour les scientifiques d’avoir accès à l’information, aux résultats des recherches, aux documents, de manière efficace et rapide ; et le phénomène formulé en termes d’explosion de l’information, notamment de l’information dans le domaine des sciences et des technologies, qui rend de plus en plus difficile pour les scientifiques de suivre l’évolution des connaissances dans leur propre champ d’activité. Le sous-domaine des Sciences de l’information qui s’est développé dans ce contexte a mis l’accent sur la connaissance et la caractérisation des sources, des services et des systèmes d’information, tant ceux dont les scientifiques peuvent avoir besoin comme intrants pour leur activité de recherche que ceux dans lesquels les produits de l’activité scientifique sont convertis. Des études sont donc menées pour caractériser les différentes sources d’information, tant formelles qu’informelles, en définissant chaque type, avec ses caractéristiques, avantages et inconvénients en termes de rapidité, d’accessibilité, de permanence, de coût, etc. (Meadows, 1974) Les différents produits informationnels en lesquels la connaissance scientifique est convertie (depuis l’idée dans l’esprit du chercheur, en passant par sa présentation dans des congrès, sa publication dans des revues, jusqu’à son incorporation dans les traités) sont schématisés, en calculant le temps nécessaire pour atteindre chacun d’entre eux, le niveau de complétude et de détail de chacun, entre autres.

15Le deuxième sous-domaine est la représentation de l’information, construit à partir du défi de rechercher la meilleure façon de représenter l’information (à la fois en termes de forme et de contenu) en vue d’optimiser sa récupération. Les études menées à cette époque ont conduit à l’émergence de plusieurs instruments linguistiques et de systèmes de classification contrôlés, tous dans le but de maximiser les économies, la réduction du bruit, l’élimination de la redondance, l’application de principes logiques. Les systèmes et les langages créés à cette époque étaient en concurrence pour savoir lequel était le meilleur. C’est précisément cette recherche du meilleur langage, de la meilleure représentation qui a constitué l’objectif initial de ce sous-domaine des Sciences de l’information (Lancaster, 1968).

16À la fin des années 1970, l’influence croissante des théories cognitivistes sur les sciences de l’information s’est fait sentir dans le domaine de la représentation. En effet, des efforts ont été faits pour construire des langages de représentation et des systèmes d’information centrés sur l’utilisateur, ou sur les stratégies cognitives des utilisateurs (Vakkari, 1999). Ceci complète l’idée que toute tâche d’organisation, de classification et d’indexation de l’information (enfin, de sa représentation) doit prendre en compte non seulement l’étendue des documents concrets existants, des sources d’information disponibles, mais aussi l’étendue des connaissances existantes dans les champs auxquels ces sources appartiennent.

17Le champ de l’étude des utilisateurs de l’information représente un troisième domaine de recherche. Dans les années 1940 et 1950, des études sur les utilisateurs ont été menées dans le cadre de la recherche sur la communication scientifique, sur les flux d’information et les habitudes d’information des scientifiques. Dans cette perspective, des recherches quantitatives approfondies ont été menées au cours des décennies suivantes pour tenter de corréler certains profils sociodémographiques des utilisateurs avec des modèles de comportement informationnel. À la fin des années 1970 ont émergé des études développant des approches spécifiquement focalisées sur l’utilisateur. Ces études étaient fondées sur des théories telles que l’état anormal des connaissances de Belkin, la théorie du sense-making de Dervin, la théorie de Taylor sur la valeur ajoutée et l’approche constructiviste fondée sur les processus de Kuhlthau. Ces approches ont en commun une perspective cognitiviste : on cherche à comprendre ce qu’est l’information du point de vue des structures mentales des utilisateurs qui la rapportent (besoin, recherche et utilisation). Les utilisateurs sont étudiés comme des êtres dotés d’un certain « univers » d’informations dans leur esprit, utilisant ces informations pour guider et orienter leurs activités quotidiennes (González Teruel, 2005).

18Nous reconnaissons dans la gestion de l’information et des connaissances un quatrième domaine de recherche. Celui-ci a pris comme point de départ la perception de l’importance de l’information en tant que ressource au sein des organisations. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’information est de plus en plus considérée comme une ressource importante pour les entreprises (Drucker, 1993). Cependant, son excès constitue un problème, tant au niveau de son utilisation (difficulté à trouver l’information souhaitée dans un univers très vaste), que des obstacles à sa circulation (faire en sorte qu’elle atteigne tous les secteurs qui en ont besoin, au lieu d’être déposée en un seul point) et même par rapport à son volume physique (nécessité d’avoir de plus en plus de lieux pour la conserver). Les premières réflexions sur la gestion de l’information ont donc porté sur sa nature physique : réduire les excès, optimiser la circulation, identifier précisément les nécessaires et écarter les inutiles ou les redondants. De nombreuses études empiriques ont suivi pour déterminer les types et l’importance stratégique des différentes sources d’information utilisées dans l’environnement organisationnel, tant dans l’environnement interne qu’externe, au moyen de certains critères établis sur leur qualité, en prenant comme référence les objectifs organisationnels.

19Le cinquième sous-domaine qu’il nous est possible d’identifier est l’économie de l’information politique. La perception croissante de l’information comme ressource a généré, outre les études qui cherchent à comprendre la dynamique de sa production et de son transfert (dans l’environnement scientifique ou organisationnel), un ensemble de préoccupations concernant sa propriété et sa répartition inégale entre les différents pays. Dans le sillage de cette préoccupation, des études ont été développées en vue de la démocratisation de l’information, de l’accès à l’information pour les groupes exclus et marginalisés, de la création de formes et systèmes d’information alternatifs, et même des études sur le contre-espionnage, comme moyen de rejeter les régimes informationnels hégémoniques (Mattelart, 1992).

20Enfin, il convient de mettre en évidence les travaux liés aux études métriques de l’information, qui trouvent leur origine dans la bibliométrie, l’application de techniques statistiques pour le comptage et l’établissement de normes de régularité des éléments d’information tels que le nombre de livres, d’éditions, d’auteurs qui publient dans des revues, entre autres. Ce champ s’est initialement développé à partir de l’élaboration de lois empiriques sur le comportement de la littérature, et parmi les principaux points de son développement figurent la méthode de mesure de la productivité des scientifiques de Lotka, 1926 ; la loi de Bradford sur la dispersion des connaissances scientifiques, 1934 ; et le modèle de distribution et de fréquence des mots dans un texte de Zipf, 1949 (Tague-Sutcliffe, 1992). Dans les années 1960, les études bibliométriques ont été combinées avec les perspectives d’études sur l’information scientifique et technique avec la création de l’Institute for Scientific Information (ISI) par Garfield, avec la proposition d’analyser les citations bibliographiques présentes dans les articles publiés dans les revues scientifiques.

21Ensemble, ces six sous-domaines ont contribué à l’expansion des problématiques dans le secteur des sciences de l’information, en portant une diversification de la pensée informationnelle, tant en termes de réalités empiriques à étudier qu’en termes de dimensions et d’aspects différents de l’information, ainsi que des problématiques qu’elle implique.

