Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28DossierDiscours antiféministes à l’ère n...

Dossier

Discours antiféministes à l’ère numérique : le cas d’un contre-public grec

Dimitra Laurence Larochelle

Résumés

La montée en visibilité des violences faites aux femmes et des revendications féministes au sein de la sphère publique grecque a été accompagnée par l’émergence d’un contre-public antiféministe. Dans une démarche compréhensive, en se basant sur une analyse critique du discours ainsi que sur une observation ethnographique en ligne, l’autrice analyse les stratégies discursives que ce groupe mobilise pour discréditer le féminisme ainsi que les représentations des rapports sociaux de genre véhiculées par le discours de ce contre-public. Les membres de ce contre-public s’auto-définissent comme des « combattants » qui luttent contre les féministes et leurs alliés. Se désignant comme de « vrais » hommes, en opposition aux alliés des féministes, et censés représenter une masculinité idéalisée et héroïque, ils mènent un combat qui vise notamment à donner accès à la « vraie » connaissance, supposée dissimulée par les féministes et les « pseudosciences » que celles-ci promeuvent, et à contrer les discriminations systémiques que subiraient les hommes. Le déni des discriminations, l’association du féminisme au totalitarisme, la délégitimation des expériences des femmes, la pathologisation du féminisme et l’utilisation de l’humour sont certaines des stratégies employées par les membres de ce groupe pour discréditer le féminisme. Cette étude de cas souligne la nature transnationale de l’antiféminisme et démontre que la lutte pour l’égalité des genres demeure un défi constant à l’échelle internationale.

Haut de page

Texte intégral

1Au début de l’ère du web 2.0, de nombreux·se·s chercheur·euse·s étaient optimistes quant au potentiel démocratique et économique de ce nouvel outil, grâce à ses barrières d’accès réduites, propice à des discussions publiques plus égalitaires (Castells, 2012). Cela favoriserait ainsi l’expression publique et la libération de certains groupes sociaux marginalisés, notamment en ce qui concerne l’émancipation des femmes face au système patriarcal (Plant, 1998). Malgré les critiques adressées à ces perspectives, l’émergence de divers mouvements sociaux dans l’espace public, tels que le Printemps Arabe, #BlackLivesMatter, #MeToo, entre autres, a ravivé l’optimisme quant au potentiel libérateur d’Internet dans les débats politiques et culturels (Nagle, 2015).

2Cependant, le numérique accorde de la visibilité aux discours contestataires des rapports de pouvoir en vigueur, mais d’autre part, il permet également l’expression publique des discours visant à renforcer les normes de genre (Bourdeloie, 2021). Ainsi, l’essor des revendications féministes dans l’espace public s’est également accompagné d’une montée des cultures antiféministes en ligne. La « manosphère » est un ensemble de blogs, de podcasts et de forums où se réunissent des militants masculinistes et des contre-publics antiféministes, promouvant la misogynie, s’opposant au féminisme et prônant un retour à un régime politique patriarcal (Marwick & Caplan, 2018 ; Mésangeau & Morin, 2021).

  • 1 L’engagement marquant des organisations civiles, des militant·e·s des droits des femmes et du mouve (...)

3Le mouvement #MeToo a émergé dans les sociétés occidentales en 2017. Cependant, ce n’est qu’en 2021 que ce mouvement s’est pleinement manifesté dans l’espace public grec. En janvier 2021, la navigatrice grecque et double championne olympique Sofia Bekatorou a courageusement évoqué pour la première fois les agressions sexuelles qu’elle avait subies il y a 23 ans de la part du vice-président de la Fédération hellénique de voile. Cette dénonciation a marqué le début du mouvement #MeTooGR en Grèce (Retounioti, 2022). Tout au long de cette période, une hausse préoccupante des féminicides a été constatée en Grèce1 (Kakarouna, 2021), mettant en évidence un besoin urgent de s’attaquer au sexisme et à la violence basée sur le genre (Lekakis, 2023).

  • 2 https://odem.gr/
  • 3 La chaîne en question porte le même nom que le blog et compte, en mars 2024, 1 370 abonnés.
  • 4 La page en question porte le même nom que le blog et compte en mars 2024 6 200 membres.

4Cependant, la montée en visibilité des violences faites aux femmes et des revendications féministes au sein de la sphère publique grecque, a été accompagnée par l’émergence d’un contre-public antiféministe sous le nom ODEM (ΟΔΕΜ – Όχι Δεν Είσαι Μισογύνης / en français : Non Tu N’es Pas Misogyne). Les membres de ce contre-public se réunissent autour d’un blog2, d’une chaîne YouTube3 et d’une page Facebook4 créés en 2020.

5Bien que la notion de contre-public (Fraser, 1990) est depuis son apparition associée à des espaces discursifs alternatifs formés en réponse à des formes d’oppression ou d’exclusion dans la sphère publique dominante où les subalternes peuvent s’exprimer et formuler leurs propres revendications politiques et sociales, nous défendons dans cet article l’utilisation du terme de manière plus « ordinaire ». En effet, les études empiriques se sont principalement concentrées sur les contre-publics « progressistes » en ligne (Holm, 2019). Cependant, il est important de reconnaître qu’il existe des groupes qui, bien qu’ils bénéficient de privilèges, se trouvent politiquement marginalisés dans les espaces publics traditionnels. Ces groupes ont largement profité de l’inclusivité des espaces publics en ligne pour promouvoir leurs intérêts (Blais & Dupuis-Déri, 2012, 2015 ; Rothermel, 2023 ; Holm, 2023). Ainsi, tandis que le concept de contre-publics était initialement lié aux groupes subalternes, des travaux théoriques plus récents ont plaidé en faveur d’une conception plus « neutre », mettant en avant la manière dont les participants articulent leur exclusion à travers des pratiques discursives alternatives plutôt que leur position sociale (Warner, 2002).

  • 5 L’enquête est en cours.

6À travers cette étude de cas nous souhaitons examiner comment un contre-public antiféministe utilise le numérique afin de contester et altérer les discours publics à son avantage et maintenir ainsi ses privilèges. Dans les pages qui suivent nous proposons de décrire les stratégies discursives que ce groupe mobilise pour discréditer le féminisme ainsi que les représentations des rapports sociaux de genre véhiculées par le discours de ce contre-public. Les résultats que nous présentons se basent sur une analyse critique de discours (Wodak & Meyer, 2016). Notre corpus est composé de tous les articles publiés jusqu’à présent sur le blog d’ODEM (186 articles). De manière complémentaire, pour mieux comprendre les relations entre les différent·e·s acteur·rice·s du discours observé nous avons également conduit une observation ethnographique en ligne (Jouët & Le Carof, 2013) de la communauté que les membres d’ODEM entretiennent d’octobre 2022 jusqu’à présent5.

