Navigation – Plan du site
Spicilège

Une généalogie de la communication politique numérique

Alexandre Eyries

Résumés

Dans cet article, je me propose d’établir la première généalogie de cette forme particulière de communication politique moderne et contemporaine qui se déploie – à travers diverses stratégies à l’aune de l’essor des technologies numériques de l’information et de la communication et au premier chef Internet et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc)

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Evgeny Morozov, Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoge (...)
  • 2 Arnaud Mercier, « La communication politique en France : un champ qui doit encore s’imposer », L’An (...)
  • 3 Dominique Wolton, "Le local, la petite madeleine de la démocratie", revue Hermès n° 26-27, op.cit., (...)

1Si Internet et par voie de conséquence le numérique et les réseaux sociaux ont été vécus, perçus et analysés à juste titre comme un important changement de paradigme d’un point de vue anthropologique et social, ces avancées technologiques – fussent-elles indispensables – n’ont pas totalement révolutionné en profondeur les manières selon lesquelles les hommes s’organisent pour faire société à travers un ensemble de normes et de règles. Les technologies de l’information et de la communication sont venues se surimposer à des réalités déjà existantes, elles ont recouvert une très grande partie des activités humaines d’une résille numérique, elle se sont rendues indispensables à la faveur de la montée en puissance d’une idéologie dominante, le solutionnisme technologique que le chercheur Evgeny Morozov définit de la manière suivante : « la Silicon Valley tenterait de tous nous enfermer dans un carcan numérique, en faisant la promotion de l’efficacité, de la transparence, de la certitude et de la perfection, et en éliminant par extension leurs pendants diaboliques : les tensions, l’opacité, l’ambiguïté et l’imperfection1 ». Malgré tout, l’engagement au service de la cité, le goût pour la chose publique, l’amour de la politique en tant qu’administration des choses de la Cité ne s’est pas matérialisé comme par enchantement sous la seule influence des technologies numériques de l’information et de la communication. La politique politicienne, indispensable d’une certaine maîtrise du langage, de la rhétorique et de la communication, n’a pas changé d’identité au contact des dispositifs sociotechniques numériques, elle s’est simplement adaptée. Comme le montre Arnaud Mercier dans un article paru en 2001 dans L’Année sociologique : « La communication politique a pour double programme l’étude des interactions entre le système politique au sens large et les médias, et l’étude des processus et des techniques de communication dont le système politique se sert. […] Un tel champ d’étude comporte a minima quatre thèmes : la façon dont les détenteurs du pouvoir assurent leur publicité et se mettent en scène, les interactions existant entre les acteurs politiques et les professionnels de la communication et de l’information, le rôle des médias et des sondages dans la formation de l’opinion publique et la façon de penser l’espace public, le contenu politique des messages d’information diffusés dans les médias et leur influence sur les récepteurs2 ». Sur les quinze dernières années, les technologies numériques ont entraîné une modification des canaux médiatiques et des outils de communication utilisés par les politiciens pour asseoir leur légitimité ou faire valoir leurs idées. Cependant, elles ne réinventent pas entièrement l’exercice de la communication dans son essence : elles ne font que proposer de nouveaux habillages à des réalités plus anciennes, car, ainsi que l’écrit Dominique Wolton : « « les nouvelles techniques vieillissent vite, pas les questions […] relatives à la […] démocratie3 ». Il s’agira dans cet article d’analyser une période relativement récente de la communication politique moderne et contemporaine qui, au gré des évolutions techniques et des changements de société, s’est emparée d’Internet (et des outils qui en découlent) puis des réseaux sociaux avec le même attrait pour la nouveauté, avec le même intérêt pour des outils permettant vers une démocratie participative que beaucoup de dignitaires politiques appellent de leurs vœux.

Méthodologie

  • 4 Stéphane Olivesi, « A propos de l’institutionnalisation des SIC. Pour une histoire "localisée" », Q (...)
  • 5 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Presses Universitaires de France (PUF) : collec (...)

2Dans la présente contribution, je m’assignerai pour tâche de développer une forme de généalogie de la communication politique médiatisée par informatique d’abord, par Internet ensuite et par les réseaux sociaux en dernière lecture. Il s’agira donc pour moi de m’inscrire dans une démarche méthodologique de type historique, même si l’histoire que je me propose d’esquisser est récente, remontant à une vingtaine d’années au maximum. Je m’inscrirais donc dans la filiation des travaux de Robert Boure sur l’histoire des Sciences de l’Information et de la Communication tout en me focalisant sur une sous-thématique de recherche à part dans la discipline : la communication politique et plus particulièrement la communication politique médiatisée par les outils numériques. Je tiens d’abord à souligner que « la question du passé suscite l’intérêt […] des acteurs de la discipline. C’est dire que cet intérêt n’est pas d’ordre purement cognitif. La vérité historique est évidemment un enjeu essentiel pour les luttes présentes autour des définitions de ce que doivent être l’enseignement et la recherche en sic. Elle vient en appui pour rendre légitimes ou illégitimes certains choix. Dès lors, on comprend […] le besoin de se tourner vers le passé comme pour mieux s’armer dans sa relation au présent et à l’avenir4 ». C’est précisément ce à quoi tend le présent article, contribuer à une histoire récente d’une pratique plus ancienne : la communication politique que l’on peut définir comme « l’ensemble des techniques et procédés dont disposent les acteurs politiques, le plus souvent des gouvernants, pour séduire, gérer et circonvenir l’opinion5 ».

