Navigation – Plan du site
Spicilège

Intelligence territoriale en Tunisie : sachants et/ou acteurs

Vincent Meyer, Mohamed Haddad, Balkis Mzioudet Faillon, Syrine Ben Slymen et Fadhila Tlig

Résumés

Ce travail est une ébauche de plusieurs études doctorales en Sciences de l’information et de la communication traitant la question de l’intelligence territoriale. Il est ancré dans un contexte spécifique, à savoir des zones arides, fragiles et menacées en Tunisie. Dans le cadre d’une valorisation de ces territoires, les questions de communication publique et territoriale sont couplées à des interrogations méthodologiques. Le choix des dispositifs d’intelligence territoriale s’opère par les acteurs institutionnels et non institutionnels qui ont pour objectif de définir les éléments identitaires. Ainsi, les pratiques de l’intelligence territoriale regroupent-elles la surveillance environnementale, la protection des patrimoines naturel matériel et immatériel, le renforcement des échanges entre les acteurs et la promotion de la communication. Les recherches adoptent une double logique ; une logique de communication, de production et d’appropriation des connaissances et une logique (critique) d’instrumentalisation des dispositifs d’intelligence territoriale et des pratiques de valorisation. Voilà pourquoi ce texte mobilise des approches pluridisciplinaires autour de l’usage et de l’appropriation des technologies, d’une part et de la participation des acteurs dans le développement territorial, d’autre part.

Haut de page

Texte intégral

1Cette communication reprend plusieurs éléments de nos travaux sur les enjeux et liens entre communication et territoires en Tunisie durant les dix dernières années et, plus précisément, ceux convoquant la notion d’Intelligence territoriale (IT). Sur ces enjeux et liens, nous sommes aujourd’hui amenés à formuler deux questions : que produisons-nous comme connaissances effectives pour la recherche en SHS (notamment dans le champ spécifique de la communication publique et territoriale) et via nos terrains : des zones régions arides, fragiles et menacées ; ces connaissances et les notions convoquées sont-elles en adéquation avec les actions et politiques publiques développées dans le cadre d’une valorisation de ces régions (spécifiquement concernant les patrimoines, naturel, matériel et immatériel) ?

2Si les démarches méthodologiques sont mixtes, essentiellement qualitatives, ces dernières sont déclarées comme inductives et avec des tentatives encore inabouties de mise en œuvre de recherche-action tant certains terrains (collectivités, organisations) sont encore difficiles d’accès pour les chercheurs. Nous persévérons tout de même en ce sens car comme le précise Philippe Dumas (2015) : « […] le développement épistémologique de l’intelligence territoriale [se place] sur la base de la recherche-action puisque le statut de chercheur n’est ni supérieur ni inférieur à celui d’acteur de terrain. L’intelligence territoriale passe par l’interprétation des données et débouche sur de la connaissance autant que sur l’action. Elle conduit donc à la prise de décision. Dans le monde moderne, la décision s’appuie sur des inputs scientifiques, humains et techniques qui ne sont pas obligatoirement présents dans le contexte d’un terrain donné. Les “experts” sont donc requis pour venir en soutien d’une action de type politique. Ces “experts” sont mobilisés, à statut égal, au sens de “sachants” ayant la connaissance dans une des disciplines convoquées et la partageant avec les autres parties prenantes à un projet d’intelligence territoriale ».

3En effet, pour nous, dans le cadre du programme euro-méditerranéen Langages, objets, territoires et hospitalités (LOTH)1, la visée était « opérationnelle » pour accompagner un développement territorial et une valorisation des patrimoines. Concernant la production de connaissance, sa construction est restée au stade d’une « importation », sans réelle distance critique ou controverses, de cadres théoriques existants (en France) dans/avec une dimension pluridisciplinaire. Concernant la connaissance déjà produite, nous avons observé que son appropriation – que l’on peut qualifier, sans dimension polémique, de cognitive ou théorique par prénotions ou à des fins prospectives – est bien plus déterminante que son efficacité heuristique. Disons-le tout net, elle est diffusée, mais on ne sait pas ce qu’elle devient une fois dans les mains, si elle y parvient, de celles et ceux (des acteurs comme des « sachants », surtout des experts en développement territorial) qui œuvrent et vivent sur ces terrains.

4À plus d’un titre donc cette notion d’intelligence territoriale (IT) est problématique car trop uniformément problématisée. Autrement dit, ses finalités sont toujours positives et utiles socialement et les mises en œuvre sont de facto participatives et mobilisatrices. Elle fera l’objet, dans cet article, d’une analyse sur la base de trois thèses soutenues entre 2008 et 2014 et d’une thèse venant en soutenance en 2018 ayant en commun des terrains tunisiens dans des zones arides, fragiles et menacées (Sud-Est). Ces thèses ont un autre point commun, elles convoquent et mobilisent nombre de lieux communs sur la participation/confiance notamment d’une population dans le développement local et, avec elle, l’utilisation des technologies numériques ou encore des dispositifs spécifiques comme les observatoires ou des formes de communication dites environnementales. Chacune de ces approches nous permettra aussi de présenter les équipements et éléments théoriques d’une IT ; la production de connaissance via l’IT et, enfin, les applications présupposées possibles sur les terrains étudiés.

Conception d’un processus d’intelligence territoriale adapté (PITA)

5En Tunisie, la notion de développement territorial a particulièrement évolué au cours des dix dernières années, sous la pression de nouveaux défis économiques, sociaux et environnementaux, mais aussi en lien avec la récente « révolution ». Pour affronter ces défis, l’IT offrirait l’opportunité de confronter les besoins et demandes des acteurs avec des solutions dites opérationnelles. Ce processus s’étalerait également dans le temps pour (re)créer des réseaux à travers l’information et la communication, élaborer une confiance réciproque, profiter des technologies numériques et dispositifs sociotechniques afférents. Autrement dit, le développement des territoires nécessite une stratégie claire soutenue par différentes pratiques et dispositifs de management dans une logique de communication, de transmission de l’information, de capitalisation et de diffusion des connaissances (Haddad, 2008 ; Ben Slymen, 2014).

  • 2 Une distinction entre ces différentes notions a été réalisée afin de positionner l’intelligence ter (...)

6Dans un sens, cette IT comme développée par Philippe Dumas (2015) serait comme un « new beginning » et avec Yann Bertacchini (2004) se positionnerait toujours dans une approche entre information et communication. Pour Philippe Dumas (2006), l’approche se stabiliserait aussi autour de celle d’intelligence économique2. Ceci posé, la conception d’un Processus d’intelligence territoriale adapté (PITA) dans un contexte de zone aride rend la tâche ardue. Le premier pas du processus est d’adopter des « plans de communication » qui s’additionnent à la fonction classique de traitement, d’analyse de données et de production de l’information. Cette communication s’organise autour d’un but précis et produit un effet attendu (Huisman, 1983 : 158). Il s’agit d’« un tout intégré » dans un observatoire qui met en cause la relation entre « recherche fondamentale et recherche appliquée, ou encore les rapports entre les composantes spatiales et temporelles des phénomènes à expliquer » (Clignet, 1998 : 293).

Connecter recherche académique et action territoriale

  • 3 Une approche qui s’est développée en France dans les années 90 et possède des aspects protéiformes. (...)

7Dans la première recherche doctorale (Haddad, 2008), il a été proposé une démarche connective et dialectique entre le territoire, l’observatoire, les acteurs et leurs projets autour de la notion d’intelligence territoriale. Sur les plans conceptuel et théorique, elle est décrite comme une approche raisonnée de la connaissance, de la gouvernance et de la concertation territoriale (Haddad, 2008)3 avec un postulat repris à Daniel Bougnoux (1993 : 9) : « la communication est l’affaire de tous et non (conséquence rassurante) celle d’une poignée d’experts ; sa compétence est éparse et se confond avec l’exercice de la démocratie ».