Émergence et description d’ODEM

  • 6 Lorsque les gens se réfèrent à lui, ils l’appellent ODEM.
  • 7 Il s’agit d’un homme. Cette information nous est parvenue grâce à une interview radiophonique qu’il (...)
  • 8 S. Bekatorou a évoqué pour la première fois les agressions sexuelles qu’elle avait subies par le pa (...)

7Le blog examiné dans le cadre de cette étude est édité par un individu dont l’identité demeure inconnue du grand public6. C’est cet individu7 qui rédige les articles publiés sur le blog en question et qui assure également le rôle de modérateur de la page Facebook associée. Il semble que l’apparition de ce contre-public soit étroitement liée à l’avènement du mouvement #MeTooGR. Plus précisément, les événements menant à l’émergence de #MeTooGR précèdent de quelques jours seulement8 la création du blog en question et la publication des articles relatifs au féminisme en Grèce. ODEM s’est ainsi constitué en tant que réponse à la mise en agenda des préoccupations féministes et à la dénonciation des violences sexistes et sexuelles.

8Cet espace, présenté comme ayant une vocation pédagogique, est décrit par son créateur comme « un refuge contre les jérémiades insupportables du féminisme et son agenda culpabilisant ». Son objectif est la diffusion et le commentaire des actualités « loin du prisme féministe », ainsi que la dénonciation des inégalités subies par les hommes et de la « propagande puritaine et misandre » du féminisme, qui « menace une large gamme de libertés individuelles et d’expression dans les sociétés occidentales contemporaines », entraînant « la souffrance invisible des hommes »9.

  • 10 Voir dans ce sens Lo (1982).
  • 11 Date de publication : 22/5/2023.

9Avant de poursuivre avec la présentation de nos résultats, une précision s’impose. ODEM n’est pas un contre-mouvement10. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une entité organisée qui s’oppose activement à un mouvement social ou politique existant. Le créateur d’ODEM ne revendique pas de manière officielle un positionnement politique en particulier et présente son blog comme un espace inclusif et antisystème. Il s’oppose aux partis politiques existants qui sont censés promouvoir le féminisme et ignorer les droits et les préoccupations des hommes. À l’occasion des élections législatives grecques de mai 2023, ODEM explique à travers un post sur la page Facebook du groupe11 :

La page n’est pas une arène partisane mais se concentre sur quelque chose de très spécifique. La page est suivie par des individus de tout le spectre politique. De droite, de gauche, anarchistes, religieux, athées, conservateurs, LGBT, et même des transgenres. Des hommes et des femmes qui réalisent la complexité et l’hypocrisie de la théorie et des politiques féministes. Des hommes qui comprennent qu’ils sont traités comme citoyens de deuxième catégorie par un système qui exige d’eux mais les considère comme jetables. Et des femmes qui craignent à juste titre que ce soit l’avenir de leurs enfants ou qui simplement perçoivent l’injustice. Pendant la campagne électorale, aucun parti n’a abordé publiquement les questions concernant les hommes. Aucun parti n’a déclaré ce qu’il ferait pour les hommes. Pas une seule fois. Au contraire, la moitié des mots qu’ils prononçaient étaient “femmes”. […] Sur cette page, il y a des personnes de tout le spectre politique qui reconnaissent cette injustice et la menace fondamentale que représente la politique féministe pour la démocratie. Et nous mettons de côté toutes nos différences jusqu’à ce que les points susmentionnés deviennent parfaitement clairs dans l’arène politique et jusqu’à ce que leur valeur en tant qu’hommes leur contribution, leurs besoins et leurs problèmes soient reconnus et qu’il y ait des propositions et des solutions pour ceux-ci.

10Bien que l’auteur s’exprime contre les partis politiques existants, rien ne garantit qu’il n’entretient pas des liens avec d’autres groupes politiques. Cependant, dans le cadre de cette enquête, nous n’avons pas repéré des liens apparents avec d’autres entités politiques.

Les stratégies discursives déployées dans le blog

  • 12 Par ailleurs, parmi les membres de la communauté d’ODEM on compte aussi des femmes.

11L’antiféminisme ne vise pas toutes les femmes12 mais plutôt celles qui remettent en question les rapports de pouvoir imposés par le patriarcat (Lamoureux & Dupuis-Déri, 2015). Loin d’être un phénomène nouveau, l’antiféminisme est aussi ancien que le féminisme et constitue la preuve que ce dernier dérange (ibid.). Il s’agit d’une rhétorique réactionnaire qui s’active face aux revendications féministes, perçues comme dangereuses pour la stabilité sociale (Descarries, 2019). Au cours de notre enquête, nous avons repéré cinq catégories des stratégies discursives et argumentatives déployées dans le blog ODEM : le déni des discriminations, l’association du féminisme au totalitarisme, la délégitimation des expériences des femmes, la pathologisation du féminisme et l’humour.

12Pour ODEM, le déni des discriminations constitue la stratégie discursive principale employée pour discréditer le féminisme. En effet, l’idéologie antiféministe déforme la réalité (ibid.) et recourt souvent à la négation pour défendre ses idéaux (Devreux & Lamoureux, 2012). Ainsi, bien que le monde continue à être majoritairement gouverné par les hommes (Dupuis-Déri, 2018), les droits des femmes sont considérés par les antiféministes comme des privilèges qui conduisent à des nouvelles inégalités sociales (Descarries, 2019). Il s’agit ainsi d’un mécanisme de défense du régime patriarcal face aux avancées féministes (Lamoureux & Dupuis-Déri, 2015) qui véhicule pour autant un discours en décalage avec la triste réalité (Dupuis-Déri, 2018).

