Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24SpicilègesUne perspective critique des disc...

Spicilèges

Une perspective critique des discours sur l’entreprise de soi au prisme des changements de statut d’emploi

Cindy Felio, Fabienne Bornard, Emmanuel Abord de Chatillon et Jean-Yves Ottmann

Résumés

L’injonction à l’entreprise de soi semble résonner depuis plus d’une trentaine d’années dans notre société contemporaine, exhortant à l’autonomie et à la subjectivation des parcours professionnels dans leur modalité la plus aboutie. Dans une visée critique, au sens de la mise en visibilité des iniquités des systèmes de domination mais aussi de leurs fragilités relatives face aux capacités des acteurs l’étude qui sert de support à cet article consiste en une comparaison entre, d’une part, les discours assurant la promotion des transitions professionnelles à la faveur de l’autonomie (à savoir la création d’entreprise et les nouvelles formes d’emploi) et, d’autre part, les trajectoires effectives d’individus passant par des statuts indépendants (SARL, EURL, SASU, micro-entreprise, portage salarial, etc.). À partir d’un métissage conceptuel entre approche processuelle des organisations (rapportée au champ de l’entrepreneuriat) et des sciences de gestion (sur les définitions et motivations de l’entrepreneuriat), cet article se propose de confronter une analyse de discours sur l’injonction à l’entreprise de soi (la création d’entreprise et les formes hybrides d’emploi) sur la base d’une cinquantaine de contenus web dédiés au phénomène et d’une centaine d’articles de presse, avec une étude quantitative portant sur 326 parcours de carrière passant par des statuts indépendants. Les principaux résultats mettent en évidence un écart important entre les contenus discursifs, médiatiques et commerciaux, soutenant l’entreprise de soi, et la pragmatique des trajectoires effectives des travailleurs, conduisant à invisibiliser de nouvelles formes de précarités sociales et financières, mais encore d’auto-responsabilisation des risques professionnels de ces statuts d’emploi.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 BFM Business, « Record de création d’entreprises en France en 2020 », 15 janvier 2021. URL: https:/ (...)
  • 2 L’injonction à l’entreprise de soi fait référence à la promotion idéologique de l’autonomie de l’in (...)
  • 3 Citons, à titre d’exemple, le numéro 20 de la revue Autrement qui était consacré au phénomène de l’ (...)

1« Malgré la crise et les confinements, jamais la France n’a créé autant d’entreprises en 2020 », ainsi s’amorce un article de presse en ligne1 à la mi-janvier 2021. Sur la base d’une étude publiée par l’INSEE portant sur les chiffres de création d’entreprises (2021), de nombreux médias de masse ont créé un effet d’annonce valorisant la création d’entreprises dans un contexte de crise sanitaire inhérente à la pandémie de la Covid19. Ainsi l’entrepreneuriat restait une force vive et salutaire malgré la crise. Derrière ce titrage optimiste, les données de l’INSEE révèlent pourtant que ce sont les secteurs du transport et de l’entreposage (livraisons à domicile) qui sont concernés, et que la création d’entreprise connaît finalement un fort déclin en fin d’année 2020. Ainsi, l’inscription contextuelle des données permet-elle de recouvrer le sens des chiffres annoncés, témoignant de la reconfiguration de la consommation en période de confinement. Les créations d’entreprises apparaissent limitées à de l’autoentrepreneuriat de livraison. Le satisfecit général semble donc plutôt idéologique. Il s’agit donc de promouvoir l’entrepreneuriat de soi2, et ce, quel que soit le niveau de santé de l’économie, des mondes du travail et du social. Cette idée selon laquelle créer son propre emploi serait un levier salvateur pour les travailleurs, dans un contexte caractérisé par la mondialisation de l’économie, la crise de l’emploi, la hausse du chômage et des potentialités offertes par la digitalisation des activités, semble infuser dans notre société contemporaine. Répandu depuis la fin des années 19703 et sans cesse renouvelé au gré des mutations sociétales, économiques, organisationnelles et technologiques (Bureau & Corsani, 2012 ; Paltrinieri & Nicoli, 2017) ce message essaime encore aujourd’hui en pleine période inédite de pandémie.

2Si l’épopée des grands chefs d’entreprise est fortement contée dans la littérature, le vécu des travailleurs indépendants reste un objet encore peu discursif. Depuis une dizaine d’années des travaux commencent à faire émerger une reconnaissance du réel de travail et des conditions de vie des travailleurs indépendants aux statuts incertains et flexibles. Citons, à titres d’exemples, les études du secteur artistique menées par Menger (2009), les travaux sur les enjeux et réalités de l’auto-entreprise (Abdelnour, 2017), sur la plateformisation (Casilli et Posada, 2019, Flichy, 2019), le cas des freelances web-créatifs (Patrascu et al., 2019 ; Patrascu, 2020), des agents commerciaux de l’immobilier (Bernard, 2017), les récits d’indépendants en portage salarial (Felio & Ottmann, 2019 ; Mata, 2020 ; Louvion, 2018), ou encore des créations filmiques sur les travailleurs des plateformes (« Invisibles » de Poulain, 2020, encore , « Sorry, we missed you » de Loach, 2018). Ces sources de documentation viennent contrarier l’imaginaire de l’entrepreneur héroïque (Campbell & Spicer, 2009) qui rend particulièrement opaques les conditions indispensables à la réussite d’une carrière entrepreneuriale, à savoir le développement de compétences multiples pour faire face à l’auto-responsabilisation des risques inhérent à ces statuts (D’Amours, 2009). Aujourd’hui, comme le soulignent Boutiller et Tiran (2016, p. 232), l’entrepreneur n’est « ni un propriétaire, ni quelqu’un qui cherche du profit, ni un simple manager : il peut être tout cela et rien de tout cela ». La notion performative d’« entrepreneuriat » devient peu à peu un « mot-valise », une locution kaléidoscopique (Marchesnay, 2000) où chaque acteur y investit ce qu’il souhaite (Machesnay, 2014).

3Aux côtés des statuts classiques de chefs d’entreprise (SARL, EURL, etc.), des nouvelles formes d’emploi sont apparues (micro-entreprise, portage salarial, entrepreneurs-salariés, etc.), cette population de travailleurs tendant à être considérée comme une zone grise, difficilement saisissable en termes d’identité professionnelle (Felio & Ottmann, 2018). De plus ces disparités de statuts d’emploi (Gazier, 2016), ont des conséquences délétères en termes de circularité de la recherche sur le sujet des nouvelles formes d’emploi (Davila et al., 2017). Le développement du travail indépendant, saisi par une palette de catégories socio-professionnelles désormais étendue, semble faire écho à l’injonction de l’entreprise de soi diffuse dans nos sociétés occidentales depuis près de trente ans (Chemama, 2012). Alors que le modèle du salariat traditionnel (avec le contrat à durée indéterminée synonyme de sécurité) constitue le principal cadre normatif des parcours d’emploi en France, cette injonction à l’entreprise de soi produit un bouleversement en termes de gouvernance, de management, comme de responsabilisation et de subjectivation de l’activité de travail : « Aux mouvements collectifs de la tradition salariale, plus politisés, se substituent des trajectoires individuelles motivées par la performance communicationnelle sur le modèle de la relation client/fournisseur » (Gramaccia, 2015 : para. 4). Soulignons d’ailleurs l’incarnation de l’esprit d’entreprise et de la responsabilité individuelle du risque assumée dans les discours politiques. À titre d’exemple rappelons la volonté de « faire de la France un pays d’entrepreneurs » portée par Hervé Novelli à l’aube de la création du statut d’auto-entrepreneur en 2007, tout comme l’attachement à l’économie des start-ups que démontrait déjà Emmanuel Macron en 2015 (en tant que ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique) qui deviendra le fer de lance de sa vision politique, en tant que Président de la République, traduite par le « slogan » de la « Start-up Nation » (Quijoux & Saint-Martin, 2020). Cette dimension idéologique se constate également dans le monde académique. Par exemple Bornard et al. (2019) étudient l’imaginaire social associé à l’entrepreneuriat pour comprendre les racines de l’apparent consensus autour des bienfaits de l’éducation entrepreneuriale. Les autrices montrent l’existence dans les travaux académiques d’une polarisation conflictuelle de l’imaginaire associé à l’entrepreneuriat, liée à deux types de finalités sociétales en opposition, l’une de type utopiste (l’entrepreneuriat comme remède vital, prometteur d’émancipation, de développement social, de création de richesse et d’emplois), l’autre de type idéologique (l’entrepreneuriat comme une connaissance stratégique permettant les variations et la sélection des organisations les mieux adaptées).

