Navigation – Plan du site
Parutions

Thierry Libaert, Déprogrammer l’obsolescence

Paris, éd. Les petits matins, 2017, Institut Veblen, Coll. « Politiques de la transition », 88 p., 2017
Eloïse Vanderlinden
Référence(s) :

Thierry Libaert, Déprogrammer l’obsolescence, Paris, éd. Les petits matins, 2017, Institut Veblen, Coll. « Politiques de la transition », 88 p., 2017

Texte intégral

1Thierry Libaert nous propose dans cet ouvrage issu d’une note du think tank « La Fabrique écologique », un retour à la fois concis et complet sur la notion d’obsolescence programmée, agrémenté de retours d’expériences et d’encarts explicatifs. Il en résulte un texte agréable à lire, riche en informations et tout en nuances pour ce sujet trop souvent caricaturé. En effet, l’ouvrage insiste sur le caractère global de l’obsolescence programmée : c’est un « problème sociétal qui engage une réflexion éthique et politique ». Car c’est la relation entre l’être humain et les objets qui l’entourent qui est questionnée, ainsi, qu’en partie, le modèle économique qui l’accompagne.

2Pour le montrer, l’auteur revient d’abord sur les origines et la définition de l’obsolescence programmée. Ce terme, parfois encore obscur pour le grand public, est un phénomène ancien, apparu dès les années 1920, et aujourd’hui largement répandu. Marque d’une réalité complexe, la notion désigne tout à la fois un temps d’utilisation des produits de plus en plus court, l’impossibilité de réparation ou une réparation moins avantageuse ou trop longue. Tout l’intérêt de l’ouvrage est d’aller au-delà de cette première définition. Car derrière le terme générique se cachent des phénomènes plus précis qui permettent d’expliquer la tendance générale. Ainsi, l’ouvrage différencie-t-il l’obsolescence programmée stricto sensus (celle préméditée, la plus connue mais aussi la plus rare) de l’obsolescence indirecte, de l’obsolescence par incompatibilité et de l’obsolescence psychologique. Pour lutter contre les idées reçues, l’auteur propose aussi l’expression d’« obsolescence organisée », utilisée en Belgique, qui montre qu’il y a bien une organisation de l’obsolescence même s’il n’y a pas toujours planification.

3L’ouvrage traite ensuite des conséquences de l’obsolescence programmée, qu’elles soient environnementales, sociales, sanitaires ou culturelles. Cette partie montre l’importance de connaître le « monde derrière le produit » (Rumpala, 2009), ce qui est particulièrement difficile avec le secteur de l’informatique trop lié à un monde virtuel. Au niveau social les questions de l’impact sur les populations défavorisées, l’emploi mais aussi sur les entreprises sont abordées. Au niveau culturel, un bref passage aborde l’éthique professionnelle mais cette partie mentionne plus globalement les valeurs, les critères normatifs et notre rapport au temps qui sous-tendent nos pratiques de consommation.

4 Après avoir dressé le cadre de l’obsolescence programmée, le chapitre III se penche sur les controverses qui l’entourent. La première controverse est économique : l’obsolescence programmée serait consubstantielle à notre système économique, voire la lutte contre ce phénomène serait inutile en raison de la structure même de la mondialisation. Tout en rejetant ce fatalisme économique, l’auteur reconnaît le besoin de sortir d’une production économique linéaire : « la lutte contre l’obsolescence programmée ne prend toute son efficacité qu’en s’inscrivant dans une logique d’économie circulaire », d’écoconception en amont et de recyclage en aval. L’économie de la fonctionnalité répond à ces enjeux et représente une piste de changement. En effet, le débat économique sur l’obsolescence programmée est freiné par le fait que celle-ci constitue l’un des symboles les plus fort du développement insoutenable et qu’elle est perçue comme une critique intrinsèque du système capitaliste. Bien que cela soit en partie vrai, l’obsolescence programmée peut aussi être vue comme un diagnostic sur les conséquences de notre modèle de consommation actuel.

5La seconde controverse est d'ordre technique. Deux positions se présentent : d’un côté le déni de la réalité (l’obsolescence programmée est un mythe fondé sur des idées complotistes) et, de l’autre, la conséquence du progrès. L’auteur nous invite ici, une fois de plus, à dépasser le seul angle de vue de la programmation de l’obsolescence pour évaluer la qualité des produits, leur fort taux de renouvellement ou la présence d’alternatives en produits durables. Il nous met aussi en garde contre l’idée selon laquelle le recyclage répondrait aux problématiques de l’obsolescence. À l’exception des cas où il est préférable de changer un produit encore utilisable, le recyclage comporte presque toujours une perte fonctionnelle.