  • 6 Jurgen Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)

3Je m’intéresserai dans un premier temps à l’essor de l’utilisation d’Internet à des fins politiques ainsi qu’à l’élargissement de l’espace public que le philosophe Jurgen Habermas a défini dans son livre L’Espace public publié en 1962 comme « le processus au cours duquel le public constitué d’individus faisant usage de leur raison s’approprie la sphère publique contrôlée par l’autorité et la transforme en une sphère où la critique s’exerce contre le pouvoir de l’État.6 ». Il s’agira dans un second temps d’analyser les différentes utilisations de l’outil Internet pour des raisons exclusivement politiques (voire politiciennes) et particulièrement du Web 1.0 (et des blogs qui y sont associés), puis du Web 2.0 avec une forte dimension participative et collaborative. Enfin, je considérerai dans la troisième et dernière partie de cet article l’influence des médias sociaux sur la démocratisation des outils et l’essor de l’engagement politique.

De l’essor d’Internet à un espace public numérique élargi

  • 7 Shanto Iyengar. Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 113
  • 8 Ibid., p. 114
  • 9 Ibid., p. 119
  • 10 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 210

4Si l’espace public politique s’est élargi et modernisé, c’est aussi en partie grâce à l’évolution des technologies informatiques. Selon Shanto Iyengar, professeur au Département de Science politique de l’Université de Stanford, l’innovation technologique n’a cessé de révolutionner la transmission de l’information, ce qui a engendré des conséquences : les informations sont maintenant renouvelées en temps réel, la compétition devient plus forte entre les nouveaux médias qui doivent se partager une l’audience. Mais plus que ces conséquences, la révolution des technologies de l’information a complètement transformé la façon de communiquer. La forme traditionnelle de communication est caractérisée par une communication dite « point-to-point », selon Shanto Iyengar, qui implique un émetteur et un receveur ou bien par une communication dite « broadcast » qui implique un émetteur et plusieurs receveurs. Avec la venue d’Internet, ces deux formes de communication peuvent être utilisées de façon simultanée, et un simple utilisateur peut maintenant joindre un public illimité avec l’aide de plusieurs canaux, que ce soit par le texte, la voix, les images ou la vidéo.7 Shanto Iyengar définit l’âge d’Internet comme l’âge de l’information surchargée8, avec des milliers, voire des millions, de sources passant par les sites officiels et prestigieux, jusqu’au plus petit blogue. Et évidemment, tout cela a un impact sur les organisations politiques, les médias traditionnels, tout comme sur les utilisateurs d’Internet. Toutefois, il est encore difficile de mesurer parfaitement les effets de l’utilisation des nouveaux médias vu la rapidité de l’essor. C’est pourquoi il est approprié d’affirmer, selon Shanto Iyengar, que les recherches effectuées sur le sujet sont encore au stade de « l’enfance9 ». Jacques Gerstlé abonde dans le même sens en affirmant que « le conditionnel est un mode souvent utilisé dans le discours sur Internet qui incite à penser que le registre prospectif reste dominant, ouvert, encore, à toutes les espérances sur les potentialités de l’outil10 ».

Internet : nouvel outil de communication politique

  • 11 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 12 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p 137

5Internet a d’abord vu son essor initial se produire aux États-Unis. À la suite de la professionnalisation marquée de la politique, les professionnels de la communication politique nord-américaine ont rapidement eu recours aux nouveaux médias et en particulier à Internet pour faire passer les messages de campagnes. Lors de l’élection présidentielle américaine de 1996, les candidats avaient déjà tous un site Internet. Cette tendance se confirma lors de l’élection de l’an 2000, mais c’est véritablement lors de celle de 2004 qu’Internet marqua un véritable tournant dans la communication politique nord-américaine.11 L’histoire de Howard Dean, Gouverneur sortant du Vermont, démontre à quel point Internet a joué un rôle prépondérant dans sa campagne pour la présidentielle américaine de 2004. Ce candidat aux primaires démocrates, qui semblait sortir de nulle part, a réussi, grâce à son utilisation astucieuse d’Internet, à se classer parmi les candidats qui pouvaient sérieusement aspirer à être désignés comme candidat officiel du parti.12 Dans sa stratégie de campagne, le candidat a embauché à ses côtés un consultant Internet à temps plein et a utilisé le portail interactif Meetup.com pour y publier son agenda de campagne. En utilisant cet outil, Howard Dean a réussi à recruter des supporters et militants à travers tous les États-Unis et à récolter beaucoup de dons en ligne. Environ 7 millions de dollars américains ont été amassés grâce à sa campagne en ligne. Finalement, Howard Dean ne fut pas désigné candidat officiel pour le Parti démocrate, mais l’engouement suscité par Internet le hissa au poste de Président du parti.