4On peut sans doute interpréter cette prégnance politique du sujet à l’aune des enjeux d’une « production de l’idéologie dominante » au sens de Bourdieu et Boltanski (1976). Cette hypothèse semble d’autant plus intéressante que, comme cet article va le présenter par la suite, ces positions politiques se doublent d’une quantité significative de discours convergents dans des « espaces communs », au sens de l’analyse que Bourdieu et Boltanski font des espaces socio-informationnels permettant la diffusion d’une « idéologie dominante » (Ibid.).

5Analyser les discours médiatiques et les confronter au réel des parcours de travailleurs indépendants en France : telle est précisément l’ambition de cet article. Partant de l’idée que les discours sur l’entrepreneuriat de soi ne sont pas seulement des tentatives de description de la réalité des trajectoires mais des potentialités d’influence des conduites (Paltrinieri et Nicoli, 2017), nous souhaitons les mettre à l’épreuve dans le cadre d’une perspective critique, au sens de la mise en visibilité des iniquités des systèmes de domination mais aussi de leurs fragilités relatives face aux capacités des acteurs (Boltanski, 2009). Il s’agit de confronter l’ampleur d’un discours médiatique « prélevé » (celui des médias) et des configurations de parcours professionnels (menant ou passant par l’indépendance) dont nous avons « sollicité » les traces par une méthode quantitative (questionnaire sur les parcours précis, motivations initiales et aspirations déclarées de personnes souhaitant créer une activité indépendante entre 2014 et 2019 ; 326 réponses exploitables. Comme y invite Christian Le Moënne (2008), nous cherchons à identifier les limites d’un imaginaire néo-libéral cultivant des fins instrumentales de rationalisation des politiques institutionnelles. Autrement dit, créer son propre emploi par la création d’entreprise, à défaut de trouver un employeur : cette injonction tient-elle ses promesses salvatrices pour les travailleurs concernés ? En quoi les nouvelles formes d’emploi permettent-elles (ou non) aux individus d’atteindre ce but ?

6Notre approche convoque conjointement les disciplines des Sciences de l’Information et de la Communication dans le champ de la Communication des organisations, et des Sciences de Gestion dans le champ des définitions et motivations de l’entrepreneuriat (Arreola & al., 2018 ; Davila & al., 2016 ; Boutillez & Tiran, 2016). Notre travail de recherche s’inspire de l’approche processuelle de la communication (Cordelier et al., 2011) rapportée au champ des nouvelles formes d’emplois et d’organisations : il s’agit de prendre en compte la mouvance temporelle de l’objet de recherche (« l’entreprise de soi »), inscrit dans un contexte social, médiatique et symbolique en constante mutation, en érigeant la construction du sens à partir de trajectoires éprouvées par les acteurs (travailleurs indépendants). Dans une perspective compréhensive et interprétative, cette étude présente un double point de vue, combinant une méthodologie qualitative (analyse de discours) et quantitative (analyses statistiques). En comparant un corpus de discours médiatiques sur le travail indépendant avec des données quantitatives de parcours professionnels de freelances, nous cherchons à dégager le sens, sinon la résonance pragmatique, de ces deux sphères concomitantes.

7Ainsi, notre contribution vise à mettre en présence, dans un objectif comparatif, le poids d’un discours néo-libéral de l’entrepreneuriat de soi et la réalité des trajectoires de travailleurs indépendants. En ce sens, l’analyse de discours médiatique constitue la mise en évidence d’une représentation idéelle de l’autonomie entrepreneuriale, rapportée à une pragmatique des trajectoires effectives qui s’en éloigne significativement, pouvant ouvrir la voie par diffusion de représentations et par la construction de nouvelles normes plus réalistes, à une critique de l’idéologie dominante (Boltanski, 2009 ; Bourdieu et Boltanski, 1976).

Ce que les discours médiatiques expriment des nouvelles formes d’emploi

  • 4 Le choix de la composition d’un corpus « ouvert » s’explique par la recherche d’indicateurs langagi (...)

8Une analyse de discours de type « ouvert »4 (Bonnafous & Krieg-Planque, 2014), sur la base de deux entrées lexicales « création d’entreprise » et « travail indépendant », a été réalisée à partir d’un corpus composé de :

  1. 50 sites Internet faisant la promotion des nouvelles formes d’emploi et de la création d’entreprise, informant sur le choix de statuts, proposant des contenus informationnels (médias d’information, blogs), mais encore proposant un service commercial à destination de la population d’individus envisageant le passage à l’indépendance (jobboard, sociétés de portage salarial, support administratif et comptable, outil d’aide à la création d’entreprise). Ces sites regroupaient donc des sources publiques, privées, médiatiques, professionnelles et d’autres plus ambiguës (liste en annexe) ;

    • 5 La temporalité expérimentale de l’extraction d’articles de presse a été définie entre le 1er janvie (...)

    100 titres de presse extraits sur une temporalité de 2 ans (2018/20195), à partir de la base de données Europresse.

  • 6 Autrement dit, il s’agit de « prendre le message en ce qu’il est » (Berthelot-Guiet, 2015).

9Par ce procédé, nous souhaitons montrer comment le lexique de « la création d’entreprise » et du « travail indépendant » participe de la construction d’un discours exhortant à l’entrepreneuriat de soi, faisant consensus entre les différentes sources. Se faisant, nous nous intéressons au réel du discours (constituant lui-même l’enjeu de l’analyse du discours sur un corpus ouvert), sans en inférer un soubassement idéologique ou une traduction représentationnelle. Dans notre approche, l’analyse de discours se présente d’abord comme un parcours partant d’un temps d’immanence (Barthes, 1985) où l’on s’intéresse au réel du discours6, pour investir ensuite un travail de réflexion sur ses modalités de construction d’une signification en le replaçant dans le contexte (au sein duquel il est mis en circulation) de la réception sociale d’un public donné, ici celui des travailleurs intéressés par la création d’entreprise.

Analyse des sites Internet dédiés au passage à l’indépendance

10La sortie du salariat, assortie de l’idée d’une libération des contraintes hiérarchiques et de l’éloge à l’autonomie, est une thématique largement étayée dans les discours. « Si vous rêvez de vous affranchir de toute hiérarchie, que vous avez soif de nouveaux projets et de liberté dans l’organisation de votre travail, devenir indépendant est probablement la solution ! » ; « Vous souhaitez être indépendant et ne pas avoir de patron au-dessus de vous ? Le monde de l’autoentreprise est fait pour vous » ; « Le statut auto-entrepreneur est idéal comme tremplin pour se lancer et démarrer une nouvelle activité ! Vous recherchez : la liberté, la simplicité, l’indépendance, alors n’hésitez plus : devenez micro-entrepreneur. »

11La différence entre les conditions de travail et de vie du salarié et celles du travailleur indépendant est souvent utilisée pour asseoir les arguments à la faveur des nouvelles formes d’emploi : « Contrairement au salarié, le travailleur indépendant est autonome et propriétaire de ses moyens de production. Travailler en freelance, c’est donc être libre de s’organiser comme souhaité, sans avoir à en référer à un supérieur hiérarchique. »

12La guidance autonome et auto-responsable de sa propre trajectoire se retrouve dans les discours portés par les contenus médiatiques à destination des personnes envisageant le passage à un statut indépendant : « Choisissez votre destin... professionnel ! » ; « le statut indépendant apporte une liberté appréciable dans la gestion de sa carrière » ; « un statut qui vous fera gagner en liberté, et qui vous rendra d’autant plus responsable de la réussite de votre projet » ; « Si vous êtes sur cette page, ce n’est pas anodin, c’est que vous êtes en quête de changement et de liberté » ; « Ces personnes qui ont choisi d’avoir une activité indépendante et de ne plus avoir de patron, ont des points communs, elles ont toutes un besoin de liberté, d’autonomie et de donner du sens à leur vie professionnelle. »

13En période de hausse du chômage, les discours médiatiques analysés dans le cadre de ce corpus donnent à penser que la recherche d’un client serait plus facile que celle d’un employeur : « Créez vous-même votre propre emploi en adoptant le statut d’indépendant ! ». Mieux encore, devenir indépendant offrirait l’opportunité de pouvoir vivre de sa passion : « Une grande majorité de freelances le sont d’ailleurs devenus par passion pour leur métier, alors pourquoi pas toi ? Aujourd’hui, il n’a jamais été aussi facile de se lancer en freelance, ou sous un autre statut, pour faire de sa passion une activité rentable qui permette d’en vivre » ; « Parce que devenir Auto-Entrepreneur, c’est vivre de sa passion ».

