Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26DossierLes adolescents face aux stratégi...Dans les « flammes » de Snapchat ...

Dossier
Les adolescents face aux stratégies des plateformes commerciales entre suivisme et résistances

Dans les « flammes » de Snapchat : le travail émotionnel des adolescents

In the snapstreak, the emotional digital labour of the teenagers
Laurence Corroy et Sophie Jehel

Résumés

Snapchat rend-il les adolescents addicts ? Le réseau socionumérique connu pour la communication légère et éphémère qu’il encourage suscite un « travail émotionnel’ (Hochschild, 1983) intense que la thèse de l’addiction ne permet pas de comprendre. L’article s’appuie sur une analyse des entretiens par focus groupes menés auprès des 53 adolescents de 15 à 18 ans. Pour autant, leur capacité de résistance au dispositif est relativement faible, dès lors qu’ils ont un compte ouvert, ce qui est le cas de plus de 85 % des adolescents. Ils développent des stratégies pour minimiser le « travail du clic » (Casilli, 2019), mais chaque publication ou non publication peut susciter un dilemme. Chaque publication ou non publication peut aussi dévoyer l’expression des émotions de l’émetteur, du fait de leur intrication dans le dispositif sociotechnique des flammes, mais aussi dans toutes les métriques imposées par les algorithmes. Les dispositifs de régulation européens ne les protègent pas de ces formes d’intrusions affectives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les adolescents sont devenus une cible commerciale prioritaire pour les industries numériques et en particulier celles qui gèrent les plateformes de réseaux socionumériques (RSN) (Jehel 2022). Une véritable guerre économique se joue entre Facebook devenu le groupe Meta et toutes les entreprises concurrentes sur ce segment de la population. Bien qu’en 2012 le pourcentage d’adolescents nord-américains présents sur Facebook commence à stagner, le groupe demeure le réseau social dominant les deux années suivantes grâce au rachat d’Instagram cette année-là. En 2018, Snapchat devient le réseau que les adolescents nord-américains utilisent le plus souvent1. Evan Spiegel, son CEO, revendique la première place auprès des 13-34 ans dans les annonces à ses actionnaires2 et entame une procédure contre Mark Zuckerberg, PDG de Facebook pour concurrence déloyale (Wells, Seetharaman, 2019). Depuis lors, les trois RSN doivent faire face à une multiplication de plateformes visant les préadolescents, les adolescents et les jeunes adultes, qui mêlent jeux, jeux vidéo et échanges sociaux. Le portefeuille de comptes numériques des adolescents ne cesse de s’agrandir. La concurrence de Tiktok, à qui la crise sanitaire et les périodes de confinement ont été particulièrement profitables, constitue pour Snapchat et Meta la plus forte menace.

2Au cours de ces trois dernières années, plusieurs hauts responsables ayant travaillé dans les plus grandes plateformes numériques ont exprimé des regrets d’avoir rendu « addicts » les utilisateurs. Justin Rosenstein, inventeur du bouton like de Facebook, a ainsi déploré dans une forme de repentir public avoir créé une technologie addictive3. Et il a comparé Snapchat à l’héroïne. Cette plateforme s’adonne en effet à une « industrialisation des émotions » (Martin-Juchat, Staii, 2016) particulièrement sophistiquée : elle éditorialise les relations amicales et formule une évaluation de leur qualité, plus poussée que celle de Facebook. L’algorithme attribue des trophées en fonction de la nature des images échangées et du rythme des interactions. À travers le dispositif des « flammes » la plateforme récompense l’échange quotidien de photos entre deux ami.es sans interruption.

3Les adolescents sont-ils pour autant « addicts » aux réseaux socionumériques et à Snapchat en particulier ? Ce discours s’est rapidement banalisé, les RSN étant désormais désignés comme responsables de la montée des populismes, de la désinformation, et de l’addiction des jeunes aux « écrans ». Il a été popularisé notamment par le film Derrière nos écrans de fumée de Jeff Orlowski, co-produit et diffusé sur Netflix depuis septembre 2020 et soutenu par des entrepreneurs militants et des chercheurs (Jehel, 2022b).

4Le retour en force dans le discours médiatique ambiant d’un point de vue hérité des théories des effets directs et puissants des médias n’est pas surprenant (Corroy, 2016) – il ressurgit à nouvelle forme d’expression médiatique de masse – mais ne peut être accepté en l’état. L’hypothèse de « l’addiction » supposerait que les résultats de la recherche depuis 60 ans relatifs aux médias audiovisuels historiques, télévision, radio, cinéma, qui ont montré que les publics des médias conservaient un rôle important dans leur interprétation des messages médiatiques, pouvaient aussi ne leur donner qu’une attention flottante, soient réduits à néant face à un « nouveau » média. Le fonctionnement des industries numériques partage pourtant avec les industries audiovisuelles la plupart de leurs régimes d’attention (Boullier, 2014) : fidélisation, alerte, immersion, en particulier. Certes les mécanismes techniques de mise en œuvre de ces régimes diffèrent du fait du dispositif spécifique de la plateforme qui permet la personnalisation d’une offre de contenus et le traitement mécanique de tous les contenus communicationnels, médiatiques comme personnels. Les industries plateformisées sont également soumises à des modes de régulation différents.

5Notre cadre théorique articulera sociologie de la réception, reformulée à partir des hypothèses du travail émotionnel (Hochschild, 2017), socio-économie des plateformes numériques, en s’adossant en particulier à la théorie du travail social en réseau (Casilli, 2019) et du web affectif (Alloing, Pierre, 2017). Nous nous appuierons principalement sur une étude de terrain réalisée en mai 2019 par focus groupes auprès de 53 lycéens en Normandie, en classe de première, dans des filières générales, technologiques ou professionnelles dans le cadre de l’Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie (OPNAN), ainsi que sur les données quantitatives recueillies par ailleurs par le même Observatoire qui a recueilli les réponses de 6 620 jeunes de 15 à 17 ans (Corroy, Jehel, 2019). Ce travail sera exploré à partir de la problématique spécifique de cet article.