Les perspectives contemporaines

22Cette évolution des sciences de l’information dans ses différents sous-domaines a conduit à une évolution du concept d’information lui-même, lequel a fait l’objet de théories et de réflexions. Plusieurs auteurs ont présenté des propositions de schématisation historique de ces théories. Araújo (2018) a réalisé une compilation de certains d’entre eux, qui ont en commun le fait qu’ils identifient trois grands concepts ou modèles pour l’étude de l’information présente dans l’histoire des sciences de l’information. Différents pays ont ainsi été pris en compte : États-Unis (Saracevic, 1999), Danemark (Ørom, 2001), Espagne (Fernández Molina, Moya Anegón, 2002), Portugal (Silva, Ribeiro, 2002), Cuba (Linares Columbié, 2005), Allemagne (Capurro, 2007a), Mexique (Rendón Rojas, 2008), Canada (Salaün, Arsenault, 2009), Royaume-Uni (Bawden, Robinson, 2012) et France (Ibekwe-SanJuan, 2012b). Au lieu de présenter chacun de ces cas, on a opté ici pour une présentation synthétique de leurs points communs, cette synthèse étant extraite de travaux personnels (Araújo, 2018).

23Même si ces auteurs utilisent des termes différents, leurs discussions apparaissent très similaires. Dans toutes, on remarque l’idée qu’il existait une première forme d’étude de l’information (« physique », comme phénomène « objectif », comme « signe », comme quelque chose au niveau « syntaxique ») dans laquelle celle-ci était comprise comme quelque chose existant en soi, indépendamment des sujets et des contextes, comme une « donnée », dotée de propriétés et de caractéristiques qui peuvent être mesurées et expliquées à partir de la formulation des lois. Dans les présentations qui font la promotion de ce concept, les auteurs lient l’« information » à des notions telles que signal, émetteur, récepteur, transport, transfert, système, récupération, probabilité, précision, rappel, message (Debons, Horne, Cronenweth, 1988 ; Davis, Shaw, 2001).

24On retrouve également chez tous les auteurs l’idée de l’émergence d’une deuxième façon d’étudier l’information (comme quelque chose de « cognitif », « sémantique », « subjectif »), dans laquelle l’articulation entre, d’une part, les données, les éléments actuels de la réalité indépendants du sujet, et, d’autre pars, la connaissance, ce que les individus savent ou connaissent. L’information serait alors la mesure du changement de cet état de connaissance, ou, en d’autres termes, le produit de l’interaction entre les données et la connaissance, au sein de l’individu. En présentant cette perspective d’études, les auteurs rapprochent le concept d’« information » de celui de données, connaissances, traitement, individu, personne, lacune, remplissage, modification, altération, signification (Brookes, 1980 ; Hjorland, 2018).

25Chez tous les auteurs mentionnés, il y a aussi l’idée d’un troisième modèle, qui apparaît comme une tendance, dans certains cas encore en construction, dans d’autres, déjà plus établie. Des termes tels que « pragmatique », « intersubjectif », « socioculturel » sont utilisés pour la décrire, soulignant que l’information est de l’ordre non seulement de l’objectif ou du subjectif, mais aussi du collectif, d’une construction sociale. Dans ces descriptions, le terme « information » apparaît lié à des termes tels que document, connaissance, action, contexte, culture, mémoire, collectif, société, historique (Linares Columbié, 2005 ; Cronin, 2008).

26Dans cette perspective, il est possible d’identifier plusieurs tendances contemporaines, développées au cours des vingt dernières années, qui constituent la science de l’information et se développent dans le sillage de la perspective sociale présentée ci-dessus. Treize perspectives actuelles ont été identifiées dans le cadre de cette recherche, qui sont présentées ci-après.

27Le premier est l’analyse de domaine, un secteur de recherche qui a émergé dans le champ des sciences de l’information à partir de la publication d’un premier article de Hjorland et Albrechtsen (1995). Ce secteur a comme antécédent l’idée de « garantie littéraire » travaillée en bibliothéconomie, et se développe à partir d’un concept central : les « communautés discursives ». Ce concept désigne les collectifs, les groupes sociaux qui ont certaines façons (partagées) de penser, de s’exprimer et de connaître la réalité. Appliquée au champ des sciences de l’information, l’analyse de domaine permet de voir les conditions de construction de la connaissance scientifique et donc de constater que ce qui est important dans un champ donné reflète une construction sociale, un accord intersubjectif. L’apport fondamental du point de vue de l’analyse de domaine est la compréhension du fait que ce n’est pas un sujet isolé qui a des besoins, des façons de chercher et d’utiliser l’information. Le « besoin d’information » est une question qui se pose collectivement, c’est un groupe de personnes qui développent certains modèles concernant le type de situation ou d’activité qui nécessite des informations, le type d’informations qui devrait être nécessaire dans chaque contexte, et ainsi de suite pour d’autres actions et aspects liés à l’information.

28Une deuxième perspective contemporaine est l’altimétrie. Apparu dans le contexte du web 2.0 et du développement consécutif de ce qu’on appelle la scientométrie 2.0, le champ des études métriques a cherché à profiter de l’occasion et à améliorer l’étude de la dynamique de la citation, en commençant à considérer le contexte et le rôle des différents types de publications et, en particulier, les différentes manières dont l’impact de la production scientifique peut être exprimé — grâce à la mesure de l’accès, des commentaires, des liens et des citations sur les réseaux sociaux, qui constituent des indicateurs d’interaction sociale. L’origine de ce champ d’applications et d’études est liée à un manifeste (Priem, Groth, Taraborelli, 2000) dans lequel le secteur est défini comme l’étude de la communication scientifique sur le web social, à travers la création et l’utilisation d’indicateurs liés à la visualisation, au téléchargement, aux citations, à la réutilisation, au partage, à l’étiquetage et aux commentaires. L’importance de son développement est de diriger la recherche dans le champ de l’information non seulement vers l’environnement formel de la science, mais aussi vers l’étude de la science immergée dans la vie sociale, dans le dynamisme de la vie humaine.

29Une troisième tendance actuelle, en ligne avec les avancées dans le secteur de la gestion, est l’approche liée à l’idée de culture organisationnelle. Cette notion désigne l’étude du développement des phénomènes informationnels (nécessité, recherche, partage, utilisation) aux niveaux individuel et collectif dans les organisations, en cherchant l’articulation entre les deux au moyen de l’identification et de l’analyse de la culture qui les imprègne. L’origine de ce champ dans les sciences de l’information est liée, entre autres, aux travaux de Davenport et Prusak (1997) autour de l’étude de l’apprentissage continu, de l’environnement et du climat organisationnels en tant que fournisseurs de modes de pensée et d’action commune ou, en d’autres termes, de l’ensemble des valeurs, des croyances, du partage et de l’utilisation des données, des informations et des connaissances en l’entreprise (Nonaka, Takeuchi, 1995 ; Simonnot, 2009). Il y a donc une réorientation du regard, fondée sur la perception du caractère relationnel et intersubjectif au sein des contextes des entreprises (Bonnet, 2014). Dans la même veine, une perspective plus spécifique s’est développée, celle de l’orientation informationnelle (Marchand, Kettinger, Rollins, 2001), qui, à partir de l’étude de la culture organisationnelle, cherche à créer des instruments pour mesurer et optimiser la capacité d’utilisation de l’information par les entreprises.

