Navigation – Plan du site
Parutions

MARTIN-JUCHAT Fabienne et STAII Adrian, 2016. L’industrialisation des émotions. Vers une radicalisation de la modernité ?

Paris : L’Harmattan. ISBN : 978-2343084848, 24,50 €
Delphine Dupré
Référence(s) :

Fabienne Martin-Juchat et Adrian Staii, 2016. L’industrialisation des émotions. Vers une radicalisation de la modernité ? Paris : L’Harmattan. ISBN : 978-2343084848, 24,50 €

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Fabienne Martin-Juchat et Adrian Staii part du postulat que, dans les sociétés modernes, les technologies informatisées « sollicitent constamment l’individu et l’incitent à communiquer, à se divertir, à travailler, à acheter, à vendre, à consommer… » Ces phénomènes sont souvent appréhendés à travers le paradigme de « l’économie de l’attention » qui, à force de réappropriations successives, tend à s’ériger en doxa.

2Adrian Staii appréhende les technologies informatisées à la fois comme des révélateurs et des produits de plusieurs attributs de la modernité. Par exemple, au travail, les TIC ont un rôle disciplinaire et prolongent la tendance à « la dissociation du temps et de l’espace », propre à la modernité, en favorisant l’émergence de nouveaux modes d’organisation du travail (télétravail, travail nomade etc.).

3Gustavo Gomez-Meija cherche à apporter un éclairage « communicationnel et critique » sur « l’économie de l’attention » qui, en raison de son succès auprès des universitaires, des professionnels et des « experts » médiatiques, est devenue une « formule figée, réénonçable selon différents intérêts. » Selon l’auteur, des éléments d’explication alternatifs pourraient éclairer les phénomènes habituellement appréhendés par le prisme de « l’économie de l’attention ». Il pointe notamment le rôle de la « techno accoutumance » et des mécanismes de don et contre don sur les réseaux sociaux.

4Lise Renaud analyse les discours publicitaires des promoteurs des technologies informatisées. À partir de l’étude diachronique d’un corpus, l’auteure observe la « montée en puissance du registre émotionnel et sensoriel », la promesse véhiculée par les TIC dans ces publicités n’étant plus la transmission d’informations mais « une forte expérience affective ». Afin de capter l’attention, ces publicités sont construites de manière très esthétique et présentent les technologies numérisées comme des « d’amplificateurs de perceptions du monde. »

5À partir de l’étude d’un dispositif muséographique, Émilie Flon ambitionne de « faire dialoguer » deux paradigmes : la sémio-pragmatique et les différents régimes d’attention – la projection, l’immersion, l’alerte et la fidélisation – théorisés par Dominique Boullier. L’auteure s’intéresse particulièrement à l’immersion qui fait référence à « un sentiment de capture, une sensation d’absorption mentale dans un espace-temps particulier, ceci dans des situations et face à des dispositifs de communication les plus divers. »

6Ghislaine Chabert propose une réflexion sur l’usage des méthodes visuelles. Ces dernières permettent de « {rendre} visible ce qui est invisible dans les organisations », c’est-à-dire les régimes attentionnels, les émotions et les « dimensions corporelles » à l’œuvre lors des interactions des individus avec les dispositifs numériques.

7Caroline Ange étudie les émotions véhiculées par les blogs de voyage. Ces dispositifs sont intéressants car ils s’inscrivent dans la continuité des genres narratifs intimes mais possèdent une dimension communicationnelle dans la mesure où ils sont destinés à être lus par les internautes. L’auteure appréhende l’émotion comme « vectrice d’une construction de l’attention » dont elle identifie les ressorts techniques, sociaux et culturels.

8Dans le dernier chapitre de cet ouvrage, Fabienne Martin-Juchat s’attaque à une idée reçue solidement ancrée dans les milieux professionnels : les TIC seraient synonymes de productivité. À partir d’une enquête auprès d’étudiants, l’auteure montre qu’au contraire, les dispositifs numériques peuvent s’avérer contre-productifs. En effet, les TIC captent, « happent » l’attention et, de ce fait, favorisent le zapping et constituent des obstacles aux tâches nécessitant de la concentration.

9Pour conclure, le point fort de l’ouvrage est de mobiliser de grands cadres théoriques pour analyser de manière critique les concepts très en vogue « d’attention » et « d’émotion » à l’ère numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré, « MARTIN-JUCHAT Fabienne et STAII Adrian, 2016. L’industrialisation des émotions. Vers une radicalisation de la modernité ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3565

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle en SIC au laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, dirigée par Valérie Carayol et Aurélie Laborde, porte sur les incivilités par messagerie électronique dans les relations managériales. Ce travail doctoral s’inscrit dans le cadre du projet « Civilinum » financé par la région Nouvelle-Aquitaine et porte sur les incivilités numériques au travail. Courriel : delphine.dupre@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page