6Ayant réalisé de nombreux entretiens avec de jeunes utilisateurs, nous ne souhaitons pas alimenter la thèse d’une addiction au sens médical du terme, non seulement parce qu’elle échappe au domaine de compétence des sciences de l’information et de la communication, mais aussi parce que nous posons l’hypothèse que les adolescents ne se révèlent pas inconscients ou décervelés par les messages qu’ils reçoivent. Leurs relations amicales peuvent néanmoins être perturbées par les logiques intrusives des RSN qui sollicitent un énorme « travail émotionnel », au sens de Arlie R. Hochschild (2017), de la part de leurs utilisateurs. À cet égard, Snapchat nous semble devoir mériter une attention particulière. Sa situation de challenger du RSN leader l’a conduit à employer des techniques affectives particulièrement intrusives.

La place éminente de Snapchat dans le portefeuille numérique des adolescents

  • 4 L’anonymat des adolescents a été respecté, les prénoms mentionnés sont des pseudos.
  • 5 L’une des caractéristiques de cet observatoire c’est de recueillir plus de la moitié de ses réponse (...)

7Nous avons organisé des entretiens dans le cadre de 12 focus groupes regroupant entre 3 et 6 adolescents, filles et garçons, suivant un protocole semi-directif, qui nous a permis de recueillir les propos des jeunes sur leur manière de gérer leurs relations amicales ou amoureuses à travers les RSN4. Un équilibre était recherché dans la prise de parole entre filles et garçons, sollicitant celles et ceux qui parlaient moins spontanément, tout en favorisant aussi les échanges et discussions qui peuvent avoir lieu entre eux directement. Sans que cela ne fasse partie des prérequis, tous les élèves participants étaient inscrits sur au moins un réseau social – la plupart en avaient plusieurs. Rares sont ceux qui ont déclaré utiliser leurs RSN peu fréquemment. Nous nous appuierons également sur les statistiques de l’Observatoire (OPNAN) qui recueille chaque année les réponses à un questionnaire de 80 questions auprès de plusieurs milliers de jeunes de 15 et 17 ans dans la formation qu’ils suivent après le collège, en seconde générale ou technologique, ou dans les filières professionnelles5.

Snapchat : le second réseau le plus fréquenté par les adolescents

8Les adolescents entament leur carrière sociale numérique dès la fin du primaire en ouvrant un nombre de plus en plus grand de comptes sur les RSN. L’OPNAN indique qu’en 2022 77 % des adolescents de 15-17 ans utilisent plus de quatre RSN. Parmi eux, la place de Snapchat n’a cessé de se renforcer. En 2019, 63 % des garçons avaient un compte sur Snapchat, ce pourcentage est monté à 85 % en 2021 et 86 % en 2022, vs 87 % sur Instagram. En 2019, 78 % des filles avaient un compte sur Snapchat, un pourcentage qui a encore progressé passant à 92 % en 2020 et 91 % en 2022, vs 92 % sur Instagram. Instagram et Snapchat se sont donc installés comme les deux RSN préférés des adolescents, ils sont suivis de très près par Tiktok (74 % des garçons et 85 % des filles ont un compte Tiktok en 2022).

La conversation par l’image

9Même si les fonctionnalités des trois RSN ont tendance à se ressembler du fait des stratégies de concurrence et donc de mimétisme entre les trois entreprises, les usages adolescents y sont sensiblement différents. Snapchat est le réseau conversationnel de référence entre pairs. En offrant la possibilité aux messages de s’effacer au bout de quelques secondes (entre 4 et 10) et aux utilisateurs de choisir cette durée, Snapchat s’est imposé comme la plateforme de confiance pour les relations fortes, avec les proches. Comme l’utilisateur peut choisir exactement les personnes à qui il les adresse, dans des messages privés, les photos échangées sont moins réservées que sur Facebook ou Instagram et documentent la vie privée. Plusieurs chercheurs se sont intéressés au rôle de l’éphémérité dans le succès de Snapchat (cf. la synthèse donnée par Bruna, 2020).

10Sur Instagram, les adolescents cherchent à donner une image de soi la plus lisse possible, les montrant sous leur meilleur jour, afin de recueillir le plus de signes de reconnaissance (like, commentaires élogieux, notamment). Il faut s’approcher des codes esthétiques les plus consensuels, à l’instar des influenceurs et influenceuses suivies.

11Pour Sohane, en Première S, « les gens cherchent de l’attention », une façon de jauger s’ils « comptent pour les autres » et qu’ils ont « une vie sociale ». Des stratégies de distinction se déploient, différentes selon les milieux sociaux. Bastien, en Première S, a publié deux photos de lui en pilote, dans son avion à Deauville. Marion, qui a 800 abonnés, développe une éditorialisation sur son fil Instagram qui s’inspire des influenceuses auxquelles elle est abonnée. Elle ne laisse visibles que 5 photos, qu’elle change régulièrement pour que les tons (bleu, rose) de son « feed » s’accordent et elle archive celles qui déparent. Margaux a 1 100 abonnés sur son compte, elle publie, une fois toutes les trois semaines, des « belles » photos, avec maquillage et beaux paysages : « on va à des points d’eau, au Château de Caen, à la recherche de belles fleurs dans le fond ». Kevin vérifie si sa tête n’a pas de défaut avant de publier. Il publie lui aussi toutes les trois semaines. Dans une économie des apparences (Lardellier 2010), Instagram comme Facebook induisent la recherche de la plus belle image de soi, ce que Richard Sennett appelle la « galerie des glaces » des égos (Sennett, 2013).

