Navigation – Plan du site
Religions et médias

Le discours des journaux télévisés libanais : prolifération des références religieuses et confessionnelles

The Lebanese Broadcast News Discourse : Proliferation of Religious and Sectarian References
Roy Jreijiry et Josette Abi Tamer

Résumés

Au lendemain de la guerre civile (1975-1990), le paysage audiovisuel libanais a été remodelé sur un mode de partage politico-confessionnel. Nonobstant cette répartition, les chaînes de télévision ne se considèrent nullement comme porte-parole de « leurs » communautés. Le thème religieux (social ou dogmatique) occupe néanmoins une place de choix dans certaines émissions. Cet article propose d’analyser la présence de ce thème dans les bulletins d’information de quatre chaînes privées libanaises (Al-Jadeed, Murr TV, Future TV et Al-Manar) durant une période récente (décembre 2015-janvier 2016), en se focalisant aussi bien sur les sources des énonciations à caractère religieux que sur leur contenu. Le journal télévisé constituant un genre où les attentes de crédibilité et de rigueur sont élevées, nous essayerons d’examiner dans quelle mesure ces chaînes parviennent à y atténuer leur appartenance confessionnelle et religieuse dans un climat général de repli sectaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les chaînes de télévision libanaises reflètent la répartition confessionnelle du pouvoir politique en place. En effet, après la fin d’une guerre civile (1975-1990) au cours de laquelle l’audiovisuel privé émergeait « dans la violence militaire et de la violence des acteurs » (Chaoul 143-144), les licences ont été distribuées à des chaînes représentant les quatre principales communautés religieuses : LBC (maronite), Future TV (sunnite), NBN (chiite) et Murr TV (chrétienne orthodoxe). Porte-parole du parti chiite du Hezbollah, Al-Manar a également été autorisée à « poursuivre provisoirement sa diffusion jusqu’à la fin de l’occupation israélienne », au même titre que Télé Lumière – propriété de l’Église maronite – qui ne diffuse cependant pas d’émissions politiques. En 2009, le parti de Michel Aoun (maronite) crée lui aussi une chaîne (OTV). Seule New TV (fondée en 1991, interdite entre 1997 et 2001, rebaptisée Al-Jadeed en 2007), ainsi que la chaîne nationale Télé Liban, constituent des exceptions à cette règle de « confessionnalisation » du paysage audiovisuel.

  • 1 À titre d’exemple, les chaînes dites « chrétiennes » proposent chaque année une grille de programme (...)
  • 2 Et cela malgré les mécanismes d’agenda, de cadrage ou d’amorçage qui régissent le travail journalis (...)

2En dépit de cette partition, les chaînes ne se présentent pas comme religieuses en tant que telles ni représentatives d’une quelconque confession. Elles s’efforcent même d’attirer des parts d’audience qui ne sont pas considérées comme « communautairement » acquises, en misant notamment sur le divertissement, dans le cadre d’une concurrence commerciale de plus en plus féroce, du fait d’un marché publicitaire libanais assez restreint1. L’expression de l’appartenance religieuse se manifeste néanmoins sous différentes formes et dans diverses émissions (Jreijiry), ce qui vaut aux chaînes d’être parfois accusées d’« attiser » (Kerbage 329) ou d’« aggraver » (Abou Assi 54) le communautarisme, favorisant ainsi le repli sectaire. Mais qu’en est-il de la présence du discours religieux dans les journaux télévisés qui constituent la principale source d’information des Libanais et, par conséquent, un élément essentiel de l’espace public où se forge une représentation de « nous » et des « autres » ? La présence du religieux au cœur de ces bulletins, genre télévisuel où les promesses (et les attentes) de crédibilité et de rigueur sont les plus élevées2, ne peut que servir les intérêts des groupes politico-confessionnels dans un pays où l’appartenance religieuse, ainsi que sa revendication, est intimement associée au pouvoir politique et social (alors que l’État libanais est, par principe, neutre en matière religieuse). Cette présence constituerait ainsi un élément attrayant pour le public, en dépit de la neutralité souvent revendiquée et de l’absence régulière des éléments constitutifs d’une « information », à savoir « un renseignement » ou « une nouvelle », « portant sur l’actualité » et « susceptible d’être portée à la connaissance d’une personne ou de plusieurs personnes » (Balle 213).

3Cet article tente de répondre à la problématique suivante : dans quelle mesure les journaux des chaînes de télévision libanaises peuvent-ils constituer un outil de propagande religieuse au détriment de l’information proprement dite ? Dans quelle mesure orientent-ils les représentations sociopolitiques afin de diffuser leurs idéologies respectives et, par conséquent, de resserrer les liens communautaires et de pérenniser un système confessionnel de plus en plus radicalisé (cf. récemment Dagher ; Beydoun ; Abi Yaghi et al.) ?

