Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24ParutionsRoxin Ioan, Saleh Imad, Bouhaï Na...

Parutions

Roxin Ioan, Saleh Imad, Bouhaï Nasreddine, Leleu-Merviel Sylvie, Jeanneret Yves, Zacklad Manuel et Massou Luc (Éds). (2019). De l’hypertexte aux humanités numériques

London : ISTE Editions
Éric Lacombe
Référence(s) :

Roxin Ioan, Saleh Imad, Bouhaï Nasreddine, Leleu-Merviel Sylvie, Jeanneret Yves, Zacklad Manuel et Massou Luc (Éds). (2019). De l’hypertexte aux humanités numériques. London : ISTE Editions. ISBN : 978-1-78405-651-3. Prix : 145,60 €

Texte intégral

1La quinzième édition de la conférence « Hypertexte et hypermédia » (H2PTM’19) s’est déroulée les 16, 17 et 18 octobre 2019 au campus universitaire de Montbéliard (Université de Franche-Comté) sur la thématique « De l’hypertexte aux humanités numériques », les SIC étant un axe privilégié pour aborder ce « champ mouvant incluant recherche, enseignement, études et pratiques. »

2La publication des actes aux éditions ISTE1 a été coordonnée par les présidents de la conférence — Imad Saleh, Ioan Roxin, Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Manuel Zacklad, Luc Massou — et Nasreddine Bouhaï, responsable de l’organisation scientifique et du programme. L’ouvrage de 452 pages intègre 24 textes de 44 auteurs ; sa volumétrie est comparable à celle de l’édition 2017 (24 textes également pour 49 auteurs et 408 pages). On notera une forte dynamique éditoriale, puisque seuls 8 auteurs sont communs aux deux éditions, avec une prédominance de contributions collectives (14 sur 24)2. Toutes les contributions sont en français, largement illustrées, en couleur, rendant la lecture agréable. On notera la représentation d’environ un tiers des laboratoires en SIC, l’international étant représenté par quatre universitaires de Belgique (Liège, Bruxelles) et du Canada (Laval, Montréal).

  • 3 Les chiffres désignent les numéros des parties. Les articles seront mentionnés de même, par un iden (...)
  • 4 Conférence Permanente des Directeurs.trices de laboratoires en Sciences de l’Information et de la C (...)

3L’objectif annoncé est « de comprendre les implications et les opportunités du numérique comme un média, un objet d’étude, voire un véritable écosystème. » Comme le précise l’introduction, il s’agit de valoriser les recherches sur les hypertextes et les hypermédias à l’ère des Humanités sous différents angles : épistémologique, culturel, informationnel, social et technique. L’ouvrage est structuré en huit parties : I. Hypertexte, navigation et recherche d’information ; II. Hypertexte, navigation et web sémantique ; III. Systèmes et pratiques collaboratives en ligne ; IV. Visualisation et traitement de l’information ; V. Médias sociaux, culture et pratiques numériques ; VI. Médiation culturelle, patrimoine et expériences hyper-médiatiques ; VII. Médiation des savoirs et apprentissage ; VIII. Écriture, œuvre et jeux numériques. La majorité de ces parties s’inscrivent dans la continuité de l’édition précédente, avec un libellé identique ou très proche (III, IV, V, VI, VIII)3, en phase avec les domaines d’étude des TIC, tels que référencés par la CPDirSIC4. Complémentaire à ce rubriquage pertinent et équilibré d’autres regroupements sont possibles, par exemple selon un axe temporel en distinguant d’une part des analyses rétrospectives, d’autre part des projets exploratoires, ou bien en distinguant d’une part les contributions relatives à l’apprentissage de celles focalisées sur la production, ces quatre catégories regroupant chacune entre cinq et sept articles. Un découpage complémentaire pourrait distinguer d’une part les articles de synthèse qui relèvent d’une approche plus théorique (environ 2/5) et d’autre part ceux plus centrés sur l’expérimentation et la pratique (environ 3/4), certains effectuant le pont entre les deux. Ces éclairages ont pour simple objectif d’illustrer la richesse de l’ouvrage.

