Navigation – Plan du site
Vie des Labos

Perspectives de recherche en Communication Organisationnelle au Brésil : coopération entre les laboratoires GRIP (UFMG) et le DIALORG (PUC-Minas)

Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Cristina Salgueiro Marques

Texte intégral

  • 1 C’est en tenant compte de cette dynamique que les discussions du groupe aboutissent, en 2008, à la (...)

1Le Groupe de Recherche Communication dans le contexte organisationnel : aspects théoriques et conceptuels (DIALORG) est coordonné depuis 2004 par la professeure Ivone de Lourdes Oliveira et s’articule autour de professeurs/chercheurs et étudiants du Programme de Post-graduation en Communication Sociale de la Pontificia Université Catholique de Minas Gerais, PUC-Minas. Le principal centre de recherche du groupe DIALORG est de réfléchir et discuter, dans l’axe de recherche « Médiatisation et processus d’interaction » du Programme de Master, de la constitution d’un champ théorique et conceptuel pour la pratique de la communication organisationnelle en tant que processus constitutif de la complexité des relations entre les organisations et la société.1

2La perspective relationnelle et stratégique de la communication organisationnelle caractérise l’approche et la pensée du groupe dans un lieu de parole propre, singulier et solide. En témoignent les travaux de recherche réalisés au sein du groupe et finalisées récemment et qui ont montré que la communication dans le contexte des organisations doit être comprise comme la possibilité d’établir des échanges et des négociations dans lesquels la diversité et la tolérance sont présentes. Si l’on considère que la communication organisationnelle est un processus de construction et de production conflictuelle de sens dans le contexte des relations interpersonnelles, la notion de complexité nous amène à réfléchir à la façon dont les individus jouent différents rôles sociaux, en construisant des identités multiples et en leur permettant de s’engager dans des conversations dans lesquelles ils justifient leur points de vue entre amis, personnes connues, collègues de travail ou étrangers. Les relations de découverte de soi et la réalisation de soi que nous gardons pour nous (et qui ne font sens que dans le contexte intersubjectif), les réseaux que nous établissons tout au long de notre vie, les expériences personnelles et collectives au sein de la communauté nous disent, comme le souligne Edgar Morin, « que ce n’est pas uniquement la société qui est complexe, mais chaque atome du monde humain » (2005, p. 88).

  • 2 Le premier Séminaire international sur la communication organisationnelle, organisé en novembre 201 (...)

3Le Groupe de Recherche en Interactions en Pratiques et Processus Organisationnels (GRIP/UFMG), quant à lui, est coordonné depuis 2011 par la professeure Ângela Marques et s’articule autour de professeurs/chercheurs et étudiants du Programme de Post-graduation en Communication Sociale de l’Université Fédéral de Minas Gerais (UFMG). Les intérêts d’investigation scientifique qui animent les deux groupes sont très proches, ce qui leur a permis de travailler en collaboration depuis la réalisation du premiet Séminaire International de Communication Organisationnelle (SICO), qui a eu lieu à Belo Horizonte en novembre 2013. Le Séminaire est actuellement dans son IVème édition et se consolide comme l’une des rencontres scientifiques les plus importantes dans le champs de la Communication Organisationnelle au Brésil.2

4Le principal intérêt de recherche du GRIP est la constitution de liens sociaux dans la contemporanéité en considérant la communication dans le contexte des organisations comme un espace privilégié d’observation des processus communicationnels qui dessinent des dynamiques interactives entre organisations et publics à l’intérieur des institutions aussi bien qu’avec l’extérieur. Étant donné cet horizon conceptuel nous pouvons identifier trois axes thématiques intimement liés : a) la généalogie des publics à partir de leurs pratiques et liens sociaux, politiques et communicationnels ; b) les liens de domination et leurs points de conflit dans les dispositifs hiérarchisés. Nous sommes intéressés par les processus par lesquels les échanges discursifs nourrissent les pratiques en prenant comme référence les processus de médiatisation, communication stratégique, individualisation, consommation qui accompagnent la production de questions d’intérêt publique et de configuration des frontières mobiles entre public et privé ; c) les concepts de public et d’espace public font donc l’objet d’un intérêt particulier du groupe qui les utilisent d’une façon relationnelle, inspiré par les théories de l’action dans ces diverses facettes analytiques aussi bien que par les réflexions portant sur les structures de pouvoir qui donnent forme à des disputes de sens et à des combats politiques.

