Navigation – Plan du site
Spicilège

L’as-tu lu, l’as-tu vu. Les étudiants et les adaptations cinématographiques

Adeline Clerc-Florimond et Lylette Lacôte-Gabrysiak

Résumés

Si de nombreux travaux dans des domaines aussi divers que la narratologie, le droit ou le marketing portent sur les adaptations cinématographiques, peu d’études s’intéressent à la perception et la représentation de ces adaptations du point de vue des publics. Le présent article propose d’étudier la réception des adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires par un public estudiantin. Les résultats de cette enquête de terrain s’appuient sur un échantillon de 330 questionnaires et sur une douzaine d’entretiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Oury Antoine, 2014, « Cinéma : 40 % des grands succès sont des adaptations », Actualitté, www.actua (...)
  • 2 Sepausy Victor de, 2018, « Du livre au film : comment adapter et valoriser une œuvre littéraire ? » (...)
  • 3 A titre d’exemple, une revue des presses académiques d’Oxford est entièrement consacrée aux adaptat (...)
  • 4 Le premier théoricien du cinéma ayant posé la question de l’adaptation cinématographique en termes (...)
  • 5 Laurichesse Hélène, 2006, Quel marketing pour le cinéma ?, Paris : CNRS Éd. (Cinéma & Audiovisuel).
  • 6 Pour le détail des étudiants interrogés : Pauline (24 ans) en M2 psychologie, Adrien (20 ans) en L1 (...)

1Les adaptations cinématographiques sont de plus en plus incontournables1 : En France, près d’un film sur cinq est le fruit d’une adaptation littéraire qu’elle soit française ou étrangère. La richesse et la diversité de la production littéraire, sans cesse renouvelées, offrent aux producteurs une large palette de choix. Les genres les plus prisés restent le roman et la nouvelle (62 %), la littérature jeunesse (12 %), la bande dessinée (11 %)2. A l’heure où les scénarios originaux deviennent de plus en plus rares, on peut se demander si livres et films touchent finalement les mêmes publics, si le lien entre une œuvre et son adaptation est finalement si automatique, si fort permettant, en partie, d’éclairer ces choix de recours à des succès du livre pour en faire des succès cinématographiques. Or, si de nombreux travaux3 dans des domaines aussi divers que la narratologie4, le droit ou le marketing5 portent sur les adaptations cinématographiques, peu d’études s’intéressent à la perception et la représentation de ces adaptations du point de vue des publics. Il faut toutefois mentionner les travaux de Christine Détrez (2003, 2006) qui s’est intéressée aux adaptations issues de la culture classique, et notamment aux feuilletons et aux comédies musicales adaptées d’œuvres littéraires qui rencontrent un large succès auprès des adolescents (entretiens semi-directifs réalisés auprès de jeunes âgés de 11 à 17 ans). Pour la présente étude, nous avons choisi de cibler les étudiants. Nous émettons l’hypothèse qu’ils sont particulièrement sensibilisés à la question dans la mesure où ils font partie de la « génération Harry Potter » et que de plus en plus de blockbusters sont issus d’œuvres de fiction adolescentes telles que les séries Twilight, Hunger Games ou Divergente qui visent particulièrement cette tranche d’âge. Afin d’avoir une première approche de la manière dont les étudiants considèrent les adaptations, nous avons effectué une enquête quantitative portant sur 330 étudiants du campus Lettres et Sciences Humaines à Nancy (Université de Lorraine). Les questions posées étaient limitées et portaient principalement sur les genres de livres lus et de films vus ainsi que sur la disposition des personnes interrogées à passer du film au livre et inversement. Le traitement de cette enquête a été effectué à l’aide du logiciel Sphinx. À cela s’ajoute une douzaine d’entretiens semi-directifs6. Il s’agit principalement d’étudiants de licence qui, par la nature de leurs études, sont sans doute plus sensibilisés que la moyenne aux films vus au cinéma. Nous ne recherchions pas un échantillon représentatif mais souhaitions poser quelques éléments de réflexion. Les questionnaires et les entretiens ont été réalisés de septembre 2015 à mars 2016.

2L’objet du présent article est ainsi de saisir le point de vue des étudiants sur les adaptations cinématographiques en recherchant d’abord leurs pratiques déclarées et effectives (le film amène-t-il au livre et le livre au film ?) puis en interrogeant les représentations qu’ils associent aux adaptations, les atouts et les limites qu’ils identifient à cette pratique et les fantasmes liés à la mise en image du livre.

Des pratiques culturelles limitées et grand public

  • 7 Concernant les pratiques culturelles des jeunes et leur rapport avec le cosmopolitisme, voir Cicche (...)

3Avant d’étudier les représentations que se font les étudiants des adaptations cinématographiques, il semble utile de voir ce qui caractérise leurs pratiques quant au cinéma et à la lecture de livre7.

Le cinéma : une pratique sociale de loisir

4Les étudiants que nous avons interrogés vont au cinéma régulièrement (généralement un peu plus d’une fois par mois). Ils sont particulièrement attirés par les blockbusters américains, les films d’action et les comédies françaises. Ils privilégient également les films avec des effets spéciaux. De fait, ils considèrent davantage le cinéma comme une pratique de loisir et de sortie, notamment familiale, que comme une pratique réellement culturelle : ils ne vont pas seuls au cinéma et choisissent des films susceptibles de plaire à tous. Le fait d’être étudiant conduit certains d’entre eux à aller davantage au cinéma (proximité et tarifs préférentiels), alors que d’autres, avec l’entrée à l’université ou l’avancée en âge, ont vu leurs pratiques de sortie évoluer : « Etrangement, j’y vais moins [au cinéma]. Maintenant, on va plus au bar » (Flore). En parallèle, ce sont toutes leurs pratiques culturelles qui se modifient. D’une manière générale, ils regardent beaucoup de séries, notamment en streaming, ce qui leur prend du temps et contribue, voire suffit, à « assouvir les besoins de fictions filmées plus que les films » (Gatien). Enfin, nous leur avons demandé ce qui, selon eux, fait un bon film. Les réponses sont assez proches. Tout d’abord, c’est la fonction expressive du cinéma qui est évoquée : l’envie d’être « transcendé », « transporté », l’impératif d’« être pris dedans », que le film « me sorte de chez moi » ou encore que le film « me fasse ressentir quelque chose ». Est également citée l’importance du scénario, du rythme, des acteurs mais aussi de la bande-originale, autant de critères qui, réunis, doivent former un tout cohérent.

  • 8 Danard Benoît, 2015, Les jeunes et le cinéma. 18es Rencontres Nationales Art et Essai Jeune Public, (...)
  • 9 Donnat, Olivier, Ministère de la culture et de la communication. Les pratiques culturelles des fran (...)
  • 10 Concernant les genres préférés de livres et de films, nous avons principalement utilisé l’étude d’O (...)

5Si l’on se réfère aux enquêtes sur les pratiques cinématographiques des jeunes, l’étude sur les jeunes et le cinéma commanditée par le CNC en 2015 montre que les 15-24 constituent 16,6 % des spectateurs de cinéma alors qu’ils ne représentent que 12,3 % de la population française. Le cinéma constitue leur première sortie culturelle8. Dans l’enquête d’Olivier Donnat9 sur les pratiques culturelles des français10, les étudiants interrogés disent préférer les films comiques à 52 % et les films d’action à 36 % (2 choix possibles dans une liste de 14 items). Les mêmes choix ressortent de notre enquête quantitative puisqu’à la question concernant les genres de films vus au cinéma, les étudiants répondent à 72,4 % des films comiques, à 63,3 % des films de fantasy, à 61,2 % des films d’actions et à 53,3 % des films de science-fiction.

Le livre : un objet estimé mais peu utilisé

6Concernant leurs pratiques de lecture, beaucoup parmi les étudiants interrogés reconnaissent être de petits lecteurs, voire des non-lecteurs. Ils expliquent cet état de fait par un manque de temps qui s’accroît depuis leur entrée dans le supérieur, à l’image de Flore : « Je regarde beaucoup de séries. Je n’ai plus le temps. La littérature c’est fastidieux et ça prend du temps ». Manon qui annonce lire une cinquantaine de livres par an concède qu’il est tout de même « plus facile d’aller au cinéma ». Elle précise plus loin qu’elle lit moins aujourd’hui car elle est plus souvent avec des amis alors que la lecture est une pratique solitaire. Logiquement, c’est donc pendant les vacances qu’ils lisent le plus comme Pauline qui s’octroie deux mois de lecture intensive de romans policiers pendant l’été. Plus encore, le livre reste un recours en cas d’ennui, comme en témoigne Malaury : « J’arrive pas à être dans des phases intenses de pratiques culturelles sauf Le Seigneur des Anneaux en vacances parce que je m’ennuyais ». Certains d’entre eux ont même des réactions étonnantes qui mettent en lumière le faible degré de familiarité qu’ils entretiennent avec l’objet livre : « J’essaie de me mettre à lire, maintenant j’en ai trois [livres] chez moi » (Marion). Ils ont conscience de lire peu et le déplorent comme Elena : « En ce moment je ne lis pas, plus le temps […] je trouve ça dommage de ne plus lire des livres » ou encore Marion qui déclare n’avoir jamais fini un livre et entamer Harry Potter « seulement maintenant ». Valentin, qui n’a pas lu de livres enfant le regrette et déclare faire des efforts : « Je n’ai pas lu de romans. Je n’ai pas pris l’habitude, mais j’essaie de la prendre ». S’ils ne lisent que peu de romans, ils ne lisent pas beaucoup plus de bandes-dessinées, de mangas ou de comics. Par ailleurs, un seul d’entre eux se présente comme un lecteur de livres de science-fiction.