Le corpus

  • 3 Nous avons initialement défini une période de sept semaines, de façon à sélectionner chacun des jou (...)

4Afin de répondre à ces questions, nous avons observé et analysé la présence du religieux dans les journaux de trois chaînes représentatives des différentes communautés religieuses (Future TV, Al-Manar et MTV) ainsi que d’Al-Jadeed, une chaîne sans identité confessionnelle dont les actions étaient initialement détenues par des personnalités communistes. Nous nous sommes intéressé aussi bien à la source énonciatrice qu’à l’énoncé lui-même. L’échantillon a été constitué par 24 bulletins d’information du soir (20 heures), couvrant six jours de la semaine sur une période de six semaines, entre le 1er décembre 2015 et le 6 janvier 20163.

La méthode

5En ce qui concerne la source énonciatrice, nous avons identifié cinq types de producteurs de discours :

  • deux engageant directement la chaîne : le présentateur/la présentatrice du journal, le/la journaliste reporter et le/la correspondant/e ;

  • trois indirectement : les intervenants extérieurs à la chaîne, parmi lesquels nous avons distingué les figures religieuses, les figures publiques ou officielles et les personnes « ordinaires ».

  • 4 L’unité du contexte « sert d’unité de compréhension pour coder l’unité d’enregistrement » (Bardin 1 (...)
  • 5 Les bulletins d’information de la période étudiée sont constitués de 12 à 16 séquences par journal.
  • 6  Il faut cependant que celui-ci soit identifié comme source initiale de l’énoncé car nous avons ado (...)

6Nous avons adopté la séquence comme unité de contexte4 construite autour d’un thème/événement5. Au sein de chaque séquence, nous avons comptabilisé un item pour chaque producteur de discours qu’elle engage (unité d’enregistrement). À titre d’exemple, un reportage sur l’« adoration de Satan », débutant par une introduction à teneur religieuse de la présentatrice et se poursuivant par un entretien avec le président d’une association exprimant également des opinions ou des références religieuses, a été comptabilisé deux fois : une pour la présentatrice6 et une autre pour l’intervenant extérieur.

  • 7  En effet, nous avons relevé dans les bulletins d’information des quatre chaînes des éléments non t (...)

7S’agissant des formes énonciatives, nous nous sommes focalisé uniquement sur le texte, quel que soit sa longueur, sa place et son ordre de priorité. « News is a textual phenomenon. It takes shape in words – in news presentation, reports and interviews. » (Montgomery 36)7 L’énoncé a constitué l’unité d’enregistrement : il s’agit du mot ou du groupe de mots contenant un vocabulaire religieux et dont le sens est complet, indépendamment de son format (scripté ou spontané). Nous avons essayé d’identifier chaque énoncé à un fragment spécifique du registre religieux, de découvrir à quoi il correspond ou se réfère exactement (en termes d’attitudes, de valeurs ou d’opinions) et comment ce contenu peut jouer un rôle dans la perception de l’information. Nous avons distingué trois types de contenus religieux, subdivisées en sept catégories :

  • le premier type exprime un contenu religieux linguistique spontané, à dimension symbolique ou non symbolique, comme dans les expressions « Si Dieu le veut » ou « Si Dieu le permet » (catégorie « fonction phatique »), ou encore « Karbala Sainte », « Naissance du Sauveur » (catégorie « fonction symbolique »). On s’y réfère à Dieu ou on y attribue à des sites des valeurs sacrées, de façon spontanée ou irréfléchie ;

  • le deuxième type exprime un contenu religieux plus formel, tel que faire référence à une fête ou une célébration d’un calendrier religieux (catégorie « calendrier religieux »), à une personnalité religieuse (catégorie « personnalité religieuse »), indépendamment de toute ingérence ou implication explicite au niveau des croyances et des dogmes ;

  • le troisième et dernier type reflète un contenu ou une appartenance religieuse réfléchis et/ou engagés. Il se subdivise en trois catégories : les expressions d’ouverture ou de clôture des présentateurs/présentatrices, tout ce qui exprime une appartenance religieuse explicite et directe et, finalement, un contenu purement idéologique ou dogmatique.

8Nous avons délibérément omis les unités religieuses qui désignent des groupes politiques au Liban ou ailleurs (comme les chrétiens, les musulmans, les chiites, etc.), ainsi que les sites religieux lorsque ceux-ci constituent des plateformes pour des événements davantage sociaux que confessionnels à proprement parler (présenter ses condoléances dans une Église, relater une position d’une personnalité politique à partir d’une Husseinieh, etc.). Nous avons également mis de côté le contenu religieux énoncé par un tiers au cours d’une diffusion en direct (il s’agit d’un seul cas marginal), étant donné que, dans ce cas précis, l’équipe éditoriale n’a pas vraiment de contrôle sur le contenu, celui-ci n’engageant pas autant la chaîne ou sa ligne éditoriale.

