Skip to navigation – Site map
Spicilège

Les enjeux éthiques de la communication de l’information d’actualité sur les blogs et réseaux sociaux

Une proposition de charte
Horea Mihai Bădău

Abstracts

The aim of this paper is setting up the first Charter for Ethics in Social Media, based on the contemporary issues emerged from the development of the social media platforms. For the research endeavour were analysed : 500 blog posts, 500 Facebook posts and 500 twittes generated by 250 people between January, 1st 2017 – April, 1st 2017. The main ethical issues identified are :The truth is being replaced by the fiction ; the value of the social relation becomes more important that the information itself ; the reputation on Google is manipulated using illegal practices ; the copyright is often infringed ; the blogs are transformed into online Public Relations agencies. Analysing these issues, we were identifying the principles of the first Charter for Ethics in Social Media, emphasising the fake news, the photos and texts copyright infringement, non-signalized advertising, responsibility for the hate speech.

Top of page

Full text

Introduction

1La communication de l’information d’actualité sur les blogs et réseaux sociaux en Roumanie révèle d’importantes problématiques liées aux pratiques des professionnels et/ou amateurs chargés de produire et traiter cette information. Par exemple, est-ce que le principe « partager c’est aimer » justifie la publication en ligne de photographies et d’articles qui ont été publiés en premier sur les réseaux sociaux sans l’accord de leur propriétaire ? Les commentaires produits par les lecteurs ont-ils une valeur juridique égale à celle des articles ? Les auteurs de ces articles sont-ils co-responsables de ces commentaires ? La transformation des lecteurs en amis rend-elle plus importante la valeur de la relation par rapport à celle de l’information ? La réalité virtuelle, voire « alternative » des réseaux sociaux peut-elle inciter à demander aux producteurs d’information de favoriser les fictions basées sur des émotions plutôt que les informations basées sur la recherche de la vérité ? Sur les réseaux sociaux, la fiction devient-elle donc plus importante que l’information pour satisfaire le besoin projectif de satisfaction des émotions des publics ? Quelle est alors la responsabilité du journaliste en ligne qui délivre le titre du premier voyage dans les réseaux ?

2Ces interrogations, et d’autres encore, rendent légitime une amorce de réflexion sur une possible charte éthique de la publication d’information sur les plateformes numériques, une charte à la fois différente et voisine de celles qui existent pour les médias hors ligne. Pour élaborer une première proposition, j’ai employé l’éthique en relation avec le domaine du numérique comme une réflexion sur l’action.

3« Le besoin qui déclenche la réflexion sur l’action est celui de régler les comportements, de donner des normes, des pistes, des codes auxquels pouvoir se tenir et auxquels pouvoir demander à l’ensemble de la société de s’y tenir » (Rosati, 2012, p. 12). L’éthique, plus qu’un ensemble de normes, devient la recherche d’une justification de ces normes. Je me suis proposé, comme une tâche importante dans la réflexion éthique, de définir les conditions et la méthode me permettant d’aller à la recherche des principes pouvant donner un sens au choix d’agir d’une manière ou d’une autre. J’ai élaboré une première proposition, en conclusion de ce texte, comme un type d’éthique appliquée pour mieux réfléchir aux comportements et aux actions dans un domaine précis. C’est aussi une démarche qui peut ouvrir la voie à un débat identitaire au sein des producteurs d’information en ligne. Une porte déjà ouverte de longue date par Jane B. Singer, qui suggère que les journalistes trouvent leur meilleure définition non par « ce qu’ils sont ou même par ce qu’ils font », mais par « comment et pourquoi ils le font » (Friend et Singer, 2007, 41).

L’éthique numérique en débat

4Les recherches sur l’éthique de l’information en ligne questionnent les frontières visant à établir les meilleures pratiques professionnelles. Les procédures éthiques identifiées dans d’autres domaines ne peuvent pas être transplantées aisément dans le cyberespace, où demeurent encore de nombreux aspects en débat. Par exemple, la discussion sur le statut public ou privé des données publiées n’en finit pas (voir British Psychological Society, 2014)1Bien que Facebook, dans son Statement of Rights and Responsibilities, garantit a priori la confidentialité des données personnelles, il ne les protège pas vraiment parce qu’il offre l’option de les partager. Même si la plupart des personnes publient sur le newsfeed juste pour leurs amis, « la notion d’ami reste une porte ouverte vers tout l’Internet, parce que le message devient d’abord semi-public, puis public dans un deuxième temps » (Willis, p. 12, 2017). De même, “On doit toujours penser que les informations qui arrivent sur le Web sont automatiquement rendues publiques”. (MacDermott & Smith, 2013, p. 9). A priori, pour protéger sa privauté, “chaque personne doit definir pour elle-même, son espace et son futur” (Marion, 2017, p. 7). Mais cet esprit individualiste est contredit par un autre, plus communautaire : « il faut demander l’accord de tous les participants pour règlementer le domaine, ce qui peut se traduire par une responsabilité solidaire de tous les participants aux actes de communication ». (Bakardjieva and Feenberg, 2001, p. 234 ; Barnes, 2004, p. 218 ; Eynon et al., 2008, p. 290 ; Gaiser and Schreiner, 2009, p. 74, Bledsoe and Hopson (2009, p. 397, Manson and O’Neill, 2007, p. 32).

5Cette discussion rend pertinente la mise en place d’une charte éthique des réseaux sociaux co-produite, validée et acceptée par les utilisateurs eux-mêmes, et non par les autorités publiques et les entreprises commerciales. Le chercheur Marion G. Ben-Jacob observe quant à lui que “les lois qui devraient protèger l’usager ne sont pas mises en pratique” (2017, p. 7), ce qui débouche sur un constat de vide juridique (Moor, 1985, p. 275), lié en partie au fait que ces lois qui existent ne sont pas mises en adéquation avec les defis technologiques. (Harriman and Patel, 2014, p. 124). Ce statu quo est renforcé par les positions de ceux qui soutiennent la neutralité de l’Internet, à savoir que « les fournisseurs d’accès et le gouvernement devraient traiter tous les utilisateurs d’internet de la même manière, sans faire de discriminations entre les utilisateurs, le contenu, les sites, les plateformes, les applications et les types d’équipements » (MacDermott & Smith, 2013, p. 11). C’est d’ailleurs une opinion fortement contestée « par ceux qui demandent des règlementations dans le domaine de la pornographie, spécialement pour les enfants, du jeu en ligne, des vols en ligne et autres pratiques illégales du domaine » (Whiteman, 2010, p. 18).

L’éthique : une demande croissante des publics et usagers

  • 2 Mashable.com, vu le 02/07/2017.
  • 3 Facebrands.com, vu le 02/07/17.
  • 4 YouTube.com, vu le 02/07/17.
  • 5 Twitter.com, vu le 12/07/17.
  • 6 Médiamétrie.fr, vu le 17/06/17.

6Par rapport aux médias traditionnels, la démocratisation de l’information entraîne une vitesse d’adoption des plateformes numériques unique dans l’histoire. Alors que la radio a mis 38 ans pour avoir 50 millions d’auditeurs, que la télévision a atteint les 50 millions de téléspectateurs en 13 ans2, il n’a fallu qu’une seule année à Facebook pour bénéficier de plus de 200 millions d’utilisateurs. Cette année, Facebook a dénombré 1,65 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde, dont 31 millions en France3, tandis que YouTube a dépassé le milliard d’utilisateurs actifs4, Twitter les 300 millions d’utilisateurs actifs dans le monde5, dont 15,1 millions de visiteurs uniquement en France6.

  • 7 Google.fr, vu le 19/06/17.
  • 8 harris-interactive.fr, vu le 26/06/17.
  • 9 Instagram.com, vu le 21/06/17.
  • 10 Médiamétrie.fr vu le 22/06/17.
  • 11 LinkedIn.com, vu le 29/06/17.
  • 12 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.
  • 13 Bloomberg.com, vu le 03/06/17.
  • 14 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.
  • 15 WhatsApp.com, vu le 1/06/17.
  • 16 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.
  • 17 Pinterest.com, vu le 17/07/17.
  • 18 Médiamétrie.fr, vu le 01/07/17.
  • 19 Techcrunch.com, vu le 17.07.2017.