  • 11 Même si la lecture n’est plus un marqueur social aussi fort comme elle avait pu l’être dans les ann (...)

7En filigrane, on comprend que les étudiants interrogés attribuent une légitimité culturelle très élevée au livre11. Ils pensent que lire un livre a toujours une utilité, ne serait-ce que par le vocabulaire qu’il permet d’acquérir et la syntaxe qu’il permet de travailler (Elena). La crainte de ne pas être en mesure de comprendre tout ce qu’ils lisent est réelle tout comme le caractère scolaire solidement associé à la littérature. Celui-ci s’accompagne d’ailleurs de l’injonction classique qui est celle de la nécessité de lire pour apprendre. Mais à cet impératif s’ajoute toujours un sentiment d’effort : lire se révèle long et parfois compliqué. Pour Marion, avec un livre, « il faut faire travailler son cerveau ». Assez paradoxalement, ils choisissent leurs lectures sans tenir compte des critiques, mais sur les conseils de leurs proches, en fonction de la couleur de la première de couverture en librairie, ou encore parce que l’ouvrage n’est pas trop épais et écrit en gros caractères. C’est donc l’objet livre lui-même – sans précision sur son contenu – qui est jugé comme porteur de savoir. Par conséquent et sans surprise, les livres lus sont souvent des best-sellers : Amélie Nothomb, Marc Levy, Agatha Christie, des romans jeunesse et de la fantasy.

8Tout comme pour les films, nous leur avons demandé de citer les critères révélateurs d’un bon livre qui sont en grande partie semblables à ceux énoncés pour les films. Le suspens : « C’est un livre que je commence et que je ne peux pas lâcher» (Brian), la capacité à faire voyager : « S’évader, raconter une histoire » (Valentin) et la fonction émotive du texte : « J’aime ressentir des émotions comme au ciné » (Marion). Enfin, en adéquation avec la valeur culturelle qu’ils associent à l’objet livre, plusieurs signalent son caractère didactique : « Quelque chose qui fait réfléchir » résume Elena. Alors que le scénario du film et son rythme sont cités comme critères de réussite, la narration, le style d’écriture d’un livre demeurent à la marge, signe que l’esthétique littéraire est ici hors de propos.

  • 12 Lacôte-Gabrysiak Lylette, 2015, « La lecture des étudiants entre plaisir et contraintes », Communic (...)
  • 13 Les nombreux travaux de Christine Détrez sur les jeunes et la lecture arrivent aux mêmes conclusion (...)
  • 14 Vincent Gérard, Armelle, Chomet, Natacha, CNL, IPSOS, 2017. Les français et la lecture 2017. Paris  (...)

9Une précédente enquête sur la lecture de livres des étudiants12 réalisées en 2011 auprès d’un panel de 461 étudiants issus de formations diverses (techniques, artistiques, littéraires, etc.) aboutissait à des résultats assez similaires. La majorité des étudiants interrogés étaient de petits lecteurs puisque 54,9 % d’entre eux lisaient au maximum 5 livres par an. Les filles lisaient plus que les garçons comme cela est démontré par l’ensemble des enquêtes sur les pratiques de lecture. Surtout, dans un classement des « loisirs » préférés, la lecture de livre apparaissait en avant-dernière position après le temps passé avec des amis, le sport, internet (avec le flou que cela recouvre), la télévision, les jeux vidéo et le cinéma. C’est le manque de temps qui justifiait, selon les étudiants interrogés, le peu de temps consacré aux livres13. Dans une question à choix multiples où il leur était demandé pourquoi ils lisaient, 59,7 % disaient aimer lire et 39,7 % disaient lire afin d’accroître leur culture et leur savoir, ce qui montre l’image rémanente du livre comme source de connaissance. Concernant les genres de livres lus, mangas/BD puis ouvrages de fantasy étaient les plus cités mais le plus remarquable était la prédilection affichée pour les titres grand public et les best-sellers. Face à ce constat relativement pessimiste, la dernière étude commanditée par le CNL14 tend à montrer un renouveau de la lecture qui reste à confirmer : le nombre de livres lus serait ainsi en augmentation (17 par an en moyenne pour les 15-44 ans), enfin les 15-24 ans seraient maintenant 89 % à lire pour leurs loisirs contre 77 % en 2015.

Pratiques des étudiants en matière d’adaptations cinématographiques 

10Après avoir dressé un rapide portrait des pratiques cinématographiques et de lecture de notre échantillon, il s’agit maintenant d’interroger celles liées aux adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires.

Des goûts en inadéquation

  • 15 Les bandes dessinées n’étaient pas identifiées comme un « genre » dans le questionnaire.

11Dans le cadre de l’enquête quantitative comme lors des entretiens que nous avons réalisés, un paradoxe semble se faire jour. D’après l’enquête, ce que les étudiants lisent le plus c’est de la littérature15 fantastique/fantasy, puis de la romance (80 % de filles dans l’échantillon), enfin de la science-fiction et des policiers. En revanche, ce qu’ils vont le plus voir au cinéma (72,4 %) ce sont des films comiques puis du fantastique/fantasy, des films d’actions, et enfin de la science-fiction. Les romances ne sont vues que par 41,8 % d’entre eux alors qu’ils sont 53,93 % à en lire. Il en va de même pour les policiers : 40,3 % en lisent mais seulement 36,4 % vont en voir au cinéma. De la même manière, selon les entretiens réalisés, les étudiants vont voir des films à grand spectacle ou des films comiques (par exemple Les Tuches) mais lisent d’abord des romans sentimentaux ou des romans policiers.

  • 16 Sur la capacité de coproduction des amateurs, mais aussi des fans, voir notamment les travaux de Mé (...)

12Cette absence d’homologie entre les goûts littéraires et cinématographiques tient en grande partie à la nature des œuvres elles-mêmes : les gens aiment les films comiques et le genre « comique » alors qu’en littérature le roman « comique » n’est pas un sous-genre reconnu. Il en va de même pour l’action car s’il existe de nombreux films d’action, il n’y a pas, à proprement parler, de livres d’action. En revanche, les films d’action étiquetés comme tels ont souvent un fond de policier et de nombreux romans policiers comportent des scènes d’action. Un genre présent dans les deux formes culturelles est la romance. Considérée davantage comme une lecture de l’intime que comme spectacle, elle est toutefois plus souvent lue que vue au cinéma. La fantasy, quant à elle, est un genre bien plus présent dans la littérature et le cinéma. De plus, la forme longue des récits de ce genre a une incidence positive sur la création de communautés de fans16 qui passeront plus facilement d’une forme culturelle à l’autre et s’en feront les hérauts. Ajoutons que les romans classés en littérature jeunesse liés à ce genre peuvent trouver un public élargi à travers leurs versions adaptées au cinéma.

  • 17 Voir, à nouveau, l’enquête d’Olivier Donnat (ibid.).

13Des inadéquations plus parlantes concernent sans doute la science-fiction et les policiers. Si le lectorat des romans de science-fiction reste limité, hormis pour quelques auteurs tels que Bernard Werber ou de littérature young adult où ce genre est très représenté, nombreux sont les spectateurs à priser ce genre au cinéma. Concernant les romans policiers, c’est le genre le plus lu. Les séries policières sont surreprésentées à la télévision pourtant, dans les enquêtes, le genre policier n’est pas dans les genres préférés en salles17. Dans les deux cas, cela résulte sans doute d’une recherche de « grands spectacles » dans les films vus au cinéma. Ainsi donc ce paradoxe peut-il s’expliquer d’une part par la différence de la catégorisation des genres entre les deux formes culturelles et, d’autre part, par la nature des films de cinéma. Devenus sortie de loisirs face à la concurrence gratuite des films diffusés à la télévision ou en streaming et des séries télévisées, les films en salle attirent un public à la recherche de divertissement familial ou de sensations sur grand écran privilégiant ainsi les effets spéciaux.

Du film au livre, du livre au film

14Nous avons voulu étudier plus précisément le phénomène de va et vient entre livre et film autant au niveau des entretiens que de l’enquête quantitative. Une limite est apparue tenant principalement au fait que les étudiants lisent peu. Par exemple, Malaury signale à propos des romans Nos étoiles contraires et La face cachée de Margo, tous deux de John Green : « J’ai vu les films et après j’ai su que c’était un livre, mais je n’ai jamais voulu les lire : peut-être parce qu’ils sont trop gros ». Une autre limite est que les étudiants interrogés reconnaissent ne pas toujours savoir que les films sont tirés de livres et l’apprennent souvent par la suite. Quand on leur demande de nommer des adaptations, ils citent avant tout des blockbusters tirés de romans adolescents sortis récemment. Parmi les réponses courantes, nous retrouvons la série des films Harry Potter, Twilight, mais également 50 nuances de Grey ou encore des films tirés des bandes-dessinées d’Astérix. Enfin, certains films issus d’œuvres plus littéraires sont également cités comme Gatsby le magnifique.

