Navigation – Plan du site
Spicilège

L’image à l’épreuve de l’ironie

Les degrés d’énonciation et de réception du récit audiovisuel
Laurent Jullier

Résumés

Comment savoir qu’un cinéaste produit une image ironique, c’est-à-dire, selon la formule de Sperber & Wilson, un acte de langage qui « attire davantage l’attention sur l’énoncé lui-même que sur ce dont l’énoncé traite » ? C’est la question de l’énonciation au deuxième degré (et au-delà du deuxième), que Roland Barthes proposait d’appeler « bathmologie ». Plusieurs défis attendent le chercheur ici : le doute à propos de la sincérité de l’énonciateur ; la possibilité offerte au public d’avoir à son tour une attitude ironique, que l’image le soit déjà ou non ; enfin, des deux côtés de l’écran, toutes sortes de feintises qui permettent de grimper dans l’échelle des degrés d’énonciation. L’article s’arrête au cinquième barreau de l’échelle, quand il n’y a plus de communication puisqu’aucun lien particulier n’est plus à inférer entre le signe et le sens.

Haut de page

Texte intégral

« It’s very meta. »1

1Quand un orateur s’exprime sans vouloir être pris au pied de la lettre, on dit de lui qu’il parle « au second degré ». Du moins lorsqu’on a saisi son intention… Parfois, il s’adresse à des happy few dont on n’est pas ; d’autres fois c’est l’inverse, on détecte une intention ironique là où pour sa part il avait mis toute sa sincérité et toute sa confiance dans le pouvoir dénotatif des mots. Le présent article se propose d’aborder cette question du degré d’énonciation, non dans le cas du langage verbal mais dans celui des récits audiovisuels, un cas d’autant plus épineux que les images et les sons qui les composent sont volontiers reçues « au premier degré » comme de fidèles empreintes du monde que ces récits décrivent, même quand il s’agit de fictions. L’approche sera forcément interdisciplinaire : la question des degrés croise par essence, en effet, la philosophie du langage, la pragmatique, la sémiologie et les sciences de l’information-communication, mais aussi – il suffit de se souvenir combien il est désagréable, en société, de ne pas savoir comment prendre une assertion – la sociologie de la distinction.

2Partons d’un exemple simple :

— « Quelle foule ! », laissa tomber Marie une fois poussée la porte du café, et Pierre eut un sourire.

3Il y a bien des façons d’analyser cette phrase. S’intéresser à la grammaire, au style ainsi qu’au sens des mots tel qu’un dictionnaire le répertorie, produira une analyse d’obédience textualiste, qui autonomise le langage verbal. Mais on peut vouloir, a contrario, remettre les mots dans le monde, et se pencher davantage sur Marie et sur Pierre. Comment ces deux-là communiquent-ils ? Qu’est-ce qui se joue entre eux ? Pour répondre, il manque le contexte. Il nous faudrait surtout savoir si le café est bel et bien plein à craquer ou alors désespérément vide. Car la remarque de Marie s’applique indifféremment à l’un et à l’autre cas. La grammaire n’y trouvera rien à redire (sa phrase est correcte), mais la pragmatique, si, car l’information en dépend. Si le café affiche effectivement complet, la remarque de Marie semble tautologique dans sa façon de traduire une scène visuelle en deux mots ; seul le ton sur lequel elle la prononce pourrait nous renseigner sur son sentiment à la vue de ce pic de fréquentation. Mais si nulle âme qui vive, hors le barman, n’est venue ce soir, Marie passe de la tautologie à l’ironie, « figure de rhétorique par laquelle on dit le contraire de ce qu’on veut faire comprendre »2. La différence est de taille. C’est celle du degré d’énonciation. Marie parle au premier ou au deuxième degré selon le nombre de clients effectivement présents.

  • 3 Pour une explication de la présence des guillemets ici, voir dans cette même revue : L. Jullier, «  (...)
  • 4 « Tout discours est pris dans le jeu des degrés. On peut appeler ce jeu : bathmologie. (…) Une scie (...)
  • 5 Proposition de traduction française de « Moving Image Studies », préférable au pesant et contestabl (...)

Maintenant, faisons de Marie une cinéaste, et transformons le langage verbal en « langage »3 audiovisuel. Tout de suite, les choses se compliquent : c’est pourquoi la question du degré d’énonciation, que Roland Barthes proposait d’appeler bathmologie4, n’est pas un problème banal ni rebattu en Sciences de l’Image Animée5. Comment un cinéaste s’y prendrait-il pour filmer le café au deuxième degré ? Encore la description de la situation initiale manque-t-elle de précision. Le sourire de Pierre ne dit pas s’il est sur la même longueur d’onde que Marie. Si le café regorge de clients, c’est peut-être un sourire d’acquiescement chaleureux ; s’il n’y a pas un chat, c’est peut-être un sourire de commisération, car Pierre n’a pas saisi l’ironie et met en doute la compétence linguistique de son interlocutrice ou la bonne santé de ses nerfs optiques. De surcroît, il n’y a guère de raisons de s’arrêter à deux degrés…

4Cette complexité constitue peut-être l’un des facteurs d’explication de la domination, sur le marché académique, des analyses de film textualistes, celles qu’il indiffère de de savoir combien de clients le café accueille. Mais elle n’est pas si grande qu’elle échapperait à toute tentative de compréhension. Il suffit d’avancer, même si l’agrément de lecture du résultat s’en ressent, « crescendo », degré par degré, depuis l’absence totale de hiatus entre les mots et les choses (premier degré) jusqu’à l’indépendance complète, quand cesse toute communication digne de ce nom entre les parties en présence (cinquième degré).

Premier degré

  • 6 « Au plan individuel, le concept de littératie réfère à l’état des individus qui ont assimilé l’écr (...)
  • 7 Pour se faire une idée de la taille du dragon en question, voir le dialogue entre Umberto Eco et Ri (...)

5Le premier degré a son royaume composé du petit ensemble des sociétés humaines qui ignorent la littératie6, pour la bonne raison que leurs langues ne sont pas écrites. La parole y est indissociable de son contexte, et la question « que signifie ce mot ? » est incompréhensible, faute de considérer ce mot comme une entité autonome alors qu’il constitue en quelque sorte, aux yeux de celui qui l’utilise, le prolongement naturel et la conséquence perceptible d’un élan intérieur, aussi évident qu’un soupir ou qu’un rire. Pour trouver l’équivalent de cet éden de sincérité dans le monde des images, il faut affronter le dragon habituel, l’intentio auctoris7. Comment puis-je acquérir la certitude que les auteurs d’un film considèrent le cinéma sans distance, comme le prolongement naturel de leur désir de s’exprimer ?

  • 8 Voir par exemple Stanley Cavell, Philosophie des salles obscures. Lettres pédagogiques sur un regis (...)
  • 9 Frédéric Cossutta, Le Scepticisme, Paris, PUF, 1994, p. 104.
  • 10 Cameron Crowe, Conversations with Billy Wilder, Londres, Faber & Faber, 1999, p. 275.

6Une voie possible consiste à retourner au temps des pionniers et de l’« enfance de l’art », quand on ne soupçonnait pas que le cinéma puisse avoir un « langage » à lui ni même qu’un film puisse être signé par son auteur. Ou, sans aller aussi loin, retourner au cinéma classique hollywoodien, souvent cité lui aussi comme une source de premier degré, avec à l’appui les déclarations de ses scénaristes, dialoguistes et autres réalisateurs acquis aux causes, chères à Stanley Cavell, du méliorisme ou du perfectionnisme moral8. Ainsi Billy Wilder entendait-il fournir à son public une matière à penser incompatible avec la métadiscursivité – ou, pour le dire plus précisément, avec la « clause autorelativisante du discours »9 – inhérentes à l’ironie : « Même [mes] films de guerre, disait-il, même Sunset Boulevard, sont des bancs d’essai, des préambules aux grandes choses qui vont arriver dans nos vies ; ils sont destinés à être utilisés »10.

  • 11 Publié en 1995. URL : http://www.dogme95.dk/the-vow-of-chastity/.
  • 12 Voir par exemple (le titre est parlant) : Claire Chatelet, « Dogme 95 : un mouvement ambigu, entre (...)
  • 13 Dans cette expérience de pensée, le protagoniste suit des règles d’énonciation, faisant croire à so (...)
  • 14 « Chez de nombreuses espèces il y a une "course à l'armement" qui fait augmenter à la fois la capac (...)

