Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26ParutionsBouyahia Malek, Freitas-Ekué Fran...

Parutions

Bouyahia Malek, Freitas-Ekué Franck et Karima Ramdani (dir.). Penser avec Stuart Hall : Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall

Paris, La dispute, 2021
Olivier Pulvar
Référence(s) :

Bouyahia Malek, Freitas-Ekué Franck et Karima Ramdani (dir.). Penser avec Stuart Hall : Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall. Paris, La dispute, 2021. ISBN : 978-2-84303-303-2 Prix : 24 €

Texte intégral

1L’ouvrage sous la direction de Malek Bouyahia, Franck Fréitas-Ekué et Karima Ramdani convie le lecteur à une appropriation de la pensée de Stuart Hall, l’un des théoriciens majeurs du Centre For Contemporary Cultural Studies de l’Université de Birmingham en Grande-Bretagne. Il cherche à montrer que les traditions de réflexion minoritaires comme celles portant sur la classe ou encore le genre, ont produit les pensées des plus heuristiques. Le mouvement général de ce travail suit deux grandes phases qui décrivent un penseur à la marge (p. 61-151), puis les ruines de la gauche et l’hégémonie néolibérale (p. 153-242).

2Bouyahia et Ramdani introduisent sur la nécessité de ne point réduire la pensée de Hall aux cultural studies. La question postcoloniale apparaît transversale et essentielle à la compréhension de cette pensée. Le théoricien convoque l’expérience coloniale pour donner corps à sa critique de la société britannique, et envisage sa démarche intellectuelle selon l’expression de Cervulle (2008), « comme pratique politique » visant à en découdre théoriquement (p. 14). Le combat porte à la fois sur l’idéologie dominante et sur « les errements des siens » (p. 15). Kolja Lindner (chapitre 5) interroge l’hégémonie sous un angle critique pour en montrer la dimension heuristique. Lotte Arndt et Taous Dahmani (chapitre 3) traitent de l’impact de cette pensée dans le cinéma britannique, à partir du problème de l’altérité et de la représentation des minorisés.

3La démarche globale vise plus à montrer l’apport de l’œuvre de Hall dans une perspective postcoloniale, que de construire des objets spécifiques aux cultural studies d’un côté, et aux poscolonial studies de l’autre. Dans ce cadre, Maxime Cervulle (chapitre 1) saisit le sens des analyses prédominantes en France sur l’appréciation de l’altérité, marquées par la « prédominance de l’infrastructure » (p. 16). De son côté, Nelly Quemener (chapitre 4) invite à repenser la dimension intersectionnelle à travers le concept d’articulation, pour saisir autrement les discriminations dont sont victimes les populations subalternes prises dans l’enchevêtrement capitaliste.

4C’est ainsi que la critique hallienne de la postcolonialité vise un rapport de pouvoir effectif et historique. La race est conçue ici comme structure hégémonique pour mieux saisir le racisme postcolonial dans sa continuité et sa transformation des discours, sa tension entre le passé et le présent. Dans la tradition européenne d’une recherche qui use de concepts angoissants pour expliciter l’expérience sociale des acteurs (Maigret, 2003), Éric Maigret (chapitre 8), éclaire le pessimisme de cette pensée sur l’évolution des sociétés occidentales fondées sur l’efficience économique. Franck Freitas-Ekué (chapitre 6) fait écho à cette idée en approchant les banlieues françaises comme des « signifiants majeurs du néolibéralisme » (p. 21). Sans pour autant accorder une réalité intrinsèque à la race, Hall y repère un langage producteur de sens « (…) quand elle devient un système qui régule et dicte les conduites, qui hiérarchise et qui exclut et ostracise » (p. 22). James Cohen (chapitre 2) considère ces apports outre-Atlantique dans la sociologie des questions ethnoraciales.

5Par ailleurs, la réflexion du penseur jamaïcain sur la place des racisés dans la société britannique met l’accent sur la « violence épistémique » qui les représentent tels des « colonisés de l’intérieur » (p. 26), sur l’hybridité résultant de la relation centre-périphérie et différemment perçue selon que l’on est dominant ou dominé, sur enfin, la culture populaire dans son rapport aux logiques marchandes. Marc Lenormand (chapitre 7), examine le tournant autoritaire de la société britannique au prisme de cette contribution à la réflexion politique. Reprenons ces étapes une à une.