14Les contenus extraits du corpus de sites Internet dédiés au passage à l’indépendance font apparaître une réévaluation positive de la santé du marché du travail en France. Les nouvelles formes d’emploi y sont revendiquées comme étant salvatrices dans un monde désenchanté, en perte de sens, où la précarité et le sentiment de solitude seraient en hausse. « Un français sur deux se dit intéressé par une activité professionnelle indépendante. Cette demande prend forme et se concrétise par l’émergence des « slasheurs » qui sont déçus par les formes de salariat traditionnel. Ils sont polyvalents, motivés et disposent de plusieurs expertises. Ils veulent un monde à leur image où l’indépendance n’est plus signe de solitude et précarité mais de dynamisme et prospérité. »

15La situation de demandeur d’emploi est identifiée, dans ces discours, comme une opportunité de prendre en charge sa propre trajectoire : « Vous êtes demandeur d’emploi et vous souhaitez créer une entreprise ? La période de recherche d’emploi peut être le moment idéal pour vous lancer. » Le recours à l’institution de Pôle Emploi en constitue d’ailleurs une justification de la réussite du passage à l’indépendance pour les personnes en situation de chômage : « Pôle emploi considère que près d’une entreprise sur deux est créée par un demandeur d’emploi. »

16La population des freelances y est décrite comme libérée des contraintes, proactive, libre et flexible : « Dans un monde qui avance vite, les indépendants ou les freelances se démarquent et séduisent par leur mode de vie et de travail. Ils sont flexibles, mobiles et surtout libres. »

17« La création d’entreprise est accessible à tous ! » : la plupart des sites Internet étudiés étayent les opportunités d’accès à l’indépendance par la diversité des statuts qui existent à cet égard en France. Ils apportent des contenus d’information pour aider les personnes intéressées à faire leur choix : « Votre projet est prêt à démarrer mais vous ne savez pas encore quel statut d’entreprise choisir ? ». Si les stricts médias d’information offrent un support informationnel en décrivant toutes les spécificités des statuts indépendants existant, les sites Internet à vocation commerciale (cherchant à fournir un service administratif, comptable, juridique ou un accompagnement) font la promotion d’un statut particulier. Nous faisons référence ici, par exemple, aux sociétés de portage salarial (« Devenez votre propre boss en restant salarié ») ou aux entreprises dédiées à l’immatriculation des micro-entreprises (« le régime d’Auto-Entrepreneur a été créé pour faciliter l’accès à l’entreprenariat »).

18Les nouvelles formes d’emploi, et particulièrement la micro-entreprise et le portage salarial, sont présentées comme des tremplins vers l’entrepreneuriat, avec l’idée de pouvoir expérimenter un projet dans un statut simplifié et protecteur : « Parce que devenir Auto-Entrepreneur, c’est tester un projet » ; « Si vous avez simplement un projet à tester ou une passion dans laquelle se plonger, devenir Auto-Entrepreneur peut être la solution, du fait de la simplicité des démarches et la pluralité des activités » ; « Le portage salarial est une alternative sécurisante, utilisable en préalable d’une création d’entreprise, qui permet de tester son activité en toute sécurité sans avoir à créer une structure juridique ».

19Le corpus de discours médiatiques que nous avons analysé met également en évidence les caractéristiques de la personnalité de l’entrepreneur. La principale qualité de ce dernier y est décrite comme étant orientée vers l’action et la proactivité : « les entrepreneurs se définissent avant tout par ce qu’ils font, plutôt que par qui ils sont ». Qu’ils disposent des ressources psychologiques, d’une expertise ou d’un capital social pertinent ou non, les individus sont considérés comme ayant tous la possibilité de réussir leur transition vers l’entrepreneuriat : « Il va vous falloir être un créateur d’entreprise plein de ressources et malin pour y parvenir. Mais, à cœur vaillant rien n’est impossible ! » ; « Le créateur d’entreprise doit faire un point sur ses qualités intrinsèques. En effet, la connaissance qu’il a de ses propres atouts lui permet de mieux se préparer à son rôle futur. »

20En conclusion, c’est la faisabilité de la démarche, sa linéarité, sa pertinence, et sa capacité à répondre aux aspirations individuelles qui semblent être mis largement en avant dans ces « espaces communs » sur le sujet.

Analyse des parutions d’articles de presse sur les statuts d’indépendants

21Les productions médiatiques, la presse, sont tout autant des « espaces communs » pour Bourdieu et Boltanski (1976), lieux de diffusion d’une idéologie. Au cours des deux dernières années, la création d’entreprise et les statuts indépendants ont fait couler de l’encre, à raison de plus d’un article sorti de presse par jour si l’on se réfère à la couverture médiatique sur le sujet par l’extraction de titres s’y rapportant.

22Avec l’entrée lexicale « création d’entreprise » apparaissent des articles traitant majoritairement de l’essor de l’activité entrepreneuriale en France : « Création d’entreprise : et si c’était vous ? » (La Provence, 2019) ; « La belle aventure de la création d’entreprise » (Sud-Ouest, 2018) ; « La création d’entreprise a le vent en poupe » (Midi Libre, 2018) ; « Le gouvernement simplifie la création d’entreprise » (Les Échos, 2018) ; « Création d’entreprise : quel statut choisir ? » (Challenges, 2018) ; « Création d’entreprise : se lancer seul ou à plusieurs ? » (Le Parisien, 2018) ; « Entreprendre à tout âge » (Le Figaro, 2018) ; « Création d’entreprise : la CCI aide à transformer les rêves en réalité » (le Télégramme, 2018).

23Parmi ce corpus, certaines catégories sociales sur le marché de l’emploi sont associées à la « création d’entreprise » : les jeunes (« La création d’entreprise intéresse les jeunes », L’Est Républicain, 2019 ; « Jean-Michel Blanquer veut sensibiliser les jeunes à la création d’entreprise », Le Figaro, 2018), les demandeurs d’emploi (« Des chômeurs qui se voient auto-entrepreneurs », Sud-Ouest, 2019 ; « Pôle Emploi se mobilise pour les futurs entrepreneurs », La Provence, 2018), ou encore les femmes (« Elles ont testé l’aventure de la création d’entreprise », Ouest France, 2019 ; « La création d’entreprise au féminin », L’Est Républicain, 2018).

24La seconde entrée lexicale « travail indépendant » fait ressortir des articles de presse aux contenus plus critiques, entre la promotion de nouvelles formes d’entrepreneuriat et la sensibilisation quant à leurs effets potentiellement délétères.

25Néanmoins, l’exaltation du travail indépendant, tant dans les chiffres que dans la posture des individus sur le marché du travail, oriente la plume de nombre d’articles de presse : « Un quart des Français se voient entrepreneurs » (Les Échos, 2019) ; « Le rebond du travail indépendant se poursuit en France, porté par la micro-entreprise » (La Correspondance Économique, 2019) ; « Du micro-entrepreneuriat au portage salarial, le puzzle du travail indépendant » (la Tribune, 2019) ; « Les Français préfèrent lancer leur entreprise en solo » (Le Figaro, 2018) ; « Le travail indépendant correspond à des besoins et à des aspirations » (la Croix, 2018) ; « L’autoentrepreneur, un statut victime de son succès » (Les Échos, 2019) ; « On assiste à une explosion du nombre de freelances » (Le Progrès, 2018).