15Concernant l’envie ou non de voir le film après avoir lu le livre, la question de la déception est la première évoquée, comme si l’adaptation constituait une prise de risque : « J’ai peur d’être déçue car généralement ce que j’ai lu, ça me suffit » (Pauline). « ça dépend du livre. ça me plaît tellement que je me dis pas d’adaptation, sinon déception. Elle risque d’être ratée » (Manon). « Avant j’étais plutôt de cette école-là. Lire et ensuite regarder, mais je me disais toujours que c’était moins bien que le livre de toute façon. Maintenant j’essaie de faire la part des choses. Je fais moins souvent dans cet ordre, même si j’en ai lus pas mal après avoir vu le film. En plus ça peut être adapté cinq ans après (des livres que j’ai lus quand j’étais enfant). J’ai pris de la distance entre les deux formes culturelles » (Gatien). Concernant l’enquête quantitative, il était demandé aux étudiants s’ils allaient voir au cinéma l’adaptation d’un livre qu’ils avaient lu. 16,7 % ont répondu jamais, 25,2 % rarement, 30,6 % parfois, 19,1 % souvent et 8,5 % très souvent. Ainsi, si l’on compile ces résultats, on peut dire que le fait qu’un livre lu soit adapté au cinéma n’entraîne pas systématique le fait d’aller le voir à l’écran puisque seulement 27,6 % des étudiants interrogés vont très souvent ou souvent au cinéma voir l’adaptation d’un livre qu’ils ont lu alors qu’ils sont 41,9 % à n’y aller que rarement, voire pas du tout. Cette méfiance ou ce désintérêt pour les œuvres adaptées est donc un phénomène fort.

16Qu’en est-il du phénomène inverse ? Le fait d’avoir vu un film au cinéma, de l’avoir aimé, pousse-t-il davantage les spectateurs à aller lire le livre dont il est issu ? « J’ai envie, mais j’ai pas toujours le temps. Je me dis en sortant que ce serait bien de lire et j’oublie » (Pauline). « La plupart du temps j’ai envie, mais j’ai pas le temps » (Adrien). Ainsi, s’ils n’ont pas le temps de lire en général, le fait d’avoir vu un film ne suffit pas à dépasser cette limite en les conduisant au livre originel. Pourtant, on remarque dans leur discours que si eux-mêmes lisent rarement le livre après avoir vu le film, ils pensent que cette pratique est extrêmement répandue.

17Concernant l’enquête quantitative, nous avons demandé aux personnes interrogées si elles lisaient le livre dont était tiré le film après avoir vu celui-ci au cinéma : 22,4 % ont répondu jamais, 22,7 % rarement, 18,2 % parfois, 25,2 % souvent et 11,5 % très souvent. Ainsi, en regroupant les résultats, nous pouvons dire que si 36,7 % des étudiants interrogés disent aller du film au livre souvent ou très souvent, 45,1 % ne le font jamais ou rarement. De fait, les films amènent plus de spectateurs vers la lecture du livre que les livres n’amènent de lecteurs vers le visionnage des films. Une autre différence importante porte sur l’item « parfois » : 30,6 % des étudiants disent aller « parfois » voir le film tiré d’un roman qu’ils ont lu alors qu’ils ne sont que 18,2 % à aller « parfois » lire le livre dont est tiré le film qu’ils ont vu. Donc les étudiants semblent avoir des pratiques plus stables dans le sens du film au livre (puisqu’ils le font « souvent/très souvent » ou « rarement/très rarement » beaucoup plus que « parfois ») que dans le sens du livre au film où la réponse « parfois » est davantage citée. Nous pouvons en déduire que le fait d’aller voir au cinéma l’adaptation d’un livre qu’ils ont préalablement lu dépend du livre dont il s’agit, de leur attachement à l’auteur, de l’existence de plusieurs tomes, etc.

18Issue de l’enquête quantitative, une autre donnée s’avère intéressante : il s’agit de mesurer la fréquence du passage d’un support à l’autre quel qu’en soit le sens (du livre au film ou du film au livre). D’après le tableau suivant, nous pouvons voir que seulement 10,9 % des personnes interrogées passent souvent ou très souvent du livre au film et du film au livre alors que 46,7 % ne le font que parfois, rarement ou pas du tout. Ce résultat va donc à l’encontre des discours rencontrés lors des entretiens au cours desquels les étudiants établissaient un lien fort entre les deux formes narratives. Enfin, ce tableau nous montre que 25,8 % ne vont que peu du livre au film mais vont souvent du film au livre. A contrario, ils ne sont que 16,7 % à adopter l’attitude inverse, c’est-à-dire à aller souvent du livre au film, mais rarement du film au livre. Comme déjà vu à partir des résultats précédents, cela montre que le film est plus souvent prescripteur de la lecture du livre que l’inverse.

Tableau n° 1. Passage d’une forme narrative à l’autre

Livre après ciné

Ciné après le livre

Jamais, rarement, parfois

Souvent très souvent

16,7 %

Jamais, rarement, parfois

46,7 %

25,8 %

72,4 %

Souvent, très souvent

16,7 %

10,9 %

27,6 %

TOTAL

63,3 %

36,7 %

Lecture du tableau : 46,7 % des étudiants interrogés lisent jamais/rarement/parfois le livre après avoir vu l’adaptation et vont au cinéma jamais/rarement/parfois voir l’adaptation d’un livre qu’ils ont lu préalablement 10,9 % des étudiants interrogés lisent souvent/très souvent le livre après avoir vu le film et vont voir souvent/très souvent le film après le livre. 25,8 % lisent souvent/très souvent le livre après avoir vu le film mais ne vont jamais/rarement/parfois au cinéma voir l’adaptation d’un livre qu’ils ont lu. Enfin 16,7 % lisent jamais/rarement/parfois le livre après avoir vu le film mais vont souvent/très souvent voir l’adaptation d’un livre qu’ils ont lu.

Les cas particuliers de la fantasy et des séries-sagas

  • 18 Les séries peuvent concerner des romans de littérature générale ou policière ou encore des bandes d (...)
  • 19 Concernant les littératures de l’imaginaire, leur définition et leur périmètre actuel voir : Besson (...)
  • 20 Attention la population de référence change pour chaque catégorie : pour « tous » le total des répo (...)

19Après avoir établi ces résultats généraux, nous avons tenté de voir ce qui pouvait les faire varier. Finalement, les critères les plus décisifs portent sur le genre et sur le phénomène de sagas ou de séries18. Les graphiques ci-dessous permettent de comparer les résultats pour l’ensemble de la population interrogée à ceux obtenus par deux de ses sous-ensembles : les lecteurs de littérature de l’imaginaire19 et les lecteurs de séries ou de sagas20.

Graphique n° 1. Du livre au film, graphique comparatif entre l’ensemble de la population interrogée, les lecteurs de littérature de l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas

Graphique n° 1. Du livre au film, graphique comparatif entre l’ensemble de la population interrogée, les lecteurs de littérature de l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas

Lecture du tableau : barres vertes : environ 27 % de l’ensemble des étudiants interrogés vont souvent ou très souvent au cinéma voir les films dont ils ont lus le livre, alors que les étudiants qui lisent de la littérature de l’imaginaire sont environ 31 % à le faire. Quant aux lecteurs de séries-sagas (issus de la population générale et sans doute en partie les mêmes que les lecteurs de littérature de l’imaginaire), ils sont un peu plus de 35 % à aller souvent ou très souvent voir le film tiré d’un livre lu préalablement.

Graphique n° 2. Du film au livre, graphique comparatif entre l’ensemble de la population, les lecteurs de littérature du l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas

Graphique n° 2. Du film au livre, graphique comparatif entre l’ensemble de la population, les lecteurs de littérature du l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas
  • 21 Jenkins Henry, 2013 [2006], La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’angl (...)
  • 22 Voir les travaux sur la sérialité, notamment Gelvarec Hervé, 2012, La sériephilie. Sociologie d’un (...)

20Les lecteurs de fantasy et de séries-sagas font donc plus souvent que les autres le lien entre film et livre. Ils passent plus facilement d’une forme narrative à l’autre et ce, particulièrement dans le sens du film vers le livre (ce qui est le sens généralement privilégié comme cela a été vu plus haut). Cela peut, en partie, s’expliquer par la création de communautés de fans autour de ce type d’œuvres. On peut également poser l’hypothèse d’un phénomène en partie générationnel. Les étudiants actuels ont « vécu » en tant que cœur de cible la saga Harry Potter ou Twilight. Ces succès mondiaux sont déclinés en série et leurs adaptations ont suivi de très près, voire se sont intercalées, avec la sortie des romans, ce qui fut à l’origine d’une forte incitation à passer des films aux livres et inversement. Ici, la construction d’univers transmédiatiques21 avec une déclinaison de produits culturels et dérivés a joué un rôle considérable. Au-delà même du genre, ces étudiants ont été touchés par des phénomènes jamais ou rarement vus auparavant qui sont devenus de plus en plus courants avec l’émergence d’autres séries comme Hunger Games ou Divergente22.

Les adaptations cinématographiques ou le livre en image

  • 23 Hiérarchie culturelle proche de celle mise en évidence dans les écrits de Pierre Bourdieu (notammen (...)
  • 24 Cléder Jean et Wagner Frank (2017) explorent le lien et l’influence de la littérature sur le cinéma (...)

21Comme nous l’avons dit, la plupart des étudiants interrogés ont à l’esprit une représentation de la hiérarchie culturelle dont le livre occupe le sommet23. Cela est sans doute lié à la vision très scolaire qu’ils se font de l’objet livre et ce point de vue oriente et justifie leurs avis sur les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires. Ainsi lorsqu’on les interroge sur l’hybridité de cet objet culturel, ce n’est pas la variété des formes possibles qui est d’abord évoqué, mais leur gémellité. Pour la majorité d’entre eux, il importe que le film soit une copie quasi exacte du livre24, « une fidélité à au moins 85, 90 % » estime Pauline, seuls Adrien et Brian, tous deux étudiants en études culturelles ont un point de vue plus nuancé : « il faut un rapport fort avec le média d’origine et savoir s’en détacher pour créer une nouvelle œuvre qui doit avoir son public » (Adrien). Si l’on tente de mieux comprendre cet impératif, voire « devoir » de fidélité (Adrien) entre le livre et le film auquel les étudiants accordent tant d’importance, on constate que celui-ci s’exprime à travers quatre éléments touchant à la fois le récit lui-même, l’activité de création, le public ciblé et le succès que rencontre l’objet culturel dans l’espace public et marchand. Ici les résultats de la présente étude se rapprochent de ceux auxquels aboutit Christine Détrez dans sa propre enquête menée auprès d’un public adolescent (2003).

