Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Dossiers RFSIC à paraîtreN° 27 | Les publics des musées et...

Dossiers RFSIC à paraître

N° 27 | Les publics des musées et institutions culturelles à l’ère du numérique

L’étude des publics de la culture, terme protéiforme traduisant la pluralité des phénomènes étudiés ainsi que la diversité des méthodologies mobilisées, regroupent l’ensemble des travaux portant sur la réception des expériences culturelles. À cet égard, les réflexions développées par Frédéric Gimello-Mesplomb (2015) placent les études de publics à la croisée des SHS et proposent différentes approches : l’études des collectifs d’individus ou de communautés et leur mode d’engagement dans les actions (la sociologie des publics), la définition des publics et de leurs pratiques à travers les caractéristiques des objets pour lesquels ils ont prouvé un attachement (les SIC), ou encore l’analyse des affects et des phénomènes de perception (la psychologie sociale). Or, le déploiement des technologies de l’information et de la communication dans le champ de la culture vient brouiller ces frontières poreuses entre les disciplines et permet ainsi de faire dialoguer des concepts tels que les publics en ligne, les communautés, les audiences ou les usagers. En se concentrant plus spécifiquement sur les publics des musées et établissements patrimoniaux, l’objet de cet appel à communication est de mettre en exergue la richesse des travaux en SIC qui s’intéressent à ces questions ainsi que la pluralité des méthodes d’analyse (qualitatives ou quantitatives) portant sur les publics de ces organisations culturelles à l’ère du numérique. Ce dossier s’inscrit ainsi dans la continuité du n° 16 de la revue de la SFSIC publié en 2019 et dont la thématique portait sur le renouvellement des formes de médiation muséale permis par les technologies et supports numériques. En passant des outils et récits proposés par ces institutions à leur réception par les publics, il s’agit ainsi de se saisir de l’ensemble des modifications induites par l’expansion des pratiques numériques au sein de l’environnement de travail des professionnels de la culture (Tardy et Renaud, 2015 et 2016 ; Andreacola, 2020).

En ce qui concerne plus précisément l’étude des publics, la tradition de la recherche épistémique a tout d’abord été marquée par les travaux séminaux de Pierre Bourdieu (1969) qui s’est employé à démontrer l’inégalité de l’accès à la culture pour situer la pratique culturelle dans une perspective de la domination. Par la suite, le mouvement des cultural studies a marqué un tournant dans l’analyse des publics de la culture et en particulier les recherches de Michel de Certeau qui s’est attaché à considérer la réception comme un moment clé de la production de contenu culturel ou informationnel pour placer le récepteur comme un acteur actant du processus de co-construction de sens. Ces travaux constituent encore aujourd’hui des piliers épistémiques solides pour l’étude des pratiques culturelles médiées par le numérique. La récente étude publiée en juillet 2020 par le Ministère de la culture, « Cinquante ans de pratiques culturelles en France », révèle de fait un essor considérable des pratiques numériques ces dix dernières années. Cette étude note par exemple que pour les jeunes générations, les pratiques numériques sont devenues majoritaires, au détriment des médias historiques, tandis que les baby-boomers conservent un engagement fort dans les activités culturelles en matière de lecture ou de fréquentation de lieux muséaux… De même, si les jeunes continuent à sortir et à fréquenter des lieux culturels, il n’en demeure pas moins que les activités culturelles médiées par le numérique sont des pratiques culturelles majoritairement observées chez les jeunes. Au- delà de cette étude, les travaux sur les pratiques culturelles reposant sur l’usage d’outils et de dispositif numériques, pointent les hybridations observables entre les univers culturels et les identités des publics, leurs rapports diversifiés à la culture, aux objets numériques comme aux contenus culturels créatifs (Culture et Recherche, n° 134, hiver 2016-2017). Ces mutations profondes ont fait émerger une pluralité d’approches méthodologiques et ont démontré l’intérêt de prendre en compte la notion de « contexte de réseaux de sociabilité » (Thévenin 2015).