8L’adaptation conceptuelle au contexte aride devait et devrait donc se faire d’une manière « intelligente/progressive ». Elle devrait permettre de faire se rencontrer les besoins et les solutions, en replaçant l’information et la communication au centre des préoccupations/projets. Au départ, convaincre les chercheurs tunisiens de l’utilité de cette approche n’a pas été facile malgré leurs déclarations volontaires pour faire évoluer leurs pratiques (cf. le cas de chercheurs de l’Institut des régions arides4 et le fonctionnement des observatoires attachés). En ce sens, la vision/mission d’encadrement du Pr Vincent Meyer était déterminante afin que cette évolution notionnelle fasse déjà l’objet d’une réflexion approfondie – et critique – ancrée dans les réalités de terrain et inscrite dans les axes du programme LOTH. Ultérieurement, le développement de cette approche et son approfondissement ont été repris dans de nouvelles recherches doctorales (cf. infra).

  • 5 Certaines difficultés communautaires et régionales ont été à la source d’un mouvement populaire en (...)

9Outre la nouveauté (adapter l’intelligence territoriale dans un contexte de zone aride), les territoires tunisiens subissent des contraintes et des fragilités qui doivent être étudiées et analysées en profondeur. Le but est de proposer des solutions permettant d’atténuer les risques et les blocages5. Si les objectifs visés d’une approche participative sont prometteurs, il reste difficile d’intégrer tous ses principes. Les activités informationnelles et communicationnelles, éléments clés, nécessitent encore une valorisation pour être au service de développement des ressources existantes ; par exemple, pour un développement durable (Herbaux, Masselot, 2007). Dès lors, les acteurs territoriaux sont aussi appelés à un changement organisationnel et comportemental pour mobiliser davantage leurs capacités d’adaptation. Plus que jamais sans doute, l’IT en Tunisie se doit d’être une approche « adaptée ». En ce sens, sa mise en œuvre fondée sur une dimension informationnelle et communicationnelle nécessitera beaucoup d’efforts. La question principale reste le niveau d’acceptabilité et l’adhésion des acteurs à cette « nouvelle » culture de développement au niveau d’un territoire qu’ils connaissent bien.

  • 6 Par exemple, le colloque international organisé par le LESOR l’un des laboratoires de l’IRA intitul (...)

10Ainsi de nombreuses difficultés, limites et biais apparaissent dans nos recherches : déjà parler d’un PITA peut susciter des réticences et des craintes pour certains chercheurs et acteurs. Aussi avons-nous privilégié une réflexion à partir de structures existantes : les observatoires de l’Institut des régions arides (IRA). Ce cadre institutionnel constitue une base essentielle pour tous nos travaux. Dans une phase prospective d’expérimentation du PITA, il a notamment servi de référent pour la mise en place d’un processus de concertation décliné comme suit : expliquer aux acteurs les fondements et la logique de cette approche ; être attentifs à ce que son adoption soit acceptée à la fois comme un dispositif d’observation et une aide utile à la décision. Ultérieurement, certains colloques6 et des publications individuelles et collectives ont approfondi cette approche pour repenser une gouvernance territoriale, le développement socio‐économique et la mobilisation des acteurs au Sud-Est tunisien à travers différentes stratégies de communication. Le nouveau contexte tunisien permettant a priori la conception de dispositifs plus « ouverts » sur ces territoires qui connaissent de fortes disparités socio-économiques. Rien de simple toutefois quand parfois l’expression même d’IT devient une source d’appréhension. La déception est lourde quand pareil sentiment vient des chercheurs locaux. Pourtant, la Tunisie a toujours vécu dans un contexte où « l’intelligence collective » était considérée comme un capital. Pour survivre dans ces zones arides, l’intelligence collective ne pouvait pas seulement être « une pauvre petite lueur qui devait nous guider dans l’accomplissement des actes quotidiens » (Pagnol, 1974 : 86). Aujourd’hui, c’est un autre point de vue qui s’impose. « On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose se construit en silence. C’est la recherche d’une "approche" pour aborder cette complexité » (id. : 23). Dans cette période postrévolutionnaire, cela nécessite une communication publique et territoriale performante et une prise de conscience collective et individuelle des changements à opérer, notamment pour reformer et replacer l’humain et son bien-être au centre des politiques de développement local.

Un PITA : outil et méthode ?

11Si une culture du développement local se construit au travers de pratiques existantes sur un territoire, la tâche des observatoires ne doit pas se limiter à leur dimension technique, elle doit inclure des dimensions sociales et communicationnelles. Un processus d’IT se base donc sur des formes d’entraide citoyenne ou encore des concertations croisées entre différents secteurs d’activité et acteurs des territoires. Comme le rappelle Philippe Dumas (2006 : 12), ceci « nous amène à proposer l’usage de deux concepts permettant d’appréhender la nature ouverte et interactive du territoire inséré dans le monde : intelligence territoriale et territorialité ». Par ailleurs, Michel Picouet et Mongi Sghaïer (2000 : 21) soulignent que la création de ces dispositifs de recherche répond à un manque d’outils et de méthodes adaptés pour les études de certains phénomènes et interactions territoriaux. À la base, un PITA est essentiellement un outil de suivi et d’aide à la décision qui favorise le développement d’une recherche pluridisciplinaire. Dès lors, l’intégration triptyque observatoire-territoire-intelligence territoriale, permet de dépasser la vision globale et instrumentale (traitement des données) pour travailler sur l’observatoire en tant que dispositif de management et de savoirs stratégiques. Voilà pourquoi, le PITA devrait également permettre de repenser certaines relations au territoire.

12Pour ce faire, l’approche qualitative est à privilégier. Dans le cas du PITA, elle a été développée dans l’observation directe durant plus de deux ans à l’IRA. Cette « observation permet par exemple d’explorer, d’analyser ou de diagnostiquer une situation en identifiant les causes ou les variables explicatives, d’expérimenter dans le but de vérifier des hypothèses émises » (Morillon, 2006 : 35). Ainsi avons-nous participé aux activités par immersion dans le milieu de l’observatoire. De fait, les différentes discussions, la participation dans les activités de recherche et les conclusions tirées ont apporté des éclaircissements sur des aspects particuliers associés à l’observatoire de Menzel Habib. Notre démarche consistait à ne pas poser l’outil comme un objectif en soi, mais en liaison étroite avec le projet qui l’anticipe et lui fixe ses conditions d’existence : « Tout n’est pas possible, mais les choses sont rarement bloquées, et les initiatives techniques cherchent à configurer de façon optimale l’adéquation entre l’outil et les objectifs » (Guyot, 2000 : 14).

13Signalons encore que les événements de la révolution tunisienne de 2011 ont aussi amplifié le désarroi de la population (Mzioudet, Meyer, 2012). Dans une « Tunisie nouvelle », fruit d’un héritage lourd, cette « nouvelle » culture du développement ne sera probablement possible qu’en cherchant davantage encore l’adhésion et l’adoption dans un langage commun et un cadre précis d’échanges (Haddad, Ben Slymen, 2011). C’est donc aussi une question de confiance…

Valoriser en confiance dans les zones arides, fragiles et menacées

14Si les premiers travaux du programme LOTH ont permis de réfléchir sur la mise en place d’un PITA (Haddad, 2008), ils se sont poursuivis par une réflexion sur la confiance calculée et communautaire entre les acteurs territoriaux (Mzioudet Faillon, 2011). Mickaël Gléonnec (2004 : 6) précise que « la confiance trouve naturellement sa place dans ce processus communicationnel, en facilitant les échanges entre les hommes voire, lorsqu’elle est cristallisée dans les structures sociales, en régulant ces échanges ». D’ailleurs, la confiance relationnelle permet, en principe, d’atteindre des objectifs communs (régulation de la transhumance, légitimation du savoir non expert, valorisation du patrimoine, retour de l’information, par exemple) en dépit de l’hétérogénéité des groupes d’acteurs et les disparités régionales. À la suite, Syrine Ben Slymen (2014) mettra encore l’accent sur des caractéristiques plus culturelles, comme l’appartenance au territoire, les besoins de la population et leurs relations dans cette IT au niveau régional (Nabeul et Médenine).