Le cadre théorique

9Le choix du journal télévisé pour étudier la représentation du fait religieux à la télévision réside dans le fait que celui-ci constitue l’espace « where media discourse exerts its greatest influence on our understanding of how the world is, what our place in it is, and where we might look for authoritative information and opinion about the world we live in. » (Durant & Lambrou 93). Ces informations peuvent être définies « as information about current or recent events, happenings or changes taking place outside the immediate purview of the audience and which is considered to be of likely interest or concern to them » (Montgomery 4). Une telle définition attribue à l’audience un rôle majeur dans le processus d’établissement de l’agenda du bulletin d’information, au détriment des agendas médiatiques et politiques. Mais plusieurs études avaient déjà montré la suprématie des deux derniers agendas, notamment lorsqu’il s’agit de l’élite des journalistes (ceux de l’audiovisuel) dont les liens avec le monde politique « demeurent très serrés » (Rieffel 138).

10Indépendamment des controverses à ce propos, la place du sujet religieux dans les nouvelles diffusées reflète les liens entre les médias et les institutions politico-religieuses dans la société libanaise. Étant « le produit d’un ensemble complexe de facteurs » et « de forces externes […] et internes » (Charon 87), le processus journalistique engage, à la fois, l’audience, le système politique et les structures médiatiques. En effet, le « rôle de miroir de la société » exercé par le journal télévisé « donne à chacun le sentiment d’appartenir à une même communauté » (Mercier 305) ; les effets du journal télévisé « seraient moins à évaluer en termes de transmission de contenu que de construction d’une relation communautaire » (Dragan et Pélissier 106), d’où notre intérêt à saisir la place que joue la télévision dans la pérennisation du système confessionnel, puisque celle-ci n’est pas totalement un « agent du statu quo », comme le note J. Fiske : « Social change does occur, ideological values do shift, and television is part of this movement. » (45).

Les données quantitatives

L’implication des médias en tant que source énonciatrice

11Notre recherche nous a permis de constater que le contenu religieux est présent dans les 24 bulletins des quatre chaînes (tableaux n° 1 et 2). Cette omniprésence ne revêt cependant pas la même importance, aussi bien en termes synchroniques (entre chacune des quatre chaînes) que diachroniques (en fonction de la date, mais aussi du présentateur, du journaliste reporter ou du correspondant au sein de la même chaîne). En revanche, la présence du fait religieux constitue bel est bien une donnée irréfutable : lorsqu’elle n’est pas verbalisée par une source engageant la ligne éditoriale (85 items), elle l’est à travers les intervenants extérieurs (80 items). En additionnant les différentes sources des expressions religieuses des quatre chaînes, nous constatons que la rédaction/le présentateur constitue la première source de ce type d’énoncés (44 items/165), suivie par le rapporteur/correspondant (41 items). Les producteurs de l’information sont donc à l’origine d’une grande partie du contenu à caractère religieux, avec plus de la moitié des items (à l’exception de la chaîne Al-Jadeed), faisant de ce même contenu un des grands vecteurs du discours politique au sens large. Nous avons, en effet, constaté que la principale source de contenu religieux d’Al-Jadeed repose sur des personnes « ordinaires » (20 items/49), sur le présentateur et le reporter/correspondant dans le cas de MTV (10 items/32 pour chacune des deux catégories), sur le présentateur en ce qui concerne Al-Manar (16 items/52) et, finalement, à égalité sur le présentateur, le reporter/correspondant et les intervenants officiels dans Future TV (9 items/32 pour chacune des trois catégories).

  • 8 Un rapport publié en 2015 par la Fondation Maharat sur la couverture médiatique des questions relig (...)

12Sur un autre plan, il apparaît que les personnages religieux constituent la source la moins visible d’expression du fait religieux (16 items/165), alors qu’ils étaient bel et bien présents (41 fois) dans les bulletins en tant que contenu informationnel. Ce décalage se doit au fait que le contenu des interventions des personnages religieux relaté par les médias est souvent à caractère politique ou social, le système confessionnel libanais octroyant aux chefs religieux une légitimité sociopolitique qui, avec l’aval des médias, se reflète bel et bien sur leur agenda8. Cette visibilité n’est quasiment accordée qu’aux leaders des trois confessions majoritaires (maronite, sunnite et chiite), engendrant une forme de marginalisation des autres confessions, et ce parallèlement à une marginalisation de jure et de facto administrative et politique.

