Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26ParutionsMocquet Bertrand, Gouvernance, nu...

Parutions

Mocquet Bertrand, Gouvernance, numérique et enseignement supérieur : Une immersion dans la #TransfoNumDuSup

Paris, Presses des Mines, 2021
Clara Galliano
Référence(s) :

Mocquet, Bertrand (2020). Gouvernance, numérique et enseignement supérieur : Une immersion dans la #TransfoNumDuSup. Paris, Presses des Mines. ISBN : 978-2-35671-589-0 Prix : 35 €

Texte intégral

1L’ouvrage Gouvernance, numérique et enseignement supérieur : Une immersion dans la #TransfoNumDuSup est une version condensée de la thèse de doctorat rédigée par Bertrand Mocquet, sous la direction de Lise Vieira, et soutenue publiquement le 12 décembre 2017 à l’Université Bordeaux Montaigne. Cette monographie de 210 pages a été publiée dans la collection Design numérique des Presses des Mines dirigée par Pierre-Michel Riccio, accompagnée d’une préface signée par Pierre Lévy. Le travail présenté ci-après se décompose en cinq parties qui traitent respectivement de : l’état de l’art du système de l’ESR (p. 21-37), du cadrage de l’approche conceptuelle (p. 39-79), d’une démarche centrée sur les usagers (p. 81-123), de l’identification des acteurs (p. 125-154) et enfin de l’expérimentation des modèles de recherche (p. 155-174).

2L’introduction générale (p. 13-20) permet au lecteur d’en connaître davantage sur Bertrand Mocquet, les différents postes qu’il a pu occuper au cours de sa carrière (ingénieur informatique industrielle, créateur cybercafé éphémère, coordonnateur C2i2MEAD du MESRI, puis VpNum à l’Université Perpignan) et de découvrir l’origine de cette recherche doctorale qui est partie du constat suivant : « l’instabilité provoquée par l’arrivée du numérique dans les établissements de l’ESR a permis de faire évoluer le système universitaire, au point de tendre vers la création d’un nouveau point d’équilibre s’appuyant sur une nouvelle gouvernance du numérique universitaire » (p. 13-14). L’auteur nous dévoile ensuite le plan détaillé de l’ouvrage, les hypothèses et les sous-hypothèses retenues ainsi que la problématique centrale qui est la suivante : « en quoi l’évolution des usages du numérique conduit-elle à la nécessité d’une gouvernance du numérique universitaire ? » (p. 18).

3La première partie consiste à situer l’objet de recherche dans le contexte général de l’ESR français. À travers cet état de l’art, l’auteur s’intéresse à l’évolution des dispositifs TIC de 1992 à mai 2016. Tout d’abord, le positionnement du système universitaire français par rapport aux autres systèmes universitaires étrangers est étudié selon le point de vue de l’OCDE et de l’EUA. Ensuite, nous comprenons que les différentes réformes réalisées par l’Etat français ont suivi une certaine logique de management : le « New Public Management » (p. 24). Une précision est apportée quant à la définition de la gouvernance qui peut être différente selon le contexte de citation et la discipline qui l’étudie. Ici, la définition qui est retenue dans le cadre des établissements de l’ESR est celle de Lise Vieira, datant de 2016 : « l’utilisation de dispositifs formels ou informels dont le but est d’ouvrir à différents types d’acteurs privés ou publics la participation aux processus décisionnels et cela au-delà du cadre institutionnel » (p. 25). Enfin, les technologies numériques dans l’ESR sont listées sur quatre périodes : 1992-2000, 2001-2009, 2010-2013 et 2013-mai 2016. Pour chaque période, nous apprenons comment l’Etat a impulsé le numérique de l’enseignement supérieur avec un basculement notamment à partir de 2010, en distinguant les politiques du supérieur et de l’éducation nationale, puis un renforcement de l’engagement à partir de 2013 notamment avec la création statutaire d’un VpNum dans les universités, la création d’un réseau de référents numériques, la création d’une association des VP en charge du numérique et la création d’un référentiel de transformation numérique. Ce travail a ainsi permis la réalisation d’une frise chronologique disponible sur le carnet de recherche de l’auteur, en ligne sur la plateforme Hypotheses.org (p. 27).

