Navigation – Plan du site
Parutions

Alain Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014)

Coll. « Poids et Mesures du Monde », Fayard, 2015, 512 p.
Martine Bocquet
Référence(s) :

Alain Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Coll. « Poids et Mesures du Monde », Fayard, 2015, 512 p.

Texte intégral

1Des deux mots qui forment le titre de l’ouvrage, Gouvernance et Nombres, Alain Supiot en explicite le sens, les origines, l’histoire, leurs implications. Écrit par un juriste en droit du travail, Professeur au Collège de France, ce livre, qui se situe au carrefour du droit, de l’anthropologie, de la philosophie et des théories des organisations, interroge nos systèmes économiques, politiques, sociaux, mais aussi la communication que ceux-ci sous-tendent et qui se déploie en les entretenant, convoquant la symbolique et l’imaginaire. Qui dit nombres dit aussi numérique et gouvernance par les moyens techniques nés du mirage cybernétique, pour en venir à poser une question ontologique, quant à l’homme, sa dignité, ses marges de liberté.

  • 1 Il faudrait citer Julie Bouchard (2008 ; et al. 2015), etc. De même, le sociologue Dominique Cardon (...)

2Les SIC n’ont pas manqué d’interroger cet état de fait1. Les cours au Collège de France d’Alain Supiot, ici regroupés, devraient contribuer à nourrir et enrichir puissamment cette réflexion, en ce qu’ils analysent le contexte sous ses multiples aspects, formulent des problématiques et suggèrent des pistes pour des solutions.

3Parcourant les siècles, depuis la Chine ancienne, la Grèce, Rome et notre histoire médiévale et moderne, Alain Supiot voit se dessiner deux formes génériques de gouvernement, avec chacune leurs racines anthropologiques et philosophiques : le gouvernement de la Loi – c’est l’idéal platonicien et aristotélicien, devenu après un long chemin notre idéal républicain, c’est aussi celui des légistes chinois (p. 90 sq.) – et le gouvernement par les hommes -c’est l’idéal confucéen (p. 92 sq.), mais aussi féodal. Notre droit, assez simple au départ, se délitant en une inflation de règles techniques et de normes, devient un instrument technique de cette gouvernance par les nombres, les statistiques, l’exploitation du big data et la déferlante des évaluations chiffrées en tout genre. Le rôle premier du droit, poseur de principes généraux et de l’imperium général de la loi, s’estompe pour ne devenir qu’une technique de gouvernance, ajustable en fonction des besoins.

4La tendance générale de la gouvernance par les nombres à substituer la carte au territoire (p. 247 sq.) dans l’organisation et la conduite des affaires publiques, cet effondrement intellectuel est la conséquence d’une dégénérescence institutionnelle (p. 408). Le vieil idéal grec d’une cité régie par les lois et non par les hommes a pris une forme nouvelle : celui d’un gouvernement conçu sur le modèle de la machine. Cet imaginaire a porté l’évolution des sciences et des techniques du droit et des institutions ; celui d’un monde maîtrisé et de l’individu roi, sujet souverain et émancipé aussi bien du pouvoir des hommes que des besoins matériels (p. 409). Cet imaginaire, que porte un anarcho-capitalisme, risque de trouver sa limite catastrophique par le rattrapage des représentations mentales par le principe de réalité, le retour à la réalité.

5Au niveau public, ce renoncement à la loi au profit d’une gouvernance par les nombres s’inscrit dans une histoire longue du rêve de l’harmonie par le calcul, des pythagoriciens au positivisme économique et politique, malgré les mises en garde d’Auguste Comte (1830-1842) lui-même (p. 154, 190). Cette révolution numérique qui domine l’imaginaire contemporain, cet imaginaire cybernétique conduit à penser la normativité, non plus en termes de législation, mais de programmation. On n’attend plus des hommes qu’ils adhèrent librement dans le cadre des bornes de la loi – ce qui était la norme d’un bon gouvernement –, mais qu’ils réagissent en temps réel aux multiples signaux qui leur parviennent pour atteindre les objectifs qui leur sont assignés -ce qui est la marque d’une gouvernance.

