Navigation – Plan du site
Regards croisés

Le genre comme catégorie d’analyse dans les SIC : un dialogue entre l’Amérique latine et la France est-il possible ?

Myriam Hernández Orellana

Résumés

En France, des recherches portant sur le genre se sont développées ces dernières années en SIC, mais que peut-on dire des travaux similaires menés sur d’autres continents ? Quel est l’apport du genre aux sciences consacrées à la communication dans les autres pays ? Cet article est une modeste exploration des travaux menés en France et en Amérique latine, nous permettant de mettre en lumière les similitudes et les différences en termes d’approches et notions développées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pendant les années 1970 un nombre important des pays du continent sud-américain ont connu des dicta (...)
  • 2 Nous n’avons pas inclus dans cette revue de l’état de l’art des travaux brésiliens écrits en portug (...)

1Construire un dialogue entre les études en sciences de l’information et la communication réalisées en Amérique latine (AL) et en France sur la mobilisation du genre comme outil d’analyse n’est pas une tâche facile. D’une part, le développement des Sciences consacrées à la communication (Cordonnier, 2017) de part et d’autre de l’Atlantique n’est pas le même, comme cela a déjà pu être évoqué dans le cadre de la rubrique « Regards croisés » : les approches théoriques et conceptuelles diffèrent, tout comme le développement institutionnel de la discipline. Ajoutons à cela que même à l’intérieur du continent sud-américain, on observe des différences entre les pays1. Enfin, un dernier élément à prendre en compte est le développement économique des pays. Ce travail n’est qu’un aperçu des travaux réalisés en Amérique latine2 sur la thématique évoquée plus haut. En ayant en tête ces limites, nous présentons ici un état de l’art sur les SIC et le genre permettant de développer une mise en relation entre la France et l’Amérique latine.

  • 3 Cette notion n’a été employée qu’au cours des années 1990 dans certaines revues en SIC.
  • 4 La revue Chasqui (Equateur) est l’une des plus anciennes en SIC en Amérique latine, elle a été créé (...)
  • 5 Cette revue a été créée en 1982, par la Faculté de Communication et Langage de la Pontificia Univer (...)

2S’il est possible de trouver tant en Amérique latine qu’en France des études pionnières portant sur l’idéologie derrière les représentations des femmes dans les magazines féminins (Alcalá, 1975 ; Mattelart, 1977 ; Dardigna, 1978), les études portant sur les femmes au cours des années 1980 et 1990 sont plus rares. Tandis qu’en France certaines auteures affirment qu’il a fallu attendre jusqu’aux années 2000 pour trouver des travaux en SIC portant sur le genre comme catégorie d’analyse (Coulomb-Gully, 2009 ; Biscarrat, 2015), en Amérique latine on observe un intérêt inégal des revues en SIC sur ce que l’on pourrait appeler les études de genre3 : la revue équatorienne Chasqui4 a publié trois dossiers (1982, 1994 et 1997), en Colombie la revue Signos y Pensamiento5 a publié un dossier (1994). A notre connaissance, aucune revue en Sciences de la Communication Sociale n’a publié au Chili de dossier sur ces thématiques dans les années 1990.

  • 6 Nous avons trouvé trois dossiers publiés, deux dans les revues chiliennes Comunicación y Medios (20 (...)

3À partir des années 2000, les études de genre dans les SIC se sont développées avec une temporalité également différente en Amérique Latine et en France. Si en France les revues de la discipline commencent à publier des dossiers thématiques sur la question du genre (Coulomb-Gully, 2009), cela ne s’est produit dans le continent sud-américain qu’à partir des années 20106 -bien qu’auparavant l’on observe la publication de quelques articles.

4Notre travail est organisé en deux parties. Nous entamerons la première partie par une étude des travaux initiaux produits en Amérique latine et en France, tout en observant l’importance de la critique féministe au cours de cette période pour le développement de travaux pionniers de chaque côté de l’Atlantique. Ensuite, nous identifierons l’apport de la recherche en Sciences de la Communication Sociale latino-américaine sur le développement du genre en tant que catégorie d’analyse dans la discipline. Dans la deuxième partie, nous observerons que les travaux récents montrent que le développement de l’approche de genre en SIC en Amérique latine et en France comporte des similitudes et des différences. Les similitudes apparaissent d’abord dans un nombre important des thématiques traitées (internet et mouvement féministe, usage des réseaux sociaux numériques, etc.). Concernant les différences, nous traiterons les travaux sur les femmes en politique et ceux sur le traitement médiatique des violences de genre, tout en montrant les apports que ces travaux ont amenés aux études en SIC.

De l’étude de la représentation des femmes dans les médias à l’emploi de la notion de genre en SIC

5Au cours des années 1970, le mouvement de la deuxième vague du féminisme a influencé la recherche en SIC dans différents pays, notamment en ce qui concerne la représentation des femmes dans les médias. Mais nous observons également, dans ces recherches menées de part et d’autre de l’Atlantique, l’empreinte du modèle structuraliste de la dénonciation (Matterlart, 2003), appelé également critique fonctionnaliste en AL (Kaplún, 2013). Cependant, dans les pays sud-américains s’est développé par la suite le modèle de la communication alternative.