4La deuxième partie est consacrée aux multiples courants de recherche utilisés en SIC et qui constituent l’approche pluridisciplinaire de cet ouvrage. Nous citerons : l’approche conceptuelle, la sociologie des usages, l’approche analytique et systémique, l’approche techno-centrée, l’approche évolutionniste et évolutive, l’approche de catégorisation sémantique, l’approche classique, l’approche hiérarchique, l’approche (micro)sociologique, l’approche transmissive ou encore l’approche communicationnelle. Cette partie vise à mieux comprendre les différentes perceptions du numérique (pratiques, usages, impacts, effets) de la part des acteurs de l’Université. Ainsi, le numérique peut être perçu à la fois comme un objet et un système technique, un vecteur de la communication humaine, un territoire, la forme d’un document ou encore un dispositif. L’auteur propose d’analyser l’ESR comme un ensemble d’organisation qui évolue au fil du temps. L’Université est une organisation singulière (p. 58) où plusieurs visions se complètent : une approche mécanique, un système humain vivant, une approche englobante de Commons et une approche écologique avec l’apparition de la notion d’« écosystème numérique » (p. 61). L’approche systémique, empruntée aux biologistes, permet d’aborder la notion de « régulation » dans un modèle où la gouvernance se retrouve à l’articulation de la régulation de l’Université qui développe les usages du numérique (p. 65). En plus de la théorie de la pensée complexe, l’auteur fait référence aux théories de l’acteur afin de s’intéresser à des individus en action tout en s’extrayant de la complexité des terrains, ainsi qu’à la logique de réseaux. En se basant sur les travaux de l’école de Palo Alto, Bertrand Mocquet étudie les relations dans le système de l’ESR selon les interactions suivantes : la relation au cadre réglementaire, la relation au public, les relations entre pairs et la relation à la connaissance (p. 71). En travaillant sur ce terrain, il nous révèle une analyse complète de la réalité en mêlant l’approche plurielle selon l’information, la communication et l’organisation.

5Dans la troisième partie, il s’agit de confronter deux approches : l’analyse des usages existants des membres de l’Université et l’existence de référentiel métier comme sorte de norme indispensable des usages du numérique (p. 81). Dans un premier temps, une analyse typologique est réalisée sur les étudiants en apprentissage pour mieux appréhender les publics des universités et leurs usages. Ensuite, l’auteur propose d’inverser son approche en travaillant cette fois-ci sur l’usage du numérique dans les établissements de l’ESR à travers des référentiels de compétences. Dans un deuxième temps, c’est la gestion des établissements qui est abordée. Depuis le développement de l’autonomie des universités, de nouveaux indicateurs ont été initiés avec six thèmes et plusieurs sous-thèmes, proposant une vision analytique du numérique à l’Université : on parle de l’ « autonomy scorecard » (p. 90). Cette approche analytique n’étant pas suffisante pour comprendre le numérique universitaire et sa gouvernance, Bertrand Mocquet s’est ensuite intéressé aux stratégies Top-down (s’appuyant sur les référentiels de compétences) et Bottom-up (s’appuyant sur les usages personnels), puis sur cette double approche des deux processus pour développer des usages du numérique dans l’ESR. Concernant la gouvernance du numérique universitaire, il s’appuie sur plusieurs définitions dont celles des collectivités territoriales et des Nations Unies. La mise en place d’une nouvelle gouvernance dans le cadre de la transformation/transition numérique des universités doit passer par un accompagnement des usages du numérique et par une consultation des besoins usagers en évitant l’imposition/l’injonction d’outil. L’analyse stratégique retenue s’appuie sur trois concepts : le système d’action concret, la zone d’incertitude et le pouvoir (p. 108-109). En se basant sur les travaux en sciences de gestion dans le domaine des organisations hospitalières, nous découvrons que les établissements de santé sont les précurseurs de la transformation de gouvernance notamment avec le modèle de Parsons comme outil d’analyse de la performance. Si nous revenons à l’objet d’étude, le système de l’ESR, la mesure de la performance concerne trois niveaux de l’organisation : l’individu, le service et l’organisation elle-même (p. 114), sans pour autant en oublier les usages du numérique. Enfin, l’auteur nous livre un diagnostic indispensable à la transformation numérique en observant le système d’un point de vue interne et externe. Le changement de gouvernance s’accompagne d’un changement de processus communicationnel : « nous assistons aujourd’hui à une cohabitation de pratiques communicationnelles top-down et transversales et même bottom-up » (p. 121).