26L’attrait pour les statuts indépendants est souvent mis en relation avec une certaine dévalorisation du salariat : « Le CDI à 35 heures par semaine ne fait plus rêver » (L’Usine nouvelle, 2018) ; « La subordination a-t-elle un avenir ? » (Liaisons Sociales, 2018) ; « Quand signer un CDI devient synonyme de prise de risque ou l’inexorable montée du travail indépendant » (L’Usine nouvelle, 2018) ; « Ubérisation : est-ce la fin du salariat ? » (Libération, 2019) ; « La fin du salariat, mythe ou réalité ? » (La Tribune, 2018).

27Parmi ce corpus d’articles de presse, la situation de demandeur d’emploi et le rôle de Pôle Emploi sont évoqués comme leviers pour le passage à un statut d’indépendant, y compris à la faveur de la plateformisation : « Pôle emploi Des annonces proposent de devenir coursier indépendant » (L’Humanité, 2019) ; « Créer son entreprise pour retrouver un emploi » (Sud-Ouest, 2019) ; « Uber Eats et Deliveroo, clients de Pôle emploi » (Le Monde, 2019).

28Enfin, une portée plus critique apparaît avec l’entrée lexicale « travail indépendant » : des questionnements apparaissent concernant d’une part la protection sociale de ces travailleurs (« Il faut sécuriser le statut des autoentrepreneurs », Les Échos, 2019 ; « Un premier pas insuffisant pour l’assurance-chômage des indépendants », Le Monde, 2018 ; « Protection des indépendants : une occasion manquée », L’Obs, 2018 ; « Travailleurs non-salariés : une protection sociale à faire évoluer », L’Argus de l’assurance, 2019 ; « Travailleurs indépendants : pour une protection sociale vraiment universelle », Les Échos, 2019 ; « La délicate question du statut social de ces « autoentrepreneurs » ; Le Monde, 2019), et d’autre part les enjeux qui sous-tendent ces modalités de travail dès lors que l’on inscrit son métier dans le cadre de nouvelles formes d’emploi (« Le travail indépendant rend-il vraiment heureux ? », La Tribune, 2019 ; « Les deux visages du travail indépendant », La Croix, 2018 ; « Microentrepreneurs Un succès en trompe-l’œil », Le Monde, 2019 ; « L’entrepreneuriat individuel, lame de fond ou effet de mode ? », La Tribune, 2019).

29L’immanence qui se dégage de l’analyse de discours médiatique sur la création d’entreprise et le travail indépendant résulte de l’essor et des enjeux des nouvelles formes d’emploi. La sortie du modèle salarial au bénéfice du passage à l’indépendance, tout comme l’autonomie professionnelle à laquelle sont invités les demandeurs d’emploi, constituent les deux principales thématiques abordées par les médias de masse et les contenus web dédiés à une population intéressée par une telle transition. L’idée selon laquelle la création d’entreprise, non seulement, serait à la portée de tous, vectrice de sortie du chômage, et permettrait également d’assouvir une passion convertie en activité rémunératrice, est affirmée dans le corpus étudié. Le portage salarial et la micro-entreprise, les principaux « nouveaux » statuts d’emploi décrits dans ce corpus, sont présentés comme des modalités statutaires offrant l’opportunité de « se tester » sur le marché face à des clients, avant de résolument « créer sa propre entreprise ».

30Une certaine représentation du travailleur indépendant est soutenue à travers les discours médiatiques analysés : celle de l’individu contemporain proactif qui, poussé par une quête de liberté, d’autonomie et de sens, a choisi de sortir de sa zone de confort (le salariat) en devenant indépendant.

31Pour autant, des articles de presse soulignent les potentiels écueils de ces statuts d’emploi au regard de la protection sociale et de la sécurisation des parcours des indépendants. L’identification du risque professionnel pour cette population concerne le « travail indépendant » et non pas la « création d’entreprise », ce qui laisse penser une différence dans la manière dont la sphère politique, médiatique et sociale appréhende les conditions de travail et de vie de ces travailleurs. Nous souhaitons maintenant confronter le corpus à des données empiriques de la population concernée.

L’expérience effective de trajectoires passant par l’indépendance

32Dans le cadre d’un programme de recherche s’intéressant au passage du salariat à l’entrepreneuriat sous l’angle de la rupture du contrat psychologique, un questionnaire en ligne a été diffusé au printemps et à l’automne 2019 auprès de porteurs de projets de création d’activité ayant été en relation pour leur projet soit avec une Chambre de Commerce et d’Industrie en France, soit avec une société nationale de portage salarial.

33Suite à la diffusion de l’étude quantitative, nous avons retenu dans l’échantillon d’étude 326 individus qui ont tous été indépendants au gré de leur trajectoire, qu’ils y soient restés ou non au moment de l’administration du questionnaire. Les individus composant notre échantillon sont aujourd’hui chefs d’entreprise, travailleurs indépendants, salariés portés, micro-entrepreneurs, demandeurs d’emploi ou salariés.

34Parmi ces personnes intéressées par le passage à l’indépendance, et ce quelle que soit l’issue de cette transition (aboutie dans la création d’entreprise ou réorientée dans d’autres situations professionnelles) il est intéressant de découvrir le panel des différents types de statuts déclarés ainsi que leur répartition de prime abord relativement homogène pour les créateurs d’activité sans salariés donc les fameux « entrepreneurs de soi » (18 à 23 % par situation statutaire). Ce qui retient notre attention dans le cadre de cet échantillon d’étude, demeure le canevas statutaire que des personnes intéressées par le passage à l’indépendance ont tissé, et ce quelle que soit l’issue de cette transition (aboutie dans la création d’entreprise ou réorientée dans d’autres situations professionnelles).

  • 7 Le nombre total est supérieur à 326 car les questions étaient à choix multiples pour les répondants

Quelle est votre situation professionnelle actuelle ?

Chef d’entreprise avec salarié(s) (SARL, SAS, profession libérale…)

53

10,9 %

Travailleur(se) indépendant(e) sans salarié (SARL, EURL, SASU, profession libérale, entreprise individuelle…)

97

19,9 %

Travailleur(se) indépendant(e) en portage salarial

86

17,7 %

Demandeur(se) d’emploi ou formation

113

23,2 %

Salarié(e) (CDD, CDI, Intérim, groupement d’employeurs…)

110

22,6 %

Micro ou auto-entrepreneur(se)

102

20,9 %

Total

4877

  • 8 La mise à l’épreuve de nos items par une analyse factorielle a permis de réajuster certaines variab (...)

35Le questionnaire, dont la validité interne a été vérifiée8, comprenait : un champ libre sur les motivations à changer de statut d’emploi vers un statut indépendant ; des échelles concernant les conditions de travail dans le dernier emploi salarié significatif occupé ; des échelles évaluant la brèche de la rupture psychologique avec l’organisation, les relations hiérarchiques et le cadre salarial ; une caractérisation des trajectoires par l’enchaînement et/ou le cumul de statuts différents. Nous avons réalisé sur les échelles des analyses de régression linéaires multiples. Dans le cadre de cet article, nous avons particulièrement extrait les données correspondant aux critères motivationnels ayant guidé la décision de s’installer en tant qu’indépendant, mais encore aux éléments en lien avec la sortie du salariat ainsi que le puzzle des transitions caractérisant la trajectoire des répondants, qualifiant le passage d’un statut à l’autre. Nous avons cherché à comprendre ce qui a guidé le choix de devenir créateur d’entreprise ou entrepreneur indépendant, en termes d’expériences vécues (tendant un miroir à leur passé professionnel) et d’attitudes à l’égard du marché du travail (valeurs, positionnement). Nous avons notamment porté une attention au choix du statut (création d’entreprise et formes hybrides d’emploi) en tant qu’il répond à des besoins spécifiques de l’individu.

