Navigation – Plan du site
Spicilège

Le BIM entre changement épisodique et changement continu-situé : regard de l’étudiant en formation universitaire

Smail Khainnar

Résumés

Cette étude vise à questionner le regard porté par l’étudiant en formation universitaire sur les changements organisationnels initiés pour et/ou induits par le BIM. Après avoir présenté les liens entre changement organisationnel et mise en place du BIM, dans une partie théorique, les résultats significatifs d’une expérimentation relative au regard de l’étudiant au sujet du BIM seront présentés, discutés et mis en perspective dans une seconde partie applicative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, l’usage des outils numériques dans le secteur de la construction connaît un regain croissant. Réservé à quelques professionnels passionnés et précurseurs au départ, le numérique est en train de se démocratiser et se généraliser en révolutionnant les pratiques des acteurs du secteur. Porteur de nombreuses espérances se déclinant en plusieurs aspects, le numérique peut, dans un premier temps, être considéré comme un outil de travail efficace et collaboratif. Ensuite, il permet, à travers les propriétés caractérisant l’arsenal de ses outils (précision, immédiateté, capacité d’archivage importante, etc.), d’amplifier les échanges inter-acteurs en neutralisant les distances métriques, et de réduire les délais dans la conception, la réalisation et la maintenance des ouvrages. Enfin, il contribue aussi à améliorer le bilan économico-environnemental dans le secteur du bâtiment (la dématérialisation de tous les documents d’une opération de construction, etc.). Sur un plan terminologique, le vocable du BIM, qu’il conviendrait de définir, est communément utilisé pour parler de l’usage du numérique dans la construction. Mais qu’entend-on par le BIM ?

2Building information Model, Modeling ou Management, le BIM peut se définir comme la rencontre entre une méthodologie et une technologie. Une méthodologie dans le sens où il présente une nouvelle approche du travail axée sur la coordination, la collaboration et la communication. Une technologie dans le sens où il fait appel à des outils numériques permettant la gestion, à travers une maquette numérique 3D, d’une granulométrie informationnelle relative au projet à concevoir et à construire. Sans se lancer dans des exercices sémantiques visant à esquisser une délimitation conceptuelle du BIM, notre propos concerne plutôt les changements organisationnels qui opèrent autour de lui. Autrement dit, il s’agit pour nous ici de questionner le « comment » des changements qui, d’une part, sont à l’origine du lancement et de la propulsion du BIM et, d’autre part, sont générés et dictés par sa mise en place. Sans reprendre systématiquement l’euphorique « déterminisme technologique » et loin de nous inscrire dans une posture positiviste, raisonnant en terme de cause (amplification de l’usage du BIM)/effet (transformations et mutations des formes d’organisation), nous nous inscrivons plutôt dans une épistémologie purement systémique postulant la mise en place de boucles de rétroactions complexes entre le recours à une nouvelle technique (le BIM dans sa dimension technologique, dans notre cas) et les changements des pratiques organisationnelles et communicationnelles des acteurs du secteur. A ce propos, nous rejoignons Scardegli pour qui « l’innovation sociale ne naît pas de la technique, elle naît autour de la technique » (Scardegli, 1992).

3Sur un plan rédactionnel, l’article s’organise autour de deux parties. D’ordre théorique, la première partie se penche sur la mise en évidence des liens existants entre le BIM et le changement organisationnel. Selon nous, ces liens peuvent s’exprimer de deux manières. Dans un sens et à une échelle « macro » opérant au niveau national (France), voire transnational (l’Europe), le BIM peut être considéré comme une finalité à atteindre dans le cadre du renouveau de la problématique relative à l’intérêt des apports du numérique dans le secteur de la construction. Dans un autre sens et à une échelle « micro » opérant au niveau des pratiques quotidiennes des professionnels du secteur, le BIM peut être considéré comme un moyen opératoire permettant à ces professionnels de faire advenir des micro-changements (nouvelles formes d’organisation, de communication, de coordination, etc.). Cela afin de pouvoir survivre dans leur actuel environnement du travail caractérisé par de l’instabilité et la turbulence. D’ordre applicatif et contributif, la seconde partie vise à interroger le regard porté par l’étudiant en formation universitaire sur les changements initiés pour et/ou induits par le BIM. C’est ainsi qu’une approche d’étude qualitative est convoquée pour le recueil et le dépouillement des données. Les résultats significatifs de l’étude seront par la suite présentés, discutés et mis en perspective.

