Navigation – Plan du site
Religions et médias

La chaîne Misr 25 comme outil médiatique du projet politique des Frères musulmans en Égypte

The channel Misr 25 as a media tool of the Muslim Brothers political project
Maria Adib Doss

Résumés

Cet article étudie la chaîne satellitaire des Frères Musulmans (FM), Misr 25, dans la période qui s’étend de sa création, après le soulèvement du 25 janvier 2011, jusqu’à sa fermeture par les autorités égyptiennes à l’été 2013. L’article tend à tester l’hypothèse selon laquelle la chaîne Misr 25, mêlant deux répertoires d’énonciation politique et religieux, était devenue un des outils du conflit politique de la confrérie avec les autres forces politiques en donnant une priorité, surtout lors des périodes contentieuses, au fait de légitimer, communiquer et mobiliser le camp des FM. Cette hypothèse est étudiée à travers une analyse de la gestion de la chaîne, telle que vécue par ses acteurs, notamment l’implication des hautes instances de la confrérie dans sa ligne éditoriale, ainsi qu’une analyse de certaines de ses émissions. L’article s’attarde sur trois principales phases. La première débute avec la naissance de Misr 25 et se termine par la période des élections présidentielles marquant la fin de l’alliance tacite entre le Conseil suprême des forces armées (CSFA) et les FM. La deuxième phase commence à partir de l’élection de Mohamed Morsi en juin 2012, marquant une brève période de pacification avec les autres forces et se termina avec le début de tensions entre les FM et les forces laïques (libérales/gauche). Alors que la phase finale se concentre sur ces mois de lutte entre les FM au pouvoir et la coalition implicite contre eux, y compris les révolutionnaires et les anciens oligarques du régime déchu de Moubarak, notamment entre novembre 2012 et l’éviction de Morsi en juillet 2013.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La reconnaissance officielle du travail civil de la confrérie des Frères musulmans en tant qu’organ (...)

1Le soulèvement populaire du 25 janvier 2011, ou « la Révolution », telle que désignée par ses acteurs (Al-Chazli 844), qui a mis fin à 30 ans de règne de Hosni Moubarak, avait mis fin aussi aux années de clandestinité dont souffraient les Frères musulmans, Il-Ikhwan Al-Muslimin (ci-après désignés FM) en Égypte, également appelés « la Confrérie » (al-gama’a). Cette dernière avait vécu des années de clandestinité où, dans le discours officiel, elle représentait « la communauté interdite » (al-gama’a al-mahzoura), tandis qu’elle était présente de facto via son activisme caritatif et syndical. Au plan politique, elle avait remporté, en 2005, 20 % des sièges aux élections parlementaires (Vannetzel 2008). La fin de sa clandestinité s’était manifestée via la reconnaissance de son activité politique, lui octroyant le droit de fonder le parti « Liberté et Justice » (PLJ) (al-hurreya wa al-adala)1.

2Cette opportunité politique (Filleul et Mathieu), rendue possible par les évènements du 25 janvier, accompagnée d’une ouverture de l’espace public, a aussi entraîné l’allègement, voire l’abolition, durant plus d’un an, des conditions d’octroi d’autorisation de création de chaînes satellitaires. Les FM, tout comme d’autres acteurs, ont alors mis en place leur propre chaîne : Misr 25.

3Cet article cherche à tester l’hypothèse selon laquelle la chaîne, mêlant deux répertoires d’énonciation politique et religieux, était devenue un outil de la lutte politique de la confrérie vis-à-vis des autres forces politiques, ceci notamment dans les moments tendus de la période tourmentée post-Moubarak. Misr 25 servait à communiquer avec les bases des FM et à décrédibiliser les opposants, notamment lorsque la confrérie se sentait menacée. Le mode de gestion de la chaîne était caractérisé par une élasticité qui s’assouplissait ou se durcissait selon les appréciations des leaders de la confrérie. Ce mode de gestion, ainsi que les messages diffusés par la chaîne, reflétèrent une primauté donnée à se légitimer, à communiquer et à mobiliser son propre camp, celui-ci incluant au premier abord les membres de la confrérie, mais visant aussi plus largement les autres groupes de l’islam politique.

  • 2 Akhbar al-youm (Les Nouvelles du jour) est l’un des deux grands quotidiens publics en Égypte, avec (...)

4Pour étudier cette hypothèse, nous avons mené une enquête auprès de trois professionnels : Amir Lachin, journaliste au quotidien Akhbar al-youm (Les Nouvelles du jour)2 qui faisait partie de l’équipe de rédaction de l’émission politique de la chaîne, Assem Bakry, présentateur d’émissions et Abou Haiba, directeur de la chaîne à partir de 2012. Celui-ci fut aussi le nouveau concepteur de Misr 25. Cette recherche a été menée dans des circonstances politiquement peu favorables rendant l’accès aux interviewés difficile, et ce d’autant plus que la plupart des membres des FM avaient subi différentes formes de répression. C’est ainsi que, contraint de s’exiler, Abou Haiba a été interviewé à distance. Ces entretiens semi-directifs interrogeaient le mode de gestion de la chaîne, le choix des invités et la liberté octroyée aux animateurs et aux équipes de rédaction ainsi que la relation des interviewés, au cours des différentes phases, avec le noyau dur de la confrérie et notamment avec ses hautes instances. Comme nous ne sommes pas parvenu à rencontrer les principaux gestionnaires de la chaîne, ces entretiens ont été complétés par une étude de plusieurs émissions, comparée avec des documents de première main concernant le projet de réforme de la chaîne d’octobre 2012. L’analyse des émissions examinera surtout la nature des invités et leur profil, notamment leur proximité ou leur éloignement par rapport à la confrérie.

5L’étude s’attardera sur trois moments clés : le premier est celui de la naissance de la chaîne au lendemain de la Révolution, qui correspond à une période de grand enthousiasme révolutionnaire et à une alliance tacite entre les FM et le Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui gérait la transition. Cette première phase se terminera par une période de tension suscitée par la proximité des élections présidentielles et les prémices de la fin de cette alliance tacite entre le CSFA et les FM. Le deuxième moment se situe après juin 2012, date des élections présidentielles, soit au début du mandat de Mohamed Morsi, où la confrérie a cherché à pacifier ses relations avec les autres forces politiques. Le troisième moment est celui des mois de lutte entre les FM au pouvoir et la coalition, incluant les Révolutionnaires, anciens oligarques du régime déchu de Moubarak, et l’armée, qui s’est liguée contre eux, surtout entre octobre 2012 et la destitution de Morsi, en juillet 2013 (Ben Néfissa 99).

La gestion de la chaîne Misr 25 et la centralité des hautes instances de la confrérie

  • 3 Maktab al-irchad est parfois également traduit par « Bureau d’Orientation » (El-Shobaky).