15Comme indiqué supra, dans la continuité des travaux sur le PITA dans les zones arides, fragiles et menacées, une autre recherche visait à appréhender comment la confiance évolue dans ces zones en crise et sous tension (Mzioudet Faillon, 2011). Cette recherche a été inscrite à la fois dans les politiques de développement territorial et de valorisation des stratégies communicationnelles dans le Sud-Est tunisien. À partir des résultats d’entretiens semi-directifs effectués entre 2008 et 2014 avec des paysans, des chercheurs, des agents institutionnels et administratifs et des visiteurs sur le territoire de Menzel Habib il s’agissait de les sensibiliser à l’importance de la confiance, à leur engagement et à la mise en place d’espaces de dialogue.

L’observatoire au service de l’intelligence territoriale

  • 7 Système d’information à l’échelle locale est un observatoire mis en place en 2005 à Menzel Habib pa (...)

16L’observatoire SIEL7 permet de comprendre les usages et les pratiques des acteurs dans leur gestion des ressources naturelles et de proposer des solutions informationnelles et communicationnelles pour faire face aux phénomènes écologiques et réduire les disparités régionales. Yann Bertacchini (2000) et Cyril Masselot (2005) soutiennent que l’observatoire est une composante essentielle du processus d’intelligence territoriale. Ce processus exige l’instauration de la confiance entre les acteurs et la médiation. Dans une perspective d’IT, les observatoires ne doivent pas se restreindre à collecter et à diffuser les informations, ils doivent aussi les partager dans un espace de médiation.

17Sous l’égide d’une IT, les actions publiques et privées seraient mises au service du développement économique et social du territoire (Bertacchini, 2000 ; 2004b). Ces actions nécessitent de facto le renforcement des relations de confiance pour une gestion efficace de l’information, d’une part et l’engagement des acteurs, d’autre part (Mzioudet Faillon, 2011). Le recours à des dispositifs d’information et de communication a permis, à tout le moins, aux acteurs territoriaux de s’interroger sur la qualité de l’information et du débat public. Toutefois, le défaut de confiance entre les acteurs et dans les systèmes informationnels et communicationnels creuse le désaccord avec la population locale. À la manière de Yann Bertacchini (2000), qui étudie la confiance dans un contexte d’intelligence économique territoriale, il admet qu’elle est aussi le levier d’un processus à risque.

18Cette recherche s’appuie donc sur une approche multi-acteurs afin d’analyser les stratégies communicationnels et les aspects socio-économiques, identitaires et écologiques. Nous nous sommes basées sur cette démarche afin de proposer des perspectives pour la (re)construction de la confiance et le développement de la communication publique et territoriale en Tunisie. Pour le cas de Menzel Habib, la perception du risque de désertification, la contradiction des politiques de développement, l’incohérence des stratégies informationnelles ont été évoquées par tous les acteurs territoriaux pour justifier la confiance comme principale contrainte pour la réussite des projets, d’une part et la nécessité de développer une communication plus engageante, d’autre part.

Penser la confiance sur un territoire ?

19La pratique pastorale à Menzel Habib a engendré de considérables dégradations écologiques et socio-économiques. Dans l’objectif de lutter contre la désertification, la maîtrise des informations socio-économiques, écologiques, politiques, etc. participe de la capitalisation des connaissances et de la valorisation du territoire. Mongi Sghaïer et. al. (2009) soutiennent que la population ne perçoit pas l’utilité de l’association de développement local, chargée d’accompagner les paysans dans leurs projets, puisque la confiance est rompue. La population locale soutient que le déficit informationnel persiste et que les programmes de sensibilisation sont insuffisants. Ainsi, l’étude de l’impact de l’IT sur la dynamique de la confiance, la gestion de l’information et les techniques de communication entre les acteurs restent-ils des sujets à approfondir dans les zones arides, fragiles et menacées.

  • 8 « Les nombreuses conquêtes, reprises et pertes de territoires favorisent le développement d’une cer (...)

20À ce stade, il est juste possible de sérier différentes stratégies mises en œuvre par les acteurs territoriaux pour réduire les malentendus, les controverses, les contradictions dans leurs propos et résultats. Premier constat, ils se trouvent classiquement pris dans des jeux de pouvoir et cherchent à imposer leurs points de vue et élargir leurs marges de manœuvre. Second constat, ils recourent à des comportements opportunistes, à la déformation de l’information voire à la rumeur. Un troisième constat en résulte : dans un contexte où la culture du secret8 et la dissimulation sont également des éléments d’une IT, il s’avère primordial de trier les informations pertinentes et d’en éliminer les superflues. Autrement dit, comprendre comment les acteurs construisent, dans ce cadre, des relations de confiance et gèrent l’information. L’instauration de la confiance et la mobilisation de la population demeurent une priorité pour la réussite du processus d’IT et la promotion d’une communication publique et territoriale efficace. Qu’en est-il in fine ? Les agriculteurs, les bergers, les éleveurs et les agents institutionnels admettent que les relations de confiance sont fragiles. En outre, la/leur méfiance est nourrie par l’opportunisme, les échecs répétés et le non-respect de certaines valeurs. Enfin, la culture du secret, la peur des représentants de l’État, une prolifération médiatique de type propagande, la menace terroriste fragilisent toujours davantage les relations de confiance et entraînent la défaillance des politiques territoriales (Mzioudet Faillon, 2011).

21En définitive, l’exercice d’une IT ne peut se passer de l’instauration d’une confiance, de l’engagement des acteurs et leur éco-responsabilisation ; ces derniers « doivent privilégier sur leurs territoire des valeurs de confiance, de solidarités, de diffusion de l’information et de la communication et rechercher d’autres facteurs susceptibles de favoriser et soutenir le développement local » (Haddad, Tbib, 2008 : 550). Par exemple, valoriser en confiance le patrimoine au service du développement territorial passe par la mise en place de stratégies durables et efficaces et par le respect de la biodiversité. Ces actions exigent le consentement et l’engagement de tous les acteurs (Mzioudet Faillon, Meyer, 2015), mais ceux-ci restent fragiles voire dans certains cas illusoires ou purs artifices rhétoriques.

22Dans ce contexte, il faut avant tout rompre avec la spirale enclenchée entre choix politiques, caractéristiques socio-économiques, contraintes écologiques et attractivité territoriale et valeurs identitaires. Les politiques de la communication publique et territoriale dans les zones arides, fragiles et menacées restent à définir et à construire. Encore faut-il les accompagner d’une démocratie participative, d’un espace public de médiation, de formations universitaires adaptées comme d’une adéquation aux spécificités ou appartenances régionales (cf. infra). Voilà les conditions minimales pour l’émergence d’une IT.

Sentiment d’appartenance et intelligence territoriale : un contexte bien tunisien ?

23Pour Guy Di Méo (1996), le territoire est l’appropriation de l’espace à différents niveaux que ce soit économique, idéologique, social ou politique par un groupe d’individus. Ces individus se donnent une représentation particulière d’eux-mêmes et de leur histoire, dans un espace donné. Cet auteur affine, en 2001, sa définition que nous reprenons pour nos travaux : « La notion de territoire exprime une appropriation sociale de l’espace géographique par des groupes qui se donnent une représentation identitaire. Bien que construit sur un canevas de lieux concrets à fort contenu symbolique, le territoire s’affirme surtout en tant qu’artefact, que représentation sociale, qu’idéologie. Il enregistre néanmoins les contingences du milieu géographique. Il s’édifie aussi en fonction de logiques et d’enjeux économiques et politiques. Vécu tout autant que produit, le territoire traduit enfin le lien primordial de l’Homme et de la Terre. Il reflète le besoin vital d’enracinement que manifeste un individu contemporain très mobile, confronté à l’élargissement sans précédent de son univers relationnel » (Di Méo, 2001 : 230).

24Le territoire est ainsi considéré comme un ensemble de conditions pratiques qui assure l’existence d’un individu ou d’un groupe d’individus, et toutes ces conditions réunies informent ou confirment l’individu sur/dans sa propre identité. Cette définition est aussi soutenue par Bernard Debarbieux (2002) pour qui le territoire est un ensemble de ressources matérielles et symboliques pouvant influencer les conditions pratiques de l’existence d’un groupe d’individus les informant en retour sur leurs propres identités. Donc le territoire du point de vue des sociologues est lié à l’identité culturelle des individus.