Motivations à changer de situation professionnelle à la faveur de l’indépendance

36Nous avons ensuite procédé à un réajustement de nos données afin de ne prendre en compte que les individus étant aujourd’hui installés dans un statut d’autonomie professionnelle (chefs d’entreprise avec ou sans salariés, micro-entrepreneurs, indépendants en portage salarial). Cet échantillon restreint est composé de 326 répondants.

  • 9 « En quelques mots qu’est-ce qui vous a conduit à changer de situation professionnelle ? » ; taux d (...)

37Situé en tout début de questionnaire9 afin d’éviter tout biais relatif à l’orientation des items subséquents, un champ libre invitait les répondants à s’exprimer, en quelques mots, sur ce qui les aurait conduits à changer de situation professionnelle, du salariat à un statut d’indépendant. De leurs écrits ressort en teinte générale la recherche de sens, d’autonomie, d’utilisation plus riche de leurs compétences et de meilleures conditions de travail. Les thématiques émergentes sont interprétées comme une projection mnésique a posteriori, au-delà des frontières du salariat classique, de ce que les individus prévoyaient de trouver dans leur passage à l’entrepreneuriat.

38Les idées d’accomplissement (relative à un projet de vie, à la volonté de créer par soi-même), d’autonomie / liberté / indépendance (revendiquant la diminution de contraintes à l’avantage d’une liberté retrouvée), de changement (de vie ou de situation professionnelle), de sens (être en accord avec ses valeurs) ou encore d’optimisation du rapport au temps (équilibre des sphères de vie) mettent en lumière un ensemble d’attitudes personnelles orientées vers la création d’un statut indépendant. Ce champ lexical de la réalisation de soi prend appui sur les contraintes identifiées lors de leur expérience en tant que salariés et qu’ils semblent dénoncer aujourd’hui afin de justifier leur choix.

39D’autres thématiques se sont dégagées des propositions des répondants, comme la volonté d’entreprendre, qui est relativement peu exprimée telle quelle (moins de 5 % des occurrences : s’installer en tant que freelance, prendre plus de responsabilités), le challenge (goût pour le défi et l’aventure), mais que l’on peut associer à ceux qui disent vouloir les mutations du marché ou saisir des opportunités, et la recherche de diversité dans le cadre de missions (fuir la routine et chercher le développement).

40L’instabilité, l’âge, l’expérience de l’échec mais encore de souffrances au travail (burnout, harcèlement, licenciement économique), la mobilité géographique subie tout comme le besoin de revenus représentent également des catégories de sens formulées par les répondants. Notons également ceux qui expliquent avoir dû créer leur propre emploi faute de trouver un emploi salarié (5,6 % des occurrences étudiées).

41De fait, on constate-là une diversité relativement significative et parfois éloignée des discours dominants. Il faut donc savoir si cette diversité initiale se répercute dans les parcours ensuite.

Devenir indépendant : quels statuts imbriqués dans quelles trajectoires ?

42Si la bascule vers l’indépendance semble effectivement cohérente avec les aspirations présentées comme légitimes dans le discours dominant, reste à savoir comme cette transition se décline effectivement. Nous avons donc analysé les trajectoires des répondants.

43Il apparaît que la transition du salariat classique à des modèles entrepreneuriaux ne se décrète pas et ne procède pas d’une action immédiate suite à la prise de décision de devenir « son propre patron ». En effet, le passage à l’indépendance apparaît davantage comme le résultat d’un maillage spécifique à chaque histoire professionnelle au sein des parcours jonchés de statuts divers. Les modèles de parcours qui ressortent de nos données sont, en effet, considérablement hétérogènes, de sorte que le cheminement de carrière le plus fréquent permet de décrire seulement 10 % de toutes les situations observées qui conduisent à la création d’activité.

Description du parcours après une période de salariat

Fréquence

Création

10,43 %

Chômage ou formation puis création

8,88 %

Autoentreprise

7,05 %

Portage

6,70 %

Chômage ou formation puis autoentreprise

6,19 %

Chômage ou formation puis portage

5,19 %

Chômage ou formation puis création puis un second type de création

2,47 %

Chômage ou formation puis portage puis autoentreprise

2,47 %

Chômage ou formation puis création puis autoentreprise

2,36 %

Création puis un second type de création

2,03 %

Portage puis une autre forme de portage

1,68 %

Création puis portage

1,36 %

Création puis autoentreprise

1,34 %

Chômage ou formation puis autoentreprise puis un second type d’autoentreprise

1,01 %

Chômage ou formation puis création puis portage

1,01 %

Ensemble des autres trajectoires (chacune représentant moins de 1 % de l’ensemble des trajectoires)

39,84 %

44Sur le plan statistique, nous constatons ainsi la carence de trajectoire type qui mènerait vers l’entrepreneuriat. L’analyse quantitative se réparti en quatre types d’’entrepreneuriat (création d’entreprise et nouvelles formes d’emploi), en fonction de la situation finale des répondants : création d’entreprise, entrepreneurs indépendants sans salariés, micro/auto-entrepreneurs et auto-salariat (portage salarial ou CAE). Soulignons tout d’abord le socle quasi-commun à ces quatre modèles que constitue le passage par une période de chômage et/ou de formation en sa qualité d’étape intermédiaire vers un statut d’indépendant.

45Il est néanmoins intéressant de constater que les chefs d’entreprise avec salariés sont ceux qui sont le plus passés directement du salariat à la création d’entreprise sans période intermédiaire de formation ou de chômage. De plus, ils n’ont pas expérimenté les statuts hybrides d’emploi (micro-entreprise, portage salarial) dans leur parcours menant à l’entrepreneuriat. Les étapes intermédiaires, si elles ont lieu, entre le salariat et la création d’activité, relèvent strictement d’un passage par la formation professionnelle ou une période de chômage.

46C’est également le cas des trajectoires des entrepreneurs indépendants sans salariés (EURL, SASU, profession libérale, etc.), mais pour ces derniers avec bien moins de transition directe, sans passage par le chômage ou la formation.

47Le troisième modèle de transition représente les indépendants en portage salarial et met en évidence une trajectoire antérieure d’expérience de chômage et de formation.

48Enfin, le dernier modèle représenté par les micro-entrepreneurs, présente un schéma similaire, avec une caractéristique supplémentaire : si beaucoup de parcours mènent à la micro-entreprise, aucun individu de l’échantillon ne semble en sortir, donnant à penser ces trajectoires arrimées à une forme d’impasse.

49Force est de constater qu’aucun parcours d’expérience ne passe d’un statut hybride d’emploi (portage salarial, micro-entreprise) à la création d’entreprise. Cette observation contribue à remettre en cause le rôle de tremplin vers la création entrepreneuriale prêté à ces nouvelles formes d’emploi. Le portage salarial, et plus encore la micro-entreprise, s’illustrent finalement comme des statuts de fin de parcours ou des vecteurs de retour au salariat. Précisons notamment que les micro-entrepreneurs ont connu majoritairement une période de chômage précédant directement l’immatriculation de leur statut d’indépendant (90 % d’entre eux), alors que 33 % des autres statuts sont directement précédés d’une expérience en tant que salariés.

50Par ailleurs, si le passage des formes atypiques vers la création d’entreprise est totalement absent de nos données, la bascule inverse apparaît comme usuelle : 27 % des individus concernés déclarent être passé d’un statut d’entrepreneur à un statut final ou hybride de micro-entreprise (et parfois de portage salarial).

51Cette diversité dans les parcours et les statuts montre que la transition vers l’indépendance ne saurait être aussi simple et linéaire qu’elle est présentée dans les discours dominants. Au contraire même, elle semble jonchée de tâtonnements, d’obstacles et d’échecs relatifs, d’appropriations progressive des enjeux et possiblement d’une désillusion de l’indépendance symétrique à celle du salariat. Surtout, elle semble présenter des parcours type qui conduisent à des statuts d’emploi associés à un manque de protection sociale et à une impossibilité de croissance (, éloignés de la posture de l’entrepreneur triomphant implicitement promise (Arreola et al., 2017).