7Quant à Google+, il a atteint les 300 millions d’utilisateurs actifs dans le monde7, dont 10 millions en France8, Instagram les 500 millions d’utilisateurs actifs dans le monde9, dont 9,8 millions de visiteurs en France10, LinkedIn les 106 millions d’utilisateurs actifs dans le monde11, dont 9,6 millions de visiteurs en France12, Snapchat les 450 millions d’utilisateurs actifs dans le monde13, dont 9 millions en France14, WhatsApp le milliard d’utilisateurs actifs dans le monde15, dont 5,5 millions en France16, Pinterest, 100 millions d’utilisateurs actifs dans le monde17, dont 2,7 millions en France18. Tout dernièrement, en 2016, l’application Pokemon Go a atteint 250 millions d’utilisateurs en 3 jours. Les internautes ont alors consacré plus de temps à chercher des Pokémons qu’à communiquer sur Facebook19.

8En France l’on recense 54 473 474 internautes, soient 83 % de la population française. 81 % des Français sont inscrits sur au moins un réseau social, dont 55 % d’actifs. 42 % des Français sont sur Facebook, dont 28 millions d’utilisateurs actifs. La différence entre le nombre de membres et le nombre d’utilisateurs est encore plus grande pour Google+ (35 % d’inscrits, 11 % d’actifs), Twitter (24 % de membres, 10 % d’actifs) et LinkedIn (23 % de membres, 5 % d’actifs). Viadeo vient clore ce palmarès, avec 13 % d’inscrits pour 5 % d’actifs. Un internaute français passe en moyenne 4 h 07 par jour sur la Toile. Les membres des réseaux sociaux passent en moyenne 1 h 29 par jour sur ces espaces. 43 % des Français ont surfé sur Facebook le mois dernier20. Le fait que chaque usager soit devenu un entrepreneur informationnel et que chaque compte se transforme en plateforme pour la diffusion de l’information a entraîné l’apparition de centaines de milliers de points de vues sur la réalité, des millions de « vérités », uniques pour chaque utilisateur. Mais alors, qui dit la vérité ? Tout le monde et personne, apparemment.

L’Agence BuzzSumo a réalisé une étude comparative sur 100 millions d’articles publiés sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Google Plus, pour analyser la place que les lecteurs attribuent à la confiance dans leur choix (dans le taux de succès d’un article). Voici ses conclusions : « nous avons comparé le nombre de partages des articles qui ont des renvois à la source, des notes en bas de page, ainsi qu’un bref CV de l’auteur, avec ceux qui n’en ont pas. Les résultats ont indiqué que la confiance en l’auteur et dans les informations publiées joue un rôle important sur Twitter, LinkedIn et Google Plus, mais qu’elle ne compte pas du tout sur Facebook. Ainsi, les articles avec une biographie et des renvois à la source ont même 10 % de partages en moins que ceux qui ne présentent pas tous ces signes de confiance. En revanche, sur Google Plus, les articles avec une biographie et des renvois à des sources ont 42 % de partages en plus que ceux qui n’en ont pas »21. Les auteurs ont même trouvé une explication du fait que l’information authentique ne soit pas celle qui est préférée sur Facebook : « le fait que la confiance ne joue pas un rôle important sur Facebook suggère le fait que nous partageons des types de contenus différents sur chaque réseau social. Nous partageons d’habitude un contenu amusant sur Facebook, avec nos amis proches. Mais sur Twitter, LinkedIn et Google+, la plus grande partie de nos lecteurs est formée de gens que nous associons à des professionnels. Nous préférons donc partager du contenu de sources dignes de confiance (autorisées) afin de construire et de préserver le leadership ». Une autre valeur importante dans le processus de recherche de la vérité – la vérification de l’information – disparaît aussi sur Facebook. Une étude menée en Suisse par Patrick Amey et Sébastien Salerno auprès de 1 169 sujets âgés de 12 à 19 ans met en évidence des pratiques délictueuses telles que les injures, les agressions verbales, les menaces, la diffusion d’informations erronées ou la publication de contenus problématiques sans autorisation préalable. Les auteurs soulignent qu’à la base de ces pratiques on trouve la croyance « qu’internet est une sorte de No Man’s Land où tout est permis » (2015, p. 23). Mais les auteurs constatent aussi un déficit de compétences technologiques, documentaires et juridiques.

L’identité en question

9Sur ce nouveau terrain (trop ?) rapidement construit, on constate que les démarches éthiques n’en sont qu’à leurs débuts. « Le Web brouille les frontières entre médias et société, entre journalisme et public. Les rôles sont redistribués’’ (Cornu, 2015, p. 15). On assiste ainsi à une « reconfiguration des identités professionnelles, individuelles et collectives, suite aux modifications apportées par les usages professionnels des médias socionumériques » (Domenget, 2015, p. 32).

10Les responsabilités qui étaient identifiées d’une manière claire font l’objet d’un brouillage. Des journalistes professionnels s’en occupent sur leurs blogs, pour leur propre compte. Supposés amateurs, d’autres blogueurs sont en réalité des « super professionnels ». Ils sont des spécialistes des questions juridiques, économiques, scientifiques ou stratégiques. « Dans ce paysage en mutation, la discussion sur les responsabilités juridiques et éthiques prends un tour nouveau. L’analogie d’abord recherchée avec le statut de la presse écrite se révèle peu pertinente. La jurisprudence flotte » (Cornu, 2015, p. 22). Comment sait-on qui est journaliste et qui est celui qu’on nommait avant son « lecteur » ? Comment sait-on qui est un professionnel de la communication ? Comment peut-on protéger la profession contre un tel risque de dilution ? Et surtout, si tout le monde devient légitime pour produire une information d’actualité, comment sait-on qui dit la vérité ? Face aux nouveaux contenus produits par les utilisateurs, les journalistes se retrouvent face à un grand péril : la perte d’identité. Quelle sera la différence entre les journalistes et le grand public, qui a pris la place du producteur de l’information dans l’espace public, suite au mouvement de démocratisation du Web, caractéristique principale du Web 2.0 ? Une démarche éthique s’avère donc utile, pour faire la différence entre les professionnels de la communication en ligne et le public, en attribuant à ces professionnels une identité claire et lisible. « À l’instar de l’impératif de visibilité qui est devenu une norme dans de nombreuses sphères sociales, il semble aujourd’hui que les professionnels de la communication doivent se construire une identité professionnelle numérique’’. (Domenget, 2015, p. 32). L’identité professionnelle d’un individu est une manière de se situer dans le champ professionnel et, au-delà, dans la vie sociale. Il peut se construire comme une personne qui respecte des principes éthiques, dans sa vie personnelle comme dans sa vie professionnelle. (Presque) Tout est visible sur les réseaux sociaux. C’est une voie que les journalistes peuvent emprunter pour construire, afficher et préserver leur identité professionnelle face à la concurrence de leurs lecteurs.

Le journalisme de marketing et la recherche de la vérité

11Parce qu’un nombre important de personnes ont quitté les sites liés au Web 1.0 (une période de l’Internet qui a pris fin), pour s’investir sur les réseaux sociaux, les journalistes emploient recourent de plus en plus aux stratégies marketing pour inciter leurs cyberlecteurs à cliquer sur des liens visant à quitter les réseaux sociaux pour leurs sites, c’est-à-dire de faire un voyage retour au temps du Web 1.0. Ce mouvement entraîne un changement de paradigme : le public n’est plus à la recherche de l’information, celle-ci part à la recherche du public. Le public, qui avait un comportement proactif dans sa relation avec l’information, en la recherchant sur différents sites, a désormais un comportement passif : il lui suffit de passer du temps sur ses comptes des réseaux sociaux et l’information vient à lui. Les producteurs d’information utilisent différentes techniques de marketing pour placer leurs infos de façon stratégique sur les murs des comptes des lecteurs. Ils postent par exemple sur les pages Facebook les informations les plus consommées sur les réseaux sociaux, dans l’espoir que ces informations soient choisies et qu’elles arrivent ainsi, dans leurs news feeds – sur les murs de leurs comptes. Ils parviennent de cette façon à capter l’attention des personnes qui sont sur leurs comptes Facebook, Twitter, etc. puis ils les attirent vers les sites de presse en ligne. Pour être ainsi « cueillis » sur leurs comptes, les consommateurs doivent recevoir par l’intermédiaire de la page Facebook du site la même sorte d’informations qu’ils recherchent sur Facebook en général.

