Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26ParutionsAntonutti Isabelle (Éd.). Figures...

Parutions

Antonutti Isabelle (Éd.). Figures de bibliothécaires

Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2020
Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel
Référence(s) :

Antonutti, Isabelle (Éd.). Figures de bibliothécaires. Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2020. ISBN : 978-2-37546-135-8 Prix : 29 €

Texte intégral

1Cet ouvrage est une prosopographie rédigée sous la direction d’Isabelle Antonutti, conservatrice des bibliothèques, responsable de formations, Médiadix, Pôle Métiers du livre à l’université Paris Nanterre. Elle a été assistée dans ce travail de Jean-Charles Geslot, maître de conférences en histoire contemporaine, d’Amélie Jehan, directrice adjointe du réseau des médiathèques de Nanterre, d’Agnès Sandras, chargée des collections d’histoire de France à la Bibliothèque nationale de France et de Cécile Swiatek, directrice adjointe des bibliothèques, Université Paris II Panthéon Assas.

2Ce livre vient combler un manque dans le domaine des sciences de l’information et des bibliothèques. Il s’agit d’un premier dictionnaire présentant des figures de bibliothécaires français ayant travaillé entre 1850 et 2017. Comme tout dictionnaire il n’est pas exhaustif, les auteurs ont dû opérer des choix mais il n’en reste pas moins un livre d’une grande richesse. Soixante-trois contributeurs, issus du monde des bibliothèques, pour l’écriture de cent notices. Ainsi soixante-dix-neuf hommes et vingt et une femmes sont présentés dans cet ouvrage.

3Dans l’avant-propos, la directrice de l’Enssib, Nathalie Marcerou-Ramel, souligne combien cet ouvrage permet de garder une trace de celles et ceux, qui en exerçant cette profession, ont contribué à la définir et à la faire évoluer. Elle rappelle aussi comment la profession de bibliothécaire est difficile à dater, et comment elle s’est structurée tout au long du xixe siècle avec notamment la création de l’école des chartes (1821) et du certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaires (1879). Ce dictionnaire reflète l’histoire de l’époque dont les bibliothécaires ont été les témoins et les acteurs, tantôt mobilisés, résistants, engagés dans des mouvements politiques ou en faveur de la lecture publique.

4Dans la préface, Jean-Yves Mollier, historien spécialiste de l’édition, du livre et de la lecture, explique comment le bibliothécaire est « dépositaire d’un savoir, passeur de culture, ouvreur de pistes, guide et conseiller de l’utilisateur ou du chercheur » (p. 11) pour qui, il pousse les portes d’un monde encore inconnu. Il relève aussi combien de nombreux bibliothécaires ont été des écrivains, des traducteurs, et des scientifiques « capables de résister et de s’opposer à tous ceux qui ne voyaient guère dans le patrimoine culturel que des vieilleries coûtant cher au budget de l’État » (p. 12).

5En introduction, Isabelle Antonutti écrit combien la discrétion est une exigence des métiers de médiations des savoirs. Pour elle, ce livre se situe entre une collecte d’histoires individuelles et une radioscopie d’un groupe social. Il vient cerner les formes du métier de bibliothécaire à travers des périodes, des institutions et des lieux différents.

6Au xixe siècle, alors que l’édition imprimée est grandissante, le bibliothécaire ordonnance les collections. Il catalogue, recense, organise, classe, compile, enrichit le fonds, le valorise par le biais d’expositions et de publications. Au xxe siècle, le travail sur les collections se structure et se normalise au niveau international.

7Un index des lieux (p. 259) permet d’entrer dans ce dictionnaire par la géographie. On y trouve des bibliothèques municipales (BM), des bibliothèques centrales de prêts (BCP), des bibliothèques spécialisées (bibliothèques Mazarine, Forney, de l’Arsenal, du Muséum d’histoire naturelle). Notons que les documentalistes Denise Ravage et Suzanne Briet sont évoquées dans ces espaces documentaires spécialisés. D’autres bibliothèques sont citées comme les bibliothèques nationales, les bibliothèques universitaires et les bibliothèques des administrations.

8La méthode utilisée s’attache d’abord à des critères temporels précis. 1850 correspond au début de la professionnalisation du métier. Les bibliothécaires sélectionnés ont consacré toute leur carrière à la fonction de bibliothécaire et ils ont travaillé sur le territoire français. Ils ont été les auteurs d’écrits professionnels, ils se sont démarqués par leurs choix culturels, politiques, sociétaux et intellectuels. Isabelle Antonutti explique la démarche des auteurs de ce dictionnaire : « chaque portrait est emblématique, il représente une partie du métier, une institution, une formation, une ville, une époque, un mouvement » (p. 27).

9Le travail réalisé dans l’écriture de cet ouvrage révèle une grande richesse des sources informatives. Pour reconstruire ces parcours de vie, les auteurs ont puisé dans un ensemble de sources indispensables : les archives administratives, les dossiers de service du personnel, les actes d’état civil, les bases généalogiques, les bases de données, les dossiers de la Légion d’honneur, les nécrologies, la presse professionnelle mais aussi les écrits des biographiés eux-mêmes ou leurs archives personnelles. Ces sources ont été complémentées par des témoignages de familles, collègues et amis.

10Les parcours de vie des bibliothécaires s’organisent autour de notices cohérentes. Plusieurs éléments identitaires sont rapportés : nom, prénom, dates et lieux de naissance et de mort, un chapeau reprend les épisodes marquants de la carrière. Puis, la biographie retrace des éléments de la vie personnelle, l’action en bibliothèque et les implications dans des associations, des mouvements… Des croisements sont opérés entre les parcours des biographiés.

11L’ouvrage retrace donc l’histoire de la profession, en révèle les évolutions, montre la pluralité des fonctions, des tâches. Les notices donnent à voir les formations initiales des personnes présentées : géographe, médecin, historien de l’art, professeur, archéologue. Les portraits écrits sont agrémentés de photographies d’époque, la plupart en noir et blanc : des portraits, des espaces documentaires ou des gravures. À côté de ces portraits, d’autres objets sont présentés. Les crédits photographiques permettent de lire la richesse de ces objets (tirages photographiques, gravures, peinture, timbre-poste, médaillon) et la richesse des lieux de conservation.

12Cet ouvrage constitue, sans aucun doute, un ouvrage de référence destiné à tous ceux qui s’intéressent aux professions du livre, notamment celles en lien avec l’univers des bibliothèques, de la documentation, de la bibliographie et de l’histoire du livre. Comme Isabelle Antonutti, nous espérons que cet ouvrage sera suivi d’un second tome ou d’une base de données qui permettra d’élargir ce corpus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel, « Antonutti Isabelle (Éd.). Figures de bibliothécaires »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14441

Haut de page

Auteur

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel

Cécile Dupin de Saint Cyr-Heckel est docteure qualifiée en sciences de l’information et de la communication et certifiée en documentation. Elle est chercheure au Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) à l’Université Toulouse III Paul Sabatier et membre de l’axe Information, Sciences, Savoirs, Pratiques (I2SP). cecile.heckel@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search