Le sentiment d’appartenance pour une mobilisation en faveur du territoire

25D’après Céline Bayou (2011 : 2) « le sentiment d’appartenance à un territoire n’est qu’un facteur parmi la multitude des référents identitaires potentiels de chacun. […] Selon les individus et la période de leur vie, l’élément territorial peut être plus ou moins mis en avant (quitte, dans les cas extrêmes, à occulter les autres et à se confondre avec l’identité tout entière des sujets) ou quasiment s’effacer ». Pour l’individu, l’appartenance exprime un référent identitaire en rapport à un territoire. Ce référent identitaire est évolutif pouvant exprimer uniquement une perception d’ancrage manifestant un sentiment basique d’identification, ou encore évoluer vers des manifestations affectives d’attachement conditionnant des actions de solidarité. Ainsi, l’expression de l’appartenance envers le territoire ne peut-elle pas être dissociée d’une dimension affective qui est à la base une perception identitaire pouvant évoluer vers un sentiment d’attachement.

26Le sentiment d’appartenance traduit par l’attitude envers la région repose sur l’identité, l’attachement ainsi que la solidarité envers cette dernière et s’exprime de manière différente et propre à chaque acteur territorial (Frisou, 2012). Pour Éléna Filippova et France Guérin-Pace (2008), le sentiment d’appartenance englobe les référentiels de l’identité de l’individu avec une perception affective et une expression conative traduisant attachement et solidarité. L’identité versus le territoire est donc variable et peut s’exprimer en référence à un espace déterminé auquel il y a un attachement particulier. À ce titre, le territoire, un des éléments essentiels de l’existence pour un être humain malgré les possibilités d’évolution et de changement. Ce sentiment permettrait un engagement et une collaboration au développement territorial facilitant le recours aux dispositifs d’IT.

27On l’a vu précédemment, l’IT a été développée selon plusieurs angles et dans diverses approches scientifiques. L’approche pragmatique avancée par plusieurs auteurs dont Yann Bertacchini (2004b) se focalise sur les pratiques et les dispositifs déployés dans un processus d’IT. L’approche écologique s’intéresse à l’environnement dans lequel il y a eu recours aux dispositifs d’IT. L’approche sémantique est relative à l’acceptation et le sens de l’intelligence et du territoire. Cette approche traduit l’IT comme la capacité de réagir avec souplesse aux situations qui se présentent permettant de ce fait un développement régional. Et c’est le lien que nous faisons avec la notion d’appartenance à une région surtout en Tunisie.

28Les approches scientifiques de l’IT la présentent aussi comme étant le produit de l’acquisition de nouvelles aptitudes. Celles-ci découleraient essentiellement d’un changement au niveau des attitudes et des comportements qu’adopte la population. Le développement n’est donc plus simplement considéré comme étant uniquement le produit de la croissance du produit intérieur brut, mais comme, depuis 1966, notamment par François Perroux, il n’est atteint que suite à des changements combinés mentaux et sociaux des différents acteurs. Vaste question s’il en est et pas sûr que cette seule notion d’IT suffise…

29Affronter une concurrence internationale, assurer une compétitivité et une attractivité du territoire nécessite un ancrage à son niveau… Tout cela passe essentiellement par les pratiques de surveillance de l’environnement, de protection des patrimoines (naturel, matériel et immatériel), d’influence sur l’environnement, de capitalisation des savoirs et savoir-faire, de partage et de diffusion de connaissances non seulement experte. Toutes ces pratiques sont fondées sur la communication et le passage de l’information entre les différents acteurs territoriaux. Ces acteurs sont, soit des responsables institutionnels travaillant au sein des directions de développement régionales leurs différentes administrations partenaires, ou non institutionnels, soit les responsables et partenaires privés ou la population locale.

30Un ancrage territorial permet donc une meilleure maîtrise des ressources matérielles (naturelle ou au niveau de l’infrastructure) ou immatérielles (patrimoine culturel local, savoir-faire et pratiques distinctives du territoire). Cela aboutira à la consolidation de pratiques communicationnelles qui assurent la promotion du territoire en développant le sentiment d’appartenance de la population locale ou en assurant un certain niveau de distinction et d’attractivité du territoire. Certes, le développement de ces pratiques communicationnelles qui assurent la promotion du territoire est tributaire d’une volonté politique. Et cela se fera essentiellement à travers une communication publique et territoriale fondée sur des systèmes d’information et de communication éprouvés. L’attractivité du territoire reste tributaire du développement d’un espace médiatique capitalisant l’information et assurant un processus de communication en faveur du développement territorial tant au niveau interne qu’externe.

Une intelligence territoriale versus une identité collective ?

31Elizabeth Gardère et Amar Lakel (2009 : 8) précisent que « si certaines pratiques sont consultatives, participatives ou représentatives, d’autres restent plus traditionnelles. Afin d’accroître le niveau d’information délivré aux riverains, divers modes de communication sont utilisés […]. L’information des citoyens n’est pas seulement une condition du bon fonctionnement de la démocratie locale, elle est aussi nécessaire pour faciliter une bonne administration locale. À cette condition, l’information est garante de la gestion transparente de la collectivité ». Une certaine forme de démocratie participative est alors initiée et il s’agit pour Saskia Cousin (2012 : 7) « d’impliquer les citoyens aux prises de décisions les concernant, notamment en matière de développement territorial et de rénovation urbaine ». Partage d’information, encouragement d’initiatives de développement, mobilisation du capital social, développement de l’appartenance. « Le développement territorial ne se pense plus sans interroger l’efficacité des actions et des systèmes d’information mis en place, et in fine leur utilité pour favoriser une aide à la décision et/ou la participation citoyenne » (Meyer, 2012 : 4). Le rôle des systèmes d’information serait ainsi dans un double sens : assurer la circulation de l’information entre les différents acteurs et la richesse des initiatives dans le cadre d’approches participatives en faveur du développement durable, mais aussi le développement du sentiment d’appartenance et de la culture de la territorialité par l’implication.

32Dans cette recherche, il s’agissait de déterminer la nature de l’interrelation entre le sentiment d’appartenance et l’IT. Bien que de nombreuses études aient été menées sur le sentiment d’appartenance envers un territoire, et d’autres sur les dispositifs de mise en commun d’une intelligence à l’échelle territoriale, le lien entre le sentiment d’appartenance et la valorisation régionale par le biais de dispositifs d’IT n’a pas suffisamment été mis en évidence. Pourtant à l’ère de la mondialisation, les territoires sont confrontés à une concurrence accrue ce qui fait que le retour au local est de plus en plus présent dans les stratégies de développement économique et social suscitant par le fait la collaboration et la concertation entre divers acteurs ayant un sentiment d’appartenance assez intense envers leur région.

33De même, a été menée une étude comparative entre deux régions tunisiennes, Nabeul région du Nord-Est et Médenine au Sud. Notre choix a été orienté de par leur spécificité géographique, et du fait qu’elles relèvent pour leur développement de deux structures publiques différentes, Le commissariat Régional au Développement Régional (CGDR) pour Nabeul et l’Office de Développement du Sud (ODS) pour Médenine. Nous avons entamé une étude qualitative exploratoire et une étude quantitative confirmatoire avec des entretiens avec deux populations différentes, responsables institutionnels et non institutionnels ainsi que la population locale. Nous avons relevé les aspects de la communication publique et territoriale en Tunisie et les différents procédés communicationnels auxquels ont recours les institutions publiques. Nous avons tenté de délimiter les dispositifs déployés ainsi que les finalités communicationnelles des divers acteurs territoriaux. Que ce soit dans l’objectif de renforcer le sentiment d’appartenance à la région, ou de promouvoir et d’en assurer l’attractivité.