13Pour ODEM, le féminisme est perçu comme un « dogme absurde et misandre », car son argument fondateur est une construction mensongère inventée et promue par les féministes. ODEM rejette catégoriquement l’idée que le système dominant est le patriarcat, où les hommes détiennent le pouvoir. Au contraire, selon lui, les hommes n’ont jamais été favorisés. Depuis l’antiquité, ce sont les femmes qui exploitent les hommes et bénéficient du système juridique et étatique pour maintenir leurs privilèges. Ainsi, ODEM soutient que dans les sociétés contemporaines, ce sont les femmes qui dominent, tandis que les hommes sont les victimes de l’idéologie féministe et subissent des discriminations systématiques. Par exemple, parmi les premiers articles du blog nous retrouvons l’article intitulé « INÉGALITÉ FÉMINISTE ». Dans cet article, l’auteur défend que la perception selon laquelle « les femmes sont historiquement, et même aujourd’hui, opprimées par les hommes » est fallacieuse. Pour étayer son argument, il poursuit :

Chaque fois qu’il y a dans l’espace public une histoire ou un incident concernant une femme, automatiquement la société célèbre et comprend la femme pour son accomplissement ou son problème respectif. Par exemple, c’est le cas de Carola Rackete qui, au cours de l’année dernière, a été plébiscitée sur les réseaux sociaux parce qu’elle a enfreint la loi italienne pour sauver des réfugiés avec son navire. Cependant, de 2015 à 2019, 158 hommes capitaines, enseignants, pompiers, médecins et volontaires (y compris des Grecs) ont fait exactement la même chose et sont poursuivis par les autorités italiennes. La société n’a montré aucun intérêt ni pour leur héroïsme, ni pour les conséquences légales qu’ils ont subies à cause de cela. […] Au contraire, lorsqu’il y a une histoire ou un incident impliquant un homme dans la sphère publique, la société se concentre automatiquement sur la femme à nouveau. Soit sous la forme des femmes qui ont influencé son succès, l’amour de sa vie, sa mère. Et surtout sur la question de savoir s’il a fait quelque chose pour aider les femmes et ce qu’il a fait exactement.

  • 13 Voir p. ex. l’article « L’indifférence des institutions à propos de la violence à l’égard des homme (...)

14D’après l’auteur, cette discrimination envers les hommes persiste en raison de la collaboration entre le système juridique et étatique d’une part, et les féministes d’autre part. En effet, une proportion significative des articles que nous avons analysés se concentre principalement sur les avantages légaux et étatiques dont les femmes sont censées bénéficier, tandis que selon ODEM, il en va différemment pour les hommes, qui subissent des discriminations institutionnelles13.

15Afin de démontrer « l’absurdité » du féminisme et les présumées discriminations subies par les hommes, l’auteur aborde fréquemment les études scientifiques et l’histoire avec une perspective antiféministe. Par exemple, considérons deux articles publiés sur le blog. Dans le premier article intitulé « LE PRIVILÈGE » l’auteur cherche à expliquer pourquoi le privilège masculin est inexistant. À cette fin, il avance que les hommes n’ont jamais été privilégiés, argumentant que leur parcours professionnel, souvent dans des métiers difficiles tels que l’ouvrier, ne leur a pas offert de privilèges comparables à ceux des femmes qui pouvaient être mères au foyer. Selon l’auteur, le succès des hommes ne découle pas des privilèges accordés par le patriarcat, mais plutôt de leur travail. L’auteur utilise des arguments basés sur une étude démontrant que les œuvres d’art réalisées par des hommes sont bien plus exposées dans les galeries que celles des femmes. Il qualifie cette étude de « féministe » et la juge biaisée, affirmant qu’elle omet de mentionner que si les œuvres d’art masculines sont largement plus exposées que celles des femmes, c’est parce que les hommes travaillent davantage et sont ainsi de meilleurs peintres. Dans un article différent intitulé « La discrimination positive en Grèce et le pourcentage de femmes dans les universités », ODEM présente des données statistiques révélant que le pourcentage de filles accédant à l’université en Grèce est nettement supérieur à celui des garçons. Cependant, selon l’auteur, cela témoigne non pas du mérite des filles mais plutôt de la discrimination systématique subie par les garçons au sein du système éducatif. Toutefois, l’auteur ne prend pas en compte le fait que contrairement aux œuvres d’art exposées dans les galeries et attribuées à des artistes connus, l’admission à l’université en Grèce se fait par concours, lors duquel les évaluateur·rice·s n’ont pas accès à l’identité des étudiant·e·s évalué·e·s pour des raisons d’équité. Ainsi, ODEM semble faire abstraction des implications logiques des arguments avancés pour soutenir son idéologie.

16ODEM recourt fréquemment à des données statistiques et à des théories dites « scientifiques », affirmant ainsi son caractère éducatif en proposant à ses membres une connaissance alternative, supposée dissimulée par les féministes. Il s’agit donc de discréditer toute recherche portant sur les discriminations et l’oppression subies par les femmes. Dans ce contexte, pour ODEM, les études de genre sont une pseudoscience inventée par les féministes dans le but de renforcer leur propagande misandre, et sont ainsi dangereuses :

  • 14 Extrait de l’article intitulé « Les études de genre et le danger qu’elles représentent pour la scie (...)

Pendant des décennies, le féminisme, par le biais des études de genre, fait la guerre à la science. Parce qu’elle contredit ses idéologies dogmatiques. […] le problème est que la grande majorité de ces (enquêtes) sont des pseudo-enquêtes que les féministes ne cessent d’inventer. ET PROPAGÉES PAR LE BIAIS DES ÉTUDES DE GENRE. Généralement financées par des organisations féminines, ces pseudo-enquêtes ont été utilisées pendant des années pour élaborer des politiques nationales et européennes.14

  • 15 Voir p. ex. les articles « Féminisme et nazisme » et « Les lesbiennes et leurs privilèges dans l’Al (...)

17La réinterprétation de l’histoire est également une stratégie couramment employée par ODEM. Une part importante des articles que nous avons examinés traite des avantages dont auraient joui les femmes depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et du rôle néfaste que les féministes et les lesbiennes sont censées avoir joué pendant les périodes sombres de l’humanité (p. ex., le nazisme15). Cependant, les conditions de leur oppression au cours des différentes périodes historiques sont omises.

  • 16 Terme issu des mots « féministe » et « Nazi ». Ce mot est employé très souvent par les membres de l (...)

18Les articles abordant le nazisme ne sont pas choisis au hasard, car ODEM utilise fréquemment une stratégie discursive associant le féminisme au totalitarisme. Le féminisme est souvent présenté de manière péjorative comme un dogme absurde et misandre, défendu par des « féminazies »16 qui font de la propagande contre les hommes afin de les exploiter et de maintenir leurs privilèges. Dans ce contexte, très souvent, le féminisme est explicitement comparé au nazisme. Un tel exemple est l’article intitulé « Comment fonctionne la propagande féministe » où l’auteur compare les stratégies propagandistes employées par le nazisme à celles qui sont censées être mises en œuvre par les féministes :

MAIS QUELLES SONT LES SIMILITUDES ENTRE LA PROPAGANDE FÉMINISTE ET LA PROPAGANDE NAZIE ? Si la différence évidente entre les deux propagandes totalitaires réside dans leur base idéologique, leurs caractéristiques semblent identiques. La masse plutôt que la personne qui pense, le fanatisme et la haine, la pensée et la manipulation télécommandées sont quelques-uns des éléments reconnaissables de la propagande nazie. […] Cette pratique est aujourd’hui quotidienne pour les féministes. […] Personne n’est à l’abri de cette pratique.