6En France, nous devons à A.-M. Dardigna les travaux pionniers sur la question de la représentation des femmes dans les médias. Elle a publié deux ouvrages, le premier Femmes, femmes sur papier glacé (1974) et le deuxième La presse « féminine ». Fonction idéologique (1978). Ses travaux cherchent à dénoncer la violence symbolique produite par la représentation des femmes dans les médias, notamment dans les revues féminines. Dardigna cherche à décrypter le mécanisme par lequel cette presse véhicule un modèle de femme pour servir des logiques économiques. Ainsi, elle montre que la publicité et les articles publiés dans ces magazines produisent et reproduisent un stéréotype de femme, lequel ne correspond pas forcément à la lectrice ni à la journaliste qui a écrit l’article mais plutôt au modèle que la publicité propose, avec pour objectif de promouvoir la consommation. Pour l’auteure il y a « une fonction idéologique de la presse féminine, liée au bon fonctionnement du système économique et social » (Dardigna, 1978 : 7). L’auteure montre également comment les revues qui se voient « modernes » vont utiliser différentes techniques pour reproduire le modèle social établi. Le travail de Dardigna permet d’observer que ces revues ont traité de nouveaux thèmes tels que l’avortement (MLF oblige) et les violences contre les femmes.

  • 7 Cependant, le nombre de travaux nord-américains et européens est largement supérieur aux travaux an (...)

7En 1979, l’Unesco a publié Image, rôle et condition sociale de la femme dans les médias, un recueil des documents et recherches réalisés dans les cinq continents7. Dans le cas des publicités des pays européens, la femme n’avait pour but dans sa vie que celui de séduire et de s’attacher un homme. Les annoncés adressées aux hommes représentaient les femmes comme des êtres beaux et ardents, tout en suggérant qu’elles étaient une récompense pour les consommateurs des produits publicisés. Selon la publicité des années 1960 et 1970, pour l’homme la femme attrayante serait donc un objet de plaisirs et de consommation. Les auteures signalent que la publicité a également mis en avant une autre représentation de la femme, celle de la femme narcissique. Toujours sensuelle et consciente de sa beauté, cette femme ne s’intéressait qu’à l’opinion qu’elle avait d’elle-même. Ce nouveau stéréotype serait une réponse « de la publicité à la nouvelle définition du rôle et de l’identité de la femme que proposent les féministes » (Lorée, 1977 in Ceulemans et Fauconnier, 1979 : 14). Les recherches montrent que la publicité ne montre pas des femmes émancipées, et que lorsqu’elles ont un emploi, celui-ci est toujours en lien avec les tâches traditionnellement associées aux femmes. Par ailleurs, dans les annonces sur les produits ménagers adressés aux femmes qui travaillent, le message soulignait tant l’efficacité du produit que le gain de temps (pour la travailleuse et ménagère).

8En Amérique latine, les premiers travaux sur la représentation médiatique des femmes ont été réalisés vers la fin des années 1960. À l’époque, la plupart se sont inscrits dans une perspective marxiste, et ont montré que « la femme latino-américaine était positionnée dans le dernier chaînon de la chaine des relations asymétriques, elle était donc la victime la plus opprimée et donc marginée d’une triple exploitation : internationale, nationale et familiale. » (Charles Creel, 1996 : 38).

9Les auteures ont dénoncé le fait que les médias et la publicité montraient les valeurs et les comportements que la femme – car finalement c’est un modèle d’individu qui est proposé- doit avoir pour bien remplir son rôle dans la société, celui de mère et épouse (Garcia Prince, 1982 ; Mattelart, 1986). L’utilisation de l’amour comme outil de soumission des femmes émancipées a été dénoncée par M. Mattelart dans « Fotonovelas : la realidad entre paréntesis » (1969). En s’intéressent aux fotonovelas (photo-roman) - un genre éditorial populaire au cours des années 1960-, l’auteure montrait les paradoxes de la représentation des femmes émancipées, car si celles-ci ont bien un travail, elles sont toujours dépendantes de leurs sentiments. Les fotonovelas minimisaient les différences entre les femmes traditionnelles et les femmes émancipées, afin d’établir une seule identité féminine, dépendante des sentiments amoureux. Quelques années plus tard (1971), Mattelart analyse comment les revues féminines chiliennes réadaptent les codes du modèle traditionnel, afin de les présenter comme associés à la modernité, tout en les adaptant au contexte social. En 1975, Mattelart publie « Cuando las mujeres de la burguesía salen a la calle », où elle analyse les mécanismes idéologiques utilisés par la droite à travers les médias pour éviter que la mobilisation des femmes opposantes au gouvernement de Salvador Allende – promue par droite elle-même - produise finalement des changements dans les rôles traditionnels attribués aux femmes. Ces trois articles montrent que les médias ont promu et véhiculé des valeurs traditionnelles associées aux femmes, à la base des manifestations des femmes opposantes au gouvernement socialiste (Mattelart, 1986).