6Le chapitre 1 étudie l’opérationnalité de la conception des cultural studies en vue de tracer les contours du modèle d’« école critique » qu’a été le Centre for Contemporary Studies (CCCS) au sein de l’Université de Birmingham. Maxime Cervulle établit un lien entre « l’articulation systématique des mouvements théoriques engagés dans le Centre avec la mise en place de nouveaux principes organisationnels » (p. 66)

7Des tensions théorique et pratique au CCCS, résultant des difficultés à effectuer un « travail critique collectif » sont à l’origine du départ de Stuart Hall en 1979. Elles ne réduiront pas l’importante contribution du Centre dans la mise en cause des modèles traditionnels de production de la connaissance au plan des identités prises dans la conflictualité sociale, comme pour les questions du fonctionnement institutionnel de l’Université.

8Le chapitre 2 examine les difficultés rencontrées par l’œuvre de Hall dans le champ des études ethniques et raciales aux États-Unis. James Cohen passe en revue le travail d’une quinzaine de chercheurs représentatifs des ethnic and racial studies, caractérisées par une présence plus forte des sciences sociales que des cultural studies marquées par la recherche littéraire.

9Le travail de Hall consacré aux identités en construction et en mouvement échappe à l’analyse des chercheurs qui s’intéressent davantage au concept de race qu’à celui d’ethnicité. Il est peu référencé chez ceux qui rendent compte des questions raciales mais qui dans le même temps, tiennent à distinguer des dynamiques plus proches du pôle ethnique ou ethnoculturel, et s’efforcent même d’explorer en permanence la dialectique entre race et ethnicité. En revanche, lorsque les études ethniques/raciales se rapprochent des études culturelles ou se combinent avec elles (anthropologie, études des médias, du cinéma ou des lettres), l’œuvre de Hall a plus de chance de figurer dans les références des auteurs du champ.

10Le chapitre 3 observe les interactions entre les théories culturelles et les films de John Akomfrah, artiste, écrivain, réalisateur, scénariste, théoricien et conservateur britannique d’origine ghanéenne. Lotte Arndt et Taous Dahmani entreprennent d’analyser deux projets du réalisateur qui relatent les bouleversements politiques et culturels du xxe siècle à travers la figure et la pensée de Hall. Elles mettent ces propositions filmiques en perspective avec le cinéma Noir britannique militant des années 1980.

11La rencontre avec l’action du Black Audio Film Collective, dont Akomfrah est membre, se fait autour du refus de l’essentialisme, et dans le cadre d’un projet politique antiraciste. Le travail de ce collectif montre les migrations postcoloniales comme la résultante d’une histoire impériale ; il use d’un « langage capable de révéler les histoires minorisées et oblitérées » (p. 117) ; il insiste sur les actions partagées par des groupes de populations racisées, issus des anciennes colonies britanniques, pour en exposer la force fédératrice. Ce travail collaboratif tant au plan esthétique que politique du cinéma Noir britannique militant de l’époque, reste valable dans une formation sociale confrontée aujourd’hui encore au racisme et aux divisions sociales.

12Le chapitre 4 revisite l’approche intersectionnelle à l’aune du concept hallien d’articulation, peu sollicité par les SHS, dans la compréhension de « l’intrication des rapports de classe, de race et de genre ». L’approche propose de « décentrer l’attention de la seule question du genre pour penser les multiples facteurs d’oppression », lorsque le concept permet « de distinguer différentes échelles d’analyse, différents niveaux d’articulation, ainsi que d’insister sur l’importance des conjonctures historiques et du contexte ». L’une souligne les « croisements des rapports sociaux », l’autre s’interroge « sur les conditions de leur articulation » (p. 130).

13Nelly Quemener envisage ainsi l’apport de l’articulation à l’approche intersectionnelle partant de « la généalogie de cette dernière et des discussions qu’elle a pu susciter ». Elle saisit ensuite l’articulation comme « épistémologie alternative » pour « rendre compte de la façon dont elle permet de répondre à certains points aveugles de l’analyse intersectionnelle et opère en miroir des approches par la consubstantialité et l’assemblage » (p. 130)

14Ouvrant la seconde partie, le chapitre 5 offre un résumé critique des réflexions de Gramsci, avant d’esquisser la contribution hallienne à la théorie de l’hégémonie ainsi que ses limites, pour élaborer un outil d’analyse de la domination politique. Kolja Lindner cherche à réhabiliter le concept dans le cadre d’une théorie sociale critique.