6Fondée en 1928 par Hassan Al Banna, la confrérie des Frères musulmans visait au départ une éducation spirituelle de la société égyptienne, jugée trop sécularisée, occidentalisée et éloignée des valeurs islamiques. En 1930, avec la crise économique, le mouvement annonça son implication dans la politique (Zahid 69-75). Le caractère prosélyte de l’idéologie frériste nécessitait une structure capable de transmettre le message du mouvement. C’est pourquoi la confrérie se caractérisa par une organisation exceptionnellement sophistiquée qui la distingua des autres courants islamiques. Elle a façonné des normes, des règlements et des codes de valeurs utilisés par les dirigeants et les idéologues de la confrérie afin d’affirmer leurs positions et de garder le contrôle sur les membres (Al-Anani 99-100). La confrérie, selon ses concepteurs, se considérait comme « l’organisation de l’avant-garde Révolutionnaire musulmane en charge de guider et de réislamiser la société » (Ben Néfissa, Abo El-Kassem 105). Ceci se réalisait par un travail de recrutement massif dans les universités et les syndicats (d’où son activisme dans ces milieux) et un endoctrinement rigoureux des membres à travers un encadrement strict. Selon ce programme, l’islamisation de la société s’opère d’abord par le changement individuel, d’où la hiérarchisation du mouvement, structuré en sept divisions reliées par un système d’administration bien contrôlé. À la tête de l’organisation, le « guide suprême » (Al-murshid al-a’am) présidait les deux hautes instances du mouvement : le « Bureau de Guidance »3 (maktab al-irchad) et le « Conseil consultatif de la confrérie » (maktab shûra al-gama’a).

  • 4 Expressions de Khayrat Al-Shater, un des leaders de la confrérie, citées par Assem Bakry.
  • 5 Entretien téléphonique de l’auteur avec Abou Haiba, le 11 novembre 2015.

7Tout comme elles s’ingéraient dans les affaires du parti, interdisant par exemple aux membres des FM de rejoindre d’autres partis politiques, les instances dirigeantes, notamment le bureau de guidance, furent directement impliquées dans la gestion de la chaîne Misr 25. La chaîne fut en effet considérée comme une extension de la confrérie. Les expressions, qui sont citées par Assem Bakry, selon lesquelles la chaîne était qualifiée comme « notre chez-soi » ou « notre enfant légitime », semblent significatives à cet égard4. Les propos d’Ahmed Abou Haiba, qui fut un ancien membre de la confrérie, ont aussi confirmé ce constat : « La confrérie est une énorme institution agissant comme un gouvernement autocratique et bureaucratique. Il y avait beaucoup de pères pour le projet [la chaîne]. Chaque membre du bureau de guidance pouvait avoir un mot à dire concernant la chaîne et chaque personnalité éminente et distinguée de la confrérie avait un avis influent, d’autant plus qu’il n’y avait pas de vision claire chez les principaux responsables de la chaîne. »5

  • 6 En 2006, des membres des FM à l’université d’Al-Azhar, ont manifesté en tenue noire et visage caché (...)
  • 7 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry, au siège du quotidien Akbar Al-Yaoûm, le 27 août 2014.

8Investir dans le projet d’une chaîne satellitaire ne datait pas seulement de l’après-Révolution. Cette tentation était déjà présente chez les hommes d’affaires fortunés de la confrérie, notamment Al-Shater, multimillionnaire et figure dominante de la confrérie, membre du bureau de guidance (Ibrahim). Pour la mise en place de ce projet, ce personnage avait déjà sollicité en 2006 Assem Bakry, présentateur de journal télévisé et animateur de plusieurs émissions à la télévision publique, connu pour sa maîtrise de l’arabe littéraire. Mais l’arrestation d’Al-Shater, suite à la marche faite par des membres des FM à l’université d’Al-Azhar6, avait tout interrompu7.

  • 8 Tout comme pour la plupart des chaînes satellitaires en Égypte, les listes détaillées des actionnai (...)
  • 9 Le quotidien portait le même nom que le parti politique.
  • 10 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry.
  • 11 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Hona Al Kahera.

9Misr 25 fut lancée par un certain nombre d’investisseurs8 parmi les FM, dont les plus connus furent Mohamed Morsi, qui se retira une fois élu président, et Khayrat Al-Shater. Cette personnalité centrale, à laquelle nos interviewés ont souvent fait référence, s’était imposée comme l’homme fort de la Gama’a, grâce à ses capacités oratoires et à son statut. Il s’est même révélé être un idéologue du mouvement en élaborant le projet de la campagne électorale présidentielle intitulé La Renaissance (Al-Nahda) (Vannetzel 2015). Il exerçait une tutelle importante sur la chaîne. Il présidait le « comité de surveillance des médias », qui chapeautait les différents supports médiatiques de la confrérie : les réseaux sociaux, le quotidien La Liberté et la Justice9, nouvellement mis en place, et la chaîne Misr 25. Une part importante du contenu de la chaîne était élaboré au sein ou par ce comité10. Dans les faits, le comité suivait directement les directives du bureau de guidance. Rappelons que ce dernier orientait également les actions du parti. Selon Assem Bakry : « D’après mon expérience, le bureau de guidance contrôlait tout, sauf s’il décidait de laisser une certaine liberté. »11

Les premiers mois de Misr 25 : la période de l’inclusion

  • 12 Hazem Ghorab, ex-directeur de la chaîne Misr 25, entretien à Akhbar Al-Yaoûm, le 29 septembre 2012.
  • 13 Les dernières années du régime de Moubarak ont vu la naissance d’un nombre considérable de chaînes (...)

10À travers le choix de son nom, la chaîne s’identifia à la révolution. Misr 25 signifie en effet Égypte 25, en référence à la révolution initiée le 25 janvier 2011. Dans leurs discours publics, les professionnels de la chaîne insistaient sur le fait qu’elle ne représentait pas les FM et n’était pas leur porte-parole, mais plutôt une « chaîne pour toute l’Égypte post 25 janvier ».12 Se voulant un acteur central de l’ère post-Moubarak, les FM ne pouvaient pas dépendre uniquement de l’espace médiatique salafiste existant. Les chaînes islamiques de tendance salafiste, le plus souvent financées par des Saoudiens, ont été souvent considérées comme extérieures à l’espace médiatique « laïque » des chaînes satellitaires égyptiennes possédées par des hommes d’affaires fortunés, telles que ONTV, Dream-TV et Al-Mehwar (L’Axe), qui ont marqué les dernières années du régime de Moubarak13. Les chaînes dites salafistes se définissaient par l’appel à la doctrine sunnite selon « les gens de la loi immuable et de la majorité religieuse » (ahl al-sunna wa al-jama’a). Selon cette doctrine, il faut faire revivre les principes des « bons ancêtres » (al-salaf al-saleh), en désignant ainsi les trois premières générations de l’islam. Ces chaînes se caractérisaient par des codes particuliers : une tenue vestimentaire religieuse telle que la djellabiya blanche et une longue barbe, l’interdiction de présence de figures féminines et de publicités accompagnées de musique. Elles furent davantage des vitrines offertes aux prêcheurs salafistes, des sheikhs, qui ont connu leurs heures de gloire dans les années 1980-1990 à travers les cassettes audios. Ces derniers se livraient à des prêches de plusieurs heures. Dans cette catégorie, nous pourrons citer les chaînes La Miséricorde (Al Rahma), L’aube (Al-Fajr), La Gloire (Al-Majd) et Les gens (Al-Nas) (Dorpmuller et Shehata).