10La figure de la femme-objet a été également dénoncée, notamment dans les travaux sur la publicité réalisés au cours des années 1970. Tant en Colombie (Cadavid, 1984) qu’au Venezuela, les premiers travaux dénoncent la construction d’un stéréotype de la femme par la publicité, lequel est véhiculé par les revues féminines (Alcalá, Deirdre et Coromoto, 1975). Pour la publicité, la femme est un objet utilisé pour s’adresser à l’homme. La femme est présentée comme un être qui cherche à attirer le regard des autres, émotionnellement instable, passive, incapable de s’adapter et de prendre des responsabilités. Mais la publicité cherche également à transformer les lectrices de revues féminines en consommatrices, de produits de beauté et de mode nécessaires pour se conformer au stéréotype de la femme présenté dans les revues, mais aussi de produits pour la maison (de nettoyage, appareils électroménagers, etc.), nécessaires au rôle de mère et d’épouse, capable de bien tenir sa maison (Cadavid, 1984). Des recherches réalisées sur la publicité télévisuelle ont corroboré l’importance des représentations des femmes de type européenne et nord-américaine dans la publicité : blanches, cheveux chatains ou blonds, minces (Zornosa, 1982 ; Alcalá, Deirdre et Coromoto, 1975).

11Sachant que ces recherches s’inscrivent dans un contexte où les revendications portées par le mouvement féministe de la deuxième vague ont eu des répercussions importantes dans les sociétés occidentales, certaines auteures ont étudié au début des années 1980 l’influence que le mouvement féministe a eu sur les représentations des femmes dans les médias traditionnels et le rôle que les femmes journalistes ont dans la reproduction ou les changements de stéréotypes véhiculés dans les médias traditionnels (Franquet, 1982 ; Cadavid, 1984). Concernant la première thématique, Franquet conclut que les médias ne s’intéressent pas aux revendications des femmes : celles-ci sont considérées comme le fruit du hasard et non pas comme la conséquence logique des processus de transformation sociale. En ce qui concerne la place des femmes journalistes dans les médias, les auteures s’accordent pour affirmer que les femmes journalistes n’accèdent pas aux postes à responsabilité, sauf dans les magazines féminins où les rôles traditionnels associés aux femmes sont promus (Garcia Prince, 1982 ; Mora, 1978).

12En Amérique latine, les médias féministes s’inscrivent dans le modèle de la communication alternative, lequel s’intéresse à la production d’alternatives à une communication présentée comme dominante et aliénante (Kaplún, 2013). Dans ce cadre, certains « définissaient leur travail plutôt comme l’ouverture d’espaces pour de nouvelles voix et la promotion de l’expression sur des sujets sociaux nouveaux, contribuant ainsi à leur formation » (Kaplún, 2013 : 72). Ce courant s’est développé à partir des années 1970, mais c’est dans les années 1980 que les universités ont commencé à ouvrir leurs portes à ces professionnels. Plutôt qu’une analyse des thématiques et des représentations des femmes dans les médias alternatifs créés par et pour les femmes, les articles que nous trouvons dans les années 1980 et 1990 dans des revues scientifiques, notamment Chasqui, présentent ces médias. Ces différents médias (agences d’informations, revues, etc.) ont pour objectif affiché de proposer une communication alternative aux revues féminines nord-américaines distribuées en Amérique latine, au modèle de femme stéréotypé (Santa Cruz et Erazo, 1982). En s’appuyant sur l’idée que la communication peut être un outil de changement des sociétés, ils ont (c’est encore le cas) pour ambition de faire que les femmes deviennent un sujet – et non plus un objet- de la communication. Ces premiers médias s’adressent aux journalistes (Cimac, Fempress) et plus particulièrement aux femmes journalistes (Cimac). Si certains thèmes traités sont les mêmes que dans les médias traditionnels, ils incluent une perspective de genre. Par ailleurs, les médias alternatifs abordaient des thématiques nouvelles, non ou peu investies par les médias traditionnels (les droits reproductifs et sexuels, les violences contre les femmes, etc.).

  • 8 En Amérique latine on distingue le mouvement de femmes et le mouvement féministe (Hernández Orellan (...)

13Nous observons les premières utilisations de la notion de genre notamment dans les dossiers « Comunicación y género » (1994) de la revue Chasqui, centré sur les médias alternatifs féministes ou des femmes8, et « Formas de mujer » (1996) de la revue colombienne Signo y pensamiento, où certains articles ont adopté la perspective du genre comme catégorie d’analyse. Dans les premiers travaux réalisés à partir de la moitié des années 1990, les auteures cherchaient à expliquer le terme et son importance pour la discipline (Ayala Marin, 1997 ; Charles Creel, 1996, Reyes Aguinaga, 1997). En France, le genre comme catégorie d’analyse a commencé à être utilisé dans les SIC au cours des années 2000 (Coulomb-Gully, 2009), mais c’est vers la fin des années 2000 que les dossiers thématiques et les articles se font plus nombreux, ce qui incite Biscarrat à affirmer que l’année 2009 marque un tournant pour la discipline (Biscarrat, 2015).

Les apports du genre aux SIC en France et en Amérique latine : quelles similitudes et quelles différences ?