Ce que le choix d’un statut révèle de la segmentation des besoins

52Si l’on s’intéresse à la motivation gouvernant le choix d’un statut indépendant par rapport à un autre, l’on découvre tout d’abord que la quête d’autonomie, la nécessité économique de maintenir un niveau de revenus et la prise en compte de sa propre santé représentent des critères communs à tous les statuts d’indépendants. Par contre, sur des critères « secondaires », on voit une différence significative entre les statuts (avec un p = 0,03 au test Khi2, les différences dans les réponses sont corrélées aux différences de statut).

53Il apparaît que le choix d’un statut de chef d’entreprise avec salariés répond à un besoin d’accomplissement, de poursuite d’une ambition et d’élaboration d’un projet.

54Les entrepreneurs indépendants (sans salarié, de type SASU), expliquent leur choix statutaire par le rejet du modèle salarial classique (relations hiérarchiques, conditions de travail) au bénéfice des caractéristiques du modèle entrepreneurial.

55De son côté, la micro-entreprise est privilégiée par des individus revendiquant une passion, l’usage de compétences particulières, et faisant face à une mobilité géographique contrainte.

56Enfin, les indépendants en portage salarial déclarent avoir choisi ce statut pour bénéficier d’une facilité administrative, d’un gain de temps, et représentent le profil le plus éloigné d’un véritable projet entrepreneurial.

57Pour le coup, la diversité des statuts semble à ce niveau ouvrir un exutoire à la diversité des aspirations. Elle conduit à dresser le panorama d’une situation où seule une minorité d’individus s’inscrivent pleinement dans le modèle dominant. L’immense majorité semble, à travers des parcours divers et rarement linéaires, trouver une place au final cohérente et stabilisée dans l’indépendance, mais éloignée des affirmations dogmatiques.

Conclusion/mise en perspective

58De la confrontation entre discours médiatiques et réalités effectives des trajectoires, apparaît une distance qui semblerait à la fois dissonante pour les parcours des individus et confuse pour l’appréhension des modalités de faire carrière dans des statuts d’emplois hybrides.

59L’engagement discursif des contenus faisant la promotion de l’entrepreneuriat de soi paraît s’orienter à la faveur d’une réévaluation contournant la santé du marché du travail, revendiquant les nouvelles formes d’emploi comme des modalités salvatrices que tout un chacun pourrait saisir pour pallier les conséquences d’un monde désenchanté pourvu de précarité et de solitude. La situation de demandeur d’emploi est réajustée symboliquement comme une opportunité de créer sa propre activité à défaut de trouver un employeur. La population des freelances est valorisée, décrite comme libérée des contraintes, proactive et flexible, promue dans le cadre d’un discours naturaliste, accessible à tous. Dans ce contexte, les nouvelles formes d’emploi (micro-entreprise, portage salarial…) sont érigées comme points de bascule vers une transition réussie à la création d’entreprise.

60Cependant, une pragmatique des trajectoires d’indépendants révèle des modalités différentes d’ajustement, donnant à penser une vision erronée de ce que recouvre la mise en application effective de l’entrepreneuriat de soi. Notre analyse quantitative des parcours individuels passant par des statuts indépendants met en évidence de nombreux points d’achoppement qui mettent à mal la représentation idéelle d’une transition vers l’autonomie professionnelle. Les trajectoires sont fortement hétérogènes, la quête de sens et de liberté se donnent à penser comme des formes de rationalisation a posteriori du choix de l’indépendance, les statuts hybrides d’emploi ne conduisent aucunement à la création d’une entreprise, et le choix d’un statut répond à des besoins respectivement différents. Ainsi, les données de trajectoires que nous avons recueillies nous permettent d’affirmer que cette représentation se heurte à la réalité d’un entrepreneuriat de soi qui n’est, finalement, rien d’autre qu’une adaptation ponctuelle à des contraintes d’emploi. On constate donc que la réalité actuelle des transitions vers l’indépendance et l’entrepreneuriat ne correspond que très partiellement aux discours dominants sur le sujet. La non-linéarité du processus et la diversité des situations finales sont les principales absentes de l’environnement discursif du sujet. On peut ainsi questionner la pertinence des discours sur le travail indépendant au regard des trajectoires effectives. Ainsi, on peut réellement envisager le discours dominant comme la production et la diffusion d’une « idéologie dominante » au sens de Bourdieu et Boltanski (1976), portée par des enjeux politiques et par une classe dominante. Internet étant alors aujourd’hui réellement un « espace commun », tel que Bourdieu et Boltanski le définissent (Ibid.), qui permet la diffusion de cette idéologie dominante, puisque le corpus de sites internet regroupait des sources publiques, privées, médiatiques, professionnelles et d’autres plus ambiguës. Une approche de ces questions par une méthode comparative plus systématique, entre des corpus rigoureux et des expériences de population significative, serait utile pour approfondir cette question.

61Les individus, en tentant de se conformer à l’image d’un « soi expérimental » mobilisée et promue dans les discours médiatiques, font ainsi l’expérience d’une « managérialisation » de leur existence et de leur trajectoire professionnelle (Paltrinieri & Nicoli, 2017) sans en maîtriser la littératie. Ils en constatent toutefois l’écart et peuvent exprimer les enjeux visiblement différents de leur propre situation, prérequis à une critique de cette littératie (Boltanski, 2009). Ce travail de déconstruction des discours de l’entrepreneuriat de soi suggère en effet plusieurs questionnements à l’égard de la prise en charge de ses contenus, de la réception de ses stratégies discursives et de son appropriation par les individus concernés. Face à un modèle communicationnel qui tend à invisibiliser les effets de précarité (Piponnier, 2017), assiste-t-on à des formes de communication engageante ? De performativité des discours ? De co-construction des discours ou d’un processus de rationalisation ? Autrement dit, les discours médiatiques sur le travail indépendant modèlent-ils des attitudes particulières chez les individus ? Servent-ils des contenus représentationnels que les individus attendent à l’égard des nouvelles formes d’emploi et de la création d’entreprise ? Ou, à l’inverse, permettent-ils par leur décalage manifeste avec la réalité, l’émergence d’une critique de l’hégémonie idéologique du sujet ?

62Prendre les rênes de sa propre trajectoire, la conquérir et décider de ses propres bifurcations, constitue la formule qui résonne tel le diktat murmuré aux oreilles du travailleur contemporain. Au sortir de cette étude comparative, entre discours et parcours, il nous semble fondamental de mieux appréhender la portée de cette injonction à l’entreprise de soi. Tout d’abord dans une ambition critique, de ne plus suivre consciemment l’écueil d’une illusion salvatrice des nouvelles formes d’emploi. Cela permettrait d’amenuiser la sur-responsabilisation des risques professionnels et financiers que convoque un statut d’emploi indépendant (D’Amours, 2009), pas toujours anticipée par les individus concernés. Les édifications du discours prônant l’entrepreneuriat de soi, initialement construites dans le cadre de l’idéologie néo-libérale, semblent servir des fins de réévaluation positive de la santé du marché du travail (baisse du nombre de demandeurs d’emploi, par exemple), mais encore le développement de secteurs marchands, tels que celui des sociétés de portage salarial, d’immatriculation de la micro-entreprise ou de services et accompagnements à la transition. Leurrer le travailleur précaire (qu’il s’agisse d’une précarité pécuniaire, sociale ou sectorielle) avec des discours qui encensent la subjectivation absolue de la conduite de sa trajectoire par le moyen d’un statut d’emploi indépendant, en jouant sur un paradigme de naturalisation n’est pas exempt de conséquences. Cela conduit à intensifier la fragmentation de son parcours professionnel mais aussi à générer de la souffrance et de la précarité en l’encourageant à se confronter à des formes de risques professionnels non anticipés. De fait, diffuser des narratifs réalistes serait un premier pas vers une réelle capacité émancipatrice des transitions vers le travail indépendant.

Haut de page

Bibliographie

ABDELNOUR Sarah, Moi, petite entreprise : Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité. Presses Universitaires de France, 2017, 352 p.

