Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ParutionsAlvès Audrey et Simon Justine (di...

Parutions

Alvès Audrey et Simon Justine (dirs). (2020). SIC, les sciences de l’information et de la communication en IUT : 35 fiches

Paris : Ellipses
Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel
Référence(s) :

Alvès Audrey et Simon Justine (dirs). (2020). SIC, les sciences de l’information et de la communication en IUT : 35 fiches. Paris : Ellipses. ISBN : 978-2-340-03791-5. 22,50 €

Texte intégral

1Paru en 2020 aux éditions Ellipses, ce manuel dirigé par Audrey Alvès et Justine Simon est porté par un collectif d’enseignants-chercheurs exerçant au Centre de recherche sur les médiations (Crem). L’avant-propos rappelle la place essentielle des sciences de l’information et de la communication (SIC) dans les programmes pédagogiques nationaux notamment dans les formations dispensées dans les Instituts Universitaires de Technologie (IUT), importance que l’on retrouve dans les vingt-quatre spécialités de Diplômes Universitaires de Technologie (DUT). L’ouvrage s’adresse donc principalement aux étudiants inscrits en IUT mais aussi aux enseignants et aux intervenants de la discipline. Il a pour objectif la valorisation des SIC et peut constituer un outil précieux dans la construction du parcours personnel et professionnel des étudiants.

2Après un avant-propos, le livre se divise en sept chapitres ou domaines répondant aux besoins pédagogiques des étudiants. Chaque chapitre fait l’objet d’une courte présentation sous forme de questionnements et de l’annonce des titres des différentes fiches qui le composent. Les sept domaines présentés comprennent chacun cinq fiches thématiques. Chacune d’elle se compose d’un titre, d’une problématique, d’une courte introduction, d’un développement structuré en quelques points essentiels, d’une conclusion, des notions SIC abordées dans la fiche et des références pour élargir la réflexion. Le manuel se termine par les notices bibliographiques des auteurs, la précision de leur contribution et par une table des matières. Le format court, sous forme de fiches de quatre à cinq pages, la structure même des fiches, leur présentation aérée, la présence de schémas explicatifs assurent à cet ouvrage un caractère dynamique et autorise des modalités de lecture ni linéaire, ni exhaustive.

3Le premier chapitre s’intéresse aux « théories de l’information et de la communication », il propose une réflexion sur les origines de la discipline, plusieurs significations de la notion de communication et une présentation des différents domaines de recherche en SIC (p. 14) (fiche 1.1.). La fiche 1.2. met en lumière des « théories mathématiques de l’information » comme le modèle de C. E. Shannon et W. Weaver (1975). Cette fiche revient sur les apports de N. Wiener en cybernétique, et sur la notion de feedback. Dans le processus de communication de nombreux dysfonctionnements (bruits parasites ou redondance) peuvent perturber ou faire échouer la communication. La fiche 1.3. aborde la mass communication research, elle interroge la capacité d’influence des médias de masse. Cette fiche met en évidence les définitions de « communication de masse » et de « leaders d’opinion », elle analyse le comportement du public dans la communication médiatique (théorie des deux étages de la communication). « La théorie critique et les industries culturelles » fait l’objet de la réflexion menée dans la fiche 1.4.. Les auteurs reviennent sur les fondements de la théorie critique inspirée du marxisme et sur le rôle de ses fondateurs et influenceurs tels que G. Lukács, T. Adorno, M. Horkheimer ainsi que sur l’invention du concept central d’industrie culturelle (p. 25). La fiche 1.5. questionne « les théories de l’espace public ». Le concept d’espace public y est redéfini à partir de l’approche héritée de J. Habermas.

