Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierIntroduction

Dossier

Introduction

L’antiféminisme aujourd’hui : réseaux, discours, représentations
Céline Morin et Julien Mésangeau

Texte intégral

Saisir les contours de l’antiféminisme

1Manosphère, masculinisme, antiféminisme, suprématie masculine, renouveau du backlash… Comme souvent, les termes varient pour désigner un même élan de résistance contre l’égalité de genre. Autrefois perçue comme une microsphère de « trolls » ou d’« antisociaux » à l’impact marginal sur la sphère publique, la manosphère est désormais de plus en plus reconnue pour son interconnexion croissante avec d’autres sphères antidémocratiques. Cette reconnaissance intervient dans un contexte plus large de droitisation de la société où une droite radicale s’est réapproprié des thématiques propres à l’intimité des individus, relatives à la vie affective et à celle domestique. A l’instar de l’alt-right américaine, droite radicale identitariste blanche façonnée en réaction aux thématiques de la justice sociale, cette droite radicale française est connectée, jeune, aux engagements diversifiés mais dont les discours obéissent à une thématisation nécessairement circonscrite aux sujets de la race, du genre, et la place de ces catégories dans la démocratie et les rapports homme-femme : féminisme, transidentité, immigration, patriarcat. Par exemple, face à l’imminent danger du « grand remplacement », les discours ne vont pas seulement prôner la cessation des flux migratoires. Les acteurs de la manosphère appellent également à une résurgence d’une natalité « de souche », plaidant pour un retour à l’utopie domestique des années 1950 composée d’un homme protecteur, d’une femme au foyer et d’une sexualité – par devoir envers dieu et/ou la société – inséparable de la procréation.

2A l’échelle de la société française, une droitisation s’infiltre à tous les niveaux de la société, tant sur le plan politique qu’économique et environnemental. Cela inclut divers phénomènes comme le recul socioéconomique, la xénophobie, le soupçon de corruption des « élites », ou encore le déni du réchauffement climatique. En outre, la dimension des relations de genre reste une origine sous-explorée de ce phénomène, bien que des auteurs comme Alain Soral ou Éric Zemmour aient commencé à l’aborder dès le début des années 2000. Cette dimension est également une raison majeure de l’engouement pour ces idéologies. Depuis les années 1970, certains groupes se sont formés autour de l’idée du « masculinisme », critiquant une société accusée d’être « gynocentrée », c’est-à-dire centrée sur les intérêts des femmes. Cette opposition entre un féminisme prétendument dominant et un masculinisme perçu comme sacrifié se base sur le « mythe de l’égalité déjà atteinte » (Delphy, 2007) et manifeste une grande frustration liée à l’amour et à la sexualité, surtout depuis que ces concepts ont été redéfinis selon des critères plus égalitaires (Beck et Beck-Gernsheim, 1995 ; Giddens, 2004 ; Kaufmann, 2010 ; Singly, 2016).

3Dans la lignée du slogan « le privé est politique », l’étude féministe des médias de masse a rapidement considéré la publicisation, fictionnelle ou non, des thématiques privées. Qu’il s’agisse de la valorisation de problèmes jugés triviaux, voire vulgaires, ou des effets de légitimité culturelle, l’objectif sous-jacent était le plus souvent de revaloriser les pratiques domestiques. L’analyse de la manosphère s’inscrit à la fois en continuité et en contradiction avec cette posture : en continuité, car les travaux, en France comme à l’international, montrent clairement l’omniprésence d’assertions et de débats autour de l’amour et de la sexualité ; en contradiction, car il ne s’agit pas tant de revaloriser que de saisir les reconfigurations public-privé de publics antiféministes. Reliant les deux approches, la posture compréhensive fait souvent office de boussole, bien que le cap ne soit pas facile à préserver : des ouragans de haine se déchaînent dans ces sphères, certes, mais ils sont quasi invariablement accompagnés de témoignages de souffrance, rejet, incompatibilité, asociabilité.

