Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26SpicilègesSémiologie des toilettes

Résumés

Cet article traite de la signalétique indiquant aux usagers de toilettes publiques laquelle des deux portes ils doivent pousser, « Hommes » ou « Femmes ». Les pictogrammes, à cet endroit, s’efforcent de mobiliser des universaux, en l’occurrence des signes visuels de distinction sexuelle saisissables sans compétences particulières par le plus grand nombre possible de personnes. Mais les vrais universaux sont rares. L’article passe en revue les dénotations et connotations des pictogrammes les plus courants, en utilisant quelques outils heuristiques venus de la sémiologie, des études de genre, de la psychologie et de la sociologie interactionniste.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les photographies non référencées (fig. 4, 10, 19, 20, 21, 22) ont été prises in situ par Catherine et Roman Jullier. Les pictogrammes non référencés (fig. 3, 7, 8, 11, 12, 16, 17) sont des copies exécutées par l’auteur.

Texte intégral

  • 1 Noguez 1975 : 387.
  • 2 Origine du carré sémiotique : Greimas & Rastier 1968.
  • 3 Les nœuds borroméens, contemporains de la Sémiologie du parapluie, constituent la partie la plus co (...)

1En 1975, quand le structuralisme faisait encore florès dans les facultés des lettres, le regretté Dominique Noguez publia une parodie intitulée Sémiologie du parapluie. Il s’y payait d’abord la tête d’Umberto Eco et celle de Ferdinand de Saussure, puis clamait son désir de « porter haut le vaste corpus du parapluie, trop longtemps resté à l’ombre et replié ». Ce corpus devait, selon lui, « quitter la gaine de l’impensé et s’ouvrir désormais à l’infatigable exploration du sémiologue avancé »1. Et Noguez enchaînait sur ce ton onze pages durant ; il décrivait avec une lourdeur hilarante un savoir pratique implicite que n’importe quel utilisateur de parapluie, y compris un enfant, maîtrise sans y penser. Encore eût-il pu noircir trois ou quatre pages supplémentaires s’il avait ajouté à sa « grande syntagmatique du pépin » l’épreuve du carré sémiotique2, caractéristique elle aussi de l’air du temps, et dix de plus au moins s’il avait eu recours aux nœuds borroméens3. Mais les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

  • 4 Ferdinand de Saussure, phrase prononcée dans un cours en 1908 et reprise dans son Cours de linguist (...)

2En réalité la charge était de bonne guerre, car la sémiologie française de l’époque, au motif qu’à ses yeux tout est dans la structure, semblait avoir perdu de vue l’essentiel, c’est-à-dire la circulation effective des signes dans l’espace social. Peu de gens s’en étonnaient, ou alors on ne les entendait pas. Les wittgensteiniens n’avaient pas voix au chapitre, et les articles en anglais des partisans des Cultural Studies ne traversaient pas la Manche. Quant aux Marxistes, ils trouvaient la démarche compatible avec la leur – peut-être se souvenaient-ils que la sémiologie, selon son fondateur même, n’avait pas été conçue comme une machine théorique déconnectée du quotidien, mais comme « une science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale, [donc] une partie de la psychologie sociale »4.

  • 5 Voir pour un aperçu général Sperber 2003.
  • 6 Badir 2022 : 90.

3La linguistique structurale, la sémiologie du cinéma et autres carrés sémiotiques avaient pourtant du bon, en ceci qu’on pouvait les maîtriser en se retroussant les manches. Mis au programme de prestigieux concours, ils permettaient à des fils et à des filles d’ouvriers d’intégrer des lieux qui, depuis, leur sont à nouveau devenus à peu près interdits du fait de la dispositio au sens bourdieusien qu’il faut pour y entrer et qui, elle, ne s’apprend pas, même et surtout en se retroussant les manches. Ce n’est sans doute pas une raison suffisante pour les réhabiliter, ni pour se remettre à tracer des carrés sémiotiques à tout-va, mais certains universitaires ont peut-être jeté le bébé avec l’eau du bain en se montrant aussi radicaux, dans l’autre sens, que leurs prédécesseurs, c’est-à-dire en cessant de s’interroger rationnellement sur la façon dont fonctionnent les signes. Ainsi ne voit-on pas souvent les Cultural Studies recourir aux services de la sémiologie dyadique saussurienne, ni les Gender Studies à ceux de la sémiotique triadique peircienne. Certes, pratiquer l’interdisciplinarité, en France et dans les sciences humaines, semble une activité à haut risque5, mais enfin la sémiotique a été conçue tout exprès pour ce faire – c’est une métascience ; non qu’elle surplombe toutes les autres, simplement elle « intervient après les implantations territoriales d’autres pratiques de savoir »6.

  • 7 Noguez, 1975 : 393 ; cette « axiologie du parapluie » a été trouvée par « un disciple anonyme et em (...)

4Venons-en enfin à l’objet. Si le titre du présent article est un clin d’œil à Dominique Noguez et si son objet le dispute en trivialité avec le parapluie, son genre n’est pas complètement celui du pastiche. Il traite en effet d’un sujet grave, un sujet de société qui, s’il ne pose aucun problème à une foule de gens, en mène cependant d’autres à la marginalité subie, au désespoir et même parfois au suicide – celui de l’identité sexuelle. Passons donc de « Il faut qu’un parapluie soit ouvert ou fermé »7 à « Il faut être un homme ou une femme ». Et transportons-nous à un endroit de l’espace public où, presque toujours, cette injonction nous est faite : devant la porte des toilettes. Il sera ici question, en effet, de la signalétique indiquant aux usagers d’un café, d’un musée, d’un aéroport ou de quelque autre bâtiment public laquelle des deux portes ils doivent pousser celle des toilettes « Hommes » ou celle des toilettes « Femmes ».

Enjeux

  • 8 Butler 2005 : 45-46.

5Puisque tout un chacun est susceptible de s’y rendre, on mise en ces lieux sur les universaux : les portes s’efforcent d’afficher des signes visuels de distinction sexuelle saisissables sans compétences particulières par le plus grand nombre possible de personnes. Mais les vrais universaux sont rares ; on croit en trouver du côté de la nature pour s’apercevoir bientôt qu’une part de culture s’y cachait. Par ailleurs, en ces temps où la susceptibilité de bon nombre d'usagers s’est accrue quant à la façon dont on représente le groupe auquel elles s’identifient le plus, les responsables de la signalétique marchent sur des œufs : une représentation, comme nous allons le voir, a tôt fait de devenir péjorative. Rien de ce qui peut s’inscrire dans un but informatif sur une porte, en effet, n’est neutre – mots, symboles ou dépictions, peu importe, aucun signe ne se contente de dénoter sans connoter. Il y a toujours un halo impérieux, normatif, prescriptif, qui participe d’un certain habitus et qui aspire à une performativité assez forte pour gommer toutes les différences au profit d’une seule manière de faire des distinctions ou de communiquer des informations. Et quand bien même le dimorphisme idéal homme/femme existerait de façon aussi tranchée que l’implique l’impératif hétérosexuel8, ce halo persiste.

  • 9 Bourcier 2014.
  • 10 Goffman 2002 : 82.

6Par conséquent, même sans avoir de difficultés personnelles à s’identifier « homme » ou « femme », il est permis de ressentir un peu de gêne devant la porte parce qu’on ne se reconnaît pas dans le trait pertinent distinctif qu’affiche son sigle. Bien sûr ce n’est pas un bien grand trouble, mais la vie sociale se compose en bonne partie de moments où le sexe compte ; considérons donc ici qu’il vaut pour tous les autres. Comme l’écrit Sam Bourcier, les toilettes publiques constituent « un puissant opérateur de genre au service de la police des genres, au même titre que le sport ou les salons de coiffure »9. Et Erving Goffman avait déjà remarqué que la séparation des toilettes représentait un moyen social de produire la différence entre les classes sexuelles, car le prétexte biologique sur lequel elle repose est trop fragile pour être pris au sérieux (les organes en jeu à cet endroit n’ont pas de différences fonctionnelles aussi radicales qu’en matière génitale)10.

  • 11 Voir Goffman, 1976 ; une traduction courante est « parade de genre ».

7De simples sigles sur des portes se trouvent donc en mesure de blesser des personnes qui ne se reconnaissent pas dans « Homme » ni dans « Femme », soit parce qu’elles combattent ce que la société a fait de ces identités sexuelles, soit parce qu’elles savent que le gender display11, c’est-dire les signes extérieurs sur lesquels vont se baser les autres usagers des toilettes pour accepter leur présence, ne correspond pas à l’identité qu’elles-mêmes s’attribuent.