30Une autre perspective actuelle est celle de la curation numérique, qui est en fait plus un champ d’activité professionnel et institutionnel qu’une proposition théorique. La curation numérique peut être définie comme la pratique et l’étude des processus de sélection, de préservation, de maintien, de collection et d’archivage des données numériques, avec la création conséquente de dépôts et/ou de plateformes numériques participatives. Son origine est liée à la perception de l’importance de la certification de fiabilité, de l’obsolescence et de l’évolution des formats (avec le risque de perte due à l’évolution technologique et à la fragilité des supports numériques). Une application plus spécifique de ce champ a été proposée, dans les sciences de l’information, en relation avec l’activité scientifique, en cherchant à couvrir tout le spectre des activités, de la capture à la validation et à l’archivage, en passant par la découverte et la réutilisation des données. Ainsi, elle peut être comprise comme la gestion de l’objet numérique tout au long de son cycle de vie (Pennock, 2007), et certains modèles du cycle de vie des données numériques, comme ceux de Higgins (2018), ont été développés à cette fin. La contribution la plus pertinente de ce secteur est selon nous l’attention portée à une vision d’ensemble, c’est-à-dire à la connexion et à l’interdépendance entre les différents aspects, moments et instances en rapport à l’information.

31Un cinquième secteur est celui des folksonomies, qui représentent un nouveau concept d’organisation des ressources numériques sur le web. Ce champ regroupe les travaux axés sur la prise en compte de l’indexation libre, effectuée par les utilisateurs eux-mêmes, dans le travail des professionnels de l’information, dans le but d’assurer une meilleure récupération de l’information, travail développé dans un environnement ouvert et de partage, donc de construction conjointe (Noruzi, 2006). Le terme folksonomie a été créé en 2005 par Vander Val pour désigner la labellisation des ressources du web dans un environnement social fait par les utilisateurs eux-mêmes. Il a émergé avec le web 2.0 et sa proposition d’une architecture de participation. Dans le champ des sciences de l’information, la notion s’est articulée à une dynamique décentralisée d’actions de représentation de l’information. Une autre désignation est l’expression « social tagging », qui fait référence à la dynamique par laquelle les utilisateurs eux-mêmes décrivent la même ressource, aboutissant à une description intersubjective, réalisée par le recours à des contrats sémantiques (Ding et al, 2009).

32Une autre tendance peut être identifiée avec les travaux portant sur l’éthique interculturelle de l’information, focalisés sur l’intersection entre les principes mondiaux et les particularités locales. Cette approche est née avec la création du International Center for Information Ethics, en Allemagne, en 2004, autour d’une question fondamentale : « l’information pour qui ? », et elle a également cherché à discuter et à problématiser les questions informationnelles débattues dans le cadre du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, dans ses différentes éditions. C’est dans cette ligne que s’est développée l’éthique interculturelle de l’information, centrée, selon Capurro (2007b), sur l’étude de défis tels que la question de la vie privée, la propriété intellectuelle, le libre accès, le droit d’expression et de l’identité numérique.

33Nous avons pu identifier une septième théorie récente axée sur la question de la néodocumentation. Comme son nom l’indique, elle cherche à relancer un autre mouvement, observable dans ses dimensions institutionnelles, professionnelles, techniques et théoriques — celui de la documentation, né avec Paul Otlet au début du XXe siècle et poursuivi par, entre autres, Suzanne Briet en France, Lopez Yepes en Espagne et Bradford dans le monde anglo-saxon. La proposition de néo-documentation, développée dans le champ des sciences de l’information par des auteurs tels que Rayward, Day et Frohmann, propose de remplacer le terme « information », tel qu’il est utilisé dans les sciences de l’information, par le terme « document » (Lund, 2010). Une telle idée n’est pas comprise comme une déviation, mais comme un renvoi — l’information est comprise, pour ces auteurs, comme l’effet ou la dérivation des documents. Pour les auteurs liés à cette approche, en abandonnant le document et en se concentrant sur l’information, comprise comme le « contenu objectif » des documents, la science de l’information a divorcé des pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles dans lesquelles l’information est produite (Frohmann, 2004). Le « document » porte les marques de son contexte, de celui qui l’a produit, du support dans lequel il s’inscrit, de ses dimensions et de sa taille, des aspects esthétiques, entre autres. En ignorant tout cela, en ne recherchant que les « données » qu’il contient, les sciences de l’information auraient perdu des dimensions très importantes des phénomènes informationnels. La néo-documentation cherche donc une certaine conciliation entre l’étude de l’information et la vie sociale.

34Un huitième champ contemporain est celui des humanités numériques. Il s’agit d’un vaste mouvement, mené dans plusieurs pays ces dernières années, qui a produit des impacts différenciés sur les disciplines scientifiques (Schreibman, Siemens, Unsworth, 2004). D’une manière générale, ce type d’approches revendique une rupture avec ce qui serait une forme de séparation, observée au cours des dernières décennies, entre les technologies numériques et les sciences humaines. Ces travaux chercheraient précisément à concilier les méthodes des sciences humaines et sociales avec les caractéristiques, les potentialités et les procédures du monde numérique. Dans le domaine des sciences de l’information, le principal dialogue avec les humanités numériques a porté sur les discussions concernant la préservation du patrimoine culturel dans les sociétés contemporaines, la promotion de l’accès universel de manière démocratique et la fourniture d’une base critique pour l’élaboration de politiques publiques en matière de développement technologique. Cette perspective entraîne également un changement significatif dans la manière de penser les différents concepts dans le domaine informationnel (Le Béchec, Alloing, 2016). En ce sens, l’initiative, dans le contexte français, de formaliser un positionnement des Sciences de l’information et de la communication face à l’initiative des humanités numériques, mérite d’être soulignée. Ce dernier articulerait de manière originale les dimensions technique et poïétique, idéologique et politique, théorique et pratique, appréhendant la technique comme constitutive et constitutive de la vie sociale, générant des modes d’écriture, des savoirs et des cultures (Pélissier, Paquienséguy, 2021).

35L’archéologie de la société de l’information peut être vue comme une neuvième tendance au sein des sciences de l’information. Plusieurs chercheurs s’interrogent en effet sur le caractère « nouveau » du phénomène de la société de l’information, dont on se vante depuis les années 1960, ainsi que sur le discours promotionnel suscité autour de la notion. L’un de ces auteurs, Burke (2000), a cherché à démontrer comment, tout au long de son histoire, l’humanité a développé différentes manières de collecter, d’analyser, de diffuser et d’utiliser l’information, en relativisant une partie du discours autour de la société de l’information qui présentait de nombreux processus comme originaux ou inédits dans l’histoire. Dans le contexte français, Mattelart (2001) a étudié le lien entre le discours euphorique de la société de l’information et les processus et projets de domination dans la géopolitique planétaire, de consolidation des hégémonies, à travers le concept d’idéologie. Dans le même ordre d’idées, Day (2001) a cherché à proposer une analyse critique de la manière dont elle s’est développée et des intérêts qui se sont articulés dans le développement de la notion de société de l’information.

36Toujours dans cette perspective, le travail de Miège (2000) se démarque. Celui-ci part d’une vérification de l’importance de la dimension technologique, c’est-à-dire de l’importance que la technique présente dans la société de l’information actuelle, mais en l’abordant à l’aune des dispositifs sociotechniques qui travaillent de concert avec l’accélération des flux, l’augmentation des activités professionnelles et l’interaction avec les dimensions économiques, culturelles, politiques et sociales. Non seulement les dispositifs techniques se développent et se transforment, mais ils sont en synergie les uns avec les autres. Les médias qui sont créés ne remplacent pas les médias existants, mais créent de nouveaux lieux et de nouvelles fonctions. Dans le cadre de ces travaux, la société de l’information n’est pas envisagée comme ayant commencé avec les nouvelles techniques d’information et de communication. Leur rôle prépondérant est cependant mis en avant dans presque tous les domaines sociaux de la consommation individuelle, dans l’administration des grandes entreprises, dans la vie politique, dans la gestion de l’espace public, en changeant les médiations sociales. Il apparaît même transversal à tous ces domaines sociaux (Gramaccia, 2016). Le travail de Miège est en ce sens ancré dans une tradition française qui favorise les réflexions communes sur les phénomènes communicationnels et informationnels.