12Sur Snapchat les photos de soi relèvent davantage de la quotidienneté, témoignant de moments ordinaires qui prêtent à rire ou sourire – ratages, petites déceptions communes à tous sont tournées en dérision dans un entre-soi réconfortant. Peiner sur un devoir sans inspiration, rater un gâteau ou envoyer une photo déformée par un filtre humoristique permet d’entretenir une forte connivence avec son réseau électif. Les journées sont ponctuées de conversations visuelles et légendées, ce qui prolonge les relations présentielles tenues en classe. L’art de la conversation en ligne et hors ligne promet des échanges dans un continuum qui permet au récepteur de comprendre immédiatement le sens à donner aux images échangées. Celles-ci sont d’autant plus fréquentes que le degré d’intimité et d’amitié est intense, ce qui est facilité par le fait que les photos envoyées n’ont pas nécessité un travail esthétique élaboré, contrairement aux photos publiées sur Instagram.

13Les médias ont beaucoup médiatisé la diffusion d’images sexuelles qui s’échangent sur cette plateforme, parce qu’elles peuvent être associées à des prises de risque importantes, mais elle relève d’une pratique minoritaire. Selon les données recueillies dans l’Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie 2021, 75 % des filles partagent des snaps drôles ou issus de la vie de tous les jours, seules 10 % partagent des snaps « intimes », et 3 % des snaps « provoquants » (sur 4 649 répondants qui ont un compte sur Snapchat, les items leur sont proposés, réponses fermées). Les garçons sont moins nombreux à documenter leur vie quotidienne (56 %) mais plus nombreux à envoyer des snaps « provoquants » (8 %).

Des réseaux de contact en extension

14Le nombre de contacts sur Snapchat est extrêmement variable, allant d’une dizaine à plusieurs centaines. 49 % des élèves de Seconde générale ou technologique ont plus de 80 contacts (OPNAN, 2019). Il s’agit d’un chiffre en forte progression. Les adolescents étant présents sur ce réseau depuis le collège voient leur nombre de contacts augmenter. Ils nous ont déclaré cependant n’ajouter que des personnes qu’ils connaissent, qu’ils ont rencontrées au moins une fois « dans la vraie vie ». Le nombre de personnes avec qui les conversations sont fréquentes ou journalières est bien plus restreint et homogène. Jacques, en première ST2S, a 200 contacts sur Snapchat, mais il converse quotidiennement avec une quinzaine. Léa, dans la même classe, a 400 contacts, mais déclare ne converser qu’avec dix personnes quotidiennement. Dans la première technologique (STMG), le nombre de contact peut être encore plus élevé. Alex considère que les filles ont facilement 1 000 à 2 000 abonnés quand elles arrivent au lycée.

15Du fait de la généralisation des comptes sur Snapchat, le réseau est utilisé également pour des groupes classe comme nous avons pu le constater dans tous les focus groupes. Il permet d’échanger immédiatement des informations sur la vie du lycée, les cours, les devoirs à faire. Il est aussi le support mémoriel des petits incidents qui surviennent en classe et qui sont repris sur un ton humoristique. Il est en revanche peu apprécié que certains s’en servent pour « spammer » et diffuser des messages longs ou hors sujet.

16Snapchat est donc durablement installé au cœur des activités numériques des adolescents. Les entretiens nous ont permis de repérer une partie des outils « affectifs » de la plateforme, c’est-à-dire des techniques marketing inscrites dans le design de la plateforme pour inciter au partage de photos et à l’ouverture de l’application. Nous prenons ici le terme « affectif » dans la définition qu’en donnent Camille Alloing et Julien Pierre (2017), en tant que « circulation d’une émotion », par opposition au terme d’émotion que nous réservons pour des mouvements d’humeur ressentis dans le for intérieur des sujets (Lench et al. 2011). L’affect est une conséquence de l’émotion ressentie, une de ses facettes visibles sur les plateformes. Les outils affectifs instrumentalisent les émotions pour déclencher des actions mesurables sur les plateformes.

Les stratégies affectives offensives de Snapchat

17Si un nombre important de comptes d’utilisateurs est pris en compte pour évaluer la qualité d’un RSN, il faut aussi, pour attirer les annonceurs, que les internautes passent le plus de temps possible sur une plateforme. En 2018, le temps moyen passé sur Snapchat était de 12 minutes par jour6. Ce chiffre a été démultiplié pendant le confinement lié à la crise sanitaire (la durée des 15-34 ans était passée à 50 minutes avec 30 ouvertures par jour7) et s’est maintenu ensuite : en avril 2022, Snapchat a affiché une durée d’utilisation de 49 minutes, et même de plus d’une heure par jour pour les 15-24 ans, dépassant les durées d’utilisation d’Instagram8. L’augmentation de la durée d’utilisation et le nombre élevé de consultations dans la journée sont entretenus par des techniques affectives.

18Les plateformes numériques reposent principalement sur trois principes : « l’injonction à la participation » (Proulx, 2017), présente dans les discours d’accompagnement qui associent l’accès à une identité sociale et la participation numérique, le « web affectif » (Alloing et Pierre, 2017) inscrit dans le « capitalisme des sentiments » (Hochschild, 1983) qui déclenche le « travail du clic » (Casilli, 2019) et permet d’enrichir les bases de données personnelles, et, enfin, la surveillance panoptique qui organise, à la manière du Panoptique de Bentham, le contrôle de chacun par tous (Jehel, Proulx, 2020). Diverses techniques évoquées par nos enquêtés se rattachent à ces trois principes qui se combinent. Nous prenons la notion de travail numérique au sens fort du terme, la dimension de jeu étant parfaitement compatible avec celle du travail (Jehel, 2018).