  • 14 Ce sont les épisodes encore disponibles sur la chaîne Youtube de Misr 25.
  • 15 Courant de gauche nationaliste qui s’identifie à certains idéaux de Nasser.

11Ces règles se sont avérées trop contraignantes pour les FM, qui voulaient concilier un projet politique ambitieux et une apparence religieuse conservatrice. Dans ses premiers mois, la chaîne a ainsi reflété un certain modernisme qui la distingua des chaînes salafistes. Des émissions destinées aux femmes furent créés, présentées par des femmes voilées, toutes membres de la confrérie. Les programmes comportaient à la fois des émissions purement religieuses et d’autres sociétales. Ce positionnement a fait polémique et a valu à la chaîne nouvellement née des critiques provenant des courants salafistes. Parmi ces émissions : Des femmes autour des prophètes (Nesa’a hawl al-anbeya’a), une émission religieuse, et Une femme égyptienne (Imra’a misreya), une émission qui invitait des femmes à parler de leur parcours socio-professionnel exceptionnel. Dans cette dernière émission, sur les 19 épisodes diffusés entre septembre 2011 et janvier 201214, les interviewées furent toutes des femmes musulmanes, voilées, âgées de la quarantaine et au-delà, dont le parcours étaient plus ou moins lié à un engagement dans les valeurs de l’islam. Une autre catégorie d’émission était destinée à mettre en valeur le caractère d’inclusion politique de l’après-Révolution. L’émission J’ai été banni (Kont mahzouran) en fut un exemple marquant. Des personnalités publiques et politiques, appartenant à tous les courants politiques, étaient invitées à parler de leur lutte contre le pouvoir. Citons à titre d’exemple : Randa Abou Bakr, professeur d’université luttant pour l’indépendance des universités à l’égard du joug sécuritaire, et Abdel Halim Kandil, journaliste et militant nassérien15.

  • 16 À titre d’exemple, Hany Salah Al Din, journaliste au quotidien Al-Youm Al-Sabei’a (Le 7ème jour), é (...)

12Aux débuts de la chaîne, le choix de certains professionnels, notamment parmi les équipes de rédaction, s’est fait dans le secteur des médias, sans exigence d’appartenance à la confrérie. Si les FM étaient moins présents que les opposants de gauche et les libéraux dans le domaine des médias (Ben Néfissa 108), ceci n’empêchait pas que des journalistes travaillant dans de grandes institutions médiatiques puissent être des membres ou des sympathisants non déclarés de la confrérie16. Un critère implicite de sélection pour Misr 25 était, tout de même, de privilégier une certaine proximité ou du moins une certaine sympathie vis-à-vis de la confrérie. D’où, par exemple, le choix comme directeur de la chaîne de Hazem Ghorab, qui travaillait à Al-Jazeera et était membre de la confrérie. Il est à noter que, dans le cadre de l’opposition au régime de Moubarak, les intellectuels considéraient les FM comme partenaires dans la lutte pour la démocratie, sans pour autant adhérer à leur pensée.

Le cas de l’émission « Les Gens du pays » Ahl al-Balad

13Les premiers contacts avec celui qui deviendra l’animateur du principal talk-show politique de la chaîne, Assem Bakry, eurent lieu en avril 2011 lors du festival de films documentaires d’Al-Jazeera, au Qatar. Hazem Ghorab, alors employé à Al-Jazeera, avait révélé à Assem Bakry qu’il était chargé de mettre en place le projet d’Al-Shater. Assem Bakry fut appelé pour y présenter la principale émission politique. Il s’agissait d’une émission quotidienne d’actualités diffusée en direct et en prime time. Le dispositif de talk-show marquait en effet fortement la programmation télévisuelle des dernières années Moubarak, occupant les heures de prime time dans les chaînes généralistes (Sakr 324).

  • 17 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Al-Hayah Al-Youm.
  • 18 Entretien de l’auteur avec Amir Lachin, le 23 août 2015 au siège d’Al-Akhbar.
  • 19 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Hona Al Kahera.

14Bakry, par son appartenance au mouvement d’opposition « Ça suffit ! » (Kefaya), le collectif politique le plus structuré de la dernière décennie Moubarak, côtoyait les membres de la confrérie lors des grandes manifestations17. Tout comme l’équipe de l’émission, l’animateur ne reçut au départ aucune consigne. Les thèmes et les invités étaient pleinement décidés par l’équipe de rédaction18. À son tour, Assem Bakry n’exigea pas, dans son contrat, des conditions particulières concernant la liberté et la marge d’indépendance professionnelle octroyée. L’invitation sur son plateau de figures du libéralisme politique prouve la liberté considérable dont il disposait. À titre d’exemple, le 17 décembre 2011, Amr Hamzawy, militant libéral, Abdel Halim Kandil, militant nassérien, Tahany Al-Gibaly, magistrate et Mamdouh Hamza, militant libéral, étaient invités dans son émission. Selon Bakry : « Les six premiers mois, les choses allaient très bien. L’équipe de rédaction, à l’exception d’un membre, n’était pas issue des rangs des FM. Les sujets étaient traités avec une grande franchise et on critiquait la confrérie. »19

  • 20 Ces décisions faisaient suite à des recours judiciaires d’opposants des FM qui, pour peser sur le c (...)
  • 21 Les forces politiques craignaient que l’armée, en intérim depuis la déchéance de Moubarak, n’entrav (...)

15La politique éditoriale de la chaîne sera remise en cause par ses gestionnaires à partir du début de 201220, sitôt que prendra fin l’alliance tacite entre le CSFA et les FM, à l’approche des élections présidentielles. Avant l’annonce des résultats du second tour entre le candidat des FM et un ancien militaire, premier ministre sous Moubarak, le CSFA avait initié un nombre de mesures judiciaires peu rassurantes21, notamment la loi 4991/2012, octroyant à l’armée et aux services de renseignement un droit d’arrestation judiciaire, et la déclaration constitutionnelle limitant les prérogatives présidentielles. La magistrature à son tour était entrée en conflit avec les FM. Des décisions de justice sont alors intervenues à plusieurs reprises perturbant la feuille de route convenue par les FM conjointement avec l’armée. Citons à titre d’exemple la dissolution de la commission des 100 choisis par le parlement pour l’élaboration de la nouvelle constitution et de l’Assemblée du peuple par décision de la Haute Cour constitutionnelle déclarant l’invalidité de la loi électorale. Un autre exemple marquant fut l’interdiction juridique faite à Khayrat Al-Shater et à Hazem Salah Abo Ismaël, prêcheur salafiste proche des FM, d’être candidats aux élections présidentielles.

  • 22 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry.

