Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26ParutionsDeramond Julie, De Bideran Jessic...

Parutions

Deramond Julie, De Bideran Jessica et Fraysse Patrick (dir.). (Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations, recherches et médiations

Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2020
Emma Laurent
Référence(s) :

Deramond Julie, De Bideran Jessica et Fraysse Patrick (dir.). Scénographies numériques du patrimoine : Expérimentations, recherches et médiations. Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2 020. ISBN : 978-2-35768-125-5

Texte intégral

1Troisième publication réalisée dans le cadre du réseau Sic & Histoire, cet ouvrage, codirigé par Julie Deramond, Jessica de Bideran et Patrick Fraysse, brosse un portrait multidimensionnel des mises en scènes numériques d’institutions et d’objets patrimoniaux. À travers sept contributions proposées par des chercheu·r·ses issu·e·s des Sciences de l’information et de la communication, d’histoire et d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, il offre des perspectives de réflexion sur « les récits et les images créées dans un objectif de valorisation culturelle et patrimoniale, en examinant leur déploiement sur des applications de visite comme sur des sites et plateformes numériques » (p. 10). Ces derniers sont abordés au sein de trois parties dédiées aux nouvelles représentations du patrimoine (p. 31-101), aux nouvelles narrations et formes d’écriture (p. 103-155) et à l’interprétation, la collaboration, la participation et la co-construction (p. 157-254). L’ouvrage s’achève sur une présentation de l’ensemble des auteur·trice·s (p. 255-259).

  • 1 Flon, E. (2012). De la mise en scène à la fiction touristique. Espaces et société, 151, 85-101.
  • 2 À l’exception de l’un des dispositifs nombreux étudiés par Lise Renaud (une application mobile déve (...)

2Dès l’introduction, reprenant les mots d’Émilie Flon1, les codirecteur·ice·s de la publication nous proposent d’observer les scénographies numériques actuelles du patrimoine en tant qu’opportunité de « réenchantement » de l’expérience vécue par les publics (p. 11). Pour saisir les enjeux de ce phénomène, sont présentés des travaux menés sur la conception, la réalisation et l’« impact en termes de scénographie patrimoniale » (p. 13) de projets culturels développés dans plusieurs villes françaises2. Reste à savoir si, à l’issue de cette lecture, il nous sera possible de répondre au questionnement posé : avec ces initiatives numériques « le patrimoine se voit-il augmenter de nouvelles valeurs (scientifiques, mémorielles, citoyennes, etc.) ? » (p. 16).

Nouvelles représentations du patrimoine

3En guise d’entrée dans l’univers des représentations patrimoniales, les chapitres d’Étienne Anheim, Philippe Bernardi, Valérie Theis, Dominique Vingtain (p. 35-66) et de Julien Ferrando (p. 67-101) nous présentent deux projets développés en territoire avignonnais : l’HistoPad et IMAPI (Immersion Musicale en Acoustique Patrimoniale Immersive). Au fil du texte, nous plongeons dans les rouages de la conception de dispositifs réalisés en collaboration avec des équipes scientifiques interdisciplinaires.

4En début de chapitre, nous apprenons que l’HistoPad est une commande de la mairie d’Avignon auprès de la société Histovery (en co-production avec Avignon Tourisme) et à laquelle ont collaboré les auteur·ices (p. 37). Il s’agit d’une application sur tablette, proposant des reconstitutions visuelles (augmentées d’un audioguide préexistant) des salles du Palais des Papes et qui est accessible à l’ensemble des publics du lieu. Lors de sa création, l’un des enjeux majeurs pour les équipes a été de parvenir à transmettre des savoirs scientifiques sans pour autant les travestir (p. 62). Bien qu’il prenne place au sein du même lieu et qu’il traite (au moins en partie) des mêmes périodes de l’histoire, pour Julien Ferrando, le projet IMAPI tient davantage de l’« expérimentation » sonore. C’est une expérience immersive réalisée à partir d’un corpus de production musicale d’époque et de documents d’archives qui prend place dans la chapelle pontificale du Palais des Papes. Elle vise à reproduire, pour les publics actuels, les sons que l’on pouvait y entendre au xive siècle. Au-delà d’une création sonore, l’ambition de l’auteur est de permettre aux interprètes et aux publics de mieux « appréhender le nouveau territoire sensoriel des musiques médiévales » (p. 97).

5Ces deux dispositifs font appel aux sens des visiteurs de l’ancienne résidence pontificale et convergent vers une même finalité : les immerger dans l’histoire du Moyen-Âge en recréant « les ambiances [et les décors] historiques d’un lieu patrimonial » (p. 67). En somme, il s’agit, via des dispositifs numériques, de proposer des « hypothèses [de représentations] visuelles » (p. 62) (HistoPad) et sonores (IMAPI) rattachées à un discours et des savoirs historiques.