34Pour promouvoir le territoire et assurer son développement durable, la mobilisation de tous les acteurs reste incontournable. Acteurs institutionnels, non institutionnels, société civile, population locale et même des acteurs extraterritoriaux participent chacun à sa manière au diagnostic des besoins et à l’optimisation de la connaissance du territoire. Se baser sur des connaissances approfondies du territoire permet une détermination des atouts, des faiblesses, une localisation des potentialités et des problèmes à surmonter. De surcroît, la diversité des acteurs impliqués dans le processus signifie une diversité des dispositifs communicationnels, informationnels et même de management du territoire. Nous avons pu voir que le CGDR et l’ODS ont recours à divers procédés pour assurer le développement régional dont le SIR et le SIG qui assurent un diagnostic des besoins réels de la région, pour une connaissance fine et détaillée du territoire ces systèmes sont des préalables à l’élaboration du plan de développement régional. Ces structures de développement établissent aussi, sous la tutelle du ministère du Développement et de la Coopération Internationale (MDCI), des jumelages avec des villes maghrébines, européennes, ou canadiennes pour assurer un échange informationnel, de connaissances et d’expérience. Ces échanges permettent la mise à niveau de la région dans des créneaux définis à l’avance (développement durable, encouragement des investisseurs privés, soutien aux initiatives des PME…). D’autres structures comme l’Office des Tunisiens à l’Étranger (OTE) en partenariat avec les institutions publiques comme le CGDR, l’ODS, adressent une communication ciblée à la diaspora tunisienne. Le recours à des dispositifs communicationnels numériques pour le développement des actions de solidarité de la population envers la région d’origine induit la promotion de ces territoires ainsi que le renforcement du sentiment d’appartenance.

35Certes, les acteurs institutionnels jouent un rôle important pour le développement régional, mais aussi la société civile ainsi que la population locale à travers certains procédés communicationnels ont un impact sur l’attractivité de la région. Les sites et les blogs de certaines associations et acteurs de la population locale servent et assurent une meilleure promotion de la région. La communication établie par ces derniers dévoile un sentiment d’appartenance assez intense envers la région en faveur de l’attractivité et de la compétitivité de cette dernière.

36Cependant même si le sentiment d’appartenance envers le territoire reflète un lien identitaire, un sentiment d’attachement et des manifestations de solidarité font que ce sentiment n’est pas figé comme le confirme Guy Di Méo (2004 : 176) : « À l’image de la culture l’identité ne se fige jamais autour de caractères et de valeurs échappant complètement aux enjeux sociaux du moment. Elle traduit des conséquences vécues par des individus, d’une expérience et des problèmes communs. Elle exprime un partage d’enjeux et d’objectifs propres à une collectivité ». Ce sentiment est donc évolutif à l’image de la culture, est influencé par les enjeux sociaux du moment, le vécu, l’expérience et les problèmes communs de la région. Nous avons également relevé que l’attractivité et la compétitivité du territoire dépendent fortement des dispositifs informationnels, communicationnels et de management déployés à son niveau (Goria, 2006 ; Meyer, 2012). Ces dispositifs sont mis en place dans le cadre d’approches participatives, faisant appel à une forme d’intelligence collective avec la participation d’acteurs institutionnels, non institutionnels, publics ou privés, société civile ainsi que la population locale. Il reste à en mesurer la pertinence.

Communication environnementale et intelligence territoriale

37La question environnementale semble être une nouvelle phase pour penser l’économique et le social. L’ouverture du secteur industriel aux préoccupations environnementales a été le fruit du renforcement des normes réglementaires et des exigences des riverains de certaines usines en Tunisie. Pour ces raisons, le Groupe Chimique Tunisien (GCT) – terrain de la dernière recherche exposée dans cet article – commence à prendre en compte les effets de l’activité de ses usines et décharges sur l’environnement. Cette prise en compte est aussi à l’origine de l’émergence d’une information et d’une communication environnementales certes encore éloignée de celle que promeut Thierry Libaert (2016). On reste ici plutôt dans celle de Denis Cormier (2002 : 161) i.e. « l’information environnementale publiée par les entreprises vise à fournir une compréhension générale des questions environnementales et des risques de même qu’une indication du niveau de la performance de la firme dans le domaine environnemental ». Cette information/communication axée sur une protection de l’environnement met en valeur l’identité de l’entreprise et renforcerait la confiance des acteurs territoriaux comme leur responsabilité.

38Le contexte actuel de la région de Gabès invite les acteurs locaux à construire différentes communications entre eux et à développer une approche fondée sur le partage d’information, l’engagement et la coopération des divers acteurs territoriaux pour la cause environnementale. L’objectif de la communication est de faire changer les « habitudes » de l’entreprise et soutenir la réalisation de ses projets. C’est pourquoi nous avons pensé qu’il était nécessaire de mettre en place tout un dispositif impliquant l’entreprise et les parties prenantes. Un dispositif qui favorise la continuité et la réussite d’un processus de communication. Cette communication environnementale s’inscrit dans une perspective de Développement durable (DD) qui ambitionne de placer la dimension environnementale au cœur du fonctionnement de l’entreprise. La démarche de DD, selon Jean-Jacques Girardot (2004 : 6), « repose sur trois principes :

  • la participation de tous les acteurs du développement, au premier rang desquels les citoyens ;

  • l’approche globale des situations, caractérisée par un équilibre adéquat entre les considérations d’ordre économique, social et environnemental ;

  • le partenariat des acteurs ».

39Ces principes sont également considérés comme des normes éthiques de l’IT avec trois principes méthodologiques :

  • l’appréhension du territoire en tant qu’espace d’action ;

  • la diffusion des pratiques de gestion par projet et l’ancrage de la culture de l’évaluation des réalisations ;

  • le développement de l’accès aux technologies de l’information et de la communication (Girardot, Gramaccia, 2006).

40Ces principes prennent en considération l’orientation de l’IT vers les acteurs territoriaux en termes de participation et de partenariat. Le processus informationnel, initié suite à une interaction entre différents acteurs territoriaux présents ou distants, constitue un principe fondamental de l’IT (Bertacchini, 2000 ; Alexis, 2005). D’ailleurs, Yann Bertacchini (2004 a) a qualifié le processus d’IT par une démarche d’information et de communication. En fait, l’IT est une notion relativement récente (proposée par Jean-Jacques Girardot en 1998) et pluridisciplinaire. Il l’a défini comme : « l’ensemble des connaissances pluridisciplinaires qui, d’une part, contribue à la compréhension des structures et des dynamiques territoriales et, de l’autre, ambitionne d’être un instrument au service des acteurs du développement durable des territoires ». À l’heure actuelle, il n’existe pas une seule et unique définition de la littérature de l’IT. Selon Angélique Tholoniat et Khaled Bouabdallah (2006 : 11), l’IT est « l’organisation innovante, mutualisée et en réseau, de l’ensemble des informations et connaissances utiles au développement, à la compétitivité, à l’attractivité d’un territoire, collectivement et pour chacun de ses acteurs ». Pour Houda Neffati et Jean-Jacques Girardot 2014 : 68) « l’IT est une science polydisciplinaire dont l’objet est de promouvoir le développement des territoires, dans ses dimensions économiques, sociales, et environnementales. Son sujet est la communauté territoriale. L’objectif est d’impulser, à l’échelle d’un territoire, une dynamique de développement durable reposant sur : une interaction entre la connaissance et l’action ; un partage d’information ; une concertation dans l’élaboration des projets et une coopération dans la conduite et l’évaluation des actions ».

  • 9 Le rapport de la commission Martre « l’intelligence économique est l’ensemble des actions coordonné (...)

41Dans le rapport de Bernard Carayon (2003), l’IT a été considérée comme un processus d’intelligence économique9 appliqué à un territoire donné. Cependant, Jean-Jacques Girardot (1999 : 17) a toujours mis en cause cette vision d’IT qui « couvre un champ plus vaste que l’intelligence économique qui concerne principalement la veille technologique et les opportunités de marché ». Pour lui, « l’intelligence territoriale réfère plutôt à l’intelligence collective qui associe les compétences de manière coopérative en vue d’argumenter, de réaliser et d’évaluer des projets innovants, adaptés et pérennes ». Vernon Prior (2010) lui considère l’intelligence collective comme « une forme de réseau, qui a été activé par l’évolution récente des technologies de l’information ».

