Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ParutionsLafleur France et Samson Ghislain...

Parutions

Lafleur France et Samson Ghislain (Dirs) (2020). État de situation sur l’hybridité de la formation à distance en contexte postsecondaire  : Ce qu’en disent les recherches

Québec : Presses de l’Université du Québec
Soufiane Rouissi
Référence(s) :

Lafleur, F., et Samson, Ghislain. (Dirs) (2020). État de situation sur l’hybridité de la formation à distance en contexte postsecondaire : Ce qu’en disent les recherches. Québec : Presses de l’Université du Québec. ISBN : 978-2-7605-5379-8 Prix : 25 €

Texte intégral

1Face au développement de nouvelles pratiques pédagogiques marquées par la formation à distance (FAD), notamment à travers ses modalités hybrides, les questionnements nombreux qui accompagnent ces tendances sont de plus en plus partagés par les enseignants et les chercheurs un peu partout sur la planète. Proposer un « État de la situation sur l’hybridation de la formation à distance en contexte post-secondaire » et tout particulièrement voir du côté des travaux de recherche, telle est l’ambition annoncée pour cet ouvrage collectif dirigé par France Lafleur et Ghislain Samson de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

2Avant de donner la parole à différents collègues (professeurs, chargés de cours, conseillers pédagogiques) et autres professionnels de l’éducation pour leur permettre de présenter des travaux originaux, les auteurs définissent une formation hybride « comme étant un système de formation qui comprend, en proportions variables, des activités de formation offertes en présence physique des étudiants et de l’enseignant ainsi que des activités de FAD synchrones ou asynchrones » (p. 1). Tout en rappelant que les activités menées en ligne et à distance doivent être considérées avec une approche visant « une substitution adaptée à certaines activités en classe » (p. 2) et non pas ce qui serait une charge supplémentaire, les auteurs se fixent l’objectif de répondre à la question principale : « En quoi et comment l’hybridité d’une formation améliore-t-elle l’apprentissage ? ».

3L’ouvrage est composé de trois parties, chacune d’entre elles comportant trois chapitres, d’une manière équilibrée pour penser l’hybridité, appliquer la comodalité et prendre appui sur la recherche.

4La partie A, « Penser l’hybridité au sein de l’enseignement universitaire : résultats de recherche », s’attache à fournir des éléments méthodologiques et théoriques.

5Vincent Grenon , dans le premier chapitre intitulé « Une recension nord-américaine des conditions à mettre en place pour favoriser le développement de cours hybrides dans un programme de formation en enseignement supérieur », partage son expérience et son point de vue de responsable du programme de baccalauréat en enseignement de l’Université de Sherbrooke. L’auteur reconnaît de nombreux avantages dans les cours hybrides comme celui de la levée des contraintes temporelles rendant possible pour « des étudiants qui travaillent ou qui ont des responsabilités familiales de mieux planifier leurs horaires » (p. 12). Face aux réticences et au scepticisme affiché par les enseignants universitaires, dans une démarche d’argumentation, Vincent Grenon s’appuie sur une recension effectuée en exploitant la base de données ERIC (Educational Resources Information Center1) pour en tirer quelques enseignements et les proposer à des équipes de développement. Il retient principalement « le design, des facteurs personnels associés aux étudiants, la qualité des interactions, le sentiment de présence ainsi que l’engagement des étudiants » (p. 14) qu’il reprend ensuite afin d’en préciser les contours avant de proposer quelques recommandations et particulièrement celle de s’appuyer sur « les données probantes ou les connaissances issues de la recherche » (p. 23) lorsqu’il s’agit de construire de nouveaux programmes de formation qui font appel à des cours hybrides.

6Le deuxième chapitre rédigé par Marie-Noël Bêty et Claire Moineau a pour titre « Les modalités d’un dispositif de formation hybride appuyées par la recherche et favorisant le développement professionnel des enseignants au postsecondaire ». Afin de proposer un guide pour aider à la construction de formations hybrides, les auteures s’appuient sur des cadres de référence -issus d’une recherche théorique- qu’elles déclinent ainsi : « 1) les pratiques probantes d’enseignement en formation hybride ; 2) les paramètres de formation efficace ; 3) la conception universelle de l’apprentissage » (p. 27). Leur travail a conduit à la mise en place d’un guide ou outil d’élaboration de formations hybrides avec une approche basée sur des « propositions d’opérationnalisation » (p. 37) qui se matérialisent par des tableaux synthétiques reprenant les paramètres identifiés. Ces tableaux (pp. 38-41) viennent ainsi illustrer leur propos, ainsi Marie-Noël Bêty et Claire Moineau rappellent que leur outil ne peut tout couvrir et doit surtout servir à guider car « temps et moyens restreints » (p. 44) sont à prendre en considération.