Partie théorique : le BIM et le changement organisationnel

4Le fait d’évoquer la notion du changement organisationnel, en nous appuyant sur la littérature scientifique en la matière, nous conduit à mettre en évidence deux types de changement qui peuvent être appliqués au BIM. Il s’agit, dans ce sens, du changement « épisodique » et du changement « continu-situé » (Weick et Quinn, 1999) et (Orlikowski, 1996). Les deux changements se différencient par des disparités relatives au tempo, à l’ampleur, aux sources, aux processus de fonctionnement, aux niveaux d’analyse, et aux acteurs qui les initient, les conduisent et les gèrent (Boffo, 2003).

Le changement épisodique : le BIM comme une finalité

  • 1 PTNB : Plan de la Transition Numérique du Bâtiment.

5Le changement épisodique est par nature prescrit (Cordelier, 2008), dans le sens où sa dynamique est l’initiative des dirigeants. Considéré comme radical, il se présente sous la forme d’un ensemble d’événements susceptible de perturber fortement l’organisation. Relevant généralement d’une stratégie délibérée (Mintzberg et al., 1985), ce type de changement s’inscrit plutôt dans une logique de rupture avec les programmes et règles déjà existants « le faire autrement », qu’une logique de modification et de continuité « le faire plus ». Son niveau d’analyse opère généralement de l’extérieur et sur un niveau macro, négligeant ainsi tous les micro-changements produits continuellement dans la quotidienneté par les acteurs ordinaires. Les directives européennes recommandant l’usage du BIM et les démarches incitatives (PTNB1, par exemple) et coercitives (obligation d’utiliser le BIM dans les marchés publics dès 2017, par exemple) en France, constituent autant d’exemples d’initiation du changement épisodique lié au BIM dans le secteur du bâtiment.

6Dans cette optique du changement, la mise en place du BIM peut être considérée comme une finalité à atteindre par les hautes instances du secteur de la construction (l’état, le ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité, etc.). Cela afin de bouleverser le paysage de la production et de la gestion du bâtiment en améliorant l’ingénierie des projets, en permettant aux acteurs de collaborer à distance et en diminuant les coûts relatifs à la production. Ainsi la séquentialité processuelle caractérisant les opérations de construction d’autrefois laisse place à une transversalité incluant tous les acteurs du processus qui commencent à œuvrer ensemble très en amont de la démarche. Ce changement au niveau de la conduite et la gestion des opérations de construction perturbe les anciens modes de faire bien ancrés dans les pratiques des acteurs du secteur, et peut provoquer diverses conséquences se manifestant systémiquement sur plusieurs plans. En s’appuyant sur les travaux de Collerette (Collerette et al., 2001-2007) en matière du changement organisationnel, trois conséquences peuvent être mises en évidence. Il s’agit dans ce sens des :

  • conséquences sur le plan individuel : ces conséquences concernent les destinataires du changement. Il s’agit dans notre cas des professionnels du bâtiment (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, entreprises, artisans, etc.) qui se voient dans l’obligation de se désintégrer des pratiques en vigueur et d’en adopter d’autres. Cette période d’entredeux, où les acteurs flottent entre des anciens automatismes qui ne sont plus d’actualité et de nouveaux qui ne sont pas encore totalement acquis, génère chez certains acteurs touchés directement par le changement des phénomènes psychologiques comme la fatigue, la confusion et le sentiment d’échec. A cet égard, nous pensons aux artisans du bâtiment qui ne sont pas encore outillés (intellectuellement et techniquement) à intégrer le BIM dans leur pratiques quotidiennes. En effet, pour le moment et loin de prendre en compte comment le BIM accueille-t-il les questions opérationnelles (calcul, coût, coordination, etc.), nous assistons à un simple discours politico-commercial favorable au BIM. Ce discours considère le dispositif BIM, dans sa dimension technologique (la maquette numérique), comme un support de communication efficace permettant à certains acteurs en amont de la démarche (élus, clients, etc.) une meilleure compréhension du projet ;

