Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ParutionsJimenez Aude. (2019). Survie d’un...

Parutions

Jimenez Aude. (2019). Survie d’une radio communautaire sénégalaise : Le cas de Manoore FM à Dakar

Paris : L’Harmattan
Etienne Damome
Référence(s) :

Jimenez Aude. (2019). Survie d’une radio communautaire sénégalaise : Le cas de Manoore FM à Dakar. Paris : L’Harmattan. ISBN : 978-2-343-17456-3. Prix : 19 €

Texte intégral

1On aurait pu dire : « une monographie de plus sur une radio communautaire africaine ». Plusieurs travaux de ce type existent en effet, en français comme en anglais, sur ce type de radio en Afrique (Tamminga, 1997 ; Banda, 2003 ; Damome 2010 ; Diagne 2014 ; Mhagama, 2015). Le développement des médias du tiers secteur a suscité un vif intérêt chez nombre d’observateurs de la scène médiatique africaine.

2Sauf que cet ouvrage recèle une originalité : celle d’une double approche. D’une part l’auteure a entrepris d’étudier Manoore FM à travers le jaillissement de sa vie - et non dans une perspective historique, sociohistorique - par les contenus ou par les pratiques de l’émetteur. Ceci lui permet de parler d’une radio qui n’émet plus (contrairement à ce que montre la photo de couverture), précisément parce qu’elle continue de vivre alors qu’au moment où se déroule l’étude, les auditeurs ne la reçoivent plus à l’antenne. D’autre part, pour y arriver, l’auteur a recouru à la notion d’acteur qui a le mérite de ne pas se limiter au personnel du média, mais d’intégrer dans un même regard les auditeurs fidèles, ceux qui participent à la communauté formelle et informelle (sur ses bords) qui fait la radio. La mise en lumière de son environnement géographique (le quartier populaire Bopp) et son lieu physique : le Centre Boop participe de cette ambiance populaire, communautaire et « naturelle » qui entoure et alimente Manoore FM. C’est toute cette vie-là qui est contée ici et qui montre comment « une radio qui ne fonctionne pas vit » (p. 149).

3En cela, les deux premiers chapitres de ce travail illustrent bien les dynamiques de post-réception que présentent plusieurs chercheurs (Morley, 1986 ; Eliasoph, 1998 et 2003 ; Dahlgren, 2003 ; Damome, 2011, 2012 et 2015). Aude Jimenez observe et rend compte du lien social qui s’est tissé pendant et après l’exposition à ce média, mais également des dynamiques sociales et des processus de leur construction. Mais au-delà de l’analyse des dynamiques sociales, il s’agit d’étudier également ce qui les fonde, c’est-à-dire la question identitaire. La notion d’identité sociale se réfère au sentiment de proximité et de complicité éprouvé vis-à-vis d’une personne ou d’un objet. Ce que rapporte ici l’auteur montre que le rapport individuel à la radio est primordial et fondateur. C’est sur ce substrat que repose la « résilience » du média. C’est aussi ce ciment qui fait communauté radiophonique. L’objet aimé par l’auditeur fidèle, qui est souvent la radio elle-même, mais qui peut être également un programme radiophonique spécifique ou encore un animateur, provoque chez l’individu un processus de participation qui l’engage sur une trajectoire individuelle qui deviendra collective. L’observation des différentes formes d’engagement qui font suite à l’interaction des usagers avec les animateurs, la direction, et entre eux, ainsi que leur mode de socialisation rend bien compte de la notion de communauté radiophonique (Damome, 2019).

  • 1 Voir également sa communication au Congrès d’analyse politique sur l’Afrique à l’occasion du Cinqua (...)

4Les chapitres trois et quatre systématisent l’observation des différentes formes de participation médiatique et dressent une typologie des manières dont chaque forme de participation crée un type différent de lien communautaire. Aude Jimenez distingue trois types de participation : la participation organisationnelle, la participation éditoriale et ce qu’elle appelle « la participation “offwaves” » ou offline (« hors ondes ») qu’elle reprend à Elisabeth Bird (2011) pour dépeindre les activités des participants de la radio communautaire en marge de l’interactivité radiophonique. Cela recouvre le sur-champ de Blandine Schmidt (2016), mais le dépasse pour intégrer la vie de quartier et la vie de l’association des auditeurs de la station. Nous pouvons évoquer à ce propos aussi les travaux de Yacine Diagne (2014)1 et de Fatoumata Sonko (2010) dans le même pays. Faire une expérience commune de la radio crée une identité commune et met ensemble les participants dans une « communauté symbolique » (Howley, 2009, 65) de « radiophiles » enthousiastes à partager une expérience médiatique faite de pratiques radiophoniques, d’efforts collectifs, d’amitiés, et d’alliances politiques (Howley, 2013 ; Damome, 2020).

5L’ouvrage de Aude Jimenez contribue ainsi à appréhender une nouvelle manière d’analyser un média en considérant comme un pôle unique la production et la réception dans une logique de co-construction des contenus et de co-gestion des structures. La radio est en partage (Damome, 2017) non seulement entre les publics et les producteurs, mais également au sein des auditeurs qui se constituent en groupe de vie et d’engagement. Cette perspective est stimulante pour l’analyse des interactions sociales qui prennent prétexte de la participation radiophonique pour exister de façon autonome (Damome, 2019). Dans cette perspective, la temporalité médiatique et l’interactivité radiophonique deviennent des dimensions d’une expérience communautaire plus large.

