Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26SpicilègesQuelle mise en visibilité des mét...

Spicilèges

Quelle mise en visibilité des méthodologies de recherche en SIC ?

Analyses d’un corpus d’articles scientifiques
Overview of research methodologies in CIS. A survey of scientific publications in the field
Nathalie Pinède et Clément Dussarps

Résumés

Dans cette étude, nous cherchons à identifier les principales méthodes mobilisées en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) et la manière dont se matérialise la démarche méthodologique choisie dans la production scientifique en SIC. Nous nous appuyons pour cela sur l’analyse (selon une grille pré-établie) d’un corpus de 245 articles (issus d’un tirage aléatoire effectué sur une sélection de revues reconnues en SIC). Les analyses nous montrent que les articles étudiés ont majoritairement une vocation empirique, mais avec des degrés de précision variables sur la restitution du processus méthodologique. L’approche qualitative apparait comme étant la plus utilisée. Nous proposons également une comparaison entre articles empiriques et non empiriques, ainsi qu’entre les articles écrits par des auteurs en SIC et hors SIC.

Haut de page

Texte intégral

1Les méthodes, les corpus, les données sont évidemment au cœur de la démarche scientifique. Dans le vaste champ des Sciences Humaines et Sociales (SHS), elle suscite depuis longtemps de nombreux débats épistémologiques ainsi que des choix singuliers, en lien avec les objets, regards et cultures disciplinaires. Les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) sont particulièrement concernées par ces enjeux. Le creuset foncièrement pluridisciplinaire dans lequel elles se sont forgées et continuent à se construire modèle également la mise en action des démarches méthodologiques. B. Miège (2004) rappelle ainsi que « ce que les SIC ont en propre c’est donc de pouvoir appliquer des méthodologies inter-sciences à des problématiques transversales, permettent d’appréhender l’information et la communication non de façon globale (comme prétendent le faire un certain nombre de théories générales), mais dans ses manifestations marquantes » (p. 227). Cette place de l’« inter- » au cœur des SIC, concerne aussi bien la mobilisation de concepts issus de courants disciplinaires multiples que le recours à des méthodologies venant elles aussi d’horizons variés. En effet, « pour pratiquer de manière heuristique la pluridisciplinarité, les chercheurs ont besoin d’une « caisse à outils » la plus complète et la plus diversifiée possible, assurant aux SIC une réelle pluralité méthodologique » (Courbet, 2011, p. 33). Le « tournant digital » des sciences humaines et sociales à partir des années 2000 (Schreibman et al., 2004 ; Berry, 2011 ; Carayol et Morandi, 2015) est venu en ce sens offrir de nouvelles opportunités aux SIC, tant en matière de terrains de recherche que d’extension de la panoplie des méthodes d’investigation.

2Nous interrogeons dans ce texte les formes de cette pluralité méthodologique dont nous avons vu qu’elle incarnait une dimension structurante des SIC. Deux questionnements principaux ont guidé notre investigation. D’une part, quelles sont les principales méthodes mobilisées en SIC ? D’autre part, comment se matérialise la démarche méthodologique choisie dans les écrits de recherche, tels les articles scientifiques ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, nous avons choisi d’analyser un corpus d’articles issus de revues scientifiques reconnues dans le champ des SIC. C’est là un choix à expliciter, car d’autres moyens auraient pu être adoptés pour mettre à jour la fabrique de la recherche, comme par exemple des entretiens semi-directifs avec un panel de chercheurs du domaine. L’un des intérêts de cette approche est de pouvoir travailler sur un corpus relativement conséquent permettant de voir se dessiner des tendances. Par ailleurs, il est également intéressant de relever les marques et le degré de mise en visibilité du processus méthodologique à travers le format de valorisation emblématique que constitue l’article scientifique. Dans ce cadre, la grille d’analyse que nous avons élaborée, fait évoluer de façon itérative et utilisée pour notre travail, a pour objectif non seulement de mettre à jour la diversité des approches méthodologiques déployées sur des terrains variés, autour d’objets de recherche également multiples, mais aussi de repérer la façon dont elle se donne à voir et lire dans la formalisation d’un article scientifique.

3Dans une première partie, nous interrogerons le processus allant de la mise en œuvre d’une méthode à la mise en visibilité de la recherche à travers le format de l’article scientifique. Dans cette perspective, nous aborderons tout d’abord la question de la méthode et des méthodes dans une démarche de recherche en SHS, en nous appuyant sur une typologie classique identifiant trois types de méthodes (quantitatives, qualitatives et mixtes). Cela nous permettra également de revenir sur quelques concepts clefs de la démarche méthodologique (terrain, corpus, méthodes de recueil, de traitement, type de données manipulées, etc.). D’autre part, nous aborderons la question de la démarche méthodologique telle qu’elle se manifeste, telle qu’elle est mise en visibilité dans l’architecture et les contenus des publications scientifiques. Dans une deuxième partie, nous présenterons de façon détaillée notre protocole d’investigation, de la constitution du corpus à la méthodologie d’analyse choisie, s’appuyant sur une grille d’analyse des articles scientifiques à partir des critères précédemment identifiés. La troisième partie sera consacrée à la présentation des résultats saillants par rapport à notre questionnement initial. Enfin, dans une dernière partie, nous discuterons ces résultats, leurs limites actuelles mais aussi les perspectives ouvertes pour des recherches ultérieures.

De la mise en œuvre d’une démarche méthodologique à sa mise en visibilité dans un article scientifique

4La méthode scientifique est « l’ensemble des opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre les vérités qu’elle poursuit, les démontre, les vérifie » (Grawitz, 2001 : 351), et les méthodes sont alors l’ensemble des opérations mises en œuvre pour parvenir à cette fin. Elles accompagnent le chercheur dans son questionnement et dans la réponse aux questions posées. Plusieurs typologies sont possibles pour appréhender les grands courants des méthodes en SHS. L’une des plus classiques consiste à différencier méthodes quantitatives et qualitatives, tout en proposant une troisième voie d’investigation représentées par les méthodes dites mixtes (mixed methods), permettant d’opérer des approches croisées entre qualitatif et quantitatif.

Méthodes quantitatives, qualitatives et mixtes

5Les méthodes quantitatives ou qualitatives appartiennent au registre des méthodes empiriques. La distinction entre les deux apparaît très nette : « les partisans des méthodes quantitatives défendent une recherche objective, déductive, causale, exempte de biais et généralisables, alors que les méthodes qualitatives nuancent la recherche absolue d’objectivité à la fois impossible à atteindre non souhaitable » (Aldebert et Rouzies, 2014). Il n’y aurait ainsi pas ou peu de place à l’erreur dans les méthodes quantitatives (notamment portées par les sciences exactes comme les mathématiques), alors que les méthodes qualitatives laisseraient plus de place à l’interprétation, aux différences de points de vue (acceptant dès lors qu’il y ait plusieurs vérités possibles), aux limites et à l’influence du chercheur dans l’interprétation des données. Les méthodes quantitatives ont vocation à quantifier, produire des données chiffrées. À l’inverse, les méthodes qualitatives ont plutôt volonté de qualifier et ne produisent pas des données chiffrées, car ne travaillant généralement pas sur des éléments chiffrables.