4De fait, l’étude des mouvements féministes ne peut faire l’économie des antiféminismes, dont la contre-offensive a été immédiate suite à l’émergence de revendications sociales organisées contre le sexisme (Bard, 1999). Le terme « manosphère » lui-même est attribué à Ian Ironwood, marketeur pornographique et auteur de The Manosphere : A New Hope for Masculinity (La Manosphère : Un nouvel espoir pour la masculinité), autopublié en 2013 dans une maison d’édition nommée Red Pill Press (Ging, 2017). Il s’agissait déjà de décrire les ensembles disparates de blogs, forums et sites web qui offrent des espaces de discussion aux hommes sur les problèmes propres à la masculinité (allant du bien-être et de la culture physique jusqu’à des radicalisations misogynes). Dans le champ scientifique, le terme est réapproprié à compter de l’article clé de Debbie Ging, publié en 2017.

5Au-delà de publications faisant émerger un phénomène en cours de définition, il nous parait important détourer les espaces en ligne où s’articulent les différents publics, ceci afin de cartographier leurs revendications et d’identifier les lieux de leurs communications privées ou publiques. En effet, d’importants travaux ont été menés sur les terrains anglo-saxons de la misogynie (Dickel & Evolvi, 2022 ; Ging, 2019 ; Gotell & Dutton, 2016 ; Lilly, 2016), qui peuvent continuer d’être discutés, mais l’exploration des sphères francophones reste timide : quelques travaux ont bien été menés sur le mouvement des « artistes de la drague » (Gourarier, 2014) ou sur celui des « droits des pères » (Vogel & Verjus, 2013). N’étant pas encore un objet de recherche consolidé, parfaitement balisé avec des entrées théoriques et méthodologiques éprouvées, les discours masculinistes et leurs réponses contre-masculinistes ne sont pas encore sujets d’une montée en généralité qui consisterait, par exemple, à problématiser l’introduction de ces discours dans le champ des argumentaires légitimes des politiques. D’ailleurs, lors du début du projet de recherche « Cartographier la manosphère » financé par l’Institut du Genre, nous étions confrontés à une invisibilisation du phénomène dans les médias. Le terme même de « masculinisme » était confidentiel, principalement réservé aux sphères militantes. Le public connaissait vaguement celui de « incel » (« célibataires involontaires »), utilisé dans la sphère en ligne des gamers pour désignés de jeunes hommes vierges subissant un célibat du fait de leurs traits peu attractifs (physique, classe sociale, comportement…). Le terme est d’ailleurs resté connoté négativement, et ce jusqu’au sein du public masculin où les incels sont globalement perçus comme des personnes trahissant la masculinité, qui se victimisent plutôt que de se reprendre en main.

6Une recherche des termes clés (« masculinisme », « manosphère », « antiféminisme ») dans la base de données Europresse montre une amorce de médiatisation à compter de 2021. Libération, que l’on pouvait attendre frontalement sur le sujet, occupe une position à priori ambivalente : premier quotidien national à utiliser le terme, il ne le mentionne qu’une seule fois en titre (« Masculinisme, xénoféminisme et « new romance » », 21/02/2019). La lecture des articles montre un usage courant, le terme semblant suffisamment intégré dans la structure analytique pour ne pas nécessiter de mise en avant particulière. Le Monde et L’Humanité sont les deux journaux qui lui laissent une place, s’interrogeant pour le premier sur le « Regain de masculinisme, une pensée réactionnaire aux origines millénaires » (13/04/2024) ou proposant « une tentative d’approche du mouvement masculiniste » (17/04/2024), « #metoo face à une contre-révolution idéologique » (15/10/2022) ; alliant critique du masculinisme et des médias de masse pour le second (« Masculinistes : nouveau fléau des réseaux sociaux », 10/04/2024), « Les masculinistes et le business de la séduction en ligne » (08/03/2024). Même Le Figaro ne peut plus ignorer le terme, fusse pour produire un « petit éloge de l’homme construit » sous la plume de l’éditorialiste réactionnaire Eugénie Bastié. De façon plus progressiste, les colonnes Débats de La Croix font figurer le terme à l’occasion d’une revue d’un « Outil d’analyse des rapports de domination », faisant la distinction entre « l’idéologie du genre » et « les études de genre ». L’actualité est grandissante sur ce sujet et les universitaires publiant sur la question depuis de nombreuses années, comme Christine Bard, Mélissa Blais ou Francis Dupuis-Déri, y trouvent leur place d’expertise.