  • 13 Shanto Iyengar. , Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 135
  • 14 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)

6L’essor des nouvelles technologies d’information et de communication et des nouveaux médias a refaçonné le paysage communicationnel, et il n’est pas sans impact sur la communication politique. Internet et son pouvoir de réseautage peuvent permettre à l’homme politique d’atteindre plusieurs objectifs de campagne, dont la collecte de fonds, la production et la distribution d’information pour augmenter la visibilité du candidat et améliorer son image et la mobilisation. Selon Shanto Iyengar, les nouveaux médias ont eu un impact positif sur la mobilisation des sympathisants politiques, alors que pour l’appel aux votes, les médias traditionnels, et surtout la télévision, demeurent les canaux privilégiés13. Selon Philippe J. Maarek, la télévision reste le média central de la communication politique, car elle pénètre dans presque tous les foyers, ne demande aucun apprentissage et aucune autre démarche, mis à part l’achat du poste de télévision lui-même14.

Un plus grand rayon d’action

  • 15 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 16 Ibid. , p. 273-274
  • 17 Ibid., p 273-274
  • 18 Ibid., p. 274.
  • 19 Ibid., p. 278

7Mais qu’à cela ne tienne, le Web offre désormais à la classe politique de nombreuses possibilités en matière de communication politique, avec un taux de pénétration dans les foyers grandissant. Aux côtés des médias traditionnels, Internet n’est plus à négliger pour l’homme politique qui fait campagne et qui cherche à obtenir un maximum de voix pour être élu. C’est pourquoi depuis quelques années la présence des organisations politiques sur le Web est devenue quasi essentielle, mais aussi bénéfique à différents points de vue. Selon Philippe J. Maarek, grâce à sa polyvalence et son perfectionnement constant, le réseau Internet est sans doute le plus innovant des nouveaux médias. De ses balbutiements à aujourd’hui, les possibilités d’actions qu’offre Internet se sont multipliées et ont vite servi la communication politique. Aujourd’hui, les spécialistes divisent l’ère d’Internet en deux, le Web 1.0 et le Web 2.0, mais selon Philippe J. Maarek, d’un point de vue des sciences de la communication, ces deux catégories ne présentent aucune différence.15 Le Web 1.0 correspond à la première phase d’Internet, soit ses utilisations initiales qui permettaient déjà une communication unidirectionnelle, bidirectionnelle, mais aussi un mode de communication par écrit, vocal, ou audiovisuel, bidirectionnel avec simultanéité temporelle.16 Plus précisément, lorsque l’internaute consulte de l’information mise à sa disposition sur Internet, il y a communication du site Web vers l’internaute, donc il y a communication unidirectionnelle. Lorsque l’internaute envoie du courrier électronique, le mode de communication est bidirectionnel, mais sans simultanéité temporelle. Celle-ci apparait lorsque l’internaute se connecte à un site et qu’une ou plusieurs personnes sont également connectées et communiquent entre elles en temps réel (pensons aux forums et aux chats) ou avec un interlocuteur situé au « centre serveur », par exemple un homme politique.17 Le passage au Web 2.0 est caractérisé par l’ajout de « nouvelles » utilisations d’Internet permises par l’augmentation de la bande passante, de la puissance des ordinateurs et par la simplification des logiciels.18 Les possibilités et les formes de communications se retrouvent multipliées. Avec le Web 2.0, l’internaute peut facilement mettre en ligne son propre site Internet grâce à de nouveaux logiciels simples d’utilisation ou encore créer son blogue grâce à certains sites Web qui fournissent des modèles. Il peut mettre en ligne de petits films ou encore des bandes sonores sur des sites dédiés comme YouTube ou DailyMotion, ce qui permet une multidiffusion transversale. Par contre, selon Philippe J. Maarek, la communication reste aléatoire, car l’internaute doit « trouver » en quelque sorte ce qu’il cherche parmi l’immensité de la toile, ce qui implique une démarche volontaire. Les Anglo-saxons désignent ce mode de fonctionnement d’Internet par la technologie « pull », par rapport à la technologie « push » qui fait parvenir l’information au destinataire sans qu’il fasse de démarches particulières.19

  • 20 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 21 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 22 Ibid, p. 278

8Les possibilités qu’offre Internet sont presque infinies : « L’internaute peut en effet maintenant, s’il est correctement équipé, communiqué en temps réel de façon sonore, téléphoner, en somme, soit avec d’autres internautes, soit même avec des abonnés aux réseaux “ordinaires” fixes ou mobiles, en se servant donc de l’ordinateur comme d’un combiné téléphonique “classique”. Il peut aussi accéder à la retransmission des chaînes de télévision avec lesquelles son fournisseur d’accès a signé un accord, se servant alors de son ordinateur comme d’un décodeur de télévision20 ». Et puisqu’il est moyen de communication à « multiples natures », il favoriserait d’une certaine manière « la commercialisation des services payants, inventant ainsi des méthodes qui sont utiles à la communication politique mercatisée21 ». Une autre particularité du Web 2.0 réside dans la rapidité de la diffusion d’information sur Internet, informations qui sont souvent reprises par d’autres médias qui parachèvent le mouvement.22

Les utilisations politiques d’Internet

  • 23 Ibid., p. 280

9Philippe J. Maarek classe les principales utilisations d’Internet par la communication politique en trois groupes ; les utilisations politiques « institutionnelles », les utilisations par les campagnes électorales et les utilisations par les groupes de pression et les partis « marginaux ».23 Voyons ces trois catégories plus en détail.