  • conséquences sur le plan collectif : sont ici pointées les pressions sociales et les attitudes d’opposition exercées par les pairs des dirigeants et promoteurs du changement au sujet d’un changement en cours de lancement. Cela pousse, dans certains cas et par crainte du rejet social, certains acteurs à opter pour des comportements qu’ils jugent acceptables socialement aux yeux de leurs pairs. S’agissant du BIM, ce genre de conséquences se manifeste à divers niveaux intra et/ou inter métier (s). En effet, les divers acteurs faisant (ou non) le même métier (les acteurs de la maîtrise d’ouvrage entre eux, pour le niveau intra métier, ou les acteurs de la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’ouvre, pour le niveau inter métiers) se trouvent dans une logique de surveillance et d’évaluation de leurs positionnements mutuels au sujet de l’adoption (ou non) du BIM dans leurs pratiques. Dans une logique de veille informationnelle, il s’agit pour eux d’avoir une connaissance fine de leur environnement socioéconomique (y compris les positionnements des concurrents) afin de prendre la décision de se lancer dans le BIM au moment opportun. D’ailleurs les conclusions de l’enquête2 régionale sur la numérisation des pratiques du secteur du bâtiment3, menée par le CD2E4 et le cluster Ekwation entre le 10 avril 2015 et le 22 juin 2015, met en évidence cette volonté de temporiser (un an ou deux ans) le passage au BIM de la part de certains professionnels. Cela s’explique par diverses raisons liées à la lourdeur de l’investissement (acquisition du matériel, logiciels, formations, etc.), aux difficultés d’identifier le retour sur l’investissement, et aux attitudes de résistance au changement opérant chez certains établissements ;

  • conséquences sur le plan organisationnel : ce genre de conséquences concerne les dysfonctionnements (flottement, paradoxe, conflits, imprécision, contradiction, mécontentement, etc.) caractérisant le cadre organisationnel dans lequel le changement se promeut, se conduit et se gère. Processus de fusion entre diverses entités, introduction de la notion de « qualité » dans les processus de production, accompagnement de l’évolution des besoins et attentes des clients, rattachement administratif différent, nouvelles formes d’organisation du travail, introduction de nouvelles technologies, amélioration de certains procédés de fabrication, révision des organigrammes de relations entre services, sédimentation réglementaire issue de divers changements prescrits antérieurs, etc. constituent autant d’aspects organisationnels qui nécessitent d’être bien conçus, expérimentés, assimilés, évalués et corrigés, afin de conduire efficacement le changement.

Le changement continu-situé : le BIM comme moyen opératoire

7Le changement « continu-situé » peut être considéré comme un changement incrémental et émergeant. Ne nécessitant aucun élément déclencheur, c’est dans la permanence et la quotidienneté qu’il opère (Orlikowski, 1996). Ce sont les acteurs du quotidien qui adviennent ce type du changement dans la réalité. Cette « advention » émerge et s’ancre dans les pratiques quotidiennes des acteurs ordinaires indépendamment de tous les changements prescrits à travers les programmes et agendas des instances supérieures. Contrairement au changement épisodique qui est, comme nous l’avons vu, délibéré et analysable de l’extérieur sur un point de vue macro, le changement continu-situé se présente sous la forme de micro-changements mis en œuvre continuellement et paraissant inaperçus et dérisoires au niveau macro. Les mutations des pratiques (communicationnelles, collaboratives, organisationnelles, etc.) quotidiennes des professionnels du BTP, dictées par la mise en place du BIM, en sont l’exemple. Ces mutations, qui vont se mettre en place d’une manière émergeante (non délibérée) et/ou opportuniste (se manifestant au cours du changement pour saisir une quelconque opportunité), constituent donc un moyen opératoire pour les acteurs du quotidien afin d’assurer leur survie dans l’actuel contexte urbain mutationnel.

8Sur un plan communicationnel, ces mutations, communes à tous les acteurs de l’acte de construire, prennent, selon nous, trois formes. Cela concerne :

  • les mutations rationnelles : ce volet relatif au « ce qui passe » concerne la dimension informationnelle dans les processus de communication entre acteurs. Il s’agit du contenu informatif élaboré, échangé et exploité par les acteurs de la démarche qui va subir une métamorphose majeure. Dans les logiques du travail séquentielles caractérisant les anciennes opérations de construction non BIMisées, ce contenu commence habituellement d’être élaboré autour des caractéristiques (architecturales, techniques, économiques) du projet lors des étapes d’études (études de faisabilité, programmation et conception avec ses sous étapes : esquisse, avant projet et projet). Ensuite, d’autres contenus informatifs d’ordre opérationnel qui concernent la mise en œuvre du projet vont s’ajouter (planning de travaux, dessins d’exécution, fiches d’autocontrôle, etc.). Enfin, le tout est enrichi par d’autres informations relatives à la maintenance et l’entretien du bâtiment (DOE, DIUO, livret du bâtiment, etc.). Avec le BIM, cette linéarité dans la production et l’exploitation des flux d’informations va muter vers une logique transversale consistant à produire un maximum d’informations sur le projet très en amont de la démarche. Chaque acteur, selon son statut dans la démarche, va donc adopter des pratiques informationnelles qui lui sont propres pour pouvoir survivre dans cette infobésité. Ces pratiques ne sont pas identifiables à l’avance, elles dépendent de plusieurs critères liés à l’acteur-même (son style cognitif, ses traits de personnalité, sa culture scientifique, son expérience, etc.), à la nature du projet (son objet, sa taille, sa complexité, etc.), et au contexte organisationnel dans lequel l’acteur travaille son projet (marché public ou privé, projet national ou international, opération neuve ou de réhabilitation, etc.) ;