ABDELNOUR Sarah, LAMBERT Anne, « « L’entreprise de soi », un nouveau mode de gestion politique des classes populaires ? Analyse croisée de l’accession à la propriété et de l’auto-emploi (1977-2012) », Genèses, 2014/2 (n° 95), 27-48.

ARREOLA Fernanda, DAVILA Andrès, FELIO Cindy, OTTMANN Jean-Yves, “Are “auto-entrepreneurs” entrepreneurs or not, and Why should we care?”. Entreprendre & Innover, 2017(3), 57-68.

BARTHES Roland, L’aventure sémiologique. Paris, Éditions du Seuil, 1985, 375 p.

BERNARD Lise, La précarité en col blanc : Une enquête sur les agents immobiliers. Presses universitaires de France, 2017, 368 p.

BERTHELOT-GUIET Karine, « Chapitre 4. Discours publicitaires : un cadre, des analyses », dans : Analyser les discours publicitaires. Sous la direction de Berthelot-Guiet Karine. Paris, Armand Colin, « I.COM », 2015, 111-160.

BOLTANSKI, Luc. De la critique : précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard, 2009.

BONNAFOUS Simone, KRIEG-PLANQUE Alice, « L’analyse du discours », dans : Stéphane Olivesi éd., Sciences de l’information et de la communication, Presses universitaires de Grenoble, « Communication en + », 2014, 223-238

BORNARD, Fabienne, VERZAT Caroline, GAUJARD Chrystelle, « Un détour par l’imaginaire pour comprendre les fondements psychosociocognitifs de l’éducation entrepreneuriale ». Revue de l’Entrepreneuriat, 2019/18(1), 109-140.

BOURDIEU, Pierre et BOLTANSKI, Luc. La production de l’idéologie dominante. Actes de la recherche en sciences sociales, 1976, vol. 2, no 2, p. 3-73.

BOUTILLIER Sophie, TIRAN André, « La théorie de l’entrepreneur, son évolution et sa contextualisation ». Innovations, 2016(2), 211-234.

BUREAU Marie-Christine, CORSANI Antonella (dir.), Un salariat au-delà du salariat ? Nancy, PUN - Éditions Universitaires de Lorraine, 2012, 354 p.

CAMPBELL Jones, SPICER André, Unmasking the Entrepreneur, Chelthenam, Edgar Elder, 2009, 160 p.

CASILLI Antonio, POSADA Juliàn, “The platformization of labor and society. Society and the internet : How networks of information and communication are changing our lives”, 2019, 293-306.

CHEMAMA Roland, La psychanalyse comme éthique. Erès, 2012, 248 p.

LANOUX-CLAVERIE Blandine. « La représentation de l’entrepreneur au cinéma : c’est encore loin l’Amérique ? ». Revue de l’Entrepreneuriat, 2013/12(1), 143-169.

CORDELIER Benoît, VASQUEZ Consuelo, MAHY Isabelle, « L’organisation en mouvement : action, temporalité et processus ». Revue internationale de communication sociale et publique, 2011, 5.

D’AMOURS Martine, « Les travailleurs indépendants face au risque : vulnérables, inégaux et responsabilisés ». Rapport de recherche, Université Laval, 2009.

DAVILA Andrès, OTTMANN Jean-Yves, FELIO Cindy. « Interfaces between Independent Work and its Configurations : a Concept Map. », In Academy of Management Proceedings 2017 (1), 11151.EHRENBERG André, La culte de la performance, Paris : Fayard, 1991, 324 p.

FAYOLLE Alain, WALID Nakara, « Création par nécessité et précarité : la face cachée de l’entrepreneuriat ». Dans Cahier de recherche, 2010/08 (E4), 2012.

FELIO Cindy, OTTMANN Jean-Yves, « Écrire sa trajectoire de travailleur indépendant : vers une poïétique de l’entrepreneur de soi ». Revue des Conditions de Travail, ANACT, 2019, 52-60

FELIO Cindy, OTTMANN Jean-Yves, « Se réinventer dans l’indépendance ». Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 2018, 24(59), 51-67.

FELIO Cindy, OTTMANN Jean-Yves, « Relation numérique et travail de care : construction et entretien d’un collectif dans le cadre du portage salarial ». Psychologie du Travail et des Organisations, 2017, 23(2), 172-186.

FLICHY Patrice, « Le travail sur plateforme. Une activité ambivalente », Réseaux, 2019/1 (n° 213), 173-209.

GAULEJAC Vincent De, La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Seuil, 2005, 288 p

GAZIER Bernard, La diversité des formes d’emploi. Rapport du CNIS, 2016.

GRAMACCIA Gino, « La coprésence sociale : un objet émergent en communication des organisations. Communiquer », Revue de communication sociale et publique, 2015/13, pp. 33-43

GRAMACCIA Gino, MONSEIGNE Annick, PIPONNIER Anne, (dirs), Le Temps des précaires. Approches communicationnelles de l’éphémère. Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. Le Territoire et ses acteurs, 2017, 180 p.

GRUPP Michaël, SCHIRAY Michel, MATTEI Bruno, « Distinguer travail et emploi », Autogestions, n° 8/9, printemps 1982, p. 12.

HOFFMAN Reid, CASNOCHA Ben, Managez votre carrière comme une start-up, Paris, Leduc.s, 2013, 240 p.

INSEE (2021). Créations d’entreprises – Décembre 2020. INSEE Conjonctures, 15/01/2021

LE MOËNNE Christian, « L’organisation imaginaire ? ». Communication et organisation, 2008/34, 130-152.

LEVRATTO Nadine, SERVERIN Évelyne, « Être entrepreneur de soi-même après la loi du 4 août 2008 : les impasses d’un modèle productif individuel ». Revue internationale de droit économique, 2009, t. xxiii, 3,(3), 325-352.

LOACH Ken (réalisateur), Sorry, we missed you. {film} Why Not productions, 2018.

LOUVION Alexis, « L’esprit collaboratif au service d’un modèle économique : le cas des entreprises de portage salarial », Revue française des affaires sociales, 2018/2, 51-67.

MARCHESNAY Michel, « Repenser l’entrepreneur : de l’estprit d’entreprise à l’esprit de métier ». Innovations, 2014/2¸11-31.

MARCHESNAY Michel, « L’entrepreneuriat : une vue kaléidoscopique ». Revue internationale P.M.E., 2000/13(1), 105–116.

MATA Véronique. Consultants indépendants : l’aventure pour métier. Librinova, 2020, 170p.

MENGER Pierre-Michel. Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain. Gallimard-Seuil, Paris, coll. « Hautes Études », 2009, 667 p.

PALTRINIERI Luca, NICOLI Massimiliano, « Du management de soi à l’investissement sur soi. Remarques sur la subjectivité post-néo-libérale ». Terrains/Théories, 2017/6

PATRASCU Marcela, « Explorer le travail créatif indépendant « avec » et « par » l’image : un dispositif de collecte et d’analyse de données visuelles participatives », Recherches Qualitatives, 2020, 74.

PATRASCU Marcela, « Le travail des web-créatifs :« hors-travail » et investissement subjectif ». In XXI Congrès de la SFSIC-Création, Créativité et Médiations, 2018, 272-282.

PATRASCU Marcela, KOGAN Anne-France, LE CORF Jean-Baptiste, « Les tensions organisationnelles des web-créatifs free-lance : flexibilité et épanouissement versus précarité et incertitude », Actes du Colloque International Org&Co, Le côté obscur de la communication des organisations, 28-29 mars 2019, 245-260.

PIPONNIER Anne, « Le paradigme de projet, un avatar de la précarité ? ». In Gramaccia, G., Monseigne, A. & Piponnier A. (op. cit.), 51-62.

POULAIN Henri (réalisateur), Invisibles. Les travailleurs du clic. {documentaire} France Télévision, 2020.

QUIJOUX Maxime, SAINT-MARTIN Arnaud, « Start-up : avènement d’un mot d’ordre », Savoir/Agir, 2020/1, 51, 15-22.