7Bien entendu, les déclarations des cinéastes ne suffisent pas. Le manifeste du Dogma11, par exemple, entendait promouvoir une simplicité digne du premier degré, mais à regarder les films tournés sous son égide, à commencer par Dancer in the dark, nombre de spectateurs se prennent volontiers à en douter12. Pour contourner l’intentio auctoris, on se rabattra avec profit vers la validation intersubjective. Plus il y a de spectateurs qui croient à la sincérité de l’auteur quant à son rapport au médium, plus les chances existent d’avoir affaire à une énonciation dépourvue d’ironie. Et au cas où cet auteur serait un petit malin satisfait d’avoir manigancé, en copiant ses collègues les plus sincères, une œuvre sciemment destinée à provoquer l’inférence d’un premier degré sans calcul, qu’est-ce que cela changerait, la manipulation se trouvant si bien dissimulée que personne ne la détecterait, un peu comme dans l’expérience de la Chambre chinoise de Searle13 ? On peut faire confiance à l’esprit humain, en la matière, puisque notre intelligence, au cours des millénaires, a évolué en grande partie pour nous aider à évaluer chez nos congénères la possibilité qu’ils mentent avec le dessein de profiter de nous dans le cadre d’un échange inégalitaire14.

8Soit, en guise de classique de l’Age d’or, Les Aventures de Robin des Bois (Michael Curtiz & William Keighley, 1938), exemple-type du film conçu et reçu avec sincérité, comme le montrent les dernières lignes de la critique parue à l’époque dans le New York Times :

  • 15 Frank S. Nugent, « Movie Review: The Adventures Of Robin Hood », New York Times du 13-05-1938. URL  (...)

« Comme ils [les ennemis de Robin] sont entiers dans leur vilenie, et comme les enfants, lors des matinées, vont les siffler ! Nous, nous ne pouvons pas. Nous nous délectons bien trop de les voir »15.

9Ce bonheur simple, sans arrière-pensée, se retrouve dans les critiques des internautes postant leur avis depuis les quatre coins du monde sur l’IMDb, la plus grosse base de données cinéma du web :

« Il y a un certain nombre de choses, dans la vie, qui vous réconfortent immédiatement. Ça peut être un bon vieux pull, une tasse de soupe à la tomate bien chaude quand il gèle dehors, ou encore le sourire de votre gamin. À toutes ces choses, pour ma part, j’ajoute Les Aventures de Robin des Bois »16.

10Sans oublier la mention du perfectionnisme moral mentionné plus haut :

  • 17 <Ryan Brown> (USA), 30-03-2009. URL : voir note 16.

« Le film donne aux spectateurs une vue pénétrante de ce qui différencie le bien et le mal, le bon apparaissant sous les traits d’un hors-la-loi »17.

11Cependant, si l’on revient à notre exemple de départ, ce n’est pas parce que Marie parle « au premier degré » que Pierre va aller dans le même sens qu’elle. Si le café est effectivement plein à craquer, Pierre va peut-être trouver sa remarque un peu niaise, ou à tout le moins inutile. Une expression un temps à la mode au sein de la jeunesse française convenait bien à cette situation, qui voyait l’interlocuteur à réagir une banalité en laissant tomber sarcastiquement :

— « Merci, Captain Obvious ! ».

  • 18 « L’attitude camp suppose de tout voir entre guillemets. Ce n’est pas une lampe mais une “lampe” ; (...)

12S’il ne connaît pas cette expression, Pierre pourrait aussi avoir recours au quoting spirit, cet élément de la stratégie camp qui consiste à mettre les mots entre guillemets, en appuyant leur prononciation d’une certaine façon ou en faisant un petit geste des mains pour dessiner les guillemets dans l’air18 :

— « Oui, “quelle foule”… » (sous-entendu : ma pauvre Marie, si c’est tout ce que tu trouves à dire…).

13Cet écart existe aussi dans le cas des Aventures de Robin des Bois, dont la réception « naïve » dépourvue d’arrière-pensées métadiscursives n’est pas majoritaire au sein des user reviews de l’IMDb. Nombre de leurs messages connotent en effet un certain recul, qu’il s’agisse de réinscrire le film dans l’histoire d’Hollywood ou de le voir comme un instrument idéologique :

  • 19 <Igenlode Wordsmith> (Grande-Bretagne), 08-05-2004. URL : voir note 16.

« La magie de l’escapism dans sa forme la plus pure »19.

  • 20 Définition du Merriam-Webster. URL: https://www.merriam-webster.com/dictionary/escapism.
  • 21 Antoine Cucioli, « La Communication verbale, l'aventure humaine » (1967), cité par Anne Trévise, «  (...)
  • 22 Armand Mattelart & Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003, p. 17 (...)
  • 23 Victoria D. Alexander, Sociology of the Arts. Exploring Fine & Popular Forms, Malden, Blackwell Pub (...)

14Rappelons ce qu’est l’escapism, terme sans véritable équivalent en français : « forme de divertissement qui permet aux gens d’oublier les problèmes de la vie réelle »20. Notre internaute ne fait pas d’ironie, sans doute, mais il affiche tout de même une attitude métadiscursive, le projet communicationnel du film étant détaché pour se voir considéré seul. Cette façon de se dire « ah ! je vois ce que le film cherche à me faire ! » est incompatible avec le premier degré, et l’on conviendra, dans le cadre de cet article, d’y voir plutôt une réception au deuxième degré. Cette acception large de l’expression « deuxième degré » n’inclut donc pas seulement l’ironie mais, comme il le sera développé à la section suivante, la métadiscursivité en général. Après tout, « deuxième degré » n’est pas un terme scientifique possédant une définition d’essence institutionnellement stabilisée… La métadiscursivité naît en effet de situations où « le langage est remis en question, [où il n’est] plus aussi transparent que nous l’imaginions parfois. [Il trahit alors son] ambiguïté foncière : les mots, ces médiateurs par excellence, nous font ressentir leur opacité, et nous révèlent qu’il n’y a pas une relation immédiate entre eux et les choses »21 – la description concerne le langage verbal mais la transposition aux images est aisée. Ainsi, entre l’expérience des exploits de Robin et leur représentation à l’écran se glisse, pour l’internaute ci-dessus, le soupçon (vieux d’un siècle22) de la manipulation des masses par les classes dirigeantes, appelé aussi « hypothèse de la seringue hypodermique »23. Notre critique amateur peut très bien apprécier le film, mais il se voit l’apprécier, parce qu’il ressent l’« opacité des images » et qu’il a découvert sous elle un pouvoir opprimant. Autre exemple du même acabit :

  • 24 < Allegra Sloman> (Vancouver, Canada), 01-08-2009. URL : voir note 16.

— « Quand j’ai découvert que ce film avait reçu l’Oscar du Meilleur montage j’ai éclaté de rire, tellement on y voit de fautes de continuité »24.

  • 25 Dagmar Pichová, La Communication ironique dans "Le Roman comique" de Scarron, thèse de litt. compar (...)

15Cet internaute pose sur Les Aventures de Robin des Bois, qui date des années 1930, un regard typique des internautes des années 2010 adeptes de la chasse aux erreurs de continuité et autres bévues (goofs). Le progrès technique, à commencer par la possibilité offerte de faire de l’image-par-image en regardant le film sur un ordinateur, permet en effet de les détecter bien plus facilement qu’avant. En fait il n’y a pas de quoi rire, car Les Aventures de Robin des Bois a été monté pour être vu dans des salles de cinéma ; or le partage des rôles, chez le spectateur, entre vision fovéale et vision périphérique n’est pas le même selon que le film passe sur un tout petit ou sur un très grand écran. Pour détecter les fautes de continuité, il faut en général diriger son attention (vision fovéale) sur les coins de l’image, ce qui d’une part est plus facile devant un écran domestique, et d’autre part oblige à regarder d’abord l’image, comme le fait notre internaute, comme une représentation déconnectée de l’histoire dont elle participe à faire le récit. Son commentaire est teinté d’ironie ; or, soixante-quinze ans plus tôt, le monteur a travaillé avec beaucoup de sérieux, sans se montrer le moins du monde ironique envers les règles de montage en vigueur à son époque. Notre internaute exemplifie donc « la possibilité́ d’être un ironiste malgré soi, lorsque les propos sont interprétés comme ironiques par les destinataires. Ce schéma défectif qui apparaît en raison d’une surinterprétation erronée doit pourtant contenir des indices ironiques. Ainsi, sans s’en rendre compte, c’est-à-dire, sans intention ironique, l’ironiste malgré soi [ici, donc, le monteur de Robin des Bois] sème des indices qui dirigent le destinataire vers une interprétation ironique »25.