  • 17 Par ailleurs, comme le souligne ODEM, il est souvent contraint de recourir à l’insertion des caract (...)
  • 18 Voir p. ex. l’article « Comment metoo déforme la justice ».
  • 19 Voir p. ex. l’article « Fausses accusations et chantage ».
  • 20 Voir p. ex. l’article « Les fausses accusations comme instrument du racisme ».
  • 21 Voir p. ex. l’article « Ce n’est pas toi le violeur. fausses accusations et suicides ».

19Ainsi, le féminisme est fréquemment dépeint comme une menace pour la démocratie et la liberté d’expression17. Cela est d’autant plus vrai lorsque ODEM aborde les événements liés au mouvement #MeTooGr. Plus en particulier, une stratégie discursive employée par ODEM est la délégitimation des expériences des femmes. Un grand nombre d’articles analysés traitent ainsi du mouvement #MeTooGR et de ses conséquences sur la société en général et sur les hommes en particulier. Selon ODEM, les dénonciations faites dans le cadre de #MeTooGR représentent une menace pour la démocratie et le bon fonctionnement du système judiciaire18, car elles sont considérées comme des accusations mensongères visant à exploiter19 et se venger20 des hommes entraînant ainsi des conséquences néfastes à la vie de ces derniers21. Dans le premier article publié sur le blog d’ODEM concernant #MeTooGR, intitulé « Le metoo en Grèce », nous lisons :

Metoo est arrivé en Grèce. Imaginons une société où les crimes n’ont pas besoin d’être prouvés. Une société où la dénonciation d’un crime se fait de manière anonyme. “Il a essayé de me tuer il y a 30 ans”. Une société qui ne tient pas compte des preuves d’un crime mais qui croit sans aucun doute aux allégations. […] Imaginons maintenant que, dans la même société, le spectre de ce que nous entendons par crime s’élargisse de plus en plus. Un meurtre n’a pas besoin d’être exactement un meurtre pour être considéré comme tel. “Il m’a regardé et j’ai senti qu’il voulait m’assassiner”. […] Tout cela semblerait drôle et dangereux si nos sociétés décidaient de traiter la criminalité de cette manière. Il n’en va pas de même pour le viol. Dans ce cas, tout ce qui est susmentionné semble raisonnable. […] Une plainte est automatiquement crue, même après des décennies, sans la moindre preuve. Des carrières et des vies sont détruites sans la moindre preuve. Et c’est ce que nous avons décidé d’appeler “éthique”. ACCUEILLONS METOO EN GRECE.

  • 22 Voir p. ex. l’article « L’histoire sociale et le crime de séduction ».
  • 23 Voir p. ex. l’article « Le réseau de la calomnie ».

20#MeTooGR est également perçu comme une menace pour la sexualité masculine, comme le souligne ODEM dans son article intitulé « Quand oui signifie non ». Le mouvement y est décrit comme adoptant un « modèle dystopique », où « toute manifestation de désir sexuel de la part des hommes est considérée comme un abus sexuel, voire comme du harcèlement sexuel ». La séduction devient ainsi un crime22 commis par des femmes menteuses et manipulatrices qui cherchent à calomnier les hommes23.

  • 24 Voir p. ex. l’article intitulé « Hystérie de masse et metoo ».

21L’auteur lie également le mouvement #MeTooGR à l’hystérie de masse24. Cependant, cela ne surprend pas si l’on considère qu’une stratégie argumentative très répandue dans les publications que nous avons étudiées est la pathologisation du féminisme. Effectivement, certains articles que nous avons analysés décrivent le féminisme comme une maladie mentale nécessitant une thérapie. À titre d’exemple, dans l’article intitulé « Le féminisme a besoin d’une thérapie cognitivo-comportementale », ODEM mentionne :

Si le féminisme était une femme, elle aurait immédiatement besoin d’une thérapie cognitivo-comportementale. Toute opposition à la doctrine féministe fait immédiatement l’objet d’attaques, de calomnies et d’exclusion sociale. Les féministes insistent sur le fait que les femmes sont opprimées et faibles. Qu’elles vivent dans la peur constante du viol et de la violence et qu’elles font l’objet d’une discrimination, d’un sexisme et d’une dévalorisation systémiques. Bien entendu, même si une femme nie ces faits, elle est automatiquement transformée en instrument du patriarcat et en outil misogyne. Toutes ces attitudes mentalement déséquilibrées et ces perceptions morbides du monde sont directement liées à une variété de déformations cognitives. Le féminisme a besoin d’une thérapie cognitivo-comportementale.

22À cet égard, il est important de noter que considérer le féminisme comme une maladie n’est pas étonnant, car dès ses débuts, le mouvement a été associé à l’hystérie féminine (Verhaeghe, 2015). Avec la montée du féminisme, les antiféministes ont intégré le récit de l’hystérie féminine à leur discours pour discréditer les revendications des femmes.

  • 25 Voir dans ce sens l’image en annexe I.
  • 26 Le “Good Guys Guide” constitue une initiative visant à communiquer « 7 façons pour les hommes de fa (...)

23Enfin, l’humour est une stratégie argumentative souvent mobilisée pour ridiculiser les féministes et leurs revendications. Les contenus humoristiques consistent en la publication des images et des articles censés être drôles qui visent à caricaturer les féministes25 et ridiculiser leurs revendications. Un tel exemple est l’article intitulé « 6 conseils pour toutes les femmes qui marchent dans la rue » qui consiste en une réponse humoristique au #guidedesbonsgars26.

Les combattants et les Autres : antiféminisme et représentations des rapports sociaux de genre

  • 27 Voir p. ex. l’article « Les 16 meurtres de femmes comme outil de destruction de la constitution ».
  • 28 Voir dans ce sens l’image en annexe II.

