Navigation – Plan du site
Parutions

Béatrice Galinon-Mélénec, L’homme-trace. Des traces du corps au corps-trace

Paris : CNRS Éditions, 2017
Delphine Dupré
Référence(s) :

Béatrice Galinon-Mélénec, L’homme-trace. Des traces du corps au corps-trace. Paris : CNRS Éditions, 2017

Texte intégral

1« Des traces du corps au corps-trace » est le 4e volume de la série l’homme-trace dirigée par Béatrice GALINON-MELENEC. Ces réflexions, entamées en 2007 par la publication de l’ouvrage « Le corps communicant. Le XXIe siècle, civilisation du corps ? » ont pour fil conducteur l’hypothèse générale selon laquelle l’humain serait « construit par les traces de ses interactions avec son environnement, quelle qu’en soit la nature ; l’environnement portant en retour les traces des actions humains, les deux rétroagissant dans une dynamique systémique ». Les articles qui composent ce volume visent à interroger le paradigme de l’homme-trace au prisme de l’usage des techniques.

2Pauline CHASSERAY-PERALDI et Yves JRANNERET s’interrogent sur les objets techniques dont la particularité est que le corps « n’est pas en lui-même présenté ou exposé, a fortiori exhibé ». Ils analysent les « dispositifs épiphaniques » qui font intervenir le corps malgré son absence. Leur propos est illustré par des exemples d’artefacts technologiques qui obligent les utilisateurs à maîtriser à la fois l’outil et la manière dont le corps y est convoqué virtuellement.

3Sylvie LELEU-MERVIEL développe une réflexion méthodologique sur les outils de body-tracking, leurs potentialités ainsi que leurs limites. À travers deux exemples de visites de musées assistées par des lunettes d’eye-tracking, l’auteure démontre que les traces collectées par ces appareils peuvent être trompeuses. Par conséquent, la validité d’une étude scientifique utilisant cette technologie dépend de la collecte et de l’analyse de traces multiples.

4La contribution de Joël COLLOC et Maude BONENFANT traite du big data dans le secteur médical. Après une description claire et détaillée de ces technologies, les auteurs retracent leur introduction progressive dans le domaine de la médecine. Tout en admettant les dimensions positives des applications actuelles qui reconfigurent la relation médecin-patient, les auteurs déconstruisent le mythe de la neutralité des data et dressent un panorama réaliste des menaces posées par ces techniques prédictives.

5Cyrille BERTELLE et Damien OLIVIER tentent de conceptualiser la trace à partir de leur posture d’informaticiens. Un parallèle avec l’organisation des fourmis ainsi que le schéma de la boucle de rétroaction permet aux auteurs de démontrer que les individus façonnent des traces autant qu’ils se laissent guider par celles des autres.

6Partant des ouvrages de Barthes comme cadre théorique, Fanny GEORGES investigue la manière dont les internautes « semblent s’appuyer sur les technologies pour entretenir des relations avec leurs morts comme des entités quasi vivantes, et sans pour autant que cette relation soit vécue comme pathologique. » La persistance des traces numériques rend possible de nouveaux modes de présence aux défunts, dont les modalités varient selon les contextes culturels.

7Olivier ERTZSCHEID s’intéresse également au Big Data, mais sous l’angle des objets connectés. Malgré leur apparence anodine, ces dispositifs contribuent à « accentuer l’illusion d’une dissémination qui diminuerait le danger de la surveillance en le diluant, alors qu’au contraire cela le renforce : si l’on se méfie d’une caméra de surveillance, on n’éprouve aucune méfiance vis-à-vis de son frigo ou de sa cafetière. »

8Dans son article programmatique, Paul-Laurent ASSOUN propose une analyse de la trace au prisme de la psychanalyse. À la fois « résistante et volatile », la trace d’un événement traumatique perdure à travers le mécanisme de répétition. Elle constitue la base du travail de réminiscence.

9Yves WINKIN analyse le phénomène de la trace à partir du récit de plusieurs expériences à a fois douloureuses et inspirantes qu’il qualifie de « brulures fertiles ». Bien que personnelles, les anecdotes embarrassantes racontées par l’auteur ont un caractère général et le lecteur y trouvera matière à identification. Ainsi, une lecture à la fois instructive et déculpabilisante.

10Fabienne MARTIN-JUCHAT se pose la question du rôle du corps dans le cadre du travail des soignants. À travers une méthodologie qualitative par entretiens, l’auteure cherche à comprendre la préparation du praticien, sa posture ainsi que la construction de la relation avec les patients. Les soignants convoquent leur « intelligence corporelle », difficilement objectivable, pour interagir avec les signes-traces émis par les patients.