  • 26 Voir description de cette pratique culturelle dans Laurent Jullier & Jean-Marc Leveratto, Cinéphile (...)

16Si l’on passe maintenant outre, à la façon de Richard Rorty, tout recours à l’intentio auctoris, il suffit de chercher sur le web les films dont les internautes se mettent d’accord pour dire qu’ils sont consommables sans arrière-pensée ni mobilisation d’un savoir cinéphile. Ce ne sont pas les listes qui manquent, en la matière, sur les sites de prédilection de la « cinéphilie 2.0 »26 ; par exemple sur Vodkaster :

— « 100 % plaisir, sans prise de tête », liste de 100 films par <sevenart> ;

— « Des films simples et sympas, sans prise de tête, juste pour profiter de son canapé dans un caleçon molletonné », liste de 137 films par <crapi29>27.

Ou sur SensCritique :

— « On passe un bon moment devant », liste de 84 films par <MelleCharlyne> ;

— « Ces films pour passer un bon moment », liste de 28 films par <nesquik>, qui précise « On ne parle pas ici uniquement de chefs-d’œuvre, mais plutôt de films qui répondent simplement à ce qu’on attend d’eux »28.

17Plus encore que l’absence de « prise de tête », un bon indicateur d’inférences au premier degré est la reconnaissance de la capacité du film à faire pleurer, sachant que les larmes ne sont guère compatibles avec la distance réflexive, et encore moins avec l’ironie :

— « 40 films qui nous font pleurer à tous les coups », liste du magazine Glamour ;

— « Top 15 des films qui font pleurer (…), à redécouvrir au chaud sous la couette », liste du magazine Elle ;

— « 10 films qui font pleurer les hommes », liste de GQ Magazine29.

18Hors les larmes, il est également possible de reconduire cette démarche avec d’autres genres cinématographiques dont la qualité passe par la propension à faire de l’effet en matière émotionnelle, comme l’horreur, le film à suspense ou le film érotique – mais plus difficilement avec le cinéma comique. Appelant parfois la moquerie et l’ironie, le genre comique conduirait l’analyste à essayer de voir dans quelle mesure celles-ci s’appliquent, chez le spectateur qu’il observe, aux personnages et aux situations narratives (premier degré) et non au film lui-même (deuxième), tâche aussi délicate que vaine.

Deuxième degré

  • 30 Au sens de Peirce. Voir par exemple, pour des précisions : David Savan, « La Séméiotique de Charles (...)

19Dans le champ des sciences humaines, le deuxième degré tel qu’on l’entend au sens large vu plus haut suppose de considérer dans le langage, avant tout, les imperfections de l’interprétant30 conventionnel qui relie les mots aux choses. Des outils conceptuels comme la Chambre chinoise de Searle déjà mentionnée, ou encore la différance de Derrida, dans cette logique, soulignent combien il est prudent de voir dans les mots une représentation du monde en termes de vérité-croyance davantage qu’en termes de vérité-correspondance, avec pour ancêtre en la matière le courant du nominalisme. Cette prudence n’est pas réservée aux universitaires ; une remarque du quotidien comme :

— « Dis-donc, c’que tu causes bien ! »

attire déjà, à elle seule, notre attention sur le fonctionnement du langage verbal, et toutes les connotations qu’il charrie hors le but communicationnel que se fixent ses usagers quand ils s’apprêtent à s’exprimer. X a voulu dire quelque chose à Y, mais manque de chance, comme dans l’expression vue plus haut de « Captain Obvious », Y ne s’est intéressé qu’à la forme et pas au fond : X « cause bien » ; maintenant il va peut-être lui falloir reformuler son assertion, surtout s’il cherchait à produire un effet performatif sur Y par le biais du contenu de son discours.

  • 31 Pour un résumé des différentes approches disciplinaires de l’ironie, voir Elena Siminiciuc « Echo, (...)
  • 32 Catherine Kerbrat-Orecchioni, La Connotation, Lyon, PUL, 1977, p. 134.
  • 33 « Un trope se caractérise par la substitution, dans une séquence signifiante quelconque, d'un sen (...)
  • 34 Ibid., p. 64.
  • 35 Dominique Maingueneau, « De la subversion à l'ironie, Polyphonie et ironie », Analyser les textes (...)
  • 36 Alain Berrendonner, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit, 1981, cité par Dagmar Pi (...)
  • 37 Deirdre Wilson & Dan Sperber, Meaning and Relevance, Cambridge, Cambridge U. Press, 2012, p. 134. U (...)
  • 38 Deirdre Wilson & Dan Sperber, « Relevance Theory », in Horn, L.R. & Ward, G. (dir..) The Handbook o (...)
  • 39 Deirdre Wilson & Dan Sperber, « Les ironies comme mentions », Poétique n° 36, 1978, p. 403.

20Catégorie reine du second degré, l’ironie verbale a fait l’objet d’un nombre colossal de travaux31. L’une des stratégies des chercheurs, pour l’étudier, consiste à combiner rhétorique et pragmatique : Catherine Kerbrat-Orecchioni considère ainsi l’ironie comme une forme d’insincérité dans laquelle le locuteur « dit A, pense non-A et veut faire entendre non-A »32. L’ironie est alors vue comme un trope33 qui « a quelque chose de “retors” : il détourne du droit chemin l’énoncé qu’il investit, imposant à l’émetteur comme au récepteur un surplus de travail cognitif »34. L’énonciation ironique « présente [donc] la particularité de se disqualifier elle-même, de se subvertir dans le mouvement même où elle se profère »35. L’autre stratégie bien connue sur le marché des théories consiste à adjoindre, cette fois, les sciences cognitives à la pragmatique, sachant que « l’ironie repose sur une opposition qui existe entre l’explicite et les connaissances du contexte de communication »36 – ce contexte étant dans notre exemple de départ le nombre de clients dans le café. Pour le dire avec les mots de la Théorie de la pertinence de Sperber & Wilson, l’intention première de Marie, quand l’absence de clients fait de son assertion une antiphrase, n’est pas de fournir à Pierre une information à propos du contenu de la pensée que Pierre lui attribuera, mais de « transmettre sa propre attitude face à cette pensée »37. Elle adopte une « attitude dissociative » consistant en un « écho moqueur »38. L’étrangeté de sa remarque, le renoncement apparent de Marie à toute vérité-correspondance, nous font comprendre qu’elle veut « attirer l’attention sur l’énoncé lui-même et non sur ce dont l’énoncé traite »39.

  • 40 Ce dernier cas le ferait retomber dans le premier degré.

21Au cinéma, l’ironie de l’auteur peut s’exercer sur différentes dimensions du récit. On en choisira deux, pour ne pas être trop long : le style et les personnages. S’agissant du style, d’abord, penchons-nous sur Une femme est une femme (1961), dans lequel Jean-Luc Godard, dès l’ouverture, bouscule plusieurs conventions du récit cinématographique classique relatives à la transparence. Il s’attaque notamment à la correspondance entre son et image (les bruits apparaissent ou disparaissent sans souci du moindre naturalisme en la matière) et à l’inviolabilité du quatrième mur (Anna Karina nous fait un clin d’œil ostensible à peine le film commencé). Au travers de ces procédures, quoiqu’on puisse discuter longtemps pour savoir s’il se moque du « langage » classique, s’il se contente de critiquer sa conventionalité par trop arbitraire ou s’il met simplement en place un style particulier sans le moindre égard pour ce qui se pratique ailleurs ou s’est pratiqué jadis40, Godard, indéniablement, du moins aux yeux d’un public habitué aux modes de représentation audiovisuels courants, « attire davantage l’attention sur l’énoncé lui-même que sur ce dont l’énoncé traite », pour reprendre les termes de Sperber & Wilson.

22Nombre d’internautes se trouvent sur la même longueur d’onde que lui :

— « Malgré tant d’innovations dans le langage cinématographiques depuis toutes ces années, le style de Godard a gardé une insurpassable vitalité dans sa manière de considérer le film comme jeu »41.

  • 42 <Graham Greene> (Grande-Bretagne), 16-04-2008. URL : voir note 41.

— « Il joue avec les codes et les conventions, simplifiant l’intrigue et les personnages à un point quasi ironique »42.