6Le choix d’une méthode ou d’une autre représente une étape importante dans la recherche. Il peut être guidé à la fois par la discipline du ou des chercheurs (certaines se prêtant plus que d’autres à du quantitatif ou du qualitatif - Grawitz, 2001, p. 363), par son objet, l’expérience et savoir-faire du chercheur, etc. Les recherches, de plus en plus souvent pluridisciplinaires ou transdisciplinaires, amènent les chercheurs à faire collaborer des disciplines et méthodes, et par conséquent à repenser l’approche de leurs recherches. Le choix de la méthode semble dès lors plus ouvert qu’auparavant.

  • 1 « La recherche par méthodes mixtes […] utilise des méthodes de recherche quantitatives et qualitati (...)

7Ces méthodes (à vocation quantitative ou qualitative) peuvent aussi être employées en convergence. Avec les méthodes dites « mixtes », il n’est ainsi plus nécessaire de choisir entre quantitatif et qualitatif. « Mixed methods research […] uses quantitative and qualitative research methods, either concurrently (i.e., independent of each other) or sequentially (e.g., findings from one approach inform the other), to understand a phenomenon of interest »1 (Venkatesh et al., 2013, p. 23). Le recours conjoint à des méthodologies croisées permet de dépasser une opposition entre méthodes qualitatives et quantitatives, pour bénéficier des avantages des uns et des autres, constituant ainsi pour certains un troisième paradigme de recherche (Johnson et Onwuegbuzie, 2004). Plusieurs typologies sont proposées, pour qualifier les différentes formes de combinaisons possibles dans les méthodes mixtes. Ainsi, la typologie proposée par Creswell et Clark (2007) distingue les méthodes mixtes de type triangulation, traitant de façon conjointe données qualitatives et quantitatives, embedded (où l’un des types de méthode -qualitative ou quantitative- est imbriqué dans l’autre), explanatory (où les données qualitatives aident à expliquer les résultats quantitatifs) et enfin, exploratory (où il y a collecte de données quantitatives pour valider des relations identifiées à partir de données qualitatives).

Regards sur les méthodes en SIC

8En SHS en général, la production de connaissances intriquant l’humain, ses activités et la possibilité d’un appareillage technique à différents niveaux rend singulièrement complexe et diversifiée la question méthodologique. Dans le cadre des SIC, un certain nombre d’ouvrages ont questionné la nature des méthodes en SIC, soit d’un point de vue épistémologique (par exemple, Bourdeloie et Douyère, 2014 ; Leleu-Merviel, 2008 ; Olivesi, 2004), soit en orientant la lecture davantage sur un plan pédagogique (Derèze, 2019). L’objectif n’est évidemment pas de proposer ici un catalogue exhaustif de ces nombreux écrits, qui ont été produits et continuent à être produits en SIC, pour témoigner du « pluralisme méthodologique » consubstantiel des SIC. Néanmoins, F. Bernard et V. Joule (2005) soulignent une réelle ambiguïté de cette revendication car les approches qualitatives s’avèrent au final largement dominantes au cœur de cette diversité. D. Courbet (2011) pointe également le fait que certaines méthodes, qui auraient leur légitimité en SIC, sont plus marginalement utilisées, notamment au regard de méthodes qualitatives d’investigation d’inspiration sociologique (entretiens semi-directifs, questionnaires notamment) qui occupent depuis longtemps le devant de la scène méthodologique en SIC. La mobilisation d’outils de recueil et d’analyse de données variés relève dès lors d’une indispensable diversité, garante d’une richesse de regards en adéquation avec les attendus de notre discipline.

9Depuis quelques années, la place croissante occupée par les objets de recherche sur terrains numériques et/ou par une instrumentation des pratiques d’analyse accroît encore la diversité des postures méthodologiques (Barats, 2016 ; Rouquette, 2017), entre approches qualitatives, quantitatives, ou encore mixtes. Des typologies alternatives sont d’ailleurs proposées pour mieux prendre en compte ces bouleversements méthodologiques qui seraient l’une des conséquences de la nouvelle place occupée par le numérique dans la recherche. N. Marres (2012) propose ainsi une redistribution des méthodes en quatre axes, méthodes traditionnelles (methods-as-usual), méthodes computationnelles (big methods), méthodes virtuelles (virtual methods) et méthodes numériques (digital methods). Ces nouvelles perspectives méthodologiques, sur un plan épistémologique, sont également au cœur des préoccupations d’un certain nombre de chercheurs en SIC (Plantin et Monnoyer-Smith, 2012 ; Lakel et Le Deuff, 2017 ; Pinède, 2020).

10Néanmoins, la distinction classique qualitatif/ quantitatif / mixte reste pertinente et mobilisable, y compris à l’aune des nouveaux terrains numériques. Si la possibilité de constituer des corpus de données de grande taille, notamment à partir des productions des réseaux socionumériques, incite à une mobilisation plus importante de démarches quantitatives, les approches qualitatives ne sont pas pour autant délaissées, voire obsolètes. Au contraire, elles suscitent un mouvement renouvelé d’interrogations et d’innovations, comme en témoigne l’ouvrage dirigé par M. Millette, F. Millerand, D. Myles et G. Latzko-Toth (2020) qui, en choisissant de se focaliser sur l’« orientation qualitative » des méthodes de recherche en contexte numérique, montre à partir de différents exemples la place toujours importante tenue par les approches dites qualitatives dans ces environnements numériques où le cadrage par le contexte pour éclairer les analyses demeure plus que jamais nécessaire. Quant aux approches de type « méthodes mixtes », si leur revendication explicite n’est pas très généralisée en SIC, pour autant, elles semblent devoir y tenir une place « naturelle », du fait du socle interdisciplinaire des SI, ainsi que de la prégnance grandissante des objets de recherche et de nouvelles pratiques, en lien notamment avec les humanités numériques. L’interrogation forte portée au sein de la discipline des SIC (Pelissier Paquienseguy et Pelissier, 2021) sur ce sujet est à ce titre révélatrice des enjeux, prudences et renouvellements à l’œuvre en lien avec les objets, les méthodes ou encore le cadrage éthique de la recherche.

Quelques concepts clefs au cœur de la démarche méthodologique

11Ces choix de méthodes prennent bien entendu sens dans un cadre problématique, en lien avec des hypothèses de recherche et prennent forme ensuite dans une démarche dans laquelle nous allons retrouver un certain nombre d’éléments clefs. Les choix d’un « terrain » pour la recherche, la constitution d’un « corpus », ou encore la mobilisation de telle ou telle techniques pour le recueil et l’analyse de données, font partie des étapes quasi incontournables dans l’opérationnalisation empirique du processus de recherche. Néanmoins, aussi familiers et courants que soient ces termes (corpus, terrain, recueil de données), ils méritent d’être posés, explicités et clarifiés pour la mise en œuvre de notre travail.

12Le « terrain (de recherche) » peut s’énoncer comme le lieu (espace-temps) singulier où se réalise la collecte de données et la constitution du corpus. À la suite de J. Le Marec (2002), on peut avoir une vision « composite » du terrain de recherche, soit un lieu ayant une pertinence sociale et devenant dès lors un lieu de pratiques, mais aussi un lieu reconfiguré et « borné » par la recherche. C’est donc un construit, qui n’est pas exempt d’imaginaires (social, culturel mais aussi personnel -celui du chercheur), circonscrit plus ou moins artificiellement, et inscrit dans une temporalité. En ce qui concerne la notion de corpus, on peut la caractériser comme étant un « ensemble d’éléments issus du réel, appelés « observables » (De Robillard), enregistrés, médiatisés par le chercheur ou préexistants (corpus littéraire, documents, vidéos) qui sont recueillis puis sélectionnés et organisés pour constituer la base d’une analyse scientifique » (Le Gal, 2013, p. 35-36). Il s’agit donc d’un ensemble d’éléments choisis dans le réel, extraits de celui-ci et rassemblés à des fins d’études et d’analyse.