6D’un même mouvement, le droit, comme la technique juridique, mettent à l’épreuve les Idées, autour desquelles est censée s’ordonner la marche du monde. Ces Idées fonctionnent comme des idoles, des images auxquelles on prête la puissance de la divinité qu’elles représentent, et qui ont pu prendre aux cours des siècles la forme du Roi, de la Patrie, de la Nation, de la Classe, de la Race, du Gène, du Marché, de la Globalisation, etc. Ces mots dévoilent un ordre de la Nature et nous permettent de la mettre à notre service, les lois devant s’accorder avec ce que les Idées révèlent. Aucune organisation ne peut subsister sans ces Idées, sans règles stables, non plus, et sans rituels ; les rituels pouvant d’ailleurs se substituer au légalisme ou en tenir lieu. Les États, les collectivités, depuis les temps les plus anciens, en vivent. De nos jours, les grandes entreprises sont très friandes de ces événementiels, afin de reconstruire l’Idée. Il y a une dimension subjective de l’institution de la société, c’est-à-dire les croyances partagées sur lesquelles elle s’appuie, comme déjà Tocqueville le soulignait, mais aussi Pierre Legendre et Cornelius Castoriadis. L’intériorisation de ces croyances et de ces interdits est une nécessité structurale, anthropologique. Cela aide à comprendre la dimension esthétique et poétique du gouvernement (p. 28 sq.), ainsi que la perte de crédit des institutions, les périodes de crise institutionnelle (p. 301).

7Un travail humain apparaît à Alain Supiot comme un travail qui permet à celui qui l’exerce de mettre une part de lui-même dans ce qu’il fait, ce qui le distingue de la machine. « Il prend racine dans des représentations mentales que le travailleur s’efforce d’inscrire dans l’univers des choses et des symboles ». Il met « nos images mentales aux prises avec les réalités du monde extérieur, il nous oblige à prendre la mesure, et de ce monde et de ces représentations » (p. 330).

8Le savoir écrire et le savoir compter mobilisent des manipulations de symboles, mais pas un savoir-faire. C’est là le risque. Cette pente, qui peut parfois devenir délirante, n’est pas seulement l’apanage de certains penseurs et idéologues, elle est aussi celle des ingénieurs de la finance (p. 330-331). Le « déni de pensée » est reconnu pour caractériser un travail méconnaissant la condition humaine, mais l’on pense moins au « déni de réalité ». Celui-ci « advient lorsque l’on coupe le travail de manipulation des symboles de toute expérience des réalités sous-jacentes à cette symbolisation. ». Celui-ci « substitue la Carte au Territoire ; il congédie les faits au profit de leur représentation imaginée » (p. 331). « Nourri par le scientisme et le fétichisme du chiffre », ce déni de la réalité, « cette déconnection du réel expose au risque d’un délire », lequel recèle un potentiel meurtrier, semblable à celui du fanatisme religieux, l’un et l’autre se nourrissant aujourd’hui mutuellement, soit un délire fondé sur le chiffre contre un autre fondé sur la lettre prise dans son sens premier (p. 332).

9Avec l’abandon progressif des modèles tayloristes et fordistes, les nouveaux modèles de gouvernance, tant politiques que gestionnaires, leur substituent un modèle par les objectifs, les résultats à atteindre, les normes et les comportements. Tout au long des chaînes entremêlées d’un réseau de filiales et de sous-traitants, l’homme, employé dans une entité partie de ce réseau, retrouve une liberté, mais qu’il doit tout aussitôt abandonner à de nombreuses sujétions, faites de normes à respecter, d’objectifs et de résultats à atteindre, sous la surveillance lointaine mais efficace d’un suzerain. Il en vient à agir à l’image d’un vassal ou d’un tenant servile. C’est le constat, lui aussi dressé en 2008 par Christian Le Moënne.

10Le « compromis fordiste » consistait, au départ, à allouer aux ouvriers une part de la productivité gagnée par l’organisation taylorienne du travail. Ce statut protégeait la personne des effets physiques et économiques de la réification de son travail ; c’est-à-dire une sécurité sociale et une indemnisation de la perte d’emploi (p. 334-336). La révolution numérique et le changement d’imaginaire qui l’accompagne conduisent à ne plus penser le travail que sur le mode « cybernétique, de l’ordinateur ». Les théories du management sont ainsi passées du taylorisme à la direction par objectifs, modifiant profondément l’organisation du travail. « Il ne suffit plus d’obéir, il faut être compétitif et performant », dans une perspective de mobilisation totale des capacités de la personne. On trouvait déjà cela dans les régimes totalitaires à fondement scientifique, communistes, nazi (p. 337-338).

  • 2 Cf. Christian Le Moënne, 2008.
  • 3 Cf. Joan Le Goff, 2010.