La trame narrative, un copier-coller

22Même s’ils voient en l’adaptation cinématographique une transposition audiovisuelle fidèle d’une œuvre littéraire, les étudiants interrogés ne vont pas jusqu’à dire qu’elle doit en être un calque parfait et ont conscience des différences entre un livre et un film. Toutefois, ces différences concernent le plus souvent la partie descriptive du livre portant sur les lieux ou les personnages. L’image étant perçue comme le substitut de longues descriptions, elle autorise la suppression d’éléments narratifs présents dans le livre. Dans ce cas, les raisons invoquées sont celle de la simple contrainte technique puisqu’un film est forcément plus court qu’un livre. La notion de durée revient régulièrement dans les commentaires des étudiants. Ainsi, Pauline explique avec évidence qu’un film dure en moyenne entre 2h et 3h et que la lecture d’un livre met plus de temps. Mathématiquement, cela signifie qu’il faut opérer des choix, supprimer des éléments narratifs et condenser l’intrigue. Et puisqu’il faut respecter les « grandes lignes » du livre, il est sous-entendu qu’il ne faut pas modifier la trame du récit initial au niveau des personnages comme du déroulement des actions. Les parties descriptives d’un récit littéraire donnent plus de détails quand il s’agit de dresser le portrait physique et psychologique d’un personnage (Valentin) ou de décrire un paysage. A contrario, un film, par le biais de l’image, permet de faire l’économie d’une bonne part de ces descriptions. De même, l’image, par une force significative plus immédiate, autorise des ellipses temporelles plus importantes et plus nombreuses. Ainsi, le temps long de la lecture (entre 6h et 8h en moyenne pour un livre) offre certes un contenu plus dense, mais entre en conflit avec la limite du temps de loisir disponible souvent évoquée. À l’heure du numérique, le temps passé devant les écrans entre en concurrence avec les autres pratiques culturelles ce qui a pour conséquence de mesurer la consommation culturelle et de la soumettre à un souci de rentabilité.

  • 25 Voir les écrits d’Umberto Eco (1979) sur la co-construction de l’œuvre.

23De plus, la lecture demande plus d’efforts puisqu’il lui faut son propre imaginaire. L’économie textuelle est compensée par la richesse des images, lesquelles permettent davantage de s’évader car elles nécessitent moins d’efforts de la part du spectateur. « On nous balance une histoire et on se plonge dedans » résume Simon. Ici, à l’inverse du livre, les étudiants pensent que l’image est univoque et construit automatiquement un monde de références commun et partagé. Ils ont une vision essentialiste de l’image, comme si celle-ci parlait d’elle-même, composait un langage commun, était plus accessible et ne nécessitait qu’un très faible travail d’interprétation. « Il y a moins d’avis divergents sur un film que sur un livre » estime par exemple Flore. L’univers mental du lecteur est considéré comme étant plus « intime » que celui proposé par une image projetée sur grand écran et partagée par l’ensemble des spectateurs. Les étudiants interrogés semblent plus sensibles à la capacité de co-construction du lecteur. Dans un livre, déclare Marion, « on n’aura pas tous la même vision des choses. C’est notre monde à nous ». Cela renvoie encore une fois à la représentation qu’ils se font de la littérature comme une activité nécessitant un travail plus difficile d’interprétation25.

  • 26 La dimension esthétique n’est que rarement interrogée par les étudiants. Les seules fois où elle es (...)

24Outre l’économie descriptive, la plupart des étudiants tolèrent donc également que certaines scènes présentes dans le livre soient absentes à l’écran. Par exemple, ils ont été plusieurs à déclarer avoir accepté et compris que l’adaptation de Cinquante nuances de Grey soit une version moins érotique que le livre de E.L. James : « J’ai bien aimé l’adaptation même si des scènes manquent. Dans le bouquin, c’est plus cru, ce qui est impossible pour le film sinon il aurait été interdit aux moins de 18 ans » (Manon). Mais ce degré de tolérance est en fait assez mince. L’essentiel du livre se résume à la trame générale de l’histoire26, c’est-à-dire la chronologie des actions et leur issue, les personnages, les paysages et l’époque dans laquelle se déroule l’histoire qui tous doivent être respectés. Sinon, « à quoi bon parler d’adaptation ? » se demande Pauline. Ainsi, lorsqu’on leur demande pour quelles raisons ils ont aimé ou pas une adaptation, le respect ou le non respect de l’histoire ou d’un élément de l’histoire tel que raconté dans le livre est toujours mentionné en premier lieu. Ils y sont très sensibles et sont surtout très critiques à cet égard. Pauline a par exemple beaucoup aimé l’adaptation d’Astérix mission Cléopâtre car « l’histoire y est respectée » et « les décors « bien transposés ». Il y a peu d’exceptions à cette règle, nous pouvons signaler le film Roméo + Juliette de Baz Lurhmann réalisé en 1996, qui transpose l’œuvre de Shakespeare au XXème siècle et qui a été mentionné comme étant une très bonne adaptation alors même que le récit a été transposé dans une autre époque. Cela est sans doute lié au fait que la transposition temporelle d’une pièce de théâtre du XVIème siècle à l’époque contemporaine la rend peut-être plus accessible et lève un certain nombre de barrières psychologiques, dont celle de l’autocensure. De même Gatien prend l’exemple du livre L’Amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder. Son adaptation à l’écran, très éloignée du livre, a plu parce que c’est l’auteur lui-même qui a écrit le scénario du film. On en trouve d’ailleurs une version à la fin du roman.

25Mais, concernant le respect du livre au niveau de son adaptation, l’exemple le plus symptomatique est sans doute la saga Harry Potter, qui étant donné l’âge des répondants, a été citée par l’ensemble des étudiants. L’ensemble de l’échantillon a donc vu et lu au moins un des tomes de la série, parfois en anglais pour « améliorer la langue » (Brian). Plusieurs déclareront avoir grandi dans le « bain Harry Potter » et avoir été bercés par les histoires de l’apprenti sorcier. Ces métaphores éclairent parfaitement cette « génération Harry Potter » dont on a souvent dit qu’elle a renoué avec la lecture grâce aux personnages imaginés par J.K. Rowling. À propos des adaptations, deux exemples reviennent dans les entretiens et éclairent parfaitement l’attachement qu’ont les étudiants au livre, pris comme référence unique. La transposition à l’écran de la chasse aux horcrux du 6ème tome a suscité beaucoup de commentaires : manque d’explications, ellipses temporelles, enchaînement illogique des actions notamment, autant de critiques formulées à l’égard d’une séquence jugée mal adaptée. De la même manière, certains estiment également que la représentation cinématographique de la mort de Dumbledore est trop éloignée du récit. Cette remarque est plus subtile parce qu’elle ne porte pas sur la logique du récit, mais renvoie aux sentiments éprouvés par le lecteur-spectateur. En effet, les étudiants ayant évoqué cette scène regrettent de ne pas avoir été aussi touchés par cette partie du film qu’ils ne l’ont été par la lecture du passage écrit. « Dans le dernier, Dumbledore meurt et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Dans le film, on ne ressentait rien » regrette Manon. Ainsi la fidélité à l’œuvre littéraire dépasse largement le respect de l’histoire et gagne le degré d’intensité des sentiments éprouvés. Réduire le nombre de scènes pour respecter le format du film est donc accepté sous certaines conditions (respect du schéma narratif et émotions similaires). En revanche, ajouter des scènes dans le film pour séduire un certain type de public fait l’objet de jugements particulièrement négatifs. C’est le cas par exemple de l’adaptation d’Harry Potter : le Prince de sang-mêlé qui, selon Pauline, « s’attarde sur des amourettes d’ados » ou encore d’Eragon : « Une adaptation édulcorée avec une cible adolescente et un rajout de gore inutilement » (Adrien). Gatien abonde en ce sens et déplore le « fan service » dans Bilbo le Hobbit : « Peter Jackson a mal cerné les fans du Seigneur des anneaux. Ce n’est pas une communauté qui attend qu’on mette d’autres personnages ».

26La plupart des étudiants interrogés cherchent donc dans le film des éléments de conformité avec le livre et traquent ceux qui s’en éloignent. Certains étudiants sont même sensibles au respect du découpage par tomes à l’image de Gatien : « Le 3ème film (Harry Potter) commence sur une scène de vingt minutes qui aurait pu être dans le précédent. C’était très mal découpé ». Il cite également la tendance qui consiste à faire deux films à partir d’un seul tome, une « pratique actuelle » qu’il juge « énervante ». La fidélité à l’œuvre originelle leur paraît si fondamentale qu’ils la considèrent comme acquise. Manon explique par exemple au sujet du roman Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald : « Heureusement que je l’ai vu parce que je n’avais rien compris au bouquin. C’était écrit de façon très compliquée. Le film a éclairé le livre ». Parce que le film est considéré comme étant une « photographie » (Gatien), une copie conforme du livre et parce que l’image est jugée plus accessible (opinion reposant sur des discours de démocratisation), il devient quelquefois un substitut du livre. Pour Gatien, l’adaptation permet de « démocratiser une œuvre littéraire ». D’une certaine façon, elle rassure le lecteur, l’accompagne et lui donne des clés de lecture en lui proposant un univers de référence. « J’ai du mal à imaginer la tête des personnages, donc moi je suis content de les voir. Une image mentale des personnages. ça m’aide. Je vais même voir les castings pour avoir des images avant de lire un livre » (Gatien). Flore le dit autrement : « ça met tout le monde au même niveau ». Certains étudiants vont plus loin et déclarent faire l’économie de la lecture quand celle-ci s’avère « difficile ». Tel est le cas de Marion qui, par facilité et dans un souci d’économie de temps, déclare s’être contentée de regarder l’adaptation du Rouge et le Noir de Stendhal plutôt que de lire le livre.