7Une approche historique permet de relier les mouvements antiféministes aux racines des mouvements protoféministes comme une contre-offensive, sinon immédiatement stabilisée, du moins immédiatement exprimée. Une approche sociologique ouvre la voie à une compréhension de l’intrication des mécanismes structurels et subjectifs conduisant au mythe de la société gynocentrée et aux réseaux masculinistes.

8Il nous apparaît urgent de réagir, dans des médias de masse qui forment nos objets d’étude, d’une nouvelle étape que sont les réseaux masculinistes et/ou antiféministes. Les sciences de l’information et de la communication ont lentement mais sûrement pris un tournant du genre (Coulomb-Gully), accusant un certain retard sur le développement des différentes studies anglo-saxonnes (gender studies, queer studies ou women studies notamment) qu’elles semblent avoir rattrapé depuis, si l’on se fie à l’accroissement franc des thèses et travaux publiés sur le sujet. Pourtant, même comblées, ces lacunes continuent d’avoir des conséquences : le temps pour les sciences sociales de problématiser et objectiver la troisième vague du féminisme, des publics ont eux-mêmes organisé une contre-offensive en actualisant leurs alliances, leurs actions et discours, leurs scènes. La Manif pour Tous (anciennement étiquetée Familles Chrétiennes et maintenant devenue le Syndicat de la Famille) ou encore l’offensive médiatique de Vincent Bolloré, forment quelques-uns des acteurs d’une conjoncture sociopolitique complexe.

9L’introduction de ce numéro est aussi l’occasion de proposer une base définitionnelle. Par antiféminisme, nous désignons l’ensemble des discours, actions et mouvements visant à s’opposer aux idées, actions militantes et progrès du féminisme, souvent en cherchant à maintenir ou restaurer des hiérarchies de genre traditionnelles et en contestant les revendications d’égalité de genre. Par masculinisme, nous désignons une idéologie et un ensemble de pratiques qui valorisent et défendent une vision traditionnelle et essentialiste de la masculinité, souvent en réponse au féminisme, en affirmant que les hommes sont injustement traités dans la société contemporaine et en promouvant un retour à des rôles de genre traditionnels et hiérarchiques.

Présentation des articles

10Quels sont les publics de la misogynie et de l’antiféminisme, et quelles sont les dynamiques entre ces groupes et sous-groupes ? Quelles demandes sociales et quels régimes affectifs soutiennent-ils ? Sur quelles représentations du monde social et des rapports de genre se basent-ils, quels sont les ordres symboliques et les régimes visuels qu’ils privilégient ? En ligne de mire, l’ambition doit être forte de porter une analyse conjoncturelle de l’antiféminisme qui puisse saisir « le dominant, le résiduel et l’émergent » (Williams, 1977) : à travers quelles formes communicationnelles les antiféminismes s’imposent-il aujourd’hui, dans quels contextes socioculturels, sur quels diagnostics socioéconomiques ou encore dans quelles dynamiques transnationales ?

11Ce projet de numéro vise donc à comprendre les effets de réseaux antiféministes et les discours masculinistes. Il accueille des propositions sur les espaces et les contextes de l’antiféminisme, en se concentrant sur les réseaux, les discours et les représentations. Ce numéro constitue une base de discussions sur un terrain qui reste largement à défricher et pour lequel la comparaison internationale et interculturelle nous a semblé être la meilleure approche.