8Le carré sémiotique est-il de bon conseil en la matière ?

  • 12 Hébert 2006.

Figure 1. Le carré sémiotique de l’identité genrée, par Louis Hébert12.

Figure 1. Le carré sémiotique de l’identité genrée, par Louis Hébert12.

Les mots entre guillemets donnent des exemples de « phénomènes classables dans un terme ou un métaterme », dit Hébert (« métaterme » désigne ici une combinaison de deux facteurs, par exemple masculin + féminin).

  • 13 Un « vrai homme » est-il doté d’une appréciable carrure ? d’un grand pénis ? d’un pénis efficace ? (...)

9Le carré sémiotique, cousin des tableaux à double entrée régis par une logique binaire, reflète les certitudes de son temps en donnant l’impression que tout peut être rangé dans des cases. Mais entre les objets typiques de ses pôles flotte un continuum d’objets non-typiques régi par la logique floue. Entre 0 et 1 se glissent en effet 0,1 ; 0,2 ; 0,3… et même 0,01, 0,02… L’expérience quotidienne le prouve, où certains traits rattachent plus ou moins nettement au masculin ou au féminin. Dans ce cadre d’application de la logique floue, la moustache, par exemple, arrive du côté masculin jusqu’à 0,99, peut-être, mais pas jusqu’au 1 de la certitude absolue, car il y a chez les femmes des cas d’hirsutisme… Surtout, le gros défaut du carré sémiotique reste son indifférence à la façon dont les prérequis catégoriels qu’il pose sont construits. Pour dire que quelque chose est vaguement masculin, en effet, il faut déjà s’être fait une idée de ce que recouvre « masculin » ; or nul consensus en matière d’étiquetage ne règne sur ce point. Ainsi « vrai homme », non seulement n’est pas synonyme de « macho », mais comme le signale Ivan Mosca en prenant cet exemple lui aussi, se laisse circonscrire de multiples manières13.

  • 14 Searle 1998.
  • 15 Le mot « langage » est à prendre ici dans un sens très large, car si la signalétique des toilettes (...)

10C’est que le problème sémiologique devant lequel on se trouve ici touche d’autres champs, à commencer par l’anthropologie, la sociologie, l’iconologie et les S.I.C. Il relève en effet de l’ontologie sociale au sens de John Searle14. L’usage du verbe « faire », en français, permet d’observer de près cette forme de construction de la réalité : nous entendons dire depuis notre plus jeune âge de certains vêtements ou de certains gestes qu’ils font fille ou font garçon ; aussi nous efforçons-nous d’ajuster ces signes extérieurs à ce que nous pensons être notre identité sexuelle. En retour, d’une certaine manière, ces vêtements et ces gestes font cette identité, mais le verbe est trompeur : il évoque une matérialité tangible alors que les actes qui nous occupent sont des actes de langage15 dont la performativité repose en grande partie sur leur constante répétition.

  • 16 West & Zimmerman 2009.

« Faire le genre signifie créer des différences entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, des différences qui ne sont ni naturelles, ni essentielles ou encore biologiques. Une fois que les différences ont été produites, elles sont mobilisées en retour pour faire valoir la “naturalité” du genre […] Le genre n’est donc pas une simple propriété des individus mais une dynamique en soi de l’ordre social »16.

  • 17 Butler 2006: 13-14.
  • 18 Frye 1983: 34, citée par West & Zimmerman 2009.
  • 19 Searle 1998 : 46.

11Le genre est « une pratique d’improvisation qui se déploie sur une scène de contraintes »17. Jour après jour, en la matière, nous finissons par « devenir ce que nous nous entraînons à être »18. Or les normes qui font peser ces contraintes varient grandement selon la culture, l’histoire et la géographie. De gros pompons au bout des chaussures faisaient masculin dans la Grèce du xixe siècle ; ils ne le font plus. Le genre, vecteur de « distinction » non seulement des sexes mais aussi des classes, dépend également du milieu social : aujourd’hui, par exemple, le méta-terme « jupe + cheveux longs » ne saurait suffire à renvoyer à « femme » dans le Paris ou le Milan des fashion weeks, alors qu’il y parviendrait sans peine dans les gradins d’un jumping à Bagatelle. Exemplaires du fonctionnement de l’ontologie sociale, pompons et cheveux longs relèvent de cas où, comme le dit Searle, « X est compté comme Y dans un contexte C » ; si l’on change C, X ne peut plus être compté comme Y19.

12Voyons donc maintenant comment s’en tirent les reponsables de la signalétique des toilettes avec X, Y et C. Puisque le genre est par excellence une notion d’ordre bioculturel, les trois réponses possibles à la question de sa représentation se succèderont de la manière suivante : les signes qui en appellent en premier lieu à la culture (section 2), les signes qui tentent d’articuler nature et culture (section 3), enfin les signes qui entendent se référer d’abord à la nature (section 4).

Désignations symboliques

13Se cantonner aux seuls signes symboliques du langage verbal, pour commencer, est courant :

Figure 2. Distinction par les initiales.

Figure 2. Distinction par les initiales.

« Messieurs » et « Dames » se trouvant progressivement frappés de désuétude, ce sera donc en France, le plus souvent, « Hommes » sur une porte et « Femmes » sur l’autre ; ou leur simple initiale.

14En anglais, l’initiale de « Men » et celle de « Women » ont ceci d’intéressant qu’elles peuvent se prêter à une présentation en symétrie, le « M » écartant ses branches pour devenir un « W » tête-bêche :

Figure 3. Distinction par les initiales en symétrie axiale.

Figure 3. Distinction par les initiales en symétrie axiale.
  • 20 Goffman 2002 : 77. Cette observation vaut dès la prime enfance : « La présence de pairs de genre op (...)

Cette dichotomie évoque peut-être l’idée de complémentarité, comme le fait, dans le domaine de l’électricité, le duo « prise mâle, prise femelle », ou, dans le champ de la sociologie interactionniste, l’observation selon laquelle « chaque sexe est un dispositif de formation pour l’autre »20. Mais, plus encore, elle illustre l’idée d’un couple de contraires – tout oppose, à cette aune géométrique, un sexe à l’autre, ce qui jette de l’huile sur le feu de la guerre des sexes (voir l’opposition Mars-Vénus ci-après).

15Les lettres, cependant, excluent les usagers qui ne lisent pas la langue choisie ; c’est peut-être pour cette raison qu’elles rencontrent moins de succès que les silhouettes (section 3). Quant à les faire passer du symbolique à l’analogique, c’est courir à la catastrophe en matière d’égalité :

Figure 4. À la pinseria Tre Farine, Modène.

Figure 4. À la pinseria Tre Farine, Modène.

Asymétrie encore avec le M de Men et le W de Women, qui tiennent ici le double rôle de symbole et d’index pour figurer aussi les bras. Monsieur reste impassible tandis que madame, au choix, lit ou prie affublée d’une mini-jupe, à moins que surprise en petite tenue elle ne couvre précipitamment ses seins.

16Mais les lettres de l’alphabet ne sont pas les seuls symboles utilisables ; les glyphes aussi rencontrent un certain succès, à commencer par « Mars » et « Vénus » :

  • 21 Ces glyphes sont assez courants pour être inclus dans le codage informatique international : ♂ = Un (...)

Figure 5. Le bouclier de Mars et le miroir de Vénus21.

Figure 5. Le bouclier de Mars et le miroir de Vénus21.
  • 22 Voir Stearn 1962.
  • 23 Le plus connu est Gray 1992. Traduit en 45 langues (dont le français en 1994 : Les Hommes viennent (...)
  • 24 Voir Jullier 2015.

« Bouclier » et « miroir » sont des lectures analogiques venues après-coup ; à l’origine il s’agit probablement de stylisations graphiques successives, au cours des siècles, de l’écriture en grec ancien du nom des planètes Mars et Vénus. Le célèbre naturaliste Carl von Linné les a découverts durant ses études à Vaxjo, en Suède, en 1725, sous forme de symboles alchimiques : celui du fer associé à Mars et à la dureté, celui de Vénus associé à un métal plus ductile, le cuivre. Il les a ensuite utilisés pour désigner « mâle » et « femelle » à partir des années 174022. Ce recours aux dieux de l’Antiquité pour marquer le genre fait par ailleurs, depuis quelques années, la fortune de folliculaires prompts à essentialiser (pour mieux les opposer) des comportements qui n’en demandent pas tant23 – l’homme toujours du côté de la violence physique et la femme toujours de celui de la beauté, de l’amour et de la séduction24.