14Si les apports de la notion de genre dans les SIC sont observables d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, il est difficile de trouver des similitudes tant les réalités sociopolitiques et le niveau du développement de la recherche sont différents. Certes, le genre comme catégorie d’analyse a été utilisé plus tôt par les chercheur.e.s en Amérique latine qu’en France, mais cela n’implique pas que les travaux sur le genre dans les sciences de la communication sociale ont été nombreux. Tout comme l’avait remarqué d’abord Josiane Jouët (2003) et quelques années plus tard Marlène Coulomb-Gully (2009), il n’y avait pas en France de courant de recherche constitué sur le thème de genre et communication vers la fin des années 2000, très peu de travaux s’intéressaient en SIC au genre comme objet et notion. Et cela bien que la théorie féministe française soit reconnue au niveau international pour ses apports à la notion de genre.

15En Amérique latine comme en France, les premières recherches en SIC sur le genre s’attachaient à expliquer la notion et son importance pour la discipline (Ayala Marin, 1997 ; Charles Creel, 1996, Reyes Aguinaga, 1997 ; Bertini, 2009 ; Coulomb-Gully, 2006 et 2009). Mais il y a des différences, puisqu’en Amérique latine certains auteurs soulignent également l’importance de mener des recherches inscrites sur ce qu’aujourd’hui on connaît comme l’intersectionnalité, autrement-dit l’intégration des catégories de genre, classe sociale, race, ethnicité, âge afin de mieux rendre compte des phénomènes sociaux qui affectent les femmes latino-américaines (Riaño, 1996).

  • 9 Par exemple, en France, le quatrième numéro de la Revue Française des Sciences de l’Information et (...)

16Intégrer les études de genre permettrait aux SIC d’apporter un autre éclairage aux recherches sur des thématiques telles que le pouvoir, la domination et la normativité sexuelle, culturelle et sociale (Bertini, 2009). C’est dans ce cadre que la proposition de M. Coulomb-Gully d’étudier les conditions de productions médiatiques peut être comprise, car « la sélection, la présentation, l’analyse de l’information sont forcément tributaires de cette réalité propre à la sociologie du journalisme » (Coulomb-Gully, 2006 paragr.5). Dans cette perspective, nous pouvons également inscrire les travaux réalisés au milieu des années 2000 sur les inégalités de genre en ce qui concerne l’accès à Internet (Burkle, 2005), et l’usage et la représentation des usager.e.s (Bonder, 2008). Mais les travaux sur le genre ont aussi permis d’aller au-delà des thématiques sur la représentation des femmes construite par les fictions médiatiques et la publicité en s’intéressant à des sujets peu ou pas abordés jusque-là (le langage et les femmes, la représentation des femmes en politique, les violences de genre), et d’explorer de nouveaux phénomènes tels que les usages différenciés d’internet entre utilisateurs et utilisatrices. Ceux-ci ne sont qu’un aperçu des thèmes que les recherches sur le genre en SIC ont permis de développer ces dernières années9.

17Les études sur le genre en France vont produire des questionnements sur le genre lui-même. Si Isabelle Gavillet (2009) distingue l’utilisation du genre comme concept et le genre (compris comme femme, sexe) en tant qu’objet de recherche, Virginie Julliard (2013 et 2014) cherche à intégrer le genre (l’objet et le concept) dans la sémiotique, à travers la notion de « sémiotique du genre ». Celle-ci permet de reconnaître que le genre offre à la sémiotique de nouveaux objets de recherche et, en tant que concept, d’intégrer ce système de signification. Pour sa part, Marlène Coulomb-Gully (2014) va encore plus loin et propose à son tour de considérer le genre comme une méthodologie utilisable dans les sciences humaines et sociales. Nous n’avons pas trouvé de travaux similaires sur le genre dans la bibliographie utilisée pour cet article. Le genre permet aux chercheur.e.s d’AL de travailler différents objets mais également de dévoiler les rapports (les inégalités plutôt) de pouvoir entre les sexes, à travers la notion de violence symbolique développée par Pierre Bourdieu.

  • 10 C’est le cas de Chasqui mais également de la Revista Internacional de Comunicación y Desarrollo (Es (...)

18Si les premières recherches sur les médias alternatifs en Amérique latine ont plutôt privilégié la présentation d’expériences ou permis aux représentantes de ces médias d’expliquer leur démarche, les travaux actuels vont combiner la présentation et l’analyse de cas, et cela même si certains auteures de ces travaux ont participé à ces médias. Il y aurait donc, de ce point de vue, une continuité dans la tradition de la communication alternative où ceux qui créent et participent à ces médias investissent également la recherche universitaire, mais dans un contexte où ce type de recherches est moins fréquent qu’au cours des décennies précédentes. Dans ce cadre s’inscrit le travail de Valeria Fernández et Ana Soledad Gil, deux chercheures en Sciences de la Communication Sociale qui ont créé et animé un programme de radio pendant huit mois en Argentine, également diffusé sur Internet. En plus de confirmer ce que nous avons expliqué plus haut sur l’importance des médias alternatifs pour l’inclusion et le traitement de nouvelles thématiques, cette expérience a permis d’observer la réception de l’émission en dehors de l’Argentine. La diffusion sur Internet a permis de publiciser des thèmes plus rapidement, et une communauté virtuelle distincte de l’audience locale s’est créée. Les auditrices web participaient plus (en commentant les thèmes, proposant de nouvelles thématiques, etc.) que les locales. L’émission a été écoutée par des auditrices de différents pays, y compris la France, mais les plus actives étaient d’Amérique du Sud, des auditrices ayant aidé à la production du programme. Certaines revues offrent encore des espaces aux professionnels de ces médias pour publiciser leurs expériences, ce qui permet de contribuer à la réflexion sur le droit des femmes à la communication10. Les recherches sur les médias alternatifs et le genre permettent de s’intéresser à l’introduction de l’agenda féministe dans les médias traditionnels (Fernández, 2016).