37Un autre champ, qui s’est toujours développé avec une relative autonomie dans les sciences de l’information, a été celui des études sur les utilisateurs. Au milieu des années 1990, à l’initiative d’un groupe de Finlandais (Tuominem, Talja, Savolainen, 2002), s’est développée l’étude des pratiques de l’information, c’est-à-dire l’étude du mouvement par lequel les individus agissent dans le monde, conformé par la culture, et constituent en même temps cette culture qui les influence et la réalité dans laquelle ils opèrent. Au départ, une telle approche s’est concentrée sur les études des utilisateurs dans la vie quotidienne, par opposition aux études traditionnelles centrées sur l’environnement scientifique, gouvernemental et commercial (Savolainen, 1995). Mais elle est ensuite devenue une perspective pour tous les types de réalité empirique, c’est-à-dire non seulement les gens ordinaires, dans la vie de tous les jours, les profanes, mais aussi les utilisateurs spécialisés dans les environnements scientifiques ou professionnels. Parmi les apports de cette ligne de recherche, il y a l’idée qu’il n’y a pas de monde extérieur, « dehors », indépendant des sujets et de leurs actions. Ce sont les sujets qui, dans leurs actions, créent et mettent à jour les règles et normes sociales. En outre, ces études, en critiquant la proposition de comportement informationnel, ont fait progresser la compréhension de l’information non pas comme le remplissage d’une lacune cognitive, ni comme un processus vécu exclusivement dans une perspective individuelle. Les processus liés à l’utilisation de l’information impliquent l’imagination, l’appropriation, le questionnement, la tension, et ces processus sont vécus à partir de catégories socialement construites. Le concept de pratiques informationnelles est également lié à l’informatique sociale, les sciences de l’information et la sociologie des usages (Stéphane, Madjid, 2010).

38Une autre perspective peut être identifiée dans l’approche connue sous le nom de « régimes d’information ». Cette approche est basée sur la notion de « mode de production » de Karl Marx, ici appliquée au champ de l’information. Un régime d’information désigne donc un mode informationnel dominant dans une société, c’est-à-dire qui sont les sujets, organisations, règles, autorités, ressources et hiérarchies qui composent un régime donné, c’est-à-dire certaines conditions d’existence des discours et des énoncés. Cette idée a été développée par, entre autres, Sandra Braman (2004) dans le cadre de travaux portant sur les chaînes de production de l’information, dans l’analyse de la circulation de l’information dans différents pays et dans celle de la formulation des politiques publiques dans le secteur. Les auteurs liés à cette ligne d’études ont principalement analysé les politiques de l’information, mais pas seulement dans leurs aspects normatifs ou opérationnels, mais dans leur immersion et leur interrelation avec les différentes dimensions de la vie humaine - sociale, culturelle, économique, politique, réglementaire, entre autres (Frohmann, 1995).

39La mémoire est un thème ou un concept qui a toujours été présent, d’une certaine manière, dans le champ des sciences de l’information. Au cours des deux dernières décennies, cependant, elle a pris de l’importance, désignant des domaines de recherche, des lignes de recherche dans les programmes d’études supérieures et des groupes de travail dans les associations scientifiques. Ce mouvement s’est également produit avec l’abandon progressif d’une perspective technique de l’idée de mémoire (liée au traitement et à la recherche d’informations, aux capacités et au potentiel des ordinateurs et des réseaux) et sa problématisation basée sur les contributions des domaines de l’histoire et de l’anthropologie, entre autres (Hjorland, 2000).

40D’un point de vue individuel, la compréhension de la mémoire en est venue à être considérée dans le cadre de sa construction sociale et de son rôle dans la constitution de la culture et de la réalité elle-même. De plus, la prise en compte de la manière dont différents individus et groupes participent à ce processus a conduit à une compréhension de la mémoire comme un « champ de bataille », dans lequel les acteurs luttent pour établir les critères à partir desquels ils décident de ce qui sera collectivement rappelé et oublié, valorisé et méprisé. Des études récentes ont porté sur les conditions de production (et le droit de participer à cette production), de circulation (et l’importance de la pluralité et de la diversité dans ce processus) et d’accès (en veillant à ce qu’il soit le plus démocratique possible) à l’information dans la constitution de la mémoire. Les travaux de García Gutiérrez (2004) apportent une contribution en ce sens, avec sa proposition de créer deux types de dispositifs : l’opérateur complexe et l’opérateur interculturel.

41Finalement, une dernière tendance intègre les propositions visant à renforcer le dialogue avec les secteurs de l’archivologie, de la bibliothéconomie et de la muséologie. Il ne s’agit cependant pas d’une théorie ou d’un ensemble d’actions et de pratiques, ni même d’un mouvement intellectuel unifié. Il s’agit ici de différentes initiatives, menées notamment à propos d’une dimension davantage institutionnelle. L’une d’entre elles est celle de Marcia Bates (2007), qui rapproche les sciences de l’information des concepts de connaissance, de mémoire et de patrimoine, à partir d’un lien avec, respectivement, la bibliothéconomie, l’archivologie et la muséologie. Dans cette perspective, il est possible, selon Araújo (2020), de percevoir une forme de convergence entre les orientations théoriques des trois secteurs suivants. La nouvelle bibliothéconomie, le concept de médiation bibliothécaire et la compétence informationnelle en bibliothéconomie, les concepts d’archivage ou d’archivisation, l’archivage intégré et postmoderne en archéologie, l’idée du muséal, la nouvelle muséologie et la muséologie critique en muséologie ont tous une idée commune : l’étude des manières dont une société traite les connaissances qu’elle produit elle-même. Les archives, les bibliothèques et les musées, leurs activités et leurs professionnels sont compris comme des médiations, des interférences spécifiques effectuées dans la dynamique informationnelle plus large d’une société. Rapprocher la science des informations de ces trois domaines, c’est donc essayer de comprendre comment une culture est produite, reproduite et modifiée par les interférences de ces institutions ; c’est analyser la dynamique de ces diverses interférences, promues par des acteurs institutionnels ou non institutionnels, dans les différents processus de création, de sélection, de circulation et d’appropriation des registres de connaissance.

42Enfin, outre les tendances mentionnées ci-dessus, il est important de souligner que certains phénomènes récents ont donné lieu à des développements spécifiques dans le cadre des sciences de l’information, tels que le Big data, la post vérité et la désinformation, la nécessité de préserver le contenu des réseaux numériques ou celle d’une pluralité des réponses des moteurs de recherche, entre autres.

Évolutions dans l’appréhension du concept d’information

43Comme nous avons pu le voir, divers résultats de recherche et élaborations théoriques ont émergé des recherches en Sciences de l’information et finalement favorisé une série de changements dans la compréhension des phénomènes informationnels. Il est important de souligner que cette évolution s’est produite non seulement en raison de l’évolution des sous-secteurs, mais aussi en raison des tentatives de caractérisation du champ (en tant que science interdisciplinaire, sociale et postmoderne), de ses manifestations dans différents pays et de la discussion même sur le concept d’information (avec les trois grands modèles vus dans le topique précédent). Une autre façon d’analyser l’évolution du concept d’information peut être faite en décomposant le concept en quelques dimensions et dans la façon dont ces dimensions ont été étudiées. Dans cette optique, une analyse des différentes théories formulées permet de visualiser ces changements regroupés en au moins six dimensions, dont trois sont liées aux idées centrales du modèle physique et trois autres au modèle cognitif.