Un agenda commun de discussion

5Ces deux laboratoires visent à participer à la constitution d’un champ théorique-conceptuel pour la pratique de la communication organisationnelle au Brésil. Ainsi, ils opèrent dans une matrice théorique commune qui privilégie une perspective critique de la Communication Organisationnelle, en soulignant l’interaction inter-personnelle, vu que le processus communicationnel est constitué de sujets et que l’organisation elle-même est un acteur social en interaction avec d’autres sujets. L’interface entre les chercheurs qui y collaborent se produit dans un contexte d’intensification du débat autour d’une redéfinition théorique et pratique du champ d’investigation en quête d’une approche plus complexe et critique de la Communication Organisationnelle. Cette perspective nous présente la Communication comme un processus de construction, circulation, déconstruction et reconstruction de sens qui prend place à partir d’intérêts distincts, parfois contradictoires, qui émergent de l’interaction entre des sujets individuels et collectifs. Elle nous offre aussi l’opportunité de réfléchir sur les pratiques de communication qui traversent les réseaux de contextes et situations articulés par les organisations et leurs discours.

6La communication est donc focalisée à partir d’un contexte formé par la relation entre les interlocuteurs qui s’y inscrivent : l’organisation est alors perçue comme sujet relationnel complexe qui, en interaction constante avec leurs membres et avec la société, configure un contexte pluriel d’énonciation et d’échange. Ainsi, l’approche communicationnelle de ce contexte et des expériences vécues par et dans les organisations s’intéresse à l’analyse de l’interaction en essayant de voir comment elle peut actualiser la relation établie entre l’organisation et ses interlocuteurs, surtout au moment de la constitution continue de lieux de parole où chacun doit prendre position devant les autres pour que le sens soit construit, reconstruit et négocié dans une délicate opération discursive (Oliveira, 2009).

7Une telle articulation conceptuelle est dans une large mesure issue d’une perception de la Communication en tant qu’interactions entre interlocuteurs, discours, dispositifs, espaces conversationnels et interprétations. Elle réduit les distances, l’écart entre les différences et confère une proéminence à la singularité de l’expérience vécue. Si nous prenons l’affirmation de Maia et França, selon laquelle « étudier la communication est étudier la relation entre des sujets interlocuteurs ; la construction commune de sens dans le contexte d’échanges symboliques négociés par différents dispositifs » (2003, p. 199), il est impossible d’oublier les dimensions pratique et relationnelle qui incluent « les gestes, les attitudes, ainsi que les significations qui les animent (dimension symbolique, présence du sens), en cherchant à cerner le mouvement réflexif qui guide la configuration du processus communicationnel » (França, 2008, p. 86).

8La communication qui a lieu dans le contexte des organisations n’a pas comme objet les institutions elles-mêmes, mais la dynamique très communicationnelle en mettant l’accent sur l’environnement organisationnel. Cette perspective a donné lieu à la pratique dans certains sujets sur lesquels notre attention est attirée : (a) les interactions dans le contexte intra et extra-organisationnel ; (b) la production de significations par les sujets dans le périmètre organisationnel ; (c) la production discursive de et dans les organisations ; (d) les relations de pouvoir issues des relations intra et extra-organisationnelles. Nous croyons que c’est de cet ensemble de thèmes qu’émergent les divers objets empiriques de la recherche actuelle qui font partie du champs de la « communication organisationnelle ». Nous avons tendance à considérer davantage la communication organisationnelle (ou dans le contexte des organisations) comme un thème parmi tant d’autres que les études de communication peuvent prendre comme objets. D’une certaine façon, on peut dire que notre travail peut mettre en cause les relations complexes qui se produisent au sein des organisations – dans des relations à différents niveaux (relations interpersonnelles, inter groupe, institutionnelles) et de toutes les organisations de la nature (public, privé ou le "troisième secteur").

9Dans ce processus, d’autres domaines (sociologie et administration, en grande partie) s’intéressent à la communication organisationnelle, favorisant l’influence sur le domaine de la communication. Cependant, l’influence inverse se produit dans une moindre mesure et offre peu de réciprocité (peut-être expliquée par des caractéristiques bien adaptées au développement hétéronome de la zone de communication). À notre avis, nous ne croyons pas que ce soit le cas de marquer la spécificité de la Communication organisationnelle et de se constituer comme un champ, mais d’approfondir le thème dans ses dialogues avec les différentes spécialités scientifiques. L’approfondissement du thème peut apporter une plus grande richesse de perspectives, à condition que le débat soit vraiment qualifié. Et il peut aussi produire un autre effet qui, jusque-là limité, mais a pris de l’importance : contribuer à une large majorité des études en sciences de la communication.