4Si cet ouvrage s’adresse en premier lieu aux spécialistes des sciences de l’information et de la communication, il trouvera écho auprès d’une diversité de publics. Citons en particulier les professionnels de l’information, par exemple avec des articles sur l’exploration de corpus multimédia (I.1) et l’analyse des signaux faibles (IV.13). Enseignants et étudiants trouveront un intérêt particulier aux articles sur l’information literacy (I.2), la liberté d’action en environnement d’apprentissage virtuel (VII.20), ou le rapport entre conception de MOOC et pratiques pédagogiques (VII.21). Dans cette continuité, la gestion de compétences est traitée du côté pédagogique et professionnel, avec respectivement la conception de portfolio (V.16) et l’évolution de la gestion des compétences en entreprise (II.5). Les acteurs de la médiation numérique seront quant à eux plutôt concernés par des articles sur les environnements d’objets connectés (VII.22), les dispositifs immersifs (VIII.24) ou la transmission du patrimoine (VI.18), sujet également brillamment abordé sous l’angle de son cycle de vie (VI.19). L’aspect communautaire est analysé dans différents contextes : la conception médiatisée dans une agence d’architecture (III.6), la plateformisation dans une entreprise privée (V.14) et via des recherches en relation avec la communauté Wikipédienne, sur la gouvernance de la qualité (III.7), et la cartographie de l’historique des liens (IV.10). L’hypertexte et l’hypermédia restent évidemment à l’honneur avec des interrogations prospectives sur son étude (I.3), son domaine d’application (III.8), et un projet sur un pionnier de l’hypertexte, Paul Otlet (II.4 et IV.11). L’usage des graphes trouve également une place centrale dans deux autres contributions, l’une sur la visualisation de connaissances, appliquée à la revue Hermès (IV.12), l’autre sur une réflexion sur l’instrumentation numérique des SHS (V.15). Pour boucler ce tour mentionnons deux contributions originales, sur les espaces liminaires de l’authenticité questionnés à partir du corpus Houdini (III.9) et les dispositifs de poésie numérique animée (VIII.23). Claude Baltz clôture ce panorama avec une contribution à l’écologie de l’information, questionnant « l’exoformation », au cœur des humanités numériques ? (V.17)

5Le premier intérêt de cet ouvrage est donc de présenter un état de l’art de la recherche sur les hypertexte et les hypermédias avec une variété de thématiques abordées. Rappelons que dans les pratiques hypertextuelles et hypermédiatiques, une place particulière est attribuée à l’utilisateur et son expérience (Ux), en rapport à son appropriation des dispositifs techniques. Le numérique est questionné dans toutes ses dimensions – comme objet, outil et terrain – couvrant ainsi un spectre étendu parmi les thèmes d’étude privilégiés des SIC, de la conception et écriture, aux usages et pratiques. Tout lecteur devrait donc y trouver plusieurs articles susceptibles de retenir son intérêt, comme nous avons pu le constater en présentant cet ouvrage à des collègues. Nous regrettons simplement que le prix relativement élevé de cette collection, en particulier dans sa version imprimée, puisse être un facteur limitant sa diffusion, en particulier pour les publics ne disposant pas d’accès aux bibliothèques universitaires.

6En écho à certaines figures de l’ouvrage, nous proposons pour conclure une cartographie qui représente au centre le colloque (en rouge) et le livre (en bleu), auquel sont rattachés les 7 coordinateurs (en vert, dont un co-auteur) et les 8 parties (en bleu), pour aboutir aux 24 articles (en bleu) auxquels sont reliés les 44 auteurs (en vert) et l’ensemble des mots-clés associés aux articles (en blanc).

7Cette représentation facilite le repérage visuel des articles co-écrits et des auteurs de plusieurs contributions, ainsi que des mots-clés communs. Le faible recouvrement de ceux-ci illustre la diversité des thèmes abordés, qui font toute la richesse de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Cf. https://www.istegroup.com/fr/produit/h2ptm19/ La table des matières est téléchargeable : https://www.istegroup.com/wp-content/uploads/2019/09/651_H2PTM19_TDM.pdf

2 Avec deux co-auteurs en dehors de l’université, un professeur documentaliste et un entrepreneur ; 2 auteurs interviennent dans 3 contributions, et 4 dans 2.

3 Les chiffres désignent les numéros des parties. Les articles seront mentionnés de même, par un identifiant composé de leur position dans l’ouvrage (1-24) préfixé par le numéro de partie (I-VIII).

4 Conférence Permanente des Directeurs.trices de laboratoires en Sciences de l’Information et de la Communication, dans l’ouvrage « Dynamiques des recherches en Sciences de l’Information et de la Communication » — Cf. http://cpdirsic.fr/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/12824/img-1.png
Fichier image/png, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Lacombe, « Roxin Ioan, Saleh Imad, Bouhaï Nasreddine, Leleu-Merviel Sylvie, Jeanneret Yves, Zacklad Manuel et Massou Luc (Éds). (2019). De l’hypertexte aux humanités numériques »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12824

Haut de page

Auteur

Éric Lacombe

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, chercheur associé au laboratoire MICA, Axe ICIN, de l’Université Bordeaux Montaigne. Également ingénieur Arts et Métiers, il est spécialisé en architecture de l’information, étudiant les rapports entre l’organisation de l’information et la transformation de l’organisation.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search