15Selon l’auteur, cette contribution se situe d’abord au plan de sa réflexion théorique dans le cadre du débat marxiste, ensuite au plan de son analyse d’une politique hégémonique concrète (le tatchérisme). Il la place au niveau des deux dimensions qui constituent le concept, l’une stratégique qui vise la formation d’alliances composites, et l’autre motivationnelle qui traite de sa plausibilité mentale d’un ordre dominant. Ainsi reformulé, le concept d’hégémonie conserve « une valeur analytique importante pour saisir un certain mode d’acquisition et d’exercice de la domination politique dans les sociétés caractérisées par des structures d’inégalités sociales (race, classe, genre) » (p. 175)

16Le chapitre 6 reprend une histoire des idéologies marquant les banlieues populaires et postcoloniales entre les années 1980 et 2000, à partir du triptyque théorique marxiste idéologie-hégémonie-articulation. Observant le discours des acteurs de la banlieue parisienne et de ses artistes urbains, Franck Freitas-Ekué fait l’hypothèse d’un déplacement idéologique où l’expression d’un « socialisme de cité » a laissé place à un « néolibéralisme de cité » : le facteur racial joue un rôle déterminant dans cette « conquête » néolibérale, modèle de gouvernance qui aurait « réarticulé position des classes subalternes et intérêts de la classe bourgeoise par un travail de re-signification idéologique de la race par laquelle se vit l’expérience de classe » (p. 178)

17La « racialité néolibérale » selon Freitas-Ekué, dépasse les frontières états-uniennes, et occupe une position hégémonique au sein de l’espace transnational de l’Atlantique noir, y compris en Europe, au point d’agir sur la composition spécifique de leur discours racial. La culture populaire est le théâtre d’une ambivalence idéologique : les productions culturelles reproduisent un discours révolutionnaire autant qu’elles font la promotion de sa lecture entrepreneuriale et individualiste.

18Dans le chapitre 7, Marc Lenormand réhabilite l’apport de Hall à la réflexion politique sur la société britannique contemporaine, notamment sur le type de projet, d’idéologie et de stratégie politiques porté par le parti conservateur britannique sous l’impulsion de Margaret Thatcher à partir de 1975.

19Le CCCS saisit les paniques morales et le renforcement de l’appareil sécuritaire répressif d’État comme un tournant autoritaire face à la crise de l’hégémonie dans la Grande-Bretagne des années 1960-1970. Hall élabore la notion centrale de « populisme autoritaire » pour rendre compte des contours idéologiques et politiques du thatchérisme. Il s’intéresse enfin, « à la restructuration du capitalisme, aux possibilités de lutte qu’elle crée ainsi qu’aux mécanismes par lesquels les conservateurs ont réussi à imposer leur projet » dans le temps (p. 202).

20Au chapitre 8, Eric Maigret conclut sur la pensée et l’action de Hall partant de la conviction gramscienne d’une nécessité d’« allier le pessimisme de l’intellect à l’optimisme de la volonté » (p. 225). Il inscrit le théoricien dans la lignée des penseurs critiques classiques et rappelle la forme politique concrète qu’adopte cette conviction : prendre en compte à la fois, des oppressions de genre et de race au-delà de la seule classe et dans plusieurs contextes de crise, mais aussi l’ouverture des cultures et la fermeture du racisme.

21Loin de toute idée de théorie générale, considérant la pertinence de ses positions, Hall demeure un intellectuel incontournable. Sa volonté de comprendre le succès du thatchérisme, se distingue nettement du simple rejet pratiqué par les mouvements de la gauche britannique. Cette situation est le produit de « l’impuissance de la gauche à réagencer de façon crédible une proposition idéologique globale » (p. 238), mais aussi d’un « échec à rénover sa propre pensée » (p. 242).

22Finalement, l’ouvrage remporte son pari de guider le lecteur pour Penser avec Stuart Hall, en phase avec l’originalité du grand intellectuel, avec celle de ses approches scientifiques et positions politiques. Deux textes inédits du penseur, l’un portant « sur la place des politiques culturelles dans la conjoncture raciale aujourd’hui » (p. 32), l’autre évoquant la construction des discours développés par l’Europe pour approcher la différence culturelle (p. 46), traduits par Séverine Sofio, sont placés en ouverture de ce travail. Une manière pour les auteurs de rappeler à la suite du théoricien, que toute démarche de changement devrait pouvoir faire l’objet d’une réflexion critique au profit d’un humanisme vrai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pulvar, « Bouyahia Malek, Freitas-Ekué Franck et Karima Ramdani (dir.). Penser avec Stuart Hall : Précédé de deux textes inédits de Stuart Hall »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 mai 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/14471

Haut de page

Auteur

Olivier Pulvar

Olivier Pulvar est Maître de conférences en SIC, Université des Antilles. Chercheur au Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales (LC2S-CNRS UMR 8053)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search