Navigation – Plan du site
Parutions

LAFRANCE Jean-Paul, 2017. Et si on ajoutait de l’humanisme et de la spiritualité à notre civilisation numérique…

Paris : Éditions L’Harmattan. ISBN 9782343128672, 21,50 €
Kristina Mikhnevich
Référence(s) :

Jean-Paul Lafrance, 2017. Et si on ajoutait de l’humanisme et de la spiritualité à notre civilisation numérique… Paris : Éditions L’Harmattan. ISBN 9782343128672, 21,50 €

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie de la collection Communication et Civilisation de l’Harmattan. L’auteur a tenté ici une réflexion philosophique sur l’avènement du numérique et son impact sur la société, son mode de fonctionnement et ses valeurs. Les huit chapitres de cet ouvrage abordent chacun une thématique spécifique.

2Dans le premier chapitre, l’auteur s’interroge sur le concept d’humanisme numérique. Il retrace les épisodes clés de son développement et ses changements sémantiques au cours des siècles en recourant à des travaux de philosophes de différentes époques.

3Cela lui permet ensuite de discerner quatre caractéristiques propres à l’humanisme numérique : une nouvelle vision de la réalité, fondée sur l’hybridation d’objets et d’humains et l’entremêlement du réel et du virtuel ; la transformation des habitudes communicationnelles provoquée par l’émergence des réseaux sociaux ; la fin du statu quo des chercheurs et scientifiques et le développement des modèles collaboratifs de production et de partage des connaissances ; enfin, la mutation de l’économie manufacturière vers l’économie des services. Tous ces changements liés au numérique ne sont pas anodins et vont à l’encontre de l’économie néolibérale en causant de nombreux dommages collatéraux.

4Le deuxième chapitre se concentre sur les caractéristiques de l’économie numérique et de ses enjeux. L’auteur questionne le rôle du consommateur dans une économie dite « contributive » qui se caractérise par le recours permanent des entreprises aux contributions bénévoles des utilisateurs lors du développement, du fonctionnement ou de l’amélioration de leurs services dans le but d’en tirer leurs propres bénéfices. Les risques élevés ainsi que la course à l’innovation propres à ce secteur expliquent l’échec de nombreuses start-ups. Dans cet environnement hautement concurrentiel, les géants du numérique cherchent à tout prix à assurer leur place dominante sur le marché, parfois par des moyens assez douteux comme l’évasion fiscale, facilitée notamment par la dimension internationale du numérique. Cependant, comme le conclut l’auteur, l’avenir de l’industrie numérique demeure imprévisible.

5Dans le troisième chapitre, l’auteur analyse l’évolution des grandes entreprises du Web, leurs stratégies, leurs pratiques et leurs ambitions pour aboutir à une réussite commerciale. Après avoir abordé les parcours et les chiffres d’affaires des Big Five (Amazon, Google, Facebook, Microsoft, Apple), l’auteur se penche sur les acteurs de l’industrie des jeux vidéo, notamment Blizzard Entertainment, créateur de World of Warcraft, et Niantic, créateur de Pokemon Go. La prospérité de cette industrie résulte de deux principaux modèles commerciaux : l’abonnement mensuel payant et l’offre de base gratuite (le freemium) agissant comme un appât pour attirer les utilisateurs vers des versions payantes. En guise de conclusion, l’auteur pose de nombreuses questions sur l’avenir d’Internet, de la vie privée et de la liberté d’expression.

6Le quatrième chapitre porte sur les deux principales conséquences de l’économie numérique : la désindustrialisation et le basculement vers une économie contributive. La désindustrialisation se caractérise par la suppression d’un grand nombre d’emplois à cause de l’automatisation et de la robotisation. Même si l’industrie génère de nouveaux emplois, ceux-ci sont peu nombreux et nécessitent souvent un haut niveau de qualification, ce qui rend les reconversions professionnelles plutôt utopiques et contribue à la hausse du taux de chômage. Selon l’auteur, l’économie contributive a deux visages. Il s’agit, d’une part, d’une économie sociale, orientée vers le développement durable, l’entraide et le partage et, d’autre part, une économie dont les principaux acteurs cherchent à maximiser leurs profits au détriment des travailleurs. Enfin, l’auteur dénonce les plateformes numériques comme Uber, AirBnb, Deliveroo et bien d’autres qui déstabilisent le système socioéconomique.

7Dans le cinquième chapitre l’auteur approfondit davantage son propos sur les enjeux liés à l’emploi et propose des solutions. La première serait de mettre l’accent sur la formation et l’éducation des jeunes et de les encourager à entreprendre et à innover, par exemple dans le cadre des fablabs. La deuxième serait d’établir une taxe obligatoire ROSE (Robots, Ordinateurs et Systèmes Experts) sur les technologies, similaire à la taxe verte sur le carbone. La troisième serait d’assurer un revenu minimum. Sur ce point, deux modèles sont proposés : soit un taux d’imposition négatif, soit un revenu universel minimum. En conclusion, l’auteur souligne la nécessaire évolution des mentalités des citoyens pour pouvoir vivre et prospérer dans cette nouvelle réalité.

8Dans le sixième chapitre dédié au transhumanisme, l’auteur décrit quatre futurs scénarios concernant l’espérance de vie, en traitant en profondeur l’hypothèse de l’immortalité future de l’homme. En se référant à l’idée du trans de Lucien Cerise et à la conception de l’homme comme Dieu prothétique de Sigmund Freud, il distingue deux manières de penser notre rapport à la technique comme outil au service de l’humain ou comme « artificialisation » de l’humain. Le chapitre se termine par un aperçu des projets actuels visant l’amélioration de l’homme et l’humanisation des robots.

9Dans les deux derniers chapitres, l’auteur développe une réflexion philosophique sur les causes des « maladies du numérique », terme désignant la croissance inédite des cas de stress, de dépressions et de burn-out ou, au contraire, d’hyperactivité. Pour en guérir et vivre harmonieusement, l’auteur propose une reprise du contrôle sur nos vies en s’appuyant sur l’autonomie et l’autodiscipline. Le moyen d’y arriver serait de se tourner vers la philosophie en tant que mode de vie fondé sur un choix conscient de conduire sa propre existence. Cette approche n’a d’ailleurs rien de nouveau. Elle était considérée comme indispensable pour une vie saine bien avant la révolution numérique. De l’antiquité à la modernité, la pratique de la pensée philosophique comme art de vie a été préconisée par des philosophes issus de différents courants comme Socrate, Descartes, Kant, Nietzsche, Foucault et Agamben. L’auteur remarque cependant que, accablés par le quotidien, les individus s’adonnent rarement à la réflexion philosophique.

10En résumé, cet ouvrage contribue aux réflexions actuelles sur les avantages et les inconvénients du numérique en nous invitant à prendre du recul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kristina Mikhnevich, « LAFRANCE Jean-Paul, 2017. Et si on ajoutait de l’humanisme et de la spiritualité à notre civilisation numérique… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3576

Haut de page

Auteur

Kristina Mikhnevich

Kristina Mikhnevich est doctorante en SIC à l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, réalisée en partenariat avec Orange Labs, porte sur la confiance institutionnelle dans le contexte de l’identité digitale et de l’authentification comportementale. Elle s’intéresse également aux enjeux du numérique liés à la vie privée, à la surveillance et à la cyber sécurité. Courriel : kristina.mikhnevitch@orange.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page