7Dans le troisième chapitre, « Le processus didactique en formation à distance à l’université : une pratique multimodale axée sur le relationnel », Marie Alexandre, Jean Bernatchez et Dominique Amyot de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) s’attachent à analyser des données d’une recherche qualitative sur les pratiques de professeurs d’université en matière de FAD et tout particulièrement sur les questions qui touchent à l’encadrement (p. 48). Sur la base d’entretiens menés avec huit professeurs qui recourent tous à la plateforme de formation à distance Moodle de leur établissement, les auteurs soulignent l’importance de la dimension humaine dans un contexte marqué par une « multiplicité des espaces de rencontre configurés dans les environnements numériques d’apprentissage ». Cette dimension humaine est évoquée à travers les interactions à l’œuvre dans « la phase d’adaptation aux caractéristiques des étudiants » (p. 53) lors de laquelle les enseignants assurent leur présence auprès de leurs étudiants en prenant en compte aussi bien les aspects cognitifs, affectifs que sociaux.

8La partie B de l’ouvrage s’articule autour de trois chapitres et s’intitule « Appliquer la comodalité pour vivre une expérience universitaire hybride : les connaissances issues de la recherche ». Elle rassemble des expérimentations menées par des enseignants chercheurs.

  • 2 Aguilar, F.C. (1967). Scanning the business Environment, New York, MacMillan.

9Le quatrième chapitre de l’ouvrage a été rédigé par William Menvielle, Hédia El Hourabi et Saïd Zouiten, professeurs en marketing de l’École de gestion de l’Université du Québec à Trois Rivières. Le titre « Quand l’enseignement du marketing rencontre les technologies de l’information : étude de cas d’un cours hybride de niveau universitaire donné en coenseignement » annonce le contexte et la particularité d’un enseignement conduit en équipe. Les auteurs ont choisi de décrire leur environnement pédagogique à l’aide du modèle PEST2 (Aguilar, 1967). Ce modèle est repris dans les enseignements en administration des affaires et caractérise les différentes contraintes auxquelles toute organisation se trouve confrontée ; ces contraintes sont politiques, économiques, sociodémographiques et technologiques (PEST). La formule hybride retenue par l’équipe enseignante repose sur une rencontre au tout début du cours, suivie de deux séances en ligne pour présenter les trois thèmes étudiés dans le cours. Ensuite, pour un premier thème, deux séances de rencontre en salle de cours sont organisées pour dresser un bilan et travailler sur un cas. Ce principe est reproduit pour les deux autres thèmes du cours avant une conférence de fin. Le partage des thèmes de spécialité entre les trois professeurs, sous forme de « team-teaching » (p. 73), est un point fort de la formation, les auteurs rappelant toutefois qu’il est important de « prendre le pouls des apprenants et des professeurs pour vérifier si les cours hybrides sont bien appropriés à la discipline enseignée » (p. 81).

10Dans le cinquième chapitre intitulé « Les cours à distance en classe : la formule comodale », Thierry Eude, professeur d’informatique à l’Université Laval, propose une typologie des profils des apprenants : « synchrone », « asynchrone contraint » et « asynchrone volontaire » (p. 89). L’auteur a pu constater dans des travaux antérieurs, que si la formule asynchrone paraît mieux répondre aux contraintes de disponibilité des uns et des autres, c’est aussi celle qui provoque un taux d’abandon plus important par rapport à la situation vécue lorsque le cours est suivi en classe. Selon lui, la formule comodale présente l’avantage de permettre aux apprenants à distance de suivre ou non en mode synchrone le cours. Cela ne va pas sans garder à l’esprit que cela « nécessite la maîtrise du système technologique et une adaptation des pratiques » (p. 98).

11Le sixième chapitre s’intitule « La double alternance, ou quand l’utilisation de l’hybridation de la formation permet d’accroître l’immersion des apprenants en entreprise ». Ce chapitre rédigé par Fabrice Bouquet et Marc Briot de l’Université de Franche-Comté (UFC) interroge l’ingénierie de la formation dans un contexte de construction d’une formation de master en alternance. Sur la base d’une enquête menée auprès des étudiants et des entreprises en lien avec la formation, les auteurs retiennent certains principes afin de construire le rythme de l’alternance entre les cours en présence à l’université, le travail à distance lors de la période (longue) en entreprise. En ce qui concerne l’encadrement des étudiants, celui-ci est assuré, conformément à la charte pour l’enseignement à distance en vigueur à l’Université de Franche-Comté, par le biais d’un forum d’échange, une correction personnalisée des travaux et un tutorat individualisé.