24L’altérité est inhérente à l’identité (Todorov, 1986). Il est ainsi important d’analyser non seulement comment les membres de ce contre-public se définissent eux-mêmes, mais aussi comment iels désignent les personnes auxquelles iels s’opposent. Pour ODEM, les sociétés occidentales sont décrites comme étant caractérisées par la domination féminine, ce qui les rend profondément injustes, car selon cette vision, les féministes oppriment les hommes et diffusent des mensonges pour perpétuer leurs privilèges. Plus précisément, le féminisme est dépeint comme une menace constitutionnelle27 qui opprime les hommes et perturbe l’équilibre des relations entre les hommes et les femmes28. En opposition aux féministes et à leur « dogme », ODEM et ses partisan·ne·s se présentent comme les défenseur·euse·s d’une masculinité idéalisée et héroïque, supposée être la seule source de progrès technologique et social :

  • 29 Extrait de l’article « Journée Mondiale de l’homme ».

C’est nous (les hommes) qui avons tout construit dans le monde entier. Ceux qui se sont battus pour leur liberté. Nos corps sont devenus les routes, les maisons et les ponts qui unissent le monde. Ils sont devenus des médicaments, des hôpitaux et des écoles. Notre sang a arrosé la terre pour la liberté, la démocratie et les arts. Nous avons fait les lois, la philosophie et les sciences. Nous avons protégé nos enfants et nos femmes en sacrifiant nos vies. Nous avons combattu les bêtes sauvages, les ennemis et les éléments naturels pour découvrir le monde29.

  • 30 Voir annexe III.
  • 31 Bien que ODEM se présente comme un espace inclusif et égalitaire, le terme « combattants » est util (...)
  • 32 La grosseur en particulier semble être intrinsèquement liée au manque d’attirance.
  • 33 Voir p. ex. l’article « Le “droit” des femmes à la misandrie ».

25Ces hommes, supposés être sacrifiés maintes fois pour sauver la nation, sont ainsi engagés dans une lutte contre l’inégalité imposée par le féminisme, lequel prône leur subordination. À cet égard, il n’est pas surprenant que les membres de la communauté se réfèrent souvent à leurs pairs en utilisant le terme « combattant » (en grec : μαχητής)30,31. Les principaux adversaires des combattants sont sans aucun doute les féministes. Les féministes sont représentées comme des femmes souvent peu attirantes selon les normes de beauté imposées par le capitalisme patriarcal32, autoritaires et misandres33, voire comme des personnes mentalement instables :

  • 34 Extrait de l’article « Féminisme intersectionnel, victimisation et islam ».

Nombreux sont ceux qui pensent que le féminisme attire des personnes qui souffrent déjà de graves problèmes mentaux ou qui sont susceptibles d’en souffrir. En somme, le féminisme n’est pas seulement une raison d’attirer ces personnes, mais il encourage par son idéologie un état mental instable.34

  • 35 Voir p. ex. l’article « Prostitution et féminisme. Un examen historique de la façon dont le féminis (...)

26Selon ODEM, les féministes sont divisées principalement en deux catégories : les manipulatrices et les lesbiennes. Les féministes seraient censées manipuler les hommes à travers la séduction et la maternité. D’après ODEM, le féminisme a historiquement participé à la « diabolisation » de la sexualité masculine35 tandis qu’en parallèle les féministes utiliseraient le sexe comme un moyen de soumettre les hommes :

  • 36 Extrait de l’article « Les poupées sexuelles et le féminisme ».

Les féministes fondent essentiellement leur idéologie sur le jeu de pouvoir que représente le sexe. […] La recherche de la satisfaction des désirs sexuels des hommes est une composante dominante de leur caractère. Parce qu’ils sont biologiquement structurés avec une libido très forte pour contribuer à la survie de l’espèce humaine. […] Le récit féministe dominant concernant le sexe est entièrement lié à la domination et au pouvoir. JAMAIS AU BESOIN ÉMOTIONNEL ET CORPOREL […] La signification du sexe, comment et où il se concentre, sa fréquence, sa définition ainsi que son échelle de consentement, sont maintenant des choses qui sont considérées comme allant de soi et que les femmes doivent contrôler dans les sociétés occidentales modernes. En raison de cette incroyable pression émotionnelle, physique et sexuelle, de nombreux hommes cherchent désormais d’autres moyens pour satisfaire leurs besoins. Et bien sûr, ils sont bombardés par le féminisme pour ces choix. En somme, lorsque la pression psychologique et le chantage pour prendre le dessus ne fonctionnent pas et qu’ils se tournent vers d’autres solutions, on leur reproche de ne pas avoir succombé à ce chantage.36

  • 37 Voir p. ex. l’article « Le phénomène de la désinformation, le phénomène Mandela et le féminisme ».

27Pour les « combattants », le consentement est un instrument de manipulation entre les mains des femmes qui dirigent les sociétés contemporaines. Non seulement l’activité sexuelle serait un moyen de contrôle pour les féministes, mais elle servirait aussi de prétexte pour diffamer les hommes, faire du chantage et propager les mythes féministes37. Cependant, la sexualité n’est pas le seul outil de contrôle supposé être utilisé par les féministes. La maternité l’est également. Pour ODEM, la maternité est promue par l’idéologie féministe comme un moyen de sanctification des femmes et de renforcement de leurs privilèges :

  • 38 Extrait de l’article « Le phénomène de la femme supérieure ».

Le féminisme mise constamment sur la figure angélique de la mère […] En Grèce, une loi a été votée cet été pour que les mères puissent purger leur peine non pas en prison mais à la maison. Bien entendu, il n’en va pas de même pour les pères.38

  • 39 Voir p. ex. l’article « La coparentalité a été le point de départ ».

28De plus, pour ODEM, la maternité serait intrinsèquement liée à « l’instrumentalisation des enfants par la mère comme moyen de vengeance et/ou de chantage envers le père »39.

  • 40 Voir p. ex. l’article « La violence lesbienne et sa dissimulation par le féminisme ».
  • 41 Voir p. ex. la publication en annexe IV.

29À travers une partie des publications que nous avons examinées, se produit une « diabolisation » des lesbiennes qui sont dépeintes comme particulièrement agressives et dangereuses40. Il convient toutefois de noter que, pour les membres du contre-public étudié, le lesbianisme est étroitement lié à l’identité féminine et au féminisme. Ainsi, alors que les hommes homosexuels sont considérés, selon ODEM, comme faisant partie des hommes opprimés par les femmes, les lesbiennes sont supposées appartenir à l’élite dirigeante41. Elles sont ainsi toujours représentées comme immorales, puissantes et particulièrement dangereuses. La femme lesbienne est particulièrement dénigrée par le contre-public antiféministe en question. Cela peut s’expliquer par le fait que la femme lesbienne, n’étant pas tributaire des hommes pour son plaisir sexuel, représente la forme de résistance la plus importante contre l’hétéropatriarcat.