Vision fantasmée de la relation auteur-réalisateur

  • 27 Au sujet de ces rapports, voir le blog d’Emmanuel Pierrat « Chroniques juridiques » sur Livres Hebd (...)
  • 28 « L’adaptation s’est faite avec le précieux soutien de J. K. Rowling en coulisses. Une implication (...)

27La vision complémentaire des deux formes culturelles s’exprime également à travers l’image que les étudiants se font des liens, souvent fantasmés, entre l’auteur et le réalisateur27. En effet, pour beaucoup, récit littéraire et scénario sont proches du copier-coller, si bien que la moindre des choses est que le réalisateur ait lu le livre, ce que semble déplorer Flore pour l’adaptation d’Orgueils et Préjugés : « C’était vraiment nul. Ils ont perdu tout l’esprit du livre. Ils ont changé l’histoire comme s’ils n’avaient pas lu le bouquin ». Pour eux, une grande partie du travail du réalisateur est considérée comme étant « prémâchée » par l’auteur (Pauline). Une adaptation apparaît sans conteste comme une aubaine, voire une sinécure pour le réalisateur qui, d’une certaine façon, n’a plus qu’à reprendre le livre pour le filmer (« le scénario est quasi tout écrit » estime Valentin). Toutefois, cette situation n’est pas non plus perçue comme détachée de toute contrainte. Ils sont plusieurs à penser que le réalisateur doit tenir compte de l’avis de l’auteur, à la fois concernant le casting, les décors, les dialogues et les actions. Pour certains, il en va même de l’évidence : Le réalisateur doit « s’approprier le monde de l’écrivain avec son accord bien sûr » (Elena). En effet, ils estiment que l’auteur a droit de regard, mais aussi de veto sur les images tournées. « L’auteur doit donner son avis pour ne pas que l’adaptation soit mauvaise », déclare Flore. Manon abonde en ce sens : « Je sais pas trop comment ça marche, mais l’auteur doit être là pour diriger les choses. C’est un autre bébé pour lui. Il doit dire ce qui ne va pas et ce qui va je pense ». On le devine, le revers de l’ascendance de l’auteur sur le réalisateur concerne cet impératif de réciprocité et le manque de liberté qui en découle. Flore résume cet inconvénient identifié par la quasi-totalité des répondants : « Le réalisateur doit se sentir coincé concernant la liberté d’interprétation ». Cette vision utopique d’un travail à quatre mains – où le dernier mot revient toujours à l’auteur – trouve peut-être son origine dans des discours médiatiques qui ont largement relaté la présence quasi constante de J.K. Rowling sur le tournage des films issus de la saga Harry Potter. Flore le mentionne explicitement : « J.K. Rowling était là pour surveiller c’est pour ça que c’est une bonne adaptation ».28

  • 29 Voir par exemple : Heinich, Nathalie, 2000, Etre écrivain. Création et identité, Paris : La Découve (...)

28Un autre élément intéressant concernant ces liens de réciprocité entre auteur et réalisateur, porte sur la dépossession de l’œuvre vécue par l’écrivain. Déjà largement étudié par la sociologie de la littérature et notamment les recherches portant sur la posture de l’écrivain29, ce sentiment de dépossession trouve un lieu d’expression privilégié dans les adaptations cinématographiques d’œuvres littéraires. Puisqu’il s’agit de confier son œuvre à une tierce personne qui en fera une forme nouvelle, les étudiants pensent que « cela ne doit pas être très agréable de voir son œuvre adaptée par quelqu’un d’autre » (Gatien). Brian poursuit : « C’est son enfant, sa création à lui (l’auteur). C’est comme s’il était dépossédé de son œuvre. Il faut donc qu’il y ait un contrôle ».

  • 30 A propos des adaptations des bandes dessinées, voir : Mitaine David, et al., 2015, Bande dessinée e (...)
  • 31 « La vie d’Adèle : le blues de l’auteur de la BD », Le Point, 30/05/13. http://www.lepoint.fr/cultu (...)

29La réalité montre à quel point cette vision peut être utopique. La cession des droits relève du droit commercial et les conditions et restrictions imposées au réalisateur peuvent être extrêmement variables. En ce sens, l’exemple du film Palme d’Or à Cannes en 2013 La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, est éclairant30. On a beaucoup parlé du film, le succès en salle fut très remarqué (738 268 entrées en trois semaines). Or l’auteure de la bande dessinée dont le réalisateur s’est inspiré (Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, gagnante du prix du public au Festival d’Angoulême lors de la sortie de l’album en 2011) n’a jamais été contactée par le réalisateur au cours du tournage. De plus, elle n’a pas du tout été associée, même de loin, au succès du film. Si cette attitude d’Abdellatif Kechiche a suscité quelques articles de presse, à l’initiative de Julie Maroh, les arguments renvoyaient avant tout à un manque de politesse et de savoir-vivre de la part du réalisateur31.

La question du succès : lecteur d’un jour, spectateur de demain

  • 32 Concernant l’influence des adaptations cinématographiques sur la vente de livres, qu’il s’agisse de (...)

30Troisième espace où s’exprime l’idée d’une conformité entre œuvre littéraire et œuvre cinématographique, la question du public et celle, concomitante, du succès. Nombreux sont les étudiants à supposer que les lecteurs d’un jour seront les spectateurs de demain32. L’idée sous-jacente serait celle d’un seul et même public, ayant le même profil et surtout les mêmes attentes. C’est la raison pour laquelle ils pensent que le réalisateur a tout intérêt à « coller » (Elena) au plus près du livre sans quoi il décevrait une grande partie de ses spectateurs (« utiliser un public préexistant » selon Brian / « attentes du public qu’il ne faut pas décevoir » selon Pauline). Au-delà, pour les étudiants, la non fidélité à l’œuvre littéraire pourrait même nuire a posteriori à l’auteur. En effet, une mauvaise adaptation aurait, selon eux, des conséquences négatives sur l’ensemble de sa carrière, mais aussi sur sa réputation. L’inverse leur semble également exact : une bonne adaptation permettrait de (re)lancer un auteur. Pour beaucoup, la question de la carrière repose sur deux critères : la reconnaissance publique et l’argent. Même s’ils ont en tête le schéma d’inspiration romantique d’un auteur de renom sans ressource, ils pensent qu’une bonne adaptation permettrait de concilier ces deux critères. Lorsqu’on leur demande d’identifier quels sont les avantages pour un auteur de voir son livre adapté sur écran, la plupart mentionnent les retombées financières : « rachat des droits », « doper les ventes de livres », « succès commercial », « plus de bénéfices », « booster » ou « relancer les ventes de livres », et avancent le gain en notoriété si le film est un succès : « reconnaissance », « exposition publique », « rayonnement », « se faire connaître ». À l’inverse, les inconvénients pour l’auteur seraient surtout liés à l’insuccès du film : « Si le film est raté, cela peut entacher toute son œuvre » (Valentin).

31On l’aura compris, l’adaptation, aux yeux des étudiants, est bien plus hasardeuse pour l’auteur que pour le réalisateur. Ce dernier ne prend finalement que très peu de risques à condition qu’il respecte l’œuvre initiale. « Le livre c’est l’œuvre originale quand même !» s’exclame Manon tout en se promettant de lire d’abord Tolkien avant de regarder Le Seigneur des anneaux sur écran. « Y a une valeur sûre à adapter un film. On est certain d’avoir un public de base et en plus l’histoire est là, même si c’est difficile de jongler avec les attentes de chacun : convaincre ceux qui ont lu l’œuvre et ceux qui ne l’ont pas lu » résume Gatien. Et s’il ne remplit pas le contrat et que le film ne rencontre pas son public, la carrière du réalisateur n’en sera que très peu affectée, contrairement à celle de l’auteur en pareille situation. Une fois encore, la noblesse de l’écriture, le prestige et la vision très romantique de la figure de l’écrivain se lisent clairement dans les commentaires des étudiants. Dans cette optique, le film – dont certains estiment qu’il est une forme de reconnaissance au même titre qu’un prix littéraire – est une sorte de faire-valoir du livre et se doit de rendre justice à l’auteur. Le réalisateur doit ressentir une certaine « pression » de la part de l’auteur, lequel à des « exigences » (Simon).

  • 33 Notons toutefois que cela n’est valable que pour les livres qu’ils lisent en majorité, à savoir des (...)

32L’idée d’une complémentarité entre les deux formes culturelles est sur ce plan très frappante. Le succès d’un livre (un best-seller) entraînerait de facto le succès du film (à condition qu’il soit fidèle au livre), d’ailleurs pour Malaury « C’est bien qu’il y ait plus de réalisateurs inconnus qui deviennent connus grâce aux adaptations ». Et vice versa, le succès d’un film entraînerait le succès d’un livre qui n’a pas encore trouvé son public ou bien en augmenterait le nombre. Cela se retrouve, en partie, dans les pratiques des étudiants interrogés : quand ils ont aimé un livre et qu’il est adapté au cinéma, ils vont le voir, même s’ils lisent très peu33. Ainsi, ils sont convaincus de la stratégie des vases communicants : quand un livre a du succès, les lecteurs vont forcément aller voir le film. Pour Adrien, l’adaptation est une « sorte de suite, comme une franchise. On sait qu’il y aura des gens qui viendront regarder le film si la franchise est déjà connue ». Or, dans ce sens (du livre au film), le passage est loin d’être systématique et doit beaucoup à la qualité du film.