44La première concerne le concept de connaissance utilisé dans les études, et la perception de plus en plus claire dans la recherche que la connaissance n’est pas seulement une accumulation, une somme de données, impliquée dans le traitement de l’information, telles comme présentées dans l’équation de Brookes (1980). Plusieurs auteurs ont démontré que le processus de connaissance est dialectique, impliquant une tension entre le sujet et le réel, mettant en relation des processus d’accommodation et d’assimilation, de codage/décodage, d’appropriation et d’utilisation de l’imagination.

45Un deuxième changement concerne la compréhension des sujets, qui ne sont plus seulement compris comme des êtres mentaux, vivant dans un monde numérisé, comme s’ils n’étaient que des cerveaux de traitement de données (c’est-à-dire, pris uniquement dans leur dimension d’êtres cognitifs). Dans la recherche contemporaine en sciences de l’information, les sujets sont compris comme des êtres qui agissent dans le monde, interfèrent, développent différentes lignes d’action, telles que configurées par la notion de praxis.

46Un troisième changement concerne la vérification que le phénomène informationnel n’est pas seulement individuel, il ne passe pas seulement entre l’individu et les données. Les personnes ne peuvent être comprises uniquement comme des entités isolées. L’information est de l’ordre du collectif, elle est de nature intersubjective, de l’ordre des interactions, elle est construite en fonction de l’action mutuellement référencée des acteurs — ainsi que des autres actions et existences des sujets.

47Un quatrième changement concerne les actions des sujets. Les perspectives les plus récentes ont souligné que les individus non seulement recherchent des informations (comme le souligne la centralité de l’idée de recherche d’informations, dans le paradigme du comptoir du modèle des années 1960), mais qu’ils effectuent également d’autres actions, ils créent du contenu, partagent, rejettent des informations.

48Un cinquième changement est lié à l’idée que l’information n’est pas quelque chose qui se passe seulement à l’intérieur d’un système (de ses mécanismes d’entrée et de sortie). Elle n’a pas seulement une dimension technique, qui pourrait être automatisée et déterminée par des lois, analysée dans ses éléments internes. L’information est imbriquée dans un contexte, elle est de l’ordre de la contingence. L’information ne représente pas seulement la livraison de quelque chose d’un émetteur à un récepteur, elle produit des effets, elle est une forme d’action dans le monde — elle doit donc nécessairement être comprise dans ses liens avec les dimensions sociales, culturelles, politiques et économiques. Elle n’existe pas en soi, mais est un aspect de relations plus larges, elle s’inscrit dans une dynamique plus large.

49Enfin, une dernière conclusion de la recherche informationnelle est liée à l’idée que l’information n’est pas seulement un processus de transport de données, de transfert de quelque chose d’un point à un autre, mais un processus par lequel la culture et la mémoire collective sont construites, ainsi que les identités et les lignes d’action des sujets.

50Ces aspects liés à la compréhension des phénomènes informationnels ont caractérisé ce que certains auteurs appellent le « tournant sociologique », le « paradigme social » ou le « modèle socioculturel » (Capurro, Hjorland, 2003 ; Capurro, 2007a ; Cronin, 2008 ; Hjorland, 2018) et, bien qu’elles n’aient pas conduit à un nouveau modèle général d’études de l’information, pour remplacer celui des années 1960, elles mettent de plus en plus en évidence la nature complexe des phénomènes informationnels, indiquant un certain épuisement tant du modèle explicatif physicaliste hégémonique des années 1960 que de sa continuité via le modèle cognitif.

51Dans un texte bien connu sur le concept d’information, Capurro et Hjorland (2007) demandent quelle différence cela fait si nous utilisons l’un ou l’autre concept d’information. Nous savons que les concepts sont des créations du chercheur, ils n’existent pas « là, en réalité ». Ce que nous avons devant nous, ce sont des faits, des phénomènes tels que, par exemple, des personnes qui se rendent à la bibliothèque, des politiques de préservation des documents en cours d’élaboration, des processus de numérisation en cours, des communautés qui interagissent par le biais de réseaux sociaux, des publics qui visitent des musées, des publics qui suivent la télévision, des cours qui se déroulent par vidéoconférence, des personnes qui accèdent à des moteurs de recherche, etc. L’empirique est là — ce qui change, c’est notre façon de le comprendre. Chacun de ces processus peut être analysé en termes de transfert de données, d’évolution des états de connaissance ou de construction collective des connaissances et des identités.

52Les sciences de l’information ont évolué vers la consolidation de perspectives basées sur des aspects du soi-disant paradigme social. Cela met en évidence une tendance, qui est aussi un regard plus attentif à la complexité des phénomènes, à l’interrelation de leurs éléments et dimensions, ainsi qu’aux nouveaux aspects des réalités empiriques qui exigent de nouveaux modèles explicatifs.

53En ce sens, l’expérience des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) françaises mérite une attention particulière. L’expérience française est assez unique au monde (Juanals, 2005 ; Ibekwe-SanJuan, 2012a), non seulement en raison de la configuration conjointe de l’information et de la communication (ce qui se vit séparément dans d’autres pays), mais, surtout, en raison de l’appartenance effective de ce domaine aux sciences humaines et sociales (Averbeck-Lietz, Bonnet, Bonnet, 2014). Si l’expérience des sciences de l’information anglo-saxonnes a toujours eu un lien fort avec les sciences exactes, il y a dans la recherche française une incorporation des enjeux historiques, linguistiques, sémiotiques, psychologiques et anthropologiques dans l’étude des phénomènes informationnels. Dans une large mesure, l’évolution conceptuelle présentée ci-dessus et la consolidation d’un paradigme social pragmatique sont dues à l’incorporation d’éléments de la contribution française au domaine de l’information.

54Autre contribution importante, la recherche française en Sciences de l’information a fini par privilégier une dimension méso-analytique, plutôt qu’une dimension spécifiquement micro ou macro sociale (Averbeck-Lietz, Bonnet, Bonnet, 2014). Il s’agit d’une contribution fondamentale à la compréhension des phénomènes informationnels d’un point de vue intersubjectif, équilibrant des éléments d’une approche macro ou objective (comme dans la perspective physicaliste) ou micro et subjective (comme dans la perspective cognitiviste).

55Il s’agit de percevoir exactement le caractère à la fois instituant et institué des phénomènes et des processus informationnels. Ils apparaissent alors en même temps comme façonnés par des structures sociales, des institutions, des systèmes et des services d’information, qui sont liés aux institutions qui structurent les sociétés ; et ce sont aussi les éléments qui créent et permettent l’existence de ces mêmes institutions.

56Une présentation très didactique de cet apport français se retrouve dans la distinction opérée par Quéré (1991) entre ce qu’il nomme le modèle « épistémologique » ou « représentationnel » et le modèle « praxéologique » d’autre part. Le premier modèle, hérité de traditions intellectuelles remontant au moins au XVIIe siècle, a sa propre manière d’appréhender la subjectivité et l’objectivité, le langage et le processus de connaissance. Un tel modèle repose sur une conception selon laquelle il existe un monde intérieur (la subjectivité individuelle des sujets) et un monde extérieur (l’objectivité du réel) prédéterminés, stables, que seuls les sujets doivent bien connaître. En conséquence de cette conception, un phénomène de communication serait fondamentalement un processus d’acquisition et de transmission d’informations, c’est-à-dire de représentations correctes sur les faits auxquels elles se réfèrent. Les problèmes de communication sont alors liés à la production et au transfert de connaissances à la fois sur le monde et sur les personnes. Le processus de connaissance apparaît alors fondamentalement comme la représentation adéquate de ce qui existe, c’est-à-dire de ce monde subjectif et objectif prédéterminé, indépendant des perceptions, des évaluations, des jugements et des actions des sujets qui le connaissent.