12Le choix éditorial a donc été d’explorer la variété des idéologies de l’antiféminisme, via des entrées linguistiques, culturelles ou nationales : sphère anglophone, Grèce, Canada, pays nordiques et France bien sûr via une analyse de formats très contemporains et sous-étudiés que sont les podcasts.

13Ouvrant ce numéro par la sphère matricielle qu’est la manosphère anglophone, la proposition de Louis Bachaud articule tour d’horizon et revue de la littérature, afin de restituer de ces publics « leur histoire, leurs idées-phare, leur rapport au féminisme, ainsi que leurs idéologues et plateformes emblématiques ». Les ouvrages canoniques sont passés en revue, depuis l’offensive des “droits des hommes” des années 1970 et du renouveau de la première occurrence “manosphère” formulée par Ian Ironwood, jusqu’au militant Paul Elam, figure de proue du mouvement contemporain. Les formes organisationnelles sont judicieusement mises en lumière, distinguant les mouvements proches du militantisme traditionnel (« organisation hiérarchique, branches locales, congrès annuel »…), de ceux plus éclatés des sphères en ligne – le tout, en envisageant les continuums en ligne – hors ligne. Louis Bachaud revient également sur les concepts, lexiques et mythes qui forment les clés de voûte du mouvement – red pill, hypergamie, société gynocentrique, etc. Dans une deuxième partie, il revient sur les principales méthodes d’analyse : études algorithmiques, études de terrain, jusqu’aux propositions réflexives de ce qu’implique la veille de communautés violentes. Les lecteurs et lectrices trouveront dans cette proposition d’ouverture une revue critique fort utile qui, si elle n’est pas exhaustive, permet de (re)faire le point sur les points cardinaux – divergents ou convergents – de ces groupes idéologiques qui forment la manosphère.

14Dans « Discours antiféministes à l’ère numérique : le cas d’un contre-public grec », Dimitra Laurence Larochelle explore les contre-publics grecs de l’antiféminisme. La montée en visibilité des violences faites aux femmes et des revendications féministes au sein de la sphère publique grecque a été accompagnée par l’émergence d’un contre-public antiféministe sous le nom ODEM (ΟΔΕΜ – Όχι Δεν Είσαι Μισογύνης). Les membres de ce contre-public se réunissent autour d’un blog et d’une page Facebook créés en 2019. Dans une perspective combinant analyse des représentations et sphère publique fraserienne, basée sur les articles publiés sur le blog d’ODEM et sur une observation de la communauté numérique, l’auteure recense les stratégies adoptées par le contre-public pour disqualifier le féminisme et idéaliser une certaine forme de masculinité. La première d’entre elles est une variation de la “société gynocentrée” de la manosphère anglophone : “l’inégalité des genres telle que présentée par les féministes n’existe pas en réalité”, de sorte que “les théories et/ou les études qui font preuve du contraire sont construites, biaisées, mensongères et servent les intérêts des féministes”. Deux événements renforcent par ailleurs l’argument : à l’occasion de la fête nationale grecque du 28 octobre et suite à l’accident ferroviaire du 1er mars 2023 où 57 personnes ont perdu la vie, le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a adressé un discours au peuple grec pendant lequel il a remercié les personnes qui ont contribué au sauvetage des survivants en disant « merci aux Grecques et aux Grecs… ».

15Le troisième article est intitulé « Le trolling et la cybersurveillance comme tactique antiféministe. Une cartographie des cyberviolences en France et au Québec ». Elena Waldispuehl y étudie les cyberviolences comme des « armes politiques et répressives », c’est-à-dire non pas comme des manifestations de violences individuelles (émises seulement par des trolls ou des individus isolés) mais comme une véritable stratégie des acteurs antiféministes visant « l’épuisement militant des féministes” qui “ne se demandent pas si ces violences les cibleront, mais plutôt quand ». Revenant sur les stratégies employées, l’auteure propose une typologie en quatre catégories : « harcèlement », « intimidation », « agressions » et « diffamation ». L’insécurité, réelle et ressentie, chez les actrices militantes ciblées conduit à des comportements adaptatifs comme l’autocensure, la déconnexion ou le désengagement. L’article met également en lumière la manière dont ces cyberviolences modifient durablement les trajectoires militantes et personnelles des féministes ciblées.