13L’élaboration de ce corpus de données peut donc résulter de la mise en œuvre de techniques de recueil, corpus à partir duquel des méthodes d’analyse pourront être déployées. Le tableau suivant (tableau 1) donne une illustration de déclinaisons possibles dans le champ des méthodes qualitatives/quantitatives, en distinguant ce qui relève des techniques de recueil de données (comme un questionnaire, ou l’utilisation d’un système de type eye-tracking) des techniques d’analyse appliquées aux données générées suite au recueil effectué. La caractérisation par les vocables « quantitatif » ou « qualitatif » s’adresse donc plutôt aux modalités d’analyse mises en œuvre, étant entendu que certaines techniques de recueil appellent « naturellement » certains types d’analyse (quantitatif – comme les questionnaires – ou qualitatif – comme les entretiens).

Tableau 1. Exemples de techniques de recueil et d’analyse quantitatives et qualitatives.

Exemples de techniques…

…quantitatives

…qualitatives

…de recueil

Questionnaires, sondages

Collecte de logs, traces d’activité

Eye-tracking

Observations, films

Entretiens

Collecte documentaire

…d’analyse

Statistiques

Graphes et schémas

Analyse de discours logico-sémantique, sémio-pragmatique…

14En guise d’illustration, on peut prendre appui sur un article (Thorel, 2018) qui montre clairement les distinctions opérables entre terrain de recherche, recueil de données et corpus. Dans cet article, le terrain de la recherche correspond à une rue, la rue Cauchoise (Rouen), à partir duquel va se constituer un corpus de données appuyé sur une démarche ethnographique et issu d’observations participantes/non participantes, d’entretiens ethnographiques et de prises de notes visuelles in situ.

Mise en visibilité de la démarche méthodologique : l’exemple des articles scientifiques

15Cet exemple nous permet d’introduire un dernier aspect, celui de la mise en visibilité, et en partage, du processus empirique de recherche. La « fabrique » du matériau scientifique, articulée autour de l’identification d’un terrain pour la recherche, de la constitution d’un corpus, de la mise en œuvre de méthodes en tant qu’« outils de production des connaissances » (Olivesi, 2012, p. 8) mais aussi, et bien sûr, du positionnement épistémologique du chercheur, s’incarne ensuite dans différents écrits, porteurs d’un discours de recherche. Au sein de ces écrits, l’article scientifique s’érige en écrit de référence, en tant que marqueur emblématique de la production de recherche. Ce passage de la pratique de la recherche à l’inscription de la pensée via la matérialité de l’écrit (Goody, 1977) a conduit peu à peu à des formes de standardisation (Bazerman, 1988 ; Wu, 2011) liées aux spécificités de l’exercice – structure argumentative, évaluation par les pairs, etc. Ainsi, un format a émergé, s’est stabilisé, puis standardisé dans la deuxième moitié du xxe siècle : il s’agit du format IMRAD (Introduction, Material and Methods, Results And Discussions – en français, Introduction, Matériels et méthodes, Résultats Et Discussion). D. Pontille (2007) précise que dans l’« Introduction », il s’agit de faire un état de la question traitée, de son originalité et de ses apports ; la section « Matériel et Méthodes » expose la démarche d’investigation conduite sur le terrain de recherche ; la section « Résultats » vise à présenter les données saillantes et les modalités de leur traitement et enfin la section « Discussions » permet de confronter ses résultats à ses hypothèses initiales mais aussi à d’autres travaux afin d’en extraire de nouvelles perspectives de recherche. Ce « modèle » générique d’écriture scientifique se présente donc à la fois comme « dispositif matériel (la structure argumentative), cognitif (les connaissances) et social (les conventions entre les personnes) » (Pontille, ibid., p. 4). Une structuration similaire à IMRAD est également largement encouragée dans le cadre du doctorat, y compris en SHS. Boutiller et al. (2007, p. 79) présentent ainsi la rédaction d’une thèse en droit, économie ou sociologie selon les étapes suivantes : choix du sujet, délimitation du plan de recherche, problématique, hypothèses, enquête (observations, entretiens, questionnaires, recherche bibliographique…), validation ou non des hypothèses, conclusions.

16Plusieurs remarques s’imposent ici : tout d’abord, le format IMRAD s’est imposé largement dans les revues scientifiques anglo-saxonnes ; d’autre part, il est plus utilisé dans certaines disciplines que dans d’autres, car c’est un format qui est tout à fait adapté aux sciences expérimentales ou à tout le moins, aux démarches de recherche dans lesquelles l’empirisme est dominant. Or, particulièrement en SHS, la recherche ne s’exerce pas de la même façon et les chercheurs y jouissent, a priori, d’une plus grande liberté dans l’écriture d’articles scientifiques. Ainsi, à partir de l’étude de 200 articles publiés en 1995 dans des revues de sociologie, Pontille (2003) observait que les articles théoriques (sans étude de terrain) représentaient un tiers de son corpus et étaient la plupart du temps monosignés. Le mode de raisonnement de ces articles reprend « le schéma classique de la démonstration philosophie : thèse, anti-thèse, synthèse » (ibid.).

17Nous appuyant sur ces différents éléments, nous avons identifié quatre formats-type d’articles scientifiques pour notre étude ancrée dans les SIC :

  • État de l’art : article présentant une revue de la littérature, sans terrain, corpus ou méthode explicites.

  • Article empirique : article de recherche présentant une investigation de terrain, un ensemble de méthodes de recueil et d’analyse et des résultats.

  • Article critique : article présentant une discussion d’un concept, d’un objet d’étude, appuyée sur un certain nombre d’écrits et d’auteurs, sans démarche instrumentale, expérimentale ou de terrain associées. Il est proche de l’essai.

  • Article empiro-critique : article se basant sur un matériau de recherche (corpus issu d’un terrain) et dans lequel ce matériau est central. Il se différencie de l’article empirique en développant une approche critique à partir de l’analyse de ce corpus sans exposition explicite de la démarche méthodologique.

18Bien entendu, cette typologie n’est pas exempte d’arbitraire, et la catégorisation d’un article sur cette base ne s’impose pas toujours avec évidence, ainsi que nous le verrons lors de la présentation de nos résultats.

19L’ensemble des éléments que nous avons présentés dans cette première partie nous permet donc d’élaborer un cadre d’investigation sur le terrain des SIC, afin de repérer, à travers la forme matérielle et codifiée des articles scientifiques, les démarches méthodologiques mobilisées et leur mise en visibilité (ou pas) à travers la structuration de l’argumentation déployée.

Présentation de la démarche méthodologique choisie

20Notre démarche comprend deux temps : une sélection de revues reconnues en SIC (notre terrain), puis une sélection d’articles à étudier dans ces revues (notre corpus). L’analyse se base sur l’élaboration d’une grille que nous avons remplie en analysant ces articles.

Terrain : des revues reconnues en SIC

  • 2 Nous tenons à remercier chaleureusement Jacques Walter pour ses judicieux conseils lors de la mise (...)