6La quatrième partie permet d’identifier les acteurs du système en se basant sur trois études et rapports exogènes à l’ESR qui ont influencé la mise en place de la transformation numérique des établissements (p. 126). Le rapport de Bruno Meetling en 2015 influence le domaine de la formation, le domaine de la recherche en SHS, l’organisation interne des établissements. Le CNNUM en 2012 influence le domaine du conseil à la stratégie et le domaine de la formation également. Les nouvelles lois sur le numérique (dont la loi pour une République numérique de 2016 et la nouvelle loi travail) ont des effets sur l’organisation interne des établissements, sur les dispositifs de recueil des souhaits des citoyens, sur la communication entre citoyens et politique, puis sur la déconnexion maîtrisée à ces technologies (p. 135). Ensuite, l’auteur se base cette fois-ci sur trois dispositifs endogènes à l’ESR qui influencent le numérique universitaire. Il cite les acteurs-clés suivants : la MINES de la DGESIP en 2007, le rapport de Claude Bertrand en 2014, les UNR et UNT en 2003, la CPU, l’Amue, le plan stratégique FUN en 2013, ainsi que des associations professionnelles dans le numérique universitaire (CSIER, ADSI-ESR, VP-Num, ANSTIA, CUME). La stratégie de développement des usages du numérique englobe plusieurs éléments : un schéma stratégique du numérique, un schéma directeur du numérique, des services numériques à l’étudiant dans les universités, la formation au et par le numérique, l’enseignement à distance, les MOOC/SPOC et des lieux pour incarner le numérique. En annexe, l’auteur met à disposition du lecteur une cartographie des acteurs du numérique dans l’ESR, également disponible sur le site web de l’AMUE (p. 154).

7La dernière partie met en avant les résultats obtenus par l’auteur grâce aux observations participantes et à la superposition de plusieurs études cas réalisées entre 2012 et 2017, selon les travaux sur la représentation de Saint-Amant. Pour la première étude de cas, l’auteur analyse l’impact d’une généralisation de certification de compétences numériques à travers une étude qualitative et quantitative ciblant les étudiants entre leur entrée et leur sortie de l’Université. La deuxième étude cas porte sur le management du changement de cette transformation numérique à l’aide d’entretiens menés auprès des vice-présidents en charge du numérique de trois universités françaises. L’étude de cas 3 met en avant l’analyse des feuilles de route des différents personnels en poste suite à la création d’une association professionnelle des vice-présidents en charge du numérique des universités. L’étude de cas 4, similaire à la première, analyse cette fois-ci les usages du numérique au niveau des employés de l’université grâce à une enquête quantitative. La dernière étude de cas concerne les interactions entre le management et la transformation en réalisant une enquête quantitative et des entretiens semi-directifs. Chaque étude de cas est par la suite confrontée aux hypothèses et sous-hypothèses, sous forme de tableau.

8En conclusion générale (p. 175-180), l’auteur confirme le constat initial énoncé en introduction : « nous assistons ainsi à une double transformation numérique, celle de l’ESR et celle des universités, l’une enrichissant l’autre » (p. 175). L’approche systémique mobilisée, ainsi que les cinq études de cas réalisées ont permis de couvrir l’ensemble du processus de transformation numérique de l’ESR. Par la suite, les trois hypothèses de départ et les sous-hypothèses sont confrontées aux retours de la superposition des cinq études de cas. Selon Bertrand Mocquet, une nouvelle gouvernance du numérique maîtrisée permet aux universités de développer des spécificités et d’améliorer leur image de marque. Concernant les contributions du travail de recherche, elles concernent la construction personnelle de l’auteur et l’appréhension des enjeux de la gouvernance du numérique dans le contexte universitaire.

9Enfin, l’auteur fait quelques recommandations comme :

  • designer un porte-parole connu officiellement par les acteurs de l’Université ;

  • les usages du numérique doivent être pensés pour tous les publics de l’Université ;

  • la nouvelle gouvernance du numérique de l’Université doit s’appuyer sur des approches informationnelles descendantes et ascendantes ;

  • la nouvelle gouvernance doit canaliser son attention sur la finalité de l’action stratégique plus que sur les outils pour y arriver.

10Pour résumer cette lecture, nous pouvons confirmer tout l’enjeu de cette recherche menée par l’auteur et l’importance des décisions prises par les Universités en ce qui concerne le numérique, d’où « la nécessité d’une gouvernance numérique universitaire pour maîtriser la mutation en cours » (p. 10). Le rôle et les effets des dispositifs ainsi que les recommandations ministérielles dans l’évolution du système universitaire causée par le numérique ne sont plus à démontrer. Grâce au parcours de l’auteur, qui d’une part légitime sa position et d’autre part lui vaut une place d’expert sur ces questions, nous invitons la communauté universitaire (enseignants-chercheurs, techniques, administratifs et étudiants) à lire cet ouvrage pour prendre conscience de l’impact du numérique dans l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ainsi que de l’urgence pour les universités de se saisir de ces problématiques organisationnelles

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Galliano, « Mocquet Bertrand, Gouvernance, numérique et enseignement supérieur : Une immersion dans la #TransfoNumDuSup »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14426

Haut de page

Auteur

Clara Galliano

Clara Galliano est Doctorante à l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication au LabIMSIC et ATER à l’Unité de Formation et de Recherche sur l’ingénierie de l’internet et du multimédia de l’Université de Toulon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search