6Le dernier débat mentionné reste un point sensible : il s’agit du partage des responsabilités. D’un côté les producteurs rejettent les projets d’extension de garantie qui augmenteraient le prix des produits et ne favoriseraient pas la responsabilisation des consommateurs, de l’autre, les consommateurs incriminent l’obsolescence technique sans remettre en cause leurs pratiques liées à l’obsolescence psychologique.

7Ainsi, il convient d’avoir une approche fine en pondérant l’impact de la fabrication et de l’usage d’un produit et en ne considérant pas systématiquement le consommateur comme une victime. Concrètement, Thierry Libaert nous propose d’encourager la prise de conscience des consommateurs via une politique nationale de sensibilisation à la durabilité. En effet, les pouvoirs publics ont un réel pouvoir de lutte contre l’obsolescence programmée notamment à travers la politique nationale d’achats publics, mais aussi la promotion de la réparabilité et du réemploi, aujourd'hui trop largement déléguée aux associations. L’auteur aborde aussi le décloisonnement des politiques publiques par exemple grâce à un ensemble de stratégies pour l’économie circulaire porté au niveau européen : l’encouragement des initiatives innovantes en open source, l’analyse des capacités des objets connectés avec des mécanismes d’alerte et de localisation des pannes ou encore l’incitation à une recherche associant la disponibilité des pièces de rechange à la conception via des imprimantes 3D. En effet, il est espéré qu'une durabilité renforcée des produits incitera les entreprises à l'innovation.

8Une autre solution avancée est l’extension de la garantie légale sous des formes flexibles, par exemple en fonction de la durée de vie moyenne des produits, comme c’est le cas aux Pays-Bas, ou par des systèmes hybrides alliant la garantie légale à un dispositif d’appui à la réparabilité.

9L’auteur préconise aussi le lancement d’un programme d’études indépendantes qui couvrirait les aspects économiques, sociaux et environnementaux de l’obsolescence programmée. Promouvoir la normalisation et, de manière plus globale, les projets collaboratifs sont aussi des solutions envisagées. Enfin, l’auteur propose que la loi relative à la transition énergétique soit complétée notamment en intégrant le statut de lanceur d’alerte.

10La question législative est la première des trois principales recommandations qui clôturent l’ouvrage. L’idée principale développée consiste à faire appliquer pleinement la réglementation. La deuxième recommandation concerne l’intégration des critères favorables à l’intensité d’usage et à la durée de vie dans le prix des produits. Cela pourrait se faire via les éco-contributions afin d’améliorer le dispositif actuel, tout en restant acceptable en période de crise et sans donner le sentiment d’une complexification de l’éco-fiscalité. L’objectif est double puisqu’il compte sur cette démarche pour que les parties prenantes déterminent des critères sérieux. Enfin, la troisième recommandation, qui revient régulièrement dans le livre, est l’affichage de la durée de vie des produits. Cette information renforce le pouvoir des consommateurs, tout en incitant les producteurs à un changement de fabrication et/ou d’offre. Cette mesure pourrait être appliquée progressivement, soit à partir d’un certain montant du produit, soit pour certaines catégories, avant sa généralisation.

11Avec cette dernière recommandation, nous revenons à l’idée que traiter l’obsolescence programmée n’est pas seulement augmenter la durée de vie d’un produit mais aussi le rendre réparable facilement, rapidement et à faible coût. Il s’agit de redevenir maître des objets et de lutter contre une société de dépossession. Ainsi, la « déprogrammation de l’obsolescence » s’inscrit-elle dans une vision sociétale d’échange, d’aide mutuelle et de convivialité. Bien qu’elle ne soit pas l’unique levier de la transition écologique, elle en constitue une étape capitale, d’autant plus qu’elle fédère autour d’elle de multiples catégories professionnelles et mouvements politiques.

12Cet ouvrage constitue une introduction complète et richement documentée sur la notion d’obsolescence programmée. Accessible à tous, il permettra à tout consommateur de mieux connaître ses droits, les organismes impliqués dans les questions de consommation. Quant au lecteur averti, il y trouvera de nombreuses références historiques, philosophiques, économiques ainsi que de nombreuses études réalisées sur le sujet.

Haut de page

Bibliographie

Rumpala, Y., 2009, La « consommation durable » comme nouvelle phase d’une gouvernementalisation de la consommation, Revue française de science politique, 5, n° 59, p. 967-996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Vanderlinden, « Thierry Libaert, Déprogrammer l’obsolescence », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3524

Haut de page

Auteur

Eloïse Vanderlinden

Eloïse Vanderlinden est doctorante à l'Université de Bordeaux Montaigne et membre de l'association REPLIC. Ses recherches portent sur la transition écologique des organisations et la prise de conscience écologique dans un contexte prônant le progrès technique et scientifique. Elle s'intéresse notamment à la décarbonisation des activités des institutions publiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page