4Le deuxième chapitre porte sur la pluralité des médias, leur histoire et leurs mutations. Le livre, la presse, les médias du son et de l’image, la publicité… sont des médias de masse (fiche 2.1.). Ils jouent un rôle important dans la formation de l’opinion publique. La fiche 2.2. présente un panorama des médias d’actualité. L’influence du numérique a contraint les dispositifs médiatiques traditionnels à se réinventer (p. 43). La fiche 2.3. s’intéresse aux écritures de l’actualité, à la fabrique de l’information et aux enjeux éthiques de l’écriture journalistiques. Les auteurs posent la question des formes dont les journalistes traduisent l’état du monde. Les sources y jouent un rôle primordial. La fiche 2.4. fait état de l’environnement économique des médias et de la durée de vie d’un produit médiatique variable d’un média à un autre. La fiche 2.5 traite des pratiques médiatiques, de leur diversité et de leurs évolutions, elle s’intéresse notamment au calcul de l’audience.

5Le troisième chapitre développe la communication interpersonnelle et la médiation. La définition de la communication de l’anthropologue de la communication Y. Winkin est rappelée : « processus social permanent intégrant de multiples modes de comportement : la parole, le geste, le regard, la mimique, l’espace interindividuel, etc. » (Winkin, 1981). Ils en rappellent les différentes règles sociales : formation du langage, niveau de langage, distribution de la parole… (fiche 3.1.). La fiche 3.2. s’intéresse au message, aux codes et aux référents. Les fonctions du langage développées par R. Jakobson (1963) y sont rappelées ainsi que le regard de J.-L. Austin (1970) sur le langage, pour qui communiquer c’est faire quelque chose. La fiche 3.3. permet d’appréhender la communication non verbale et para-verbale. Cette partie met en lumière la proxémique étudiée notamment par E. T. Hall, la kinésique, les expressions du visage, la fonction des vêtements et des accessoires et les signes vocaux. Il s’agit de montrer différents canaux de communication et contextes d’énonciation pour lesquels le regard est déplacé vers une situation plus globale de la situation de communication et non centrée sur le seul contenu du message. La fiche 3.4. aborde la communication dans les groupes, les postures et les rôles des différents membres, la composition des relations, les enjeux de la communication de groupe, la gestion de conflits. La fiche 3.5. questionne la médiation culturelle, son rôle social, les dispositifs associés et la manière dont certains auteurs tentent d’en faire « un cadre théorique permettant d’analyser les processus de formation de signification à travers les interactions entre sujets et dispositifs » (p. 90).

6Le quatrième chapitre aborde la question de la communication organisationnelle, la manière dont elle s’est construite, ses concepts, ses méthodes et ses principaux champs de recherche (fiche 4.1.). La fiche 4.2. revient sur l’environnement et les enjeux de l’organisation, cette dernière y est appréhendée dans une perspective communicationnelle. La fiche 4.3. pose la question de la démarche et de la culture de projet comme outil de gestion dans le but « d’optimiser le travail en valorisant l’image de l’organisation en interne comme en externe ». La fiche décrit le rôle et les enjeux du projet dans les organisations, la démarche de projet et la mise en œuvre de la démarche. La fiche 4.4 aborde les moyens de communication et la manière de choisir une stratégie de communication médias et hors médias (Dordor, 1998). La fiche 4.5. traite de la communication sensible, expression forgée par T. Libaert qui la définit comme une « communication en construction. Les certitudes y sont peu nombreuses » (Libaert, 2011). L’objectif de la communication sensible consiste à pouvoir identifier les situations qui comportent un risque de conflit ou de crise pour les anticiper ou les accompagner (p. 118).

7Le chapitre cinq s’intéresse à l’information-documentation. La fiche 5.1. centre son propos sur la notion de document elle rappelle les définitions qu’en donnent J. Meyriat (1981) et R. Escarpit (1976). En outre, elle revient sur les deux grandes fonctions du document que sont la conservation et la communication de l’information. Le document numérique est lui aussi abordé. La fiche 5.2. traite de la recherche d’information, au besoin d’un individu de rechercher de l’information et à la stratégie développée pour y accéder. Les notions de fiabilité d’une source et de qualité de l’information sont exposées. La question de la gestion de l’information et du document fait l’objet de la fiche 5.3. Y sont présentés : le cycle de gestion de l’information, la valeur économique de l’information dans l’environnement professionnel ainsi que le passage de la gestion de l’information à la gestion des connaissances. La fiche 5.4. revient sur différentes définitions de la veille. Celle-ci est pensée dans un contexte d’intelligence économique. Cette fiche permet d’identifier différentes formes de veilles (diamant des veilles inspiré de D. Rouach (2010)) et de comprendre le cycle de veille. La fiche 5.5. porte sur le référencement et sur la manière d’optimiser le positionnement dans les réponses d’un moteur de recherche. Cette fiche questionne notamment les notions de Page Rank, de classement ou ranking ou d’algorithmes… mais aussi des questions essentielles telles que la pertinence de l’information trouvée, le croisement des informations ou encore la visibilité ou invisibilité d’un site web.