Quels contenus à succès sur Facebook ?

12Les réseaux sociaux sont un espace de réalité projective. Les utilisateurs les emploient comme un moyen d’évasion de la réalité, pour la quitter et vivre une sorte d’expérience fictionnelle comparable à la consommation de littérature. Par conséquent, il se crée entre les lecteurs et les producteurs d’informations des réseaux sociaux un contrat similaire au contrat conclu entre le Lecteur modèle et l’Écrivain, décrit par Umberto Eco (1996, p. 63) : les utilisateurs des réseaux sociaux font semblant que ce qu’ils lisent est vrai, même si ce n’est pas le cas, de même que les lecteurs de littérature faisaient semblant de traiter comme avérées des données fictives employées par les écrivains dans leurs romans. Un exemple : les noms et emplacements des rues dans Les trois mousquetaires étaient acceptés par les lecteurs comme étant réels… alors que nombre de ces rues n’existaient pas. Soulevant judicieusement la question du contrat de lecture unissant un public à « son » média pour expliquer les réactions différenciées suscitées par certains usages photographiques utilisés sur différents supports, Benoît Grevisse s’attache, plus globalement, à relier révolution technologique, nouveaux modes de réception plus individualisés, nouvelle place d’un citoyen susceptible de contribuer à l’information pour repenser de nombreuses questions relatives à la déontologie du journalisme, dont les périmètres d’exercice se modifient sensiblement : sous l’angle de la « ductilité », il s’agit pour les journalistes de « se saisir de l’occasion pour inventer une autre manière de faire de l’information », les lieux de formation au journalisme ayant une responsabilité particulière à cet égard. (Grevisse, 2010, p. 64).

13Le nouveau monde Web 2.0 se construit sur la structure du conte de fées de Vladimir Propp (1965, p. 46). Les réseaux sociaux offrent un retour possible vers le monde de l’enfance où l’on attend de vivre à nouveau les contes de fées : « sur les réseaux sociaux le prince charmant existe vraiment, tous les motifs du conte de fées sont présents, ce qui invite les lecteurs à vivre une expérience fictionnelle sans fin » (Bădău, 2015, p. 127). Les fakes news qui se sont développés ces dernières années en sont un très bon exemple. Elles sont la « conséquence de la transgression des domaines qui relèvent du divertissement (des articles écrits sur la base des signes du zodiaque, etc.) vers des domaines plus traditionnels pour créer des attentes du publique moins onéreuses à satisfaire » (Bădău, 2015, p. 57). Dans une recherche menée en 2013, j’avais prédit que la fiction présente déjà dans les genres de divertissement en ligne risque se répandre sur les genres journalistiques classiques en ligne, pour se transformer en fake news.

14Celles-ci sont devenues une réalité très médiatisée depuis 2016 pendant les élections présidentielles des États Unis où, dans le Top 10 des informations les plus lues, les troisièmes premières positions étaient occupées par des fakes news (notamment l’information erronée que Le Pape François a soutenu la candidature de D. Trump).

15Stimuler les émotions à travers des histoires de contes de fées (storytelling), devient une valeur plus importante que la restitution de la réalité. La page Humans of New York, qui a maintenant des correspondants dans toutes les capitales européennes en est un bon exemple. Les propriétaires de la page font des interviews avec les gens dans la rue pour apprendre leurs histoires (récits de vie) et les raconter sur la page. Sur celle-ci, la frontière entre réalité et fiction est très poreuse. Et pourtant, Humans of New York a bénéficié de 18 266 238 Mentions « J’aime » et a été dupliquée dans toutes les grandes capitales européennes (Humans of Paris, etc). La page est si populaire que même Barrack Obama a mis un commentaire sur elle en lisant une histoire. Et les boutons de réaction qui sont liés à des émotions (J’aime, J’adore, Je suis surpris Waw !) renforcent ce type de lecture. Aucun de ces boutons n’a de rapport avec la recherche de la vérité, c’est la notion de divertissement qui importe, la capacité du producteur de contenu d’offrir à ses lecteurs (ses amis sur Facebook) la possibilité de « quitter la réalité réelle, pour une autre édulcorée, où l’on est plus aimé, plus amusant, etc. » (Bădău, 2015, p. 56).

Valeurs du contenu à succès sur Facebook

16Dans l’étude précitée au premier chapitre22, l’agence de marketing en ligne BuzzSumo a essayé de déterminer quelles sont les valeurs de contenu qui déterminent le succès des articles du corpus étudié. Les critères utilisés pour mesurer le succès ont été le nombre de mentions « J’aime » et de partages des articles en question. À la fin, les auteurs de l’étude réalisée sur 1 000 000 articles à succès sur Facebook (plus de 10 mentions « J’aime », 3 commentaires et 1 partage) ont déclaré : « nous pouvons maintenant affirmer avec certitude ce qui est recherché sur Facebook ». Au-delà de leur affirmation, un peu ambitieuse, il est intéressant de noter qu’aucune des valeurs identifiées dans les articles étudiés n’a trait à la recherche de la vérité.

Les émotions : la crainte, le rire aux éclats et le divertissement

17Chacun des articles (sur un million) identifiés comme étant « à succès » se rapporte à une émotion : la joie, la tristesse, la colère, l’amusement ou les éclats de rire.

18Ces émotions sont les suivantes : la crainte (25 %) ; le rire aux éclats (17 %) ; l’amusement (15 %) ; la tristesse et la colère (6 % et 7 %) étant les moins populaires.

19Les chercheurs ont relevé une différence entre rire aux éclats et amusement selon le critère suivant : l’amusement a été défini comme le fait « d’être diverti » et non pas de « hurler de rire ». Pourquoi les individus préfèrent-ils le contenu Facebook qui inspire le plus la crainte, les rires et l’amusement ?

20Le journal New York Times a réalisé une étude en partenariat avec l’Université de Pensylvannia pour répondre à cette question. Il a interrogé toutes les 30 minutes une personne partageant un article pour lui administrer un questionnaire sur les raisons qui ont déterminé son geste. 2.4570 des personnes ont répondu aux questions et les conclusions ont permis d’identifier les principales raisons qui les poussent à préférer les articles qui reposent sur ces types d’émotions. Voici les principales raisons identifiées : partager avec les autres un contenu de valeur divertissant ; se définir par rapport aux autres ; accroître et développer ses propres relations ; se sentir mieux intégré et faire partie du monde.

21Inspirer la crainte ou poster un contenu amusant satisfait les trois premières raisons. Relayer un contenu amusant, qui divertit les gens, apporte de la valeur aux amis, montre aux autres combien vous êtes intéressant et amusant et suscite des conversations et des réactions.

22Les mots d’ordre sur les réseaux sociaux sont « facilité » et « rapidité ». La vitesse à laquelle on passe d’une information à une autre est très grande, et ce qui met en évidence l’information, c’est le nombre de mentions « J’aime » et de « partages ». Les internautes mettent des mentions « J’aime » et partagent ce qui leur plaît. C’est l’intérêt du public qui prime, et non pas l’intérêt public. Il est important que l’information soit relayée le plus vite possible, qu’elle contienne des valeurs censées être connues par le plus de gens possible, et les valeurs fondamentales, qui font que l’information est partagée par le plus grand nombre de personnes, sont instinctuelles. Elles se fondent sur des émotions. Tous les participants à l’échange d’informations sur les réseaux sociaux tenteront d’asseoir les informations sur les canevas de ces valeurs instinctuelles, pour que leurs messages voyagent aussi longtemps que possible sur la plateforme (le nombre de partages et la distance parcourue virtuellement sur la plateforme étant un indicateur du succès), pour faire connaître leur compte et collecter ainsi le plus possible « d’amis ».