Accélérer la communication et alléger la charge de travail numérique

19L’injonction à la participation est d’autant plus efficiente qu’elle est la seule voie d’utilisation de la plateforme Snapchat, dont plusieurs fonctionnalités allègent l’effort demandé au participant. Plusieurs dispositifs de l’application permettent d’accélérer les échanges : le fait d’imposer l’ouverture de l’appareil photo du smartphone et l’ouverture de la liste des contacts fait que le partage d’une photo est le mode communicationnel privilégié, celui qui demande le moins de temps. L’effacement des messages induit également un rythme de publication rapide (Bruna, 2020). Valérie Jeanne-Perrier (2014) accorde au design de l’application des propriétés cosmétiques qui participent au travail de facilitation des publications dès ses débuts, le comparant à une « crème adoucissante numérique, telle une eau micellaire, [qui] fait glisser les rapports sociaux engageants vers des interactions faciles et sans âpreté ».

20Les filtres amusants et les différents catalogues d’effets, d’emojis, de gifs participent de « l’industrialisation de l’écriture » (Gomez Meijia, 2016). Ils facilitent la production de contenu et gamifient l’image d’un seul geste, sans avoir besoin de prendre la pose. Maeva aime bien par exemple le filtre de la grande bouche. Cela permet à la fois de masquer les imperfections de son visage, mais aussi de créer d’un clic un message humoristique… Ces usages facilités des filtres sont aussi offerts par Instagram.

21L’oralité permet un usage intense de « vocaux » qui permettent des conversations asynchrones, et évitent le recours à l’écrit jugé fastidieux ou inadapté au sujet traité – Bastien les utilise « quand [il a] la flemme d’écrire », et trouve que « ça évite d’être coupé », Maeva, quand elle a un sujet « banal », comme quand elle doit « parler des devoirs », Melissa trouve cela pratique « quand c’est un truc long », qui prendrait trop de temps si elle devait l’écrire. La synchronicité obligatoire d’une conversation téléphonique et le temps nécessaire à l’écriture de messages sont des contraintes qui disparaissent et permettent une conversation intense à moindre effort.

Inciter à la publication par la gratification

22Sans compter les notifications des messages personnels, accompagnés d’un jingle musical, dont ils connaissent bien la « musique », Snapchat envoie chaque jour plusieurs notifications de nouvelles « lentilles » pour rappeler à chacun l’existence de ses services et l’inciter à en profiter pour se « montrer sous [son] meilleur jour ». Une fois l’application ouverte, Snapchat quadrille la communication des utilisateurs par une batterie de métriques.

23Le nombre de contacts est quantifié et affiché. Le nombre de partages de photos est évalué et donne lieu à des gratifications personnalisées. Snapchat accorde des trophées, selon que les photos envoyées utilisent le noir et blanc, les filtres ou le flash. Snapchat classe aussi les amis, selon le nombre de snaps envoyés, selon les amis que l’on peut avoir en commun avec d’autres contacts. La plateforme attribue des cœurs (roses, rouges, jaunes) et des emoji pour évaluer ces relations et étiqueter ces préférences, en s’appuyant non sur les choix des utilisateurs mais sur leur activité sur la plateforme. L’algorithme classe les « meilleurs » amis de chaque utilisateur en leur attribuant des grades différents : le meilleur ami·e est étiqueté avec un cœur jaune, le meilleur ami depuis 2 semaines avec un cœur rouge et la mention « BFF », le meilleur ami depuis 2 mois avec un double cœur rouge, et la mention « super BFF ». Cette hiérarchie s’impose aux utilisateurs, quels que soient leurs sentiments personnels et associe donc l’intensité affective à l’intensité de l’utilisation de la plateforme.

24Les plus distanciés s’agacent de ces marques de gratification qu’ils perçoivent comme infantilisantes et intrusives. Bastien qui utilise relativement peu Snapchat – il a tout de même 100 flammes avec 4 amis – s’emporte : « on s’en fiche d’avoir un trophée parce qu’on a envoyé 5 vidéos avec un ralenti ! Parce que c’est ça en plus ! » Maeva, dans la même classe, est d’accord avec lui, « et les trophées, selon les filtres qui sont utilisés, avec un flash ou sans flash, c’est un truc inutile ». Son frère a travaillé sur le sujet, et elle sait que « ça développe le circuit du plaisir dans le cerveau. Ce qui fait que quand on les perd, on est énervé. Mais après, c’est pas ça le plus important ».

Les flammes : le dispositif affectif phare

25Les flammes constituent sans doute sur Snapchat le dispositif le plus orienté vers la recherche de l’euphorisation du web (Gomez-Meijia, 2016) et de « l’addiction ». Il enjoint chacun de renouveler chaque jour la preuve de son amitié, d’un symbole, l’emoji flamme, qui résonne avec une connotation de préciosité surannée, qu’il vient moderniser. Celui qui n’envoie pas une photo chaque jour casse les flammes. Il reçoit alors un sablier, sorte de mise en demeure de renvoyer une photo, par laquelle la plateforme lui accorde le délai d’un jour pour « récupérer » le capital des flammes acquises et en poursuivre le décompte.

26Les adolescents savent bien que le dispositif est artificiel et le décompte mécanique, et ils tiennent à manifester dans les entretiens une certaine distance. Mais leur rapport avec les flammes se révèle paradoxal, car tout en dénonçant le dispositif qui leur est imposé, ils n’osent pas s’en affranchir, car cela peut être perçu comme une défaillance amicale par leurs partenaires. Tel Anas, qui ayant décidé d’arrêter les 256 flammes qu’il avait obtenu avec un copain, a dû s’en expliquer et affronter la colère de son copain. Celui-ci a fini par accepter, « il s’est même excusé de s’être énervé ».

La surveillance généralisée des utilisateurs par leurs amis

27Plusieurs fonctionnalités organisent la surveillance de tous par tous et constituent ainsi chacun en « espion » de ses amis. C’est une remarque qui a pu être faite par des adolescents également par rapport à Facebook du fait du stalking permis dès lors qu’on est admis aux publications de l’utilisateur.