16La métaphore que rapporte Assem Bakry, utilisée par Al-Shater pour décrire la liberté d’expression excessive à ses yeux de la chaîne et de son talk-show vedette, Ahl al-Balad, illustre la vision que la confrérie avait du rôle de la chaîne : « Cette chaîne fait penser à un homme stérile qui aurait enfin réussi à faire un enfant et qui enregistrerait sa naissance au nom d’un autre homme. »22

17À l’approche des élections présidentielles, une nécessité s’était imposée de retourner aux objectifs premiers de la mise en place de la chaîne : servir les causes de la confrérie, mettre en valeur son candidat et le projet d’Al-Nahda. Le soutien du candidat de la confrérie était devenu la priorité et la chaîne diffusait souvent des clips vidéo faisant l’éloge du président du parti, Mohamed Morsi, comme de sa performance en tant que député dans les années 2000.

  • 23 Entretien de l’auteur avec Amir Lachine.
  • 24 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry et entretien télévisuel émission Hona Al Kahera.

18À partir du moment où la confrérie s’est considérée menacée par la mise en cause de la candidature d’Al-Shater aux présidentielles et la dissolution du parlement, l’équipe de Ahl-al-balad dit avoir pressenti un changement radical à son encontre. Les événements de l’époque marquèrent la rupture avec la liberté accordée à l’équipe de Bakry23. Selon ce dernier, lors d’une réunion avec le président du conseil d’administration de la chaîne, Sadek Al-Sharkawy, homme d’affaires et un des leaders de la confrérie, déclara ouvertement : « Nous sommes désolés mais, à partir de maintenant, nous nous trouvons obligés de divorcer d’avec tout professionnalisme. »24

  • 25 Les candidats de gauche, Sabahi, Khaled Ali mais aussi Mohamed Morsi, se sont rendus à leur tour co (...)
  • 26 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry, Op.cit.

19Cette rupture s’est concrétisée de plusieurs manières, dont nous pointons ici quelques épisodes marquants. Durant la période tendue précédant les présidentielles, le 2 juin 2012, jour du premier procès de Moubarak, des milliers de manifestants se sont rendus sur la place Tahrir pour contester les décisions. L’animateur critiqua l’attitude des candidats qui s’y étaient rendus pour participer aux manifestations25. Le candidat à la présidence de la Gama’a ne faisant pas exception, Bakry qualifia cet acte d’hypocrite. Ses déclarations furent jugées scandaleuses par le bureau de guidance car elles portaient un discrédit sur le candidat frériste. Ce jour-là, le rédacteur en chef fit savoir à Bakry que le bureau n’avait pas cessé d’appeler pour arrêter l’émission, lui faisant comprendre que « Si Morsi ne remporte pas les élections, ça sera à cause de cette émission ». Le lendemain, lors d’une réunion informelle, Sadek Al-Sharkawy, directeur exécutif de la chaîne, insista sur le fait que « La confrérie va dans une direction et M. Bakry va dans une autre. »26 Cette réplique, rapportée par Bakry, témoigne d’une confusion entre la Gama’a et la chaîne. La réunion s’acheva par l’invitation faite à Assem Bakry de prendre congé, ce qui signifiait qu’il venait d’être suspendu.

  • 27 Contrairement à l’émission précédente, nous n’avons pas eu accès à celle-ci. Notre seule source fut (...)

20L’émission reprit néanmoins, après plusieurs médiations de membres de la confrérie. Or les directives du bureau de guidance se firent alors plus insistantes. Par exemple, le bureau décida un jour d’interrompre en direct le discours d’un invité, Khaled Saïd, porte-parole du mouvement L’appel salafiste (Al-da’awa al-salafeya), qui critiquait la confrérie. Bakry refusa catégoriquement d’obtempérer. Il poursuivit l’émission avant de se rendre compte que la diffusion avait été interrompue une demi-heure plus tôt sans prévenir ni l’animateur ni l’invité27.

21Enfin, Bakri, qui appartenait à une école du journalisme télévisuel favorisant les signes de courtoisie et exigeait d’être vouvoyé, fut plusieurs fois provoqué en direct par le comportement de certains correspondants. Il reste difficile de confirmer si ces conflits en direct furent ou non dictés par la direction de la chaîne, mais le fait que ces incidents n’aient suscité aucune réaction à son égard laissait à penser qu’elle souhaitait mettre fin à la coopération avec Bakry, ce qui a effectivement eu lieu.

Les élections présidentielles et la redéfinition identitaire de la chaîne

  • 28 Entretien de l’auteur avec Abou Haiba, le 29 octobre 2015.

22La nouvelle donne politique liée à l’élection de Morsi en juin 2012 a semblé ouvrir une nouvelle opportunité de pacification des rapports politiques. Ceci s’est concrétisé par un changement de l’image de la chaîne, qui recourt alors à un nouveau concepteur, au profil hors du commun, Ahmed Abou Haiba. Ce dernier avait été sollicité une première fois en mars 2012, avant les présidentielles, mais à cette époque son projet n’avait pas été apprécié par la confrérie. Le contact avec lui ne sera repris qu’en juillet28. En revanche, cette phase de pacification ne durera que quelque mois et prendra rapidement fin avec une succession de décisions présidentielles qui ne fera qu’accentuer les tensions et l’opposition aux FM. Par voie de conséquence, la chaîne ne tardera pas à se métamorphoser en outil de lutte.

Retour sur le profil d’un réformateur du discours télévisuel islamique

  • 29 Chaîne de clip-vidéos islamiques.
  • 30 Durant les élections législatives de 2005, où les FM ont remporté 20 % des sièges, il a été conseil (...)

23Ahmed Abou Haiba représente une figure incontournable de l’audiovisuel religieux depuis le lancement, en 2009 (Chams), de la chaîne musicale 4SHabab29 (Pour les jeunes) surnommée « la MTV islamique ». Il n’était pas, en effet, extérieur au monde des FM, mais plutôt un réformateur du lien entre le religieux et la production culturelle. Il rejoignit la confrérie durant ses années de lycée, an cours de la décennie1980, où il découvrit les œuvres de Hassan Al-Banna et leur relation à l’art et à la chanson. Al-Banna défendait l’idée d’un art engagé, al-fann al-hâdif. C’est selon cette vision que diverses formes artistiques ont été introduites dans la formation des cadres du mouvement d’Al-Banna, notamment des sketchs, des chants et même du théâtre (Tammam et Haenni). Abou Haiba anima une troupe de théâtre durant ses années universitaires à la Faculté polytechnique de l’université du Caire, dont il fut diplômé en 1991. Il travailla ensuite à la télévision japonaise pendant quatre ans. C’est au cours de ces années que, tout en demeurant un sympathisant30, il quitta les FM suite à plusieurs conflits autour du statut de l’art et du théâtre. Ces conflits l’opposèrent à la nouvelle génération dirigeante de l’époque, pourvue d’idées qu’il jugeait rigides (Dorpmuller et Shehata 92-93). Cette génération était celle qui avait subi les traumas des années Nasser et celles qui ont fait suite à l’assassinat du président Al-Sadate. Elle était constituée de personnes qui sont revenues en Égypte après des années d’exil dans les pays du Golfe où elles avaient bénéficié de l’aide saoudienne dans la reconstruction de l’organisation et s’étaient rapprochées idéologiquement des idées salafistes.