11Il y a dépassement de l’opposition entre autonomie et soumission de la volonté. La distinction entre travail salarié et travail indépendant s’estompe, au profit d’une « programmation de tous ». « Seules diffèrent les modalités juridiques et financières ». Le statut salarial est envisagé comme une entrave à l’ordre spontané du marché et une source de coûts et de rigidités. « Le principal levier utilisé pour démanteler ce statut [celui du salarié] est la mise en concurrence internationale des travailleurs ». Celle-ci est facilitée par l’essor des techniques numériques, qui permettent -avec d’autres facteurs comme le coût de l’énergie et des transports, le poids des charges sociales, etc.- de déterritorialiser le travail, surtout lorsque ce travail porte plus sur des signes (la marque, le design, les objectifs, etc.) que sur des choses, le produit, lequel est sous-traité (p. 339)2. Pour les entreprises, notamment les grandes entreprises transnationales, l’effacement progressif des frontières du commerce les a émancipées de la tutelle des États, leur permettant de recourir aux délocalisations et au « law-shopping », fiscal, social et environnemental. Ainsi émancipées, elles asservissent celles de petite taille, au sein des réseaux qu’elles tissent à l’échelle du globe. Cela s’accompagne d’« une sorte de vide institutionnel » et les exposent à de nouveaux risques, qu’elles tentent de conjurer en invoquant leur capacité d’autorégulation ou leur responsabilité sociale (p. 388)3.

12D’où un basculement de l’articulation du public -le vertical transcendant, le sacré, l’incalculable, le statut des personnes, la survie de la communauté politique – et du privé –l’horizontal, comme lieu d’ajustement des calculs d’utilité individuelle, vers une privatisation de tout par l’effacement de l’État ou sa privatisation (p. 273 sq., 388, 410). Ce glissement accompagne un dépérissement de la sphère publique, qui se privatise, alors même que la sphère privée se publicise. Il y a transfert de pans entiers de la chose publique vers les entités privées que sont notamment les entreprises, par la voie de leur responsabilité sociale et sociétale. Mais, dès lors, de nouvelles hiérarchies s’organisent, sous la forme de réseaux d’entités économiques et juridiques autonomes et de « facture typiquement féodale », en de multiples et mouvants rapports de vassalité (p. 390). La féodalité, c’est-à-dire l’allégeance, l’inféodation par un lien personnel d’une personne ou d’une entité à une autre, a toujours resurgi dans les périodes marquées par l’affaiblissement du pouvoir central, lorsque celui-ci était le garant des institutions (p. 309). Le « Tiers-Garant », qui incarne l’Idée, risque de devenir ou devient déjà, sous des formes légales ou illégales, celui-ci des appartenances dans des réseaux d’allégeances. « Radicalisant l’aspiration à un pouvoir impersonnel, qui caractérisait déjà l’affirmation du règne de la loi, la gouvernance par les nombres donne ainsi paradoxalement le jour à un monde dominé par la dépendance entre les personnes ». Ce tableau n’emporte pas, selon Alain Supiot, de jugement de valeurs -il s’agit d’un constat-, même s’il permet de diagnostiquer l’insoutenabilité d’une gouvernance extrême par les nombres et de « comprendre pourquoi l’horizon de la catastrophe a supplanté celui de la révolution dans notre représentation de l’avenir » (p. 410).

  • 4 Cf. à ce sujet la réponse à Alain Supiot de Jacky Fayolle, administrateur de l’Insee, 2016.

13Si « l’idolâtrie de la Loi peut être aussi funeste que celle des Nombres », la « fonction propre du droit, dans les avatars du règne de la Loi, a été d’en tempérer la force », par le filtre de systèmes d’interprétation qui s’imposent au législateur lui-même (les jurisprudences des différentes instances judiciaires ou administratives). Selon Alain Supiot, il devrait « en aller de même des Nombres », signalant le danger qu’il y a à soumettre l’ordre juridique à celui du calcul. Une telle soumission aurait pour prix exorbitant l’élimination de la considération due aux personnes. « Le bon usage de la quantification suppose donc un sens de la mesure, que le droit peut contribuer à maintenir ou à restaurer […] dans l’élaboration et l’interprétation des nombres affectés d’une force normative » (p. 410-411)4.

14Pour ce faire, il faut commencer par analyser la structure des liens d’allégeance qui se tissent, « comme des défenses immunitaires à l’insoutenabilité de la gouvernance par les nombres », aussi bien dans les organisations que dans la société. À ce titre, la relation de travail -ou plus largement les relations au sein des organisations- constitue, depuis l’ère industrielle, « la matrice des autres formes de gouvernement » (p. 412).

15Alain Supiot pose comme hypothèses de l’enjeu institutionnel majeur des années à venir : d’une part « la définition respective du marché et de la solidarité dans l’ordre juridique », d’autre part qu’il n’y guère plus de chance à un retour au règne de la Loi que d’un établissement durable de la gouvernance par les Nombres, et que « la résurgence de l’allégeance comme forme typique des rapports sociaux est une tendance probablement irrésistible dans la période historique qui s’ouvre » (p. 413). Selon Karl Polyani (1 983), les marchés sont un élément utile mais secondaire dans une société libre. Le problème qui se pose est de réencastrer les marchés dans la société et de cesser de réduire la vie humaine à la vie économique, et la vie économique à l’économie de marché, afin de restaurer un équilibre entre « la coopération et la compétition », indispensable à l’humanisation du travail, à l’esprit d’entreprise, au bon fonctionnement des marchés et à la protection de la planète (p. 414).