  • les mutations relationnelles : ce volet relatif au « ce qui se passe » concerne la dimension relationnelle dans les processus de communication entre acteurs. Comme précisé plus haut, l’ancien modèle triadique, englobant dans une logique linéaire la maîtrise d’ouvrage (études de faisabilité et programmation)/ la maîtrise d’œuvre (conception) / l’entreprise (réalisation), va progressivement laisser place à un modèle plus connexionniste incluant tous les acteurs dès le début de la démarche. Cela va dicter une nouvelle géographie relationnelle entre les acteurs impliqués. Cette géographie va se traduire par des processus de décloisonnement et de décompartimentation des tâches à travers la mise en place des dispositifs (plateaux de travail collaboratif, visio-conférences, etc.) de rapprochement et de proximité entre les divers acteurs (à une échelle intra et/ou inter établissement (s)). Ainsi, les barrières statutaires et les procédures identificatoires, caractérisant les anciens modes de faire, vont s’alléger, voire disparaître dans certains cas, pour permettre à chaque acteur d’entrer librement en relation avec les autres acteurs afin de collaborer efficacement.

  • les mutations contextuelles : ce volet relatif au « où cela se passe » concerne l’environnement multidimensionnel (juridique, administratif, socioéconomique, réglementaire, spatial, temporel, technologique, etc.) dans lequel les opérations de construction vont se dérouler. En effet, ces mutations, notamment celles qui concernent l’aspect juridico-réglementaire, vont bouleverser les pratiques des acteurs du secteur. Ainsi, vont donc se poser avec acuité diverses problématiques telles que la confidentialité et la sécurisation des informations liées aux opérations de construction, la conjugaison des temporalités professionnelles et extra-professionnelles (Datchary et al., 2014), la gestion des nouveaux usages technologiques non prévus par les initiateurs eux-mêmes, etc. En effet, s’agissant de l’aspect technologique et comme cela a été souligné par plusieurs auteurs, notamment Miège avec le concept de « finalisme technologique » (Miège, 1988), une innovation technologique ne s’adapte pas immédiatement aux demandes sociales qui lui préexistaient (In Mucchielli, 2006). Rice et Rogers (1980), de leur côté, parlent même de la « réinvention d’une innovation » pour mettre en évidence cet aspect lié à l’émergence de nouveaux usages pouvant être éloignés de ce qui était prévu par les concepteurs de ladite innovation. Ainsi, de nouveaux usages, voire parfois des mésusages, sont attendus chez certains acteurs de l’acte de construire au sujet de divers logiciels et collecticiels mis en place sur le marché du bâtiment.

Vers une lecture interactionniste du changement en matière du BIM

9Après avoir présenté les deux types du changement organisationnel, ainsi que leurs rapports au BIM, nous tenons à préciser qu’en réalité, ces derniers adviennent et se manifestent conjointement mais à des niveaux différents. Pas donc de dichotomie, même sur un plan conceptuel, entre les deux changements, car cela peut conduire à des visions compartimentées et réductrices de la réalité urbaine qui est, par nature, complexe et multifacettaire. D’ailleurs Orlikowski (Orlikowski et al., 1997) ont montré trois types de changement qui adviennent en pratique d’une manière séquentielle. Il s’agit tout d’abord, des changements anticipés relavant d’une logique de planification initiale et une mise en oeuvre délibérée. Ensuite, les changements émergeants qui ne sont ni planifiés ni délibérés. Enfin, les changements opportunistes qui ne sont pas planifiés à l’avance (imprévus), mais délibérément mis en œuvre durant le processus du changement. Au-delà de toute conception binaire opposant le changement anticipé (épisodique) au changement émergent (continué-situé), nous rejoignons Alter (Alter, 2000) pour qui l’organisation est une sorte de « trajectoire » au sein de laquelle se succèdent des cycles de changements anticipés-émergents-opportunistes (Alter, 2000. in Boffo, 2003).

10Appliquée au secteur de la construction, cette conception du changement permet, par sa lecture interactionniste, de mieux conceptualiser les rapports de ce secteur aux changements liés au BIM. En effet, les trois changements, initiés, conduits et gérés à diverses échelles (de l’échelle européenne à l’échelle individuelle, tout en passant par l’échelle nationale et régionale), coexistent et s’influencent mutuellement dans une boucle de codétermination. Chaque acteur, quelle que soit son échelle d’intervention, est concerné par un type de changement dans ses pratiques professionnelles. Qu’en est-il de la figure de l’étudiant en formation universitaire ? Comment perçoit-il ces changements dans ses pratiques professionnelles en stage chez les professionnels du BTP ou en cours à l’université ? D’ordre applicatif, la section suivante tente d’apporter des éléments de réponse à cette question.