11La contribution de Michèle MOLINA, Karine MERTEL, Coralie SANN et François JOUEN porte sur la communication nourrisson-adulte. Face aux signes émotionnels et posturaux émis par l’enfant, les adultes adoptent une communication particulière, qualifiée de langage adressé à l’enfant (LAE). La littérature, abondante sur ce sujet, présente des angles morts quant au mouvement adressé à l’enfant (MAE). Quelle méthode pour traquer les traces de cette forme de communication ? Il s’agit de la question à laquelle les auteurs s’attellent à répondre.

12Jean-Jacques BOUTAUD entreprend une analyse sémiotique des traces engendrées par les pratiques alimentaires. Le « corps gourmand » est appréhendé comme le lieu de la mise en scène d’une esthétique alimentaire, perceptible à travers la décoration, les aliments, la forme des interactions, les attitudes etc.

13Véronique THOMAS-VASLIN introduit son article par une description des méthodes utilisées pour collecter et analyser les traces générées par le système immunitaire. L’auteure dénonce la vision classique d’une frontière entre l’intérieur du corps et l’extérieur. Au contraire, il conviendrait d’étudier de près les interactions entre le système immunitaire et son écosystème. Cette contribution incite à considérer sérieusement l’impact des évolutions sociétales récentes (stress, consommation de produits toxiques contenus dans l’alimention, etc.) sur le fonctionnement immunitaire.

14La contribution de Véronique RICHARD s’inscrit dans le prolongement d’un programme de recherche sur la médiatisation des dirigeants d’entreprises. Son terrain d’enquête se compose de l’analyse d’un reportage (« La France des grands patrons ») complétée par une étude des bandes-annonces, des critiques en ligne ainsi que d’une interview du réalisateur. L’auteure s’intéresse aux traces d’un imaginaire social véhiculées tant par la construction filmique du reportage que par les attitudes spontanées des interviewés.

15Christian CHEVANDIER développe une réflexion sur la recherche historique à partir des traces corporelles accessibles dans plusieurs types de documents (archives, romans, films, photographies etc.) Les traces du corps (pilosité faciale, bronzage, vêtements portés) se révèlent fort utiles à l’historien car elles sont révélatrices des conditions de travail, des identités et habitus professionnels propres à un groupe et à une époque.

16Le chapitre de Clémentine HUGOL-GENTAL s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche national (ALIMS) visant à améliorer le suivi alimentaire des patients hospitalisés. L’auteure plaide pour la prise en compte des traces mémorielles de l’alimentation. Les méthodes actuelles, basées majoritairement sur des indicateurs biologiques et quantifiables, ne dépeignent la réalité que de manière parcellaire. Le suivi des patients devrait tenir compte des dimensions subjectives (notamment éthiques et identitaires) des pratiques alimentaires.

17L’article de Claire SCOPI porte sur les différentes manières dont « les institutions identifiantes » collectent et analysent les « traces corporelles » des migrants. L’auteure retrace l’histoire de ces méthodes d’identification basées sur le corps. Cette mise en perspective permet une critique des méthodes actuelles, comme la géo-génétique, les tests ADN et les tests de maturité osseuse, progressivement abandonnées car posant de sérieux biais scientifiques et problèmes éthiques.

18Après avoir présenté les fonctions du patrimoine, Anne PUJARD et Bruno OLLIVIER énoncent les conditions que doit remplir un ouvrage pour en faire partie. L’exemple de l’absence de patrimoine des Caraïbes permet aux auteurs d’évoquer plusieurs problématiques, dont celle de la difficile construction d’une mémoire nationale à partir des traces orales et corporelles d’une population. Ils concluent leur chapitre en revendiquant la nécessité d’une approche critique du patrimoine.

19Pour conclure, ce 4e volume de la série l’homme-trace est un ouvrage savant. Ses points forts résident tant dans la pluridisciplinarité des approches que dans la capacité à traiter la problématique de la trace à travers des questionnements d’actualité, épistémologiques, méthodologiques et conceptuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré, « Béatrice Galinon-Mélénec, L’homme-trace. Des traces du corps au corps-trace », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3515

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle en SIC, Laboratoire MICA EA 4426 à Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, dirigée par Valérie Carayol et Aurélie Laborde, porte sur les incivilités par messagerie électronique dans les relations managériales. Ce travail doctoral s’inscrit dans le cadre du projet "civilinum" financé par la région Nouvelle-Aquitaine et porte sur les incivilités numériques au travail. Courriel : delphine.dupre@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page