  • 43 Dagmar Pichová, op. cit., p. 26.
  • 44 Façon, partagée au sein d’une communauté cinéphile, de concevoir les attentes et les habitudes de l (...)

23D’autres, bien entendu, ne suivent pas l’auteur sur ce terrain. « Dans le public de l’ironie, en effet, il est possible d’observer un cas particulier de destinataire que nous pouvons appeler l’anti-ironiste. Après avoir déchiffré le caractère ironique du message, le destinataire peut choisir de refuser de se transformer en complice de l’ironie et de suivre les exigences de la communication ironique »43. Il s’agit en général de spectateurs qui, se trompant de paradigme cinéphile44, regardent ce film moderniste comme un film narratif courant. Ils le trouvent alors « inhabitable » au sens où il leur refuse l’empathie, qu’ils ont coutume de ressentir, avec l’héroïne principale :

  • 45 < Michael_Elliott> (Louisville, Kentucky), 10-08-2008. URL : voir note 41.

— « J’ai vraiment eu du mal à me sentir concernée par la fille ou même à comprendre ses choix »45 ;

ou simplement ennuyeux pour cause d’absence de l’habituel lien causal fort entre les scènes :

  • 46 L’original est plus subtil : « Une bore est une bore », bore signifiant « chose ennuyeuse ». <Neal> (New </Neal> (...)

— « Un pensum est un pensum »46 ;

ou encore « mal fait » parce que la contestation des normes est prise pour une incapacité de parvenir à les respecter :

  • 47 <WShakespeare> (Vallejo, Californie), 20-05-2015. URL: voir note 41.

— « Quand je pense qu’il y a des critiques pour interpréter cet amateurisme de réalisateur inexpérimenté comme une marque de génie… »47.

24Mais il faut aussi compter avec les internautes qui ne voient pas le second degré, ou qui l’écartent comme trait non pertinent, trouvant leur compte dans ce qui au départ ne semblait pas adapté au genre de paradigme cinéphile qu’ils utilisent couramment :

  • 48 <rcraig62@comcast.net> (Brick, New Jersey), 15-08-2004. URL : voir note 41.

— « Je recommande fortement ce film aux fans de bonnes comédies romantiques »48.

25La même chose peut être observée avec un film qui, cette fois, exerce son ironie sur ses personnages, filmés par ailleurs dans un style reprenant nombre de conventions classiques sans chercher à déconstruire la transparence du récit. Ce sera Fargo, des frères Coen (1996), qui montre des malfrats idiots tuer par idiotie leur victime non moins idiote. Les spectateurs complices en ironie apprécient :

— « Peu importe combien de temps on les voit à l’écran, les personnages sont incroyablement tordants à regarder »49 ;

certains incluant dans la démarche de moquerie non seulement les personnages mais l’entreprise même de les filmer :

  • 50 <moviesleuth2>, 26-04-2009. URL: voir note 49.

— « Depuis la stupidité crasse, sinon l’ineptie complète, des personnages jusqu’à la façon bizarre dont tout le monde s’exprime avec de drôles d’accents, les Coen ne prennent jamais Fargo trop sérieusement »50 ;

26Une fois de plus, tout le monde n’apprécie pas le second degré. Là encore apparaissent des spectateurs attachés au premier degré, mécontents de ne pas retrouver les préoccupations éthiques des récits classiques :

  • 51 < jrfranklin01> (Palm Beach, Floride), 22-08-2004. URL : voir note 49.

— « Les Coen se moquent bizarrement de la mort des personnages dont ils font le portrait, et dissuadent leur public de prendre le film trop sérieusement, préférant le mettre en état d’hypothermie grâce à leur dichotomie pour de bon/pour de rire »51 ;

  • 52 < CineCritic2517> (Pays-Bas), 22-10-2006. URL : voir note 49.

— « Depuis quand un kidnapping et un tas de morts sont-ils matière à rire ? »52.

27Enfin, on revoit ici aussi la figure de l’anti-ironiste, celui qui trouve tout de même son plaisir en choisissant uniquement dans le film ce qui est le plus compatible avec une énonciation non-réflexive. Certes, en l’occurrence, il se sent un peu seul, et son message a bien dû faire rire les fans les plus radicalement « second degré » des Coen, qui vouent un culte à des séries comme les Simpson ; mais il persiste et signe :

  • 53 < billpoet> (USA), 14-08-2005. URL : voir note 49.

— « Personne ne semble voir que Fargo est avant tout une belle et très simple histoire d’amour entre deux habitants ordinaires d’une petite ville américaine »53.

28C’est pour éviter ce genre d’écarts entre le degré d’énonciation et le degré de réception qu’Alcanter de Brahm (1868-1942) avait proposé d’ajouter au point d’exclamation et au point d’interrogation le point d’ironie (⸮), signe qu’il chargeait de signaler au lecteur l’intention ironique de l’auteur. Il n’a guère eu de succès en la matière, car son signe prive l’ironiste de la réaction inappropriée des béotiens qui, n’ayant pas saisi l’astuce, s’indignent ou protestent, amusant d’autant plus agréablement le petit malin responsable de la situation qu’ils le convainquent en général de sa supériorité intellectuelle. Des émoticônes comme ;-) suscitent, de nos jours, davantage d’engouement, car ils disent autant « je plaisante » que « je me moque », évacuant ce que la seule ironie peut avoir de méchant ou de cynique.

Troisième degré

  • 54 G. W. F. Hegel, Esthétique Tome I, Paris, LGF « Le Livre de poche », 2001, p. 206.

29Au deuxième degré, l’énonciateur se montrait sincèrement critique ; pas question pour lui de collaborer avec l’ennemi, celui qui confond la nature avec la culture, la simplicité de la volonté avec la gratuité conventionnelle de la représentation par les signes. Le prix à payer pour cette attention immodérée à la forme, c’était la difficulté de faire passer un contenu dissociable d’elle – une morale, une leçon, un Grand Récit ou même, plus modestement, une information sur une expérience vécue. C’est sans doute pourquoi Hegel définissait l’esprit d’ironie comme « l’autodestruction du magnifique, du grand et de l’excellent »54, lesquels s’accommodent magnifiquement du premier degré. Le troisième degré, lui, n’entend au contraire détruire aucun de ses deux prédécesseurs, même s’il les surplombe. La stratégie en vigueur à cette hauteur consiste bien plutôt à subtiliser à l’ennemi ses meilleures armes. Le troisième degré unit en effet le côté direct, franc du collier et universellement saisissable du premier degré à l’absence de niaiserie et à la distance dessillée du deuxième.

— « Overcrowded », laissa placidement tomber Marie en découvrant le café bondé.

30Voilà une possibilité parmi d’autres de troisième degré. Marie retrouve le confort chaleureux de la correspondance flagrante entre les mots et les choses, ou plutôt de la correspondance « parfaite », les guillemets (dans un rôle comparable à celui qu’elles tiennent, on l’a vu, dans l’esprit camp) faisant comprendre qu’elle n’est pas dupe de l’évidence naturelle de cette équivalence, puisqu’elle parle en anglais pour insister sur la culturalité de l’interprétant – sachant bien sûr qu’elle parle d’habitude français et qu’overcrowded (« surpeuplé ») n’est pas un anglicisme décrivant un état des choses que la langue française serait incapable d’exprimer sans recours à une périphrase. Le terme anglais, ici, attire donc l’attention sur le langage lui-même, mais sans pousser jusqu’au contrepied son écart avec le spectacle du monde.

31Les Aventuriers de l’Arche perdue, un classique de la postmodernité signé Steven Spielberg (1981), nous servira cette fois d’exemple. Ce film entend en effet retrouver l’esprit de simplicité conquérante du serial des années 1930, avec ses héros sans peur et sans reproches, tout en l’enrobant de l’excellence technique du blockbuster des années 1980 et d’un soupçon de distance ironique. Comme d’habitude, nombre d’internautes de l’IMDb reçoivent ce message cinq sur cinq :

— « Spielberg disait qu’il voulait une série B comme celles qu’il voyait dans sa jeunesse, mais son film surpasse n’importe quelle série B »55 ;

  • 56 <Dalbert Pringle> (Nouvelle-Zélande), 30-10-2016. URL : voir note 55.

— « Le film déborde de cascades à couper le souffle, assorties de quelques touches d’humour noir toujours bienvenues »56 ;

  • 57 <jzappa> (Cincinnati, Ohio), 28-10-2011. URL : voir note 55. Référence à trois films d’Alfred Hitchcock, et</jzappa> (...)