Partie applicative : Le BIM perçu par l’étudiant universitaire

Méthodologie de la recherche

11Rappelons que l’objectif de la présente étude consiste à interroger les liens entre la notion du changement, à la fois épisodique et continu-situé, et le BIM, pris comme la rencontre entre une technologie et une méthodologie. Cela en prenant comme acteur-cible l’étudiant universitaire afin d’interroger son regard à propos des changements organisationnels initiés pour et/ou induits par la mise en place du BIM dans le secteur de la construction. Pour ce faire, vu la nature de l’objectif poursuivi (l’étude d’un fait humain), une méthode de recherche qualitative est privilégiée. En effet, ce genre d’étude, qui est fondé sur un paradigme compréhensif, a pour objectif d’atteindre une connaissance intime du phénomène étudié (généralement des phénomènes de sens) (Paillé, 2002 ; Mucchielli, 2011). Il permet aussi de faire surgir les significations profondes construites par la cible (l’étudiant, dans notre cas) au sujet du phénomène étudié (la perception des changements liés au BIM), et d’échapper à la rigidité qu’un questionnaire fermé peut engendrer (des réponses de conformité et de standing).

12Ainsi, les données ont été collectées par des entretiens semi-directifs. Une observation participante, lors des séances du cours, a, aussi, été mobilisée en vue d’une triangulation de données. Le dépouillement des données collectées, quant à lui, s’est effectué par une analyse de type sémantique. Ce genre d’analyse consiste, par des opérations et manipulations d’ordre intellectuel engagées par le chercheur, à procéder par des transpositions de termes en d’autres termes et des regroupements intuitifs afin de parvenir à déterminer des éléments réduits, homogènes et regroupables. Après avoir présenté la méthodologie de recherche, la section suivante se penche sur la présentation du protocole expérimental mis en place.

Présentation du protocole expérimental

  • 5 Il est à préciser que notre public-cible constitue la première promotion de ce master qui a ouvert (...)
  • 6 Le premier semestre pour cette formation a eu lieu entre septembre 2016 et fin janvier 2017.

13Le public-cible de notre expérimentation, qui s’est déroulée dans le cadre d’une matière intitulée « communication inter-acteurs », est constitué d’une vingtaine d’étudiants inscrits en master première année IN2C5 (Ingénierie Numérique et Collaborative pour la Construction) de l’UVHC (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis). Issus pour la majorité d’entre eux de la licence 3 GCAU (Génie Civil Architectural et Urbain) de l’UVHC, les étudiants de la promotion poursuivent le master IN2C en formation continue ou en contrat de professionnalisation. Les établissements d’accueil de ces étudiants ont comme secteur d’activité le BTP (entreprises, BET, prescripteurs de matériaux et de catalogues, etc.) et utilisent, ou ne vont pas tarder à utiliser, le BIM dans leurs pratiques professionnelles. S’agissant de la matière « communication inter-acteurs », qui s’est déroulée durant le premier semestre6 (du 16 novembre 2016 au 16 janvier 2017) de l’année universitaire 2016/2017, nous précisons qu’elle a un volume horaire de 6 heures CM (cours magistral) et 12 heures TD (travaux dirigés). Les 18 heures se sont organisées autour de 6 séances de 3 heures chacune. Vu l’omniprésence de la communication dans la conduite des projets de construction, la visée pédagogique de cette matière est de sensibiliser les étudiants au, d’une part, rôle inévitable et complexe de la communication dans la conduite de projets en BTP (et notamment ceux qui sont BIMisés) et, d’autre part, jeu interactionnel entre la dimension objective d’une opération de construction (mesurabilité, technicité, etc.) et sa dimension subjective (émotivité, conflictualité, etc.). Afin d’atteindre ce double objectif pédagogique, où il est question d’inscrire les étudiants dans des logiques de travail applicatives et participatives, dépassant ainsi la rigidité d’un enseignement classique visant à transmettre unilatéralement des savoirs d’un enseignant à des étudiants, un design d’enseignement en trois séquences pédagogiques a été mis en place. Sur un plan chronologique, il s’agit des séquences ci-après :