Les utilisations politiques « institutionnelles »

  • 24 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 25 Ibid., p. 282

10La première catégorie inclut les sites des partis politiques traditionnels, mais exclut les services institutionnels permanents de l’État ou les collectivités territoriales. Les partis dits traditionnels en France ont tous leur site Web permanent, que ce soit en période électorale ou non, où ils y présentent leur programme. En période de campagne électorale, ces sites sont étoffés et présentent les différents candidats, la plateforme électorale, etc. Selon Philippe J. Maarek, ces sites officiels ont un rôle d’aiguillage important.24 À l’ère du Web 2.0, ces sites Internet sont souvent accompagnés de blogues ou de forum servant à l’expression des opinions des internautes. Puisque ces forums et blogues relèvent des institutions, les propos et la participation des internautes demeurent modérés pour éviter la publication de textes pouvant causer des polémiques. Puisqu’Internet, et plus particulièrement le Web 2.0, met en place de nouvelles formes d’interaction et de relations, les partis politiques traditionnels se sont vite emparés de cet outil pour encourager un regain de militantisme. Philippe Maarek affirme qu’Internet a fait bénéficier aux partis politiques d’effets positifs. « Incontestablement, les partis politiques en bénéficient considérablement pour renouer avec leur base et cela a permis de créer un nouveau flux de militance. […] Les partis politiques ont trouvé dans les utilisations interactives récentes d’Internet un mode d’action efficace et en phase avec la société moderne, ce qui est incontestablement positif25 »

Les utilisations lors de campagnes électorales

  • 26 Ibid., p. 283

11La deuxième catégorie regroupe les utilisations d’internet lors de campagnes électorales. Les candidats en lice utilisent tous le site Web pour communiquer et transmettre de l’information, car il est devenu « un véritable carrefour de toutes les catégories d’internautes susceptibles de s’y connecter26 ». Philippe Maarek classe les données présentes sur un site Web de campagne « typique » en trois catégories principales : les données pour le public extérieur, des informations et une plate-forme de téléchargement pour les journalistes et finalement des informations et une plate-forme de téléchargement pour les militants.

  • 27 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)

12Sur le site Web d’un parti, l’internaute en quête d’information sur un parti politique peut retrouver des informations sur l’homme politique candidat, la description plus ou moins détaillée de son programme, les communiqués de presse, les vidéos des meetings, ainsi qu’un calendrier de la campagne. En plus des informations de libre accès sur le site Web, une section spéciale est réservée aux journalistes qui y trouvent des informations sur les conférences de presse ou « photo-calls » ainsi que des photographies de haute définition (pour journaux ou magazines).27Un espace particulier est également dédié aux militants qui peuvent y retrouver des textes, mais surtout du matériel de campagne téléchargeable (tracts à distribuer, modèles d’affiches, ainsi que des tutoriels pour la création de pages Web personnelles.

Les utilisations par les groupes de pression

  • 28 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 29 Thierry Vedel, « Internet et les pratiques politiques », pp. 189-214 in. Anne-Marie Gingras, dir., (...)
  • 30 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 31 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 32 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 33 Fabienne Greffet et Thierry Vedel, « chapitre 1. L’internet ou l’espace des possibles. Les campagne (...)
  • 34 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 35 Fabienne Greffet, continuerlalutte.com, Presses de Science Po « Académique », 2011, p. 41-42