Du côté des institutions culturelles, les travaux pionniers de Joëlle le Marec (2007) ont montré que les visiteurs (des musées, des bibliothèques) sont des publics experts dont parfois, les acteurs de terrain sous-estiment la sensibilité à la dimension politique et institutionnelle. La chercheuse considère ainsi les pratiques culturelles comme des activités socialement situées et propose d’étudier ces sociabilités à partir de la notion de composite définie comme un processus dynamique qui situe l’étude des publics dans une approche plurielle allant de la sémiotique, aux études de réception ou encore la sociologie des publics. Cette notion de sociabilité gagnerait par ailleurs à être confrontée au concept de formes de vie (Fontanille, 2015) en ce sens que les pratiques culturelles individuelles ou collectives reposent sur l’appropriation de représentations construites dans le continuum de notre vie et relèvent de plusieurs types de sociabilités : une sociabilité primaire (l’héritage familial) ainsi que des sociabilités secondaires (la capacité à investir des pratiques à partir des expériences de vie ou des prédispositions construites dans l’environnement relationnel). La mise au point de Jacqueline Eidelman, Hana Gottesdiener et Joëlle Le Marec sur la construction des carrières et identités des visiteurs est également mobilisable pour mieux saisir l’appropriation par ces derniers des propositions numériques faites, en leur nom, par les organisations culturelles (2013).

De même, l’approche du design des expériences de vie, au sens de (Leleu-Merviel, Schmitt, Useille, 2018), souligne la nécessité d’intégrer les pratiques des individus dans la conception d’expériences impliquant des dispositifs numériques ou non. L’expérience de l’individu est alors considérée au-delà des seuls usages pour anticiper la complexité des pratiques des publics à partir, le plus souvent, d’une démarche de recherche-action. Ainsi, les pratiques culturelles médiées par le numérique peuvent être appréhendées comme une expérience conjointe spectateur / utilisateur avec l’œuvre, avec les personnes qui participent à sa réception et s’analysent en prenant en compte les multiples interactions comme les représentations situées socialement qui interviennent aussi bien avant, pendant et après une visite de musée ou une venue au spectacle.

À la croisée de ces cadres épistémiques, cet appel à communication vous permet de proposer des études empiriques ou heuristiques pour questionner les pratiques des publics (audiences, publics amateurs, professionnels de la culture, en ligne ou in situ, etc.) sous différents angles :

  • Interroger les pratiques numériques des publics de la culture en termes d’accès, de partage, d’enrichissement des œuvres comme des contenus culturels numériques et décrypter les rôles assignés aux publics - critiques, experts, influenceurs, communautés de fans, co-créateurs, etc. - dans la promotion et la diffusion de contenus culturels.

  • Observer les pratiques différenciées ou conjointes sous l’angle générationnel (jeunes publics, séniors) et questionner la segmentation des publics pratiquée par les managers d’institutions ou de services culturels afin d’orienter la conception de dispositifs culturels numériques.

  • Étudier la dimension transformative des médiations opérées par les objets culturels numériques sur l’expérience et le comportement de consommation culturelle en interrogeant, par exemple, les nouvelles formes de sociabilités composites impulsées par ces dispositifs ou en analysant la place faite aux expériences sensibles en contexte immersif.

  • Analyser l’apport des dispositifs numériques pour l’accès à la culture des publics empêchés ou éloignés et proposer plus largement un retour critique sur les politiques publiques, qui font la part belle aux appels à projets, accompagnant la transformation numérique des activités culturelles.

  • Interroger l’imaginaire numérique des professionnels de la culture (professionnels des institutions culturelles ou encore concepteurs de contenus culturels créatifs) et étudier l’intégration, au sein d’établissements patrimoniaux, de ces nouveaux modèles d’affaires issus des industries culturelles et marqués par leur vulnérabilité face à des technologies et des pratiques en constante évolution.

  • Analyser comment la situation sanitaire que nous vivons a conduit les institutions culturelles à repenser à de nouvelles propositions éditoriales qui hybrident médiations en ligne et situées et qui vont peut-être donner lieu à des actions plus ou moins pérennes.

Calendrier

  • 30 mars 2022 : diffusion de l’appel à article

  • 30 juin : envoi des résumés

  • 30 juin – 30 août : réponse aux auteurs

  • 30 août – 30 novembre : envoi du texte complet

  • 30 novembre – 30 décembre : expertise des articles

  • 30 décembre – 15 janvier : finalisation des articles

  • 1er mars 2023 : dépôt du dossier auprès de la revue

Appel à article pour La Revue française des Sciences de l’information et de la communication dirigé par : Cristina BADULESCU, Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Poitiers, Laboratoire CEREGE EA 1722 et Jessica de BIDERAN, Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Bordeaux Montaigne, MICA.

Modalités de soumission

Les résumés (env. 5000 signes, espaces compris et hors bibliographie), en français ou en anglais, seront adressés à Cristina BADULESCU (cristina.badulescu@univ-poitiers.fr) et à Jessica de BIDERAN (jessica.de-bideran@u-bordeaux-montaigne.fr), avant le 30 mars 2022, pour évaluation en double aveugle par le comité scientifique de la revue (http://rfsic.revues.org/206).