  • 31 Entretien de l’auteur avec Ahmed Abou Haiba, le 11 novembre 2015.
  • 32 La plupart étaient des stars qui se sont retirées de la vie publique pour prêcher la piété et le re (...)
  • 33 Homme d’affaires saoudien, propriétaire du bouquet de chaînes satellitaires ART.
  • 34 Chaîne islamique du bouquet d’ART.
  • 35 Avec Al-Mehwar, Dream TV furent les deux premières chaînes privées généralistes égyptiennes.
  • 36 Un témoignage d’un des fidèles de Kasr Al-Dobara (église protestante) nous a révèle qu’Amr Khlaled (...)

24Pour Abou Haiba, les médias islamiques doivent proposer un discours destiné à un public hétérogène et non pas se cantonner aux restrictions et contraintes des rituels, du licite et de l’illicite (hallal et haram). Les principes de l’islam qui lient le fidèle à Dieu dans sa pratique de la religion ou les règles légales de l’islam doivent s’adapter au message médiatique. Il fonda en 1998 une société de production, Sana Al-Sharq (Lumières de l’Orient), dont il expose ainsi le projet : « Je voulais présenter aux médias un autre islam qui diffère des sheikhs vêtus en djalabiya, qui parlent un arabe incompréhensible. »31 C’est grâce à lui que de nouveaux prêcheurs modernes sont apparus, tel le prédicateur vedette Amr Khaled, présentant une nouvelle forme de prédication qui ressemble au télévangélisme américain (Moll). L’un et l’autre avaient appartenu à une même division appelée « famille » (al-usra) au sein des FM. Abou Haiba, impressionné par les prêches à la mosquée de Khaled, produisit pour celui-ci en 1999 une émission intitulée Rencontre des amis (Leqa’a al-aheba), présentant une spiritualité-spectacle à travers une figure jeune, habillée en civil. Khaled s’opposait donc aux registres connus de la prédication islamique. Il n’était ni issu d’Al-Azhar, institution exprimant l’islam officiel de l’État, ni ne se conformait à l’image communément admise des prêcheurs des émissions religieuses salafistes. Les émissions n’ayant pas été acceptées par les chaînes islamiques salafistes, il les avait vendues en cassettes vidéo, sur les trottoirs. Pour commercialiser ses vidéos, Amr Khaled n’étant pas connu, Abou Haiba avait mis en couverture les photos des vedettes interviewées32. Quand il eut vendu plus de 50 000 exemplaires, cet exploit inattendu attira l’attention du sheikh Saleh Kamel33, tycoon saoudien des médias et propriétaire de la chaîne religieuse Iqra’a34. Celui-ci signera alors un contrat avec Khaled pour animer la célèbre émission Propos du fond du cœur (Kalam min al-qalb). L’émission émigra ensuite vers la chaîne généraliste privée égyptienne Dream TV35. L’importance de l’expérience émane non pas seulement de son étendue et de l’écho qu’elle avait rencontré, mais également du « glissement de la prédication classique à des formes modernes de religiosité » mettant l’accent sur l’intersubjectivité, la foi émanant du cœur et la représentation de l’image d’un Dieu aimant qui pardonne36 (Haenni 7). C’est suivant cette même logique qu’Abou Haiba produira sur la chaîne généraliste privée Al-Mehwar une émission animée par la jeune chanteuse Mona Abdel Ghany, voilée depuis son retrait. Inspiré de l’américain Dr Phill, ce programme traitait de tous les problèmes familiaux et conjugaux d’un point de vue islamique. Il contribua ensuite au lancement de la chaîne religieuse Al-Resala (Le Message), financée par un milliardaire saoudien, l’émir Al-Walid Ben Talal (Riz), y introduisant des vidéoclips islamiques, un talk-show social islamique animé par une ancienne actrice ayant fait le choix de porter le voile. En revanche, Ben Talal mit fin à rapidement à cet exploit, exigeant le changement radical de la chaîne suite aux critiques provenant des sheikhs conservateurs saoudiens.

La déception vis-à-vis d’une chaîne dite de la Révolution

25L’arrivée de cet entrepreneur de l’islam à la tête de la chaîne a entraîné au départ des changements importants quant à son image et sa grille de programmes. Il a peut-être considéré que Misr 25 pourrait incarner son ambition de pouvoir monter une chaîne qui représente la Révolution du 25 janvier après l’échec cuisant de son premier né, la chaîne Al-Tahrir. Cette dernière, portant le nom de la Place Tahrir (Libération), avait été créée par Abou Haiba, Ibrahim Issa, un journaliste réputé de l’opposition, et Mohamed Mourad, un architecte et homme d’affaires. Les crises financières perpétuelles avaient mis fin à ce projet et la chaîne fut achetée par des hommes d’affaires faisant partie de l’oligarchie du régime Moubarak. Ainsi, le projet de Abou Haiba mettait en avant l’idée selon laquelle les FM étaient le courant le plus puissant politiquement et représentaient la Révolution face aux oligarques de l’ancien régime. C’est pour cette raison que le thème de la révolution fut fortement exploité. La chaîne, son site, ses tracts, sa chaîne Youtube, furent vêtus d’un arrière-plan représentant les murs couverts de graffitis des révolutionnaires de Tahrir. Contrairement aux logos modernes du départ, qui reprenaient celui des grandes chaînes satellitaires et qui ne reflétaient pas une identité particulière, le logo choisi par Abou Haiba était fait d’une calligraphie renvoyant à la révolution, accompagnée de la devise « Misr 25 : l’Égypte dont nous rêvons ». En comparaison, les deux logos de départ présentaient, pour l’un, une ressemblance importante entre le logo de la chaîne privée Al-Hayat et le logo en rouge et blanc de Misr 25. L’autre représentait des rayons de soleil.

26Ce changement de positionnement s’est surtout manifesté dans des séries de clips vidéo de promotion de la chaîne, tels les mini-clips de 58 secondes intitulés On ne vous oubliera pas (Lan nansaku’m) faisant l’éloge des martyrs, diffusés durant les pauses inter-émissions. Ces clips constituèrent une partie intégrante de l’identité discursive de la chaîne (Lochard). Ils représentaient une ré-exploitation des figures marquantes des jeunes tués lors des affrontements, accompagnée de la chanson au rythme funèbre Ô ma patrie (Ya Belady), composée après les dix-huit jours de révolte. En regardant ce clip, les téléspectateurs ont le sentiment de passer devant le mur qui longe la rue Mohamed Mahmoud (une artère animée du Caire) où apparaissent des graffitis de hourras et les têtes bien reconnaissables des martyrs de la révolution. La caméra s’arrête ensuite pour se focaliser sur une photo encadrée de chaque martyr. On y reconnaît, par exemple, Khaled Saïd, un jeune torturé en 2010 par la police et devenu l’icône de la révolution. Ou Mina Daniel, un jeune copte tué lors des affrontements avec l’armée en octobre 2011.