21Notre échantillon se compose d’articles issus de revues scientifiques dites qualifiantes dans le domaine des SIC selon la sélection opérée par la CPDirSIC, le CNU et la SFSIC (113 revues enregistrées au 15 mars 2021)2. Pour cette première étude exploratoire, nous avons fait le choix 1) d’exclure les revues anglophones, notre étude portant sur les recherches en SIC, discipline exclusivement Française, nous avons souhaité conserver cette approche singulière, et 2) de circonscrire le nombre de revues tout en conservant une certaine représentativité des SIC. Nous nous sommes pour cela appuyés sur un ouvrage collectif proposé par la CPDirSIC (2018) et identifiant dix domaines représentant les différents champs traités en SIC et présentant une sélection de 15 revues généralistes et de quelques revues spécialisées par domaine. Nous avons retenu une revue par domaine (précisions que certains domaines ne comportaient qu’une seule revue) et 14 sur 15 parmi les revues généralistes. Aucune revue n’étant indiquée dans le domaine « organisation des connaissances », nous avons fait le choix d’y mettre la revue RIHM qui était, selon nous, le domaine le plus proche de l’organisation des connaissances (RIHM était d’ailleurs indiquée dans plusieurs domaines, dont « Information, document et écritures »).

22Le tableau suivant présente les revues retenues par domaine :

Tableau 2. Liste des revues sélectionnées et étudiées pour cet article.

Catégorie

Revues retenues

Généraliste (francophone)

Communication

Communication et langages

Enjeux de l’information et de la communication (Les)

Études de communication : langages, information, médiations

Essachess

Hermès, la revue

¿ Interrogations ?

MEI : médiations et information

Politiques de communication

Quaderni. Communication, technologies, pouvoir

Questions de communication

Recherches en communication

Revue française des sciences de l’information et de la communication

Sociétés et représentations

Médias et journalisme

Le temps des médias

Images, cinéma, médias audiovisuels et industries culturelles

Télévision

Communication publique et politique

Communiquer

Communication et organisations

Communication & organisation

Médiations mémorielles, culturelles et patrimoniales

Culture & Musées

Numérique : stratégies, dispositifs et usages

Tic&Société

Information, document et écritures

Les cahiers du numérique

Design

Interfaces numériques

Organisation des connaissances

RIHM. Revue des Interactions Humaines Médiatisées

Médiation des savoirs, éducation et formation

Distance et médiation des savoirs

23Chaque article de chaque numéro de revue de 2019 a été enregistré dans une base de données que nous avons créée (jusque dans les premiers mois de 2020 pour les derniers numéros sortis). Nous avons ensuite conservé 50 % des articles de chaque revue (sans tenir compte du numéro, il s’agit donc d’articles considérés comme publiés en 2019 sans autre distinction), afin d’en réduire le nombre à étudier, soit 245 articles correspondant à 56 numéros pour 24 revues, en procédant à un tirage aléatoire (avec le tableur Excel). Certains types de contributions ont été exclus avant le tirage : introduction à un numéro, interview, note de lecture, etc., ce qui a parfois considérablement réduit le nombre d’articles éligibles (en particulier pour Hermès, la Revue). Le tableau en annexe I présente le nombre d’articles initialement présent dans notre base de données par revue et le nombre conservé in fine.

Méthode et grille d’analyse

24Pour l’analyse, nous avons construit une grille de critères pour donner des éléments signalétiques génériques sur les articles et leurs auteurs, et apporter des éléments de réponse à nos questions sur les méthodes employées et la dominante de l’article. Cette grille a évolué de façon itérative car nous l’avons remodelée à plusieurs reprises après l’avoir éprouvée plusieurs fois sur des petits échantillons d’articles (datant de 2018 notamment). La grille est constituée de 28 éléments que nous divisons en trois catégories (voir annexe II). Les différents items se divisent en plusieurs parties : identification de l’article (éléments liés à la revue dans laquelle l’article est publié, titre de l’article, nombre d’auteurs, etc.), identification des auteurs (discipline d’appartenance, statut, etc.), éléments d’ordre méthodologique (ouverts – mots-clés méthodologiques, type de données manipulées – et fermés – type de méthode utilisée, longueur de la présentation du corpus, des méthodes, etc.) et enfin la dominante de l’article. Nous avons souhaité accorder beaucoup d’importance à des éléments objectifs dans la grille : présence ou non d’éléments, niveau de détail de ces éléments, etc., afin de dresser un portrait le plus fidèle possible des formats d’écriture et méthodes utilisées au sein des articles en SIC selon nos critères.

25Pour la mise en œuvre de notre démarche d’analyse des articles, nous avons adopté une démarche dite de « triangulation des chercheurs » (« différents observateurs […] réalisent le travail » – Denzin, 1970), en confrontant à plusieurs reprises les valeurs que nous rentrions dans cette grille (tant lors des phases de test de la grille que pendant le remplissage final). Nous échangions particulièrement ensemble lorsque nous avions des doutes sur les valeurs à indiquer, échanges qui ont réduit au fil du temps en étant plus précis sur nos critères. Après plusieurs itérations, nous avons établi des critères plus précis pour ces éléments : « peu détaillé » correspond à 3 à 5 lignes (selon la place occupée par le texte), « détaillé » à un paragraphe (dont la longueur doit excéder 3 à 5 lignes) et « très détaillé » à plusieurs paragraphes. En ce qui concerne la démarche méthodologique, les mots-clés, le type de données utilisées, nous avons repris strictement les mots des auteurs (sans jamais les modifier mais éventuellement en tronquant le discours pour le simplifier). Toutefois, nous avons régulièrement rediscuté la mention d’une « démarche méthodologique » et les mots-clés relevés chez l’auteur, en reprenant ensemble la lecture de certains articles sur lesquels nous avions des doutes. La variété des objets traités et des méthodes utilisées pouvait parfois amener à des interprétations plus que des relevés précis. En ce sens, la triangulation des chercheurs fut très pertinente, car nous remarquions les articles qui nous posaient individuellement problème et en rediscutions.

26La dominante de l’article indiquée est bien plus subjective et se base à la fois sur notre propre expérience (en tant qu’auteurs et lecteurs d’articles scientifiques) et sur les lectures effectuées pour établir cette grille.

Principaux résultats

Données signalétiques

27Dans notre échantillon de 245 articles issus de revues francophones, 7 sont en anglais. La majorité des articles sont issus de numéros thématiques (84 % contre 14 % de varias et 2 % de notes de recherche). Enfin, nous avons relevé le nombre de signes constituant chaque article : en moyenne, ils sont constitués de 39 745 signes (médiane = 38 269, écart-type = 13 560). Cette donnée est particulièrement corrélée aux exigences de chaque revue.

28Les articles sont généralement monosignés (70 % de l’échantillon contre 21 % pour deux auteurs et 9 % pour trois auteurs ou plus). 22 % des auteurs sont étrangers (14 % de pays européens, francophones ou non, 4 % du Canada et 4 % du reste du Monde). Nous notons que 59 % des articles sont écrits par au moins un auteur en SIC ou équivalent et 14 % sont en sociologie, 12 % en sciences politiques, 11 % en Histoire ou Histoire de l’Art, 9 % en sciences du langage, 8 % en sciences de l’éducation, 8 % en Lettres, et dans une moindre mesure dans d’autres disciplines des sciences humaines et sociales (5 % en anthropologie ou ethnologie, 5 % en sciences de gestion, etc.). Nous relevons également 8 % d’auteurs issus des sciences dites « dures » (mathématiques, physique, médecine, etc.).

29Enfin, la très grande majorité des articles ont au moins un auteur chercheur ou enseignant-chercheur (62 %), docteur (15 %) ou doctorant (16 %). Seuls 8 % ont un statut non académique (professionnel en entreprise ou micro-entreprise par exemple).