16Dans « Les “sorcières sans honte” et les “putains de la tolérance” : la résistance féministe et les circuits affectifs de la haine en ligne”, que nous proposons ici dans une version traduite en français, Jenny Sundén et Susanna Paasonen décrivent des exemples de tactiques contre-masculinistes employées dans l’espace public de pays d’Europe du nord. Ces tactiques – regroupées sous le label « sans-honte » (shameless-ness) – ont un rôle qui, bien que ludique, n’en est pas moins important : elles protègent les femmes progressistes des récits où l’on en fait des « putes », adeptes d’un fétichisme racial, toutes aussi dangereuses pour l’identité et le patrimoine national que les immigrés musulmans et violeurs qui envahissent le territoire de la Suède et de la Finlande. En Suède, le sans-honte implique par exemple la réappropriation du terme « hagga » (sorcière). Une étiquette normalement honteuse – car associée à la laideur, l’aigreur et la solitude affective – devient ainsi un symbole positif dans un imaginaire collectif humoristique. En Finlande, l’étiquette de « suvakkihuora » (littéralement « pute tolérante ») est employée sur les forums anti-immigration afin de moquer les femmes défendant une vision multiculturelle de la société, et offrant le passage sur le sol national aux immigrés illégaux qui ne manqueront pas de les violer plus tard. Tout comme hagga, suvakkihuora est réapproprié avec humour par ces mêmes femmes pour résister à la haine. Sundén et Paasonen sont spécialement attentives aux dynamiques affectives de la stigmatisation et du refus de celle-ci, ainsi qu’aux actes de résistance liés à l’appropriation linguistique des termes dérogatoires. Elles offrent ainsi une lecture prenante où sont en bascule une haine des femmes, diffusée en ligne, visant à donner honte, à intimider, et, de l’autre côté, des femmes qui – sans-honte – s’approprient des termes péjoratifs, transformant au passage tout sentiment de honte en véritable fierté. Ainsi, des mouvements comme « Shameless Extinction » en Suède encouragent les femmes à occuper l’espace public sans éprouver la moindre honte, et d’y créer des contre-imaginaires féministes.

17Enfin, dans « L’antiféminisme à l’écoute : les Podcasts comme nouveau format émergent des discours antiféministes », Gulnara Zakharova et Olivier Peria explorent l’émergence des podcasts comme nouvel espace d’expression pour les discours antiféministes. Le matériau analysé est le podcast « 10 000 pas », produit par l’un des Youtubeurs stars de l’extrême droite sur les médias sociaux durant la décennie 2010, le créateur surnommé le Raptor. Nous y découvrons ce podcast, que le Raptor présente sous l’angle vendeur du développement personnel, mais qui promeut avant tout une nouvelle ascèse, à fonder sur une masculinité traditionnelle et une vision “authentique” des relations hommes-femmes. En somme, comme souvent dans le milieu masculiniste, le Raptor transpose ici une recette éprouvée par le public anglophone avec « 12 règles pour une vie, un antidote au chaos », livre écrit par la coqueluche des sphères réactionnaires américaines : Jordan Peterson. Le Raptor et son public souhaitent, eux aussi, réhabiliter une « masculinité patriarcale », actuellement menacée par l’ « hégémonie féministe », qui impose dans les médias, la vie politique et culturelle, des modèles masculins efféminés et socialement dévalorisés, tels que l’« homme-soja » (homme vegan efféminé), le « male beta » (mâle dominé) ou encore le « beta-cuck » (mâle dominé destiné à être cocufié et y prenant plaisir). Ainsi, Zakharova et Peria décrivent avec finesse comment les thématiques abordées dans le podcast – le sport principalement mais aussi les relations amoureuses ou encore la santé mentale – sont toutes imprégnées de ce discours réactionnaire et antiféministe, où la résolution de tout problème nécessite, dans un premier temps, que l’homme affirme sa nature masculine, ses différences intrinsèques, et le bien-fondé des rôles genrés traditionnels.