57En combinant les deux notions, la communication apparaît comme un processus essentiellement lié à la connaissance, à l’appréhension de l’existant (c’est pourquoi on l’appelle « épistémologique ») et aussi à la transmission adéquate de cette appréhension, c’est-à-dire la reproduction, chez un autre sujet (récepteur des messages transmis) du même contenu déjà appréhendé par le sujet émetteur.

58Le langage, dans ce contexte interprétatif, est perçu dans une dimension essentiellement représentationnelle. Il existe un monde objectif prédéterminé, donné, dans lequel les sujets agissent comme des observateurs privilégiés et non engagés, ayant une condition d’accès à leur objectivité. Ce même sujet a des états internes (désirs, croyances, intentions, pensées, opinions) qui sont aussi donnés, sont des réalités en soi, indépendantes de leurs actions et également directement accessibles à un processus de connaissance. C’est pourquoi le langage ne servirait donc qu’à désigner les choses du monde.

59A l’opposé de ce modèle, Quéré présente ce qu’il appelle une perspective « praxéologique » ou « constitutive ». Dans cette conception, l’objectivité du monde et la subjectivité des agents ne sont pas données a priori, elles sont construites, modélisées, conjointement par ces acteurs, au cours de leurs actions et interactions, de leur « activité organisatrice ».

60La communication, dans ce modèle, n’est plus un problème « épistémologique », un problème de savoir (bien connaître le réel et transmettre ce savoir) et devient un phénomène situé dans la sphère de l’action humaine, de l’expérience des sujets dans le monde et de leurs interventions. […] dans la constitution même de ce monde. Il n’y a pas de sujets isolés, de simples observateurs du réel, mais plutôt des sujets imbriqués dans ce réel, des êtres qui se constituent comme sujets dans leur existence et surtout dans leur relation, c’est-à-dire qu’ils sont toujours sujets avec les autres.

61Un tel regard sur la communication place la centralité du processus non pas dans le mouvement cognitif d’un sujet détaché du monde, mais dans la réciprocité de ce mouvement, dans la construction d’une perspective commune (ce qui ne signifie pas un accord d’opinions, mais une définition commune de l’horizon des questions, des termes en discussion). Et, à travers cette perspective, dans la définition même et la délimitation du réel (subjectif et objectif). Le langage cesse d’être quelque chose de représentatif, de désignatif, et devient constitutif. Dans la célèbre formule de Wittgenstein, les limites du monde sont les limites du langage.

62Une distinction en partie similaire est faite par Bougnoux (2001). Cet auteur rappelle que le modèle d’information initialement formulé dans le contexte anglo-saxon, construit dans la guerre froide et visant à répondre à certains besoins militaires et gouvernementaux, était essentiellement un modèle de transmission, de transport, métaphoriquement équivalent à un télégraphe. C’est un modèle de science qui agit presque comme un facteur, soucieux d’assurer la livraison d’un message, sans se soucier de sa signification, de l’identité des expéditeurs et des destinataires, ou des contextes dans lesquels cette action se déroule. Pleinement insérée dans une compréhension positiviste de la réalité, à la recherche d’une production de connaissances guidée par l’applicabilité, cette idée met l’accent sur la dimension mécanique des processus et leur physicalité. À ce modèle, Bougnoux (2001) oppose une autre métaphore, celle de l’orchestre, qui signifie la nécessité pour chaque acteur d’agir par rapport aux autres, la nécessité de comprendre les règles qui structurent le phénomène, les contraintes matérielles qui pèsent sur choix de chaque acteur.

63L’information, ainsi comprise, devient quelque chose de vivant, de dynamique, et surtout, se rattache à une certaine société, à une certaine époque, à une certaine culture. C’est une telle notion qui permet d’envisager les enjeux émergents, et qui a permis l’émergence des théories contemporaines présentées dans le sujet précédent. L’information en vient à être appréhendée comme une partie constitutive de la réalité, qu’elle soit prise à un niveau macro-social, à l’échelle mondiale ou nationale, ou liée à des environnements restreints tels qu’une entreprise, une école, une discipline scientifique.

64En ce sens, il est donc important de noter la contribution de la pensée informationnelle française à un changement structurel dans la conception même du phénomène informationnel et dans les catégories de son analyse. Les Sciences de l’information et de la communication françaises pointent clairement les limites d’une appréhension de l’information comme transport, transfert de quelque chose, ladite « communication efficace » des archives humaines selon les termes de Saracevic (1970) — perspective dans laquelle les concepts de signal, émetteur, récepteur, système, récupération, efficacité et productivité. En même temps, cela montre également les limites d’une compréhension de l’information comme une simple altération de l’état cognitif d’une personne, c’est-à-dire la transformation des données en connaissances, en passant par l’information, dans une perspective linéaire — à laquelle sont associés les concepts de données, de connaissance, d’écart, de personne, de client, d’épanouissement, de satisfaction, de besoin et d’usage. Sans que les deux points de vue s’excluent mutuellement, il est possible de les incorporer, de repenser le phénomène communicatif comme le processus même dans lequel se construisent les identités des sujets, dans leurs actions et interventions dans le monde. La culture, ou la mémoire collective, sont alors perçues comme issues d’actions de création et d’appropriation des archives de connaissances produites par ces sujets. Dans cette perspective, l’information est liée aux notions de culture, de mémoire, d’appropriation, de médiation, de document et de savoir.

65Au-delà de l’expérience française, d’autres contributions sont à souligner pour l’évolution du concept d’information selon les dimensions évoquées ci-dessus. L’un d’eux est la perspective allemande (Wersig, 1980) centrée, entre autres aspects, sur l’idée de responsabilité sociale de l’information et sur l’étude de l’insertion sociale des institutions d’information. Aussi l’expérience des pays nordiques (Åström, 2008), avec leur lecture culturaliste des produits et services d’information, a contribué à une lecture moins techniciste. Enfin, il convient également de souligner l’apport des sciences de l’information des pays ibéro-américains (Araújo, 2019), qui se sont concentrés principalement sur une lecture politique de l’information, sur des processus de concentration et d’exclusion et sur des alternatives participatives et inclusives pour les produits et services informationnels. De telles perspectives se complètent pour consolider une perspective sociale dans les études de l’information et remettre en cause l’hégémonie de la perspective positiviste anglo-saxonne.