Les médias comme vecteurs de religiosité

13Lorsque l’on analyse de façon plus approfondie les énoncés à caractère religieux (tableau n° 2), on s’aperçoit que le contenu à fonction phatique est le plus présent (84 énoncés/327) suivi du contenu traduisant une appartenance religieuse (55 énoncés). Ces deux catégories représentent à elles seules un peu moins de la moitié des énoncés religieux (43 %). Ensuite, le contenu religieux dogmatique occupe lui aussi une bonne place dans les bulletins des quatre chaînes (46 énoncés), notamment sur MTV (14/49) et Al-Manar (19/134). En ce qui concerne la typologie présentée auparavant, les énoncés reflétant un engagement religieux réfléchi demeurent majoritaires dans l’ensemble des quatre chaînes (136 énoncés/327), bien que leur place varie d’une chaîne à l’autre.

14Si c’est bel et bien la « chaîne de la Résistance islamique », Al-Manar, qui fournit le nombre le plus élevé d’énoncés religieux (134), il faut souligner que ce genre d’énoncés colonise également le discours d’Al-Jadeed (en deuxième position avec 101 énoncés), et cela malgré le fait que ce soit le seul média de notre corpus ne représentant pas une communauté religieuse particulière. Dans ce cas précis, la majorité des énoncés s’inscrit dans la catégorie « contenu à fonction phatique » (au nombre de 42, dont neuf pour une seule personne, dans le cadre d’un reportage sur les soldats libanais enlevés par Daech), des termes comme Inchallah ou Hamdillah étant considérés comme partie intégrante du discours social. S’il est inexact d’attribuer à cette chaîne un certain engagement religieux stricto sensu, il est toutefois difficile d’ignorer ce genre d’expressions répétées par les divers intervenants. Nous pouvons donc affirmer que ce média affiche une tonalité religieuse, d’autant plus qu’une bonne partie de ces expressions procède des présentateurs eux-mêmes.

15Bien qu’elles représentent respectivement la communauté musulmane sunnite et chrétienne orthodoxe, les deux chaînes ayant le moindre nombre d’énoncés religieux sont Future TV (43) et MTV (49). Mais comme nous en avons déjà fait la démonstration, plus de la moitié de ces énoncés prennent source dans la rédaction, ce qui reflète l’implication directe des deux chaînes dans ce processus.

Les caractéristiques de chacune des quatre chaînes

16S’adressant principalement à des audiences dont les catégories socio-culturelles et professionnelles divergent, les quatre chaînes présentent des différences en ce qui concerne les thèmes religieux évoqués, leur cadrage ainsi que leur mise en récit. Ces différences ne contredisent en revanche pas la centralité du religieux au sein des bulletins comme cadre dominant d’appréhension du monde social et politique : « les contenus médiatiques façonnent nos catégories de perception, et de ce fait ils contribuent à construire la réalité dans laquelle nous évoluons. » (Derville 63) Parallèlement, le thème religieux (sous tous ses aspects institutionnel, social, dogmatique, etc.) n’est jamais traité d’une manière critique ou négative, aucune tendance de distanciation ou de mise en question n’a été observée.

Murr TV : le symbolisme des valeurs chrétiennes

17Comme nous l’avons déjà souligné, les données relatives à MTV (propriété de la famille Al-Murr – une des plus influentes familles grecques-orthodoxes au Liban – et proche, depuis sa réouverture en 2009, du parti chrétien conservateur des Forces libanaises) traduisent l’implication de la chaîne à cautionner un contenu à caractère religieux. Les thèmes abordés sous cet angle le confirment, comme le reportage diffusé le 13 décembre 2015 sur le projet d’installer « la plus grande croix au monde » dans une localité libanaise, inclus dans une rubrique (« Malgré tout ») destinée à mettre en lumière des réalisations libanaises. La diffusion d’un tel reportage, dès les premières minutes du bulletin, reflète la conviction qu’ériger un symbole religieux chrétien sur une colline est à la fois un exploit et un sujet de premier ordre pour les téléspectateurs. Dans le même bulletin, la chaîne consacre trois minutes au patronage accordé par une ancienne ministre aux décorations de Noël, le reportage comportant des extraits de son discours aux allusions religieuses et dogmatiques : « La foi en Dieu le Sauveur et la Grande Annonciation de la naissance du Christ » ; « Cette année, la naissance du Christ coïncide avec celle du Noble Prophète, n’est-ce pas un signe de Dieu ? »

18Si le contenu religieux dogmatique investit la majorité des énoncés, c’est du fait de la diffusion de reportages ayant pour sujet des thèmes doctrinaux tels que « l’adoration de Satan » (31/12). Le positionnement idéologique de MTV est assez flagrant. Dans ce cas de figure, la chaîne établit un lien direct entre l’« injure » faite aux rituels religieux, l’adoration satanique et la consommation de drogues. La journaliste entame ainsi son reportage : « Certaines personnes ont prévu de célébrer le réveillon en dessinant le diable, une croix sur son front, mais le soupçon que la cérémonie sera démoniaque a conduit le maire de Baysour [une localité libanaise] à annuler la cérémonie. » En somme, on met directement en cause toute pratique en dehors des rituels chrétiens et islamiques coutumiers, saluant toute « action préventive » qui interdit toute activité contraire à la foi des religions reconnues par l’État libanais, même si l’article 9 de la Constitution stipule que « la liberté de croyance est absolue ». Par ailleurs, la chaîne ne manque pas de couvrir, durant tous les bulletins de décembre, des activités liées à la naissance du Christ, ce qui explique un nombre élevé d’items relatifs à un calendrier religieux.