19Ces dernières années, on observe tant en Amérique latine qu’en France un intérêt croissant pour le genre et internet. Certains travaux se sont penchés sur l’usage d’internet par les mouvements féministes s’inscrivant dans ce qui est appelé la troisième vague féministe (Lamoureux, 2006). En France, J. Jouët, K. Niemeyer et B. Pavard (2017) ont décidé de pallier l’absence de travaux sur cette question. Les auteures ont analysé comment Internet a transformé la structuration du mouvement et son répertoire d’action. Parmi les conclusions de leur travail, nous n’en retiendrons ici que quelques-unes : pour être visible sur Internet, le profil des féministes a dû évoluer afin d’élaborer des stratégies pour le web. Ainsi des stratégies de visibilité numérique et la communication événementielle sont employés, mais l’action militante plus classique (manifestations dans la rue, lobbying) reste essentiel. En Amérique latine certaines chercheur.e.s s’intéressent également à l’utilisation des réseaux sociaux et à l’emploi de mèmes dans les mobilisations féministes sur internet (Piñeiro Otero et Martínez Rolan, 2016). L’analyse des mèmes utilisés lors de la mobilisation autour du hashtag #ViajoSola a permis d’identifier et approfondir les formes, langages et moyens utilisés par les féministes et les internautes – toutes des jeunes femmes- afin de conceptualiser les violences de genre (Simonetti, 2016) et revendiquer la liberté des femmes.

  • 11 Sandrine Lévêque a publié un nombre important de travaux dans des revues du domaine de la science p (...)
  • 12 À l’époque, le Chili était l’un de trois pays dans le monde interdisant cette pratique médicale.

20En France, la parité en politique et la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007 sont à l’origine de plusieurs travaux sur les femmes en politique en Sciences Politiques11 mais également en SIC. A. Olivesi (2012), M. Coulomb-Gully et S. Bonnafous (2009) ont étudié les représentations des femmes politiques par les médias. Dans leurs travaux montrent que le genre est utilisé comme une catégorie d’analyse permettant de dévoiler le machisme caché des journalistes, le discours sur la différence de sexe tenu par les candidates aux élections, voire les différents types d’expression de soi des femmes politiques visibles dans la presse. En Amérique latine, bien que ces dernières années un nombre important de pays ont élu des Présidentes (le Chili lors des élections de 2006 et 2014 ; l’Argentine en 2007 et 2011 ; le Brésil en 2010 et 2014 ; le Costa Rica en 2010), les recherches sur les femmes en politique sont rares. Au Chili, une étude a analysé le discours des quatre femmes candidates à l’élection parlementaire de 2013 sur leurs comptes twitter, dans la région de Santiago (Baeza et Lamadrid, 2016). On retrouve le discours associé à la droite libéral conservatrice chilienne, car les candidates de droite ont revendiqué les rôles traditionnels de la triade femme-épouse-mère, tout en demandant l’entrée des femmes en politique mais en s’opposant à l’avortement thérapeutique12. Des différences importantes existent pour les candidates de gauche, liées aux partis politiques dont elles sont issues. La candidate du Parti Communiste n’évoque pas dans ses tweets les thématiques de genre, considérant que seule la différence de classe est importante. La candidate socialiste aborde les thématiques de genre, notamment les droits reproductifs et sexuels, le droit à l’avortement thérapeutique, alors dans le programme de la candidate à l’élection présidentielle Michelle Bachelet. Des travaux privilégiant une méthodologique ethnographique centrée sur la réception des messages médiatiques ont été développés plus récemment. On peut citer l’article d’Aimée Vega qui a mené des entretiens avec des femmes au foyer mexicaines à propos de leur réception des informations médiatiques sur la campagne présidentielle en 2000. L’auteure conclut que ces femmes ont une réception active, c’est-à-dire qu’elles participent à la construction de la signification des messages et que l’identité de genre est le facteur le plus important qui influe la réception des messages : ces femmes se sentent marginalisées du débat politique, ce qui va de pair avec leur rôle dans la famille et leur faible confiance en leurs connaissances dans le domaine politique (Vega, 2015).