10Concernant les préoccupations spécifiques qui guident nos recherches et études en communication organisationnelle, nous soulignons que nos objets d’analyse ne sont souvent pas les organisations elles-mêmes, mais la configuration de liens et de processus d’interaction et de réflexion qui font partie de la dynamique entre organisations et publics, au sein des organisations et de manière organisationnelle. En ce sens, les organisations sont plus comme un lieu d’observation de ces relations et comme un acteur important du processus social. De plus, nous affirmons que les notions d’espace public et de public sont centrales pour comprendre les liens et dynamiques de communication que nous souhaitons comprendre. Nous croyons que la prééminence de ces notions pointe vers une contribution historique des Relations Publiques à penser comme de la Communication : le biais politique (dans la relation entre privé et public), la formation et le mouvement du public (dans le contexte de la société de masse), la formation de l’opinion publique, la visibilité, les controverses publiques.

11Les deux laboratoires se consacrent également à développer des réflexions sur la formation des publics à partir des liens de sociabilité, de la qualité et de la dynamique de ces liens et des tensions et relations de pouvoir qui constituent de tels liens au sein des dispositifs hiérarchiques. Autrement dit, nous cherchons à répondre à la façon dont les publics de la société sont formés et évoluent dans leur relation avec les organisations et les conditions de cette relation en termes de pratiques de pouvoir. Cela implique de porter notre attention sur les flux discursifs dans la formation des questions publiques et des controverses et qui, à tout moment, interfèrent dans la tension dynamique entre les frontières du privé et du public. Nous reconnaissons que cela peut être vu, entre autres, à travers les processus de médiatisation, de communication stratégique, de consommation et d’individualisation. Peut-être, parmi ces éléments, devrions-nous mettre davantage l’accent sur la question de la stratégie et de la communication stratégique. Cependant, nous ne considérons pas la communication stratégique comme privilégiée dans les interactions établies au sein des organisations, mais comme un facteur présent dans les relations publiques (c’est-à-dire que nous considérons la stratégie comme une pratique des différents acteurs publics). Cela suppose d’échapper à la vision unilatérale de la stratégie en faveur d’une vision relationnelle (et réflexive), tout en se référant à la condition publique de ces processus que nous cherchons à comprendre.

L’approche critique et quelques repères pour continuer le débat

  • 3 Voir à propos de cette thématique : OLIVEIRA, Luciana ; MARQUES, Angela. Entrecruzamentos de prátic (...)

12Un regard critique sur la communication stratégique au sein des pratiques de gestion traditionnelles met l’accent sur des formes participatives de communication éclairées par les notions de discours, d’humanisation, de négociation, de médiation de conflits, d’argumentation et de dialogue. De ce point de vue, les organisations sont perçues comme des entités produisant un sens qui donne forme à des modes particuliers de compréhension. Les analyses des métaphores, des symboles, des mythes, des rituels, des histoires, des récits et des discours sont caractéristiques du rôle central conféré à la communication dans la production et la reproduction des cultures organisationnelles. La dynamique de l’interlocution des organisations auprès de différents publics est également appréciée, en mettant l’accent sur l’importance de l’imposition du pouvoir et de la configuration des pratiques de résistance3. Les organisations sont considérées comme des constructions discursives, mettant l’accent sur le rôle de réflexion des discours dans leur dynamique communicationnelle, leur culture organisationnelle et la formation du capital social dans les interactions internes et externes.

13Un problème fondamental qui se pose lorsque nous traitons des organisations dans le quotidien (vu qu’elles sont imbriquées dans nos expériences) est de les traiter comme des entités privées, même si elles sont reconnues dans le cadre du contexte social. Il y a, bien sûr, un angle mort dans ce point de vue, qui concerne les organisations qui ne sont pas privées (dans le sens de la propriété). Du point de vue de la direction, elles sont généralement considérées comme des organisations commerciales privées. Pour cette raison, une attention renouvelée aux frontières ténues entre public et privé reste un défi pour comprendre les organisations, comme des êtres sociaux qui font partie de la société. Rien de tout cela ne peut être compris, d’ailleurs, sans tenir compte des liens qui produisent les arrangements collectifs, des formes d’association et de cadeaux. Nous ne pensons pas qu’il soit une question de donner la centralité, comme beaucoup le suggèrent, à l’organisation privée (entendue comme organisation privée capitaliste), mais qu’il faut analyser le cadre institutionnel des différentes organisations, telles qu’elles sont liées entre elles, étroitement liés à l’influence mutuellement dans les sociétés complexes, en relation à nos individualités.