  • 25 L’acceptation volontaire d’un destin funeste (Jésus de Nazareth aurait pu éviter l’arrestation) n’e (...)

17Une lance dépassant de son bouclier, Mars est prêt à en découdre : synecdoque peu flatteuse qui circonscrit définitivement la masculinité à l’hybris guerrière, avec son cortège d’horreurs et de chagrins. Vénus, qu’un simple un miroir suffit à représenter, ne vaut pas mieux ; elle que sa nature anadyomène marginalisait déjà (elle est née adulte), la voici pour l’éternité diaphane et narcissique en son boudoir. Pire, la forme de paranoïa masculine qui consiste à maudire les femmes fatales ou simplement vénales s’en mêle aussi quand ressurgit, accrochée au glyphe, l’anecdote selon laquelle Phryné, une prostituée célèbre de l’Athènes du ive siècle av. J.-C., servit de modèle à Praxitèle lorsqu’il sculptait Aphrodite, c’est-à-dire Vénus. De surcroît, la flèche de « Mars » évoque un phallus de profil qui, dans un contexte capitaliste, se double d’une ressemblance avec la courbe ascendante des profits d’une entreprise grimpant de gauche à droite, comme le veut le cliché du graphique encadré au mur dans le dos du P.-D.G. Quant au glyphe « Vénus », il n’est guère mieux loti. Ce cercle qui surmonte une croix dessine un petit personnage à grosse tête qui écarte les bras perpendiculairement à son corps. On est tenté d’en déduire qu’il accueille n’importe qui à bras ouverts, ou qu’il accepte systématiquement tout de façon masochiste. Pire encore, dans le cadre de sociétés marquées par le christianisme, l’image d’une crucifixion n’est pas loin25.

Désignations analogiques à dominante culturelle

  • 26 « Je vois passer devant moi ces femmes du printemps qui s’enfoncent parmi les fleurs, les concerts (...)

18Passer des symboles aux images dépictives indexicales met-il à l’abri de ce genre de dérives herméneutiques ? Pour éviter les pièges que tend toute représentation-type du corps humain, même en silhouette, les vêtements sont de bons candidats. L’époque où les différences de sexe se traduisaient par d’énormes écarts de vêture est bien entendu très prisée : quoi de plus différent d’une redingote qu’une robe à crinoline ? Quand Chateaubriand comparait de jolies passantes à des cygnes, c’est parce qu’il ne voyait pas se mouvoir leurs jambes sous la superposition des paniers et des jupons, pas plus que le promeneur ne voit depuis la rive comment s’y prennent les palmipèdes pour avancer ; lui, pendant ce temps, était en pantalon26.

Figure 6. Stickers « Porte toilettes silhouettes homme et femme » de la maison Ambiance-Sticker et « Gentlemen and ladies toilet sign vector » de la maison Myloview27.

Figure 6. Stickers « Porte toilettes silhouettes homme et femme » de la maison Ambiance-Sticker et « Gentlemen and ladies toilet sign vector » de la maison Myloview27.

Immanquablement, la référence au passé se double d’une flatteuse distinction sociale – on ne voit jamais d’ouvriers ni d’ouvrières.

19Plus simples à représenter en silhouette, les accessoires et les objets ont davantage de succès, mais permettent rarement d’accéder à des représentations égalitaires.

Figure 7. Triangles et disques en symétrie axiale.

Figure 7. Triangles et disques en symétrie axiale.

Utiliser les deux mêmes triangles pour figurer un nœud papillon et un papillon de cheveux est ingénieux graphiquement, mais sous-entend une hiérarchie : le même papillon fait « cérémonie des Oscars » sous le menton mais « fillette » au sommet du crâne. Remettre un peu d’équilibre en voyant, à gauche, plutôt un garçon de café et, à droite, plutôt une Alsacienne en costume traditionnel, sentirait la surinterprétation.

Figure 8. Bien présenter diffère de séduire.

Figure 8. Bien présenter diffère de séduire.

Un peigne connote la mainmise sur le désordre naturel des cheveux, tandis qu’un tube de rouge à lèvres évoque l’action de (se) maquiller, donc un tout autre terrain symbolique : tricher, séduire, ou attirer l’attention sur la bouche pour en faire moins le lieu de la parole que la promesse du baiser.

Désignations bioculturelles

20L’image indexicale la plus courante est la silhouette, « forme dont les contours se détachent sans qu’on puisse distinguer les détails » (TLF). Les silhouettes qui nous occupent ici sont bioculturelles au sens où elles laissent deviner un corps habillé, figé dans une certaine hexis corporelle. Le Hollywood de l’âge d’or employait déjà cette technique du silhouettage au moment où, à l’écran, un couple cessait de parler et s’apprêtait à faire l’amour : juste avant le traditionnel fondu au noir exigé par le code Hays on plaçait l’acteur et l’actrice en contrejour pour que les personnages qu’ils incarnaient cessassent de s’appeler untel et une telle et devinssent, perdant tout attribut culturel, un homme et une femme comme les autres. Mais la tentation est forte de répéter le « deux poids deux mesures » en matière d’exigences de beauté, qui avait déjà frappé Simone de Beauvoir quand elle écrivait Le deuxième sexe : l’injonction sociale à la beauté pèse davantage du côté féminin.

Figure 9. Stickers de la maison Ambiance-Sticker.

Figure 9. Stickers de la maison Ambiance-Sticker.
  • 28 La silhouette de droite n’est pas sans rappeler les panneaux destinés à célébrer l’Année de la Femm (...)

Pour prendre des exemples dans le cinéma classique, sortir en redingote et gibus, canne en main, est tout de même plus facile qu’avoir les jambes de Cyd Charisse, la taille d’Audrey Hepburn, la poitrine de Sophia Loren et les cheveux de Brigitte Bardot. Mentionnons aussi les différences d’hexis corporelle : l’homme semble se lisser la moustache ou tirer sur un cigare, digne et posé, tandis que la femme, légère et court vêtue, fait la toupie sur ses talons-aiguilles. Et la différence d’âge : l’injonction à être jeune et svelte a plus de véhémence à droite qu’à gauche – la redingote permet de cacher un début de ventre et le chapeau un début de calvitie28.

  • 29 Braizaz 2017.

21De là, l’« inconfortable position masculine » de l’usager des toilettes qui, au moment de pousser la porte, se retrouve à habiter « une société́ marquée par la dénonciation du regard masculin dominateur sur le corps des femmes »29. Et sans aller jusqu’à la domination, il faut reconnaître qu’il est fréquent de tomber, dans les représentations de couples en silhouette, sur une distribution inégale du désir de séduire visuellement :

Figure 10. Devant les toilettes d’un TGV en 2022.

Figure 10. Devant les toilettes d’un TGV en 2022.

Il est gauche ; elle non. Il ne sait pas quoi faire de ses bras, tandis qu’elle, souple et l’air de rien, reprend le contrapposto de la Vénus de Botticelli. Cette asymétrie caractérisait déjà le célèbre « message aux extraterrestres » de Carl Sagan et Frank Drake, composé de pictogrammes gravés sur la sonde Pioneer 10 en 197230. Non seulement la femme s’y tient passive et légèrement en retrait cependant que son compagnon salue les extraterrestres de la main, mais elle prend élégamment appui sur une seule jambe.

22Et géométriser les jambes en les réalignant sur l’axe corporel longitudinal ne rabotera pas forcément la différence :

Figure 11. Différence de taille.

Figure 11. Différence de taille.

A gauche, homme neutre. A droite, à nouveau, la grande robe (chic mais encombrante) et la taille fine. La taille fine est un élément typiquement bioculturel : d’un côté elle constitue un signe visuel de disponibilité de la femme non enceinte ; de l’autre elle renvoie au prestige aristocratique de la sveltesse, forme moderne de sprezzatura qui signale un contrôle parfait du corps par l’esprit, la mainmise sur la pulsion de faim valant par extension pour toutes les pulsions susceptibles de nous ramener à notre animalité.

23C’est cependant dans cette catégorie des silhouettes géométrisées que se trouve le couple le plus courant des pictogrammes de toilettes. Il met en jeu une triple distinction – par les épaules, par les vêtements et par la position des bras :

Figure 12. La position des bras.

Figure 12. La position des bras.
  • 31 Sur le manspreading, voir Davis & Weitz 1981, et sur le women shrinking (c’est-à-dire le phénomène (...)