Pourront être proposés aussi bien des articles à visée épistémologique et théorique que des propositions étayées par des recherches empiriques. Seront privilégiés la clarté et la précision du propos. Pour les normes, se référer à celles de la revue : https://rfsic.revues.org/401.

Comité scientifique

  • Cristina BADULESCU, Université de Poitiers

  • Jessica DE BIDERAN, Université de Bordeaux Montaigne Valérie-Inès DE LA VILLE, Université de Poitiers

  • Mirela LAZAR, Université de Bucarest

  • Camille JUTANT, Université de Lyon 2 Lumières Julie PASQUER-JEANNE, UCO Bretagne Sud Marta BONI, Université de Montréal

Bibliographie

Bibliographie indicative

ALEXIS Lucie, APPIOTTI Sébastien et SANDRI Éva (dir.), 2019, « Les injonctions dans les institutions culturelles », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, n° 20/3, URL : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2019/supplement-a/00-presentation-du-supplement-2019-a-les-injonctions-dans-les- institutions-culturelles-ajustements-et-prescriptions/

ANDREACOLA Florence (dir.), 2020, « Musées et mondes numériques », Culture et Musées, n° 35, URL : https://journals.openedition.org/culturemusees/4353

APPIOTTI Sébastien et SANDRI Éva, 2020, « « Innovez ! Participez ! » Interroger la relation entre musée et numérique au travers des injonctions adressées aux professionnels », Culture et Musées, n° 35, URL : https://journals.openedition.org/culturemusees/4383

APPIOTTI Sébastien, 2019, « Dans l’atelier des publics. Vers une double injonction à la créativité et à la participation dans les applications mobiles du Grand Palais », Communication, n° 36/1, URL, http://journals.openedition.org/communication/10057

ARNAUD Lionel, 2018, Agir par la culture. Acteurs, enjeux et mutations des mouvements culturels - Lionel Arnaud, Toulouse, Edition de l’Attribut.

BADULESCU Cristina, DE LA VILLE Valérie-Inès, 2019, « La médiation muséale au prisme du numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 16, URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5581.

BADULESCU Cristina, DE LA VILLE Valérie-Inès, 2018, « Activer des médiations conjointes dans le secteur de la bande dessinées. Le cas de la maison des auteurs d’Angoulême », Culture et Musées, n° 31, URL : https://journals.openedition.org/culturemusees/1868

BIDERAN Jessica (de) et BOURDAA Mélanie (dir), 2021, Valoriser le patrimoine - via le transmedia storytelling, réflexions et expérimentations, Paris, éd. Complicités, coll. Muséo-Expographie/OCIM.

BIDERAN Jessica (de) et WENZ Romain, 2020, « Contribuer à la diffusion du patrimoine documentaire sur Wikipédia : pratiques et enjeux pour les institutions culturelles », Culture & Musées, n° 35, URL : https://journals.openedition.org/culturemusees/4762

BIDERAN Jessica (de), 2017, « L’extension numérique du musée », Colloque international de l’ICOFOM

- Définir le musée du XXIe siècle, Jun 2017, Paris.

BLONDEAU Virginie, BOUGENIES Fanny et LELEU-MERVIEL Sylvie, 2018, « De la trace mémorielle à sa médiatisation : l’exemple du parcours patrimonial évolutif de la Fosse d’Arenberg à Wallers (France) », Revue des Interactions Humaines Médiatisées (RIHM) = Journal of Human Mediated Interactions, vol. 19, n° 1, p. 69-113.

BOUGENIES Fanny, HOURIEZ Julie, HOURIEZ Simon et LELEU-MERVIEL Sylvie, 2015, « Musée pour tous : un dispositif de découverte dans les murs et son évaluation », Culture & Musées, n° 26, URL : https://journals.openedition.org/culturemusees/343

BOULLIER Dominique, 2016, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin.

BOUQUILLION Philippe (dir.), 2012, Creative economy, creative industries : des notions à traduire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

BOUQUILLON Philippe, MIEGE Bernard et MOEGLIN Pierre, 2013, L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles, Saint-Martin-d’Hères, Pug.

CASEMAJOR Nathalie, BELLAVANCE Guy et SIROIS Guillaume, 2018, Rapport de recherche au programme Actions concertées. Pratiques culturelles numériques et plateformes participatives : opportunités, défis et enjeux, Montréal, INRS - Centre Urbanisation Culture Société.