  • après avoir communiqué aux étudiants un ensemble d’informations relatif à la matière (l’objectif pédagogique, les modalités d’évaluation, le livrable qu’ils sont censés rendre à l’enseignant, etc.), une première séquence, sous forme d’un cours magistral visant à tisser des liens entre la triade : changement organisationnel, communication et émergence du BIM dans le secteur de la construction, a eu lieu. Cela afin de leur communiquer les connaissances nécessaires leur permettant de mieux penser et accompagner les enjeux du BIM dans les (ré) organisations et évolutions du secteur du BTP ;

    • 7 Ce travail, ayant lieu entre la fin du cours théorique (le CM) et avant le commencement de la créat (...)
    • 8 La volonté de faire travailler les étudiants par groupe s’explique par le fait que dans leur carriè (...)

    cette deuxième séquence pédagogique consiste à créer une entité appelée « start-up communicante ». En effet, à partir, d’une part, d’une mobilisation notionnelle du contenu théorique acquis lors de la première séquence et, d’autre part, des analyses individuelles portant sur les pratiques communicationnelles des établissements d’accueil7, les étudiants, réunis en groupe8, créent une « start-up communicante » dans le secteur du BTP ayant des performances communicationnelles ;

  • enfin, la troisième séquence pédagogique a pour objet l’élaboration d’une synthèse finale. Qualifiée de « synthèse méta-communicationnelle » et élaborée par groupe, elle vise à s’interroger sur, d’une part, les apports du module « communication inter-acteurs » dans l’évolution du schéma de pensée des étudiants en matière du rôle de la communication dans la conduite de projets et, d’autre part, l’évolution de leur perception du BIM dans le secteur de la construction après quelques mois de formation en master IN2C. La figure 1, ci-dessous, montre le déroulement chronologique des séances du cours.

Figure 1. Déroulement des séances du cours

Figure 1. Déroulement des séances du cours

14Comme précisé plus haut, avec les données recueillies dans le cadre de l’observation participante (discussions, échanges et débats avec les étudiants), le deuxième volet de la synthèse méta-communicationnelle (évolution de la perception des étudiants en matière du BIM) constituent le principal corpus de données dépouillées servant à la formalisation des résultats.

Présentation et discussion des résultats

15Compte tenu de l’analyse des données recueillies, nous pouvons reconstituer une logique globale relative à la perception du changement organisationnel relatif au BIM chez notre public-cible. Cette logique se présente sous la forme d’un ensemble de registres, où chacun met en évidence une facette particulière de la perception du changement. C’est ainsi que les réponses ont été regroupées sémantiquement en trois registres qui sont :

  • le registre dialogal : ce registre concerne le changement de la perception des étudiants en matière de communication dans les opérations BIMisées. Maintes fois est revenu le mot « dialogue » dans les réponses des étudiants. Cela pour faire référence à l’accroissement du nombre d’échanges (synchrone et/ou asynchrone), permis par le dispositif du BIM, entre acteurs de l’opération. Tout en étant conscient des effets néfastes liés aux mésusages de l’outil numérique (manque de formation, inégalités en matières de compétences informatiques entre acteurs, etc.), les étudiants estiment comme-même que le BIM, comme dispositif sociotechnique (rencontre entre une méthodologie et une technologie), est un lubrificateur permettant aux rouages organisationnels d’un projet de construction de fonctionner efficacement. Cela en générant, à travers une accessibilité à l’information garantie à tous, des formes dialogales à tous les stades du projet permettant l’anticipation et la proactivité en matière de choix et partis formulés ;

  • le registre procédural : ce registre fait référence au changement du regard des étudiants au sujet des modes de faire de l’acte de construire. En effet, cette transformation procédurale est, selon les étudiants, caractérisée par deux aspects. D’une part, il s’agit de l’aspect purement processuel qui est devenu, avec la mise en place du BIM, plus transversal et collaboratif. D’autre part, il s’agit de l’instauration des phénomènes de transparence et de confiance dans les pratiques professionnelles des acteurs du secteur. Les étudiants expliquent ce second aspect par le fait que le renseignement de la maquette numérique contribue à instaurer une symétrie informationnelle chez tous les acteurs de l’opération. Ainsi, chaque acteur peut à tout moment accéder d’une manière transparente au genre informationnel qui lui est utile pour son travail. Ce qui contribuerait par conséquent de lutter contre les déficits de confiance et les tensions inter-acteurs caractérisant les anciennes logiques du travail (cloisonnement des pratiques, communication opaque, etc.) des opérations non BIMisées.