Elle écarte les bras, pas lui ; est-ce à dire que les femmes prendraient en général plus de place dans l’espace public que les hommes ? Le manspreading (étalement masculin) est pourtant bien connu31.

24On l’a tant vu qu’on lui attribue, par lassitude d’interpréter, la neutralité des lettres de l’alphabet latin ; pourtant non, ce couple est bel et bien analogique.

Figure 13. Les manchots.

Figure 13. Les manchots.

Supprimer les bras ne règle pas le problème des épaules ni celui de la robe.

  • 32 Il existe bien entendu d’autres options, comme la djellabah, mais puisqu’elle est unisexe les respo (...)

25La distinction par la robe, sur les silhouettes géométrisées, a d’abord l’inconvénient de poser une équivalence entre porter un pantalon et ne rien porter du tout ; elle semble donc donner aux hommes le droit d’apparaître et d’aller nus tandis que les femmes doivent s’habiller. Ensuite, elle constitue ce qu’il est convenu d’appeler un dilemme d’Euthyphron : « Est-ce parce que je suis une femme que je porte une jupe ? » ou « Est-ce parce que je porte une jupe que je suis une femme ? ». On ne devrait pas pouvoir répondre « oui » à la seconde question, or c’est souvent le cas ; ce qui dissuade les hommes de sortir en jupe alors que les températures estivales font d’elle un bien meilleur choix vestimentaire que le pantalon32. Si les femmes, en effet, peuvent porter des vêtements d’homme sans risquer autre chose que sembler démodées (le « style Annie Hall »), les hommes qui portent des vêtements de femme passent rarement inaperçus ; ils se voient attribuer un genre qui n’est pas forcément le leur et à certains endroits de l’espace public risquent le harcèlement ou l’agression.

Figure 14. La super-héroïne.

Figure 14. La super-héroïne.

L’organisation ItWasNeverADress (« Ça n’a jamais été une robe ») invite, ici comme devant quantité d’autres choses, à « changer de perception à propos de ce qui concerne les femmes »33. Mais cette substitution de référent ne résout ni le problème des bras ni celui des épaules.

26Un point satisfaisant, dans ces sigles, est l’égalité de taille de l’homme et de la femme, fausse si l’on se fie à la moyenne mondiale, mais juste si l’on considère les différences inter-individuelles ou, mieux, les différences nationales (de nos jours, par exemple, les femmes hollandaises ont la même taille moyenne que les hommes mexicains : 1 m 70). Cependant, cette égalité anthropométrique cesse aux épaules :

Figure 15. La police Symbolix.

Figure 15. La police Symbolix.
  • 34 Là encore, ces sigles sont assez connus pour faire partie d’alphabets utilisés en informatique. Hom (...)

Les deux silhouettes correspondent aux lettres « m » (men) et « l » (ladies) de la police Symbolix34. Elles soulignent particulièrement bien, par-delà la présence d’une robe et la position des bras, la distinction par les épaules.

27Avoir les épaules larges au sens figuré a tout l’air d’un compliment, et si nombre de vestes masculines comprennent un rembourrage aux épaules, ce n’est pas simplement pour faire joli. Malheur à l’homme aux épaules en cul d’amphore, malheur aussi à la volleyeuse baraquée. Le pire, en la matière, est le couple des triangles tête-bêche. Prisé dans les musées d’art contemporain, il semble opposer Monsieur Indestructible à Cendrillon :

Figure 16. A Lafayette Anticipations, espace d'exposition parisien signé Rem Koolhaas.

Figure 16. A Lafayette Anticipations, espace d'exposition parisien signé Rem Koolhaas.
  • 35 Voir, sur les robes longues qui empêchent de se déplacer librement, la performance de l’artiste ita (...)

Il est prêt pour la finale du 100 m nage libre ; elle pour le bal du Guépard35.

28Toutes ces silhouettes dont la géométrisation connotait pourtant un désir de gommer les différences hiérarchisables apparaissent bien plutôt comme des sous-produits d’un différentialisme qui tend à devenir un binarisme oppositionnel.

Figure 17. Les épaules seules.

Figure 17. Les épaules seules.

Voici une proposition osée, où la part de conventionalité menace de dépasser la part d’indexicalité. On y gagne cependant en political correctness : « être carré » s’emploie rarement de façon péjorative, de même « arrondir les angles ». Opposer l’angulosité à la rotondité, dans ce cadre limité qui protège des connotations comme « courber l’échine » ou « faire le dos rond », n’offusquera que les plus susceptibles des hommes pulpeux ou des femmes osseuses. Le gros inconvénient de cette proposition, qui explique l’extrême rareté de son apparition, est d’ordre communicationnel : il faut comparer les deux portes avant d’en pousser une, sous peine de ne pas saisir comment la dichotomie fonctionne.

Désignations à dominante « naturelle »

  • 36 « L’opposition traditionnelle que nous avons tendance à faire entre la biologie et la culture est a (...)

29Revenir à la nature, aux seuls corps dépourvus de vêtements, pourrait constituer une solution si « nature » s’écrivait sans guillemets ; mais comme de nombreux chercheurs le répètent, l’idée que nous nous faisons de la nature est d’une étonnante variabilité dans le temps et dans l’espace36.

30Recourir au système XY de détermination sexuelle pour y échapper n’est guère convaincant, d’abord parce que tout le monde ne maîtrise pas les bases de la génétique, ensuite parce que le génotype n’est pas le phénotype, toutes sortes d’écarts pouvant se manifester :

Figure 18. La distinction chromosomique.

Figure 18. La distinction chromosomique.

Les chromosomes ne disent rien des hormones effectivement présentes : pousser la bonne porte devient aussi compliqué que s’inscrire aux Jeux Olympiques dans la bonne catégorie.

31Sélectionner une partie du corps n’exempte généralement pas non plus du poids de la culture :

Figure 19. Au café Bliss, Rimini.

Figure 19. Au café Bliss, Rimini.
  • 37 Pour revenir au carré sémiotique, on peut contester le pouvoir du rouge à lèvres de « faire femme » (...)

La moustache en yatagan renvoie à l’époque des suffragettes et des maisons de passe, tandis que la bouche affiche une symétrie parfaite d’épaisseur des lèvres, idéal qui depuis les « progrès » de la chirurgie esthétique amène chaque année des milliers de femmes à se faire relever la lèvre supérieure. De surcroît, dans une logique tapageuse de « sexe horizontal », elle s’orne d’un rouge voyant37.

32Puisque la différence entre les corps nus des deux sexes n’est pas assez spectaculaire pour assurer une bonne communication, d’autres espèces bisexuées que l’homme prêtent parfois leur concours. Hélas ! ce n’est pas toujours heureux :

Figure 20. Au Darsena Bar, Rimini.

Figure 20. Au Darsena Bar, Rimini.

À gauche, polygamie et bellicisme jaloux ; à droite, pontes à répétition.

  • 38 Daston & Galison 2012.

33Recourir à la représentation visuelle des caractères sexuels primaires et secondaires pourrait apparaître comme une bonne solution quand on se souvient que l’homme est celui des primates dont l’évolution reflète le plus directement le lumino-centrisme. En effet, chez nos cousins, le pénis n’est pas aussi grand (celui des plus vigoureux spécimens de gorille mâle mesure cinq centimètres en érection), ni les seins aussi voyants. Sur ce plan, en matière de poudre aux yeux handicapante, nous rivalisons avec la queue du paon. Notre sensibilité aux promesses visuelles relève pourtant d’un biais cognitif : les personnes les plus fertiles ne sont pas obligatoirement équipées de caractères sexuels spectaculaires. Mais nous ne voulons pas le savoir. Par ailleurs, représenter les organes sexuels pose deux problèmes : d’une part la bienséance veille, même aux portes des toilettes, et d’autre part, comme l’ont montré les auteurs d’Objectivity38, il est toujours délicat pour un naturaliste ou un biologiste de dessiner un type sous forme de token.

34Une stylisation radicale semble une solution possible à ces deux problèmes ; la morale est sauve et le type à peu près reconnu :

Figure 21. Au café Korb, Vienne.

Figure 21. Au café Korb, Vienne.

Là encore, à ce degré élevé de stylisation, la signalétique n’est claire que si les deux portes sont visibles d’un seul coup d’œil, la comparaison aidant grandement à la compréhension. Dommage que le designer ait cédé à l’envie de célébrer le phallus-sceptre (le trait vertical aurait pu aller vers le bas au lieu d’aller vers le haut) et, au bas de la porte, l’acte sexuel le plus convenu qui soit – à moins qu’il ne s’agisse d’un rappel ironique des graffitis obscènes caractéristiques des lieux d’aisance.