Le discours sur soi

23L’une des principales raisons pour ouvrir un compte et l’alimenter en informations, c’est « l’amélioration de l’image de soi par une construction collective générée par des interactions sociales dans le réseau’ ». (Bădău, p. 284, 2015).

24L’histoire de Robinson Crusoé, reprise dans une perspective anthropologique par Michel Tournier dans son livre Vendredi ou les limbes du Pacifique, est révélatrice de cet effet. Après 20 années de solitude sur l’île, Robinson Crusoé se regarde dans l’eau, il se voit hirsute, vieilli et ne sait plus s’il est beau ou pas. Et cela parce que, vivant seul sur l’île, plus personne ne lui a dit quels sont les critères définitoires pour le concept de beauté. Il ne sait plus s’il est beau ou laid, parce qu’il n’y a plus personne pour lui dire ce que signifie être beau ou laid. C’est une représentation appropriée de la manière dont l’image de soi se construit sur les réseaux sociaux. Le nombre de mentions « J’aime » reçues, les commentaires et le nombre de partages construisent et valident les critères qui composent l’image de soi. Et le contenu posté sur les réseaux sociaux joue un rôle extrêmement important dans ce processus. Par conséquent, le fait de se rapporter à la vérité – critère particulièrement important dans la production des informations de presse – ne fonctionne pas ici : le contenu est personnel et les gens publient uniquement les aspects de la réalité qui leur sont favorables en construisant une réalité projective, narcissique. Le processus « d’objectivation » de l’information est mesuré par le nombre d’interactions sociales produite, qui fonctionne la plupart du temps selon le principe du téléphone arabe. Si le Robinson Crusoé de Michel Tournier avait été un utilisateur des réseaux sociaux, à la question de savoir s’il était beau, il se serait entendu répondre : « dites-moi combien de mentions « J’aime » et de partages vous avez reçus, et je vous dirai si vous êtes beau ou pas ». Sur Facebook, la chose la plus importante, c’est de se construire des relations. C’est pourquoi les genres informationnels plus « faciles » sont privilégiés : ils peuvent être rapidement décryptés et apportent de nouveaux amis sur le compte. L’information qui confère à son auteur dans une image négative est oblitérée, alors que celle qui attire l’attention et engendre des demandes d’amitiés et des mentions « J’aime » est privilégiée.

25Les comptes personnels sont devenus des institutions de presses non-officielles qui ont la force et la notoriété d’un journal. Et cela met en évidence le poids des facteurs socio-économiques liés au nouveau capitalisme informationnel, auquel Patrick-Yves Badillo fait également référence. Selon lui, le contexte numérique « favorise un rôle de plus en plus important des internautes dans le paradigme d’une approche communicationnelle des innovations privilégiée par les SIC (2015, p. 24) ».

26Dans un monde où l’on devient ce que Google dit de nous sur sa première page de requête, l’image de marque construite sur les réseaux sociaux influence d’une manière déterminante la valeur de l’information publiée. Dans ce contexte, la manipulation de la réputation sur Google peut être un sujet très sensible.

Le passage de l’alphabet écrit à l’alphabet visuel

27Quant aux transformations du langage, notamment le passage de l’alphabet écrit à un alphabet visuel (voir Bădău, 2015, p. 111), elles renvoient à une problématique encore plus complexe de l’éthique de la communication en ligne.

28Le développement des nouvelles plateformes des médias sociaux révèle une tendance à restreindre le texte, d’un point de vue quantitatif et qualitatif, et à développer l’usage des images. La transition des plateformes de blogging vers celles de microblogging a été accompagnée par le passage d’un texte de type récit à un texte plus court et synthétique, de type SMS. Les réseaux socio-numériques continuent à restreindre le vocabulaire et accordent des espaces de plus en plus importants aux images. Sur Facebook, « un message composé d’une image reçoit 10 fois plus de partages et de mentions « J’aime » qu’un simple texte ». (Bădău, 2011, p. 117). Cette tendance qui se manifeste sur Facebook est portée à son paroxysme sur Pinterest et Instagram, ou la communication quasi-totalement par l’intermédiaire d’images. La plupart des utilisateurs n’ont pas les moyens d’acheter ou de créer toutes les images qu’ils publient donc ils les « empruntent » sans autorisation ! Les photos les plus employées dans les alphabets visuels formés par un assemblage d’images stéréotypées, issues de réseaux comme Instagram, Facebook, Snapchat, deviennent les cibles privilégiées par celles et ceux qui veulent renforcer la valeur de leurs comptes. D’autre part, beaucoup d’utilisateurs dérobent à leur profit des images indexées par Google et les publient sur leur propre compte. Ils sont persuadés que cela est autorisé s’ils prennent le soin d’en mentionner la source, ce qui n’est pas le cas.

29Il est important de préciser à ce stade que, sur Internet, « certaines choses visibles ne sont pas pour autant publiques » (Cardon, 2010, p. 36). Sur le Web social notamment, les médias ont perdu le privilège de « rendre visible ce qu’ils considéraient comme public » (2010, p. 36).

30Cela signifie que le territoire de la visibilité se définit désormais en dehors du champ médiatique et que la délimitation entre le privé et le public revient aux internautes. Il leur incombe dès lors de « respecter, en ligne autant que sur leurs supports traditionnels, le caractère privé de contenus pourtant visibles sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux. La précaution concerne en particulier des photographies ou des vidéos personnelles, nullement destinées à une reprise par les médias » (Cornu, 2013, p. 38). Qu’en sera-t-il dans un futur proche ?

31En 2015, Facebook a racheté Oculus, le fabricant numéro un au monde des lunettes 3D. Mark Zuckerberg, son fondateur, a annoncé que les utilisateurs de Facebook communiqueront très bientôt à l’aide de ces lunettes. En 3d on ne va plus écrire, on va juste s’exprimer et échanger au travers d’avatars dans un langage très visuel proche de celui qui prend forme en ce moment sur le réseau.

  • 23 facebrands.ro, vu le 01.07.2017.

32Les critères culturels/éducationnels de validation des contenus disparaissent, puisque n’importe qui peut poster toutes sortes de messages. Il n’y a pas davantage d’autorités de validation des contenus, comme dans le cas des livres ou de la publication des messages par les médias. Il n’est pas nécessaire de connaître l’alphabet écrit (la plateforme faisant la traduction orale) pour avoir du succès sur les médias sociaux. On peut communiquer en réseau à l’aide d’un nouvel alphabet issu des outils de communication proposés par Facebook : les onglets (Mention « J’aime », « J’adore », « Partage », etc), les autocollants, les gifs, les notifications, les 1 700 applications, etc. Tous ces outils sont à la base d’un nouvel alphabet propre aux Facebookers qui peut être appris en se passant de l’alphabet écrit, même sans le savoir. Les États unis, qui ont le plus grand nombre d’utilisateurs du réseau Facebook (146,8 millions), viennent d’ailleurs d’être devancés par l’Inde, où vivent près de 800 millions d’analphabètes23.

Une méthodologie plurielle et adaptée à l’objet de recherche

33Pour mon enquête, j’ai utilisé l’analyse qualitative par théorisation ancrée ou analyse de contenu itérative (Iluţ, 1997, p. 23), une méthode permettant la génération inductive d’une théorie (sur un phénomène culturel, social, psychologique) par conceptualisation et mise en relation progressive et qui valide des données empiriques (Muchielli, 1996, p. 33). J’ai structuré sur trois niveaux la démarche éthique, comme toute éthique appliquée : le niveau supérieur des valeurs découvertes au cours de la recherche, le niveau intermédiaire des normes, qui composent la base de la Charte Éthique des Réseaux Sociaux et qui, à leur tour, devraient se concrétiser dans des pratiques (le troisième niveau). La structure résultant de ma recherche n’est pas statique, mais soumise à une dynamique produite par une tension permanente entre des valeurs stables et des pratiques changeantes.