  • le registre périmétral : ce dernier registre concerne l’évolution de la perception des étudiants en matière du périmètre d’acteurs impliqués dans l’acte de construire. Avec les divers cours reçus depuis septembre à l’université et leurs pratiques professionnelles exercées au sein de leurs établissements d’accueil, les étudiants constatent que la mise en place du BIM s’accompagne inévitablement par un élargissement du périmètre d’acteurs intervenant dans une opération de construction. Selon la nature du projet (neuf ou réhabilitation, logements ou équipements, etc.) et son état d’avancement (en phase étude préalables et programmation, ou conception, ou réalisation, ou exploitation et maintenance), diverses compétences, au-delà de celles déjà connues autrefois (Maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, parfois maîtrise d’usage, et entreprise), intègrent le processus pour assurer diverses missions (managériales, techniques, informatique, etc.). Le BIM-manager, le BIM-modeleur, le BIM-utilisateur, etc. sont souvent revenus dans les réponses des étudiants comme de nouveaux profils d’acteurs indispensables dans une opération de construction. Conscients du fait que les rôles et compétences de ces nouveaux acteurs restent à identifier et clarifier, les étudiants soulignent tout de même leur importance dans la création, l’exploitation et la gestion de la granulométrie informationnelle d’un projet de construction.

16Ainsi, nous pouvons considérer que la résultante des trois mutations concernant le regard des étudiants au sujet du BIM constitue un « système communicationnel collaboratif ». Ce concept est revenu plusieurs fois dans les réponses des étudiants. Pour eux, la révolution du BIM va conduire le secteur du BTP vers une nouvelle logique du travail plus systémique, plus collaborative, et par conséquent plus communicative. Pour mieux illustrer cette conception mutationnelle du secteur de la construction selon le public-cible, en convoquant un raisonnement géométrique, nous pouvons considérer que les trois mutations, s’articulant systémiquement, forment la base d’une pyramide triangulaire. L’association de chaque deux registres donne lieu à une dimension particulière d’une opération de construction BIMisée. Ainsi l’association du registre périmétral avec le registre dialogal fait apparaître la « dimension informationnelle ». Ensuite, l’association du registre dialogal avec le registre procédural laisse se dessiner la « dimension organisationnelle ». Enfin, l’association du registre procédural avec le registre périmétral met en évidence la « dimension actionnelle ». Information, organisation et action, constituent donc trois dimensions d’une triade en interaction conduisant le secteur du BTP vers une logique systémico-collaborativo-communicationnelle. La figure 2, ci-dessous, illustre cette conception du devenir du secteur de la construction, selon notre public-cible.

Figure 2. Modélisation géométrique des résultats de l’étude

Figure 2. Modélisation géométrique des résultats de l’étude

Conclusion et perspectives

17Cette étude a été l’occasion pour nous ici de questionner le regard de l’étudiant universitaire à propos des changements organisationnels liés au BIM. Pour ce faire, deux parties ont structuré l’article. Dans un premier temps, une partie théorique est revenue sur les liens entre changement organisationnel et mise en place du BIM. Cela s’est concrétisé, tout d’abord, par la mise en évidence de deux types de changement organisationnel, épisodique et continu-situé, et leur traduction dans le secteur du BTP. Ensuite, dans une conception interactionniste, il a été souligné l’importance de prendre les deux changements organisationnels dans une boucle de codétermination. A cela s’ajoute une partie applicative visant à interroger les mutations du regard de l’étudiant au sujet des changements organisationnels relatifs au BIM. En effet, après avoir présenté le cadre méthodologique et le protocole expérimental de l’étude, les résultats significatifs de cette dernière ont été présentés. Ainsi, trois registres, où chacun met l’accent sur une facette particulière des mutations perceptuelles de notre public-cible au sujet du BIM, ont été mis en évidence.

  • 9 (Collerette et al, 2001-2007) ont défini trois stades à franchir pour s’adapter au changement : l’é (...)

18Variant entre le dialogal, le procédural et le périmétral, ces trois registres témoignent de la complexité de l’environnement actuel du secteur de la construction. En plein métamorphose, ce secteur, qui a accumulé des retards en matière de technologisation de ses pratiques en comparaison à d’autres secteurs (automobile, aéronautique, etc.), ne cesse de se réinventer pour relever les défis de la nouvelle ère post-numérique. Ainsi, les registres dégagés ne constituent qu’une lecture exploratoire permettant d’appréhender le positionnement de l’un des acteurs du secteur, à savoir l’étudiant inscrit en formation universitaire touchant à l’ingénierie numérique et collaborative pour le secteur de la construction. En effet, dans cette période d’entredeux, l’étudiant inscrit aujourd’hui dans ce genre de formations universitaires sera le professionnel de demain. Il peut donc être considéré comme un véritable ambassadeur de sa formation universitaire auprès des professionnels du secteur. Formation qui va sans aucun doute, à la lumière des évolutions technologiques et organisationnelles des années à venir, se transformer pour mieux préparer les étudiants de demain. C’est ainsi que, en guise de perspectives de ce travail de recherche, nous pouvons envisager de (re) questionner la perception des étudiants de promotions à venir au sujet du BIM. Cela permettrait donc de mettre en évidence les futures tendances perceptuelles liées au BIM en fin du processus de changement (à la phase de ritualisation, selon le modèle de Collerette9).