35Enfin, la distinction par le sexe n’est pas la seule possible, en matière de « nature » ; la distinction par la posture connaît elle aussi, de nos jours, un début de succès :

Figure 22. Au bar Herschell, Berlin.

Figure 22. Au bar Herschell, Berlin.
  • 39 Montaigne 2009 : 139. L’information provient d’Hérodote, Histoires, II, 35 (Ve siècle av. J.-C.). A (...)
  • 40 Giraud 2021. Des affiches y expliquent le fonctionnement des toilettes « pipi assis·e » et « pipi d (...)

36Ce n’est peut-être pas, là non plus, la solution idéale. Même si Montaigne exagère en assurant qu’il existe des contrées entières où « les femmes pissent debout et les hommes accroupis »39, les hommes ont parfois besoin de s’asseoir et les femmes n’y sont pas bio-mécaniquement obligées. La distinction par la posture revient donc presque à proposer aux clients des « toilettes non-genrées », comme dans le bar du Marais La Mutinerie40, c’est-à-dire à abandonner toute sélection par le sexe.

Abandonner la sélection par le sexe

  • 41 Voir à ce sujet la méta-analyse de Janet Shibley Hyde (2005) : les médias véhiculent l’image de gar (...)
  • 42 Voir Gersen 2016.
  • 43 Kogan 2016.

37L’absence d’une signalétique parfaite pourrait fournir un argument supplémentaire aux mouvements anti-différentialistes, hostiles à la sexuation forcenée des lieux, des épreuves et des divers moments de la vie sociale qui en réalité ne nécessitent pas ce genre de discriminations. L’égalité cognitive entre les sexes41 devrait, sous cet angle, prendre le pas sur les différences physiologiques, et tout un chacun pousser la porte qu’il veut. D’autant que la séparation des lieux d’aisance selon le sexe n’est apparue à la fin du xixe siècle : aux yeux des anti-différentialistes elle a tout l’air d’une « survivance victorienne »42. Marquée par une logique patriarcale de « protection du sexe faible », elle sous-tendrait ainsi une volonté de faire rester les femmes à la maison au lieu de s’aventurer dans des lieux publics jusqu’ici implicitement réservés aux hommes (cafés, usines)43.

Figure 23. Le « symbole transgenre »

Figure 23. Le « symbole transgenre »
  • 44 Glyphe courant, lui aussi, codé Unicode U+26A7. Il a été proposé par Holly Boswell en 1993.
  • 45 « Collectif de Lutte Égalitaire et Féministe* ». Site de l’association : https://association-clef.c (...)

Ce symbole transgenre44 estompe une bonne partie des problèmes de flèches et de croix soulevés plus haut par Mars et Vénus – a été collé en mai 2019 sur les portes des toilettes de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Neuchâtel, assorti du texte : « Ces toilettes ont été libérées du genre parce que les sigles femmes hommes oppressent une partie de la population universitaire, normalisent les séparations genrées d’une espace, sont dépassés et discriminent les personnes qui ne se sentent pas représentées par la binarité homme/femme ». L’action était le fait de l’association CLEF*45.

  • 46 « Utilisez les toilettes qui correspondent à ce que vous êtes ». Site officiel de la campagne : htt (...)

38Une autre solution consiste à pousser la porte en fonction de l’identité perçue et non de l’identité attribuée ; on troque alors « ils » pour « je » même quand les avis ne coïncident pas. C’est ce que prônait la municipalité de New York dans une récente campagne : « Use the restroom consistent with who you are »46 ; et c’était aussi une manière de répondre aux mesures que des États comme la Caroline du Nord venaient de prendre pour interdire les toilettes publiques aux personnes transgenres.

Figure 24. Gender Neutral ADA Restroom Sign.

Figure 24. Gender Neutral ADA Restroom Sign.
  • 47 Site officiel : https://adacentral.com.
  • 48 Sans compter la connotation « n’être qu’une moitié » : voir Belmont 2005. Ni, pire encore, le renvo (...)

Plaque officielle fabriquée sous l’égide de l’ADA (American with Disabilities Act), Département de la Justice américain47. Un petit effort est nécessaire pour s’empêcher d’interpréter l’indexicalité de la troisième silhouette : une demi-robe ? le vent d’ouest ?48

  • 49 Bourcier 2014.

39« La fonction de la signalétique des toilettes n’est pas d’être claire en soi, déclarait la sociologue canadienne Sheila L. Cavanagh, mais d’ouvrir un espace qui puisse permettre de cultiver des manières nouvelles et inédites d’être genré et sexuel dans le paysage social ». Sam Bourcier, après avoir cité cette phrase, ajoutait aussitôt : « Cette utopie peine à trouver traduction en France »49. Le problème est d’autant plus complexe que d’autres forces dans la société agissent en sens inverse ; dans une logique représentativiste, par exemple, l’usage de la langue inclusive en réaction à l’invisibilisation symbolique d’un genre réintroduit de la séparation.

  • 50 Voir Damon 2009.
  • 51 Paglia 1990 : 17.
  • 52 Voir par exemple Slavicek 2021.

40Peut-être ne faudrait-il construire que des toilettes unisexe aux portes dépourvues de pictogrammes ; après tout, c’est le cas dans les espaces d’habitation privés. Les partisans de la mixité évoquent volontiers, à cet égard, le modèle suédois qui invite les garçons à toujours se soulager assis50 quand bien même leur éducation les pousserait à « aller de l’avant » symboliquement en urinant loin de leur position51. Mais les débats acharnés soulevés par ce point52 ne relèvent pas de la problématique sémiologique du présent article.

Conclusion

  • 53 Ce sont les termes de Jean Baudrillard, utilisés dans un autre sens. Lui, avait en tête les avancée (...)

41Par les temps qui courent il est beaucoup demandé aux signes. On voudrait qu’ils reflètent exactement la réalité – encore un peu et on voudra que la carte soit le territoire53. Or, au moins dans le cas qui nous a occupé ici, cette méfiance, voire cette agressivité, à l’égard du fonctionnement sémiologique de base, est dommageable. Aucun signe n’est parfait ; la bonne solution n’est pas à chercher chez les spécialistes de la signalétique mais dans l’œil du spectateur. Il faudrait parvenir à regarder les dépictions analogiques avec la placidité qui accompagne d’ordinaire le décodage des symboles purement conventionnels. S’il est légitime de se servir d’eux pour réfléchir à la façon dont une société construit l’identité sexuelle de ses membres, on gagne en effet beaucoup à prendre les signes H et F cum grano salis au lieu de fustiger leur pouvoir normatif. Il suffit de pousser la bonne porte, ou la porte la moins pire, en haussant les épaules ou en souriant de commisération devant les jupes, les poules et les moustaches.

42Cette attitude cool, cependant, n’a plus la même efficacité dès lors qu’on raisonne en termes d’alignement comportemental ou, si l’on préfère Judith Butler à Erving Goffman, en termes de construction par la répétition. Quand au quotidien, dans chacune des circonstances de la vie et pas seulement aux toilettes du bar, sur toutes les affiches et tous les écrans, émaillant chaque bribe de conversation et flottant comme le sourire du chat du Cheshire derrière chaque silhouette croisée au fil du trottoir, les mêmes représentations construisent la même norme, il faudrait ne pas appartenir à une espèce aussi grégaire que l’être humain pour rester parfaitement insensible et refuser de payer le prix de la sociabilité.

  • 54 Pour saisir à quel point ces signes varient, il suffit de consulter régulièrement l’ingénieux site (...)

43Et si, tout à la fin et sous un certain angle, les structuralistes avaient eu raison ? Car ce qui dérange ici, c’est la binarité, donc la structure – voir ce graffiti laissé sur les murs de bien des villes du monde : « Binarity is for computers ». Or le continuum des genres et des sexes préfère aux couples de contraires un fourmillement ludique et chamarré de signes fluctuants54 rebelle aux impératifs pratiques de la communication visuelle dans les lieux publics. C’est d’ailleurs ce moment où la complexité du monde reprend ses droits que Dominique Noguez, tout à la fin de sa Sémiologie du parapluie, appelait « la grande débâcle des signes »…

Haut de page

Bibliographie

Badir, Sémir (2022) Les Pratiques discursives du savoir, Limoges, Lambert-Lucas.

Baudrillard, Jean (1981) Simulacres et simulation, Paris, Galilée.

Belmont, Nicole (2005) « “Moitié d’homme” dans les contes de tradition orale. Lieux, usages et signification d’un motif singulier », L’Homme n174, p. 11-22.