Considérations finales

66Au cours de leurs quelques décennies d’existence, les Sciences de l’information ont vu leur champ et leurs modèles plus précisément définis. L’émergence de contributions diversifiées a déjà marqué une consolidation de certaines préoccupations sur lesquelles travaillaient d’autres secteurs (bibliothéconomie, bibliographie, documentation, recherche d’information) : traiter le « contenu objectif » des documents, réfléchir aux flux d’information dans différents contextes, développer des produits et services pour l’organisation, la diffusion et la promotion de l’utilisation de l’information. Ces aspects, bien que critiqués et contestés, font toujours partie du champ des sciences de l’information. Dans les années 1970 à 1990, de nouvelles problématiques et méthodes, de nouveaux modèles se sont développés au sein de différents sous-secteurs et de leurs courants théoriques respectifs : études sur la communication scientifique, de la représentation de l’information, des utilisateurs, de la gestion des connaissances, de l’économie politique de l’information… Parallèlement, le concept d’information lui-même a évolué, passant d’une perspective physicienne, centrée sur les systèmes et les registres eux-mêmes, à une approche cognitiviste, intégrant les dimensions cognitives des sujets, à la conception la plus récente, centrée sur l’étude des contextes et des actions concrètes des sujets. Grâce à ce processus d’enrichissement, différentes perspectives se sont développées au cours des deux dernières décennies, présentées dans ce texte à travers 13 théories/approches du phénomène informationnel.

67Un regard attentif sur les 13 perspectives contemporaines permet d’identifier les aspects des modèles physiques et cognitifs remis en question. L’information a clairement une dimension objective qui peut être identifiée, mais elle implique un transport, un transfert de quelque chose d’un sujet à un autre (et donc l’information a à voir avec le signal, l’émetteur, le récepteur, le système, la récupération, etc.). L’information implique également un changement dans l’état cognitif d’une personne, la transformation de données en connaissances (et l’information se rapporte alors à des concepts tels que données, connaissances, lacunes, personne, remplissage, besoin, recherche, utilisation). Mais l’information est aussi quelque chose de plus large et de plus complexe que cela, et existe dans des dimensions qui dépassent la dimension opérationnelle et mécanique proprement dite. Comme cela a été souligné et en fait exercé par les treize tendances présentées, il s’agit d’un processus dans lequel les identités des sujets sont construites et la culture est constituée à partir d’actions de création et d’appropriation des registres de connaissances (documents) par les sujets agissant de manière mutuellement référencée dans la construction des connaissances. L’information est donc liée à des concepts tels que culture, mémoire, appropriation, médiation, document, savoirs.

68Cette richesse et cette diversité du champ de l’information peuvent parfois poser problème pour l’établissement de dialogues globaux et pour la compréhension des projets de recherche menés dans ce secteur. Mais il faut surtout y voir quelque chose de positif : un élargissement des possibilités théoriques, la fertilisation mutuelle des traditions de recherche, la pertinence des phénomènes empiriques les plus distincts comme objet d’étude dans le domaine. Un tel mouvement de diversification doit cependant s’accompagner de tentatives de systématisation qui contribueront à consolider l’identité du champ, et c’était l’objectif de cet article et de la systématisation proposée ici.

Haut de page

Bibliographie

Araújo C. A. « Information science in dialogue with archival science, library science and museum studies : the recent Brazilian experience ». Zagadnienia Informacji Naukowej - Studia Informacyjne, 2020, vol. 58, n° 1A, p. 24–42.

Araújo C. A. O que é ciência da informação. Belo Horizonte, KMA, 2018.

Araújo, C. A. « The Development of Information Science in Ibero-America ». Journal of Information Science Theory and Practice, 2019, vol. 7, no. 4, p. 6–19. URL : https://doi.org/10.1633/JISTAP.2019.7.4.1.

Astrom, F. « Formalizing a discipline : The institutionalization of library and information science research in the Nordic countries », Journal of Documentation, 2008, vol. 64, no. 5, p. 721-737. URL : https://doi.org/10.1108/00220410810899736.

Averbeck-Lietz, S., Bonnet, F., Bonnet, J., « Le discours épistémologique des Sciences de l’information et de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/823.

Bates M. J. « Defining the information disciplines in encyclopedia development ». Information Research, 2007, vol. 12, n° 4.

Bawden D., Robinson, L. Introduction to information science. London : Facet Publishing, 2012.

Bonnet F., « La “relation client”. Quelle place et quel rôle pour le client face à l’affirmation de la thématique relationnelle dans les pratiques communicationnelles des entreprises ? », Colloque Acteurs, auteurs, spectateurs ? Quelle place et quel(s) rôle(s) pour les individus et les groupes au sein des dispositifs et des processus communicationnels ?, in Bonnet J., Bonnet R., Raichvarg D. (dir.) Communication et Intelligence du Social, 2014, L’Harmattan, pp. 37-46.

Bougnoux. D. Introduction aux sciences de la communication. Paris : La Découverte, 2001.

Braman S. The emergent global information policy regime. In : Braman S. (Ed.). The emergent global information policy regime. Houndsmills, Palgrave Macmillan, 2004, p. 12-37.

Brookes B. « The foundations of information science. Part I. Philosophical aspects ». Journal of Information Science, 1980, vol. 2, n° 3-4, p. 125 – 133.

Buckland M., Liu Z. History of information science. In : Hahn T., Buckland M. (Eds.) Historical studies in information science. Medford : Inf. Today, 1998, p. 159-170.

Burke P. Social history of knowledge : From Gutenberg to Diderot. Cambridge, Polity Press, 2000.

Cacaly S. et al (Éds.). Dictionnaire de l’information. Paris, Armand Colin, 2004.

Capurro R. « Epistemología y ciencia de la información ». Enl@ce : Revista Venezoelana de Información, tecnología y conocimiento, 2007a, vol. 4, n° 1, p. 11-29.

Capurro R. Intercultural information ethics. In : Capurro, R., Freuhbauer J., Hausmanninger T. (Éds.). Localizing the Internet : ethical aspects in intercultural perspective. Munich, Fink, 2007b, p. 21–38.

Capurro R., Hjorland B. The concept of information. In : Cronin B. (Ed.) Annual review of information science and technology. Medford, Information Today, 2003, vol. 37, p. 343-411.

Cronin B. « The sociological turn in information science ». Journal of Information Science, 2008, vol. 34, n° 4, p. 465-475.

Davenport T. H., Prusak L. Information ecology : Mastering the information and knowledge environment. New York : Oxford University Press, 1997.

Davis C., Shaw D. Introduction to information science and technology. Medford, Information Today, 2001.

Day R. The modern invention of information : discourse, history and power. Carbondale, Southern Illinois University Press, 2001.

Debons, A. ; Horne, E. ; Cronenweth, S. Information science : an integrated view. Boston : G. K. Hall, 1988.

Ding Y et al. « Perspectives on Social Tagging ». Journal of the American Society for Information Science, 2009, vol. 60, n° 12, p. 2388–2401.

Drucker P. Post-capitalist Society. New York, HarperBusiness, 1993.

Escarpit, R. Théorie générale de l’information et la communication. Paris, Hachette, 1976.

Escarpit, R. L’information et la communication : théorie générale. Paris, Hachette, 1991.

Flynn R. An introduction to information science. New York, Marcel Dekker, 1987.

Frohmann B. « Documentation redux : prolegomenon to (another) philosophy of information ». Library Trends, 2004, vol. 52, n° 3, p. 387-407.

Frohmann B. Taking information policy beyond information science : applying the actor network theory. In : Proceedings of Annual Conference of the Canadian Association for Information Science, 23, 1995. Edmonton, Canadian Association for Information Science, 1995.

García Gutiérrez A. Otra memoria es posible : estrategias descolonizadoras del archivo mundial. Buenos Aires, La Crujía, 2004.

González Teruel A, Los estudios de necessidades y usos de la información : fundamentos y perspectivas actuales. Gijón, Trea, 2005.