Présentation de la méthode et des méthodes

30Nous avons relevé dans la majorité des articles (79 %) la mention d’une démarche méthodologique, visible dans des verbatims proposés par les auteurs : par exemple, « perspective de recherche sémio-pragmatique », « recherche longitudinale exploratoire qualitative », « cette étude s’appuie sur une enquête qualitative », ou encore « étudier le discours d’élèves » ; cette pluralité permet de voir qu’ont été relevés comme « démarche méthodologique » des éléments concernant l’approche paradigmatique, le type de méthodes voire le type d’outils employés, ou plus généralement la constitution du corpus étudié.

31Par ailleurs, 70 % des articles de notre échantillon consacrent au moins quelques lignes à la présentation de leur démarche, 69 % à la présentation du terrain, 32 % à celle de leur corpus, 48 % à celle des méthodes de recueil et 67 % à celle des méthodes de traitement. Toutefois, seuls 34 % des articles affichent une partie explicitement dédiée à la présentation de leur cadre méthodologique (terrain, corpus, méthodes d’investigation…) ; ces éléments, lorsqu’ils sont présents, sont alors présentés en introduction ou directement dans une partie d’analyse. Le graphique suivant montre le niveau de détail pour chacun de ces éléments :

Figure 1. Absence/présence et niveau de détail de la présentation d’éléments méthodologiques dans les articles : démarche méthodologique, terrain, corpus, méthodes de recueil, méthode de traitement. N = 245.

Figure 1. Absence/présence et niveau de détail de la présentation d’éléments méthodologiques dans les articles : démarche méthodologique, terrain, corpus, méthodes de recueil, méthode de traitement. N = 245.

32Un quart (25 %) des articles de notre échantillon n’emploie aucune méthode d’analyse de résultats (il s’agit le plus souvent d’articles non empiriques, par exemple un état de l’art d’une question, ou s’appuient sur des données externes, qu’ils n’ont ni recueilli ni traitées eux-mêmes). Parmi les 75 % qui annoncent une démarche empirique, celle-ci est en grande majorité qualitative (77 %) comme le montre le graphique suivant.

Figure 2. Type de méthode (quantitative, qualitative, mixte) de traitement des données mobilisée dans l’article étudié. N = 184 (les 61 articles n’exploitant aucune méthode particulière ont été exclus de ce graphique).

Figure 2. Type de méthode (quantitative, qualitative, mixte) de traitement des données mobilisée dans l’article étudié. N = 184 (les 61 articles n’exploitant aucune méthode particulière ont été exclus de ce graphique).
  • 3 Parmi ces 4 articles non classés, 2 étaient de nature purement méthodologique.

33Enfin, nous avons catégorisé les articles selon ce que nous avons appelé leur « type dominant » : la majorité est empirique ou empirico-critique (74 %), comme le montre le tableau suivant. Signalons que 4 articles n’ont pas pu être classés en fonction de cette typologie3.

Tableau 3. Catégorisation des articles du corpus selon le « type dominant ». N = 245.

Effectif

Fréquence ( %)

Empirique

155

63 %

Empirico-critique

27

11 %

Critique

55

23 %

État de l’art

4

2 %

Autre

4

< 2 %

245

100

34Rappelons qu’il pouvait y avoir quelques éléments méthodologiques dans des articles que nous avons pourtant classés comme étant « non empiriques » : en effet, notre classement s’intéresse à la dominante de l’article, il peut donc y avoir mention d’un corpus et/ou d’un terrain sans analyse associée (par exemple dans un article critique en lien avec un programme de recherche) voire de très brèves analyses. Par exemple, un article du corpus exploite un terrain en guise d’exemple, étudié dans d’autres recherches du même auteur, mais ne présente aucun corpus ni traitement de données. D’autres relèvent plutôt d’un état de l’art ou d’un état des lieux sur une ou plusieurs recherches, présentant alors un terrain voire un corpus et quelques données, mais adoptent une posture critique la majorité du temps.

Présentation de la méthode et des méthodes dans les articles empiriques

35Notre recherche s’intéressant en particulier à la méthode et aux méthodes, nous souhaitons analyser plus spécifiquement les articles empiriques avec les mêmes variables, ce qui nous amène à regrouper nos deux catégories précédentes, articles « empiriques » et « empirico-critiques », que nous nommerons désormais de façon générique « articles empiriques » (soit 74 % de notre échantillon).

36Nous relevons évidemment des différences notables entre articles empiriques et non empiriques, comme le montrent les graphiques suivants qui comparent les deux types (le premier montrant les valeurs pour les articles non empiriques et le second pour les articles empiriques). Ainsi, comme nous l’indiquions précédemment, la dominante « non empirique » n’empêche pas l’exploitation de résultats, mais cela reste rare dans notre échantillon. En outre, la présentation d’une démarche méthodologique, qui peut avoir sa place même dans un article non empirique (au sens de « la méthode »), reste rare dans ce type d’articles (26 %).

Figures 3 et 4. Présence et absence d’éléments de présentation méthodologiques dans les articles selon la dominante « non empirique » (critique, état de l’art, autre) ou « empirique ». N = 245.

Figures 3 et 4. Présence et absence d’éléments de présentation méthodologiques dans les articles selon la dominante « non empirique » (critique, état de l’art, autre) ou « empirique ». N = 245.

37Enfin, les articles non empiriques et empiriques se distinguent également dans le fait de comparer ou non leur étude à des recherches similaires (3 % dans les non empiriques contre 35 % dans les empiriques) et d’ouvrir vers d’autres investigations (5 % contre 28 %).

38Concentrons-nous sur les articles empiriques. Nous avons relevé la mention d’une démarche méthodologique dans 91 % de ces articles. En ce qui concerne la présentation des méthodes (de recueil ou d’analyse, le terrain, etc.), nous relevons toutefois que seuls 43 % lui consacrent une partie dédiée. De plus, les articles empiriques ne présentent pas toujours leur corpus (13 % ne le font pas) ou leur terrain (12 %), et moins souvent encore leurs méthodes de recueil de données (34 %) et de traitement (58 %), que ce soit dans le corps de l’article ou le résumé (notre grille tenant compte des deux).

Effets disciplinaires

39Nous avons également comparé les articles pour lesquels au moins l’un des auteurs relève des SIC ou est assimilé aux SIC (59 % de l’échantillon total), que nous appellerons « articles SIC », et ceux pour lesquels il n’y en a aucun, que nous appellerons « articles non SIC ». Des différences sont notables, tant sur les auteurs eux-mêmes que sur les dimensions méthodologiques relevées dans les articles.

40Dans les « articles SIC », le nombre d’auteurs est plus élevé (en moyenne 1,65 contre 1,22 pour les articles « non SIC »). De plus, les auteurs d’articles SIC sont plus souvent en poste en France (84 % contre 68 %) et enseignants-chercheurs ou chercheurs titulaires (75 % contre 58 %), ceux d’articles non SIC étant plus souvent docteurs ou doctorants.

41Les articles en SIC sont également plus souvent empiriques : 84 % d’entre eux contre 60 % dans les articles non SIC. Le tableau suivant présente les différences sur le plan méthodologique, dans lequel nous avons précisé la part de chaque item pour les articles empiriques :

Tableau 4. Présence d’éléments méthodologiques selon que les articles soient écrits par au moins un auteur en SIC ou non.