34Pour identifier les actions et les motivations qui déterminent les principaux problèmes éthiques des réseaux sociaux, j’ai analysé 500 articles de blogs, 500 posts sur Facebook et 500 tweets produits par 250 personnes, âgés de 16 à 71 ans : 125 femmes et 125 hommes sur une période qui s’étend du 1er janvier au 1er avril 2017. J’ai construit une grille d’analyse à partir du « code éthique que j’ai proposé aux blogueurs roumains en 201124. Ce dernier s’adressait exclusivement aux blogueurs, et ne pouvait répondre à la problématique complexe des réseaux sociaux, sur lesquels journalistes et blogueurs sont désormais en compétition avec tous les utilisateurs, leurs anciens lecteurs. Mais ce premier code s’est révélé utile pour construire une grille d’analyse.

35L’étude a été marquée par des difficultés, en premier lieu pour identifier les articles et les photos volées – j’ai dû vérifier chaque article et photo qui avait une autre source que l’auteur. Dans les cas où j’ai trouvé une source citée, j’ai contacté le propriétaire, par e-mail pour lui demander s’il a livré le texte, la photo ou la vidéo d’une manière légale au blogueur. Tous les vols identifies ont été remis ensuite au bloguer/facebooker/twitterer pour éventuels contestations (par exemple, quand l’article était publié avec l’accord de la source mais la source n’était pas mentionnée).

36Il a été parfois difficile de retrouver les propriétaires des informations pillées, notamment sur Facebook où les posts dupliqués sont difficiles à traquer, en l’absence de moteur de recherche dédié aux textes. Il a été également compliqué de retrouver les propriétaires et auteurs de photos volées et publiées sur les blogs. Dans tous ces cas, la plateforme de base a été Google. Par ailleurs, j’ai mis en évidence 17 photos dont je n’ai pas établi avec certitude si elles ont été dérobées ou non ; de ce fait elles n’ont pas été inclues dans les résultats. J’ai connu des problèmes aussi dans le processus d’identification de la fausse publicité : les entreprises avaient, dans la plupart des cas, rémunéré le blogger/facebooker/twittos pour produire de la fausse publicité jugée plus efficace que la publicité officialisée hors des réseaux. Dans ce dernier cas, j’ai obtenu des validations « off the record » concernant les fausses publicités et je les ai employées comme telles dans mon étude.

Résultats de la recherche

Le premier problème qui a été identifié est celui des faux titres. La vérité, c’est-à-dire le reflet le plus exact possible des faits, est de plus en plus remplacée par la fiction et le premier signe est l’apparition des faux titres qui ont une fonction de marketing – ils attirent le public de Twitter et de Facebook sur les blogs. Ils sont apparus à la suite du remplacement des valeurs de l’information par les nouvelles valeurs des réseaux sociaux basées sur avant tout les émotions. La peur, l’amusement, deviennent plus importantes que la réalité, ce qui renvoie à la responsabilité première du producteur d’informations erronées.

37Dans le corpus étudié, j’ai identifié :

Tableau 1. Faux titres

Blogs

Facebook

Twitter

Faux titres

112

231

123

38Tous les faux titres se rapportent à une émotion : la joie, la tristesse, la colère, l’amusement ou les éclats de rire. Voici un premier classement quantifié de ces émotions.

Tableau 2. Faux titres

Blogs

Facebook

Twitter

Crainte

53 %

32 %

25 %

Amusement

21 %

45 %

25 %

Tristesse

10 %

5 %

8 %

Colère

10 %

7 %

35 %

Empathie/admiration

5 %

10 %

7 %

39Pour mesurer les émotions, j’ai employé comme indicateurs : les boutons de réactions de Facebook (qui existent aussi sur les blogs à l’aide d’un plugin spécial Facebook) et les réponses données par 37 personnes âgées de 20 à 37 ans, dans le cadre d’un focus-groupe. En premier lieu, j’ai dénombré les réactions des lecteurs de blogs et des comptes Facebook à l’aide des onglets de réactions. En second lieu, pour déterminer la pertinence des émotions exprimées, j‘ai organisé un focus-groupe formé de 37 personnes âgées de 18 à 64 ans. Les participants ont indiqué sur une échelle Likert de 5 points (de 1 = pas d’accord jusqu’à 5 = complètement d’accord) ce qu’ils pensent de la proposition : « Ce message m’a… avec 5 possibles réponses : « amusé », « inspiré de la crainte », « attristé », « mis en colère », « amusé », « m’a fait éprouver de l’empathie ».

La relation est plus importante que l’information

40La valeur de la relation sociale devient ainsi plus importante que celle de l’information, lorsqu’il s’agit d’apprécier et de valider le contenu mis en réseau. C’est un changement déterminé par l’apparition de la notion “d’Ami” sur Facebook. Désormais, ce qui compte, c’est qui écrit, non pas ce qu’on écrit. L’information devient intéressante, importante, vraie, crédible si le lecteur entretient une bonne relation avec celui qui écrit, et si ce dernier a une bonne image sur le réseau. Si c’est notre ami, nous allons croire ce qu’il dit. Cela pose un problème important d’éthique : que peuvent faire les personnes qui sont accusées et n’ont ni le droit ni la possibilité de se défendre ? Et si en plus ces personnes ne sont pas des « amis » du blogueur ? Où est le droit de réponse devant permettre à toute personne de se défendre ?

Pour les blogs, j’ai utilisé comme indicateur le rapport entre le nombre de commentaires positifs mis par les « amis » du blogueur (d’autres blogueurs ou son public) et les autres (le grand public) J’ai qualifié de « grand public », et je l’ai identifié comme tel, le public non-fidèle au blogueur, facile à identifier à l’aide des commentaires de ceux qui font partie du public fidèle du blogueur. Ces derniers se reconnaissent entre eux comme membres d’une communauté et reçoivent d’une manière peu cordiale les nouveaux-venus. De même, les membres du public fidèle au blogueur ne s’évaluent jamais (ou très rarement) d’une manière négative entre eux. À ce propos, il est important de préciser que les blogueurs qui font partie de mon corpus emploient un plugin qui permet aux lecteurs de valider les commentaires entre eux. J’ai également identifié le nombre de commentaires négatifs et neutres mis par les « amis » du blogueur et les autres.

41Quant à Facebook, j’ai mesuré le nombre de commentaires positifs des « amis » et le nombre de commentaires positifs des « non amis ». De même, pour les commentaires négatifs et neutres (ces commentaires étaient, souvent mis sur le compte des personnes qui avaient partagé l’information)

42Pour Twitter, j’ai évalué le rapport entre les commentaires positifs de ceux qui étaient en réseau avec les producteurs d’informations et les autres (les « nouveaux-venus »). De même, pour les commentaires négatifs et neutres.