28La plateforme a permis dès ses débuts de screener les images reçues, incitant ainsi à la constitution de « dossiers » sur les amis, qui collectent les images les plus ridicules ou les plus compromettantes. La fonctionnalité du screen est arrivée en même temps que Snapchat proposait l’effacement des photos. Le design de l’application est donc parfaitement duplice : il protège par l’éphémérité et expose par la capture des images.

29La plateforme favorise également le contrôle des faits et gestes des membres du réseau de contact en permettant de savoir si l’ami à qui un message a été envoyé circule sur la plateforme. La rapidité de la réaction est jaugée à l’aune de l’amicalité : tarder à répondre engendre du désagrément voire des frictions : « ça fait mal » (Nicole), « ça fout le seum » (Marine), surtout si l’on peut voir qu’il est encore connecté, voire qu’il envoie d’autres messages, « c’est les nerfs » (Rodrigo). La surveillance des amis joue elle aussi un rôle dans l’intensité et la rapidité de la communication, puisque la règle, entre amis, est de répondre rapidement, pour éviter leur attente, leur déception et les actions de rétorsion.

30L’application permet aussi de géolocaliser les personnes qui font partie de son réseau, pour des raisons plurielles : identifier les lieux de vacances de ses amis, favoriser un rendez-vous entre amis, ou provoquer une explication en présence. Marine nous a expliqué, qu’en cas de ghosting, c’est-à-dire de suppression du réseau d’un ami, on peut utiliser le téléphone d’un autre ami du réseau pour localiser géographiquement la personne qui vous a banni :

On peut regarder avec la mapsnap sur le snap d’un ami où la personne est pour aller la voir et lui demander une explication. (Marine)

31Les outils affectifs utilisés par Snapchat pour inciter à la présence sur la plateforme, pour envoyer des messages, surveiller ses amis, et entretenir les « signes passeurs » de l’affection sont nombreux et efficaces. Alors qu’ils pourraient être ressentis comme particulièrement intrusifs et faire fuir les utilisateurs, les jeunes usagers ont plutôt tendance à s’y plier, voire à y déplier des formes de jeu avec l’algorithme. Ils y réalisent de fait un double travail, un « travail du clic » (Casilli, 2017), consistant à agir sur la plateforme, mais aussi un travail émotionnel, en retrait de la plateforme.

Le travail émotionnel intense des jeunes utilisateurs

32Dès l’ouverture du compte, l’utilisateur se trouve contraint à un travail émotionnel intense pour réagir de façon pertinente aux diverses sollicitations que lui transmet la plateforme. Arlie Hochschild définit le travail émotionnel comme un travail de refoulement des émotions ressenties pour tenir compte des attentes sociales qui construisent les relations avec les autres, en affichant d’autres émotions (2017 : 27).

  • 9 Les internautes produisent par leurs clics, leurs partages, leurs like, leurs selfies, un travail q (...)

33Les utilisateurs doivent donc choisir la manière de manifester leur affection auprès de leurs amis, par-delà les scripts du design affectif orchestré par les algorithmes de la plateforme. Cela demande beaucoup d’attention aux liens et aux personnes concernées, dans un travail intérieur, qui reste souterrain et invisible pour la plateforme. Mais la plateforme, ses algorithmes et ses notifications, viennent systématiquement intercepter ce travail et superposer une contrainte supplémentaire. Le « travail du clic » des jeunes utilisateurs9 répond alors à des logiques de rationalisation qui visent à limiter leur effort tout en se pliant à aux règles de sentiment et aux contraintes des algorithmes.

Jouer avec l’algorithme et industrialiser ses réponses

34Diverses stratégies sont développées par les adolescents pour minimiser le travail numérique que représente l’entretien de la flamme et s’adapter au dispositif d’instrumentalisation et d’« industrialisation des émotions » (Martin-Juchat, Staii, 2016). La plus souvent employée semble celle de « l’écran noir ». Si on ne veut pas écrire un message ni envoyer de photo, on envoie un écran noir avec l’heure. La plupart se disent très tolérants vis-à-vis de cette pratique, même s’ils conviennent qu’elle est un peu dérangeante. Envoyer un écran noir signifie que le dispositif prime sur la relation : le dispositif attentionnel masque une absence d’attention réelle pour celui à qui il est destiné. Les partenaires peuvent se sentir à juste titre blessés. Pour Antoine, si sa petite amie lui envoie un écran noir, pour entretenir les flammes, cela le met en colère, « il la zappe ».

35Une autre stratégie consiste à reporter sur d’autres la charge des flammes, c’est ce que fait Maeva avec sa meilleure amie :

des fois, elle peut ouvrir mes snaps, comme moi je peux ouvrir ses snaps. Ça dépend des personnes. Y a des personnes on va ouvrir leur snaps, parce qu’on sait que ça va être leur snap flamme.

36Mais si c’est un snap du copain de sa meilleure amie, elle ne l’ouvrira pas, elle va juste la prévenir. La mise au travail du clic déclenche une chaine de production et de solidarité. Ces tactiques adolescentes montrent bien que l’allègement du travail du clic fourni par la plateforme ne lui retire pas sa dimension de « travail », y compris quand il est associé à des relations affectives.

37S’il est facile d’avoir des flammes sans effort particulier avec les copains qu’on voit et avec lesquels on échange tous les jours, certains vont aussi souscrire au dispositif de façon volontaire pour garder des relations avec des personnes plus éloignées, auxquelles ils n’ont pas forcément grand-chose à dire, mais à qui ils sont contents de pouvoir partager ce qu’ils font ou seulement de manifester un lien, ce qu’ils n’auraient pas fait sans Snapchat.

38D’autres stratégies existent qui toutes confirment un primat du dispositif sur les émotions intimes, même s’il s’agit au final de récupérer un sentiment de reconnaissance et d’amusement partagé, en économisant sur le coût temporel du dispositif. Nadine a déjà atteint 600 flammes avec une personne et entretient des flammes avec 50 personnes. Pour cela elle leur envoie la même photo à tous, le matin ou le soir.