14Il est possible de percevoir qu’il y a beaucoup de confusion en ce qui concerne les théories de la communication organisationnelle, surtout quand elles jouent un rôle normatif. À partir du moment où nous établissons une division entre les approches critiques et instrumentales, nous avons tendance à considérer celles du second type comme prescriptives et non comme les premières. Cependant, même dans les explications du biais critique, beaucoup d’entre elles sont la base pour générer des questions éthiques et un « devoir » organisationnel, et souvent elles sont établies dans un sens qui est aussi normatif (même qui est idéalisé). Il y a toujours une tension dans ce domaine entre ce qui est expliqué et ce qui s’applique - après tout, il ne faut pas oublier qu’il y a, en effet, un champ de pratiques professionnelles dédiées à la communication organisationnelle, avec un sens fort. Cependant, il n’est pas possible de tracer des limites très rigides de ce terrain : ce que nous essayons réellement de faire, c’est de comprendre les processus (leur logique et leur dynamique).

  • 4 Voir à propos de cette thématique : MARQUES, Angela ; MAFRA, Rennan. Diálogo no contexto organizaci (...)

15En ce qui concerne les possibilités de dessins et de trajectoires méthodologiques, nous croyons qu’un chemin productif est de décrire et d’analyser la dynamique (en essayant de capturer leurs significations logiques). Comme nous traitons de dynamiques qui sont en elles-mêmes complexes, cette compréhension à travers des études empiriques se produit inévitablement en construisant des modèles analytiques qui peuvent capturer au moins quelques aspects pertinents de ce processus et des éléments de cette logique. Quand nous évaluons la dynamique organisationnelle à travers la perspective discursive et dialogique4, il devient central d’observer que les sens n’existent pas dans la tête des acteurs sociaux en tant que structures cognitives qui leur sont utiles pour connaître une réalité qui les entoure. Les objets du monde acquièrent un sens à partir des dynamiques intersubjectives (rituels, conversations quotidiennes, pratiques discursives) qui créent la réalité sociale dans son aspect symbolique et matériel. Nous sommes intéressés à mieux comprendre quel type de communication organisationnelle s’avère capable de promouvoir l’ouverture de canaux dialogiques qui permettent une appréciation plus reconnaissante et juste des personnes.

16Nous soutenons que la perspective critique de la communication organisationnelle est fondamentale et prometteuse pour comprendre les interactions et les tensions du pouvoir dans l’environnement organisationnel et dans sa relation avec la société à partir du domaine de la communication. Notre regard met en lumière le tissu complexe de relations et de passages entre les pratiques individuelles, collectives, les relations intersubjectives et le contexte dans lequel elles se développent. Nous savons que les significations construites par la relation sont toujours politiques et créées à partir des relations de pouvoir (Mumby, 2010). Ainsi, la communication devient à la fois un moyen de maintenir des intérêts dominants et une manière de faire émerger des significations particulières de l’interaction sociale.

17Les interactions et articulations collaboratives remettent en question les positions existantes, permettant de reformuler ce qui est tenu pour acquis à la lumière des différences clairement placées. Considérer la communication dans les contextes organisationnels de travail comme une question de technique de transmission de l’information, mais aussi de gestion totale par les stratèges organisationnels, c’est ignorer la participation du travailleur en tant qu’interlocuteur actif dans la construction de ce processus communicationnel. C’est là qu’apparaît la confrontation entre les flux de pouvoir et les expériences de résistance.

18Chaque jour, les gens expérimentent la violence symbolique dans le contexte du travail parce que les formes institutionnelles créent des systèmes de différence qui construisent et positionnent les gens de l’intérieur ou de l’extérieur, dignes ou indignes, valables ou sans valeur. Les études organisationnelles critiques problématisent les relations entre le pouvoir, le discours et les manières d’organiser les relations intersubjectives dans une répartition inégale des ressources discursives, politiques et matérielles.