Figure 1. Clip des martyrs

Figure 1. Clip des martyrs
  • 37 Traduction à partir du document officiel du projet de modernisation de la chaîne d’octobre 2012.

27Dans la nouvelle relance d’octobre 2012, la chaîne se voulait, selon le projet d’Abou Haiba, « patriotique égyptienne, à caractère informationnel, offrant un média exceptionnel à référence islamique à travers des idées créatrices et des programmes novateurs de haute qualité selon les standards mondiaux ».37

  • 38 Ibid.

28L’audience visée par la chaîne fut définie pour se conformer à cette réidentification : « Elle s’adresse à l’Égyptien ordinaire dans sa piété et sa religiosité, amoureux de l’islam et qui en est fier. Elle n’est ni destinée aux pieux, bien qu’ils y trouvent leur intérêt, ni à ceux qui cherchent l’amoralité. Elle doit se focaliser sur la tranche des jeunes des deux sexes ayant entre 18 et 25 ans. Elle s’adresse à la totalité de la nation égyptienne dans le monde entier (nous nous adressons également aux Égyptiens de la diaspora). Elle adresse un discours particulier aux femmes pour garantir leur renaissance et leur guidance. Elle n’est pas destinée exclusivement aux spécialistes et aux penseurs et s’adresse au citoyen ordinaire et au grand public. »38

  • 39 Rapport du directeur de la chaîne Misr25, décembre 2012.
  • 40 Le voile civil moderne est un couvre-tête que l’on porte avec une tenue « normale » (chemise, panta (...)

29Entre septembre et octobre 2012, un réajustement à trois niveaux a eu lieu. Abou Haiba a jugé qu’une partie importante de l’équipe des techniciens de la chaîne, composée en majorité des membres des FM, était peu initiée au travail médiatique télévisuel. C’est pourquoi il avait eu recours à des cadres extérieurs et avait investi dans la formation de l’équipe existante39. Les équipes rédactionnelles ont subi les mêmes changements avec des nouvelles recrues qui avaient travaillé dans la chaîne Al-Jazeera. La grille de programme a également été modifiée. Une nouvelle émission féminine, plus moderne que les précédentes, et intitulée Set al-banat (La meilleure des filles) a, par exemple, été créée. Réalisée sur un plateau scéniquement modernisé, elle était présentée par trois jeunes femmes, toutes membres de la confrérie, portant un voile plus moderne40.

  • 41 Entretien avec Ahmed Abou Haiba, le 29 octobre 2015.

30Cependant, la mésentente concernant la mission de la chaîne et son audience cible persista : Abou Haiba souhaitait une chaîne frériste à destination de tous les téléspectateurs égyptiens, quand les membres des FM visaient principalement leurs bases militantes41.

La primauté du discours soutenant la Gama’a

  • 42 La chaîne étant fermée, il est impossible d’avoir accès à ses archives. Les seules émissions dispon (...)

31Les deux nouveaux talk-shows phares de la nouvelle relance furent Station d’Égypte (Mahatet Misr), présenté par Mootaz Matar, journaliste bien connu et animateur d’émission de talk-shows, et un autre intitulé Arc-en-ciel (alwan al-teif), animé par Sherif Mansour, membre de la confrérie. Selon leur concepteur, ces deux talk-shows étaient censés présenter des points de vue divergents. L’étude de ces deux émissions du point de vue de l’appartenance politique des différents invités montre une réalité différente. Les résultats ne font pas apparaître une grande différence entre leurs lignes éditoriales. Entre le 1er novembre et le 10 décembre 201242, la majorité des invités appartenait explicitement aux FM ou ceux-ci en furent des sympathisants. Cette période était particulièrement tendue du fait du débat sur la nouvelle constitution, préparée par une constituante à majorité islamique, et de la déclaration constitutionnelle présidentielle, qui suscita une vague de contestation contre les FM. Cette dernière destitua le procureur général, stipula que les décisions présidentielles étaient irrévocables par la Haute Cour constitutionnelle, et immunisa le Sénat et la constituante, tous deux à majorité islamique, de toute décision de dissolution.

Émission

Nombre d’émissions

Invités appartenant à la confrérie

ou sympathisants

Pourcentage

Alwan al-teif

13 épisodes

10 invités

70 %

Mahatet Misr

10 épisodes

14 invités

(dont deux débats avec 3 invités)

100 %

  • 43 Certains courants salafistes étaient proches des FM tandis que d’autres, dont le parti politique Al (...)

32Les invités de Station d’Égypte étaient en définitive tous membres de la confrérie, du courant salafiste43 ou des soutiens des FM. Alors qu’il avait rejoint la chaîne en octobre 2012, Mootaz Matar la quitta début janvier 2013, se plaignant de l’interférence incessante du bureau de guidance dans son travail (Al-Raydy). Notons à cet égard que son émission avait été interrompue après la déclaration constitutionnelle présidentielle en novembre 2012.

  • 44 Entretien avec Abou Haiba, entretien avec Amir Lachin, et Assem Bakry.

33Selon Abou Haiba, la chaîne devait tout de même faire des concessions pour garder l’équilibre entre la nouvelle mission à laquelle il aspirait pour elle et la mission première de la chaîne selon la confrérie. Cette dernière a dès lors imposé des émissions, animées par des membres des FM, pour garantir un soutien explicite à l’organisation et aux décisions du président Morsi. En tête de cette catégorie se trouvait l’émission La rue politique (Al-Share’a Al-Seyasy), animée par un ingénieur, Nour Abdel-Hafez, secrétaire de la culture au PLJ (Ali). Abdel-Hafez était une figure critiquée pour son exagération, ses dérives discursives et son style vulgaire44 qui, pour beaucoup, contrariait l’image souhaitée d’une chaîne d’un courant religieux, censée représenter la vertu.

  • 45 Dans cette même lignée, fut introduite plus tardivement une autre émission intitulée 180… matâfy (1 (...)
  • 46 Copie de l’archive de la chaîne fournie à la chercheuse par Abou Haiba.

34D’une manière générale les émissions de la chaîne ont fréquemment fait usage d’amalgames entre le religieux et le politique lors la montée de la tension, lorsque les opposants aux FM furent décrédibilisés par une rhétorique religieuse. Le discours médiatique de l’émission présentée par Nour Abdel Hafez45 en est un des exemples les plus saillants. Les deux extraits suivants tirés de l’introduction d’Abdel Hafez aux émissions du 25 novembre 2012 et du 28 janvier 201346 illustrent comment le conflit politique s’était cristallisé autour du clivage entre laïcs et religieux. Ils montrent aussi la rhétorique employée, qui consistait à considérer les opposants libéraux ou de gauche non comme des opposants à Morsi et son projet politique, mais à l’islam, que représente al-Gama’a :

« Ne soyez pas idiots, la question n’est pas le conflit autour de la constitution, mais la véritable question est le refus de l’islam en Égypte. »

« Il faut que nous revenions à notre religion, sinon, voulez-vous que nous devenions libéraux, donc occidentaux, donc loin de la religion ? C’est cela que veulent Amr Hamzawy, Al-Baradei [figures de l’opposition] et ce Front national de destruction [le Front national du Salut formé par différentes forces politiques en opposition aux FM] qui ne font que brûler et détruire ! »

Conclusion

35Nous avons tracé les conditions de naissance et de développement d’une chaîne de télévision, affiliée à une communauté qui trouve sa définition politique dans un registre religieux particulier. Les conflits internes et le mode de gestion de la chaîne, mise sous la coupe de la confrérie, ont illustré une trajectoire qui épousa les contours d’une phase critique de l’histoire contemporaine égyptienne. Les tentatives de modernisation et la mise en place d’un projet médiatique ambitieux se sont souvent confrontées aux conflits politiques et aux réactions des hautes instances de la confrérie.