Bourcier, Sam (2014) « Les Toilettes, là où trône le genre », Slate du 11-06-2014 https://www.slate.fr/story/88047/toilettes-genre.

Braizaz, Marion (2017) « Corps d’hommes sous le regard de femmes : une sociologie de l’apparence au prisme de la conjugalité », Enfances, Familles, Générations n26 https://id.erudit.org/iderudit/1041059ar.

Butler, Judith (2005) Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. fr. C. Kraus, Paris, La Découverte.

Butler, Judith (2006) Défaire le genre, trad. fr. M. Cervulle, Paris, Éd. Amsterdam.

Chateaubriand, François-René de (1910) Mémoires d’Outre-Tombe, t. 5 (1850), Paris, Garnier.

Damon, Julien (2009) « Les Toilettes publiques : un droit à mieux aménager », Droit social no 1, p. 103-110.

Daston, Lorraine et Peter Galison (2012) Objectivité (2007), trad. fr. S. Renaut & H. Quiniou, Paris, Les Presses du Réel.

Davis, Martha et Shirley Weitz (1981) « Sex Differences in Body Movements and Positions », Gender and Nonverbal Behavior, Clara Mayo & Nancy Henley dir., New York, Springer-Verlag, p. 81-94.

Descola, Philippe (2017) La Composition des mondes, Paris, Flammarion Champs.

Frye, Marilyn (1983) The Politics of Reality: Essays in Feminist Theory, Trumansburg/New York, The Crossing Press.

Gersen, Jeannie Suk (2016) « Who’s Afraid of Gender-Neutral Bathrooms? », New Yorker du 25 janvier https://www.newyorker.com/news/news-desk/whos-afraid-of-same-sex-bathrooms

Giraud, Martine (2021) « À la Mutinerie, des toilettes d’un autre genre », Français·es du 4 mars https://français.es/a-la-mutinerie-des-toilettes-dun-autre-genre

Goffman, Erving (1976) « Gender Display », Studies in the Anthropology of Visual Communication, vol. 3, no 2, p. 69-77.

Goffman, Erving (2002) L’Arrangement des sexes (1977), trad. fr. H. Maury, Paris, La Dispute.

Gray, John (1992) Men are from Mars, Women are from Venus, New York, HarperCollins.

Greimas, Algirdas Julien et François Rastier (1968) « The Interaction of Semiotic Constraints », Yale French Studies no 41, p. 86-105.

Hébert, Louis (2006) « Le Carré sémiotique », in L. Hébert (dir.), Signo, Rimouski (Québec) http://www.signosemio.com/greimas/carre-semiotique.asp.

Hyde, Janet Shibley (2005) « The Gender Similarities Hypothesis », American Psychologist vol. 60, no 6, p. 581-592.

Jullier, Laurent (2015) « L’Arc et l’escarpin. De la lisibilité de la différence sexuelle », Communication (Laval, Québec), vol. 33 no 1 https://journals.openedition.org/communication/5194

Kogan, Terry S. (2016) « How Did Public Bathrooms Get to be Separated by Sex in the First Place? », The Conversation du 27 mai https://theconversation.com/how-did-public-bathrooms-get-to-be-separated-by-sex-in-the-first-place-59575.

Lacan, Jacques (2005) Le Séminaire. Livre XXIII : Le Sinthome, 1975-1976, Paris, Le Seuil.

Le Maner-Idrissi, Gaïd et Laëtitia Renault (2006) « Développement du “schéma de genre” : une asymétrie entre filles et garçons ? », Enfance vol. 58, no 3, p. 251-265 https://www.cairn.info/revue-enfance1-2006-3-page-251.htm.

Montaigne, Michel de (2009) Les Essais (1580) en français moderne, Paris, Gallimard Quarto.

Mosca, Ivan (2014) « Ontology of Gender in Computer Games », Mise Au Point no 6 https://journals.openedition.org/map/1631.

Noguez, Dominique (1975) « Sémiologie du parapluie », in Vers une esthétique sans entrave, Mélanges offerts à Mikel Dufrenne, Paris, UGE 10/18, p. 387-398 ; chap. repris dans Sémiologie du parapluie et autres textes, Paris, Éd. de la Différence, 1990.

Paglia, Camille (1990) Sexual Personae. Art and Decadence from Nefertiti to Emily Dickinson, Londres-New Haven, Yale U. Press.

Russell, James (2009) « Narnia as a Site of National Struggle », Cinema Journal vol. 48, no 4, p. 59-76.

Searle, John R. (1998) La Construction de la réalité sociale (1995), trad. fr. Cl. Tiercelin, Paris, Gallimard.

Slavicek, Marie (2021) « “Les Toilettes doivent être séparées” : au Brésil, les W-C mixtes d’un McDonald’s donnent lieu à une polémique nationale », Le Monde du 15 novembre.

Sperber, Dan (2003) « Pourquoi repenser l’interdisciplinarité ? », Séminaire virtuel Rethinking interdisciplinarity/Repenser l’interdisciplinarité http://www.dan.sperber.fr/?p=103.

Stearn, William T. (1962) « The Origin of the Male and Female Symbols of Biology », Taxon vol. 11, no 4, p. 109-113.

West, Candace et Don H. Zimmerman (2009) « Faire le genre » (1987), trad. fr. F. Malbois, Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, no 3, p. 34-61 https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2009-3-page-34.htm.

Young, Iris Marion (1980) « Throwing like a Girl: A Phenomenology of Feminine Body Comportment Motility and Spatiality », Human Studies vol. 3, no 2, p. 137-156.

Haut de page

Notes

1 Noguez 1975 : 387.

2 Origine du carré sémiotique : Greimas & Rastier 1968.

3 Les nœuds borroméens, contemporains de la Sémiologie du parapluie, constituent la partie la plus connue d’un système de notation du « langage de l’inconscient » élaboré par Jacques Lacan (voir Lacan 2005).

4 Ferdinand de Saussure, phrase prononcée dans un cours en 1908 et reprise dans son Cours de linguistique générale de 1916, citée par Badir 2022 : 52.

5 Voir pour un aperçu général Sperber 2003.

6 Badir 2022 : 90.

7 Noguez, 1975 : 393 ; cette « axiologie du parapluie » a été trouvée par « un disciple anonyme et empressé du premier Eco ».

8 Butler 2005 : 45-46.

9 Bourcier 2014.

10 Goffman 2002 : 82.

11 Voir Goffman, 1976 ; une traduction courante est « parade de genre ».

12 Hébert 2006.

13 Un « vrai homme » est-il doté d’une appréciable carrure ? d’un grand pénis ? d’un pénis efficace ? est-ce quelqu’un qui aime les femmes ? quelqu’un que les femmes aiment ?, etc. : Mosca 2014.

14 Searle 1998.

15 Le mot « langage » est à prendre ici dans un sens très large, car si la signalétique des toilettes ne peut mobiliser que des signes visuels ceux-ci ne sont pas les seuls à « faire » le sexe : songeons à la tessiture de la voix, aux parfums, etc.

16 West & Zimmerman 2009.

17 Butler 2006: 13-14.

18 Frye 1983: 34, citée par West & Zimmerman 2009.

19 Searle 1998 : 46.

20 Goffman 2002 : 77. Cette observation vaut dès la prime enfance : « La présence de pairs de genre opposé augmente la tendance des enfants d’âge préscolaire à adopter des comportements stéréotypés » (Le Maner-Idrissi & Renault 2006 : 260).

21 Ces glyphes sont assez courants pour être inclus dans le codage informatique international : ♂ = Unicode U+2642 ; ♀ = Unicode U+2640.

22 Voir Stearn 1962.

23 Le plus connu est Gray 1992. Traduit en 45 langues (dont le français en 1994 : Les Hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus), vendu à plus de 40 millions d’exemplaires, adapté en pièce de théâtre à succès, etc. La couverture américaine porte désormais ce slogan obsidional : « The classic guide to surviving the opposite sex ».

24 Voir Jullier 2015.

25 L’acceptation volontaire d’un destin funeste (Jésus de Nazareth aurait pu éviter l’arrestation) n’est pas du goût de tous les fidèles : dans son analyse du Monde de Narnia, James Russell précise que ce roman de C. S. Lewis et le film qui en a été tiré plaisent aux chrétiens évangélistes américains parce que le Christ s’y trouve dépeint, pour une fois, comme un lion (Russell 2009).