13Selon Philippe Maarek, ici réside une nouveauté qu’offre le web. « La facilité avec laquelle n’importe qui peut créer un site Web personnel consultable du monde entier et le cout de moins en moins élevé de ces sites, souvent hébergés gracieusement, a occasionné un accroissement exponentiel du nombre de sites de groupes de pression autrefois complètement “marginaux”28 ». Vedel abonde dans le même sens en affirmant : « Internet pourrait favoriser, aux côtés des groupes institués, l’émergence de nouvelles forces politiques ou sociales qui jusque-là étaient handicapées par l’absence d’appareil structuré.29 » Grâce aux moteurs de recherche, il est maintenant très facile d’accéder à l’information recherchée. Les groupes de pression ont donc également vu l’intérêt de se retrouver sur la toile pour communiquer leurs idées, et ce, à de moindres coûts. Cela expliquerait le regain de ces groupes de pression et des petits partis politiques dits « marginaux ». Philippe Maarek affirme : « Que l’on soit un adepte de l’interdiction de la nourriture transgénique, ou de la défense de telle ou telle pratique plus ou moins acceptée socialement, Internet permet presque toujours de découvrir… que l’on n’est pas seul, et facilite donc grandement la constitution des groupes de pression de tous ordres.30 » Par le fait même, depuis quelques années, les petits partis politiques marginaux ont pu accéder au grand public grâce à une communication politique orchestrée sur Internet, un phénomène qui semble s’accentuer.31 Évidemment, la facilité avec laquelle il est désormais possible de communiquer, de transmettre des idées et de former des groupes n’est pas sans effets indésirables. Des individus soutenant des idéologies douteuses, socialement rejetées, peuvent maintenant découvrir qu’ils ne sont pas les seuls à partager ce point de vue, malgré tout, grâce à Internet : « Internet est incontestablement devenu en moins de deux décennies un des instruments les plus actifs de la communication politique moderne. Il multiplie les sources d’information disponibles, accroît de ce fait la nécessité de vigilance des hommes politiques, mais aussi des journalistes des autres médias, en leur imposant également cette vigilance32 ». À partir des années 2000, les partis politiques français vont réellement commencer à investir le Web. « Les espaces ouverts par les acteurs politiques sur le Web se sont étendus au fur et à mesure que de nouveaux outils techniques apparaissaient et étaient appropriés pour l’essentiel au moment des campagnes33 ». C’est au milieu des années 2000 que les blogues vont commencer à émerger, particulièrement lors du référendum sur la « Constitution européenne », en 2005 où Internet commencera à être réellement influent, particulièrement grâce au « Web citoyen ». Les sites Web institutionnels ou de partis politiques qui militèrent en majorité pour le « oui » restèrent peu fréquentés et possédèrent peu de liens externes permettant de naviguer ailleurs sur le Web. À l’opposé de ces sites institutionnels, les blogues militants pour le « non » comptèrent un nombre de connexions trois fois supérieur.34 Lors de la campagne électorale de 2007, les sites Internet se sont multipliés, mais aussi sophistiqués pour inclure davantage d’interactivité et de contenu audiovisuel.35 En 2009, les réseaux sociaux deviendront de plus en plus présents et influents sur le Web politique, ce que nous verrons plus en détail au troisième chapitre.

Les utilisations d’Internet par les politiciens français

  • 36 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison e (...)
  • 37 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison e (...)
  • 38 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, (...)
  • 39 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison e (...)
  • 40 Ibid., p. 213
  • 41 Ibid., p. 213

Frédérick Bastien, chercheur à l’Université Laval à Québec et Fabienne Greffet, chercheure à l’Université Nancy II et au Pacte-CNRS de Grenoble ont mené une étude afin d’analyser et comparer le contenu des sites Web des partis politiques lors des campagnes électorales législatives tenues en France.36 La période d’analyse s’étend sur le mois de mai 2007 en France. En France, seuls les partis ayant présenté un candidat lors des élections présidentielles quelques semaines avant les législatives ont été retenus, soit onze partis qui concentrent près de 90 % des suffrages exprimés au premier tour.37 Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont voulu quantifier trois dimensions essentielles de ce qu’ils appellent les net-campagnes : la dimension informationnelle, les pratiques interactives spécifiques à Internet et finalement la mobilisation de l’électorat. C’est sous ces trois dimensions que les sites Web de la France seront comparés. La catégorie informationnelle correspond principalement au contenu qui est diffusé par les partis politiques en campagne électorale sur des supports dits « traditionnels », comme les tracts, les spots à la télévision, les communiqués de presse, etc. Les chercheurs ont montré que l’usage d’Internet était majoritairement fait avec un schéma « top-down » (de la direction du parti vers les électeurs), et qu’ils servaient essentiellement à diffuser de l’information lors des net-campagnes38. La deuxième catégorie englobe toutes les pratiques interactives spécifiques à Internet, mais l’étude a démontré que la plupart des partis politiques n’utilisaient pas à leur plein potentiel les fonctions interactives d’Internet (34 % d’interactivité en France39). Ces échanges très horizontaux se limitent à l’envoi de courriel au parti ou bien à l’abonnement à la newsletter. Le blogue, l’outil plus à même de favoriser les interactions entre les candidats et les électeurs, n’a été que partiellement exploité. Du côté français, Olivier Besancenot, Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers possédaient un blogue dont le lien été présent sur le site officiel de leur parti.40 La troisième dimension de ces net-campagnes concerne la mobilisation (41 %) de l’électorat traduisant un engagement réel de l’internaute (formulaires d’adhésion et appel aux dons) : « Les “boutiques” en ligne fleurissent, avec des variations sensibles. Ainsi, la “e-boutique” de l’UMP, comme celle du PS, du FN ou de la LCR, propose de nombreux objets militants, alors que le site des Verts consacre une page à une librairie écologiste41 ».

  • 42 Ibid., p. 213
  • 43 Fabienne Greffet, « Les blogues politiques » Communication [En ligne], vol. 25/2 | 2007, http://com (...)
  • 44 Fabienne Greffet, « Les blogues politiques » Communication [En ligne], vol. 25/2 | 2007, http://com (...)
  • 45 Ibidem.