Haut de page

Annexe

Liste des sites intégrés au corpus

Nom site

Type

URL

Je Suis Entrepreneur

Accompagnement business plan

https://jesuisentrepreneur.fr

Freeland

Accompagnement indépendants choix statut

https://www.freeland.com/​devenir_independant/​

Pose Ta Dem’

Accompagnement indépendants choix statut

https://posetadem.com/​devenir-freelance-8-questions-a-se-poser-se-lancer-20180120

Agilytae

Cabinet RH, accompagnemeny

https://www.agilytae.com/​comment-devenir-independant/​

Guichet Entreprises

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.guichet-entreprises.fr/​fr/​

CaptainContrat

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.captaincontrat.com/​categorie/​creer-entreprise

Auto-entrepreneur.fr

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.auto-entrepreneur.fr

Espace auto entrepeneur

Démarches administratives de création d’entreprise

https://espace-autoentrepreneur.com

Digidom

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.digidom.pro/​creation-entreprise/​statut-freelance

Sedomicilier

Démarches administratives de création d’entreprise

https://sedomicilier.fr/​articles/​chomeur-comment-devenir-independant

LegalPlace

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.legalplace.fr/​guides/​devenir-freelance/​

Mon AutoEntreprise

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.mon-autoentreprise.fr

Evo Portail

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.evoportail.fr

Parcours Entrepreneur

Démarches administratives de création d’entreprise

https://www.parcours-entrepreneur.net

Made In Entreprise

Démarches administratives de création d’entreprise

https://made-in-entreprise.fr

Hello My Business

Démarches administratives de création d’entreprise

https://hellomybusiness.fr

Frelance-info

Forum freelances informatique + média d’informations

https://www.freelance-info.fr

CCI

Informations, conseils, formations

https://www.cci.fr/​web/​creation-d-entreprise

BPI France Création

Informations, conseils, formations

https://www.bpifrance.fr/​A-la-une/​Actualites/​Creation-d-entreprise-un-outil-pour-lancer-votre-projet- !-46222

Nouvelle vie pro

Informations, conseils, formations

https://www.nouvelleviepro.fr/​accueil-devenir-independant

Chef D’entreprise

Informations, conseils, formations

https://www.chefdentreprise.com/​Thematique/​rh-management-1026/​Breves/​Les-nouvelles-formes-emploi-341597.htm

AutoEntrepreneur.fr

Informations, conseils, services

https://autoentrepreneur.fr

Shine

Informations, conseils, services

https://www.shine.fr/​blog/​choisir-statut-juridique-entreprise/​

WikiCrea

Informations, conseils, services

https://www.creerentreprise.fr

Pole-autoentrepreneur

Informations, conseils, services

https://pole-autoentrepreneur.com

FNAE

Informations, conseils, services

https://www.federation-auto-entrepreneur.fr

Aide Création Entreprise Info

Informations, conseils, services

https://aide-creation-entreprise.info

Planète Auto-Entrepreneur

Informations, conseils, services

https://blog.planete-auto-entrepreneur.com

Freebe.me

Informations, conseils, services

https://www.freebe.me

Crème de la crème

Job board

https://cremedelacreme.io/​fr/​blog/​pourquoi-vouloir-devenir-freelance

404works

Job board

https://www.404works.com/​fr/​page/​top-5-des-meilleures-activites-freelances-pour-se-lancer

Malt

Job board

https://resources.malt.com/​fr/​freelances/​articles-freelance/​4-etapes-pour-savoir-si-vous-etes-pret-e-a-devenir-freelance/​

Le coin des entrepeneurs

Média d’informations

https://www.lecoindesentrepreneurs.fr

Profession Indépendant

Média d’informations

https://www.leportagesalarial.com/​5-questions-pour-savoir-si-vous-etes-pret-a-devenir-independant/​

Amédée

Média d’informations

https://www.amedee.co

Leportagesalarial

Média d’informations

https://www.leportagesalarial.fr/​2019/​10/​30/​les-nouvelles-formes-demploi-qui-existent/​

Welcome to the Jungle

Média d’informations

https://www.welcometothejungle.com/​fr/​articles/​statut-independant-tout-savoir

Le Blog du freelance

Média d’informations

https://blog.freelance.com/​se-lancer-en-freelance/​

Cersa

Média d’informations

https://www.cersa.org

Statut Micro-Entrepreneur

Média d’informations

https://www.statut-micro-entrepreneur.com

Guide du micro entrepreneur

Média d’informations

http://www.guide-du-micro-entrepreneur.fr

Pôle Emploi

Service public de l’emploi

https://www.pole-emploi.fr/​candidat/​je-creereprends-une-entreprise.html

Web Portage

Société de portage salarial

https://www.webportage.com/​

ITG

Société de portage salarial

https://www.itg.fr/​portage-salarial/​travailleur-independant

Jam

Société de portage salarial

https://www.jam.fr/​portage-salarial/​portage-salarial-pour-qui/​travailler-en-freelance/​

cadresenmission

Société de portage salarial

https://www.cadresenmission.com/​blog/​definition-travailleur-independant/​

Guide du portage

Société de portage salarial

https://www.guideduportage.com

Haut de page

Notes

1 BFM Business, « Record de création d’entreprises en France en 2020 », 15 janvier 2021. URL: https://www.bfmtv.com/economie/record-de-creations-d-entreprises-en-france-en-2020_AN-202101150143.html.

2 L’injonction à l’entreprise de soi fait référence à la promotion idéologique de l’autonomie de l’individu, étendue à tous ses domaines de vie (privée, sociale et professionnelle), décrite notamment par Ehrenberg (1991). De Gaulejac (2005) la définit comme une « comptabilité existentielle ». Abdelnour et Lambert (2014) soulignent le déplacement de l’autonomie en sa qualité de finalité vers la notion de processus : avec la notion d’entrepreneuriat de soi, l’individu est appelé à mobiliser ses propres ressources d’ordre privé pour parvenir à l’autonomie (comme par exemple : créer son propre emploi, dynamiser son propre réseau socio-professionnel).

3 Citons, à titre d’exemple, le numéro 20 de la revue Autrement qui était consacré au phénomène de l’entrepreneuriat de soi : « Et si chacun créait son emploi ? Le retour des entrepreneurs : ils inventent collectivement une économie différente ».

4 Le choix de la composition d’un corpus « ouvert » s’explique par la recherche d’indicateurs langagiers qui « construisent eux-mêmes l’unité autour de laquelle s’élabore le corpus » (Bonnafous & Krieg-Planque, 2014, p. 232).

5 La temporalité expérimentale de l’extraction d’articles de presse a été définie entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2019. Nous avons fait le choix de ne pas prendre en compte les contenus médiatiques de l’année 2020 du fait de la saturation des titres par la crise sanitaire de la Covid-19.

6 Autrement dit, il s’agit de « prendre le message en ce qu’il est » (Berthelot-Guiet, 2015).

7 Le nombre total est supérieur à 326 car les questions étaient à choix multiples pour les répondants.

8 La mise à l’épreuve de nos items par une analyse factorielle a permis de réajuster certaines variables et de présenter, dans la version finale du questionnaire, un indice KMO supérieur à 0.5 et un alpha de Cronbach supérieur à 0.6.

9 « En quelques mots qu’est-ce qui vous a conduit à changer de situation professionnelle ? » ; taux de réponse de 96,6 % sur les 326 questionnaires. Nous avons identifié 250 segments significatifs ensuite codés thématiquement.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/13000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Felio, Fabienne Bornard, Emmanuel Abord de Chatillon et Jean-Yves Ottmann, « Une perspective critique des discours sur l’entreprise de soi au prisme des changements de statut d’emploi »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 24 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/13000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.13000

Haut de page

Auteurs

Cindy Felio

Psychologue du travail et docteure en SIC

Articles du même auteur

Fabienne Bornard

Professeur associé - Entrepreneuriat et Innovation, INSEEC Grande École, Campus Lyon

Emmanuel Abord de Chatillon

Professeur des Universités, IAE, Université de Grenoble

Jean-Yves Ottmann

Sociologue du Travail et docteur en Sciences de Gestion, Chercheur associé à Université Paris-Dauphine PSL

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search