16Les cadres juridiques nationaux de l’État social, lequel a été une première tentative dès l’après-guerre de réencastrement de l’économie dans la société, sont aujourd’hui bousculés par l’effacement des frontières du commerce et la mise en concurrence des législations sociales, fiscales et environnementales, ainsi que par la révolution numérique, qui autorise une déterritorialisation des tâches. Ces tâches ont pour objet de moins en moins des choses, mais des signes (des marques, une image, une réputation, etc.). Mais l’on oublie la dimension anthropologique du travail, au sens de l’inscription de celui-ci dans le milieu vital des images mentales, qui président à l’action et à la collaboration des hommes. Les effets en sont dévastateurs (p. 415). Selon Alain Supiot, ceci impose, pour retrouver des cadres institutionnels vivables, le sens des limites, autant territoriales que celles de l’hubris de l’accumulation et de la toute-puissance de l’homme sur la nature, ainsi que des solidarités. Mais ces cadres ne semblent pouvoir, désormais, n’être envisagés que dans le contexte actuel de résurgences des liens d’allégeance dans la structuration juridique. L’État paraît à Alain Supiot devoir se faire le Garant en dernier ressort de l’articulation de ces solidarités nationales, civiles, internationales qui se tissent au sein de réseaux d’allégeances (p. 415).

Haut de page

Bibliographie

Bouchard Julie (Dir.), La communication nombre, Coll. M.E.I., L’Harmattan, 2008, 184p.

Bouchard Julie, Candel Étienne, Cardy Hélène, Gomez Mejia Gustavo (Dir.), La médiatisation de l’évaluation, Peter Lang AG, Internationaler Verlag der Wissenschaften, 2015, 322p.

Cardon Dominique, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Coll. « La république des idées », Le Seuil, 2015, 112p.

Castoriadis Cornelius, L’Institution imaginaire de la société [1999], Le Seuil, 2006, 538p.

Comte Auguste, Physique sociale. Cours de philosophie positive : Leçons 16 à 60 [1830-1842], présentation et notes de Jean-Paul Enthoven, Paris, Hermann, 1975, 49e leçon.

Fayolle Jacky, « La gouvernance par les nombres est-elle la fin de l’Histoire de la statistique ? », Luxembourg Statistical Society, Statec Luxembourg, European Statistic Day, 20 octobre 2016.

Le Goff Joan, « La doctrine de la R.S.E. est-elle socialement responsable ? », in ESKA, Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 2010/38, vol. XVI, pp. 275-291.

Le Moënne Christian, « L’organisation imaginaire ? », in Communication & Organisation, 34, 2008, pp. 130-152.

Legendre Pierre, Leçons IV. L’inestimable objet de la transmission. Étude sur le principe généalogique en Occident [1985], Fayard, 2004, 408 p.

Legendre Pierre, Leçon VI. Les enfants du texte. Étude sur la fonction parentale des Etats, Fayard, 1993, 469p.

Legendre Pierre, Leçons VII. Le désir politique de Dieu. Études sur les montages de l’Etat et du Droit, Fayard, 1988, 436 p.

Polyani Karl, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Trad. M. Angeno et C. Malamoud, Coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », Gallimard, 1983, 448 p.

Haut de page

Notes

1 Il faudrait citer Julie Bouchard (2008 ; et al. 2015), etc. De même, le sociologue Dominique Cardon (2015).

2 Cf. Christian Le Moënne, 2008.

3 Cf. Joan Le Goff, 2010.

4 Cf. à ce sujet la réponse à Alain Supiot de Jacky Fayolle, administrateur de l’Insee, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Bocquet, « Alain Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3521

Haut de page

Auteur

Martine Bocquet

Martine Bocquet, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, est membre du LC2S (ex CRPLC)-UMR CNRS 8053, Université des Antilles, et de l’Association des diplômés du Celsa Paris IV-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur les processus de communication liés à l’activité des entreprises et des institutions publiques. Ses travaux ont reçu le 1er Prix 2014 de la SFSIC. Ses principaux articles concernent l’épistémologie et la méthodologie (RFSIC, 9 ; 3), la RSE (C&O, 46) et la sémiotique (RFSIC 11 ; C&l, 183). En 2015, elle a publié, aux éditions SFSIC, un ouvrage intitulé Communication des entreprises et des institutions : un regard médiéval. Courriel : mm.bocquet@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page