14Plusieurs partis incitent les militants à « participer à des débats en ligne, à écrire sur les blogues et à créer et diffuser dans le Web 2.0 des vidéos42 ». Pour les formations politiques plus marginales, Internet demeure un outil précieux pour la communication politique, sur lequel les blogues sont venus se surimposer, blogues que Fabienne Greffet qualifie comme étant « un carnet de bord en ligne proposant un point de vue sur la vie de la Cité. Ce point de vue peut être individuel ou collectif, mais il est donné en réaction à des événements, dans une interaction avec la communauté des internautes43 ». Thierry Giasson, quant à lui, définit le blogue politique un moyen de mettre en ligne rapidement des contributions politiques, des faits et des opinions. Ces blogues sont tour à tour présentés comme « un moyen pour les élus de renouer avec les citoyens et comme le signe d’une (ré) appropriation de la politique par des usagers inventant de nouvelles formes de participation44 ». Le blogue est caractérisé par son interactivité, puisque les lecteurs peuvent s’abonner pour suivre l’évolution, et publier commentaires et billets : « Tout comme la communication sur le Web à ses débuts, on se trouve devant un paradoxe : sans faire (encore ?) partie intégrante de la “présentation de soi” de toute personnalité politique, les blogues s’étendent bien au-delà de la sphère politique professionnelle et interrogent les modalités de la mobilisation et de la participation politiques45 »

  • 46 Godefroy Beauvallet, « Partie de campagne : Militer en ligne au sein de “désirs d’avenir” », Hermès(...)

15Les activités sociales de militantisme ont quitté les lieux physiques chers au folklore des partis pour migrer vers l’écrit des « forums participatifs », des listes de discussion, des blogues, etc.46. La démocratisation du Net politique a entraîné une nouvelle forme d’engament politique que Jacques Gerstlé analyse sous trois angles différents (information, discussion, débat et aide à la décision).

Démocratisation et engagement politique : les médias sociaux à l’œuvre

  • 47 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 211
  • 48 Ibid., p. 212
  • 49 Ibid., p. 212

16L’information est un élément central de la démocratie. Jacques Gerstlé cite David Apter qui affirme : « Le système politique de la démocratie est, en effet, un système d’information. […] Dans une large mesure, la démocratie tourne autour de la question de savoir comment créer, traiter et transformer l’information.47 » Jacques Gerstlé voit en Internet « un lieu de liberté et d’authenticité, qui transcende les frontières et les obstacles socioculturels et qui de ce fait favorise le lien social et la mobilisation collective48 ». En termes de décision, la démocratie électronique semble avoir un plus grand impact au niveau local.49

L’impact des médias sociaux sur les consommateurs

  • 50 Shanto Iyengar., Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 120
  • 51 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 121

17La technologie et les nouveaux médias sont une façon de revitaliser la sphère publique. En offrant diverses sources directes d’information et différents points de vue politiques, Internet accroît la possibilité pour tous les citoyens de participer à la sphère politique. Al Gore, vice-président des États-Unis en 1994 a déclaré que « l’ère d’Internet apportera le progrès économique, une forte démocratie, plusieurs solutions aux défis locaux et globaux en matière d’environnement, de meilleurs soins de santé, et ultimement un plus grand sens de partage de la planète50 ». À certaines conditions, Internet peut favoriser l’engagement citoyen, notamment en permettant aux citoyens de regarder des vidéos sur YouTube, de commenter des blogues ou de publier en fonction de leurs propres intérêts politiques. Un citoyen qui souhaite faire un don à un parti politique peut le faire en ligne et même y payer.51

  • 52 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 123
  • 53 Ibid., p. 124

18Il semblerait même qu’Internet ait eu un impact positif sur la participation politique des jeunes adultes qui sont pourtant les moins portés à s’engager dans des formes traditionnelles d’engagement politique. Les nouvelles technologies auraient donc incité les jeunes à s’engager dans de nouvelles formes d’engagement politique, en publiant des commentaires sur des blogues ou des médias sociaux et en organisant des événements politiques grâce aux réseaux sociaux.52 Cependant, Shanto Iyengar rappelle que l’engagement civique requiert de la motivation que les individus motivés auront tendance à se servir des nouvelles, mais aussi des anciennes plateformes de communication pour s’engage53, montrant par la même occasion que les dispositifs sociotechniques numériques dépendent en grande partie de l’appropriation sociale, culturelle et générationnelle qu’en font les individus.

Conclusion

  • 54 John Dryzek, « Political inclusion and the dynamics of democratization » p.pp. 457-487, in American (...)