18Cartographier la manosphère n’est pas une mince affaire : des discours anciens côtoient des réseaux en ébullition, les jeux algorithmiques, sans être simplement déterministes, en retracent les chemins, ses influences se jouent à l’intra- et à l’international, ses affects sont à la fois omniprésents et contrariés par un refus viriliste des émotions… Tout cela forme autant d’axes solides que de problèmes mouvants. À l’heure où les travaux sur « l’extrême-droite en ligne » commencent à proliférer, ce numéro vise à livrer une perspective volontairement précise, espérons-le aussi aboutie, sur l’un de ses foyers les plus chauds : les rapports de genre, l’amour, la sexualité, la sphère intime.

Haut de page

Bibliographie

Bard Christine, Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

Beck Ulrich, Beck-Gernsheim Elisabeth, The Normal Chaos of Love, Cambridge, Polity Press, Blackwell, 1995.

Dagnaud Monique, Génération Y, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

Delphy Christine, « Le mythe de l’égalité déjà là : Un poison ! », Conférence prononcée à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF), 11, 2007.

Dickel Vanessa, Evolvi Giulia, « “Victims of feminism” : Exploring networked misogyny and #MeToo in the manosphere », Feminist Media Studies, 2022, pp. 1‑17.

Giddens, Anthony, La Transformation de l’intimité : Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Rodez : Éditions du Rouergue, 2004.

Ging Debbie, « Alphas, Betas, and Incels: Theorizing the Masculinities of the Manosphere », Men and Masculinities, 22, 4, 2019, pp. 638‑657.

Gotell Lise, Dutton Emily, « Sexual violence in the ‘manosphere’: Antifeminist men’s rights discourses on rape », International Journal for Crime, Justice and Social Democracy, 5, 2, 65, 2016.

Gourarier Mélanie, « Quand le trouble amoureux contrarie le masculin : La gestion des émotions amoureuses au sein de la Communauté de la séduction en France », Sociologie et sociétés, 46, 1, 2014, pp. 37‑57.

Jeanneret Yves, Souchier Emmanuël, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication & Langages, 145, 1, 2005, pp. 3‑15.

Kaufmann Jean-Claude, « L’étrange histoire de l’amour heureux », Paris, Fayard/Pluriel, 2010.

Lilly Mary, « The World is Not a Safe Place for Men’: The Representational Politics of the Manosphere », Université d’Ottawa, 2016.

Mercier Arnaud. (2015). « Twitter, espace politique, espace polémique », Les cahiers du numérique, 2015/4, 2, pp. 145-168.

Mésangeau Julien, Morin Céline, « La liminalité d’un contre-public sur YouTube », Terminal. Technologie de l’information, culture & société, 129, 2021.

Morin Céline, Mésangeau Julien, « Les discours complotistes de l’antiféminisme en ligne », Mots, 130, 2022.

Singly (de) François, Le soi, le couple et la famille, Paris, Armand Colin, 2016.

Vogel Marie, Verjus Anne, « Le(s) droit(s) des pères : Des mobilisations pour une condition paternelle “choisie” ? », Politix, 101, 1, 2013, pp. 35‑60.

Illouz Eva, La fin de l’amour : enquête sur un désarroi contemporain, Paris, Le Seuil, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Morin et Julien Mésangeau, « Introduction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 28 | 2024, mis en ligne le 26 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/15563

Haut de page

Auteurs

Céline Morin

Julien Mésangeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search