42L’IT a été traité dans le cadre de diverses approches scientifiques. Syrine Ben Slymen (2014 : 26), dans sa thèse, a fait la distinction entre trois approches d’IT. « L’approche pragmatique avancée par plusieurs auteurs dont Christian Harbulot (2004) ou Yann Bertacchini (2006) se focalise sur les pratiques et les dispositifs déployés dans un processus d’IT. Comme déjà indiqué, l’approche sémantique est relative à l’acceptation et le sens de l’intelligence et du territoire. Cette approche traduit l’IT comme la capacité de réagir avec souplesse aux situations qui se présentent permettant de ce fait un développement régional. » L’approche écologique s’intéresse à l’environnement dans lequel il y a eu recours aux dispositifs d’IT. Cette dernière insiste sur la non-exclusion des différents acteurs de la région que ce soit des entreprises, des représentants de la société civile ou les habitants même de la région. Les principes de cette approche orientent l’IT vers les acteurs en termes de participation, d’échange informationnel et de partenariat et ce par l’accès aux technologies numériques. L’approche écologique tient en compte les ressources existantes pour le développement d’une vision durable du territoire. Elle met l’accent sur la vision globale qui se défini par les responsables institutionnels afin de suivre un cheminement stratégique tenant en compte du contexte environnemental, social et économique tout en impliquant les acteurs de la région.

Conclusion

43@Comm_publique : « le monde d’aujourd’hui ne tolère plus l’action descendante » […]. http://bit.ly/​1jkbexI. Ce faisant, on part de l’idée de « convertir les citoyens en acteurs collaborateurs » Qu’en sera-t-il dans le sud-tunisien ?

44Si ce slogan d’une des associations françaises de communicants publics résonne comme une sentence, elle résume l’état d’esprit des recherches doctorales reprises ici. Le postulat est simple : les acteurs de ces régions et dans ce pays qu’est la Tunisie sont en capacité d’avoir une perception collective de leur situation afin d’effectuer des choix et d’être force de propositions nouvelles. L’action comme ses finalités seraient, par essence, partagées puisque créées par le dialogue (la communication lato sensu), l’action serait aussi nécessairement collective pour permettre au plus grand nombre de s’approprier les connaissances acquises et que celles-ci soient mises au profit de tous.

45Ainsi sur nos terrains, l’IT est créditée d’une véritable opérationnalité qui passerait notamment par « une veille informationnelle impliquant tous les acteurs territoriaux afin d’assurer la capitalisation et la diffusion des connaissances acquises. Cela permettra par la suite une évolution de la culture locale et assurera la valorisation et l’attractivité du territoire » (Ben Slymen, 2014). Pour forcer un peu le trait, cette IT serait la phase complémentaire, mais indispensable entre une intelligence collective encore en constitution et une intelligence algorithmique à venir avec la place que doivent prendre les technologies numériques. Comme le situe Philippe Dumas (2015), nous sommes bien « dans les perspectives du développement pragmatique et épistémologique de l’intelligence territoriale […] celles de la recherche d’une gouvernance mettant l’humain au premier plan, visant son bien-être et sa responsabilisation au niveau local en insérant ceux-ci dans le global et le futur ».

46Nos terrains sont qualifiés de régions/zones arides, fragiles et menacées. Dans le Sud-Est tunisien les changements socio-économiques et politiques des dernières décennies, ont, il est vrai, considérablement augmenté la pression sur les ressources naturelles en mettant en évidence des contraintes environnementales avec un appel à la participation des populations locales pour les surmonter. Comme nous travaillons sur des territoires ruraux, exposés aux risques naturels, présentant des problèmes écologiques (aridité climatique, faible pluviométrie et forte activité éolienne) avec une précarité voire une raréfaction des ressources naturelles (eau, sol, végétation et faune), la conversion du citoyen en acteur collaborateur ne va pas de soi. Preuve s’il en est, les formes d’exploitation touristique du patrimoine architectural et son intégration dans un secteur touristique de plus en plus sinistré alors qu’il constituait une ressource essentielle. On reste aussi ici dans le domaine de l’incantatoire et l’accent est mis sur une approche « écotouristique » i.e. non destructive avec un tourisme dit de participation permettant le développement d’échanges humains, économiques et culturels avec les visiteurs attirés par les valeurs propres et de la culture d’un territoire singulier.

47La mobilisation de la population qui est au centre du processus d’IT (Haddad, 2008) reste très problématique. Les actions de lutte contre la désertification nécessitant le consentement et l’implication de tous ? Une rhétorique de plus… Les interrelations population-environnement, les interactions homme-environnement (Picouet, Sghaïer, 2000) sont encore à caractériser et à qualifier. Les agriculteurs, les éleveurs, les bergers et les agents institutionnels rencontrés à Menzel Habib interrogent à leur manière ce partage de l’information qui serait au fondement d’un sens territorial et collectif entre les acteurs. L’instauration d’une démarche d’IT implique bien une connaissance en profondeur du contexte et de l’environnement dans lequel évoluent les territoires, des ressources qui y sont présentes, des différents acteurs.

48En définitive, les fondements méthodologique et théorique de ces travaux sont, en grande partie, empruntés à la tradition interactionniste. Ce choix détermine la démarche méthodologique essentiellement qualitative qui relève de l’ethnographie. Ceci suppose que soient décrits les fondements de plusieurs interactions entre les différentes parties prenantes (ceci passe par entretiens individuels et collectifs, des observations participantes et périphériques menées avec prudence et rigueur) avec deux écueils : l’attachement de la population locale à la tradition orale ; la caractérisation des acteurs en présence : nos recherches s’apparentent encore trop à des récits peuplées d’acteurs dont on ne sait presque rien, e.g. des publics convoqués (touristes), des catégories souvent présentées comme des évidences.

49Sans doute faut-il adopter la posture de Philippe Dumas (2015) qui avance que : « Proposer d’emblée une définition serait un exercice qui laisserait entendre que l’IT est un concept fondé sur une logique purement rationaliste et scientifique, ce qui ne correspond pas à la réalité du terrain et laisserait de nombreux lecteurs douter de son intérêt purement intellectuel ». On ne peut que le rejoindre dans cette analyse même si c’est davantage la vision de Jean-Jacques Girardot (2002 : 10) qui prime comme « l’ensemble des connaissances pluridisciplinaires qui améliorent la compréhension de la structure et de la dynamique des territoires. Elle mobilise les technologies de l’information et de la communication pour aider les acteurs à projeter, définir, animer et évaluer les politiques et les actions du développement territorial durable ». On retrouve là une approche très opérationnelle et (trop) réglée à l’instar de celle proposée par Georges Delis et Yann Bertacchini (2006 : 9-10), où « l’intelligence territoriale renvoie à la maîtrise des méthodes et des moyens de l’intelligence économique au service des territoires ». La difficulté à laquelle ont été confrontés les chercheurs est l’emboitement de ces définitions qui commandait de distinguer ou de rapprocher l’IT de l’intelligence informationnelle et de l’intelligence économique. De distinguer, par exemple, entre veille stratégique et intelligence économique (Larivet, 2001) qui, elle, vise explicitement un changement. La veille s’interdisant de modifier l’environnement sur lequel elle exerce une observation continuelle (Baumard, 1991).

50C’est in fine une perspective d’accompagnement stratégique qui est recherchée et si IT il y a, elle reposerait pour les chercheurs sur :

  • une conviction que la lutte contre la désertification résulte de la capacité des multiples acteurs d’un territoire à coordonner, à définir, ensemble, les orientations à poursuivre et à mettre en œuvre les moyens pour les atteindre ;

  • la compréhension et l’amélioration des dispositifs informationnels, la mutualisation et l’exploitation collective de l’information ;

  • une vision stratégique partagée pour le territoire sur la base de « projets » ;

  • l’importance de détecter des informations dans un environnement de plus en plus instable ;

  • et une affirmation et un exercice d’une répartition des pouvoirs fondée sur une démocratie dite participative : on parle ainsi de gouvernance territoriale dont l’une des caractéristiques est de faire (encore) appel à une pluralité d’acteurs (Leloup et. al., 2004).