12Après avoir vu comment « penser l’hybridité » dans la première partie, puis avoir pris connaissance d’expérimentations pour « appliquer la comodalité » dans la deuxième partie, les coordinateurs de l’ouvrage nous proposent dans la partie C de « Prendre appui sur la recherche pour développer des dispositifs de formation médiatisée au postsecondaire ».

13Ainsi, dans le septième chapitre, Caroline Cormier et Bruno Voisard, du Cégep André-Laurendeau à Montréal, proposent avec « La classe inversée en chimie organique : résultats d’une implantation réussie au collégial » de s’interroger sur l’efficacité d’une méthode de pédagogie active. Considérant la classe inversée comme une forme d’hybridation de la formation, les auteurs s’appuient sur des travaux scientifiques probants. Puis, Caroline Cormier et Bruno Voisard s’attachent à mesurer l’efficacité de cette modalité au regard des résultats finaux dans le cadre d’un cours de chimie organique en se demandant notamment si les notes finales sont meilleures. Il apparaît au vu des résultats obtenus que cela est bien le cas, particulièrement pour le groupe des étudiants les plus faibles, ce qui s’explique par les « moments de travail actif » (p. 131) qui se déroulent en collaboration avec leurs collègues de classe et avec l’aide de l’enseignant. En ce qui concerne le recours aux vidéos, les auteurs soulignent que « plusieurs étudiants disent préférer voir leur propre enseignant dans les vidéos et accordent plus de crédibilité à celles faites par lui » (pp. 134-135), tout en reconnaissant qu’il convient de commencer par des vidéos faites par d’autres avant de passer à une production personnelle.

14Le huitième chapitre, intitulé « L’hybridité de la formation en sciences infirmières en contexte de laboratoire : implantation d’un projet pilote d’enseignement en médecine-chirurgie », est proposé par Josyane Pinard, France Lafleur, Julie Houle et Ghislain Samson de l’UQTR. Le projet décrit repose sur la faisabilité et l’acceptabilité de la vidéo immersive 360 à laquelle sont exposés des étudiants de la formation initiale en soins infirmiers. Le recours à la vidéo immersive a pour objectif principal de préparer les étudiants à réussir les évaluations pratiques faites en contexte réel mais qui soumettent ces derniers à un stress important qui influe sur leur performance. Il est vrai aussi que le nombre d’étudiants concernés ne permet que difficilement de suivre et de préparer dans des conditions optimales les étudiants. Après avoir présenté la méthodologie suivie pour la mise en place du projet pilote, les auteurs nous présentent leurs premières conclusions, en notant que « la vidéo immersive démontre un réel potentiel dans l’accompagnement des étudiants » (p. 150).

15Le neuvième chapitre proposé par Anne-Dominique Salamin avec pour titre « Utiliser un MOOC pour hybrider la formation universitaire : retour sur une expérience pratique en prenant appui sur la recherche » vient compléter ainsi la dernière partie de l’ouvrage en exposant un travail mené par la Haute École Spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO). L’auteure nous montre que le recours à un MOOC en contexte d’hybridation d’une formation provoque une augmentation du temps passé par les étudiants pour consulter les ressources mises à disposition. De plus, pour le cas présenté qui concernent des étudiants qui suivent un cours de première année de bachelor en informatique, lorsque l’on compare les résultats obtenus avec ou sans MOOC, il s’avère que « le MOOC aurait plutôt un effet négatif sur la note que l’inverse » (p. 167) expliquant ainsi une « politique prudente en matière de développement de MOOC et d’intégration de MOOC en format hybride » (p. 168) à la HES-SO.

16Pour conclure, nous pouvons indiquer que cet ouvrage peut intéresser tout enseignant mais aussi tout chercheur qui étudie les conditions à réunir pour réussir le développement de cours hybrides en contexte universitaire. La variété de contextes et l’organisation de l’ouvrage permet au lecteur d’aller ici ou là plus directement consulter les travaux proposés mais le suivi du document bien organisé éclaire de manière pertinente les notions qui restent au croisement de nombreux questionnements, entre pratiques pédagogiques en contexte numérique et postures réflexives pour l’enseignant-chercheur. Les travaux réunissant des chercheurs de différentes disciplines, entre nouvelles pratiques pédagogiques fortement marquées par le numérique et contextes de formation à distance, restent ouverts et promettent de nombreuses productions scientifiques à venir.

Haut de page

Notes

1 https://eric.ed.gov/

2 Aguilar, F.C. (1967). Scanning the business Environment, New York, MacMillan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soufiane Rouissi, « Lafleur France et Samson Ghislain (Dirs) (2020). État de situation sur l’hybridité de la formation à distance en contexte postsecondaire  : Ce qu’en disent les recherches »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12665 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12665

Haut de page

Auteur

Soufiane Rouissi

Maitre de conférences HDR, chercheur au MICA, Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search