39L’enjeu de la compétition entre amis pour afficher le plus de « flammes » est présent soit pour y souscrire, soit pour le dénoncer, ce qui montre la difficulté de se soustraire aux métriques de la plateforme. Adam et Alex sont critiques sur les dispositifs attentionnels et ceux qui entrent dans la compétition en affichant le nombre de leurs flammes dans leur story. D’autres utilisateurs, aux dires de nos enquêtés, lancent des appels à faire des flammes sur leur « story », et sont prêts à le faire avec n’importe qui pour maximiser leurs scores.

40Cette stratégie pourrait manifester une vulnérabilité, un manque affectif, du côté de ces joueurs. Elle pourrait aussi représenter une stratégie de brouillage du message pour les algorithmes qui pourront prendre pour des amis proches des personnes qui ne se connaissent pas et jouent avec l’algorithme. Mais quel brouillage en résulte-t-il pour les partenaires de ces flammes blanches ? Nous employons l’expression de flammes blanches, dans une analogie avec le mariage blanc. Comment vivent-ils le décalage entre le symbole d’amitié affiché et l’absence d’émotion authentique de l’expéditeur ?

41Léa a un record de 850 flammes avec 9-10 personnes. Elle sait qu’elle serait triste si ça s’arrête. Ce chiffre joue le rôle d’un capital symbolique et finit par avoir une valeur affective, parce qu’il s’insère dans des relations affectives fortes, mais aussi parce qu’il manifeste la capacité à attirer l’attention de plusieurs amis. Rodrigo estime qu’il est difficile de refuser de faire des flammes, ça peut être très mal pris par les copains et copines dont la relation régulière commençait à obtenir une récompense. Emma se sent « obligée » de poursuivre les flammes avec 10 copains, alors qu’il « vaudrait mieux se parler naturellement quand on a besoin de parler, que de parler juste pour faire les flammes ». La puissance du dispositif, son encastrement dans les liens forts, fait qu’il est donc difficile aux adolescents de lui résister.

L’accordage des publications aux règles de sentiment

42Au-delà des flammes et des métriques, Snapchat demande un accordage précis des publications échangées aux règles de sentiment qui prévalent entre leurs différentes relations, selon leur nature, les conventions qui les lient. Cette dimension du travail émotionnel existe dans l’utilisation de toutes les plateformes. La rapidité des échanges qui y prévalent en augmente la charge et la nécessité d’une connexion permanente. Liker immédiatement messages et photos paraît un minimum. Quand ils envoient eux-mêmes photos ou messages, ils se trouvent dans une impatience aigue, la vitesse de réaction et l’expression choisie de la part du destinataire servant de jauge du degré́ d’affection qu’il leur porte. A minima le « okay » est permis, et non un simple « ok », ou « d’accord », et surtout « on ne lâche pas un vu » :

Quand on reçoit un snap, on doit répondre par un snap, mais pas juste un “vu”, sinon ça veut dire “je te snobe”

43Le respect consiste à répondre à un message, à dire ce qu’on en pense, idéalement par « un vocal » précise Chloé.

Le choix des images, le respect des registres communicationnels

44Les images échangées doivent aussi respecter la distance qui caractérise chaque relation et le registre de conversation que les contacts numériques ne doivent pas forcer. Dans les milieux favorisés, le niveau de réflexivité rend les échanges numériques assez compliqués. Si Maya envoie à Adam une photo d’elle avec une grimace, ce qui correspond au genre d’image drôle que d’autres jeunes aiment s’envoyer, Adam va s’inquiéter : « je vais me demander si ça va », ce qu’Alex traduit par « il va appeler le 15 ! ». Le haut niveau de contrôle de son image fait que ce type d’envoi ne peut se faire qu’entre amis très proches. Si Adam envoie une belle photo de lui à Alex, elle va se demander « s’il la drague ». Elle se sentira obligée de créer de la distance entre eux, et lui enverra une photo d’elle « en train de se brosser les dents », façon de dire qu’elle n’est pas sur la même longueur d’onde. Sur Snapchat, les belles photos peuvent être publiées sur la story, à destination de l’ensemble des contacts, mais pas envoyées à des destinataires précis sans qu’ils y perçoivent une intention particulière.

  • 10 Ils surviennent notamment sur Snapchat et Instagram (OPNAN, 2019, vol.1).

45Les filles sont soumises à un contrôle social qui s’exerce à propos de leur représentation d’elles-mêmes, dans tous les milieux sociaux et plus encore dans les milieux populaires (Déage, 2018). Elles peuvent rapidement « perdre leur réputation » si elles mettent en scène trop explicitement ce qui est considèré comme relevant de l’exposition de l’intime dans une forme de séduction. En ce cas, peu d’espoir d’empathie de la part des membres de leurs réseaux de contacts. Elles l’auront « cherché ». Les filles en ont bien conscience, car elles gardent en tête, tout comme les garçons, des cas de cyberharcèlement survenus au collège10. Tous mentionnent la gestion subtile des différents groupes, correspondant à leurs différents cercles relationnels afin de pouvoir poster le plus en sécurité́ possible leurs messages, leurs photos et leurs émotions. Ils tentent aussi de verrouiller les durées d’exposition des photos qu’ils postent : « quand on envoie une photo, on sait que ça peut être screené, donc on change le temps pour qu’ils n’aient pas le temps de la récupérer » commente une lycéenne.

  • 11 Screener signifie pour les lycéens que le message, la photo ou la vidéo, est enregistré par le dest (...)