  • 34 Ici encore, le cas particulier des sagas et de l’univers fantastique revient tout autant dans les q (...)

33Le passage du film au livre est particulièrement mis en avant par les étudiants interrogés. « C’est une bonne pub parce que si le film est une réussite, les gens vont se ruer en librairie pour acheter le livre. Ca fonctionne bien surtout pour les sagas et les trilogies »34 (Valentin). Eux-mêmes pensent à lire les livres quand ils ont aimé leurs adaptations mais, dans les faits, ils ne le font généralement pas à l’image de Valentin. Il est donc difficile de faire ici la part de l’envie réelle et de celle du marketing. En effet, après un film à succès, les romans sont souvent réédités avec une illustration du film en première de couverture, on parle alors de la nouvelle notoriété de l’auteur.

  • 35 Coppermann Annie, 2000, « Et si c’était vrai de Marc Lévy », Les Echos.fr, 07/02/2000. www.lesechos (...)
  • 36 « Adaptations. Le cinéma, une affaire de livres », 2016, Livres Hebdo, n° 1084, p. 16-20.
  • 37 Ibid.

34En réalité, dans les deux sens, c’est la qualité du film qui semble primer. Un mauvais roman ne fera pas l’objet d’une adaptation. Conscientes de l’aspect subjectif de cette notion de « bon » ou « mauvais » roman, disons donc un roman n’ayant pas eu de succès et/ou n’ayant pas fait l’objet d’une reconnaissance de la critique. Un best-seller adapté amènera son public en salle mais si le film fait l’objet de mauvaises critiques, ce mouvement peut rapidement s’essouffler. Nous pouvons prendre ici l’exemple du roman de Marc Levy Et si c’était vrai paru en 2000. C’est l’annonce de l’achat des droits d’adaptation par Steven Spielberg qui a contribué au lancement du roman35. Celui-ci est devenu un best-seller dont le succès a perduré pendant plusieurs années. L’adaptation, réalisée par Mark Waters, est finalement sortie sur les écrans en 2005. Le film a obtenu des notes moyennes sur le site Allociné (2,5 sur 5 par la critique et 2,8 sur 5 par les spectateurs). Si les résultats du box office lors de la sortie ont été bons (294 433 entrées pour la première semaine), le nombre d’entrées a rapidement baissé (180 815 entrées en deuxième semaine, 85 592 en troisième semaine, 46 959 en quatrième semaine et 19 101 entrées en cinquième semaine). Cet exemple est représentatif d’une tendance générale : l’utilisation répandue du site Allociné permet aux potentiels spectateurs d’avoir accès facilement à des indicateurs de qualité d’un film. La lecture des critiques publiées, notamment des lecteurs-spectateurs déçus, les incite à ne pas se rendre en salles. Cette constatation a été bien comprise par les éditeurs qui décident du tirage ou du retirage d’un livre à la suite d’une adaptation en fonction de la qualité du film. « C’est toujours une opportunité pour un éditeur qu’un livre soit adapté au cinéma, même si on est ensuite totalement dépendant des scores du film à l’affiche » déclare Frédérique Polet, directrice éditoriale du secteur étranger aux Presses de la Cité36. Pour le tirage, Manuel Soufflard, chargé du marketing et de la communication aux éditions Le Livre de Poche envisage trois options : « moins de 8 000 exemplaires pour les titres sur lesquels on ignore l’impact éventuel du film, moins de 12 000 pour ceux dont on estime le potentiel dépendant du succès en salles, et des tirages plus massifs pour les films événements »37. Si le film n’a pas de succès ou que sa qualité n’est pas au rendez-vous, l’impact restera limité, à l’image de certains best-sellers dont les adaptations n’ont attiré que peu de public en salles. En revanche, si le film trouve son public, les conséquences sur les ventes peuvent être énormes. Même dans le cas d’un livre ayant eu, lors de sa sortie, des ventes confortables, le succès du film peut avoir un impact inégalable. Par exemple, Nos étoiles contraires de John Green est sorti le 21 février 2013, il se place à la 11ème place des meilleures ventes jeunesse fiction avec 29 100 exemplaires vendus. Le film éponyme sort le 20 août 2014. Cette année-là, le livre se trouve à la 1ère place dans les meilleures ventes dans la catégorie « Jeunesse fiction » avec 431 500 exemplaires vendus.

  • 38 Voir à ce sujet : Laurichesse Hélène, 2011, « La sérialité au cinéma : une stratégie de marque ? », (...)

35Le cas le plus favorable au livre comme au film se présente pour les séries-sagas où livres et films sortent en alternance. Les campagnes marketing servent les deux supports, une base de fans se constitue, les succès se renforcent les uns les autres entraînant une spirale du succès38.

Conclusion

36La présente enquête réalisée auprès d’un échantillon d’étudiants de l’Université de Lorraine met en exergue un certain nombre de points permettant de saisir à la fois les pratiques des étudiants face aux adaptations cinématographiques des œuvres littéraires et le regard qu’ils portent sur celles-ci. Ils passent finalement assez peu du film au livre et encore moins souvent du livre au film, à l’exception, notable, des lecteurs de littérature de l’imaginaire et, plus encore, des lecteurs de séries-sagas dont on peut supposer qu’il s’agit avant tout des lecteurs de sagas comme Harry Potter, le Seigneur des anneaux, Twilight, Divergente et autres romans que l’on peut classer dans la catégorie jeunesse/young adult et qui correspondent bien aux succès littéraires et cinématographiques qui ont marqués, et marquent encore, leur génération.

37Parce qu’ils imaginent que le film se doit d’être une « copie » conforme de l’œuvre littéraire, ils le considèrent comme une sorte de substitut et par là même portent un regard fantasmé sur les rapports de réciprocité que ces deux formes culturelles établissent entre elles. Pour la plupart d’entre eux, le succès de l’un fera nécessairement le succès de l’autre. Ils supposent ainsi que le lecteur d’un livre sera forcément le spectateur de l’adaptation et vice versa alors que paradoxalement cela ne correspond que fort peu à leurs propres pratiques.

38Un autre paradoxe réside dans le fait que sur l’échelle de la légitimité culturelle, les étudiants situent clairement le livre au-dessus du film, mais considèrent également souvent le livre comme un potentiel scénario de film ou comme un produit dérivé du film en cas d’adaptation. Certains d’entre eux vont jusqu’à considérer ces formes culturelles comme étant substituables et apprécient de pouvoir réaliser une économie de temps et de réflexion en regardant le film plutôt que de lire le livre.

  • 39 Bourdaa Mélanie, 2015, « Les fans de Hunger Games : de la fiction à l’engagement », InaGlobal. http (...)
  • 40 « J.K. Rowling a fini d’écrire le script des Animaux fantastiques 2 », 2017, Poudllard.org. http:// (...)

39Pour que des lecteurs aillent voir une adaptation et soient réellement prescripteurs car très mobilisés, il faut qu’ils soient constitués en communauté de lecteurs et/ou de fans. Cela est rarement le cas pour un one-shot, contrairement aux adaptations de sagas issues de littérature de l’imaginaire. Dans la mesure où de telles communautés sont souvent déjà constituées autour de ces œuvres39, cela explique le succès qu’elles rencontrent autant au niveau du film que de l’augmentation des ventes des livres qui y sont liées. L’idéal est sans doute un entrelacs chronologique des deux formes culturelles, à condition que le film soit apprécié par le public et la critique. Le meilleur exemple d’une telle spirale du succès demeure Harry Potter. En 13 ans, de 1998 à 2011, sont sortis sept romans et huit films qui en sont les adaptations. Les deux médias ont ainsi entretenu une communauté de fans qui passaient de l’un à l’autre au fil des parutions et des sorties, faisant des romans comme des films des succès exceptionnels. La nouvelle série de films Les Animaux Fantastiques marque la dernière évolution du phénomène puisque c’est le film qui est sorti en premier et le texte du film, écrit par J.K. Rowling, qui est devenu tout naturellement best-seller. La suite de cette nouvelle saga est déjà annoncée40.

  • 41 Mazin Cécile, 2017, « Adapter les livres en film ? Le cinéma amène-t-il à la lecture », Actualitté. (...)

40Les études de réception des adaptations cinématographiques sont encore peu nombreuses et il semble intéressant de multiplier celles-ci afin d’avoir un point de vue plus vaste. Ainsi, un sondage sur internet auprès de plus de 2 000 utilisateurs du site Babelio41 donne des résultats très différents de ceux obtenus ici. La population qui y a répondu est différente : plus nombreuse, avec des caractéristiques en termes d’âge et des PCS beaucoup plus diversifiées mais, surtout, elle est constituée presque exclusivement de gros lecteurs ce qui explique sans doute des pratiques éloignées de celles des étudiants interrogés consistant, par exemple, à lire un livre avant de voir son adaptation pour 76 % d’entre eux.

BAUDELOT Christian, CARTIER Marie, DETREZ Christine, 1999, Et pourtant ils lisent…, Paris : Le Seuil.

DANARD Benoît, 2015, « Les jeunes et le cinéma. 18èmes Rencontres Nationales Art et Essai Jeune Public ». Disponible en ligne : http://www.cnc.fr/​web/​fr/​publications/​-/​ressources/​7627650

DONNAT, Olivier, Ministère de la culture et de la communication. Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008. Paris : La découverte, 2009. 288 p.