Haut de page

Bibliographie

ALTER, N., « L’innovation ordinaire ». Paris : Presses universitaires de France. 2000.

BOFFO, C., « Changement continu et situé : théorie et implications pratiques ». Cahiers du CETO (Centre d’Etudes en Transformations des Organisations). N° 2003-01, juin 2003.

COLLERETTE P, « Gérer le changement organisationnel », ISO Management System, octobre 2001/mars-avril 2007, sur le lien http://w3.uqo.ca/collpi01/. Consulté novembre 2016.

CORDELIER B., MONTAGNAC-MARIE H., « Conduire le changement organisationnel ? » Communication et organisation. N 33. 2008.

DATCHARY, C, GAGLIO, G. « Hétérogénéité temporelle et activité de travail. Entre conflits et articulations », Revue d’anthropologie des connaissances, 1 : 1-21, 2014.

MIEGE B., La société conquise par la communication, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble, 1988.

MINTZBERG H., WATERS J A., « Of strategies : Deliberate and emergent ». Strategic Management Journal, 6(3) : 257-272. 1985.

MUCCHIELLI, A., « Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines ». 3e Ed Armand Colin. 2011.

MUCHIELLI, A., « Les Sciences de l’information et de la communication ». Edition hachette. 2006.

ORLIKOWSKI W J., Improvising organizational transformation over time : A situated change perspective. Information Systems Research, 7(1) : 63-92. 1996.

ORLIKOWSKI, W. J. & HOFMAN, D., « An improvisational model for change management : The case of groupware technologies ». Sloan Management Review, 38(2) : 11-21. 1997.

PAILLE, P, MUCCHIELLI, A. L’analyse qualitative. Ed Armand Colin. 2002.

RICE, R. E., ROGERS, E.M. 1980. Reinvention in the innovation process. Knowledge : Creation, Diffusion, Utilization, 1(4) : 499-514.

SCARDEGLI V., « Les Sens de la technique ». Paris. PUF, 1992.

WEICK K E, QUINN, R E., « Organizational change and development ». Annual Review of Psychology, 50 : 361-386. 1999.

Haut de page

Notes

1 PTNB : Plan de la Transition Numérique du Bâtiment.

2 https://www.ekwation.fr/documentation/resultat_enquete_regionale_numerisation_batiment.pdf. Consulté en novembre 2016.

3 Enquête qui concerne la région Nord-Pas-De-Calais.

4 CD2E : Création Développement des Eco-Entreprises.

5 Il est à préciser que notre public-cible constitue la première promotion de ce master qui a ouvert durant cette année (2016/2017).

6 Le premier semestre pour cette formation a eu lieu entre septembre 2016 et fin janvier 2017.

7 Ce travail, ayant lieu entre la fin du cours théorique (le CM) et avant le commencement de la création de la « start-up », a été mené individuellement. En effet, chaque étudiant a rédigé une synthèse analytique portant sur les modes de communication de son établissement d’accueil (points forts, points faibles, pistes d’amélioration, etc.).

8 La volonté de faire travailler les étudiants par groupe s’explique par le fait que dans leur carrière professionnelle, cela quel que soit le métier qu’ils vont pratiquer, le travail en groupe sera une partie prenante dans leur quotidien. Les faire travailler par groupe constitue donc un bel exercice pédagogique pour apprendre à dialoguer, à gérer les désaccords et à ne pas esquiver la conflictualité.

9 (Collerette et al, 2001-2007) ont défini trois stades à franchir pour s’adapter au changement : l’éveil, la transition et la ritualisation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Déroulement des séances du cours
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3412/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 2. Modélisation géométrique des résultats de l’étude
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3412/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Smail Khainnar, « Le BIM entre changement épisodique et changement continu-situé : regard de l’étudiant en formation universitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3412 ; DOI : 10.4000/rfsic.3412

Haut de page

Auteur

Smail Khainnar

Smail Khainnar est Architecte-Docteur en SIC. Il est actuellement maître de conférences à l’université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis. Ses travaux de recherche portent sur les processus communicationnels dans les démarches urbaines. Courriel : smail.khainnar@univ-valenciennes.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page