Tableau 3. Le rapport entre les commentaires des amis et ceux des non-amis

Blogs

Facebook

Twitter

Commentaires positifs

Amis 1 583

Nouveaux Venus 242

Amis 2 920

Non Amis 481

Amis 1 898

Non Amis 415

Commentaires négatifs

Amis 157

Nouveaux Venus 983

Amis 496

Non Amis 1 231

Amis 573

Non Amis 1 238

Commentaires neutres

Amis 211

Nouveaux Venus 12

Amis 972

Non Amis 683

Amis 726

Non Amis 823

43Comme ce tableau ci-dessus le montre, les commentaires positifs sont mis en grande majorité par les amis. Sur les blogs, les amis ont mis 1 583 commentaires positifs et seulement 242 négatifs, tandis que les nouveaux-venus ont mis 983 commentaires positifs et seulement 157 négatifs. Cela signifie que la même information est décodée d’une manière différente via le critère de la relation. On constate une tendance à décoder positivement ce qu’écrivent les amis et négativement ce qu’écrivent les nouveaux venus. Aucun droit de réponse n’a été accordé. Les personnes qui n’étaient pas amies avec le blogueur, Facebooker ou Twittos, sont en grande majorité la cible des critiques et n’ont pas eu l’occasion de se défendre, autrement que par des commentaires qui étaient effacés ou critiqués par les amis, à l’aide du plugin qui permet d’évaluer les commentaires entre lecteurs. Ceux qui reçoivent beaucoup de votes négatifs sont effacés à l’aide du plugin, qui permet cette action. Et c’est le cas des commentaires publiés par des non-amis du blogueur ou votés d’une manière négative par les amis du blogueur.

La manipulation de la réputation sur Google

44Les internautes ont tendance à décrypter le monde à l’aide de Google. Et comme certains blogueurs emploient des moyens de manipuler illégalement les résultats sur Google, afin notamment de « remonter » des articles négatifs sur la première page de recherches quand on tape le nom de la personne, ce problème doit trouver une solution dans un code éthique car Google n’intervient pas dans ces cas.

45En 2012 déjà, Zoso, le blogueur le plus célèbre de Roumanie, apprenait publiquement à ses lecteurs les moyens techniques pour pratiquer le Google Bomb. Dans le billet ci-dessous, il appelle tous les blogueurs du pays à une guerre digitale (« Gorila Digitala ») contre un homme politique roumain et il publie même le code HTML à mettre sur le blog, pour nuire à sa victime. Une technique illégale.

Figure 1. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2017

Figure 1. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2017

46Il donne aussi des conseils, dans des commentaires, pour ceux qui ne savent pas s’y prendre.

Figure 2. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2 017

Figure 2. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2 017

47Dans les corpus étudiés, j’ai trouvé 153 articles sur les blogs qui pratiquent le Google Bombing. Celui-ci vient contredire le droit à l’oubli. « Au sens le plus étroit, ce droit est reconnu à des délinquants ou à des personnes qui ont eu des attitudes contraires à l’honneur. La réalité nouvelle d’Internet l’étend à toute personne qui revendique simplement de vivre tranquillement sa vie, quelle qu’ait été son cours, de vivre cachée pour vivre heureuse » (Daniel Cornu). Or par l’action des Google Bombs, la mémoire du Web est sans pitié pour ses victimes.

Le vol de la propriété intellectuelle

48Le mot d’ordre des réseaux sociaux « Partager, c’est Aimer » (« Sharing is Caring ») entraîne un changement important dans le processus communicationnel en ligne : l’important c’est plus de publier, de partager, que de produire une information pertinente. Ce principe encourage le vol des photos, des vidéos, mais aussi des articles. YouTube joue un rôle très important : il est employé pour « blanchir » la propriété de la vidéo, comme on « blanchit » l’argent sale. Les liens offrent une ouverture à la libre circulation sur la Toile des informations, des opinions et des récits. Ils appartiennent à la nature profonde du réseau. Ils mériteraient, de la part de la profession de journaliste, une réflexion spécifique sur leurs enjeux éthiques et déontologiques. J’ai analysé, dans le corpus, chaque article qui contenait une information qui n’était pas produite par l’auteur lui-même. Là où j’ai trouvé des sources citées, j’ai contacté le propriétaire de l’information, pour lui demander s’il avait livré, d’une manière légale, des informations au blogueur. À la fin de l’analyse, tous les articles qui contenant des informations dérobées ont été envoyés au blogueur (présumé voleur), pour d’éventuelles contestations. J’ai pris en compte le fait que le blogueur pouvait publier des informations avec l’accord du propriétaire, sans le mentionner. Après avoir reçu toutes les réponses de la part des institutions de presse et des blogueurs, j’ai obtenu les résultats suivants.

Tableau 4 – Articles volés

Blogs

Facebook

Twitter

237 articles volés

252 articles volés

17 articles volés

Tableau 5 – Photos volées

Blogs

Facebook

Twitter

480 photos volées

393 photos volées

421 photos volées

Les articles publicitaires non-signalés

49La disparition de la publicité sur les réseaux sociaux et son remplacement par des « recommandations » semble redonner vie aux relations publiques. Il s’agit en réalité d’un journalisme factice qui transforme les blogs en agences de relations publiques dans le seul but d’influencer le lecteur. Pourtant celui-ci devrait avoir le droit de savoir s’il est en train de lire un article payé par un annonceur ou un article d’un journaliste d’opinion. Les articles payés qui remplacent les articles informatifs devraient être signalés par un signe tel que « (P) ».

Tableau 6 – articles publicitaires non-signalés

Blogs

Facebook

Twitter

289 articles publicitaires non-signalés

321 posts non-signales (marketing d’affiliation)

231 tweets publicitaires non-signalés

Discussion des résultats et proposition

50Le principe Web 2.0 « partager c’est aimer » peut ainsi aboutir à la pratique du vol des photographies et des articles qui d’habitude ne sont pas partagés à l’intérieur du réseau, mais aussi à l’extérieur, sur des sites Web. 48 % des articles du corpus étudié sur les blogs et sur Facebook ont été pillés, tandis que 90 % des photos publiées sur les blogs et 80 % sur Facebook ont été également dérobées.

51La valeur de la relation peut occulter celle de l’information : les internautes ont tendance à valoriser celle-ci à travers le filtre de la relation avec celui qui la produit. Ainsi, Pour le même article, 90 % des commentaires publiés par des amis sont positifs tandis que 80 % des commentaires issus de non-amis sont négatifs.

52Les produits fictionnels tendent de fait à remplacer les produits journalistiques liés à la vérification de l’exactitude des faits (principe d’accuracy) en tentant de satisfaire une demande d’utilisateurs qui veulent vivre des émotions d’une manière projective, dans une vie virtuelle. Vu que la réalité n’offre pas toujours une surabondance émotionnelle, les émotions sont construites dans et par une réalité virtuelle. Presque 40 % du contenu étudié sur Facebook est de nature fictionnelle et lié à l’une des émotions décrites par les onglets-boutons de la plateforme : crainte, etc.

53La place de plus en plus importante dans nos vies des plateformes qui décryptent la réalité (par exemple, Google) les transforment en cibles de ceux qui veulent les manipuler pour modifier la réalité qu’elles présentent, avec pour conséquence la manipulation de la réputation de nos interlocuteurs principaux à l’aide des techniques illégales présentées de manière publique par certains blogueurs… sans aucune réaction des autorités.

54À partir de cette problématique, j’ai élaboré une première proposition de Charte Éthique des Réseaux Sociaux. Pour structurer dans une Charte les valeurs éthiques de la communication sur ces réseaux, j’ai suivi les trois taches qui revendiquent la professionnalité des individus dans la communication à l’ère numérique retenues par Jean-Claude Domenget (2015, p. 36) : « La sélection de l’information, la tâche de mise en circulation de l’information et la tâche de l’analyse de l’information partagée ». Toutes ces taches peuvent se retrouver dans ma proposition éthique : la sélection de l’information (points 2, 6, 7, 10), la mise en circulation de l’information (points 1, 5, 8, 9), l’analyse de l’information (points 3, 4). Au final, en analysant les figures d’usager qui se dessinent suivant cette proposition de charte, en caractérisant la figure de l’expert par la maîtrise de la sélection, de la diffusion et de l’analyse de l’information, on peut vraiment préciser ce qu’est un professionnel de la communication à l’ère numérique. L’adoption de cette Charte Éthique pourrait être un signe d’appartenance à la communauté des professionnels de la communication dans les réseaux sociaux. Mais se pose la question de son universalité, en fonction des cultures médiatiques et pratiques sociales de chaque pays considéré.