SEPAUSY Victor de, 2018, « Du livre au film : comment adapter et valoriser une œuvre littéraire ? »

TRUFFAUT François, 1954, « Une certaine tendance du cinéma français », Cahiers du cinéma, n31.

VINCENT Gérard, Armelle, Chomet, Natacha, CNL, IPSOS, 2017. Les français et la lecture 2017. Paris : CNL. https://fr.calameo.com/​read/​00182871576d4704a0a58

WARNER Bros, site de la société. « Saga Harry Potter, focus sur les décors de l’octalogie », Site de Warner Bros, 7 nov. 2017. Disponible en ligne : https://www.warnerbros.fr/​articles/​harry-potter-decors

Pour les dates de sorties des livres : Electre. www.electre.com, Consulté le 26 mai 2016.

Pour les films (dates de sortie, box office) : Allocine. www.allocine.fr, Consulté le 26 mai 2016.

Haut de page

Bibliographie

Adaptation: the journal of Literature on screen studies, Oxford University Press. 1755-0637 (print) 1755-0645 (online).

BAZIN André, 1952, Qu’est-ce que le cinéma ? Ed. Du Cerf.

BESSON Anne, 2016, « La grande réorganisation : panorama des littératures de l’imaginaire depuis 1995 », in Bibliotheque(s), n° 69.

BOURDAA Mélanie, 2015, « Les fans de Hunger Games : de la fiction à l’engagement », InaGlobal. Disponible en ligne : http://www.inaglobal.fr/cinema/article/les-fans-de-hunger-games-de-la-fiction-lengagement-8191?tq=3

BOURDIEU Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris : Ed. de Minuit.

CICCHELLI Vincenzo et OCTOBRE Sylvie, 2017, L’amateur cosmopolite : Goût et imaginaires culturels juvéniles à l’ère de la globalisation, Paris : Ministère de la culture, DEPS.

CLEDER Jean et JULLIER Laurent, 2017, Analyser une adaptation : du texte à l’écran, Paris : Flammarion.

CLEDER Jean, WAGNER Frank, dirs., 2017, Le cinéma de la littérature, Paris : Ed. Cécile Defaut.

CLERC-FLORIMOND Adeline et LACOTE-GABRYSIAK Lylette, 2017, « L’influence des adaptations cinématographiques sur les ventes de livres en France », FiXXion, n° 15, « Le best-seller ».

COPPERMANN Annie, 2000, « Et si c’était vrai de Marc Lévy », Les Echos.fr, 07/02/2000. Disponible en ligne : https://www.lesechos.fr/07/02/2000/LesEchos/18085-183-ECH_et-si-c-etait-vrai-de-marc-levy.htm

DETREZ Christine, 2005, « Les adolescents et la lecture » in Bois Lise, Leblond Corinne (dirs.), Les étudiants face à la lecture, Artois presses université.

DETREZ Christine, 2003, « Vues à la télé : Cosette, Nana, Juliette et les autres... » Réseaux, n° 117, p. 133-152.

DETREZ Christine, 2006, « Les légitimités culturelles en question : l’exemple des adaptations d’œuvres littéraires et leur réception par les adolescents » in Girel Sylvie, Sociologie des arts et de la culture : un état de la recherche, Paris : L’Harmattan, p. 133-150.

DETREZ Christine, 2006, « Nous sommes tous des Roméo et des Juliette... : La réception d’adaptations d’œuvres littéraires » in Charpentier Isabelle (dir.), Comment sont reçues les œuvres : Actualités des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris : Créaphis p. 77-90.

ECO Umberto, 1979, Lector in fabula, Paris: éd. Grasset et Fasquelle.

GELVAREC Hervé, 2012, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris : Ellipses.

GUY Jean-Michel, 2016, Les représentations de la culture dans la population française, compte rendu d’enquête pour le Ministère de la culture et de la communication. Disponible en ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2017/Les-representations-de-la-culture-dans-la-population-francaise-CE-2016-1

JENKINS Henry, 2013 [2006], La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par C. Jaquet, Paris : A. Colin/Ina Éd.

HEINICH Nathalie, 2000, Etre écrivain. Création et identité, Paris : La Découverte.

LACOTE-GABRYSIAK Lylette, 2010, « C’est un best-sellers ! Meilleures ventes de livres en France 1984-2004 », Communication, vol. 27/2. p. 187-216. Disponible en ligne : https://communication.revues.org/3130#tocto2n3

LAURICHESSE Hélène, 2006, Quel marketing pour le cinéma ?, Paris : CNRS Éd. (Cinéma & Audiovisuel).

LAURICHESSE Hélène, 2011, « La sérialité au cinéma : une stratégie de marque ? », Mise au point, n° 3.

Le Point, 2013. « La vie d’Adèle : le blues de l’auteur de la BD », 30/05/13. Disponible en ligne : http://www.lepoint.fr/culture/la-vie-d-adele-le-blues-de-l-auteur-de-la-bd-29-05-2013-1673206_3.php

MAZIN Cécile, 2017, « Adapter les livres en film ? Le cinéma amène-t-il à la lecture », Actualitté, 27/02/17. Disponible en ligne : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/adapter-les-livres-en-films-le-cinema-amene-t-il-a-la-lecture/69883

Livres Hebdo, « adaptations. Le cinéma, une affaire de livres », n° 1084, 6 mai 2016, p. 16-20.

Meilleures ventes 2011 in Livres Hebdo, n° 894, 27 janvier 2012. p. 15-29. BD p. 24, jeunesse fiction et jeunesse illustrée p. 25.

Meilleures ventes 2012 in Livres Hebdo, n° 938, 25 janvier 2013. p. 15-29. Jeunesse fiction et Jeunesse illustrés p. 25. BD p. 24.

Meilleures ventes 2013 in Livres Hebdo, n° 982, 24 janvier 2014. p. 15-29. Top 50 p. 17. BD p. 24, jeunesse fiction et jeunesse illustrés p. 25.

Meilleures ventes 2014 in Livres Hebdo, n° 1026, 23 janvier 2015. p. 17-32. BD p. 26, jeunesse fiction, jeunesse illustrés p. 27.

OURY Antoine, 2014, « Cinéma : 40 % des grands succès sont des adaptations », Actualitté, 24.04.14. Disponible en ligne : https://www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/les-oeuvres-francaises-representent-30-des-adaptations-au-cinema-en-2013/48476

PIERRAT Emmanuel, « Chroniques juridiques », Livres Hebdo, Disponible en ligne : http://www.livreshebdo.fr/blogs/chronique-juridique.Poudlard.org., 2017, « J.K. Rowling a fini d’écrire le script des Animaux fantastiques 2 ». Site Poudllard.org, 31/05/17. Disponible en ligne : http://www.poudlard.org/2017/05/31/j-k-rowling-a-fini-le-script-des-animaux-fantastiques-2/

MITAINE Benoît, ROCHE David, SCHMITT-PITIOT, Isabelle, (dir.), 2015, Bande dessinée et adaptation (Littérature, cinéma, TV), Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal.

Actualitté, 29/03/18. Disponible en ligne : https://www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/du-livre-au-film-comment-adapter-et-valoriser-une-uvre-litteraire/88089

Haut de page

Notes

1 Oury Antoine, 2014, « Cinéma : 40 % des grands succès sont des adaptations », Actualitté, www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/les-oeuvres-francaises-representent-30-des-adaptations-au-cinema-en-2013/48476

2 Sepausy Victor de, 2018, « Du livre au film : comment adapter et valoriser une œuvre littéraire ? », Actualitté, www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/du-livre-au-film-comment-adapter-et-valoriser-une-uvre-litteraire/88089

3 A titre d’exemple, une revue des presses académiques d’Oxford est entièrement consacrée aux adaptations : Adaptation : the journal of Literature on screen studies.

4 Le premier théoricien du cinéma ayant posé la question de l’adaptation cinématographique en termes de fidélité et de trahison au roman d’origine était André Bazin en 1952 : Qu’est-ce que le cinéma ? Ed. Du Cerf. Deux ans après, François Truffaut, dans « Une certaine tendance du cinéma français », in Cahiers du cinéma, n31, poursuit le débat. Pour poursuivre la réflexion, le lecteur pourra consulter : Cléder Jean et Jullier Laurent, 2017, Analyser une adaptation : du texte à l’écran, Paris : Flammarion.

5 Laurichesse Hélène, 2006, Quel marketing pour le cinéma ?, Paris : CNRS Éd. (Cinéma & Audiovisuel).

6 Pour le détail des étudiants interrogés : Pauline (24 ans) en M2 psychologie, Adrien (20 ans) en L1 Etudes culturelles après 2 années en école d’ingénieur, Gatien (19 ans) en L2 Etudes culturelles, Brian (24 ans) en L3 Etudes culturelles parcours Cinéma, Elena (21 ans), Malaury (20 ans), Valentin (22 ans) tous trois en L2 Information-communication, Flore (19 ans) en L2 Psychologie, Marion (19 ans) en L2 sociologie, Simon (21 ans) en L1 Philosophie et enfin Manon (21 ans) en L2 Information-communication qui rêve de devenir critique de cinéma.

7 Concernant les pratiques culturelles des jeunes et leur rapport avec le cosmopolitisme, voir Cicchelli Vincenzo et Octobre Sylvie, 2017, L’amateur cosmopolite : Goût et imaginaires culturels juvéniles à l’ère de la globalisation, Paris : Ministère de la culture, DEPS.