DAVALLON Jean, 2010, « L’écriture de l’exposition : expographie, muséographie, scénographie »,

Culture & Musées, n° 16, URL : www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2010_num_16_1_1574.

DE LA VILLE Valérie-Inès, BADULESCU Cristina, 2018, « Préfigurer le sens d’une visite familiale interactive au musée. Analyse des enjeux épistémiques à partir du cas du Musée de la Bande Dessinée », Médiation et Information, n° 42, URL : URL : http://mei-info.com/revue/42/33/

DERAMOND Julie, BIDERAN Jessica (de) et FRAYSSE Patrick, 2020, Scénographies numériques du patrimoine : des logiques d’acteurs aux dispositifs de valorisation, Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon.

DUTHEIL-PESSIN Catherine et RIBAC François, 2018, « Prescription culturelle » dans Dictionnaire encyclopédique et critique des publics, s.l., (coll. « Publictionnaire »).

GENTES, Annie et JUTANT Camille, 2012, « Nouveaux médias au musée : Le visiteur équipé », Culture & Musées, n° 19, URL : www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2012_num_19_1_1648

GIMELLO-MESPLOMB Frédéric, VILATTE Jean-Christophe (dir.), 2015, « Les recherches sur les publics en Sciences de l’Information et de la Communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 7, https://journals.openedition.org/rfsic/1462

JONCHERY Anne et LOMBARDO Philippe, 2020, « Pratiques culturelles en temps de confinement »,

Culture études, n° 6, p. 1-44.

JUTANT Camille, GUYOT Aude, GENTES, Annie, 2009, « Visiteur ou joueur ? Les multiples facettes de la technologie RFID », La lettre de l’OCIM, n° 125, URL : http://ocim.revues.org/243

LAPOINTE Marie-Claude et LUCKERHOFF Jason (eds.), 2021, Non-publics de la culture : six institutions culturelles de la Mauricie à l’étude, Québec (Québec), Presses de l’Université du Québec.

LAPOINTE Marie-Claude, PRONOVOST Gilles et LEMIEUX Jacques (dir.), 2017, Générations et pratiques culturelles, Québec, Presses de l’Université du Québec.

LE MAREC Joëlle, SCHIELE Bernard et LUCKERHOFF Jason (dir.), 2019, Musées, mutations, Dijon, MKF Editions.

LELEU-MERVIEL Sylvie, SCHMITT Daniel et USEILLE Philippe (eds.), 2018, De l’UXD au LivXD : design des expériences de vie, London, ISTE Group.

LOMBARDO Philippe et WOLFF Loup, 2020, « Cinquante ans de pratiques culturelles en France »,

Culture études, vol. 2020, n° 2, p. 1-92.

MIEGE Bernard, 2017, Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MIGUET Mathilde et PAQUIENSEGUY Françoise, 2019, « L’évolution de l’environnement numérique des musées », Les Cahiers du numérique, vol. 15, n° 1, p. 67-91.

MOESCHLER Olivier et THEVENIN Olivier (dir.), 2009, Les territoires de la démocratisation culturelle : équipements, événements, patrimoines : perspectives franco-suisses, Paris, L’Harmattan.

PASQUER Julie, 2017, « Les dispositifs de médiation éducative au Château de Versailles : Fiction, Transmedia et Multimodalité », dans Penser les relations entre médias. Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics, sous la dir. de Laurent Di Filippo et Émilie Landais, Paris, Néothèque Éditions, p. 89-116.

QUEMIN Alain et LEVY Clara, 2020, « Sur L’Artiste, l’institution et le marché de Raymonde Moulin », Questions de communication, n° 37, URL : https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/23412

TARDY Cécile et RENAUD Lise (dir.), 2015, « Pratiques d’espace. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? » (1), Études de communication, n° 45, URL : https://journals.openedition.org/edc/6351

TARDY Cécile et RENAUD Lise (dir.), 2016, « Regards sur l’innovation. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? » (2), Études de communication, n° 46, URL : https://journals.openedition.org/edc/6475

THEVENIN Olivier, 2015, « Publics, médias de masse et participation culturelle. Trois concepts interdépendants », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n 7, URL : https://journals.openedition.org/rfsic/1541

VIDAL Geneviève, 2014, « Critique et plaisir au cœur des usages des médiations numériques muséales »,

Interfaces numériques, n° 3, p. 163-177.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search