Une proposition de charte éthique en dix points

551. Les sites et les blogs ne devraient pas employer des titres faux ou trompeurs, ni dans des buts de marketing (quand ils essayent d’attirer le public qui se trouve sur les réseaux sociaux), ni pour préfacer les articles sur les plateformes-sources. Le titre devrait être le reflet de l’information qui se trouve dans l’article et son contenu devrait respecter le principe de vérification de l’exactitude des faits.

562. Les journalistes en ligne et les blogueurs devraient suivre l’intérêt public, pas l’intérêt du public. Quand ils choisissent les sujets et la façon de les rédiger, ils doivent préférer les critères rationnels aux critères émotionnels.

573. Les journalistes en ligne et les blogueurs devraient accorder un droit de réponse aux personnes visées dans leurs articles. On ne peut considérer la rubrique commentaires placée à la fin d’un article comme un droit de réponse.

584. Les commentaires qui incitent à la haine et à la violence devraient être effacés, conformément à la décision de la Cour européenne des Droits de l’Homme, qui date de 16 juin 2015 (les propriétaires des sites et blogs sont solidaires devant la justice de leurs lecteurs qui publient des commentaires).

595. Il doit être interdit de manipuler Google à l’aide des diverses procédures de marketing, et la plus connue, Google Bomb est inclue. Toute sorte d’activité dans le genre devra être rapportée à Google.

606. Il doit être interdit de copier d’une manière intégrale un article, sans la permission écrite de l’auteur. Ces articles peuvent être copiés dans la limite de 500 caractères avec espaces, à condition de citer la source et d’ajouter le lien.

617. Il doit être interdit de publier des photos ou des vidéos, sans l’accord de leur(s) auteur(s). Les photos ne peuvent pas être copiées et publiées sans l’accord de leur(s) auteur(s), même si elles ont étés publiées par leur(s) auteur(s) sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc). Il doit être interdit de publier les photos des profils publiés sur Facebook, sans l’accord de leur propriétaire. Les photos publiées dans le réseau sont destinées à être utilisées seulement dans le réseau et pas sur d’autres sites.

628. Les articles publicitaires qui contiennent du placement de produit, devraient être signalées par la lettre (P) devant le titre.

639. Les cadeaux ou les produits donnés aux blogueurs et aux journalistes en ligne pour des raisons publicitaires, devraient être spécifiés comme tels, pour aider le lecteur à faire la différence entre un produit que le journaliste ou le blogueur apprécie vraiment et un produit qui est utilisé et présenté dans l’article pour des raisons publicitaires.

6410. Les articles ne pourront plus employer comme unique source, les informations publiées sur les réseaux numériques (Facebook, Twitter, etc.). Dans ces cas-là, les sources vivantes seront contactées, pour vérifier les informations.

Mettre en pratique la charte : comment procéder ?

65Ce moment de l’histoire du Web semble très favorable : après une première étape d’enthousiasme suscité par un mouvement de démocratisation (Web 2.0), où chacun s’est vu reconnaître la possibilité de publier et d’entrer en relation plus aisément avec d’autres internautes, nous vivons actuellement une deuxième étape, caractérisé par un recul, voire une méfiance des usagers, qui estiment que la quantité a trop souvent tendance à oblitérer la qualité : il semble de plus en plus difficile, surtout dans un pays comme la Roumanie, de trouver une information crédible et fiable. Dans cette étape, les utilisateurs commencent à demander des principes éthiques, pour faire le choix des informations. Les récentes actions développées par Facebook vont dans ce sens La plateforme analyse de mieux en mieux les attentes des utilisateurs, même avant qu’elles ne soient exprimées, à l’aide des cookies qui tracent les mouvements des internautes. Après le scandale des fakes news pendant la campagne électorale de Trump, Facebook a introduit un bouton-onglet qui permet de stigmatiser les fausses informations. Ce geste de Facebook est emblématique et traduit une demande des utilisateurs en faveur de davantage de réglementation des usages de l’information diffusée sur les réseaux socio-numériques.

66Pour mettre en pratique la Charte, il faudrait employer les principes du « contenu engendré par les utilisateurs », notamment ceux qui déterminent le renforcement du statut personnel. Si la Charte était adoptée par de petites communautés de futurs professionnels de la communication (étudiants en SIC, en journalisme, doctorants, etc.), cela pourrait activer le principe mimétique de la « boule de neige » pour l’adoption de la Charte, parce qu’elle deviendrait alors un symbole d’appartenance à une sorte d’avant-garde, un « badge » que tout le monde aimerait arborer. Si la Charte représente une marque de qualité, elle sera adoptée par le simple utilisateur pour les principales raisons liées à l’activité sur les réseaux sociaux : narcissisme (en employant la Charte l’utilisateur aura un signe hiérarchique qui va lui conférer une certaine autorité) et crédibilité (qui va renforcer ses liens avec les lecteurs et son rôle d’expert dans les collectivités d’usage). Cela faciliterait une transition vers le Web 3.0, celui de la sincérité (toutes nos actions seront affichées pour nous donner une « valeur » équivalente au classement donné aujourd’hui par Google).

67Les formes identitaires renvoient à des visions de soi et des autres, de soi par les autres mais aussi des autres par soi : des catégorisations « subies » (identités pour autrui) et des identifications « construites » (identités pour soi). Autrement dit, « il s’agit de s’intéresser aux formes identitaires des professionnels de la communication, telles qu’elles ont été identifiées par et pour les partenaires de travail, par et pour l’individu » (Domenget, 2015, p. 28). À l’aide de la Charte, le simple utilisateur va renforcer son statut sur les réseaux et le professionnel. Il pourra voir dans cette démarche une manière de préserver la singularité de sa profession dans l’avalanche de contenu produite par tout un chacun. C’est ouvrir la voie à une responsabilité partagée. Dans un essai déjà ancien, Éthique de l’information (1999, p. 78), Daniel Cornu a suggéré « une participation des citoyens, plus largement du public, à un projet de défense et d’illustration de la liberté de l’information dans une perspective communautaire » en évoquant des devoirs et des droits nouveaux : « une manière de tisser les liens d’une responsabilité collective, associant les médias et leur public » […] « L’espace public, compris comme le lieu symbolique de discussion des questions touchant au bien commun, était alors largement occupé par les médias. À des conditions fixées par eux, il y était certes possible de discuter la légitimation et l’exercice du pouvoir ». La charte proposée permettra de poursuivre cet effort réflexif sur les blogs et réseaux sociaux, gageons qu’il soit suivi par d’autres, encore à venir.

Top of page

Bibliography

AMEY Patrick et SALERNO Sebastian, (2015) « Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation », Revue française des sciences de l’information et de la communication », 6.

BADILLO Patrick-Yves et PELISSIER Nicolas, (2015) « Usages et usagers de l’information numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6.

BAKARDJIEVA M. and FEENBERG A., (2001) Involving the virtual subject. Ethics and Information Technology 2(4).

BADAU, Horea, Mihai (2011), Techniques de communication dans les Reseaux Sociaux, Iași, Polirom.

BADAU, Horea Mihai (2015), Manuel de Journalisme en Ligne, Bucarest, Ed[RR2] . Tritonic

BADAU, Horea Mihai (2015), « Le passage de l’alphabet ecrit à l’alphabet visuel” in “Vers une Culture Medi@TIC », coord. Pelissier N. et Maas E., Paris, l’Harmattan.

BERNIER, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, 2e édition, Québec, Presses de l’Université Laval.

GREVISSE, Benoît (2010) : Déontologie du journalisme, Bruxelles, Éditions De Boeck Université

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information mediatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan.

CARDON, Dominique (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil.

CHARON, Jean-Marie (2012), « Historique du journalisme en ligne », dans Amandine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck.

COUTANT, Alexandre et STENGER, Thomas (2013), Identités numériques, Paris, Harmattan.

CORNU, Daniel (1999), Éthique de l’information, 2e édition, Paris, Presses universitaires de France.

CORNU, Daniel (2009), Journalisme et vérité. L’éthique de l’information au défi du changement médiatique, 2e édition, Genève, Labor/Fides.