8 Danard Benoît, 2015, Les jeunes et le cinéma. 18es Rencontres Nationales Art et Essai Jeune Public, http://www.cnc.fr/web/fr/publications/-/ressources/7627650

9 Donnat, Olivier, Ministère de la culture et de la communication. Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008. Paris : La découverte, 2009. 288 p.

10 Concernant les genres préférés de livres et de films, nous avons principalement utilisé l’étude d’Olivier Donnat sur les pratiques culturelles des français en 2008 qui, bien qu’ancienne, présente le rare avantage d’une unité de temps et d’échantillon puisque ce sont les mêmes personnes qui ont été interrogées sur l’ensemble de leurs pratiques culturelles. La possibilité d’obtenir les résultats exhaustifs de l’étude sur le site du ministère de la culture permet, en outre, d’effectuer des tris précis (http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/08resultat.php). Enfin, Les études plus récentes qui ont été également consultées, ne remettent généralement pas en cause ce classement des goûts.

11 Même si la lecture n’est plus un marqueur social aussi fort comme elle avait pu l’être dans les années 1970 (Baudelot Christian et al, 1999 et Détrez Christine, 2005), le compte rendu d’enquête rédigé par Jean-Michel Guy (2016) montre que le livre reste, dans l’esprit des gens, le support de la culture générale et du savoir.

12 Lacôte-Gabrysiak Lylette, 2015, « La lecture des étudiants entre plaisir et contraintes », Communication, vol. 33/1, p. 187-216.

13 Les nombreux travaux de Christine Détrez sur les jeunes et la lecture arrivent aux mêmes conclusions. La lecture occupe une place plus faible dans notre société soumise à la culture scientifique et technologique, répondant à des valeurs de vitesse et de rentabilité.

14 Vincent Gérard, Armelle, Chomet, Natacha, CNL, IPSOS, 2017. Les français et la lecture 2017. Paris : CNL. https://fr.calameo.com/read/00182871576d4704a0a58.

15 Les bandes dessinées n’étaient pas identifiées comme un « genre » dans le questionnaire.

16 Sur la capacité de coproduction des amateurs, mais aussi des fans, voir notamment les travaux de Mélanie Bourdaa : « La promotion par les créations des fans. Une réappropriation du travail des fans par les producteurs », Raisons politiques, n° 62, 2016, p. 101-113 ; « Les fans de Hunger Games : de la fiction à l’engagement », InaGlobal, 2015.

17 Voir, à nouveau, l’enquête d’Olivier Donnat (ibid.).

18 Les séries peuvent concerner des romans de littérature générale ou policière ou encore des bandes dessinées. Les sagas sont inclues dans le genre des littératures de l’imaginaire. Dans les tableaux et graphiques ci-dessous le terme « saga » regroupe la notion plus globale de « série ou saga ».

19 Concernant les littératures de l’imaginaire, leur définition et leur périmètre actuel voir : Besson Anne, 2016, « La grande réorganisation : panorama des littératures de l’imaginaire depuis 1995 », Bibliotheque(s), n° 69.

20 Attention la population de référence change pour chaque catégorie : pour « tous » le total des réponses est de de 330 répondants, concernant la littérature de l’imaginaire les pourcentages portent sur les 154 étudiants qui disent en lire, concernant les sagas les pourcentages portent sur les 120 étudiants qui disent lire des séries-sagas.

21 Jenkins Henry, 2013 [2006], La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par C. Jaquet, Paris : A. Colin/Ina Éd.

22 Voir les travaux sur la sérialité, notamment Gelvarec Hervé, 2012, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel. Paris : Ellipses.

23 Hiérarchie culturelle proche de celle mise en évidence dans les écrits de Pierre Bourdieu (notamment, La Distinction, 1979). Cette hiérarchie selon Marion s’explique aussi par le simple fait que la littérature est antérieure au cinéma (« le cinéma est issu des livres en fait »).

24 Cléder Jean et Wagner Frank (2017) explorent le lien et l’influence de la littérature sur le cinéma comme du cinéma sur la littérature.

25 Voir les écrits d’Umberto Eco (1979) sur la co-construction de l’œuvre.

26 La dimension esthétique n’est que rarement interrogée par les étudiants. Les seules fois où elle est abordée se résument à la formule « ça doit être bien écrit ». L’adverbe « bien » étant ici très subjectif.

27 Au sujet de ces rapports, voir le blog d’Emmanuel Pierrat « Chroniques juridiques » sur Livres Hebdo, http://www.livreshebdo.fr/blogs/chronique-juridique notamment sur le rapport de force entre éditeur/auteur et producteur. Les droits moraux de l’auteur sont incessibles néanmoins le producteur peut demander une clause l’autorisant à « apporter au roman toutes les modifications qu’il jugera utiles pour les besoins de l’adaptation cinématographique ». Mais il est alors précisé que « dans le cas où ces modifications, additions ou suppressions ne recevraient pas l’accord de l’auteur, ce dernier (ou ses ayants-droits) aurait la faculté d’interdire au producteur de mentionner le nom de l’auteur et de l’éditeur dans la publicité et sur le générique, mais il ne pourra en aucun cas entraver la sortie et l’exploitation du film ». Tout dépend alors du poids du succès du livre et de la place qu’il occupera dans l’opération marketing de lancement du film. Dans le cas d’un best-seller, l’éditeur et l’auteur sont en force pour négocier. A l’inverse, si le livre a rencontré peu de succès, le rapport s’inverse.

28 « L’adaptation s’est faite avec le précieux soutien de J. K. Rowling en coulisses. Une implication de l’auteure d’autant plus appréciable qu’en tant que conseillère, celle-ci pouvait guider les équipes à chaque étape du projet », Warner Bros, site de la société, 2017, « Saga Harry Potter, focus sur les décors de l’octalogie ». www.warnerbros.fr/articles/harry-potter-decors

29 Voir par exemple : Heinich, Nathalie, 2000, Etre écrivain. Création et identité, Paris : La Découverte.

30 A propos des adaptations des bandes dessinées, voir : Mitaine David, et al., 2015, Bande dessinée et adaptation (Littérature, cinéma, TV)., Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal.

31 « La vie d’Adèle : le blues de l’auteur de la BD », Le Point, 30/05/13. http://www.lepoint.fr/culture/la-vie-d-adele-le-blues-de-l-auteur-de-la-bd-29-05-2013-1673206_3.php

32 Concernant l’influence des adaptations cinématographiques sur la vente de livres, qu’il s’agisse des livres dont elles sont issues ou de novellisations, voir : Clerc-Florimond Adeline et Lacôte-Gabrysiak Lylette, 2017, « L’influence des adaptations cinématographiques sur les ventes de livres en France », FiXXion, n° 15, « Le best-seller ».

33 Notons toutefois que cela n’est valable que pour les livres qu’ils lisent en majorité, à savoir des œuvres jeunesse de littérature imaginaire (Hunger Games, Divergente, Harry Potter, etc.) et essentiellement des sagas.

34 Ici encore, le cas particulier des sagas et de l’univers fantastique revient tout autant dans les questionnaires que dans les entretiens.

35 Coppermann Annie, 2000, « Et si c’était vrai de Marc Lévy », Les Echos.fr, 07/02/2000. www.lesechos.fr/07/02/2000/LesEchos/18085-183-ECH_et-si-c-etait-vrai-de-marc-levy.htm

36 « Adaptations. Le cinéma, une affaire de livres », 2016, Livres Hebdo, n° 1084, p. 16-20.

37 Ibid.

38 Voir à ce sujet : Laurichesse Hélène, 2011, « La sérialité au cinéma : une stratégie de marque ? », Mise au point, n° 3.

39 Bourdaa Mélanie, 2015, « Les fans de Hunger Games : de la fiction à l’engagement », InaGlobal. http://www.inaglobal.fr/cinema/article/les-fans-de-hunger-games-de-la-fiction-lengagement-8191?tq=3

40 « J.K. Rowling a fini d’écrire le script des Animaux fantastiques 2 », 2017, Poudllard.org. http://www.poudlard.org/2017/05/31/j-k-rowling-a-fini-le-script-des-animaux-fantastiques-2/

41 Mazin Cécile, 2017, « Adapter les livres en film ? Le cinéma amène-t-il à la lecture », Actualitté. www.actualitte.com/article/monde-edition/adapter-les-livres-en-films-le-cinema-amene-t-il-a-la-lecture/69883

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique n° 1. Du livre au film, graphique comparatif entre l’ensemble de la population interrogée, les lecteurs de littérature de l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas
Légende Lecture du tableau : barres vertes : environ 27 % de l’ensemble des étudiants interrogés vont souvent ou très souvent au cinéma voir les films dont ils ont lus le livre, alors que les étudiants qui lisent de la littérature de l’imaginaire sont environ 31 % à le faire. Quant aux lecteurs de séries-sagas (issus de la population générale et sans doute en partie les mêmes que les lecteurs de littérature de l’imaginaire), ils sont un peu plus de 35 % à aller souvent ou très souvent voir le film tiré d’un livre lu préalablement.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3638/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Graphique n° 2. Du film au livre, graphique comparatif entre l’ensemble de la population, les lecteurs de littérature du l’imaginaire et les lecteurs de séries-sagas
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3638/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Clerc-Florimond et Lylette Lacôte-Gabrysiak, « L’as-tu lu, l’as-tu vu. Les étudiants et les adaptations cinématographiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3638 ; DOI : 10.4000/rfsic.3638

Haut de page

Auteurs

Adeline Clerc-Florimond

Adeline Clerc-Florimond est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine. Elle est membre du laboratoire CREM (Centre de recherche sur les médiations).

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine. Elle est membre du laboratoire CREM (Centre de recherche sur les médiations).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page