19Les concepts de pouvoir et de résistance ne doivent pas être traités comme des pôles dichotomiques, puisqu’ils émergent dans une dynamique singulière marquée par une lutte impliquant des alternances d’hégémonie et d’idéologie (Mumby, 2010). La notion de conflit de significations est emblématique des façons dont le pouvoir et la résistance opèrent de manière articulée et, paradoxalement, contribuent à la promotion de l’ordre et du désordre (Marques et Oliveira, 2012).

20Nous soutenons ainsi qu’une telle forme plurielle de manifestation et d’appréhension de l’objet multiforme de la communication organisationnelle n’exclut pas les contributions d’autres domaines. La revendication d’une place appropriée pour ce domaine ne se sépare pas des dialogues entre différentes disciplines. Au contraire, la richesse des discussions interdisciplinaires ne fait qu’ajouter (voire réviser) les méthodes d’approche du regard communicationnel. Cependant, il est nécessaire de trouver une manière unique de regarder les objets et les phénomènes communicationnels, en augmentant les possibilités d’avancées.

Haut de page

Bibliographie

Baldissera, R. (2009). A teoria da complexidade e novas perspectivas para os estudos de comunicação organizacional. In M. M. K. Kunsch. (Ed.), Comunicação organizacional : histórico, fundamentos e processos, vol. I. (pp. 135-164). São Paulo, Brasil.

Baldissera, R. (2009b). A comunicação no (re) tecer da cultura organizacional. Revista Latinoamericana de Ciencias de la Comunicación, 10, 52-62.

BALDISSERA, Rudimar. “Comunicação organizacional : uma reflexão possível a partir do paradigma da complexidade”. In : OLIVEIRA, Ivone ; SOARES, Ana. Interfaces e Tendências da comunicação no contexto das organizações. São paulo : Difusão, 2008, pp. 149-177.

Curvello, J. J. A. (2001). Autopoiese, sistema e identidade : a Comunicação Organizacional e a construção de sentido em um ambiente de flexibilização nas relações de trabalho. Tese de doutoramento, Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo, Brasil.

Curvello, J. J. & Fagundes, E. J. (2014). Comunicação Organizacional e Relações Públicas nos programas de pós-graduação em Comunicação nas regiões Centro-Oeste, Nordeste e Norte do Brasil. In C. P. de Moura & M. A. Ferrari. (Eds.). A pesquisa em Comunicação Organizacional e em Relações Públicas : metodologias entre a tradição e a inovação (pp. 192-200). Porto Alegre : EDIPUCRS.

DEETZ, Stanley. Comunicação Organizacional : fundamentos e desafios. In : MARCHIORI, M. (org.). Comunicação e Organização : reflexões, processos e práticas. São Caetano do Sul : Difusão, 2010, pp. 83-101.

França, V. R. V. (2006). Sujeitos da comunicação, sujeitos e comunicação. In C. Guimarães ; V.R.V. França (eds.), Na mídia, na rua : narrativas do cotidiano (pp. 13-29). Belo Horizonte : Autêntica.

FRANÇA, Vera. “Louis Quéré : dos modelos da comunicação”, São Leopoldo : Revista Fronteiras, V.5, n°. 2, 2003, p. 37-51.

FRANCA, Vera. Interações comunicativas : a matriz conceitual de G. H. Mead. In : PRIMO, Alex ; OLIVEIRA, A.C. ; NASCIMENTO, G. ; RONSINI, V.M. (Orgs.). Comunicação e Interações. 1 ed. Porto Alegre : Sulina, 2008, V. 1, p. 71-91.

Kunsch, M. M. K. (2009). Percursos paradigmáticos e avanços epistemológicos nos estudos da comunicação organizacional. In M. M. K. Kunsch (Ed.), Comunicação Organizacional : histórico, fundamentos e processos (pp. 63-89). São Paulo : Saraiva.

Kunsch, M. M. K. (2015a). O campos acadêmicos em Comunicação Organizacional e Relações Públicas no Brasil : caracterização, pesquisa científica e tendências. Revista Internacional de Relaciones Públicas, 5(10), 105-124.

Kunsch, M. M. K (2015b, setembro). A produção científica em Comunicação Organizacional Relações Públicas nos programas de pós-graduação no Brasil : identificação, temáticas e tendências. Comunicação apresentada no XXXVIII Congresso Brasileiro de Ciências de Comunicação. Rio de Janeiro.