26 « Je vois passer devant moi ces femmes du printemps qui s’enfoncent parmi les fleurs, les concerts et les lustres de mes galeries successives : on dirait des cygnes qui nagent vers des climats radieux » (Chateaubriand 1910 : 197).

27 Sites de vente en ligne de ces firmes : www.ambiance-sticker.com ; https://myloview.com.

28 La silhouette de droite n’est pas sans rappeler les panneaux destinés à célébrer l’Année de la Femme lors de l’« affaire Dannemarie », municipalité alsacienne condamnée en 2017 par le juge des référés (saisi par l’association féministe et LGBTQI+ Les Effronté·es) pour « atteinte grave et manifestement illégale au principe d’égalité entre les hommes et les femmes ». Le Conseil d’État avait annulé la condamnation, reconnaissant que certains panneaux « témoignaient d’un goût douteux, voire présentaient un caractère suggestif inutilement provocateur », sans que pourtant il y eût « atteinte à la dignité » (Le Monde du 01-09-2017).

29 Braizaz 2017.

30 Pour voir la plaque : https://airandspace.si.edu/stories/editorial/pioneer-carries-message-across-stars.

31 Sur le manspreading, voir Davis & Weitz 1981, et sur le women shrinking (c’est-à-dire le phénomène complémentaire du précédent, le recroquevillement féminin), voir Young 1980.

32 Il existe bien entendu d’autres options, comme la djellabah, mais puisqu’elle est unisexe les responsables de la signalétique ne s’y intéressent pas.

33 Site officiel : https://itwasneveradress.org.

34 Là encore, ces sigles sont assez connus pour faire partie d’alphabets utilisés en informatique. Homme : code D 109 /H 006D ; femme : code D 108/H 006 C.

35 Voir, sur les robes longues qui empêchent de se déplacer librement, la performance de l’artiste italienne SISSI (Elisabetta Cipriani) en 1999 intitulée « Daniela ha perso il treno / Daniela lost the train », où empêtrée dans sa gigantesque et inconfortable robe elle ne parvient à monter dans aucun train (site de l’artiste : https://www.sissisissi.com/Daniela-ha-perso-il-treno).

36 « L’opposition traditionnelle que nous avons tendance à faire entre la biologie et la culture est aussi malencontreuse que l’opposition traditionnelle entre le corps et l’esprit » (Searle, 1998 : 287). Philippe Descola y revient régulièrement lui aussi : « La division constitutive entre ce qui relève de la nature et ce qui relève de la société introduit chez les Modernes une sorte d’apartheid dans le traitement des êtres du monde » (Descola 2017 : 286).

37 Pour revenir au carré sémiotique, on peut contester le pouvoir du rouge à lèvres de « faire femme », mais moins son pouvoir de « faire non-homme ». Hors des loges d’acteurs ou du monde de la nuit, il est en effet rare de voir un homme, ou du moins quelqu’un qui affiche les signes qui suffisent à être identifié comme tel ici et maintenant, se peindre les lèvres. De même la moustache est-elle moins indispensable à la masculinité qu’elle ne « fait non-femme ».

38 Daston & Galison 2012.

39 Montaigne 2009 : 139. L’information provient d’Hérodote, Histoires, II, 35 (Ve siècle av. J.-C.). André Lanly, l’éditeur de cette version des Essais, ajoute qu’on la trouve aussi dans Francisco López de Gómara, Histoire générale des Indes, IX, 10 (1552).

40 Giraud 2021. Des affiches y expliquent le fonctionnement des toilettes « pipi assis·e » et « pipi debout », y compris l’utilisation d’un urinoir quand on ne possède pas de pénis.

41 Voir à ce sujet la méta-analyse de Janet Shibley Hyde (2005) : les médias véhiculent l’image de garçons et filles « psychologiquement très différents », mais les tests scientifiques en la matière ne donnent de divergences que sur certains points. Ces points sont loin de couvrir tout le champ psychologique (ce sont essentiellement les rapports à la violence et à la sexualité, c’est-à-dire Mars et Vénus...), mais les médias n’en ont cure. Cette surenchère permanente en matière de différences, suggère Shibley Hyde, cause d’énormes problèmes d’estime de soi chez les adolescents, nuit à la bonne communication au sein des couples hétérosexuels et introduit des biais dommageables dans les choix professionnels des femmes.

42 Voir Gersen 2016.

43 Kogan 2016.

44 Glyphe courant, lui aussi, codé Unicode U+26A7. Il a été proposé par Holly Boswell en 1993.

45 « Collectif de Lutte Égalitaire et Féministe* ». Site de l’association : https://association-clef.ch.

46 « Utilisez les toilettes qui correspondent à ce que vous êtes ». Site officiel de la campagne : https://www1.nyc.gov/site/cchr/media/single-sex-restrooms.page.

47 Site officiel : https://adacentral.com.

48 Sans compter la connotation « n’être qu’une moitié » : voir Belmont 2005. Ni, pire encore, le renvoi à Josephine Joseph, l’un des « phénomènes » du Freaks de Tod Browning.

49 Bourcier 2014.

50 Voir Damon 2009.

51 Paglia 1990 : 17.

52 Voir par exemple Slavicek 2021.

53 Ce sont les termes de Jean Baudrillard, utilisés dans un autre sens. Lui, avait en tête les avancées de la simulation infographique (« Le territoire ne précède plus la carte ni ne lui survit. C’est désormais la carte qui précède le territoire » : Baudrillard 1981 : 10), tandis qu’ici, au contraire, il est question d’une obligation de refléter. La fiction elle-même n’y échappe pas toujours : au cinéma, un casting passe mieux l’épreuve de sa publicité s’il affiche le même pourcentage de tel ou tel groupe de personnes que dans le pays de production du film – ce qui occasionne parfois des polémiques sordidement essentialistes sur tel acteur ou telle actrice « légitime » ou non dans tel rôle en fonction de son « type ».