21Une différence importante entre les recherches utilisant le genre comme catégorie d’analyse en Amérique latine et en France est la thématique des violences de genre. En Amérique latine, l’utilisation de concepts issus des mouvements féministes, notamment fémicide / féminicide et violence de genre, a produit un nombre important de travaux en Sciences de la Communication Sociale. Ils ont mis en évidence le traitement médiatique des violences : culpabilisation des victimes, mise en scène de la tragédie pour véhiculer des normes sociales, justification de l’assassinat de la femme, etc. Les violences de genre ont été traitées dans un dossier de la revue Comunicación y Medios (n° 30, 2014), où nous trouvons des contributions de différents pays, montrant le caractère universel du traitement médiatique sur le phénomène. Par ailleurs, les violences de genre sont l’une des thématiques de travail du groupe « Comunicación, género y diversidad sexual » dans le cadre du XIV Congrès de l’Association Latino-américaine de chercheurs en Communication Sociale, ce qui montre la montée en importance de la thématique au niveau du domaine scientifique. L’ampleur des violences de genre est visible depuis l’année 2000 en France grâce à l’enquête ENVEFF (Jaspard, 2011), cependant rares sont les travaux en SIC portant sur ce phénomène. Citons dans ce cadre le travail de Marie-Shirley Valzema (2014) sur la place du corps dans la mise en scène des violences sexuelles dans la série américaine New York : unité spéciale. Pour notre part, nous avons contribué au traitement de cette thématique en SIC, notamment à travers des études sur la communication publique de prévention, dans notre travail de thèse (2017) et dans des travaux écris parfois en collaboration avec S. Kunert (2014).

Conclusion

22Notre brève exploration sur les recherches réalisées en Amérique latine et en France permet d’observer le développement lent des recherches portant d’abord sur les représentations médiatiques des femmes et ensuite sur le genre, dans les Sciences de la Communication. Et pourtant, l’utilisation du genre comme catégorie d’analyse dans les travaux sur les médias a permis le développement d’une nouvelle forme d’observer le monde. Progressivement, les chercheur.e.s observent des nouveaux phénomènes tels que le traitement médiatique des femmes en politique ou les violences de genre et, plus récemment les représentations des masculinités. Si ces travaux intègrent l’usage d’internet et des réseaux sociaux, cela n’implique pas que les médias classiques (presse, radio, télévision) et certaines de leurs productions soient abandonnés, notamment en Amérique latine où les travaux sur les telenovelas n’ont cessé de se développer depuis les années 1980.

23A l’instar de M. Coulomb-Gully, nous pensons que l’utilisation du genre comme catégorie pour ajuster nos méthodologies peut ouvrir de nouvelles pistes pour les SIC et susciter des travaux portant sur la réception, permettant ainsi de combler un manque dans les SIC françaises et latino-américaines. Dans ce cadre, des travaux utilisant les approches méthodologiques ethnographiques pourraient s’intégrer dans les recherches en SIC, afin de mieux comprendre ce que les femmes font des messages qu’elles reçoivent.

24Intégrer le genre permet d’élargir les objets mais également d’interroger, comme le proposent B. Damian-Gaillard et S. Montañola (2014), les positions de chercheur.e.s en ce qui concerne leurs appartenance politique, sociales, genrées et orientations sexuelles, tout en prenant en compte leur incidence sur leurs recherches. Cela pourrait aider à comprendre pourquoi les travaux sur le genre en SIC sont encore majoritairement réalisés par des femmes.

25L. Biscarrat (2013) a observé quatre étapes dans les travaux sur l’analyse des médias au prisme du genre, qui permettent l’émergence d’une sorte de socle scientifique commun franco-nord-américain : la critique féministe (1960-1970), la lecture idéologique des contenus médiatiques (vers la fin des années 1970), les cultural studies (1980) et la conceptualisation des médias comme « technologie de genre » (à partir des années 1990). Si nous avons retrouvé ces étapes dans des travaux cités, les recherches latino-américains et françaises sont affectés par les différences de contextes socio-politiques et économiques et par les différences en termes de temporalité quant à l’utilisation de certaines notions et méthodologies, ce que nous amène à proposer d’élargir le travail de L. Biscarrat en s’intéressant aux utilisations du genre dans d’autres continents, afin de mieux saisir les apports du genre aux SIC et vice-versa.

Haut de page

Bibliographie

Alcalá Ana Maritza, Deidre Aerolita, Coromoto Leonor, « Contenido valorativo de la publicidad comercial », Comunicación : Estudios venezolanos de la comunicación, 1975, vol. 1-3, p. 54-63.

Ayala Marin Alexandra, « Género, mujer y comunicación », Chasqui, 1997, n° 57, p. 4-7.

Antezana Barrios Lorena et Ramírez Vallejos Ricardo, « Comunicación y género. La investigación en Chile », dans Claudio Avendaño et Carlos Del Valle (ed), Communicacion : Chile hoy, Temuco, Éditions Universidad de la Frontera, à paraître en 2018.

Baeza Reyes Andrea et Lamadrid Alvarez Silvia, « Representaciones de candidatas parlamentarias en nuevos medios de comunicación », Cuadrernos.Info, 2016, n° 39, p. 67-86. DOI : 10.7764/cdi.39.784

Bernard Françoise et Loneux Catherine, « Chercheures et recherches au féminin : point d’étape, repérage et contributions en sciences de l’information et de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2014, n° 4 En ligne. DOI : 10.4000/rsfic.829

Bertini Marie-Joseph, « Le Gender Turn, ardente obligation des sciences de l’information et de la communication françaises », Questions de communication, 2009, n° 15, p. 155-173.

Biscarrat Laetitia, « L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2013, n° 3 En ligne. DOI : 10.4000/rfsic.619

Biscarrat Laetitia, « Género, disciplinariedad y estudios mediáticos : una aproximación al caso francés », Revista Internacional de Comunicación y Desarrollo, 2015, n° 2, p. 139-147.