36La chaîne a souffert d’une gestion élastique contrôlée par le bureau de guidance qui, lors des moments de tension, chercha prioritairement à communiquer avec les membres et les sympathisants des FM en s’assurant une certaine légitimité à leurs yeux. Ceci explique les campagnes de diffamation à l’égard des opposants menées par les présentateurs de toutes les émissions sans exception. C’est ce qui explique aussi, aux moments les plus tendus, pourquoi ceux qui étaient considérés comme des outsiders, n’appartenant pas directement à la confrérie, furent écartés ou s’écartèrent par eux-mêmes.

37La fermeture de la chaîne fut aussi spectaculaire que l’éviction des FM du pouvoir. Au moment où l’armée proclamait la déclaration militaire du 3 juillet 2013, les forces de l’ordre attaquaient les sièges de toutes les chaînes appartenant au courant de l’islam politique et leurs professionnels furent arrêtés.

Haut de page

Bibliographie

Al-ANANI Khalil, 2016, Inside the Muslim Brotherhood Religion, Identity, and Politics, New York, Oxford University Press, 225 p.

AL-BEHEERY Ahmed, 2006, « Des milices des FM font spectacle à l’université Al-Azhar », Al-Masry Al-Yaoûm, 11 décembre 2006. Disponible sur http://today.almasryalyoum.com/article2.aspx?ArticleID=40525, consulté le 20 septembre 2015.

AL-CHAZLI Youssef, 2012 « Sur les sentiers de la Révolution », Revue française de science politique, 62, 843-865.

AL-RAYDY Ahmed, 2013, « Mootaz Matar yatrok Misr 25 e’terdan ala seysatohom [Mootaz Matar quitte Misr25, protestant contre leur politique éditoriale] », Al-Dostour, 2 janvier.

ALI Ghada, 2014, « Khamis Bassem Youssef, membre du comité de la culture politique du parti de la Liberté et de la Justice », El WatanNews [article en arabe], 19 janvier 2013. Disponible sur http://www.elwatannews.com/news/details/116070, consulté le 27 décembre 2014.

Ben NÉfissa Sarah, 2015, « La chute historique des Frères musulmans égyptiens : Erreurs politiques, blocage idéologique et bureaucratisme organisationnel », dans A. Bozzo et P.-J. Luizard, Polarisations politiques et confessionnelles, Roma, TrE-Press, 99-127.

Ben NÉfissa Sarah, Abo El-Kasem Mahmoud Hamdy, 2015, « L’organisation des Frères musulmans égyptiens à l’aune de l’hypothèse qutbiste », Revue Tiers Monde, 222 : 2, 103-122.

CHAMS Dalia, 2008, « Visages : Ahmed Abou Haiba, Entrepreneur de l’Islam », Al-Ahram Hebdo, 732, 17 au 23 septembre. Disponible sur http://hebdo.ahram.org.eg/Archive/2008/9/17/visa0.htm, consulté le 28 mai 2018.

DORPMULLER Sabine, SHEHATA Dina (et al.), 2012, Mapping Islamic Actors in Egypt, Report, Netherlands-Flemish Institute in Cairo and Al-Ahram Center for Political and Strategic Studies.

ELSHOBAKY Amr, 2009, Les Frères musulmans des origines à nos jours, Paris, Kartala, 316 p.

Fillieule Olivier et Mathieu Lilian, 2009, « Structure des opportunités politiques », Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 530-540.

HAENNI Patrick, 2012, « Au-delà du repli identitaire, Les nouveaux prêcheurs égyptiens et la modernisation paradoxale de l’islam », Religioscope. Disponible sur http://www.religioscope.com/pdf/precheurs.pdf, consulté le 10 janvier 2017.

IBRAHIM Ahmed, 2015, « Qui est Khayrat Al Shater pour devenir président d’Égypte ? (Man Khayrat Al Shater Leyakon ra’isan le misr) », 25 janvier. Disponible sur https://bit.ly/2I6LOjE, consulté le 20 septembre 2015.

LOCHARD Guy, 2002, « Identités sociales, médiatiques et discursives à la télévision : de la mobilité à l’instabilité », Questions de communication, 2, 145-158.

MOLL Yasmine, 2010, « Islamic Televangelism : Religion, Media and Visuality in Contemporary Egypt », Arab Media and Society, 10. Disponible sur https://www.arabmediasociety.com/islamic-televangelism-religion-media-and-visuality-in-contemporary-egypt/, consulté le 3 septembre 2016.

Riz Khan, 2005, Al-Waleed, Businessman Billionaire Prince, New York, Harper Collins, 432 p.

SAKR Naomi, 2012, « Social Media, Television Talk Shows, and Political Change in Egypt », Television & New Media, 14 : 4,322 – 337.

Tammam Husam, Haenni Patrick, 2004, « De retour dans les rythmes du monde. Une petite histoire du chant (ex)islamiste en Égypte », Vingtième Siècle, 82 : 2, 91-102. Disponible sur www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-2-page-91.htm, consulté le 28 mai 2018.

Vannetzel Marie, 2008, « Les voies silencieuses de la contestation : les Frères musulmans égyptiens, entre clientélisme et citoyenneté alternative », Raisons politiques, 29 : 1, 23-37.

VANNETZEL Marie, 2015, « Égypte : l’impasse de la clandestinité », dans P. Puchot (dir.), Les Frères musulmans et le pouvoir (2011-2014), Paris, Galaade, 352 p.

ZAHID Mohammed, 2010, The Muslim Brotherhood and Egypt’s Succession Crisis, The Politics of Liberalization and Reform in the Middle, New York – London, Tauris, 224 p.

Sources

Entretiens effectués par l’auteur

Entretien avec Assem Bakry, animateur de talk-shows politiques sur la chaîne Misr 25, au siège du quotidien Akhbar, le 27 août 2014.

Entretien avec Amir Lachin, journaliste à Akhbar Al-Yaoûm et ex-membre de l’équipe de rédaction de l’émission Ahl al-Balad, sur la chaîne Misr 25, au siège du quotidien, le 23 août 2014.

Deux entretiens téléphoniques avec Ahmed Abou-Haiba ex-directeur exécutif de la chaîne Misr 25, le 11 novembre 2015 et le 29 octobre 2015.