Les Aventuriers de l’Arche perdue, c’est le successeur dieselpunk des 39 Marches, de Saboteur et de La Mort aux trousses »57.

  • 58 Ce qui est encore plus flagrant dans le cas de George Lucas (producteur exécutif de ce film), dont (...)

32Mais, même si elle caractérise de nombreux courriels, cette harmonieuse symétrie n’est pas systématique. Quel que soit le degré d’énonciation, en effet, on trouve toujours des lectures dissonantes. C’est le cas chez les internautes qui n’ont pas compris que le troisième degré (au moins dans Les Aventuriers de l’Arche perdue) n’était pas la répétition ni le double exact du premier, mais une copie contrefaite ou légèrement exagérée – assez en tout cas pour laisser croire que l’énonciateur, s’il avait voulu, aurait pu faire un film moderniste à la narration déconstruite au lieu de réutiliser les conventions en place (il avait les compétences requises58, mais il a préféré s’amuser à faire comme au temps du règne de la vérité-correspondance entre les mots et les choses). Ainsi ce spectateur qui reproche plaisamment au scénariste, sur le mode ironique tout de même, d’avoir tu une explication importante :

  • 59 <belzebuebchen> (Berlin), 06-12-2004. URL : voir note 55. À la poursuite des nazis, Indiana Jones arrive assez tôt</belzebuebchen> (...)

— « Bon, l’histoire n’est pas exempte de reproches. Redites-moi voir comment le héros survit à sa petite ballade en sous-marin, déjà ? »59.

33Le clin d’œil aux solutions de facilité employées par les scénaristes sous-payés des anciens serials n’ayant pas été saisi, il n’est resté à notre internaute qu’un choix narratif que les standards classiques obligent à considérer comme une bévue. Dans le même ordre d’idées :

  • 60 <grybop> (Grèce), 24-10-2008. URL : voir note 55.

— « Le héros se tire des pires situations avec une incroyable aisance, la musique ridicule n’étant qu’une autre façon d’applaudir à ses actions »60.

34Ce spectateur mécontent trouve d’ailleurs le film « totalement prévisible et non-intentionnellement comique » ; il n’a pas saisi l’intention distanciatrice… D’autres internautes, enfin, comprennent bien le mécanisme du troisième degré, mais sa trop grande proximité avec celui du deuxième leur fait préférer le premier :

  • 61 <s_daad> (Grande-Bretagne), 25-10-2010. URL : voir note 55.

— « Les séries B des années trente dont se réclame Spielberg n’avaient pas la déplaisante ingénuité qu’on trouve ici. Elles étaient faites avec trois bouts de ficelle et entendaient seulement divertir ; surtout, jamais elles n’attiraient l’attention sur elles-mêmes »61.

35On voit ici que le spectateur retrouve la formule de Sperber & Wilson à propos de l’ironie qui « attire davantage l’attention sur l’énoncé lui-même que sur ce dont l’énoncé traite ».

36Cela dit, comme les deux premiers degrés, le troisième degré peut être plaqué sur des films qui n’ont pas été conçus dans cet esprit. Ainsi les nanarophiles sélectionnent-ils les objets de leur affection sur la double base de la maladresse technique du cinéaste combinée à son désir sincère de bien faire par amour pour son art (comme on peut le voir dans le film de Tim Burton Ed Wood, 1994). Les nanars, selon les spécialistes de Nanarland, sont des « films particulièrement mauvais qu’on se pique de regarder ou d’aller voir pour les railler et/ou en tirer au second degré un plaisir plus ou moins coupable »62. Si l’on revisite cette définition avec la nomenclature proposée ici, railler le film consiste effectivement à en faire une lecture au deuxième degré, mais en tirer un plaisir plus ou moins coupable s’apparente plutôt au troisième degré. Une formule de François Cau, l’une des têtes pensantes de Nanarland, va d’ailleurs dans ce sens ; à propos de la projection triomphale, en septembre 2016 au Grand Rex de Paris, du nanar espagnol de kung fu Karaté contre Mafia (1981), il déclare :

  • 63 Table ronde « Cinéphilies/sériephilies : un sport de combat ? », Maison de la Recherche de la Sor (...)

— « On n’a pas ri du film ; on a ri avec le film »63.

37Rire du film aurait été une moquerie au second degré, tandis que rire avec lui consiste à retrouver par-delà la nullité technique l’amour sincère du cinéma mis en œuvre par ses concepteurs, donc accéder au troisième degré.

Quatrième degré

38À cette hauteur on désire, comme au précédent, combiner les avantages des étages inférieurs. À nouveau, on emprunte donc à l’ennemi ses meilleures armes. L’ironiste, ici, n’est plus un militant radical de la déconstruction ; il a des accès de nostalgie du premier degré, certes pas au point de le copier (ce serait du troisième degré), mais à celui de laisser entendre que s’il avait voulu, pour reprendre les termes de la section précédente, il aurait pu faire un film de type classique à la narration transparente au lieu de bousculer plus ou moins ironiquement les conventions en place (il avait les compétences requises, mais il a préféré critiquer la vérité-correspondance de l’image animée).

— « J’adore les cafés déserts », lâcha Marie en poussant la porte du café bondé.

39Il est difficile, ici, de savoir si Marie confie à Pierre son goût pour les cafés déserts, ou si elle fait de l’ironie à propos du spectacle qu’ils ont tous deux sous les yeux. Elle a eu beau suggérer son emploi du quoting spirit mentionné plus haut en insistant un peu sur la prononciation de « j’adore » (éventuellement assortie d’un petit signe mimo-gestuel), Pierre ne sait pas trop sur quel pied danser. Pas d’inquiétude : plus on grimpe l’échelle des degrés, plus le risque est grand de ne pas se trouver sur la même longueur d’onde que l’interlocuteur. Le simple fait que Marie laisse planer le doute sur l’objet de sa remarque – ses goûts à elle ou le spectacle au présent ? – est une invitation à opter pour le quatrième degré.

40C’est ce qui fait la différence entre Une femme et une femme, dont nous avons déjà parlé, et, par exemple, Hurlements en faveur de Sade, le film que Guy Debord réalisa neuf ans plus tôt (1952). Le film de Debord, qui consiste uniquement en plans noirs et en plans blancs assortis de voix off, marque un refus radical de collaborer avec l’ennemi, ce cinéma « trop gras et trop bien nourri », comme dit Isidore Isou (dont on entend la voix ici) dans son Traité de bave et d’éternité (1951). Il ressemble plutôt à un essai, au sens où il ne raconte pas d’histoire ni ne représente visuellement de formes reconnaissables :

— « Quelque part on n’est pas très loin d’un type qui ferait exprès de faire le truc le plus insupportable possible pour montrer tous les défauts du cinéma »64.

41Face à ce monument de contestation, nous devons affiner notre jugement à propos d’Une femme est une femme. Le film de Godard, en effet, quoiqu’il critique lui aussi vertement, notamment dans son ouverture on l’a dit, les conventions cinématographiques du style transparent relatives à l’accord sons-images, raconte tout de même une histoire de trio amoureux ouvertement placée sous le signe d’Ernst Lubitsch (c’est le générique d’entrée qui le proclame). Il ne pousse pas la déconstruction jusqu’au bout ; au contraire, il ménage même quelques moments touchants en présentant les infortunes de son héroïne principale, assez touchants en tout cas pour qu’un usager de l’IMDb, on s’en souvient, le considère au premier chef comme « une bonne comédie romantique ». Pour être exact, il faudrait donc qualifier Une femme est une femme d’œuvre au quatrième degré, puisque la déconstruction n’y barre pas tout à fait le chemin à la lecture au premier degré, un peu comme l’ironie de Marie ci-dessus offre tout de même la possibilité de se renseigner de manière indicielle sur ses goûts en matières de sorties.

Cinquième degré

  • 65 Alice Béja & Ève Charrin, « Ironie partout, critique nulle part », Esprit n° 394, mai 2013, p. 14-1 (...)