46Peut-être en raison des risques de cyberharcèlement, le fait de screener11 les photos des autres est perçu comme une conduite déviante, La republication du selfie d’un autre est encadrée sinon par une exacte application du droit à l’image, du moins par une prise en considération de la « dignité » de la personne :

Quand on entretient une amitié avec des gens, on ne va pas s’amuser à mettre la personne en dessous de ce qu’elle est. (Jacques).

47Toutes les photos qui exposent les amis dans des situations estimées gênantes (nudité, ébriété, maladie) sont proscrites, même s’il arrive qu’elles puissent circuler.

L’exception de l’anniversaire

48Seuls les très proches amis qui prépareraient des « dossiers » en vue d’un anniversaire peuvent screener une photo (généralement peu valorisante) afin de la poster le jour de leur anniversaire. Pour celui qui subit son « dossier », cela participe alors de l’autodérision, d’accepter le ridicule tout en sachant que l’anniversaire de l’auteur du dossier sera l’occasion d’une petite vengeance. Rodrigo est assez fâché que son copain ait pu se permettre de diffuser une bouteille dans laquelle il avait dû uriner la nuit, pour ne pas déranger sa mère. La vengeance s’est manifestée lors de la publication du « dossier » à son anniversaire. En l’occurrence, la photo de son copain encore endormi au réveil…

49Les photos dévoilées sont généralement plus ridicules qu’humiliantes. La publication d’images des autres demeure dans tous les cas une affaire délicate. Cela ne veut pas dire qu’ils ne le fassent pas. Il y a donc une responsabilité essentielle des amis. Les adolescents, en classe de première, ont intégré le droit à l’image. Ils savent qu’on ne peut pas diffuser l’image des autres, et n’apprécient pas qu’on le fasse, s’ils n’ont pas donné leur accord.

Garder pour soi son intimité amoureuse

50Une certaine réserve s’exerce aussi à l’égard de la vie amoureuse. S’il est plutôt bien accepté qu’une photographie manifeste la réalité du couple, pour tous les enquêtés, il n’est pas question de publier un selfie de deux amoureux s’embrassant, ce qui est considéré comme de l’exhibition. Plusieurs adolescents, filles et garçons, nous ont fait part de leur désir « de ne pas savoir ». Publier une photo en couple est inutile pour les amis qu’ils fréquentent tous les jours, et sont déjà au courant. Et pour les moins proches, cela peut être ressenti comme une forme de « vantardise », une façon de « s’afficher » qu’ils ressentent comme déplacée. Parmi les règles de sentiment, il importe de ne pas chercher à susciter la jalousie de ses amis mais aussi de ses ex-amoureux ou ex-amoureuses.

Se méfier même des amis

51Surstimulés par les outils affectifs, les adolescents publient beaucoup sur Snapchat. Pour autant, la surveillance panoptique dont ils ont conscience les conduit aussi à se méfier, y compris de leurs amis. Quand ils ont des secrets intimes à partager, plusieurs nous ont expliqué très précisément pourquoi ils préfèrent le face-à-face :

Marion : sur Snap faut faire attention, parce qu’on peut enregistrer les conversations, on appuie sur message, il reste enregistré

Maeva : le domaine du privé, par exemple si on a un problème de famille, c’est mieux de pas en parler sur les réseaux. Si tu veux en parler, vaut mieux que tu en parles en face à face, comme ça, tu es sûre que la personne n’a aucune trace de ce que tu as dit.

Bastien : si on en parle en face à face, y a pas de trace, on voit la personne. Sur les RSN y a plein de moyen de garder des traces, d’enregistrer… et si on écrit un message et que c’est quelqu’un d’autre qui voit le message ?

52Ils préfèrent aussi, en cas de confidences sensibles capter l’attention de l’autre et guetter ses réactions en face à face. Comme le dit Florent, « c’est mieux d’en parler directement parce qu’on sent la présence de l’autre ». Le soutien émotionnel est plus grand, en dehors des RSN.

En conclusion : Snapchat, un hold up des émotions ?

53La thèse de l’addiction qui supposerait un usage irraisonné des plateformes ne permet pas de prendre en compte la manière dont ces industries numériques s’emparent des émotions de leurs utilisateurs, et la nature du travail émotionnel qu’ils sont amenés à y réaliser – les entretiens menés auprès des 53 adolescents le confirment. Pour autant, leur capacité de résistance au dispositif est relativement faible, dès lors qu’ils ont un compte ouvert, ce qui est le cas de plus de 90 % des adolescents. Ils développent des stratégies pour minimiser le travail du clic, mais chaque publication ou non publication peut susciter une réflexion intérieure, un travail émotionnel. Chaque publication ou non publication peut aussi dévoyer l’expression des émotions de l’émetteur, du fait de leur intrication dans le dispositif sociotechnique des flammes, mais aussi dans toutes les métriques imposées par les algorithmes. Les dispositifs de régulation européens ne les protègent pas de ces formes d’intrusions affectives.

54Le souci des adolescents est cependant de préserver une forme de naturel. Comment ne pas culpabiliser de ne pas avoir envie de répondre à la notification pressante ? Quelle authenticité de leurs sentiments les adolescents peuvent-ils conserver ? Pour Eva Illouz, la question serait presque dépassée. Dans Les marchandises émotionnelles elle considère que le capitalisme a la « capacité de créer des émotions en tant que marchandises ». L’incorporation de l’expérience individuelle dans la marchandise passe selon elle par un ressenti d’authenticité qui permettrait « d’établir une relation d’équivalence entre émotions et intériorité ». Poursuivant la thèse d’Eva Illouz, Mattan Shachak (2019) observe que « la construction de la subjectivité est elle-même influencée par les répertoires économiques et consuméristes […] le modèle utilitariste est ainsi devenu un répertoire culturel qui fournit une véritable orientation du monde ». Les sujets n’auraient donc pas accès à une forme d’authenticité détachée des « marchandises émotionnelles ». Cette hypothèse conduirait à une forme de confusion ou de fusion entre la commercialisation des émotions et les émotions ressenties par les sujets. Notre enquête nous montre qu’il existe une zone de conflit intérieur, de questionnement éthique, qui tracasse les adolescents qui en perçoivent au contraire le décalage, mais sans pouvoir se soustraire au dispositif commercial.