Future TV : les valeurs d’un sunnisme modéré

19La volonté de Future TV, propriété de la famille Hariri, d’afficher un islam modéré se traduit par un moindre nombre de références religieuses, bien qu’en termes d’énoncés impliquant la rédaction les chiffres ne diffèrent manifestement pas de ceux des autres chaînes. Si les catégories relatives au calendrier religieux et à l’expression d’une appartenance confessionnelle sont les plus présentes, cela s’explique notamment par la couverture des activités liées à la fois à la naissance du Christ et à celle du Prophète. Cette constatation ne s’applique toutefois pas à MTV et Al-Jadeed, où l’attention était plus dirigée vers l’occasion chrétienne.

20Lors d’un sujet sur la célébration de la naissance du Prophète par une association de charité à caractère religieux, le correspondant affirme : « Parce que l’islam appelle à la construction de la terre et renonce à la violence et au terrorisme, la campagne « La pleine lune nous est apparue » a décidé de célébrer la naissance du Prophète Mohammad, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui… » (19/12). Le correspondant déclare également que « la campagne se poursuivra tout au long du mois de Rabi’ », un mois du calendrier hégirien (musulman), bien que le pays adopte officiellement le calendrier grégorien. Dans le même bulletin, à propos des illuminations et des décorations de la ville de Tripoli, dans le cadre des festivités des naissances du Christ et du Prophète, la correspondante explique que « la coïncidence des deux fêtes a été considérée par les habitants et les notables de Tripoli comme un signe céleste de vivre ensemble en paix ». Cette idée est réitérée tout au long du reportage, par le biais des propos de plusieurs personnalités religieuses et politiques. En relayant des messages d’ordre « métaphysique » par le biais d’un bulletin d’information, la chaîne relie des croyances religieuses à une réalité politique locale en crise, étant donné que le pays traversait alors – et cela pour la deuxième année consécutive – un vide présidentiel.

21Dans un autre bulletin, Future TV diffuse des extraits d’un discours prononcé par le ministre des Affaires intérieures, en mémoire de l’assassinat du député Gibran Tueini (2005), soulignant que : « L’alliance déclarée [l’Alliance militaire islamique pour combattre le terrorisme], avec son Azhar al-Sharif [allusion à l’Égypte], sa Mecque al-Mukarramah [allusion à l’ Arabie saoudite] et son Istanbul vivace [allusion à la Turquie], place les États modérés, aussi bien sur le plan religieux que sur le plan profane, dans la première ligne de confrontation avec le terrorisme ». En faisant appel à un symbolisme confessionnel qui fait référence aux pays musulmans sunnites les plus importants par le biais de monuments/sites religieux, cette phrase ne contribue en rien à éclairer le contexte informationnel du discours, d’autant plus qu’elle s’éloigne du sujet alors traité (l’assassinat de Tueini). Elle témoigne, en revanche, de la terminologie idéologique religieuse d’un ministre sunnite appartenant au Courant du Futur, propriétaire de la chaîne, d’autant plus que cet extrait n’a pas été relayé par les autres chaînes qui ont pourtant couvert l’événement.

Al-Jadeed : le religieux social

  • 9 Certains énoncés d’ouverture ou de fermeture à caractère religieux sont liés à l’idiolecte du prése (...)

22Bien que ce soit la seule chaîne privée sans étiquette confessionnelle (et sans référence communautaire), Al-Jadeed enregistre elle aussi un nombre élevé d’énoncés religieux ayant, à l’instar des autres chaînes, la rédaction comme source principale. Lors de son lancement, cette chaîne se déclarait pourtant laïque, civile et communiste, mais la terminologie religieuse y a gagné du terrain comme dans les télévisions à identité confessionnelle. Ce constat traduit une certaine réticence à endosser une étiquette laïque ou non religieuse, d’autant plus que les expressions d’ouverture ou de clôture évoquant Dieu sont fréquemment utilisées par plusieurs présentatrices9 : « Le rendez-vous sera renouvelé, si Dieu le veut » ; « Voici la fin du journal, que vous soyez sous la protection de Dieu. » Si elles sont justifiées dans une chaîne affichant une claire identité religieuse (Al-Manar), leur présence dans une chaîne à vocation laïque traduit l’enracinement du fait religieux et son impact sur le travail journalistique, ainsi que l’absence de toute résistance à son égard.