Articles SIC

Articles non SIC

Mention démarche méthodologique

88 %

66 %

Partie dédiée à la présentation des méthodes

42 %

22 %

Présentation terrain (présente)

82 %

50 %

Présentation corpus (présente)

76 %

56 %

Présentation méthode de recueil (présente)

65 %

34 %

Présentation méthode de traitement (présente)

43 %

21 %

Méthode de traitement

Absente : 17 %

Quantitative : 3 %

Qualitative : 62 %

Mixte : 18 %

Absente : 36 %

Quantitative : 7 %

Qualitative : 51 %

Mixte : 6 %

Part d’articles classés « empiriques »

84 %

60 %

42Ce tableau nous montre les différences, parfois élevées selon les critères de notre grille, entre articles SIC et non-SIC. En particulier, nous remarquons une dominance des articles empiriques en SIC (84 %), pour une part qualitative légèrement plus élevée (62 % contre 51 %). De fait, l’ensemble des résultats diffèrent en ce qui concerne tous les aspects liés à la méthodologie employée (présentation du terrain, corpus, etc.).

Discussion

43Ces premiers résultats sont riches d’un certain nombre d’enseignements, au regard de nos questions initiales concernant 1/ les principales méthodes mobilisées en SIC et 2/ la matérialisation de la démarche méthodologique à travers l’analyse d’un corpus d’articles issus de revues qualifiantes en SIC.

44En ce qui concerne l’interdisciplinarité, chère à notre discipline, le constat que nous pouvons poser est nuancé, si l’on se place du strict point de vue des auteurs des articles. La variété disciplinaire est indéniablement présente et significative dans notre corpus : diversité disciplinaire des disciplines des auteurs de notre corpus – sociologie, sciences politiques, sciences du langage, sciences de l’éducation, lettres et autres disciplines SHS, voire disciplines des sciences dites “dures” – mais aussi présence significative de ces auteurs hors SIC dans notre corpus d’articles (environ 41 % des articles de notre corpus ont au moins un auteur hors SIC). Cependant, si l’on s’intéresse aux articles co-écrits par au moins un auteur SIC et un auteur non SIC, le résultat est sensiblement différent puisque seuls 7,4 % des articles de notre corpus résultent d’une collaboration interdisciplinaire. Bien entendu, cette lecture de l’interdisciplinarité n’est qu’un marqueur relatif, envisagé ici sous l’angle de la co-écriture. Il ne préjuge en rien des mobilisations de références, méthodes et concepts interdisciplinaires réalisées par des auteurs SIC dans le cadre de leurs problématisations et analyses.

45Ainsi que nous l’avons vu précédemment, 74 % des articles de notre corpus sont qualifiés d’empiriques, soit une large majorité qui correspond également à un certain nombre de constats faits pour notre discipline. Au sein de ces articles, le recours à des approches qualitatives reste largement majoritaire, avec 71 % des articles concernés, la mobilisation d’approches strictement quantitatives (6 %) ou mixtes (17 %) représentant à peine un quart des articles de notre corpus. Il n’apparaît donc pas, dans notre échantillon, de rupture paradigmatique forte sur ce plan, les approches qualitatives demeurant prégnantes, dans la lignée d’une tradition méthodologique en SIC, telle qu’évoquée dans la première partie de ce texte : la troisième « voie de recherche » proposée par (Johnson et Onwuegbuzie, 2004) apparaît de façon minoritaire dans notre échantillon. Notons également, dans les cas annoncés de méthodes mixtes, que le couple « entretiens / questionnaires » est largement dominant, et par ailleurs, que les approches mixtes mobilisées le sont généralement selon une perspective orientée triangulation ou explanatory.

  • 4 Ces effets sont particulièrement marqués en Histoire (5 articles non empiriques sur 9), sciences po (...)

46En outre, nous pouvons émettre l’hypothèse, au vu de nos données, qu’il y a un effet disciplinaire sur ce point. En effet, les disciplines autres que les SIC sont plus représentées dans les articles non empiriques (40 % contre 16 % des articles SIC), ce qui pourrait être dû à des traditions, habitudes ou postures disciplinaires4. Toutefois, notre corpus étant composé en grande majorité d’articles en SIC, nous ne pouvons statuer sur l’hypothèse que nous faisons, car d’autres causes pourraient expliquer ce constat.

47Si l’on s’intéresse maintenant à la restitution de la démarche méthodologique, plusieurs points méritent d’être soulignés. De réelles inégalités apparaissent dans la mise en évidence du processus méthodologique à travers notre corpus d’articles. Si la présentation du terrain de la recherche ou du corpus est présente à plus de 90 % dans les articles empiriques (même si cela se réalise selon des degrés de détails très variables), c’est beaucoup moins systématique pour les méthodes de traitement (qui n’apparaissent que dans ⅔ des articles empiriques) et d’analyse (dans ce cas, c’est moins d’un article sur deux qui évoque les modalités de l’analyse des données). De façon nette, la partie du processus de démarche empirique concernant le traitement et l’analyse des données apparaît relativement elliptique dans ses modalités d’opérationnalisation (il y a là une forme d’effacement de la fabrique matérielle de l’analyse et de l’interprétation), alors que la mise en visibilité du terrain et du corpus de recherche représente un élément quasi incontournable dans ce type d’article.

  • 5 Les revues qualifiantes de notre corpus proposent une grande diversité de consignes à l’attention d (...)

48D’autre part, seuls 43 % des articles empiriques de notre corpus affichent dans leur plan une partie ou sous-partie dédiée explicitement à la présentation de leur démarche méthodologique. Au regard du format IMRAD, que nous avons présenté en première partie comme l’un des standards scientifiques d’écriture, notamment dans le monde anglo-saxon, l’on voit bien que les auteurs des articles étudiés ne sont que peu dans cette standardisation de la démarche d’écriture que, par ailleurs, les revues qualifiantes en SIC de notre corpus n’imposent pas5. Pour autant, cela ne signifie pas bien entendu l’absence d’une démarche rigoureuse et scientifique mais l’absence d’une mise en visibilité dans la structure même du texte. « Lorsque le texte ne comporte pas de sections standardisées, les auteurs doivent opérer eux-mêmes les liaisons qui articulent différents éléments (théoriques, empiriques, méthodologiques) dans une argumentation cohérente générale. L’écriture lie l’hétérogénéité du texte. Dans le cadre de la standardisation en sections, la cohérence de la démarche prend directement corps dans la matérialité́ des titres du texte » (Pontille, 2007, p. 7). Les chercheurs en SIC inscrivent donc plutôt l’empirisme de leur démarche dans la logique de l’écriture, même si notre étude fait émerger un type d’article intermédiaire, entre matérialisation de certaines étapes du processus méthodologique, notamment dans ses phases amont (terrain, corpus) et une forme d’effacement de certaines dimensions de la fabrique matérielle de l’analyse et de l’interprétation des données.

Conclusion

49Un certain nombre de limites méthodologiques peuvent être énoncées au regard de notre étude. Notre corpus ne représente qu’un échantillon de 50 %, d’articles issus par ailleurs d’une sélection elle-même limitée de revues : les résultats ne sont donc pas extrapolables et généralisables en l’état. Certaines données recueillies à l’aide de la grille d’analyse sont encore en cours de traitement (tels les mots-clefs des articles ou les caractérisations de la démarche méthodologique par les auteurs) et seront présentées dans un prochain article. Enfin, les choix de classement effectués relèvent d’un certain arbitraire, bien que nous ayons tenté de minimiser cet arbitraire par une triangulation itérative de nos démarches. En particulier, la caractérisation de la dominante générale de l’article, en référence notamment à la mobilisation (ou pas) d’une démarche méthodologique que nous avons qualifiée d’empirique nous a posé un certain nombre de difficultés et reste tout à fait perfectible.