6On peut tout de même se demander si la réalité dépeinte par Aude Jimenez dans ce livre n’est pas un peu fantasmée. En s’immergeant dans une vie sans vie de la radio et dans un contexte d’attente lancinante de son retour improbable « Bientôt Rek Inch’Allah », l’auteure n’a pu observer que la vie d’une communauté qui lui a raconté la vie de son « bébé » perdu qu’elle tient à tout prix à retrouver. Elle n’a donc eu accès qu’aux représentations et sans doute aux souvenirs nostalgiques des pratiques médiatiques. Une partie de la réalité pratique (production, contenus, programmation, réception, structure de l’audience, etc.) en est par exemple absente. Si l’analyse de la vie de cette communauté radiophonique qui rend présente « une radio qui ne vit plus » est, à n’en pas douter, une brillante contribution à l’illustration de la notion de communauté médiatique, la portée des conclusions qui en sont tirées semble se limiter à l’échelle de la situation peu banale présentée ici. Espérons que cette radio revive un jour et que l’auteure puisse l’observer pour nous sous un autre jour.

Haut de page

Bibliographie

Banda F., 2003, Community radio broadcasting in Zambia: A policy perspective, Thesis, University of South Africa.

Bird E. (2011), Are we all produdusers now ? Convergence and media audience practices, Cultural studies, vol. 25, Ns 4-5, p. 502-516.

Dahlgren P., 2003, « A la recherche d’un public parlant. Les médias et la démocratie participative », in Les sens du public, Cerfaï, D. et Pasquier, D. (Ed.), Paris, PUF, p. 291-312.

Damome E., 2020, Committed Listener Groups and Media Participation in Francophone West Africa. International Journal of Communication, 14, p. 608–625. Doi : 10638/2946

Damome E., 2019, Revisiter la notion de communauté médiatique à partir de l’exemple des collectifs d’auditeurs engagés en Afrique subsaharienne. Revue française des sciences de l’information et de la communication, (16). Doi : 10.4000/rfsic.5915.

Damome E., 2017, La radio en partage. Contribution à la compréhension des processus de construction communautaire autour des médias. Exemple des communautés radiophoniques en Afrique subsaharienne, mémoire d’HDR, Université Bordeaux Montaigne.

Damome E., 2015, « Pratiques radiophoniques et dynamiques communautaires des jeunes à l’ère du numérique », in Réseaux, vol. 33-194, p. 229 – 263.

Damome E., 2012, « Communautés médiatiques et dynamiques générationnelles à l’ère du numérique en Afrique subsaharienne », Iletisim n° 16, juin, p. 7-21.

Damome E., 2011, The Community of radio Listeners in the Era of the Internet in Africa. New forms and new radio content. The Fan Club Zephyr Lom´e (Togo) as a basis for analysis. In Gazi, Angeliki, Starkey, Guy, Jedrzejewski, and Stanislaw, editors, Radio Content in the Digital Age : the Evolution of a Sound Medium, p. 235–246. Bristol-UK /Chicago-USA : Intellect.

Damome E., 2010, Women’s radios in Africa : towards a new configuration of the public sphere. The example of Radio Munyu in Banfora (Burkina-Faso). Radio-Leituras, (1), p. 171–185.

Diagne Y., 2014, Sociologie politique d’une expérience de démocratie participative : le cas d’une radio communautaire au Sénégal. Thèse, Université Paris Dauphine.

Eliasoph N., 2003, « Publics fragiles », In Cerfaï D. & Pasquier D. (dir.), Les sens du public, p. 225-268, Paris : PUF.

Eliasoph N., 1998, Avoiding poltics: How Americans produce apathy in everyday life, Cambridge, Cambridge University Press.

Howley K., 2009, Understanding community media, New York : Sage Publications.

Howley K., 2013, “Community media Studies : an overview”, Socology Compass n° 7/10, p. 818-828.

Mhagama P. M., 2015, Community Radio as a tool for Development : A case Study of Community Radio Stations in Malawi, thesis, University of Leicester.

Morley D., 1986, Family television. Cultural power and domestic leisure. London, Comedia.

Sonko F. B., 2010, Les usages paradoxaux de la radio à travers les émissions interactives au Sénégal. Les exemples de Sud-FM, de RFM et de FM Awagna, Thèse, Université Bordeaux 3.

Tamminga P., 1997, Is community radio an effective tool for grassroots development?: A case study of two Honduran NGO’s, Ottawa, Simon Frazer University.

Haut de page

Notes

1 Voir également sa communication au Congrès d’analyse politique sur l’Afrique à l’occasion du Cinquantenaire du CEAN (1958-2008) : « dialogue communal », une émission d’une radio communautaire dakaroise entre « interactivité » et « palabre » traditionnelle. Institut d’Études politiques de Bordeaux, 3, 4 et 5 septembre 2008, 28 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Damome, « Jimenez Aude. (2019). Survie d’une radio communautaire sénégalaise : Le cas de Manoore FM à Dakar »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 18 mars 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12674

Haut de page

Auteur

Etienne Damome

Etienne Damome est maître de conférences habilité à diriger les recherches en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université Bordeaux Montaigne. Il est responsable de l'axe “Médias, sociétés et cultures” de l'Unité de Recherches MICA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search