Nouvelles narrations et formes d’écriture

6En continuité des réflexions proposées en première partie, les chapitres de Nicolas Marqué, Géraud De Lavedan, Rémi Béguet (p. 107-132) et de Lise Renaud (p. 133-155), nous invitent à changer de focale pour nous intéresser aux données historiques et à la manière dont elles sont agencées pour interpréter et narrer le patrimoine. Cela se traduit d’abord par une contribution à propos du projet UrbanHist, initialement pensé par les archives municipales de Toulouse pour répertorier des données historiques et géographiques et auquel ont, après plusieurs années, été associés un enseignant-chercheur en histoire et ses étudiant·e·s de master (p. 130-131). Il s’agit d’un site web, d’une application de gestion et d’une application mobile réalisés à partir d’un système d’information géographique (SIG). Si dans un premier temps, UrbanHist a peiné à trouver ses publics, l’implication de la communauté universitaire dans le projet a permis de faire évoluer les dispositifs le composant et d’en faire un outil collaboratif. Il est toujours accessible à tou·te·s, mais constitue également un outil mobilisé par des chercheur·se·s pour partager et accéder à des informations historiques (p. 120), permettant son renouvellement constant. Ces deux entrées représentent « autant de niveaux de lecture et d’accès à l’information, […] [pouvant] servir de cadre et […] inspirer » (p. 125) la communauté scientifique, les acteurs culturels toulousains et les publics pour (re)penser une mise en scène territorialisée des données.

7Si, comme les premières chapitres I et II, celui-ci se centrait sur un cas particulier, l’ambition de l’étude menée par Lise Renaud est, à un niveau à la fois plus large et plus restreint, de catégoriser ces formes de narration du patrimoine et de définir la posture qu’elles attribuent aux publics. Considérant qu’il est « nécessaire d’observer ces dispositifs en fonction de ce qu’ils donnent à voir et à entendre aux visiteurs » (p. 133-134), la chercheuse propose une analyse sémio-pragmatique des caractéristiques d’une dizaine d’applications de visite (sur mobile et tablette) proposées par des institutions patrimoniales. L’approche mobilisée permet, à travers l’étude des processus de production de sens (p. 141), de dégager trois logiques de représentation des données : « le classement », « le commentaire » et « le substitut » (p. 151). Nous apprenons aussi que ces logiques ne sont pas propres aux dispositifs numériques et qu’elles sont valables pour des dispositifs analogiques : « majoritairement, l’étiquette autonyme classe, l’audioguide commente, la reconstitution et la maquette figurent » (p. 149).

Tableau 1. « Caractéristiques des récits d’écran d’interprétation patrimoniale » (p. 151)

Tableau 1. « Caractéristiques des récits d’écran d’interprétation patrimoniale » (p. 151)
HistoPad3

8Bien que différentes, les études exposées jusqu’à présent témoignent des pluralités de formes et mises en scène du patrimoine, essentielles pour contrer une standardisation des outils de médiation numérique (p. 153).

Interprétation, collaboration, participation et co-construction

9En troisième et dernière partie, les chapitres rédigés par Muriel Molinier (p. 161-191), Manon Istasse (p. 193-223) et Mélanie Bourdaa (p. 225-254), s’intéressent aux rapports entre publics et création de dispositifs numériques.

  • 4 L’institution est incluse car YODO a ensuite été commandé par le musée Saint-Raymond, le lieu d’acc (...)

10Le cinquième chapitre s’ancre dans l’univers muséal et propose les résultats d’une étude menée en 2016 à Toulouse, lors de l’événement international participatif Museomix, qui a lieu chaque année. Son objectif ? Regrouper des amateur·ice·s (les « museomixeur·ses ») pour penser, sur trois jours, des prototypes d’outils de médiation innovants. Dans ce cadre, Muriel Molinier et une équipe de chercheur·se·s du LERASS se sont plus spécifiquement intéressé·e·s à YODO (« You Only Die Once »), un prototype de dispositif de médiation portant sur les sarcophages paléochrétiens (p. 162). Il s’agit d’une application web permettant aux publics, par l’intermédiaire d’une vidéo de Jean-Greg, planificateur funéraire, de « créer leur sarcophage sur-mesure » (p. 174). Décalé et anachronique (on commande un cercueil comme on ferait ses courses en ligne), le dispositif déconstruit l’« image élitiste du musée […] par l’humour » (p. 178). Lors des observations, un des objectifs de l’équipe a été de questionner la patrimonialité de l’objet et son appropriation par les publics (p. 163). Pour l’autrice, « en mettant en œuvre mise en réalité […] et mise en projection […], [YODO] participe en tant que médiation à une suspension momentanée de la patrimonialité de l’objet archéologique, à travers son réenchantement et son actualisation » (p. 186). En d’autres termes, réactualise les logiques d’usage des publics en créant du lien entre l’objet patrimonial (et l’institution4) et la sphère privée.