Haut de page

Bibliographie

ALEXIS H., 2005, La communication des organisations à la croisée des chemins disciplinaires, L’Harmattan, 152 p.

BAUMARD P., 1991, Stratégie et surveillance des environnements concurrentiels, Paris, Masson, 192 p.

BAYOU C., 2011, « À quelles victimes et dédié le Mémorial du camp de Salaspils ? La Lettonie entre construction identitaire et mémoires faussées », (co-signé avec Éric Le Bourhis), pp 139-154, in : Y. Hamant (dir.), Après un régime d’oppression : entre amnésie et catharsis, Presses universitaires de Paris Ouest, Col Aires linguistiques.

BEN SLYMEN Syrine, 2014, Sentiment d’appartenance et intelligence territoriale : une application au contexte tunisien, Thèse en cotutelle internationale Sciences de l’information et de la communication et sciences de gestion, sous la direction de Vincent Meyer et Ahmed Ben Hamouda, Universités Nice Sophia Antipolis et El Manar Tunis, 371 p.

BERTACCHINI Y., 2000, Information et veille territoriales : Représentation du complexe local et émergence d’un projet d’intelligence territoriale, Thèse de doctorat soutenu le 20/12/2000 à l’Université de Droit, d’Économie et des Sciences d’Aix-Marseille sous la direction de Philippe Dumas, 257 p.

BERTACCHINI Y., 2004 a, « Entre information et processus de communication : l’intelligence territoriale », Les Cahiers du Centre d’études et de Recherche, Humanisme et Entreprise N° 267, La Sorbonne Nouvelle, Paris, octobre, 11 p.

BERTACCHINI Y., 2004 b, « Le territoire une entreprise d’intelligence collective à organiser vers la formation du capital formel local », Communication et organisation, N° 25, pp 1-16.

BERTACCHINI Y., 2006 « Intelligence territoriale : Posture théorique, hypothèses, définition », http://archivesic.ccsd.cnrs.fr, consulté le 08/11/2016, 7 p.

BOUGNOUX D., 1993, Sciences de l’information et de la communication (Textes essentiels), Paris, Larousse.

CARAYON B., 2003, Intelligence économique et territoires. Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale, La documentation française, Collection des rapports officiels, p. 85-103.

CLIGNET R., 1998, « Une invitation à observer les observatoires », p. 123-142, in Clignet R., éd., Observatoires du développement, observatoires pour le développement, Paris, Éd. Orstom.

CORMIER D., 2002, Comptabilité anglo-saxonne et internationale, Économica, Paris, 371 p.

COUSIN S., 2012, « Nouvelles citoyennetés, nouveaux patrimoines, nouvelles pratiques touristiques », Revue des régions arides, 28, pp 7-14.

DEBARBIEUX B., 1991, « Imagination et imaginaire géographique », pp 839-906, in : Baily A., Ferras R., Pumain D. dirs, Encyclopédie de géographie, Paris, Économica.

DELIS G., BERTACCHINI Y., 2006, « De l’organisation et de la mobilité : l’intelligence par la continuité. Paradigme du Management de L’Intelligence complexe ? » Ve ColloqueTIC et Territoire : quels développements ? », Université de Franche Comte, Besançon.

DI MÉO G., 1996, Les territoires du quotidien, Paris, Éd. L’Hamattan, 208 p.

DI MÉO G., 2001, La géographie en fêtes, Paris, Ophrys, 270 p.

DI MÉO G., 2004, « Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités », Annales de géographie, p. 339-362.

DUMAS P., 2006, « Territoire et mondialité », Tic et Territoire : Quels développements ?, Ve colloque TIC, Université de Franche Comté - Besançon, (http://isdm.univ-tln.fr), consulté le 06/11/2016.

DUMAS P., 2015, Le développement durable des territoires vulnérables », 14e conférence internationale annuelle d’intelligence territoriale, Ouarzazate, Maroc (archivesic.ccsd.cnrs.fr/), consulté le 06/11/2016.

FILIPPOVA E., GUERIN-PACE F., 2008, « Les territoires qui nous appartiennent, les territoires auxquels nous appartenons », p. 30-42, in : Guérin-Pace F. et Filippova E., dirs, Ces lieux qui nous habitent. Identités des territoires, territoires des identités, Édition de l’Aube, pp 30-42.

FRISOU J., 2012, « Le lieu peut-il affirmer le lien dans les relations commerciales ? Le cas des programmes de commercialisation éco-localistes », Revue Française de Marketing, 237/238, pp 27-47.

GARDERE E., LAKEL A., 2009, « Repenser la communication des organisations publiques », Communication et organisation, p. 7-12.

GIRARDOT J.-J., GRAMACCIA G., 2006, « De l’intelligence territoriale : Théorie, posture hypothèses, définition », Information Sciences For Decision Making, Ve colloque TIC et territoire : Quels développement, pp 9-17.

GIRARDOT J.-J., 1999, « Transfert technologique et construction des savoirs », pp 132-144, in : M. Masselot Girard et M. Griselin, dirs., Multimédia et construction des savoirs, Colloque de Besançon, Belfort.

GIRARDOT J.-J., 2004, « Intelligence territoriale et participation », in : Tic & Territoires : quels développements ?, Lille, Enic et Cies, 13 p.

GLEONNEC M., 2004, « Confiance et usage des technologies d’information et de communication », Consommations et sociétés, N° 4, http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/06/24/50/PDF/sic_00001151.pdf, consulté le 06/11/2016, 18 p.

GORIA S., 2006, L’expression du problème dans la recherche d’informations : Application à un contexte d’intermédiation territoriale, Thèse en sciences de l’information et de la communication, dirigée par David Amos, Université Nancy 2.

GUYOT B., 2000, Les dynamiques informationnelles, Note de présentation de travaux en vue de l’habilitation à diriger des recherches sciences de l’information et de la communication, Université Grenoble, 123 p.

HADDAD M., 2008, Intelligence territoriale et observatoires socio-économiques et environnementaux : un processus d’intelligence territoriale adapté (PITA) à l’observatoire de Menzel Habib au sud de la Tunisie, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Meyer V. et Sghaïer M., Université Paul Verlaine-Metz, 376 p.

HADDAD M., BEN SLYMEN S., 2011, « Les territoires difficiles et menacés au sud-est tunisien : quelles formes de communications dans une phase de transition ? », Colloque Mondialisation des échanges, communication de crise et relations publiques, Éditions Quæ : Luxembourg, en ligne, accessible sur http://www.symposcience.org/exl-doc/colloque/ART-00002635.pdf, consulté le 06/11/2016, pp 39-53.

HADDAD M., TBIB A., 2008, « Dispositifs d’observatoires territoriaux et valorisation des interactions aux milieux ruraux », pp 539-551, in : Chouikha A., Meyer V., Gdoura W., dirs., Actes du Colloque international des sciences de l’information et de la communication Interagir et transmettre, informer et communiquer : Quelles valeurs, quelle valorisation ?, Tunis : IPSI-ISD-SFSIC, 17-18-19 avril 2008.

HENRI A., 2005, « Quand sciences de gestion et sciences de l’information et de la communication se rencontrent », La communication des organisations à la croisée des chemins disciplinaires, Paris, Éd. L’Harmattan, p 9.

HERBAUX, P., MASSELOT, C., 2007, « Implication d’acteurs, pédagogie de la gouvernance », pp 45-57, in actes sous cédérom de la seconde conférence annuelle et internationale de l’intelligence territoriale, Huelva, Espagne http://archivesic.ccsd.cnrs.fr, consulté le 06/11/2016.

HUISMAN D., 1983, « Le dire et le faire. Essai sur la communication efficace », CDU et SEDES, 200 p.