23Par ailleurs, les chaînes libanaises ont recours à un format journalistique local, au tout début du bulletin, intitulé « introduction » et constituant une sorte de commentaire et/ou de synthèse politique. Sur Al-Jadeed, cette introduction est souvent ponctuée par des figures de style et des images rhétoriques qui puisent parfois dans l’imaginaire théologique et religieux. À titre d’exemple, à propos de la libération de douze soldats libanais détenus par Daech, la rédaction les compare à « 12 planètes devant lesquelles les villages sont prosternés », en référence à la Sourate de Yusuf dans le Coran : « J’ai vu onze planètes, et aussi le soleil et la lune, je les ai vus prosternés devant moi » (Verset 4). Nous y relevons également des propos comme « Frangieh [un député libanais] qui est l’un des beaux noms de Bkerki [siège du patriarcat maronite au Liban] », renvoyant aux « 99 beaux noms de Dieu » qui résument les attributs de Dieu dans la tradition musulmane. À propos d’une situation politique locale, une autre introduction emploie l’expression « le sommeil des gens de la caverne », en référence à la Sourate al-Kahf (Caverne) dans le Coran.

24Dans un reportage traitant des infractions commises par les concasseurs de sable, la journaliste conclut ainsi son intervention : « La question [débute avec] des concasseurs de sable et elle retournera au sable » (06/12), dans une allusion au verset de la Genèse « Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Gn 3 : 19). Sur un autre plan, la faible présence de références dogmatiques et des nouvelles liées à des calendriers religieux reflète une certaine distanciation à l’égard de l’institution religieuse, marquant ainsi une certaine rupture avec les autres chaînes.

Al-Manar : l’idéologie et la dogmatique chiites

  • 10 Nonobstant ces remarques, Al-Manar n’est pas une chaîne religieuse au sens strict du terme. Elle es (...)

25L’affiliation religieuse et politique d’Al-Manar est bien manifeste dans ses bulletins d’information truffés d’expressions religieuses aux fonctions diverses. Elle est également scandée par la forte présence de nouvelles concernant des hommes religieux et leurs prises de position (religieuses, politiques ou sociales), en particulier en ce qui concerne la communauté chiite au Liban ou en Iran10. La chaîne consacre, par exemple, une place prépondérante dans son édition du 6 janvier 2016 à l’exécution du religieux chiite (non libanais) Cheikh Nimr al-Nimr, en Arabie Saoudite.

26Sur le plan dogmatique, on retrouve d’abondantes références ayant pour source les différents producteurs du journal : « Al-Hussein est le fils du Messager de Dieu, qui s’est sacrifié et a sacrifié sa famille pour défendre la religion et secourir la vérité » (correspondant, 12/01), « Quatre Moujahidin se sont élevés en exerçant leur devoir jihadiste » (présentateur, 13/12), « La naissance de la meilleure créature, le messager de Dieu Mohamad – que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui et sur sa famille » (journaliste reporter, 31/12), etc. De même, des expressions dogmatiques accompagnent les appellations d’organismes ou de sites comportant les noms de personnages religieux, comme ici : « L’Université d’Al-Mustafa, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui, a organisé une cérémonie… » (31/12) ; « Il a rendu visite aux blessés de la Résistance islamique à l’Hôpital du Grand Prophète, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui et sur sa famille, […] » (06/01).

27Sur un autre plan, nous avons recensé la présence d’occasions religieuses (deux nouvelles) et pastorale (une nouvelle) chrétiennes dans les bulletins d’Al-Manar, notamment lorsque ces occasions peuvent être investies dans le conflit avec Israël, comme pour la célébration de Noël à Bethléem (19/12), ou dans le conflit syrien, lors de la visite du patriarche maronite Béchara Al-Raï à Damas (07/12). En revanche, les occasions religieuses et cérémoniales musulmanes prolifèrent dans les bulletins, comme c’est le cas lors de la « commémoration du 40e jour du martyr de l’Imam Hussein, que la paix soit sur lui, à Karbala Sainte », lors de l’« enterrement de Moujahidin après la prière sur leurs corps purs » (13/12) ou encore à l’occasion de la « Naissance du Noble Prophète » (31/12).

28En outre, les présentateurs d’Al-Manar signent toujours le début et la clôture de leurs bulletins par une déclaration religieuse (« Au nom de Dieu le miséricordieux et le clément », « Que la paix soit sur vous ainsi que la miséricorde de Dieu/et ses bénédictions », « Que vous soyez protégés par la bienveillance de Dieu »). Ces déclarations ouvrent et ferment également deux rubriques principales et permanentes : la météo et le sport. Même si cette pratique du discours constitue une routine quasiment imperceptible pour l’audience locale, elle communique bel est bien l’idéologie de la chaîne porte-parole du Hezbollah.