19Dans les quinze dernières années, Internet (et aujourd’hui les réseaux sociaux a fortiori) sont devenus des outils tellement importants qu’ils sont désormais considérés comme un droit humain fondamental partout dans le monde, même si un fossé numérique est encore présent qui a des conséquences sociales, culturelles et même générationnelles. Le fossé numérique est le reflet des inégalités sociales qui se reflètent également dans l’engagement politique. Selon Pippa Norris, la virtualisation de la politique permet d’accéder à des ressources en ligne émises par le gouvernement, le parlement, les partis, les médias, mais aussi les groupes civiques, mais tout le monde ne peut pas encore en profiter. Pippa Norris parle de l’aspect antidémocratique du fossé numérique qui concerne « l’écart qui sépare les internautes dans leur utilisation des ressources politiques54 ». Du côté de la France, le Directeur général du Centre d’analyse stratégique a rendu public le rapport Le fossé numérique en France le 20 avril 2011. Ce rapport stipule qu’environ le tiers de la population française ne possède pas d’ordinateur et n’utilise pas Internet. Trois fossés numériques ont donc été identifiés : le fossé générationnel, le fossé social et le fossé culturel.

  • 55 Peter Dahlgren cité par Jacques Gerstlé, Jacques, La communication politique, Paris, Armand Colin, (...)

20Sur le plan générationnel, les seniors représentent environ 21 % de la population française et sont particulièrement concernés par le fossé numérique. Seulement 40,7 % des 65-74 ans disposent à leur domicile d’un ordinateur et 36,6 % d’Internet. Ces pourcentages ne sont plus que de 16,9 % et 15 % chez les plus de 75 ans contre 90,8 % des 15-24 ans, et 87, 3 % des 35-44 ans. Sur le plan social, il apparaît que les personnes ayant un faible revenu sont également moins nombreuses à bénéficier des technologies numériques, soit 6,2 % de la population française. Sur le plan culturel, enfin, les personnes les moins instruites sont seulement 56 % à avoir un ordinateur à la maison et 50,5 % à avoir une connexion Internet. 31,5 % et 39,6 % des personnes ayant la plus faible instruction n’ont jamais utilisé un ordinateur ou Internet, contre 3,2 et 6 % pour les diplômés de l’enseignement supérieur et qu’un Français avec un diplôme inférieur au baccalauréat a une probabilité huit fois plus importante de ne jamais avoir utilisé un ordinateur. En 2001, Peter Dahlgren posait un premier diagnostic sur l’impact d’Internet que Jacques Gerstlé considère comme le plus pertinent. « L’Internet n’est pas en mesure de contrer le “grand retrait” à l’égard de la politique traditionnelle ni de procurer des alternatives extra-parlementaires de masse. Il ne changera probablement pas les constellations actuelles du pouvoir, mais peut au mieux faciliter l’émergence de contre-sphères publiques, tout autant qu’approfondir et élargir la sphère publique traditionnelle dominante.55 ».

21Quinze ans plus tard (en 2016), les choses n’ont pas véritablement changé, tant s’en faut. L’évolution des dispositifs sociotechniques (réseaux sociaux, notamment) n’a fait qu’accentuer les phénomènes de paupérisation et d’acculturation numériques, ainsi que l’hyper-segmentation des utilisateurs politiques d’Internet et des réseaux socionumériques. Le fossé numérique, en matière de politique, mais aussi d’information et de culture, peut être résorbé si une éducation et une dialectique numériques pertinentes sont mises en œuvre.

Haut de page

Bibliographie

BASTIEN F., et GREFFET F., « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison entre France et Québec », Hermès n° 54, 2009

BASTIEN F., et BLANCHARD G., « Les internautes face à la communication électorale à l’ère des campagnes postmodernes », dans Philippe Maarek (dir.), Présidentielles 2012 : une communication politique bien singulière, Paris, L’Harmattan, 2013.

BODE L., et DALRYMPLE K.E., « Politics in 140 Characters or Less: campaign communication, network interaction and political participation on Twitter », Journal of Political Marketing, volume 15/4, 2016, p. 311-332.

BOYADJIAN J., « Les usages politiques différenciés de Twitter. Esquisse d’une typologie des "twittos politiques" », Politiques de communication n° 6, 2016 : « Des "vraies gens" aux "followers" », Presses Universitaires de Grenoble, p. 31-58.

CHADWICK A., Internet Politics: States, Citizens, and New Communication Technologies, Oxford University Press, 2006.

CHIBOIS J., « Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes. La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques », Réseaux n° 188, volume 6, 2015, p. 201-228.

DAHLGREN P., The political web: Media, participation and alternative democracy, Palgrave, Macmillan, 2013.

DAHLGREN P., Media and political engagement: citizens, communication and democracy, Cambridge University Press, 2009.

DAVIS R., HOLTZ-BACHA C., and JUST M., Twitter and elections around the world. Campaigning in 140 characters or less, London, Routledge, Studies in Global Information, Politics and Society, 2016.

GERSTLÉ J., La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012.

GINGRAS A-M., (dir.), La communication politique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2003.

GREFFET F., continuerlalutte.com, Presses de Science Po « Académique », 2011.

GREFFET F., et VEDEL T., « chapitre 1. L’internet ou l’espace des possibles. Les campagnes françaises en ligne depuis 2007 », in GREFFET F., continuerlalutte.com, Presses de Science Po « Académique », 2011.

GREFFET F., « Les blogues politiques », Revue Communication [En ligne], vol. 25/2 | 2007, http://communication.revues.org/index883.htm

IYENGAR S., Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011.