8Le sixième chapitre ouvre une réflexion sur la culture numérique. La fiche 6.1. revient sur l’histoire d’Internet, ses origines militaires, l’invention du lien hypertexte. Les valeurs fondamentales y sont développées : la liberté, les licences Creative Commons, l’accès, la circulation et la diffusion des connaissances (Wikipedia (p. 157)). Internet est d’abord fondé autour d’une culture du partage. La fiche 6.2. interroge les différentes formes d’écriture et de lecture et l’hypertextualité. Elle s’intéresse à la manière dont l’hypertexte change les gestes et les pratiques du lecteur et du scripteur. Il est question de litteratie numérique (p. 160) et d’économie de l’attention (Citton, 2014). La fiche 6.3. questionne la culture mobile et les objets connectés. On y lit les origines du mobile et la place qu’il occupe aujourd’hui notamment dans la consommation d’information. La fiche 6.4. traite des réseaux socionumériques et de la manière dont les dispositifs comme Twitter, Facebook… ont bouleversé les relations sociales. L’usager y est un acteur actif de la production de contenus. La fiche 6.5. pose la question de l’identité et des traces numériques, elle interroge à la fois la protection de la vie privée et l’activité de collecte des données personnelles.

9Le septième et dernier chapitre se tourne vers la culture visuelle et audiovisuelle. La fiche 7.1. propose une approche qui va de la sémiologie à la sociosémiotique. Cette fiche revient sur l’évolution des théories marquantes de l’analyse des images, notamment celles des chercheurs F. de Saussure, R. Barthes, C. S. Peirce, U. Eco, E. Veron et A. Semprini. La fiche 7.2. s’intitule production d’images fixes, notions élémentaires. Les codes graphiques y sont redéfinis : la composition, la perspective, l’angle de prise de vue, la typographie, la couleur. Dans la continuité de cette réflexion, la fiche 7.3. traite de l’image en mouvement : du langage cinématographique au langage audiovisuel. Il est question de types de plans, de montage, de construction de la narration et d’interactivité avec les publics. La fiche 7.4. porte sur les images comme effet du réel, elle propose d’analyser la valeur de vérité et de crédibilité des images, elle aborde notamment le photomontage et les détournements iconiques. La fiche 7.5. s’intéresse aux images et aux émotions qu’elles peuvent susciter à l’heure où ces images circulent de manière accélérée sur les écrans. En donnant des exemples tirés de l’actualité, la fiche rappelle combien l’enjeu est « d’analyser les affects suscités par les images dans des interactions en contexte ».

10Si l’on peut trouver ce livre elliptique sur certains aspects, il donne une vision d’ensemble des thématiques étudiées en SIC. Il revient sur des concepts clés et des théories essentielles de la discipline. Les références citées à la fin de chacune des fiches permettent au lecteur d’aller plus en avant et d’explorer des textes fondamentaux. Rédiger un guide des SIC en 35 fiches à destination des étudiants permet de mettre en avant des questions cruciales et des problématiques actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel, « Alvès Audrey et Simon Justine (dirs). (2020). SIC, les sciences de l’information et de la communication en IUT : 35 fiches »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12685

Haut de page

Auteur

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel est docteure qualifiée en sciences de l’information et de la communication et certifiée en documentation. Elle est chercheure au Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) à l’Université Toulouse III Paul Sabatier et membre de l’axe Information, Sciences, Savoirs, Pratiques (I2SP).

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search