Tableau n° 1. Nombre d’items religieux par source d’énonciation et par chaîne

Source d’énonciation/
Chaîne

Présentateur/
présentatrice

Journaliste reporter/
correspondant. e

Intervenants extérieurs (figures religieuses)

Intervenants extérieurs (figures officielles)

Intervenants extérieurs (personnes ordinaires

Total

Al-Jadeed

9

11

1

8

20

49

Al-Manar

16

11

10

4

11

52

MTV

10

10

3

3

6

32

FTV

9

9

2

9

3

32

Total

44

41

16

24

40

165

Tableau n° 2. Nombre d’énoncés religieux par catégorie et par chaîne

Catégorie/chaîne

Al-Jadeed

Al-Manar

Murr TV

Future TV

Total

Contenu à fonction phatique

42

23

13

6

84

Contenu à dimension symbolique

12

15

6

1

34

Contenu se référant à un personnage religieux

6

24

6

5

41

Contenu se référant à un calendrier religieux

5

7

8

12

32

Contenu reflétant une appartenance religieuse

28

13

2

12

55

Énoncés d’ouverture ou de clôture

2

33

-

-

35

Contenu religieux dogmatique

6

19

14

7

46

Total

101

134

49

43

327

Conclusion

29La présence du religieux dans les bulletins d’information constitue une traduction discursive du système confessionnel libanais et de la répartition communautaire des chaînes de télévision. Outre la promotion de la religion (et des convictions religieuses) comme cadre dominant d’appartenance et de référence, elle reflète l’orientation de chaque chaîne qui s’adresse principalement à des catégories d’audiences prédéfinies en termes d’identité confessionnelle. Ce processus engendre un déplacement du principe des « informations », dans le traitement du phénomène religieux, conférant aux chaînes davantage un rôle de propagande prédicatrice, en lien avec les groupes politico-confessionnels auxquels elles sont affiliées. Cette prédication informationnelle est toutefois relativement liée aux affinités de chacun des organisateurs de l’information (présentateurs, correspondants, journalistes reporters) pouvant varier d’une personne à une autre au sein d’une même chaîne.

30En somme, si les médias créent des communautés imaginaires, les médias “confessionnels” libanais nourrissent des communautés imaginaires confessionnelles. Ceci implique même les informations télévisées qui jouent un rôle majeur dans la délimitation des frontières des communautés respectives (parfois au nom du « vivre ensemble » religieux), étant donné que les éditeurs expriment des expériences ou des sentiments religieux. Les médias libanais opèrent ainsi un processus de catégorisation religieuse qui renforce le sentiment d’identification à une communauté confessionnelle et, par conséquent, de différenciation par rapport aux autres communautés. Ils participent ainsi à la création ou à la solidification d’identités collectives fortement fondées sur l’appartenance religieuse.

Haut de page

Bibliographie

ABI YAGHI Marie-Noëlle, CATUSSE Myriam et YOUNES Miriam, 2016, « From ‘isqat an-nizam at-ta’ifi’ to the garbage crisis movement : Political identities and antisectarian movement », dans R. Di Peri et D. Meyer (dir.), Lebanon Facing the Arab Uprisings. Constraints and Adaptation, London, Palgrave / Macmillan Publishers, 73-91.

ABOU ASSI Jamil, 2009, « Les médias libanais. Entre confessionnalisme et recherche de crédibilité », Confluences Méditerranée, 69, 49-59.

BALLE Francis (dir.), 2006, Lexique d’information communication, Paris, Dalloz, 476 p.

BARDIN Laurence, 2007, L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 291 p.

BEYDOUN Ahmed, 2015, « La société politique libanaise à l’épreuve du ‘printemps arabe’ », dans P. Vermeren et Ph. Pétriat (dir.), Une histoire du Proche-Orient au temps présent. Études en hommage à Nadine Picaudou, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Bibliothèque historique des pays d’Islam », 143-159.

CHAOUL Melhem, 2009, « Les médias au Liban : l’identitaire, le civil, le global », dans Kh. Mohsen-Finan (dir.), Les Médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Paris, Actes Sud/Barzakh, 141-151.

CHARON Jean, 1995, « Les médias et les sources. Les limites du modèle de l’agenda-setting », Hermès, 17-18, 73-92.

DAGHER Georges, 2008, « Radicalisation de l’identité confessionnelle au Liban », dans H. Bresc, G. Dagher et Ch. Veauvy (dir.), Politique et religion en Méditerranée : Moyen âge et époque contemporaine, Saint-Denis, Éditions Bouchène, 321-331.