50Néanmoins, notre étude nous a emmenés au-delà de notre curiosité initiale concernant la place des méthodes quantitatives, qualitatives, mixtes dans la recherche en SIC vers une réflexion sur la matérialisation du processus méthodologique dans un type d’écrit scientifique, à savoir les articles de revues. Sur ces différents points, nombre d’enseignements intéressants émergent de notre étude, qui appellent des prolongements pour poursuivre cette investigation exploratoire. Outre les pistes évoquées précédemment, nous envisageons notamment de réaliser des entretiens semi-directifs avec des chercheurs en SIC, mais aussi avec des chercheurs hors SIC, afin d’approfondir l’articulation entre la mise en place et le déploiement d’un processus de recherche empirique et sa « traduction » dans la dynamique et la forme de l’écriture d’un article scientifique. Enfin, il sera intéressant de reprendre notre grille d’analyse des articles SIC sur un nouveau corpus (2022 ou 2023), afin d’avoir une perspective longitudinale de nos analyses de la présentation des méthodes dans un corpus d’articles scientifiques en SIC. En effet, au-delà de la « photographie » proposée ici, donnant une certaine lecture de stabilités et tendances manifestes, il s’agit pour nous d’affiner certaines hypothèses sur les effets des croisements interdisciplinaires, de suivre les rééquilibrages (ou non) des types de méthodes mobilisées selon une perspective orientée vers les méthodes mixtes et les humanités numériques ou encore de repérer les évolutions dans les mises en visibilité de la démarche empirique à travers la structure et l’écriture du texte.

51Bien entendu, loin de nous l’idée sous-jacente de vouloir réifier la riche pensée des SIC, ses racines multiples et les chemins d’exploration diversifiés que notre discipline emprunte dans le moule d’une restitution standardisée de la démarche méthodologique, et ce, même si le plan de notre article suit peu ou prou, dans une forme d’autoréflexivité et de mise en abyme, le schéma IMRAD. A travers notre étude d’un corpus d’articles dans des revues SIC, nous avons souhaité recueillir des éléments factuels sur la place et la nature des démarches méthodologiques telles qu’elles « s’exposent » (Douyère, 2014, p. 259) dans un format emblématique pour la reconnaissance scientifique, celui des articles. Et dans cette exposition, on peut voir les ferments d’une créativité et d’un dialogue féconds pour la production et le partage de connaissances en SIC.

Haut de page

Bibliographie

Aldebert B., Rouzies A., « Quelle place pour les méthodes mixtes dans la recherche francophone en management ? », Management international, 2014, 19, 1, 43-60.

Barats C. (dir.), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, Paris, Armand Colin, 2016, 272 p.

Bazerman C., Shaping written knowledge: the genre and activity of the experimental article in science, Madison, The University of Wisconsin Press, 1988, 400 p.

Bernard F, Joule R.-V., « Le pluralisme méthodologique en sciences de l’information et de la communication à l’épreuve de la "communication engageante" », Questions de communication, 2005, 7, 185-208.

Berry D.M., The computational turn: Thinking about the digital humanities, Culture Machine, 2011, 12

Bourdeloise H., Douyère D. (dir.), Méthodes de recherche sur l’information et la communication – regards croisés, Paris, Mare & Martin, 2014, 269 p.

Boutiller S., Goguel d’Allondans A., Uzunidis D., Réussir sa thèse ou son mémoire, Levallois-Perret, Studyrama, 2002, 188 p.

Carayol V., Morandi F. (dir.), Le tournant numérique des sciences humaines et sociales, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015.

CPDirSIC, « Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication », CREM, 2018. Accès : http://cpdirsic.fr/wp-content/uploads/2018/09/dynamiques-des-recherches-sic-web-180919.pdf

Courbet, D. L’expérimentation en sciences de l’information et de la communication. Dans S. Leleu-Merviel (dir), Objectiver l’humain ? Volume 2 : Communication et expérimentation (p. 31-69). Paris, Hermès-Lavoisier, 2011.

Creswell J. W., Clark V. L. P., Designing and Conducting Mixed Methods Research, Thousand Oaks, CA: Sage Publications, 2007, 488 p.

Denzin N. K., « Problems in analyzing elements of mass culture: Notes on the popular song and other artistic productions », American Journal of Sociology, 1970, 75, 6, 1035-1047.

Derèze J., 2019, Méthodes empiriques de recherche en information-communication, Louvain-La-Neuve, De Boeck, 2019, 288 p.

Douyère D., « La méthode, pour finir… », p. 255-264, in : Bourdeloie H., Douyère D., dirs, Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin, 2014.

Goody J., La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Editions de Minuit, 1979, 274 p.

Grawitz M., Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 2001, 1019 p.

Johnson R. B., Onwuegbuzie, A. J., Turner, L. A., « Toward a definition of Mixed Methods reasearch », Journal of Mixed Methods research, 2007, 1, 2, 112-133.

Lakel A. & Le Deuff O. « À quoi peut bien servir l’analyse du web : Les communautés de sites des humanités numériques sur Internet ». Les Cahiers du numérique, 2017, 13, 39-62.

Le Gal D. « Méthodes qualitatives et quantitatives : quelle mise en œuvre ? ». Dans M. Patrascu, J. Brusq, S. Canivenc, D. Le Gal (dir.), Corpus et méthodes. Épistémologies critiques et appropriations multidisciplinaires (p. 35-46), Paris, L’Harmattan.

Le Marec J., « Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites », Études de communication, 2002, 25, 15-40.

Leleu-Merviel, S. Évaluation et mesure en sciences humaines : exigence réaliste ou utopie scientiste ? Dans S. Leleu-Merviel (dir.), Objectiver l’humain. Volume 1 : qualification, quantification (p. 15-29). Paris, Hermès-Lavoisier, 2008.

Marres N. « The redistribution of methods: On intervention in digital social research, broadly conceived », The Sociological Review, 60 (1), p. 139-165, 2012.

Miège B. L’information–communication, objet de connaissance. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 2004.

Millette M., Millerand F., Myles D. et Latzko-Toth G. (dir.). Méthodes de recherche en contexte numérique. Une orientation qualitative, Presses de l’université de Montréal, 2020.

Olivesi, S. Questions de méthode. Une critique de la connaissance pour les sciences de la communication. Paris, L’Harmattan, 2004.

Pelissier N., Paquienseguy F. (dir.). Questionner les humanités numériques. Positions et propositions des SIC, Paris, SFSIC et CP-DirSIC, 2021, 300 p.

Pinède N. « Industrie du futur : les sciences de l’information et de la communication au cœur de la construction d’une recherche interdisciplinaire ». Approches Théoriques en Information-Communication (ATIC), 2020, 1, 81-94.

Plantin J.-C., Monnoyer-Smith L., « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société, 2013, 7, 2, 38-66.

Pontille D., 2003, « Formats d’écriture et mondes scientifiques : le cas de la sociologie », Questions de communication, 3, 2003, 55-67.

Pontille D., « Matérialité des écrits scientifiques et travail de frontières : le cas du format IMRAD », dans Philippe Hert, Marcel Paul-Cavallier (dir), Sciences et frontières : délimitation du savoir, objets et passages, Louvain-la-Neuve (Belgique) : EME Editions, 2007, 229-253.