Haut de page

Bibliographie

Alloing Camille, Pierre Julien, Le web affectif. Une économie numérique des émotions, Bry-sur-Marne, INA, 2017.

Boullier Dominique, « Médiologie des régimes d’attention » dans CITTON Yves (dir.), L’économie de l’attention, nouvel horizon du capitalisme, La Découverte, 2014, p. 84-108.

Bruna Yann, « Snapchat à l’adolescence. Entre adhésion et résistances », Réseaux, vol. 222, no 4, 2020, p. 139-164.

Deage Margot. « S’exposer sur un réseau fantôme. Snapchat et la réputation des collégiens en milieu populaire », Réseaux, vol. 208-209, no 2-3, 2018, p. 147-172.

Casilli Antonio, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019.

Corroy Laurence, Éducation et médias, la créativité à l’ère du numérique, Paris, Londres, Iste éditions, 2016.

Corroy Laurence, Jehel Sophie, Les relations affectives des adolescents et les réseaux socionumériques, Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie 2019, en collaboration avec Léo Jannot-Sperry, Cemea, Rectorat, Région Normandie, 2019, [en ligne] https://yakamedia.cemea.asso.fr/univers/comprendre/numerique-media-et-education-citoyennete/les-relations-affectives-des-adolescents-et-les-reseaux-socionumeriques.

Gomez Meijia Gustavo, Les fabriques de soi ? Identité et industrie sur le web, Paris, MkF, 2016.

Hochschild Arlie R., Le prix des sentiments, au cœur du travail émotionnel. Paris, La Découverte, 1e ed. 1983, 2017.

Illouz Eva, Les marchandises émotionnelles. Premier Parallèle, Paris, 2019.

Jeanne Perrier Valérie. « Snapchat, la fonction phatique de la communication sur un piédestal ? », Effeuillage, vol. 3, no 1, 2014, pp. 25-27.

Jehel Sophie « Dénoncer les abus des GAFA pour encourager la réflexivité ou pour réhabiliter la théorie des effets puissants des médias ? Analyse du docudrama The Social Dilemma et de sa réception par des lycéens », Approches Théoriques en Information-Communication (ATIC), vol. 5, no 2, 2022, p. 11-33.

Jehel Sophie, L’adolescence au cœur de l’économie numérique. Risques sociaux et travail émotionnel, Paris, INA, 2022.

Jehel Sophie, Proulx Serge, « Le travail émotionnel des adolescents face au web affectif. L’exemple de la réception d’images violentes, sexuelles et haineuses », Communiquer, 28, 2020, p. 121-139.

Lardellier Pascal, Bryon-Portet Céline, « Ego 2.0 ». Quelques considérations théoriques sur l’identité et les relations à l’ère des réseaux », Les Cahiers du numérique, 2010/1 (Vol. 6), p. 13-34. URL : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2010-1-page-13.htm

Lench H.C., Flores S.A., Bench S.W., « Discrete emotions predict changes in cognition, judgement, experience, behavior and physiology : a meta-analysis of experimental emotion elicitations », Psychological Bulletin, 137 (5), p. 834-855.

Martin-Juchat Fabienne, Staii Adrian (dir.), L’industrialisation des émotions. Vers une radicalisation de la modernité ?, L’Harmattan, 2016.

Proulx Serge, « L’injonction à participer au monde numérique », Communiquer. Revue de communication sociale et publique, no 20, 2017, p. 15-27.

Shachak Mattan, « (É)changer les sentiments : de la marchandisation des émotions en psychothérapie », in Illouz Eva (dir.) Les marchandises émotionnelles, Paris, Premier Parallèle, 2019.

Sennett Richard, Ensemble. Pour une éthique de la coopération, Paris, Albin Michel, 2013.

Wells Georgia, Seetharaman Deepa, “Snap Detailed Facebook’s Aggressive Tactics in ‘Project Voldemort’ Dossier”, The Wall Street Journal, 24 septembre 2019.

Haut de page

Notes

1 https://www.pewresearch.org/internet/2018/05/31/teens-social-media-technology-2018/

2 Snap inc. Q2 2019 prepared remarks.

3 https://www.theguardian.com/technology/2017/oct/05/smartphone-addiction-silicon-valley-dystopia

4 L’anonymat des adolescents a été respecté, les prénoms mentionnés sont des pseudos.

5 L’une des caractéristiques de cet observatoire c’est de recueillir plus de la moitié de ses réponses dans des formations professionnelles, les résultats étant par la suite redressés pour tenir compte de la moyenne nationale.

6 https://www.lesechos.fr/2018/02/les-jeunes-francais-passent-plus-de-temps-sur-snapchat-que-sur-facebook-985117

7 https://blog.digimind.com/fr/agences/snapchat-chiffres-essentiels-france-monde#France

8 https://www.numerama.com/tech/923395-snapchat-devance-instagram-les-francais-y-passent-49-minutes-par-jour.html

9 Les internautes produisent par leurs clics, leurs partages, leurs like, leurs selfies, un travail qui permet à la plateforme d’accroitre sa valeur (Casilli, 2019).

10 Ils surviennent notamment sur Snapchat et Instagram (OPNAN, 2019, vol.1).

11 Screener signifie pour les lycéens que le message, la photo ou la vidéo, est enregistré par le destinataire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Corroy et Sophie Jehel, « Dans les « flammes » de Snapchat : le travail émotionnel des adolescents »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 02 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/13946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.13946

Haut de page

Auteurs

Laurence Corroy

Professeure, Université de Lorraine, CREM

Articles du même auteur

Sophie Jehel

Professeure, Université Paris 8, CEMTI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search