  • 42 Voir dans ce sens Dupuis-Déri (2009).
  • 43 Voir p. ex. l’article « Auto-castration et féminisme ».

30Les membres d’ODEM sont engagé·e·s dans une lutte, visant à rétablir l’ordre « naturel » des choses. Cependant, cette lutte est asymétrique. Plus précisément, si ces hommes endurent une « souffrance invisible », c’est parce que les féministes et leur idéologie sont soutenues par leurs alliés, c’est-à-dire les Autres hommes qui leurs sont soumis. Ces hommes qui sont censés être soumis à l’idéologie féministe et auxquels les membres d’ODEM s’opposent par définition, sont décrits sous le prisme masculiniste42 comme étant des hommes « auto-castrés »43 et efféminés. Prenons l’exemple de l’image employée par ODEM afin de les représenter (annexe V). L’image en question est inspirée de l’affiche de John Howard Miller « We Can Do It ! » et représente un homme dénué des traits associés à la virilité telle que définie par les normes du système patriarcal. Il s’agit au contraire d’un homme qui porte un foulard rouge à l’exemple de l’ouvrière de l’image prototype et des boucles d’oreilles, élément qui s’absente complétement de l’image originale. Cette image représente ainsi tout ce que les « combattants » ne sont pas : un homme qui n’est pas un vrai homme. Ces hommes en adhérant au féminisme sont censés avoir nié leur masculinité. Il s’agit ainsi des hommes « auto-castrés » qui se différencient radicalement des « combattants » qui défendent leur masculinité virile face à la supposée emprise du féminisme.

  • 44 À l’exemple des associations féministes qui opèrent un décompte des féminicides, les membres d’ODEM (...)
  • 45 Voir dans ce sens l’annexe VI.

31Face aux féministes et à leurs alliés, les combattants constituent une communauté unie par le partage de valeurs communes et la solidarité. Dans cette optique, en plus du partage et des commentaires sur l’actualité, le partage de contenus humoristiques et le décompte des crimes commis par les femmes44, les appels à la solidarité constituent un type de publication très répandu au sein de la communauté étudiée. Ces publications entraînent des commentaires bienveillants voire le partage d’histoires personnelles par les membres45, ce qui témoigne du fait qu’ODEM offre un espace où les « combattants en souffrance » expriment leurs opinions, partagent des informations et se soutiennent mutuellement dans leur opposition au féminisme et à ses principes.

Conclusion

32Menteuses, mentalement malades, grincheuses, autoritaires, agressives, manipulatrices… les féministes représentent pour ODEM un danger pour la société et la démocratie. Face à cette menace, les « combattants » s’engagent dans une lutte en utilisant le numérique pour contester et déformer les discours féministes à leur avantage, préservant ainsi leurs privilèges.

33Il est important de souligner que nous ne considérons pas ce processus comme une stratégie délibérée et consciente que les membres de ce contre-public utilisent simplement pour réduire au silence le féminisme. Nul ne conteste la souffrance des combattants. Ce sentiment émerge en réaction à la menace perçue du féminisme. Le monde tel que décrit par le discours de ce contre-public constitue la réalité des membres d’ODEM. L’objectif de cet article n’était pas de critiquer cette réalité, mais plutôt de la comprendre en analysant les discours de ce contre-public comme des réponses défensives visant à préserver, protéger ou rétablir les rapports sociaux de genre.

  • 46 En raison de l’orientation idéologique du contre-public en question, nous n’avons pas encore mené d (...)

34Bien que le mouvement #MeToo ait gagné du terrain en Grèce, l’acceptation des idéaux féministes reste entravée par des obstacles persistants. Malgré les limites inhérentes à cette étude de cas46, elle souligne la nature transnationale de l’antiféminisme, qui se manifeste dans différents contextes géographiques et culturels. Cela démontre que le pouvoir est constamment l’objet de négociations et que la lutte pour l’égalité des genres demeure un défi continu.

Haut de page

Bibliographie

Blais Mélissa, Dupuis-Déri Francis, « Masculinism and the antifeminist countermovement ». Social Movement Studies, 2012, vol. 11, n° 1, 21–39.

Blais Mélissa, Depuis-Déri Francis, Le mouvement masculiniste au Québec. L’antiféminisme démasqué. Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2015.

Bourdeloie Hélène, « Genre·s et numérique ». Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 5 mars 2021. Dernière modification le 10 mars 2023.

Castells Manuel, Networks of outrage and hope. Social movements in the Internet age. Chichester, Wiley, 2012.

Descarries Francine, « L’antiféminisme, expression sociopolitique du sexisme et de la misogynie : “C’est la faute du féminisme !” » dans Lamoureux Diane & Dupuis-Déri Francis (sous la dir. de), Les antiféminismes. Analyse d’un discours réactionnaire, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2019, 75‑89.

Devreux Anne-Marie, Lamoureux Diane, « Les antiféminismes : une nébuleuse aux manifestations tangibles ». Cahiers du Genre, 2012, vol. 52, no 1, 7‑22.

Depuis-Déri Francis, La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace. Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2018.

Depuis-Déri Francis, « Le “masculinisme” : une histoire politique du mot ». Recherches féministes, vol. 22, no 2, 2009, 97-123.

Fraser Nancy, « Rethinking the public sphere : a contribution to the critique of actually existing democracy ». Social Text, No. 25/26, 1990, 56-80.

Holm Malin, « Beyond antifeminist discourses : analyzing how material and social factors shape online resistance to feminist politics », Social Politics : International Studies in Gender, State & Society, vol. 30, no 2, 2023, 422–443.

Holm Malin, The rise of online counterpublics ? The limits of inclusion in a digital age. Uppsala : Department of Government, 2019.

Jouët Josiane, Le Caroff Coralie, « Chapitre 7 - L’observation ethnographique en ligne », dans Barats Christine (sous la dir. de), Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales. Paris, Armand Colin, 2013, 147-165.

Kakarouna Stella-Marina, Le phénomène de la féminicide en Grèce (2015-2020). Le bilan tragique de la violence genrée au pays, Rhodes, Université de l’Égée, 2021.

Lamoureux Diane, Depuis-DériFrancis, « Introduction » dans Lamoureux Diane & Dupuis-Déri Francis (sous la dir. De), Les antiféminismes. Analyse d’un discours réactionnaire. Montréal : Les éditions du remue-ménage, 2015, 9-18.