42Passé le quatrième degré, a priori, on retombe forcément dans l’une des deux configurations précédentes, soit le troisième degré (faire comme au premier en montrant qu’on est tout de même en mesure de descendre au second), soit le quatrième (faire comme au deuxième en montrant qu’on est tout de même en mesure de descendre au premier). Mais le cinquième degré peut aussi signifier le dépassement de cette problématique de l’ajustement des niveaux de réflexivité entre l’intentio auctoris et les inférences produites à son sujet par l’interlocuteur. Ce dépassement peut être involontaire, surtout quand la répétition d’un message s’en mêle au point de le vider de sa substance. Par exemple, la critique au second degré fait mauvais ménage avec la performativité sitôt qu’elle devient une routine : « l’ironie jubilatoire peut mener à l’engagement, à la confrontation, au contact en somme. Mais qu’elle se répète sans pouvoir changer les travers qu’elle ridiculise, et elle change de nature : entre le moqueur et le monde elle dresse, blague après blague, une cloison de plus en plus étanche »65 – le cinquième degré étant atteint quand cette cloison devient effectivement étanche.

43Le cinquième degré, toutefois, n’est pas forcément un état communicationnel atteint de façon involontaire à force d’un excès de répétitions. Pour reprendre une dernière fois l’exemple de départ, on arrive ici à un stade où Marie produit des signes comme pour elle-même, offrant au mieux à Pierre l’occasion de les interpréter par le biais d’une libre association, hors de toute forme d’inférences de traits pertinents quant à l’intention communicante. Ils parlent, ils écoutent, mais ils ne se parlent ni ne s’écoutent vraiment. Deviner ce que Marie « voulait dire » en s’exprimant tient de la roulette ou du lancer de dés ; le savait-elle vraiment, d’ailleurs, ou, symétriquement, jouait-elle, elle aussi (avec les mots) ?

44On trouvera dans ce genre de messages autotéliques tout ce que l’on vient y chercher. Résultat : comprendre ci ou comprendre ça, en rire ou en pleurer, bâiller ou s’emporter, y voir de la propagande pour telle ou telle cause, une grosse farce ou une réflexion métaphysique, une métaphore de ceci ou de cela, tout va, tout convient. Un bon candidat cinématographique à l’exemplification de cette forme extrême de (non-)communication sera Rubber (Quentin Dupieux, 2010), qui raconte une tranche de la vie d’un pneu aux pouvoirs télékinésiques destructeurs. Le film n’en fait pas mystère, puiqu’il s’ouvre sur la phrase suivante, lancée face caméra par un des personnages :

— « Le film que vous allez voir est un hommage au « sans raison » (no reason), ce composant le plus puissant du style ».

  • 66 Flaubert, lettre à Louise Colet, 16/1/1852 ; le nom “MacGuffin” (traduisible par “machin-chose”) vi (...)
  • 67 Voir Edward Branigan, Narrative Comprehension and Film, Londres & New York, Routledge, 1992. Les gu (...)

45À la suite de quoi ce personnage verse par terre le verre d’eau qu’il venait de se servir… Lointain descendant du projet de « livre sur rien » de Gustave Flaubert et du MacGuffin cher à Alfred Hitchcock66, ce no reason est en effet l’antithèse complète du principe de lien de cause à effet entre les péripéties et les réactions des personnages, principe qui est au cœur des récits audiovisuels les plus aimés de tous les temps, et notamment ceux qui fonctionnent peu ou prou comme fables « faisant passer » un « message »67. Toutes les réactions sont possibles devant un tel film, y compris – quoiqu’elle demeure minoritaire sur l’IMDb – l’authentique réception « plate » au cinquième degré :

— « Absolument rien, ici, n’a de sens, et rien n’a à être expliqué »68.

46Bien entendu, nombre de spectateurs adeptes du premier degré sont déçus de ne pas trouver dans le film un récit narratif tel que ceux dont ils ont l’habitude :

  • 69 <allenelswick1979> (USA), 16-03-2011. URL : voir note 68.

— « Ce n’est même pas stupide ou moche, c’est rien, je vous assure, R – I – E – N. Et si c’était quelque chose, ce serait une perte de temps »69.

47D’autres, coutumiers du second degré, tentent de renvoyer à l’énonciateur l’ironie dont ils le pensent coupable :

  • 70 <Aeryk Pierson> (USA), 14-06-2011. URL : voir note 68.

— « 82 minutes de diarrhée artistique en mode “qu’est-ce que je suis malin, hein ?”… Merci, merci infiniment, Quentin. Vous êtes un chou »70.

48Le film a néanmoins son lot de fans, notamment ceux qui pensent que sa façon de laisser absolument libre l’interprétation nous amène à réfléchir à la fois sur les récits audiovisuels et sur la façon que nous avons de les investir. Ainsi ce spectateur, responsable de la citation en exergue du présent article :

  • 71 <SomethingPart2> (USA), 16-07-2011. URL : voir note 68.

— « Un film totalement original, techniquement impressionnant et drôle. Quantité de critiques se focalisent trop sur le fait que c’est un film sur un pneu qui fait exploser des trucs à distance. C’est beaucoup plus que ça… C’est très méta »71.

49Cependant, si les dandys et les sémiologues professionnels s’en accommodent, peu de spectateurs se sentent véritablement à l’aise avec l’exploration de la coupure entre les signes et le sens, telle qu’elle est mise en scène par les productions suprêmement smart (ou totalement ineptes, pour leurs contempteurs) du cinquième degré. Une patience ne remplace pas un jeu de société ; c’est une autre forme de plaisir dans le jeu – un plaisir solitaire. Un message autotélique, en effet, n’a besoin de personne d’autre que son émetteur pour exister. Or la grande majorité des spectateurs d’images animées, à en juger par les chiffres de fréquentation des salles et les audiences des séries télé, préfèrent avoir en face quelqu’un avec qui jouer ; en l’occurrence un énonciateur qui leur racontera une histoire au sens traditionnel du terme, assortie d’une dimension de fable dont ils pourront faire usage dans la vraie vie, ne serait-ce que sous forme d’une expérience de pensée. Avatar ou Intouchables, Game of Thrones ou Plus belle la vie, ne sont pas du tout des expérimentations « méta », mais des récits informés par la causalité, proposant des modèles et des anti-modèles de comportement. L’ironie n’y a guère de place, en tout cas pas celle qui conduit l’énonciation, pour reprendre les termes de Dominique Maingueneau cités plus haut, à « se disqualifier elle-même ».

Conclusion : gare au sémiocentrisme

50L’échelle des degrés d’énonciation existe parce qu’il y a du jeu entre les signes et les choses, les règles d’association entre les uns et les autres n’étant pas toujours très bien défendues ni même très fixées par les usages et par les institutions. Le premier degré, c’est un peu la négation de ce jeu : une forme si transparente qu’on a l’impression de produire ou de recevoir du contenu pur, des icônes au sens peircien. Le deuxième degré, à l’inverse, met tant les signes en valeur qu’on en oublie ce à quoi ils réfèrent. Le troisième, lui, voudrait mettre cartes sur table, sans mentir autant que le premier sur l’emploi des conventions ni faire mordre au langage sa propre queue comme le deuxième. Le quatrième rêve à ne pas sacrifier comme le deuxième la possibilité d’agir sur le monde en se servant des signes. Quant au cinquième, tout en haut de l’échelle, c’est la suspension de la communication, du moins celle que permettaient jusqu’ici des systèmes de signes reposant sur des conventions collectives.

51Au cinéphile ou au sériephile qui se lancerait dans une application de cette échelle à l’analyse d’un film ou à celle d’une série télévisée, on recommandera simplement, à la lumière de ce qui précède, de ne pas oublier deux choses :

    • 72 Sur cette opération, voir François Rastier, Sémantique interprétative 3e éd., Paris, PUF, 2009.

    La détermination d’un degré est affaire d’interprétation, donc de construction. On ne « trouve » pas qu’un récit est au premier ou au x-ième degré, on le décide sur la base d’indices que l’on conçoit comme tels72.

    • 73 Christian Metz, Langage et cinéma, Paris, Albatros, 1977 [1971], p. 56.

    Par conséquent, l’opération la plus intéressante dans le cadre des Sciences de l’Image Animée, si tant est que le programme de Christian Metz « comprendre comment le film est compris »73 tient toujours le haut du pavé, est probablement la comparaison d’écarts interprétatifs.

  • 74 Richard Rorty, Objectivisme, relativisme et vérité (1991), trad. fr. Paris, PUF, 1994, p. 94.
  • 75 Voir à ce propos : Dominique Chateau, Après Charlie : Le Déni de la représentation, Lormont, Le Bor (...)
  • 76 « S’il y a une chose que nos philosophes, “modernes” ou “post-modernes“, ont en commun, par-delà le (...)