Gramaccia, G. « Bernard Miège, Contribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, vol. 8, 2016. [Page consultée le 14 mar. 2021]. Disponibilité et accès : http://journals.openedition.org/rfsic/1932.

Hahn T., Buckland M. (Eds.) Historical studies in information science. Medford, Inf. Today, 1998.

Higgins S. « Digital curation : the development of a discipline within information science ». Journal of Documentation, 2018, vol. 74 n° 6, p. 1318-1338.

Hjorland B. « Documents, memory institutions and information Science ». Journal of Documentation, 2000, vol. 56, n° 1, p. 27–41.

Hjorland B. « Library and information science (LIS), Part I ». Knowledge Organization, 2018, vol. 45, n° 3, p. 232-254.

Hjorland B., Albrechtsen H. « Toward a new horizon in information science : domain-analysis ». Journal of the American Society for Information Science, 1995, vol. 46, n° 6, p. 400-425.

Ibekwe-San Juan, F. « The French conception of information science : “Une exception française” ? », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 2012a, vol. 63, n° 9, p. 1693-1709.

Ibekwe‐SanJuan F., La science de l’information. Origines, théories et paradigmes. Hermès‐Lavoisier, 2012b.

Juanals, B. « L’épistémologie des Sciences de l’information et de la communication, au croisement des sciences et des mutations de société ». In Mouchon, J. Les mutations de l’espace public, L’Esprit du livre Éditions, 2005, p. 255-278.

Lancaster F. W. Information retrieval systems : characteristics, testing and evaluation. New York, John Wiley, 1968.

Le Coadic Y. F. La science de l’information. Paris, PUF, 1994.

Le Béchec, M., Alloing, C. « Les humanités numériques pour repenser les catégories d’analyse ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, vol. 8, 2016. [Page consultée le 14 mar. 2021]. Disponibilité et accès : http://journals.openedition.org/rfsic/1804.

Linares Columbié, R. Ciencia de la información : su história y epistemología. Santa Fé, Rojas Eberhard, 2005.

López Yepes J., Osuna Alarcón M. R. (Coords.). Manual de ciencias de la información y documentación. Madrid, Pirámide, 2011.

Lund N. W. « Document, text and medium : concepts, theories and disciplines ». Journal of Documentation, 2010, vol. 66, n° 5, p. 734-749.

Marchand D. A., Kettinger W., Rollins, J. D. Information orientation : the link to business performance. Oxford : Oxford University Press, 2001.

Mattelart A. Histoire de la société de l’information. Paris, La Découverte, 2001.

Mattelart A. La Communication-monde. Paris, La Découverte, 1992.

McGarry K. Changing context of information : an introductory análisis. London, Clive Bingley, 1981.

Meadows A. C. Communication in science. London, Butterworths, 1974.

Miège, B. La pensée communicationnelle. Grenoble, PUG, 1995.

Miège, B. La société conquise par la communication : tome 3. Les Tic entre innovation technique et ancrage social. Grenoble, PUG, 2000.

Moya Anegón, F. ; Fernández Molina, J. C. « Perspectivas epistemológicas “humanas” en la documentación ». Revista Española de Documentación Científica, 2002, v.25, n.3, p. 241-253.

Nonaka I., Takeuchi K. The Knowledge Creating Company. New York, Oxford University Press, 1995.

Noruzi A. « Folksonomies : (Un) Controlled Vocabulary ? ». Knowledge Organization, 2006, vol. 33, n° 4, p. 199-203.

Ørom, A. « Information science, historical changes and social aspects : A Nordic outlook ». Journal of Documentation, 2000, vol. 56, no. 1, p. 12-26. URL : https://doi.org/10.1108/EUM0000000007133.

Pélissier, N., Paquienséguy, F. (Coord.). Questionner les humanités numériques : positions et propositions des SIC. Paris : SFSIC et CPdirsic, 2021.

Pennock M. « Digital curation : A lifecycle approach to managing and preserving usable digital information ». Library and Archives Journal, 2007, vol. 18, n° 1, v.18, 2007.

Priem J., Groth P., Taraborelli D. Altmetrics : a manifesto. 2000. [Page consultée le 31 jan. 2021]. Disponibilité et accès http://altmetrics.org/manifesto.

Quéré, L. D’un modèle épistémologique de la communication à un modèle praxéologique. Réseaux, no. 46-47, 1991,

Rayward B. Library and information sciences. In : Machlup F., Mansfield U. (Eds.). The study of information : interdisciplinar messages. New York, Wiley, 1983, p. 343-363.

Rendón Rojas. M. Á. « Ciencia bibliotecológica y de la información en el contexto de las ciencias sociales y humanas : Epistemología, metodología e interdisciplina ». Investigación Bibliotecológica, 2008, v. 22, n. 44, p. 65-78.

Rubin R. Foundations of library and information science. New York, Neal-Schuman, 1998.

Salaün J. M., Arsenault C. Introduction aux sciences de l’information. Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2009.

Saracevic, T. « Information science ». Journal of the American Society for Information Science, 1999, v. 50, no. 12, p. 1051-1063.

Savolainen R. « Everyday life information seeking : approaching information seeing in the context of way of life ». Library and Information Science Research, 1995, n° 17, p. 259-294.

Schreibman S., Siemens R., Unsworth U. (Éds.). A companion to digital humanities. Oxford, Blackwell, 2004.

Shera J., Cleveland, D. « History and foundations of information science ». Journal of the American Society of Information Science and Technology, 1977, vol. 12, p. 249-275.

Silva A. M., Ribeiro F. Das “ciências” documentais à ciência da informação : ensaio epistemológico para um novo modelo curricular. Porto, Afrontamento, 2002.

Simonnot, B. « Culture informationnelle, culture numérique : au-delà de l’utilitaire », Les Cahiers du numérique, 2009, vol. 5, p. 25-37. [Page consultée le 14 mar. 2021]. Disponibilité et accès : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2009-3-page-25.htm.

Stéphane, C., Madjid, I. « De la recherche de l’information aux pratiques informationnelles », Études de communication, 2010, vol. 35, p. 13-30. [Page consultée le 14 mar. 2021]. Disponibilité et accès : https://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2010-2-page-13.htm.

Stock W, Stock M. Handbook of information science. Berlin, De Gruyter, 2013.

Tague-Sutcliffe J. « An introduction to informetrics ». Information processing & management, 1992, vol. 28, n° 1, p. 1-3.

Tuominen K., Talja S., Savolainen R. Discourse, cognition and reality : toward a social constructionist metatheory for library and information science. In : Bruce H. et al. (Orgs.). Emerging frameworks and methods. Greenwood Village, Libraries Unlimited, 2002, p. 271-283.

Vakkari P. « Task complexity, problem structure and information actions : integrating studies on information seeking and retrieval ». Information Processing & Management, 1999, vol. 35, p. 819-837.

Wersig, G. « Towards information science in the Federal Republic of Germany », Journal of Information Science, 1980, vol. 2, no. 3-4, p. 193-195. URL : https://doi.org/10.1177/016555158000200310.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Alberto Ávila Araújo, « Épistémologie des sciences de l’information : histoire intellectuelle des concepts, théories et paradigmes »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12443

Haut de page

Auteur

Carlos Alberto Ávila Araújo

Carlos Alberto Ávila Araújo est professeur en sciences de l’information à l’Université Fédéral de Minas Gerais, au Brésil. Il est président de l’EDICIC - Association pour l’éducation et la recherche en sciences de l’information d’Amérique Latine et des Caraïbes. carlosaraujoufmg@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search