CORNU, Daniel (2013), Journalisme en ligne et éthique participative dans Ethique Publique, vol. 15, n° 1 | 2013 : Enjeux éthiques et pratiques déontologiques du 4e pouvoir.

DACHEUX, Etienne (2007), Communiquer l’utopie, Paris, l’Harmattan.

DE CERTEAU DEGAND, Amandine (2012), « La vérification de l’information en ligne », dans Amandine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 97-113.

DOMENGET, Jean-Claude, Usages professionnels et figures d’usager des médias socionumériques dans Revue Francaise des Sciences de l’Information et de la Communication 6 | 2015 : Usages et usagers de l’information à l’ère numérique.

DUBAR Claude, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, (2010), Paris, PUF.

DUBAR Claude, TRIPIER Pierre, BOUSSARD Valérie (2011), Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

ECO, Umberto (1996), Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Paris, Grasset.

ESTIENNE, Yannick et NEVEU, Erik, (2007), Le journalisme apres Internet, Paris, l’Harmattan.

EYNON Rebecca, FRY Jenny and SCHROEDER Ralph (2008), The ethics of internet research. In : FIELDING NG., LEE RM, and BLANK G. (eds), The SAGE Handbook of Online Research Methods. Newbury Park, CA : Sage Publications.

FABRIS, Adriano (2007), Etica del virtuale, Milano, Vita e Pensiero

FRIEND, Cecilia, et JANE Singer (2007), Online Journalism Ethics. Traditions and Transitions, Armonk (New York)/Londres, M. E. Sharpe.

GAISER Ted and SCHREINER Anthony, (2009), A Guide to Conducting Online Research. Newbury Park, London.

GREVISSE, Benoît (2010), Déontologie du journalisme. Enjeux éthiques et identités professionnelles, Bruxelles, De Boeck.

GREVISSE, Benoît et DANIEL Cornu (2012), « Déontologie et éthique du journalisme en ligne », dans AMANDINE Degand et BENOIT Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 209-220.

HAMELINK, Cees J. (2000), The Ethics of CyberSpace, London, Sage.

HARRIMAN, Stephanie, PATEL, Jigisha (2014) The ethics and editorial challenges of internet-based research. BMC Medicine 12(1) : 124. Google Scholar, Crossref, Medline.

ILIUT, Petre, (1997), Abordarea calitativă a socioumanului, Iaşi, Ed. Polirom.

LAITILA, Tiina (1995), « Codes of ethics in Europe », dans Kaarle Nordenstreng (dir.), Reports on Media Ethics in Europe, Université de Tampere, Julkaisuja Publications B 41.

LANGFORD, Duncan (2000), Internet Ethics, London, Macmillan.

LE BOHEC, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan.

LIBAERT, Thierry, de Marco A, (2006), Les tableaux de bord de la communication, Paris, Dunod.

LOPEZ DE LA VIEJA, Teresa (2011), E-Ethique/E-Ethics, Paris, L’Harmattan.

Macdermott, Siobhan, & SMITH, J. R. (2013). The future of privacy : A consumer-oriented approach to managing personal data online. Thunderbird International Business Review, 55, 3-12.

MANSON, Neil, O’NEILL, Onora, (2007), Rethinking Informed Consent in Bioethics. New York : Cambridge University Press. Google Scholar, Crossref, Medline.

MICHEL, Jean-Luc (2008), Les professions de la communication. Fonctions et métiers, Paris, Ellipses.

MAFFESOLI, Michel, (1988), Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les societes de masse, Paris, Ed. Meridiens.

BEN-JACOB Marion, (2017), Internet Ethics for users and providers, Journal of Educational Technology Systems, n° 1-7.

MOOR, James, 1985, What is Computer Ethics? Metaphilosophy 16(4) : 266–275. Google Scholar, Crossref, Medline.

MUCCHIELLI, A. (2002), Dictionar al metodelor calitative in stiintele umane si sociale, Iași, Ed. Polirom.

PLOUG, Thomas (2009), Ethics in Cyberspace : How Cyberspace May Influence Interpersonal Interaction, London, Springer.

PROPP, Vladimir (1965), Morphologie du conte, Paris, Seuil.

ROSATI, Marcello, VITALI (2012) Revue Ethique Publique, n° 2, 2012, Dossie Des enjeux éthiques généraux à l’ère du numérique.

VANBREMEERSCH, Nicolas (2009), De la démocratie numérique, Paris, Seuil.

WILLIS, Roxana, (2017), Observations online : Finding the ethical boundaries of Facebook research, UK Research Ethics 1–17, University of Oxford

WHITEMAN Natasha, (2010), Control and contingency : Maintaining ethical stances in research, International Journal of Internet Research Ethics 3(1): 6–22.

Top of page

Notes

1 http://www.bps.org.uk/system/files/Public%20files/code_of_human_research_ethics_ dec_2014_inf180_web.pdf (acces at 4 august 2017).

2 Mashable.com, vu le 02/07/2017.

3 Facebrands.com, vu le 02/07/17.

4 YouTube.com, vu le 02/07/17.

5 Twitter.com, vu le 12/07/17.

6 Médiamétrie.fr, vu le 17/06/17.

7 Google.fr, vu le 19/06/17.

8 harris-interactive.fr, vu le 26/06/17.

9 Instagram.com, vu le 21/06/17.

10 Médiamétrie.fr vu le 22/06/17.

11 LinkedIn.com, vu le 29/06/17.

12 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.

13 Bloomberg.com, vu le 03/06/17.

14 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.

15 WhatsApp.com, vu le 1/06/17.

16 Médiamétrie.fr, vu le 22/06/17.

17 Pinterest.com, vu le 17/07/17.

18 Médiamétrie.fr, vu le 01/07/17.

19 Techcrunch.com, vu le 17.07.2017.

20 http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-2014-mobile-internet-medias-sociaux/, vu le 01.07.2017.

21 http://www.huffingtonpost.com/noah-kagan/why-content-goes-viral-wh_b_5492767.html, vu le 01.07.2017.

22 http://www.huffingtonpost.com/noah-kagan/why-content-goes-viral-wh_b_5492767.html, vu le 01.07.2017.

23 facebrands.ro, vu le 01.07.2017.

24 http://horeabadau.ro/cod-etic-social-media/.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2017
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3527/img-1.png
File image/png, 455k
Title Figure 2. Capture d’ecran du blog www.zoso.ro faite par Horea Mihai Bădău le 03.12.2 017
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3527/img-2.png
File image/png, 173k
Top of page

References

Electronic reference

Horea Mihai Bădău, « Les enjeux éthiques de la communication de l’information d’actualité sur les blogs et réseaux sociaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 12 | 2018, Online since 01 January 2018, connection on 17 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3527 ; DOI : 10.4000/rfsic.3527

Top of page

About the author

Horea Mihai Bădău

Né le 09.09.1972, Horea Mihai Bădău est Lecteur docteur a la Faculté de Journalisme et des Sciences de la Communication de l’Université de Bucarest depuis 19 ans, Enseignant-chercheur à l’Université Sophia Antipolis de Nice (M1 INFOCOM, M2 EMIC, M2 DISTIC, L3, L1), depuis 6 ans, Chercheur au Labo SIC.Lab Méditerrannée depuis 3 ans, Auteur de la Théorie « Le passage de l’alphabet écrit à l’alphabet visuel dans les Réseaux Sociaux » publie aux Éditions L’Harmattan, dans un volume coordonne par la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) juillet 2015, Auteur des premiers manuels de Roumanie sur le Journalisme en Ligne et la Communication dans les Réseaux Sociaux (Éditions Polirom, 2011, Éditions Tritonic, 2015), journaliste pendant 14 ans a Radio France Internationale Roumanie, Realitatea TV (télévision d’infos), Fondateur et Rédacteur-en-chef des premiers sites d’infos roumains, Fondateur et Président de l’Association des Consommateurs de Média.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page