Lekakis Eleftheria, « When advertising takes a stand : market activism, gender, and social change in Greece » dans West Emily & McAllister Matthew, The Routledge Companion to Advertising and Promotional Culture, New York, Routledge, 2023.

Lo Clarence Y. H., « Countermovements and conservative movements in the contemporary U.S ». Annual Review of Sociology, vol. 8, no 1, 1982, 107–134.

Marwick Alice E., Caplan Robyn, « Drinking male tears : language, the manosphere, and networked harassment ». Feminist Media Studies, vol. 18, no 4, 2018, 543-59.

Mésangeau Julien, Morin Céline, « La liminalité d’un contre-public sur YouTube. Étude des rituels d’intégration en ligne d’un contre-public hors ligne ». Terminal, vol. 129, 2021.

Nagle Angela, « An investigation into contemporary online anti-feminist movements », Thèse, Dublin City University, 2015.

Niraki Melina, « Gender-based violence and intimate partner violence in Greece during the COVID – 19 pandemic ». 6th International conference on gender research, Londonderry, Ulster University, 2023.

Plant Sadie, Zeroes and Ones : digital women and the new technoculture. Londres, Fourth Estate, 1998.

Retounioti Georgia, La définition de l’agenda et le rôle de Twitter : le cas de #MeTooGR. Thessalonique, Université Aristote de Thessalonique, 2022.

Rothermel Ann-Kathrin, « The role of evidence-based misogyny in antifeminist online communities of the ‘manosphere'« . Big Data & Society, vol. 10, no 1, 2023.

Todorov Tzvetan, Nous et les Autres. La réflexion française sur la diversité humaine. Paris, Éditions du Seuil, 1989.

Veraeghe Sidonie, « De la réaction antiféministe aux rhétoriques protomasculinistes : le traitement de Louise Michel dans la presse française à la fin du XIXe siècle » dans Diane Lamoureux & Francis Dupuis-Déri (sous la dir. De), Les antiféminismes. Analyse d’un discours réactionnaire, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2015, 16-36.

Warner Michael, « Publics and Counterpublics ». Public Culture, vol. 14, no 1, 2002, 49–90.

Wodak Ruth, Meyer Michael, « Critical discourse analysis : history, agenda, theory, and methodology » dans Wodak Ruth, Meyer Michael (sous la dir. de) Methods of Critical Discourse Studies, Londres, Sage Publications, 2016, 1-22.

Haut de page

Annexe

Image humoristique effectuée par ODEM. L’image en question est censée être la une d’un magazine féministe. Parmi les titres qui entourent la figure en question nous lisons les suivants : Carnaval féministe et comment vous devez vous habiller ; Idées. Comment se sont déguisées les femmes qui sont beaucoup plus riches que toi ? ; « Tu ne me plaît pas ». Est-ce que vous allez survivre après ça ? Dix manières pour l’embarrasser publiquement avant de l’accuser ; « J’ai dû payer pour mon verre ». Un témoignage choquant au cœur de Patras (ville réputée pour les fêtes pendant le carnaval) ; Diplômes clown. À quel point différent les diplômes en études de genre de ceux en médecine ? ; Psychologie. Comment vous allez prendre plusieurs mentions « j’aime » en présentant vos névroses personnelles comme des sujets sociaux ; Féminicides et pourquoi nous devons reproduire les anciennes en l’absence des nouvelles ; MeToo et comment vous allez l’utiliser pour sortir de la prison.

Dans cette image retrouvée dans le blog d’ODEM, le féminisme est assimilé à Charon, ayant déjà tué la famille, l’amour et la sexualité, et désormais, il s’attaque au désir des hommes d’interagir avec les femmes.

Il sagit des commentaires recueillis sur la page Facebook du groupe, où les membres masculins dODEM désignent leurs pairs en les appelant « combattants ». Nous lisons : « Lors dune audience au cours de laquelle un combattant demande la garde de lenfant… », « Le mot combattant est du sel sur la plaie pour certaines et certains ».

Publication sur la page Facebook d’ODEM. Nous lisons : « Pourquoi le “L” est-il la première lettre de l’acronyme “LGBT” ? Historiquement, les lesbiennes n’ont jamais été systématiquement expulsées en Occident. Même pas par Hitler. Au contraire, les homosexuels étaient punis d’emprisonnement dans de nombreux pays occidentaux et sont encore exécutés aujourd’hui dans l’Islam, tandis qu’en Angleterre, la première fois qu’une telle loi a été rédigée en Occident, c’était par une reine à la demande d’organisations homosexuelles. [...] L’Allemagne d’avant-guerre connaissait exactement le même schéma. Les lesbiennes étaient matraquées, les femmes emprisonnées. Hitler n’a jamais expulsé les lesbiennes comme il l’a fait avec les homosexuels, tout en modifiant les lois pour qu’elles puissent faire et élever des enfants. Certains des associés d’Hitler étaient des lesbiennes féministes [...] Alan Turing, que vous voyez sur la photo, est considéré comme le père de l’informatique et a déchiffré le code qui a conduit à la victoire sur les nazis. Mais à cause d’une loi créée par la Reine Elizabeth à la demande d’organisations féministes, il avait le choix entre aller en prison ou être condamné à mort en raison de son homosexualité. Il a choisi cette dernière solution car il voulait poursuivre ses recherches scientifiques et lorsque les produits chimiques ont provoqué sa gynécomastie, il ne l’a pas supportée et s’est suicidé.

Image inspirée de l’affiche de John Howard Miller « We Can Do It ! » qui accompagne l’article d’ODEM sur les hommes « auto-castrés ».

Commentaires et publications recueillis sur la page Facebook du groupe. Entre autres, nous lisons : « C’est ce que je traverse à cause de mon ex. Elle a porté plainte pour violence conjugale et ils m’ont viré de chez moi », « Personne seule ! #men_too », « Un vieux ami de la page a été diagnostiqué avec une forme de cancer très agressive peu après avoir obtenu la garde partagée de son enfant. […] Il traverse des moments difficiles. Encourageons-le pendant cette période difficile à travers les commentaires », « Il y a quelque chose que vous devez tous connaître concernant la page. Vous ne pouvez pas imaginer le coût psychique que cela entraîne pour moi, en plus des dommages que je subis de la part des féministes, d’écouter tous les jours des hommes se confesser de leurs souffrances. […] Malgré tout, j’insiste pour vous demander de me parler. Sinon, parlez à quelqu’un qui suit la page. Ce sont de bonnes personnes et ils vous comprendront. Nous pouvons trouver une solution à tout ce qui s’est passé. Vous n’êtes pas seuls ».