Bonder Gloria, « Juventud, género & TIC : imaginarios en la construcción de la sociedad de la información en América latina », ARBOR ciencia, Pensamiento y cultura, 2008, n° 733, p. 917-934.

Bonnafous Simone, « « Femme politique » : une question de genre ? », Réseaux, vol. no 120, no. 4, 2003, pp. 119-145.

Burkle Martha, « Tecnologías y brecha de género : integrando las tecnologías de información al desarrollo económico y social de las mujeres », Global Media Journal, 2005, vol. 2, n° 3. Disponible ici : http://gmje.mty.itesm.mx/

Cadavid Amparo, « Mujer y publicidad : más alla´de una imagen », Signo y pensamiento, vol. 3, n° 4, 1984, primer trimestre, p. 11-22.

Ceulemans Mieke et Fauconnier Guido, Image, rôle et condition sociale de la femme dans les médias. Recueil et analyse des documents de recherche, Paris, Unesco, 1979, 87 p.

Charles Creel Mercedes, « El espejo de Venus : Una mirada a la investigación sobre mujeres y medios de comunicación », Signo y pensamiento, 1996, n° 28, p. 37-50.

Cordonnier Sarah , « Les sciences consacrées à la communication, laboratoire disciplinaire ? Analyses exploratoires d’un discours « international » », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2017, n° 10 [En ligne]. DOI : 10.4000/rfsic.2750

Coulomb-Gully Marlène, « La Journée internationale des femmes à la télévision française : 1982-2002 », Communication, 2006, vol. 24, n° 24 En ligne. DOI : 10.4000/communication.3358

Coulomb-Gully Marlène, « Les sciences de l’information et de la communication : une discipline Gender blind ? », Questions de communication, 2009, n° 15, p. 129-153.

Coulomb-Gully Marlène, « Inoculer le Genre », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2014, n° 4 En ligne. DOI : 10.4000/rfsic.837

Coulomb-Gully Marlène, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012, 390 p.

Dardigna Anne-Marie, La presse « féminine ». Fonction idéologique, Paris, François Maspero « Petite collection maspero », 1978, 247 p.

Damian-Gaillard Béatrice et Montañola Sandy, « Genre et information médiatique en SIC : une articulation à approfondir », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2014, n° 4 En ligne. DOI : 10.4000/rsfic.1088

Fernández Hasan Valeria, « El ingreso de la agenda feminista a la agenda de medios », La Trama de la Comunicación, 2016, vol. 20, n° 2, p. 127-143.

Fernández Hasan Valeria et Gil Ana Soledad, « Estrategias del periodismo feminista : prácticas y política en la reconfiguración del espacio comunicacional », Prespectivas de la Comunicación, Universidad de La Frontera, 2014, vol. 7, n° 2, p. 42-54.

Franquet Calvet Rosa, « La mujer y su relación con los medios », Chasqui, 1984, n° 4, p. 36-43.

Gavillet Isabelle, « D’un no u-Turn en science de l’information et de la communication. Le genre : théorie, études ou point de vue ? Questions de communication, n° 16, 2009, mise en ligne le 19/01/2012.

Hernández Orellana Myriam, Quand la communication publique construit la gouvernementalité. Une comparaison des campagnes de communication pour prévenir les violences contre les femmes au sein du couple (Chili, 2006-2010 et France, 2007-2012), thèse pour obtenir le grade de Docteur en Sciences de l’information et de la communication, soutenue en mars 2017.

Hernández Orellana Myriam et Kunert Stéphanie, Quand lÉtat parle des violences faites aux femmes, La Rochelle, Ed. Lussaud, « L’impensé contemporain », 2014, 119 pages.

Jaspard Maryse, Les violences contre les femmes, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2011, 126 p.

Jouët Josiane, Niemeyer Katharina et Pavard Bibia, « Faire des vagues. Les mobilisations féministes en ligne », Réseaux, 2017, n° 201, p. 21-57.

Julliard Virginie, « Éléments pour une « sémiologie du genre » », Communication & langages, 2013, vol. 3, n° 177, p. 59-74.

Julliard Virginie, « Un mode d’appropriation des gender studies par les sciences de l’information et de la communication : la sémiotique du genre», Questions de communication, 2014, n° 25, p. 223-244.

Kaplún Gabriel, « Viejas y nuevas tradiciones en la comunicación latinoamericana », Revista Latinoamericana de Ciencias de la Comunicación, vol. 10, n° 18, janvier-juillet 2013, p. 66-76.

Lamoureux Diane, « Y a-t-il une troisième vague féministe ? », Cahiers du Genre, 2006, n° 3, p. 173-188.

Mattelart Michèle, « Femmes et médias. Retour sur une problématique », Réseaux, 2003, n° 4, p. 23-51.

Mattelart Michèle, « Apuntes sobre lo moderno : una lectura de la revista femenina », p. 29-66 in Mattelart Michèle, La cultura de la opresión femenina, México, Ediciones Era S.A., « Serie popular », 1986.

Mattelart Michèle, La cultura de la opresión femenina, México, Ediciones Era S.A., « Serie popular », 1986, 207 p.

Mora Rosita, « La comunicadora en Colombia : objeto subestimado, pero que vende », 1978 in Cadavid Amparo, « Mujer y publicidad : más allá de una imagen », Signo y pensamiento, 1984, vol. 3, n° 4.