52Attention aussi, au passage, à ce que l’on pourrait appeler, sur le modèle de l’ethnocentrisme, le sémiocentrisme. Il est très amusant, flatteur ou gratifiant, c’est selon, de dévaler en tous sens l’échelle des degrés en se sentant l’âme rortyenne, certain de savoir qu’on ne produit jamais rien de vrai sur ni avec les signes dont se composent les langages de toutes sortes mais simplement « des descriptions plus ou moins utiles »74. Cependant, il ne faudrait pas perdre de vue que, sur Terre, de nombreuses communautés ne valident pas ce rapport éminemment cool aux systèmes de représentation et de communication ; elles considèrent même qu’un signe peut constituer une offense ou un blasphème, le validant ainsi comme vérité-correspondance à l’objet qu’il entend représenter75. On se dit vite, alors, en essayant de se départir de toute « illusion scolastique »76, que ce qui compte, lorsque Pierre et Marie entrent dans le café, c’est moins le nombre de clients ou le style de la phrase prononcée par Marie ; ce qui compte vraiment au quotidien, dans la perspective du vivre ensemble, c’est que Pierre et Marie conçoivent tous deux leur échange au même degré – peu importe lequel.

Haut de page

Notes

1 Courriel d’usager du site IMDb à propos du film Rubber, 16-07-2011 ; URL : http://www.imdb.com/title/tt1612774/reviews/.

2 Article « Ironie » du TLF. URL : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv4/showps.exe?p=combi.htm;java=no;.

3 Pour une explication de la présence des guillemets ici, voir dans cette même revue : L. Jullier, « Le cinéma comme forme de communication floue », Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication n° 9, septembre 2016. URL : https://rfsic.revues.org/2208#ftn12.

4 « Tout discours est pris dans le jeu des degrés. On peut appeler ce jeu : bathmologie. (…) Une science nouvelle : celle des échelonnements de langage », Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Ed. du Seuil, 1975, p. 68.

5 Proposition de traduction française de « Moving Image Studies », préférable au pesant et contestable « Etudes cinématographiques et audiovisuelles » (le cinéma fait partie de l’audiovisuel).

6 « Au plan individuel, le concept de littératie réfère à l’état des individus qui ont assimilé l’écrit dans leurs structures cognitives au point qu’il infiltre leurs processus de pensée et de communication et que l’ayant ainsi assimilé, ils ne puissent plus se définir sans lui » : Régine Pierre, « Entre alphabétisation et littératie : les enjeux didactiques », Revue française de linguistique appliquée, vol. 8, n° 1, 2003. URL: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2003-1-page-121.htm.

7 Pour se faire une idée de la taille du dragon en question, voir le dialogue entre Umberto Eco et Richard Rorty dans leur livre commun : Interprétation et surinterprétation, Paris, P.U.F., 2002. Pour des précisions sur la position d’Eco, voir ses Limites de l’interprétation, Paris, Grasset & Fasquelle, 1992 ; et sur celle de Rorty, Objectivisme, relativisme et vérité (1991), trad. fr., Paris, PUF, 1994. Pour une position conciliante, voir Antoine Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Ed. du Seuil, 1998. Encore ces trois auteurs s’opposent-ils au déconstructionnisme, dont la prise en compte compliquerait encore davantage les choses.

8 Voir par exemple Stanley Cavell, Philosophie des salles obscures. Lettres pédagogiques sur un registre de la vie morale (2004), trad. fr., Paris, Flammarion, 2011.

9 Frédéric Cossutta, Le Scepticisme, Paris, PUF, 1994, p. 104.

10 Cameron Crowe, Conversations with Billy Wilder, Londres, Faber & Faber, 1999, p. 275.

11 Publié en 1995. URL : http://www.dogme95.dk/the-vow-of-chastity/.

12 Voir par exemple (le titre est parlant) : Claire Chatelet, « Dogme 95 : un mouvement ambigu, entre idéalisme et pragmatisme, ironie et sérieux, engagement et opportunisme », 1895 n° 48, 2006. URL : http://1895.revues.org/341; DOI : 10.4000/1895.341

13 Dans cette expérience de pensée, le protagoniste suit des règles d’énonciation, faisant croire à son interlocuteur qu’ils possèdent tous deux un code linguistique en commun ; mais en fait il ne comprend pas le « fond » du discours qu’il produit. En guise d’introduction, voir l’article Wikipédia. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chambre_chinoise.

14 « Chez de nombreuses espèces il y a une "course à l'armement" qui fait augmenter à la fois la capacité à tromper et la capacité à détecter la tromperie. D'où sans doute l'extraordinaire complexité du cerveau humain » : Randolph M. Nesse & Alan T. Lloyd, « The Evolution of Psychodynamic Mechanisms », in J. Barkow, L. Cosmides & J. Tooby (dir.), The Adapted Mind, Oxford U. Press, 1992, p. 606.

15 Frank S. Nugent, « Movie Review: The Adventures Of Robin Hood », New York Times du 13-05-1938. URL : http://www.nytimes.com/movie/reviewres=EE05E7DF173FB72CA0494CC5B67994886896.

16 <Marcus Eden-Ellis> (Grande-Bretagne), 03-02-2005. URL: http://www.imdb.com/title/tt0029843/reviews?ref_=tt_urv.

17 <Ryan Brown> (USA), 30-03-2009. URL : voir note 16.

18 « L’attitude camp suppose de tout voir entre guillemets. Ce n’est pas une lampe mais une “lampe” ; pas une femme mais une “femme” » : Susan Sontag, « Notes on "Camp" », The Partisan Review, automne 1964, p. 515- 530. URL: http://faculty.georgetown.edu/irvinem/theory/Sontag-NotesOnCamp-1964.html.

19 <Igenlode Wordsmith> (Grande-Bretagne), 08-05-2004. URL : voir note 16.

20 Définition du Merriam-Webster. URL: https://www.merriam-webster.com/dictionary/escapism.

21 Antoine Cucioli, « La Communication verbale, l'aventure humaine » (1967), cité par Anne Trévise, « Métalexique, métadiscours et interactions métalinguistiques », Linx, vol. 36 n° 1, 1997, p 45-46. URL : http://www.persee.fr/docAsPDF/linx_0246-8743_1997_num_36_1_1452.pdf.

22 Armand Mattelart & Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003, p. 17-18.

23 Victoria D. Alexander, Sociology of the Arts. Exploring Fine & Popular Forms, Malden, Blackwell Publishing, 2003, p. 51.

24 < Allegra Sloman> (Vancouver, Canada), 01-08-2009. URL : voir note 16.

25 Dagmar Pichová, La Communication ironique dans "Le Roman comique" de Scarron, thèse de litt. comparée, U. de Paris-Val-de-Marne, 2006, p. 25.URL : http://doxa.u-pec.fr/theses/th0245475.pdf.

26 Voir description de cette pratique culturelle dans Laurent Jullier & Jean-Marc Leveratto, Cinéphiles et cinéphilies. Une histoire de la qualité cinématographique, Paris, Armand Colin, 2010.

27 URL : http://www.vodkaster.com/listes-de-films/100-plaisir-sans-prise-de-tete/1233447; http://www.vodkaster.com/listes-de-films/pour-se-detendre/1299131.

28 https://www.senscritique.com/liste/On_passe_un_bon_moment_devant/62679 ; https://www.senscritique.com/liste/Ces_films_pour_passer_un_bon_moment/819236.

29 URL: http://www.glamourparis.com/video/cinema/playlist/40-films-qui-nous-font-pleurer-a-tous-les-coups/1009#avant-toi-de-thea-sharrock; http://www.elle.fr/Loisirs/Cinema/Dossiers/Notre-top-15-des-films-qui-font-pleurer; http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/cinema/articles/les-films-qui-nous-ont-fait-pleurer/49851.

30 Au sens de Peirce. Voir par exemple, pour des précisions : David Savan, « La Séméiotique de Charles S. Peirce », Langages vol. 14, n° 58, 1980, p. 9-23. URL : http://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1980_num_14_58_1844.

31 Pour un résumé des différentes approches disciplinaires de l’ironie, voir Elena Siminiciuc « Echo, paradoxe, feintise : les traits définitoires de l’ironie », intervention au 33e Colloque d’Albi « Langage et signification », 2012. URL: https://www.academia.edu/6304602/Echo_paradoxe_feintise_les_traits_définitoires_de_lironie.