Haut de page

Notes

1 L’engagement marquant des organisations civiles, des militant·e·s des droits des femmes et du mouvement social #MeTooGR a mis en lumière plusieurs cas de violence basée sur le genre, suscitant une mobilisation sociale en faveur de la lutte pour l’égalité des sexes (Niraki, 2023).

2 https://odem.gr/

3 La chaîne en question porte le même nom que le blog et compte, en mars 2024, 1 370 abonnés.

4 La page en question porte le même nom que le blog et compte en mars 2024 6 200 membres.

5 L’enquête est en cours.

6 Lorsque les gens se réfèrent à lui, ils l’appellent ODEM.

7 Il s’agit d’un homme. Cette information nous est parvenue grâce à une interview radiophonique qu’il a accordée, ainsi que par le fait que les membres de sa communauté s’adressent à lui au masculin ou utilisent des termes comme « mon frère », ce qui témoigne de son identité masculine. Dans ses vidéos YouTube, bien qu’il ne dévoile pas son visage, il s’exprime avec une voix masculine. Par ailleurs, il semble se définir comme étant un homme, car il fait fréquemment référence à la première personne du pluriel (p. ex., « nous, les hommes »).

8 S. Bekatorou a évoqué pour la première fois les agressions sexuelles qu’elle avait subies par le passé le 25/11/2020 et le blog d’ODEM a été créé le 10/12/2020.

9 Source : https://odem.gr/category/liga-logia/. Toutes les traductions ont été effectuées par l’autrice. Elles se veulent le plus fidèles possible au texte original. Il est important de noter que dans ce contexte, les lecteur·rice·s de cet article doivent tenir compte du fait que nous avons traduit sans corriger les erreurs grammaticales et syntaxiques présentes dans les extraits d’articles cités.

10 Voir dans ce sens Lo (1982).

11 Date de publication : 22/5/2023.

12 Par ailleurs, parmi les membres de la communauté d’ODEM on compte aussi des femmes.

13 Voir p. ex. l’article « L’indifférence des institutions à propos de la violence à l’égard des hommes ».

14 Extrait de l’article intitulé « Les études de genre et le danger qu’elles représentent pour la science ».

15 Voir p. ex. les articles « Féminisme et nazisme » et « Les lesbiennes et leurs privilèges dans l’Allemagne nazie ».

16 Terme issu des mots « féministe » et « Nazi ». Ce mot est employé très souvent par les membres de la communauté lorsqu’ils se réfèrent aux féministes. En grec : φεμιναζί.

17 Par ailleurs, comme le souligne ODEM, il est souvent contraint de recourir à l’insertion des caractères latins lorsqu’il écrit afin de contourner la censure et les « persécutions massives » des féministes qui l’accusent de désinformation et de misogynie (voir dans ce sens l’article « Affaire Patras : infanticide et féminisme).

18 Voir p. ex. l’article « Comment metoo déforme la justice ».

19 Voir p. ex. l’article « Fausses accusations et chantage ».

20 Voir p. ex. l’article « Les fausses accusations comme instrument du racisme ».

21 Voir p. ex. l’article « Ce n’est pas toi le violeur. fausses accusations et suicides ».

22 Voir p. ex. l’article « L’histoire sociale et le crime de séduction ».

23 Voir p. ex. l’article « Le réseau de la calomnie ».

24 Voir p. ex. l’article intitulé « Hystérie de masse et metoo ».

25 Voir dans ce sens l’image en annexe I.

26 Le “Good Guys Guide” constitue une initiative visant à communiquer « 7 façons pour les hommes de faire en sorte que les femmes se sentent plus en sécurité dans la rue ».

27 Voir p. ex. l’article « Les 16 meurtres de femmes comme outil de destruction de la constitution ».

28 Voir dans ce sens l’image en annexe II.

29 Extrait de l’article « Journée Mondiale de l’homme ».

30 Voir annexe III.

31 Bien que ODEM se présente comme un espace inclusif et égalitaire, le terme « combattants » est utilisé uniquement lorsqu’il est fait référence aux membres masculins.

32 La grosseur en particulier semble être intrinsèquement liée au manque d’attirance.

33 Voir p. ex. l’article « Le “droit” des femmes à la misandrie ».

34 Extrait de l’article « Féminisme intersectionnel, victimisation et islam ».

35 Voir p. ex. l’article « Prostitution et féminisme. Un examen historique de la façon dont le féminisme a diabolisé la sexualité masculine ».

36 Extrait de l’article « Les poupées sexuelles et le féminisme ».

37 Voir p. ex. l’article « Le phénomène de la désinformation, le phénomène Mandela et le féminisme ».

38 Extrait de l’article « Le phénomène de la femme supérieure ».

39 Voir p. ex. l’article « La coparentalité a été le point de départ ».

40 Voir p. ex. l’article « La violence lesbienne et sa dissimulation par le féminisme ».

41 Voir p. ex. la publication en annexe IV.

42 Voir dans ce sens Dupuis-Déri (2009).

43 Voir p. ex. l’article « Auto-castration et féminisme ».

44 À l’exemple des associations féministes qui opèrent un décompte des féminicides, les membres d’ODEM opèrent un décompte des meurtres et des infanticides commis par les femmes.

45 Voir dans ce sens l’annexe VI.

46 En raison de l’orientation idéologique du contre-public en question, nous n’avons pas encore mené d’entretiens, et à ce stade, nous ne disposons ni des informations sur le profil démographique des membres d’ODEM, ni des informations sur leurs motivations et expériences.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe I
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre Annexe II
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Annexe III
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Annexe IV
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Annexe V
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Annexe VI
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/15642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitra Laurence Larochelle, « Discours antiféministes à l’ère numérique : le cas d’un contre-public grec »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 28 | 2024, mis en ligne le 26 juin 2024, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/15642

Haut de page

Auteur

Dimitra Laurence Larochelle

Dimitra Laurence Larochelle est maîtresse de conférences à l’Institut de la Communication et des Médias de la Sorbonne Nouvelle, rattachée à l’équipe de recherche Irméccen. Elle coordonne avec Hélène Bourdeloie le projet intitulé « La Grossophobie En ligne. Représentations, discours et usages. Le cas d’Instagram (GENRI) » et soutenu par l’Institut du Genre et la MSH Paris Nord à partir de janvier 2023.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search