Olivesi Aurélie, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, PUM, 2012, 313 p.

Padilla Dolores et Rodríguez Luisa, « Desafíos de la mujer ecuatoriana », Chasqui, 1982, n° 4, p. 50-55.

Piñeiro Otero Teresa et Martínez Rolán Xabier, « Los memes en el activismo feminista en la Red. #ViajoSola como ejemplo de movilización transnacional », Cuadernos.info, 2016, n° 39, p. 17-37. DOI : 10.7764/cdi.39.1040

Reyes Aguinaga Hernán, « El enfoque de género en los medios », Chasqui, n° 57, 1997, p. 11-15.

Riaño Pilar, « El género en la comunicación : Las contribuciones de las mujeres », Signo y pensamiento, 1996, n° 28, p. 51-66.

Safar Elizabeth, « Entrevista a Evangelina García Prince : Discriminación de la mujer, un problema cultural », Chasqui, 1982, n° 4, p. 4-10.

Santa Cruz Adriana et Erazo Viviana, « Comunicación alternativa versus modelo transnacional femenino », Chasqui, n° 4, 1982, p 44-49.

Simonetti Ilaria, « Violence (et genre) », Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, 2016, pp. 681-690.

Valzema Marie-Sherley, « Violences sexuelles : du corps étranger à l’étrangeté des corps », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2014, n° 4, [En ligne]. DOI : 10.4000/rfsic.729

Vega Montiel Aimée, « La lucha por dejar de ser función y ser Sujetas : Mujeres y espacio público político en México », Dialogos de la Comunicación, n° 75, 2015, p. 1-16.

Zornosa Ana Lucía, « México : formación de un patrón transnacional femenino», Chasqui, n° 4, 1982 p. 18-26.

Haut de page

Notes

1 Pendant les années 1970 un nombre important des pays du continent sud-américain ont connu des dictatures militaires, ce qui a empêché le développement d’un espace académique d’échange et de discussion libre, à travers l’intervention des universités, l’exonération des professeurs et des étudiant-e-s, etc. Par exemple, la dictature instaurée au Chili à partir de 1973 (et jusqu’en 1990) a interrompu la recherche en SIC qui était développée jusque là autour de l’approche critique centrée sur la dénonciation et le rapport entre les médias et la société (Antezana Barrios et Ramírez Vallejos, à paraître).

2 Nous n’avons pas inclus dans cette revue de l’état de l’art des travaux brésiliens écrits en portugais.

3 Cette notion n’a été employée qu’au cours des années 1990 dans certaines revues en SIC.

4 La revue Chasqui (Equateur) est l’une des plus anciennes en SIC en Amérique latine, elle a été créée en 1972. Éditée par le Centro Internacional de Estudios Superiores de Comunicación para América Latina (Ciespal), elle n’a été interrompue que pendant deux ans au cours de ses quarante années d’existence (1979 et 1980).

5 Cette revue a été créée en 1982, par la Faculté de Communication et Langage de la Pontificia Universidad Javeriana. Elle est également l’une des plus anciennes d’Amérique latine.

6 Nous avons trouvé trois dossiers publiés, deux dans les revues chiliennes Comunicación y Medios (2014) et Cuadernos.Info (2016), et un autre dans Chasqui (2017).

7 Cependant, le nombre de travaux nord-américains et européens est largement supérieur aux travaux analysés en Amérique latine, Afrique et Asie.

8 En Amérique latine on distingue le mouvement de femmes et le mouvement féministe (Hernández Orellana, 2017), par ailleurs non pas toutes les femmes qui participaient dans ces médias se considéraient féministes (Padilla et Rodríguez, 1982).

9 Par exemple, en France, le quatrième numéro de la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication (2014) a publié deux grands dossiers : « Recherches au féminin en Sciences de l‘Information et de la Communication » et « Émergences : le genre dans la communication et les médias ». Dans le premier, on peut lire des travaux sur les femmes immigrées d’Afrique de l’Ouest, la sous-représentation des femmes dans le patrimoine, etc. Dans le deuxième, on peut lire des travaux de jeunes chercheur.e.s sur les réseaux sociaux, la télévision, la presse. Au Chili, la revue Cuadernos de Información a publié en 2016 un dossier où l’on trouve des articles sur le maintien des stéréotypes de genre dans la consommation des médias, les représentations de genre dans des séries de télévision locale, etc.

10 C’est le cas de Chasqui mais également de la Revista Internacional de Comunicación y Desarrollo (Espagne), qui trouve son origine dans le réseau Europe-Amérique latine de communication et développement.

11 Sandrine Lévêque a publié un nombre important de travaux dans des revues du domaine de la science politique, souvent en co-auteure avec une politiste.

12 À l’époque, le Chili était l’un de trois pays dans le monde interdisant cette pratique médicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Hernández Orellana, « Le genre comme catégorie d’analyse dans les SIC : un dialogue entre l’Amérique latine et la France est-il possible ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3580 ; DOI : 10.4000/rfsic.3580

Haut de page

Auteur

Myriam Hernández Orellana

Enseignante contractuelle à l’Université de Lille 3, Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication, Membre associée du CEDITEC (EA 3119), Université Paris-Est.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page