Rouquette S. (dir.). Site internet : audit et stratégie. Louvain-la-neuve, De Boeck Supérieur, 2017.

Schreibman S., Siemens R. et Unsworth J., A companion to digital humanities, Malden, Blackwell, 2004.

SFSIC (Bureau de la), « Mise à jour de la liste des revues reconnues en SIC – Lancement session 2021 », SFSIC, 2021. URL: https://www.sfsic.org/divers/mise-a-jour-liste-des-revues-reconnues-en-sic-lancement-session-2021

Thorel C. 2018, « Pratiques consommatoires à l’échelle de la rue. Etude ethnographique de la rue Cauchoise à Rouen », Revue Marketing Territorial, 2018, 1.

Venkatesh V., Morris M.G., Davis GB., Davis, F.D., « User acceptance of information technology: toward a unified view », MIS Quaterly, 2003, 27, 425-478.

Wu, J. « Improving the writing of research papers: IMRAD and beyond », Landscape Ecol., 2011, 26, 1345–1349.

Haut de page

Annexe

Annexe I. Présentation de l’échantillon (articles retenus par revue)

Revue

Nombre de numéros (2019)

Nombre d’articles

Nombre d’articles dans l’échantillon

Communication

2

23

12

Communication et langages

4 (3)*

32 (19)*

9

Enjeux de l’information et de la communication (Les)

3

19

9

Études de communication (langages, inform., méd.)

2

20

10

Essachess

2

19

10

Hermès, la revue

3

45

22

¿ Interrogations ?

2

20

10

MEI : médiations et information

3

38

17**

Politiques de communication

2

12

6

Quaderni. Communication, technologies, pouvoir

2

22

11

Questions de communication

2

22

11

Recherches en communication

3

18

9

Revue française des SIC

3

32

16

Sociétés et représentations

2

16

8

Le temps des médias

2

27

14

Télévision

1

12

6

Communiquer

2

10

5

Communication & organisation

2

20

10

Culture & Musées

2

13

7

Tic&Société

1

12

6

Les cahiers du numérique

3

23

12

Interfaces numériques

3

23

12

Revue des Interactions Humaines Médiatisées

2

8

4

Distance et médiation des savoirs

4

18

9

TOTAL

57 (56)*

504 (491)

245

Échantillon de revues et échantillon d’articles retenus. *Un numéro a été exclu car il s’agissait d’un ABECEDAIRE qui ne convenait pas à nos critères de sélection (13 articles concernés). Par conséquent, seuls 3 numéros ont été conservés. **Il y avait initialement 19 articles retenus pour cette revue, mais sur les 38 potentiels, seuls 17 étaient disponibles gratuitement ; les articles retenus pour celle-ci ne relèvent donc pas, finalement, d’un tirage aléatoire.

Annexe II. Grille d’analyse

Catégorie

Item

Valeurs possibles/précisions

Remarques et exemples

Éléments signalétiques

Nom de la revue

Champ libre

N° de revue

Champ libre

Langue

Français, Anglais

Titre de l’article

Champ libre

Mots-clés

Champ libre

Ceux indiqués par le/les auteur(s)

Rubrique

Thématique ; Varia

Nombre d’auteurs

Champ libre numérique

Pays de leur établissement

Champ libre

Pays du laboratoire et/ou de l’université

Discipline d’appartenance

Champ libre

Les disciplines équivalentes à l’étranger sont rangées en SIC (sciences de la communication, communication politique, etc.)

Statut des auteurs

Enseignant-chercheur ; Docteur ; Doctorant ; autre

Nombre de caractères

Champ libre numérique

Espaces compris, hors résumé, bibliographie et annexes

Éléments méthodologiques

Mention d’une démarche méthodo. par l’auteur

Oui ; Non

Mots-clés méthodologiques

Champ libre

Tels qu’écrits par l’auteur dans le corps de l’article.

Partie dédiée à la méthode dans le plan

Oui ; Non

Présentation de la démarche méthodologique

Absent ; Peu détaillé ; Détaillé ; Très détaillé

Absent correspond à aucune mention, peu détaillé à quelques lignes, détaillé à environ un paragraphe (au moins 3 lignes) et très détaillé à deux paragraphes ou plus.

Présentation du terrain

Absent ; Peu détaillé ; Détaillé ; Très détaillé

Présentation du corpus

Absent ; Peu détaillé ; Détaillé ; Très détaillé

Présentation des méthodes de recueil

Absent ; Peu détaillé ; Détaillé ; Très détaillé

Type de données utilisées

Champ libre

Termes employés par l’auteur ou codifiés par les chercheurs

Présentation des méthodes de traitement

Absent ; Peu détaillé ; Détaillé ; Très détaillé

Méthodes utilisées pour le traitement

Absent ; Quantitative ; Qualitative ; Mixte

Comparaison avec des recherches similaires

Oui ; Non

Démarche amenant à comparer les résultats obtenus. Valeur « oui » même s’il n’y a qu’une seule recherche mise en comparaison.

Exposé des limites méthodologiques

Oui ; Non

Recul réflexif de l’auteur sur sa méthode.

Ouvertures vers d’autres investigations

Oui ; Non

Dominante de l’article

Dominante de l’article

Synthèse de connaissance ; critique ; empirique ; empirico-critique

Autres remarques

Champ libre

Espace libre pour préciser des éléments sur l’article et d’éventuelles hésitations sur une variable, servant de support de discussion entre chercheurs.

Haut de page

Notes

1 « La recherche par méthodes mixtes […] utilise des méthodes de recherche quantitatives et qualitatives, soit simultanément (c’est-à-dire indépendamment les unes des autres), soit séquentiellement (par exemple, les résultats d’une approche éclairent l’autre), et ce afin de pour comprendre un sujet d’intérêt ».

2 Nous tenons à remercier chaleureusement Jacques Walter pour ses judicieux conseils lors de la mise en place du protocole de sélection des revues.

3 Parmi ces 4 articles non classés, 2 étaient de nature purement méthodologique.

4 Ces effets sont particulièrement marqués en Histoire (5 articles non empiriques sur 9), sciences politiques (5 sur 12), sociologie (7/17), et dans diverses disciplines très faiblement représentées dans notre échantillon (1 ou 2 articles) : philosophie, traductologie, histoire de l’art, géographie, etc.

5 Les revues qualifiantes de notre corpus proposent une grande diversité de consignes à l’attention des auteurs. Certaines revues disent clairement qu’il faut présenter les méthodes, le terrain, etc., d’autres laissent davantage de liberté à l’auteur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Absence/présence et niveau de détail de la présentation d’éléments méthodologiques dans les articles : démarche méthodologique, terrain, corpus, méthodes de recueil, méthode de traitement. N = 245.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 2. Type de méthode (quantitative, qualitative, mixte) de traitement des données mobilisée dans l’article étudié. N = 184 (les 61 articles n’exploitant aucune méthode particulière ont été exclus de ce graphique).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Figures 3 et 4. Présence et absence d’éléments de présentation méthodologiques dans les articles selon la dominante « non empirique » (critique, état de l’art, autre) ou « empirique ». N = 245.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Pinède et Clément Dussarps, « Quelle mise en visibilité des méthodologies de recherche en SIC ? »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14280

Haut de page

Auteurs

Nathalie Pinède

Nathalie Pinède est maitresse de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne (IUT, département Information-Communication) et membre du laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts)

Articles du même auteur

Clément Dussarps

Clément Dussarps est maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bordeaux, chercheur au laboratoire IMS (Intégration du Matériau au Système) et membre associé au laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search