54 Pour saisir à quel point ces signes varient, il suffit de consulter régulièrement l’ingénieux site https://www.genderbread.org. Il met à la disposition des internautes un « outil éducatif destiné à briser le gros concept de genre en petites bouchées digestes », sous le nom de genderbread person (jeu de mots sur le biscuit au gingembre gingerbread). Au lieu de se définir par le métaterme « H ou F » + « homo ou hétéro », une genderbread person combine sexe anatomique, identité de genre, parade de genre et orientation sexuelle. Or, comme il n’est pas facile de prendre en compte toutes les variations possibles de ces quatre facteurs au sein du continuum des sexes et des genres, le modèle évolue : en octobre 2022, c’est la version 4.0 qui apparaissait sur le site, alors qu’un an plus tôt on y trouvait la version 3.3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le carré sémiotique de l’identité genrée, par Louis Hébert12.
Légende Les mots entre guillemets donnent des exemples de « phénomènes classables dans un terme ou un métaterme », dit Hébert (« métaterme » désigne ici une combinaison de deux facteurs, par exemple masculin + féminin).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 2. Distinction par les initiales.
Légende « Messieurs » et « Dames » se trouvant progressivement frappés de désuétude, ce sera donc en France, le plus souvent, « Hommes » sur une porte et « Femmes » sur l’autre ; ou leur simple initiale.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8k
Titre Figure 3. Distinction par les initiales en symétrie axiale.
Légende Cette dichotomie évoque peut-être l’idée de complémentarité, comme le fait, dans le domaine de l’électricité, le duo « prise mâle, prise femelle », ou, dans le champ de la sociologie interactionniste, l’observation selon laquelle « chaque sexe est un dispositif de formation pour l’autre »20. Mais, plus encore, elle illustre l’idée d’un couple de contraires – tout oppose, à cette aune géométrique, un sexe à l’autre, ce qui jette de l’huile sur le feu de la guerre des sexes (voir l’opposition Mars-Vénus ci-après).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4k
Titre Figure 4. À la pinseria Tre Farine, Modène.
Légende Asymétrie encore avec le M de Men et le W de Women, qui tiennent ici le double rôle de symbole et d’index pour figurer aussi les bras. Monsieur reste impassible tandis que madame, au choix, lit ou prie affublée d’une mini-jupe, à moins que surprise en petite tenue elle ne couvre précipitamment ses seins.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Titre Figure 5. Le bouclier de Mars et le miroir de Vénus21.
Légende « Bouclier » et « miroir » sont des lectures analogiques venues après-coup ; à l’origine il s’agit probablement de stylisations graphiques successives, au cours des siècles, de l’écriture en grec ancien du nom des planètes Mars et Vénus. Le célèbre naturaliste Carl von Linné les a découverts durant ses études à Vaxjo, en Suède, en 1725, sous forme de symboles alchimiques : celui du fer associé à Mars et à la dureté, celui de Vénus associé à un métal plus ductile, le cuivre. Il les a ensuite utilisés pour désigner « mâle » et « femelle » à partir des années 174022. Ce recours aux dieux de l’Antiquité pour marquer le genre fait par ailleurs, depuis quelques années, la fortune de folliculaires prompts à essentialiser (pour mieux les opposer) des comportements qui n’en demandent pas tant23 – l’homme toujours du côté de la violence physique et la femme toujours de celui de la beauté, de l’amour et de la séduction24.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Titre Figure 6. Stickers « Porte toilettes silhouettes homme et femme » de la maison Ambiance-Sticker et « Gentlemen and ladies toilet sign vector » de la maison Myloview27.
Légende Immanquablement, la référence au passé se double d’une flatteuse distinction sociale – on ne voit jamais d’ouvriers ni d’ouvrières.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure 7. Triangles et disques en symétrie axiale.
Légende Utiliser les deux mêmes triangles pour figurer un nœud papillon et un papillon de cheveux est ingénieux graphiquement, mais sous-entend une hiérarchie : le même papillon fait « cérémonie des Oscars » sous le menton mais « fillette » au sommet du crâne. Remettre un peu d’équilibre en voyant, à gauche, plutôt un garçon de café et, à droite, plutôt une Alsacienne en costume traditionnel, sentirait la surinterprétation.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Titre Figure 8. Bien présenter diffère de séduire.
Légende Un peigne connote la mainmise sur le désordre naturel des cheveux, tandis qu’un tube de rouge à lèvres évoque l’action de (se) maquiller, donc un tout autre terrain symbolique : tricher, séduire, ou attirer l’attention sur la bouche pour en faire moins le lieu de la parole que la promesse du baiser.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Titre Figure 9. Stickers de la maison Ambiance-Sticker.
Légende Pour prendre des exemples dans le cinéma classique, sortir en redingote et gibus, canne en main, est tout de même plus facile qu’avoir les jambes de Cyd Charisse, la taille d’Audrey Hepburn, la poitrine de Sophia Loren et les cheveux de Brigitte Bardot. Mentionnons aussi les différences d’hexis corporelle : l’homme semble se lisser la moustache ou tirer sur un cigare, digne et posé, tandis que la femme, légère et court vêtue, fait la toupie sur ses talons-aiguilles. Et la différence d’âge : l’injonction à être jeune et svelte a plus de véhémence à droite qu’à gauche – la redingote permet de cacher un début de ventre et le chapeau un début de calvitie28.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Titre Figure 10. Devant les toilettes d’un TGV en 2022.
Légende Il est gauche ; elle non. Il ne sait pas quoi faire de ses bras, tandis qu’elle, souple et l’air de rien, reprend le contrapposto de la Vénus de Botticelli. Cette asymétrie caractérisait déjà le célèbre « message aux extraterrestres » de Carl Sagan et Frank Drake, composé de pictogrammes gravés sur la sonde Pioneer 10 en 197230. Non seulement la femme s’y tient passive et légèrement en retrait cependant que son compagnon salue les extraterrestres de la main, mais elle prend élégamment appui sur une seule jambe.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 11. Différence de taille.
Légende A gauche, homme neutre. A droite, à nouveau, la grande robe (chic mais encombrante) et la taille fine. La taille fine est un élément typiquement bioculturel : d’un côté elle constitue un signe visuel de disponibilité de la femme non enceinte ; de l’autre elle renvoie au prestige aristocratique de la sveltesse, forme moderne de sprezzatura qui signale un contrôle parfait du corps par l’esprit, la mainmise sur la pulsion de faim valant par extension pour toutes les pulsions susceptibles de nous ramener à notre animalité.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4k
Titre Figure 12. La position des bras.
Légende Elle écarte les bras, pas lui ; est-ce à dire que les femmes prendraient en général plus de place dans l’espace public que les hommes ? Le manspreading (étalement masculin) est pourtant bien connu31.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
Titre Figure 13. Les manchots.
Légende Supprimer les bras ne règle pas le problème des épaules ni celui de la robe.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Titre Figure 14. La super-héroïne.
Légende L’organisation ItWasNeverADress (« Ça n’a jamais été une robe ») invite, ici comme devant quantité d’autres choses, à « changer de perception à propos de ce qui concerne les femmes »33. Mais cette substitution de référent ne résout ni le problème des bras ni celui des épaules.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 15. La police Symbolix.
Légende Les deux silhouettes correspondent aux lettres « m » (men) et « l » (ladies) de la police Symbolix34. Elles soulignent particulièrement bien, par-delà la présence d’une robe et la position des bras, la distinction par les épaules.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Titre Figure 16. A Lafayette Anticipations, espace d'exposition parisien signé Rem Koolhaas.
Légende Il est prêt pour la finale du 100 m nage libre ; elle pour le bal du Guépard35.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4k
Titre Figure 17. Les épaules seules.
Légende Voici une proposition osée, où la part de conventionalité menace de dépasser la part d’indexicalité. On y gagne cependant en political correctness : « être carré » s’emploie rarement de façon péjorative, de même « arrondir les angles ». Opposer l’angulosité à la rotondité, dans ce cadre limité qui protège des connotations comme « courber l’échine » ou « faire le dos rond », n’offusquera que les plus susceptibles des hommes pulpeux ou des femmes osseuses. Le gros inconvénient de cette proposition, qui explique l’extrême rareté de son apparition, est d’ordre communicationnel : il faut comparer les deux portes avant d’en pousser une, sous peine de ne pas saisir comment la dichotomie fonctionne.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7k
Titre Figure 18. La distinction chromosomique.
Légende Les chromosomes ne disent rien des hormones effectivement présentes : pousser la bonne porte devient aussi compliqué que s’inscrire aux Jeux Olympiques dans la bonne catégorie.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 19. Au café Bliss, Rimini.
Légende La moustache en yatagan renvoie à l’époque des suffragettes et des maisons de passe, tandis que la bouche affiche une symétrie parfaite d’épaisseur des lèvres, idéal qui depuis les « progrès » de la chirurgie esthétique amène chaque année des milliers de femmes à se faire relever la lèvre supérieure. De surcroît, dans une logique tapageuse de « sexe horizontal », elle s’orne d’un rouge voyant37.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 20. Au Darsena Bar, Rimini.
Légende À gauche, polygamie et bellicisme jaloux ; à droite, pontes à répétition.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 21. Au café Korb, Vienne.
Légende Là encore, à ce degré élevé de stylisation, la signalétique n’est claire que si les deux portes sont visibles d’un seul coup d’œil, la comparaison aidant grandement à la compréhension. Dommage que le designer ait cédé à l’envie de célébrer le phallus-sceptre (le trait vertical aurait pu aller vers le bas au lieu d’aller vers le haut) et, au bas de la porte, l’acte sexuel le plus convenu qui soit – à moins qu’il ne s’agisse d’un rappel ironique des graffitis obscènes caractéristiques des lieux d’aisance.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 22. Au bar Herschell, Berlin.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 23. Le « symbole transgenre »
Légende Ce symbole transgenre44 estompe une bonne partie des problèmes de flèches et de croix soulevés plus haut par Mars et Vénus – a été collé en mai 2019 sur les portes des toilettes de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Neuchâtel, assorti du texte : « Ces toilettes ont été libérées du genre parce que les sigles femmes hommes oppressent une partie de la population universitaire, normalisent les séparations genrées d’une espace, sont dépassés et discriminent les personnes qui ne se sentent pas représentées par la binarité homme/femme ». L’action était le fait de l’association CLEF*45.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1k
Titre Figure 24. Gender Neutral ADA Restroom Sign.
Légende Plaque officielle fabriquée sous l’égide de l’ADA (American with Disabilities Act), Département de la Justice américain47. Un petit effort est nécessaire pour s’empêcher d’interpréter l’indexicalité de la troisième silhouette : une demi-robe ? le vent d’ouest ?48
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14309/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jullier, « Sémiologie des toilettes »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.14309

Haut de page

Auteur

Laurent Jullier

Laurent Jullier est professeur d’études cinématographiques à l’IECA (U. de Lorraine), directeur de recherches à l’IRCAV (Sorbonne Nouvelle), membre d’ARTHEMIS (Concordia) et rédacteur en chef de Mise Au Point, revue de l’AFECCAV https://journals.openedition.org/map). Site personnel : www.ljullier.net. Courriel : laurent.jullier@sorbonne-nouvelle.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search