Kunsch, M. M. K. (2011). A pesquisa empírica em comunicação organizacional e em relações públicas no Brasil : conquistas, tendências e desafios. In M. Barbosa ; O. J. De Moraes (Eds.), Quem tem medo da pesquisa empírica em comunicação ? (pp. 463-483). São Paulo : Intercom.

Kunsch, M. M. K. (2014). Comunicação organizacional e relações públicas nos programas de pós-graduação em comunicação na região sudeste do Brasil. In C. P. de Moura ; M. A. Ferrari. (Eds.), A pesquisa em comunicação organizacional e em relações públicas : metodologias entre a tradição e a inovação (pp. 156-179). Porto Alegre : Editora Edipucrs.

LIMA, Fábia. Possíveis contribuições do paradigma relacional para o estudo da comunicação no contexto organizacional. In : OLIVEIRA, Ivone Lourdes de ; PAULA, Carine F. Caetano de. Interfaces e tendências da comunicação no contexto das organizações. São Paulo, Ed. Difusão, 2008.p. 109 a 127.

Mafra, R. & Marques, Â. (2015). Diálogo e organizações : cenas de dissenso e públicos como acontecimento. In Â. Marques ; I. de L. Oliveira (Eds.), Comunicação Organizacional : dimensões epistemológicas e discursivas (pp. 185-193). Belo Horizonte : Fafich/ UFMG.

MAIA, R. C ; FRANÇA, V. R. A comunidade e a conformação de uma abordagem comunicacional dos fenômenos. In : LOPES, M. I. V (org.). Epistemologia da comunicação. Rio de janeiro : Ed. PUC Rio ; São Paulo : Loyola, 2003, p. 187-204.

MARQUES, Angela ; MAFRA, Rennan. Diálogo no contexto organizacional e lugares de estratégia, argumentação e resistência. Organicom (USP), V. 10, p. 72-84, 2013.

MARQUES, Angela ; MAFRA, Rennan. O diálogo, o acontecimento e a criação de cenas de dissenso em contextos organizacionais. Dispositiva - Revista do Programa de Pós-Graduação em Comunicação Social da Faculdade de Comunicação e Artes da PUC Minas, V. 2, p. 2-20, 2014.

Marques, Â. & Oliveira, L. (2012). Poder e resistência : breve reflexão teórica sobre o papel do humor nos conflitos público-privados em contextos organizacionais. Ciberlegenda, 1, 99-110.

Marques, Â. & Oliveira, I. L. (Eds.). (2015). Comunicação Organizacional : dimensões epistemológicas e discursivas. Belo Horizonte : Faculdade de Filosofia e Ciências Humanas/UFMG.

Oliveira, I ; A. Pennini ; I. Mourão (Eds.) (2015). Compreendendo um campo de conhecimento : reflexões epistemológicas sobre a comunicação Organizacional a partir de autores Brasileiros (pp. 5-11). Curitiba, PR : CRV.

OLIVEIRA, Ivone de Lourdes. Espaços dialógicos e relacionais nas organizações e sua natureza ético-política. In : Margarida M. Krohling Kunsch. (Org.). Linguagem, gestão e perspectivas. São Paulo : Saraiva, 2009, V. 2, p. 321-332.

QUÉRÉ, Louis. D’un modéle epistemologique de la comunication a un modèle praxeologique. Réseaux, V.9 nº 46-47 CNET, 1991, p. 69-90.

Mattos, M. Â. & Villaça, R. C. (2012). Aportes para nova visada da metapesquisa em comunicação. Comunicação & Sociedade, 33, 202-220.

Mumby, D. (2010). Reflexões críticas sobre comunicação nas organizações. In M. M. K. Kunsch (Ed.). A comunicação como fator de humanização das organizações (pp. 19-39), São Paulo : Difusão.

Mumby, D. (2009). A comunicação organizacional em uma perspetiva crítica. Organicom, 10-11, 191-207.

OLIVEIRA, Luciana ; MARQUES, Angela. Entrecruzamentos de práticas de resistência e discursos de humor nos conflitos entre público e privado em contextos organizacionais In : Comunicação, discurso, organizações.1 ed. São Caetano do Sul (SP) : Difusão, 2013, V.1, p. 179-194.

OLIVEIRA, Luciana ; MARQUES, Angela. A imagem de organizações públicas e o sentido de público no discurso de charges sobre Belo Monte. Líbero (FACASPER), V. 15, p. 59-70, 2012.