Entretiens télévisuels et publics

Entretien avec Hazem Ghorab, Akhbar Al-Yaoûm TV, le 29 septembre 2012. Disponible sur https://www.youtube.com/watch ?v =aRcIrb5kaPY, consulté le 21 septembre 2015.

Entretien avec Assem Bakry, émission « Ici Le Caire » (Hona Al Kahera), chaîne Al Kahera Wal Nas, émission du 4 mars 2013. Disponible sur https://www.youtube.com/watch ?v =88qo-XoZrNI, consulté le 21 septembre 2015.

Entretien avec Assem Bakry, émission « La vie aujourd’hui » (Al-Hayah Al-Youm), chaîne « La vie » (Al-Hayah), février 2015. Disponible sur https://www.youtube.com/watch ?v =SxY4hQtgsOg, consulté le 20 septembre 2015.

Haut de page

Notes

1 La reconnaissance officielle du travail civil de la confrérie des Frères musulmans en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG) fut plus tardive, début 2013. Elle fut dissoute après l’intervention militaire du 3 juillet 2013.

2 Akhbar al-youm (Les Nouvelles du jour) est l’un des deux grands quotidiens publics en Égypte, avec Al-Ahram (Les Pyramides).

3 Maktab al-irchad est parfois également traduit par « Bureau d’Orientation » (El-Shobaky).

4 Expressions de Khayrat Al-Shater, un des leaders de la confrérie, citées par Assem Bakry.

5 Entretien téléphonique de l’auteur avec Abou Haiba, le 11 novembre 2015.

6 En 2006, des membres des FM à l’université d’Al-Azhar, ont manifesté en tenue noire et visage caché en signe de protestation contre la décision d’expulsion de cinq étudiants (Al-Beheery).

7 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry, au siège du quotidien Akbar Al-Yaoûm, le 27 août 2014.

8 Tout comme pour la plupart des chaînes satellitaires en Égypte, les listes détaillées des actionnaires sont difficilement accessibles.

9 Le quotidien portait le même nom que le parti politique.

10 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry.

11 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Hona Al Kahera.

12 Hazem Ghorab, ex-directeur de la chaîne Misr 25, entretien à Akhbar Al-Yaoûm, le 29 septembre 2012.

13 Les dernières années du régime de Moubarak ont vu la naissance d’un nombre considérable de chaînes satellitaires, lorsque le régime a procédé à une démonopolisation du secteur, octroyant le droit à des hommes d’affaires d’en créer.

14 Ce sont les épisodes encore disponibles sur la chaîne Youtube de Misr 25.

15 Courant de gauche nationaliste qui s’identifie à certains idéaux de Nasser.

16 À titre d’exemple, Hany Salah Al Din, journaliste au quotidien Al-Youm Al-Sabei’a (Le 7ème jour), était devenu un animateur d’une émission de la chaîne Misr25.

17 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Al-Hayah Al-Youm.

18 Entretien de l’auteur avec Amir Lachin, le 23 août 2015 au siège d’Al-Akhbar.

19 Entretien télévisuel avec Assem Bakry, émission Hona Al Kahera.

20 Ces décisions faisaient suite à des recours judiciaires d’opposants des FM qui, pour peser sur le champ politique, ont trouvé dans la justice un moyen alternatif à la politique alors monopolisée par le camp islamique.

21 Les forces politiques craignaient que l’armée, en intérim depuis la déchéance de Moubarak, n’entrave la transition du pouvoir.

22 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry.

23 Entretien de l’auteur avec Amir Lachine.

24 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry et entretien télévisuel émission Hona Al Kahera.

25 Les candidats de gauche, Sabahi, Khaled Ali mais aussi Mohamed Morsi, se sont rendus à leur tour comme signe de loyauté à la légitimité de la Place Tahrir.

26 Entretien de l’auteur avec Assem Bakry, Op.cit.

27 Contrairement à l’émission précédente, nous n’avons pas eu accès à celle-ci. Notre seule source fut l’entretien avec l’animateur et le rédacteur en chef de l’émission.

28 Entretien de l’auteur avec Abou Haiba, le 29 octobre 2015.

29 Chaîne de clip-vidéos islamiques.

30 Durant les élections législatives de 2005, où les FM ont remporté 20 % des sièges, il a été conseiller de communication des candidats de la confrérie.

31 Entretien de l’auteur avec Ahmed Abou Haiba, le 11 novembre 2015.

32 La plupart étaient des stars qui se sont retirées de la vie publique pour prêcher la piété et le retour à l’islam.

33 Homme d’affaires saoudien, propriétaire du bouquet de chaînes satellitaires ART.

34 Chaîne islamique du bouquet d’ART.

35 Avec Al-Mehwar, Dream TV furent les deux premières chaînes privées généralistes égyptiennes.

36 Un témoignage d’un des fidèles de Kasr Al-Dobara (église protestante) nous a révèle qu’Amr Khlaled assistait souvent aux prêches du dimanche.

37 Traduction à partir du document officiel du projet de modernisation de la chaîne d’octobre 2012.

38 Ibid.

39 Rapport du directeur de la chaîne Misr25, décembre 2012.

40 Le voile civil moderne est un couvre-tête que l’on porte avec une tenue « normale » (chemise, pantalon ou une longue jupe). Il se distingue d’un voile plus strict, composé d’une longue tunique couvrant entièrement le corps, portée par-dessus les vêtements et ressemblant à la tenue saoudienne, ou avec un tissu plus épais qui se porte seul.

41 Entretien avec Ahmed Abou Haiba, le 29 octobre 2015.

42 La chaîne étant fermée, il est impossible d’avoir accès à ses archives. Les seules émissions disponibles sont celles qui existent encore sur la chaîne Youtube. D’autres nous ont été communiqués par Abu Haiba.

43 Certains courants salafistes étaient proches des FM tandis que d’autres, dont le parti politique Al Nur (La lumière), à cette époque, étaient en désaccord avec eux et critiquaient leur action.

44 Entretien avec Abou Haiba, entretien avec Amir Lachin, et Assem Bakry.

45 Dans cette même lignée, fut introduite plus tardivement une autre émission intitulée 180… matâfy (180…pompiers) animée par Hany Salah Al-Din, journaliste et membre des FM.

46 Copie de l’archive de la chaîne fournie à la chercheuse par Abou Haiba.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Clip des martyrs
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Adib Doss, « La chaîne Misr 25 comme outil médiatique du projet politique des Frères musulmans en Égypte », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3665 ; DOI : 10.4000/rfsic.3665

Haut de page

Auteur

Maria Adib Doss

Maria Adib Doss est assistante d’enseignement à la Faculté de science politique (FESP) de l’université du Caire et doctorante à l’université Paris II Panthéon Assas, au Carism, où elle prépare une thèse sur les talk-shows en Égypte, codirigée par Jean-Baptiste Legavre et Sarah Ben Néfissa (Université Paris I). Courriel : maria.adibdoss@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page