LILLEKER D., et JACKSON N., Political campaigning, elections and the internet: Comparing US, UK, France and Germany, London, Routledge, 2011.

MAAREK P-J., Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007

MERCIER A. , « Twitter, espace politique, espace polémique » dans Gilles Brachotte et Alexander Frame (dirs.), Les Cahiers du Numérique volume 11 n° 4 : « Espace public numérique et participation politique », 2015, p. 145-168.

MONNOYER-SMITH L., et WOJCIK S., « La participation politique en ligne, vers un renouvellement des pratiques ? », Participations n° 8, 2014, pp. 5-29.

PARMELEE J-H., et BICHARD S-L., Politics and the Twitter Revolution. How Tweets influence the relationships between Political leaders and the Public, Maryland, Lexington Books, 2012.

SMALL T.A., « La politique canadienne en 140 caractères : la vie des partis dans l’univers Twitter », Revue parlementaire canadienne, automne 2010, p. 41-48.

VEDEL T., « Internet et les pratiques politiques », p. 189-214 dans Anne-Marie GINGRAS, dir., La communication politique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2003.

Haut de page

Notes

1 Evgeny Morozov, Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoges, Editions Fyp, septembre 2014, p 11.

2 Arnaud Mercier, « La communication politique en France : un champ qui doit encore s’imposer », L’Année sociologique volume 51 / 2, Paris, PUF, 2001, p 357.

3 Dominique Wolton, "Le local, la petite madeleine de la démocratie", revue Hermès n° 26-27, op.cit., p 97.

4 Stéphane Olivesi, « A propos de l’institutionnalisation des SIC. Pour une histoire "localisée" », Questions de communication n° 12, 2007, p 206.

5 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Presses Universitaires de France (PUF) : collection "Que sais-je ?" n° 2652 [ première édition 1992], 1993, p 4.

6 Jurgen Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Editions Payot, 1993, p 61.

7 Shanto Iyengar. Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 113

8 Ibid., p. 114

9 Ibid., p. 119

10 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 210

11 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 26-27

12 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p 137

13 Shanto Iyengar. , Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 135

14 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 289

15 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 272

16 Ibid. , p. 273-274

17 Ibid., p 273-274

18 Ibid., p. 274.

19 Ibid., p. 278

20 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 275

21 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 272

22 Ibid, p. 278

23 Ibid., p. 280

24 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 280

25 Ibid., p. 282

26 Ibid., p. 283

27 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 284

28 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007. p. 287

29 Thierry Vedel, « Internet et les pratiques politiques », pp. 189-214 in. Anne-Marie Gingras, dir., La communication politique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2003.

30 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 287

31 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 288

32 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 289

33 Fabienne Greffet et Thierry Vedel, « chapitre 1. L’internet ou l’espace des possibles. Les campagnes françaises en ligne depuis 2007 », in GREFFET fabienne, continuerlalutte.com, Presses de Science Po « Académique », 2011, p. 41-42

34 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 49

35 Fabienne Greffet, continuerlalutte.com, Presses de Science Po « Académique », 2011, p. 41-42

36 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison entre France et Québec », Hermès n° 54, 2009, p. 209

37 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison entre France et Québec », Hermès n° 54, 2009, p. 211

38 Philippe J. Maarek, Communication politique et marketing de l’homme politique, Paris, Lexis Nexis, 2007, p. 211

39 Frédérick Bastien et Fabienne Greffet, « Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison entre France et Québec », Hermès n° 54, 2009, p. 213

40 Ibid., p. 213

41 Ibid., p. 213

42 Ibid., p. 213

43 Fabienne Greffet, « Les blogues politiques » Communication [En ligne], vol. 25/2 | 2007, http://communication.revues.org/index883.html, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 19 avril 2013.

44 Fabienne Greffet, « Les blogues politiques » Communication [En ligne], vol. 25/2 | 2007, http://communication.revues.org/index883.html, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 19 avril 2013.

45 Ibidem.

46 Godefroy Beauvallet, « Partie de campagne : Militer en ligne au sein de “désirs d’avenir” », Hermès n° 44, 2007, p. 156

47 Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 211

48 Ibid., p. 212

49 Ibid., p. 212

50 Shanto Iyengar., Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 120

51 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 121

52 Shanto Iyengar, Media Politics a citizen’s guide, W. W. Norton & Company, New York, 2011, p. 123

53 Ibid., p. 124

54 John Dryzek, « Political inclusion and the dynamics of democratization » p.pp. 457-487, in American Political Science Review, vol. 90, 1996 cité in Jacques Gerstlé, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 208

55 Peter Dahlgren cité par Jacques Gerstlé, Jacques, La communication politique, Paris, Armand Colin, 2012, p. 213

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Une généalogie de la communication politique numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3424 ; DOI : 10.4000/rfsic.3424

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyriès est enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bourgogne Franche-Comté (laboratoire CIMEOS). Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles dans des revues scientifiques nationales et internationales (Communication et organisation, Quaderni, Lexia, Pouvoirs, etc.) et développe des travaux sur la communication politique, les usages sociaux du numérique, la laïcité et le journalisme narratif

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page