Oliveira, I. de L. & Paula, M. A. (2012). Processos e Estratégias de Comunicação no contexto das organizações. In I. de L. Oliveira ; F. P. Lima (Eds.), Propostas conceituais para a comunicação no contexto organizacional (pp. 24-38). São Caetano do Sul, SP : Difusão Editora ; Rio de Janeiro : Editora Senac-Rio.

Haut de page

Notes

1 C’est en tenant compte de cette dynamique que les discussions du groupe aboutissent, en 2008, à la production de l’ouvrage Interfaces et tendances de la communication dans le contexte des organisations (Difusão Editora, 2008), organisée par Ivone de Lourdes de Oliveira et Ana Thereza Nogueira Soares. Dans le but de débattre les interfaces entre des perspectives épistémologiques dans la recherche du champ de la Communication Organisationnelle, cette publication constitue une référence dans l’analyse du champ de la communication dans le contexte des organisations.

2 Le premier Séminaire international sur la communication organisationnelle, organisé en novembre 2013 à l’UFMG, où des universitaires, des théoriciens et des professionnels de tout le Brésil ont discuté des dimensions théoriques, humaines et discursives de la communication organisationnelle. Critical Approach of Organizational Communication: methodological and theoretical questions, conduit par le Professeur Dennis Mumby, da University of North Carolina at Chapell Hill, en tant qu’invité international. En 2014, s’est tenu le II ème Séminaire international sur la communication organisationnelle, dont le thème central était les dimensions épistémologiques et discursives de la communication dans le contexte des organisations. L’événement de 2014 a été suivi par trois professeurs et chercheurs français : Gino Gramaccia (Laboratoire MICA, Université Bordeaux 3), Nicole D’Almeida (Université Celsea / Paris IV Sorbonne) et Jacques Bonnet (Cosmos, Université de Bourgogne). En plus des chercheurs internationaux invités, 10 autres professeurs brésiliens en communication organisationnelle avec une trajectoire solide dans le champ de recherche ont participé aux tables rondes. Le III Séminaire international sur la communication organisationnelle : approches conceptuelles et méthodologiques, a compté également avec la participation de grands chercheurs internationaux tels que Nicole D’Almeida (Université Paris IV - Sorbonne), Gino Gramaccia (Université Bordeaux), Jean-Luc Moriceau (Télécom École de Management) et Pablo Múnera Uribe (Universidad Pontificia Bolivariana).

3 Voir à propos de cette thématique : OLIVEIRA, Luciana ; MARQUES, Angela. Entrecruzamentos de práticas de resistência e discursos de humor nos conflitos entre público e privado em contextos organizacionais In : Comunicação, discurso, organizações.1 ed.São Caetano do Sul (SP) : Difusão, 2013, v.1, p. 179-194. OLIVEIRA, Luciana ; MARQUES, Angela. A imagem de organizações públicas e o sentido de público no discurso de charges sobre Belo Monte. Líbero (FACASPER), v. 15, p. 59-70, 2012.

4 Voir à propos de cette thématique : MARQUES, Angela ; MAFRA, Rennan. Diálogo no contexto organizacional e lugares de estratégia, argumentação e resistência. Organicom (USP), v. 10, p. 72-84, 2013. MARQUES, Angela ; MAFRA, Rennan. O diálogo, o acontecimento e a criação de cenas de dissenso em contextos organizacionais. Dispositiva - Revista do Programa de Pós-Graduação em Comunicação Social da Faculdade de Comunicação e Artes da PUC Minas, v. 2, p. 2-20, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Cristina Salgueiro Marques, « Perspectives de recherche en Communication Organisationnelle au Brésil : coopération entre les laboratoires GRIP (UFMG) et le DIALORG (PUC-Minas) », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3587 ; DOI : 10.4000/rfsic.3587

Haut de page

Auteurs

Ivone de Lourdes Oliveira

Docteur en Communication et Culture (UFRJ). Professeur du programme de master de la Faculté de Communication et Art de la PUC Minas. Mél : ivonepucmg@gmail.com

Articles du même auteur

Ângela Cristina Salgueiro Marques

Docteur en Communication Social (UFMG). Professeur du programme de post-graduation en Communication Social de l’Université Fédérale de Minas Gerais. Mél : angelasalgueiro@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page