32 Catherine Kerbrat-Orecchioni, La Connotation, Lyon, PUL, 1977, p. 134.

33 « Un trope se caractérise par la substitution, dans une séquence signifiante quelconque, d'un sens dérivé au sens littéral : sous la pression de certains facteurs co(n)textuels, un contenu secondaire se trouve promu au statut de sens véritablement dénoté, cependant que le sens littéral se trouve corrélativement dégradé en contenu connoté » : Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Rhétorique et pragmatique : les figures revisitées », Langue française n° 101, 1994 : « Les figures de rhétorique et leur actualité en linguistique », p. 57. URL: http://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1994_num_101_1_5843.

34 Ibid., p. 64.

35 Dominique Maingueneau, « De la subversion à l'ironie, Polyphonie et ironie », Analyser les textes de communication, Paris, Armand Colin, 1998, p. 152

36 Alain Berrendonner, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit, 1981, cité par Dagmar Pichová, op. cit., p. 23.

37 Deirdre Wilson & Dan Sperber, Meaning and Relevance, Cambridge, Cambridge U. Press, 2012, p. 134. URL: http://www.dan.sperber.fr/wp-content/uploads/WilsonSperber_ExplainingIrony.pdf.

38 Deirdre Wilson & Dan Sperber, « Relevance Theory », in Horn, L.R. & Ward, G. (dir..) The Handbook of Pragmatics, Oxford, Blackwell, 2004, p. 607-632. URL: https://www.dan.sperber.fr/?p=93.

39 Deirdre Wilson & Dan Sperber, « Les ironies comme mentions », Poétique n° 36, 1978, p. 403.

40 Ce dernier cas le ferait retomber dans le premier degré.

41 <kambiz kaheh>, 19-10-2004. URL: http://www.imdb.com/title/tt0055572/reviews?start=30.

42 <Graham Greene> (Grande-Bretagne), 16-04-2008. URL : voir note 41.

43 Dagmar Pichová, op. cit., p. 26.

44 Façon, partagée au sein d’une communauté cinéphile, de concevoir les attentes et les habitudes de lecture lorsqu’on s’asseoit devant un film ; voir détails dans Laurent Jullier, Qu’est-ce qu’un bon film ?, 2e éd. revue, Paris, La Dispute, 2012.

45 < Michael_Elliott> (Louisville, Kentucky), 10-08-2008. URL : voir note 41.

46 L’original est plus subtil : « Une bore est une bore », bore signifiant « chose ennuyeuse ». <Neal> (New York, USA), 04-05-2000. URL: voir note 41.

47 <WShakespeare> (Vallejo, Californie), 20-05-2015. URL: voir note 41.

48 <rcraig62@comcast.net> (Brick, New Jersey), 15-08-2004. URL : voir note 41.

49 <Cpartak> (USA), 05-04-2005. URL: http://www.imdb.com/title/tt0116282/reviews?ref_=tt_urv.

50 <moviesleuth2>, 26-04-2009. URL: voir note 49.

51 < jrfranklin01> (Palm Beach, Floride), 22-08-2004. URL : voir note 49.

52 < CineCritic2517> (Pays-Bas), 22-10-2006. URL : voir note 49.

53 < billpoet> (USA), 14-08-2005. URL : voir note 49.

54 G. W. F. Hegel, Esthétique Tome I, Paris, LGF « Le Livre de poche », 2001, p. 206.

55 <Aaron1375>, 19-04-2001. URL: http://www.imdb.com/title/tt0082971/reviews?start=0.

56 <Dalbert Pringle> (Nouvelle-Zélande), 30-10-2016. URL : voir note 55.

57 <jzappa> (Cincinnati, Ohio), 28-10-2011. URL : voir note 55. Référence à trois films d’Alfred Hitchcock, et jeu de mots avec « steampunk », courant de fictions postmoderne de mélange entre machines du xixe siècle et sociétés futuristes.

58 Ce qui est encore plus flagrant dans le cas de George Lucas (producteur exécutif de ce film), dont la carrière a commencé par des courts-métrages modernistes, que dans celui de son compère Steven Spielberg. Voir Laurent Jullier, Star Wars, anatomie d’une saga, 3e éd., Paris, Armand Colin, 2015.

59 <belzebuebchen> (Berlin), 06-12-2004. URL : voir note 55. À la poursuite des nazis, Indiana Jones arrive assez tôt pour monter sur le sous-marin qui enlève Marion et transporte l’Arche, mais pas pour monter à bord avant le départ. Il demeure cependant agrippé à la tourelle, position dans laquelle on le retrouve une fois le trajet accompli vers l’île secrète.

60 <grybop> (Grèce), 24-10-2008. URL : voir note 55.

61 <s_daad> (Grande-Bretagne), 25-10-2010. URL : voir note 55.

62 Glossaire du site Nanarland. URL: http://www.nanarland.com/glossaire-lettre-N.html.

63 Table ronde « Cinéphilies/sériephilies : un sport de combat ? », Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 09-06-2017.

64 <Moizi>, 18-10-2014. URL : https://www.senscritique.com/film/Hurlements_en_faveur_de_Sade/critique/40105576. En réalité, ce film ne déconstruit pas totalement le langage classique, puisqu’il comprend un enregistrement « fidèle », au vu des moyens de l’époque, de la voix de Guy Debord et du ton si particulier qu’il employait pour parler off.

65 Alice Béja & Ève Charrin, « Ironie partout, critique nulle part », Esprit n° 394, mai 2013, p. 14-16. URL : http://www.cairn.info/revue-esprit-2013-5-page-14.htm.

66 Flaubert, lettre à Louise Colet, 16/1/1852 ; le nom “MacGuffin” (traduisible par “machin-chose”) vient d'une histoire drôle que le scénariste Angus McPhail a racontée à Alfred Hitchcock ; celui-ci l'a emprunté pour désigner un prétexte scénaristique à faire avancer l'intrigue, ne possédant aucune valeur par lui-même (voir exemples sur TVTrope, URL : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/MacGuffin).

67 Voir Edward Branigan, Narrative Comprehension and Film, Londres & New York, Routledge, 1992. Les guillemets parce que bien sûr le message est co-construit par le public, et parce que la plupart du temps il clarifie une opinion déjà ancrée : voir à ce sujet Noël Carroll, A Philosophy of Mass Art, Oxford, Clarendon Press, 1998.

68 <white_fire4> (Canada), 20-03-2011. URL: http://www.imdb.com/title/tt1612774/reviews/.

69 <allenelswick1979> (USA), 16-03-2011. URL : voir note 68.

70 <Aeryk Pierson> (USA), 14-06-2011. URL : voir note 68.

71 <SomethingPart2> (USA), 16-07-2011. URL : voir note 68.

72 Sur cette opération, voir François Rastier, Sémantique interprétative 3e éd., Paris, PUF, 2009.

73 Christian Metz, Langage et cinéma, Paris, Albatros, 1977 [1971], p. 56.

74 Richard Rorty, Objectivisme, relativisme et vérité (1991), trad. fr. Paris, PUF, 1994, p. 94.

75 Voir à ce propos : Dominique Chateau, Après Charlie : Le Déni de la représentation, Lormont, Le Bord de l’eau, 2016. URL: http://www.editionsbdl.com/fr/books/aprs-charlie-le-dni-de-la-reprsentation/559/.

76 « S’il y a une chose que nos philosophes, “modernes” ou “post-modernes“, ont en commun, par-delà les conflits qui les opposent, c’est cet excès de confiance dans les pouvoirs du discours. Illusion typique de lector, qui peut tenir le commentaire académique pour un acte politique ou la critique des textes pour un fait de résistance, et vivre les révolutions dans l’ordre des mots comme des révolutions radicales dans l’ordre des choses » : Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jullier, « L’image à l’épreuve de l’ironie », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3404 ; DOI : 10.4000/rfsic.3404

Haut de page

Auteur

Laurent Jullier

Laurent Jullier est professeur d’études cinématographiques à l’IECA (Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel) de l’Université de Lorraine, directeur de recherches à l’IRCAV (Institut de Recherches sur le Cinéma et l’Audiovisuel) de la Sorbonne Nouvelle, et membre d’ARTHEMIS (Advanced Research Team on the History and Epistemology of Film and Moving Image Study, Concordia University, Montréal). Site personnel : www.ljullier.net. Articles en ligne : URL : https://univ-lorraine.academia.edu/laurentjullier/ARTICLES-EN-FRANCAIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page