11Dans le sixième chapitre, Manon Istasse livre une étude de cas portant sur un second projet collaboratif, cette fois-ci porté par le LabEx IMU (Intelligence des Mondes Urbains) de Lyon : FAB-PAT (pour « Partager la Fabrique du Patrimoine »). C’est une recherche pluridisciplinaire (sciences sociales, des données et de l’image) et internationale dont l’ambition principale est « la création d’une maquette 3D numérique évolutive, collaborative et participative du secteur de Lyon classé au patrimoine mondial de l’Unesco » (p. 198). Extérieure au projet, la recherche de l’anthropologue a consisté en la définition des formes et modèles de participation mises en œuvre dans le cadre de FAB-PAT. Ici, le projet est situé au croisement de deux modèles de participation : d’une part, « la volonté de distinguer professionnels et non-professionnels afin de contrôler et sélectionner les publications [qui] relève du participatif juxtaposé » (p. 207-208), et d’autre part, la volonté « de collecter des documents relatifs au patrimoine lyonnais et à la manière de le vivre au quotidien » ne pouvant être obtenus seulement par des critères professionnels (p. 208). Bien que complexe au premier regard, la dualité de ces modèles accentue le potentiel du développement de dispositifs numériques, ces derniers pouvant être considérés en tant qu’« opportunités d’innovation en termes de participation, de diversité et d’inclusion des publics » (p. 220).

12Le septième chapitre nous est proposé par Mélanie Bourdaa, qui revient sur les contours d’un projet de recherche-action pluridisciplinaire mené en Nouvelle-Aquitaine de 2015 à 2018, auprès de publics scolaires. L’objectif de MediaNum était « de réfléchir aux pratiques transmédiatiques applicables à la valorisation du patrimoine matériel et immatériel néo-aquitain » (p. 227). Cela s’est matérialisé par la mise en œuvre d’un dispositif d’Éducation Artistique et Culturelle autour de l’histoire de la célèbre Aliénor d’Aquitaine. Une fois les kits (application mobile, site web et outils hors ligne) mis à disposition de classes de 5e, des observations en classe, entretiens et focus groups ont été menés par des étudiant·e·s de master impliqué·e·s dans le projet (p. 242-243). De ce recueil, ont émergé plusieurs éléments : l’application est jugée peu intéressante, elle « n’apport[e] aucun élément nouveau […] au-delà de l’effet de fascination exercé par la courte animation en réalité augmentée » (p. 243). D’après les observations in situ, les élèves lui préfèrent les documents analogiques (comme « la grande carte du territoire ») qui leur permet de travailler en équipe (p. 244). Enfin, bien qu’il s’agisse d’un projet mis en œuvre dans le cadre pédagogique, il invite les collégiens à s’approprier le patrimoine de leur territoire et à participer à l’évolution de sa scénarisation.

13Orientées vers la participation des publics à la mise en scène du patrimoine, les trois dernières contributions de l’ouvrage contribuent à une redéfinition de l’implication des publics dans la création et la mise en œuvre des dispositifs de médiation (et des politiques culturelles).

14Habité par des contributions aussi denses que passionnantes, Scénographies numériques du patrimoine s’avère être un ouvrage clé dans l’appréhension des représentations numériques patrimoniales actuelles. Au fil des études de cas et des réflexions, nous comprenons que si les outils numériques n’ont pas pour vocation d’augmenter la valeur des objets patrimoniaux, ils contribuent tout du moins à leur mise en visibilité dans l’espace public. Enfin, l’ensemble des auteur·tice·s s’accorde sur un point : la nécessité d’œuvrer dans une perspective disciplinaire pour « dialoguer et […] construire un territoire commun d’expérimentation » (p. 95).

Haut de page

Notes

1 Flon, E. (2012). De la mise en scène à la fiction touristique. Espaces et société, 151, 85-101.

2 À l’exception de l’un des dispositifs nombreux étudiés par Lise Renaud (une application mobile développée pour le British Museum).

3 De Bideran, J. (2012). Infographie, images de synthèse et patrimoine monumental : espace de représentation, espace de médiation [thèse de doctorat, Université Michel de Montaigne - Bordeaux III]. HAL Thèses. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00751452

4 L’institution est incluse car YODO a ensuite été commandé par le musée Saint-Raymond, le lieu d’accueil de Museomix en 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. « Caractéristiques des récits d’écran d’interprétation patrimoniale » (p. 151)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/14401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Laurent, « Deramond Julie, De Bideran Jessica et Fraysse Patrick (dir.). (Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations, recherches et médiations »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.14401

Haut de page

Auteur

Emma Laurent

Emma Laurent est doctorante en Sciences de l’information et de la Communication à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 au sein du LERASS (EA 827).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search