LARIVET, S., 2001, « Intelligence économique : acception française et multidimensionnalité », Actes de la Xe conférence de l’Association Internationale de Management Stratégique (AIMS), Laval, 25 p.

LELOUP, F., MOYART L., Pecqueur B., 2004, « La gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination territoriale ? », 4e journée de la proximité, Proximité, réseaux et coordination, pp 321-332.

LIBAERT Th., dir., 2016, La communication environnementale, Paris, Éd. Hermès

MARTRE H., CLERC C., HARBULOT C., 1994, « Intelligence économique et stratégie des entreprises », Rapport XIème plan (Rapport Martre), La documentation française, 167 p.

MASSELOT C., 2005, « SIC et intelligence territoriale : analyse sémiotique du site internet de l’observatoire Catalyse Intégra Plus », Actes du IVème Colloque TIC et Territoire 2005, Ile Rousse, ISDM, N° 22, http://isdm.univ-tln.fr/articles/num_archives.htm#isdm22, consulté le 27/08/2016, 21 p.

MEYER V., 2012, « Communication territoriale, communications d’action et d’utilité publiques : quelles définitions ? », pp 63-78, in : Morelli P., Sghaïer M., dirs, Communication et développement territorial en zones fragiles du Maghreb, Éd. L’Harmattan.

MORILLON L., 2006, « Méthodes et pratiques de recueil t d’analyse des données en sciences humaines et sociales. Un état de l’art », pp 31-44, in : Arlette Bouzon et Vincent Meyer, dirs., La communication organisationnelle en question : Méthodes et méthodologie, Paris, Éd. L’Harmattan.

MZIOUDET B., MEYER V., 2012, « Débats non formels et engagement des acteurs territoriaux autour du développement de zones arides, fragiles et menacées en Tunisie », Communication, volume III (12), Québec, p. 1-15.

MZIOUDET FAILLON B. 2011, Informer et communiquer en confiance ? Dispositifs et territoires en zones arides : le cas de l’observatoire Menzel Habib (Tunisie), Thèse en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Vincent Meyer et Mongi Sghaïer, Université Paul Verlaine-Metz, 360 p.

MZIOUDET FAILLON B., MEYER V., 2015, « Valoriser en confiance : Le cas des zones arides, fragiles et menacées en Tunisie », pp 165-180, in : Lévêque L., Bonfils P., Kocoglu Y., Santolini T. et Van Hoorebeke D., dirs, L’espace euro-méditerranéen entre conflits et métissages : rencontres, échanges, représentations, Paris, Éd. L’Harmattan.

NEFFATI H., GIRARDOT J-J., 2014, « L’intelligence territoriale 25 ans déjà » Les cahiers de l’administration, hors-série de la revue Administration Supplément au N° 244, 2014, pp 139-144.

PAGNOL M., 1974, Jazz, Paris, Éd. Le Livre de Paris, 222 p.

PERROUX F., 1966, « La croissance, le développement, les progrès, le progrès », Revue Tiers-monde, avril-juin, pp 239-250.

PICOUET M., SGHAÏER M., 2000, Observatoires des relations populations environnement en milieu rural tunisien : pour une gestion durable des ressources naturelles, Collectif DYPEN II, Médenine, IRA, 515 p.

PRIOR V., 2010, « Language of business intelligence », http://www.markintell.com/introduction-vernon-prior, consulté le 06/11/2016.

SGHAÏER M., OUESSAR M., KHATTELI H., ABAAB A., SABARA H., FETOUI M., ZERRIM A., ISSAOUI M, MOKH A., 2009, Élaboration d’un Plan d’action de développement local durable et de lutte contre la désertification (Rapport PALLCD) dans la délégation de Menzel Habib, Gouvernorat de Gabès, 162 p.

THOLONIAT A., BOUABDALLAH K., 2006, « Pôle de compétitivité et réseaux de proximité : l’émergence d’une nouvelle dynamique de proximité ? » 5es Journées de la Proximité, Bordeaux 28-30 juin, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00115647/document, consulté le 06/11/2016, 19 p.

Haut de page

Notes

1 http://loth.hypotheses.org/ Tous les auteur.e.s de l’article ont participé à ce programme.

2 Une distinction entre ces différentes notions a été réalisée afin de positionner l’intelligence territoriale par rapport à l’intelligence économique, la veille stratégique et le marketing territorial (Haddad, 2008 : 109-116).

3 Une approche qui s’est développée en France dans les années 90 et possède des aspects protéiformes. L’émergence de la notion d’IT, son approfondissement théorique, puis méthodologique, nécessitent un positionnement par rapport à d’autres notions voisines comme l’intelligence économique territoriale Elle est définie par Jean-Jacques Girardot (2004 : 10) comme « l’ensemble des connaissances pluridisciplinaires qui améliorent la compréhension de la structure et de la dynamique des territoires. Elle mobilise les technologies de l’information et de la communication pour aider les acteurs à projeter, définir, animer et évaluer les politiques et les actions du développement territorial durable ». Yann Bertacchini (2004a : 3) présente l’IT comme « un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet ».

4 http://www.ira.agrinet.tn

5 Certaines difficultés communautaires et régionales ont été à la source d’un mouvement populaire en 2011 en Tunisie, pour s’étendre ensuite à plusieurs pays arabes (Lybie, Syrie, Egypte Yémen...) sous l’appellation aujourd’hui presque oubliée de « printemps arabe ».

6 Par exemple, le colloque international organisé par le LESOR l’un des laboratoires de l’IRA intitulé Sociétés en transition et développement local en zones difficiles « DELZOD » intègre pleinement cette thématique d’intelligence territoriale.

7 Système d’information à l’échelle locale est un observatoire mis en place en 2005 à Menzel Habib par l’IRA et le groupe ROSEL/OSS (ROSELT : Réseau d’observatoires de surveillance écologique à long terme / OSS : Observatoire du Sahara et du Sahel) pour l’étude des changements climatiques et les activités des hommes.

8 « Les nombreuses conquêtes, reprises et pertes de territoires favorisent le développement d’une certaine culture du secret. Ces fondements historiques et culturels facilitent la formation de partenariats d’entreprises ainsi qu’une coopération entre patronat et syndicats devenue légendaire dans les années soixante-dix » (Martre, Clerc, Harbulot, 1994 : 26).

9 Le rapport de la commission Martre « l’intelligence économique est l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques » (1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Meyer, Mohamed Haddad, Balkis Mzioudet Faillon, Syrine Ben Slymen et Fadhila Tlig, « Intelligence territoriale en Tunisie : sachants et/ou acteurs », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3590 ; DOI : 10.4000/rfsic.3590

Haut de page

Auteurs

Vincent Meyer

Sociologue, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, université Nice Sophia Antipolis-Université Côte d’Azur, membre de l’URE //TransitionS, Institut méditerranéen du risque, de l’environnement et du développement durable, vincent.meyer@unice.fr

Mohamed Haddad

Docteur en sciences de l’Information et de la communication, Enseignant - chercheur à l’Institut supérieur de gestion de Gabès et depuis 2015, Maitre-assistant, à la Faculté de sciences et des études humaines Alghat, Université Al-Majmaah, Ryiadh-KSA, membre de l’UR Recherches, Entreprise et Décisions, ISG Gabès, haddadmohamed@hotmail.com

Balkis Mzioudet Faillon

Docteure en sciences de l’information et de la communication, Professeure au Lycée Jessé de Forest Avesnes-sur-Helpe et formatrice à l’École nationale de Protection judiciaire de la jeunesse, Roubaix, balkismzioudet@gmail.com

Syrine Ben Slymen

Docteure en sciences de l’information et de la communication, Enseignante-chercheure à la Faculté d’économie et des sciences de gestion de Mahdia, syrinebenslymen@gmail.com

Fadhila Tlig

Doctorante en cotutelle internationale de thèse, université de la Manouba (doctorat en Management) et université Cote d’Azur (doctorat en sciences de l’information et de la communication). Membre du laboratoire RIGUEUR (Tunisie) et de l’URE //TransitionS (France), tlig.fadhila@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page