DERVILLE Grégory, 2013, Le pouvoir des médias, Grenoble, Presses universitaire de Grenoble, coll. « Politique en + », 207 p.

DRAGAN Ioan, PELISSIER Nicolas, 2003, « Les effets socio-culturels de l’information et des actualités télévisées : état des recherches et étude du cas de la Roumanie », dans D. Courbet et M.-P. Fourquet (dir.), La télévision et ses influences, Bruxelles, De Boeck, coll. « Supérieur », 97-112.

DURANT Alan, LAMBROU Marina, 2009, Language and Media: A Resource Book for Students, London & New York, Routledge, 270 p.

FISKE John, 1987, Television Culture : Popular Pleasure and Politics, London, Methuen, 353 p.

HARB Zahera, 2015, « Al-Manar and Hizbullah : Creative instances in propaganda warfare », dans A. Hamdar et L. Moore (dir.), Islamism and Cultural Expression in the Arab World, London & New York, Routledge, 189-205.

ISKANDAR KERBAGE Roula , 2014, Les jeunes libanais face à l’information télévisée : ouverture sur le monde ou repli communautaire (thèse de doctorat, Université Nice-Sophia Antipolis), 427 p. Disponible sur https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00969040/document, consulté le 1er avril 2018.

JOST François, 2004, Introduction à l’analyse de la télévision, Paris, Ellipses, coll. « Infocom », 174 p.

JREIJIRY Roy, 2017, « La visite de Benoît XVI au Liban (2012) : décalage ou concordance des dispositifs communicationnels », Essachess, 10 : 2(20), 171-187.

MAHARAT FOUNDATION, septembre 2015, « Étude de la couverture médiatique des questions religieuses dans les programmes de talk-show sociaux (novembre 2014-janvier 2015) » [en Arabe]. Disponible sur http://www.maharat-news.com/Temp/Attachments/29341269-9e49-4205-bf5f-b2dfd254903a.pdf, consulté le 14 janvier 2018.

MERCIER Arnaud, 1996, Le journal télévisé. Politique de l’information et information politique, Paris, Presses de Sciences Po, 345 p.

MONTGOMERY Martin, 2007, The Discourse of Broadcast News. A Linguistic Approach, Oxon & New York, Routledge, 264 p.

RIEFFEL Rémy, 2015, Sociologie des médias, Paris, Ellipses, 231 p.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, les chaînes dites « chrétiennes » proposent chaque année une grille de programmes (composée de feuilletons, de jeux et de variétés) spécialement adaptée pour le mois de Ramadan.

2 Et cela malgré les mécanismes d’agenda, de cadrage ou d’amorçage qui régissent le travail journalistique.

3 Nous avons initialement défini une période de sept semaines, de façon à sélectionner chacun des jours (du lundi au dimanche), par le biais de la technique d’échantillonnage aléatoire systématique : mardi 1er, lundi 7, dimanche 13, samedi 19, vendredi 25, jeudi 31 décembre 2015 et mercredi 6 janvier 2016. Nous avons cependant décidé, dans une phase ultérieure, d’écarter le journal du 25 décembre 2015, ayant considéré qu’il ne reflétait pas fidèlement la place du thème religieux, la date coïncidant avec la fête de Noël. Par ailleurs, le bulletin d’Al-Jadeed du 31 décembre 2015 étant entièrement consacré à un programme de jeux à l’occasion du nouvel an, et ne comportant donc aucun élément informationnel, nous lui avons substitué le bulletin du lendemain (celui du 1er janvier 2016).

4 L’unité du contexte « sert d’unité de compréhension pour coder l’unité d’enregistrement » (Bardin 138).

5 Les bulletins d’information de la période étudiée sont constitués de 12 à 16 séquences par journal.

6  Il faut cependant que celui-ci soit identifié comme source initiale de l’énoncé car nous avons adopté le principe qui stipule que « dans le cas où le présentateur reprend mot par mot le texte d’une agence, celle-ci doit-être tenue pour le véritable locuteur » (Jost 80-81).

7  En effet, nous avons relevé dans les bulletins d’information des quatre chaînes des éléments non textuels (sonores ou visuels) à caractère religieux, comme la tenue vestimentaire islamique de toutes les présentatrices d’Al-Manar, le son d’une cloche, la voix d’un muezzin ou d’un mentor dans bon nombre de reportages. Nous n’avons cependant pas pris en considération ces éléments.

8 Un rapport publié en 2015 par la Fondation Maharat sur la couverture médiatique des questions religieuses dans les émissions de talk-show portant sur des questions sociétales avait conclu à « l’emprise des hommes religieux sur l’espace accordé aux thèmes sociaux et religieux ». Ils sont les invités préférés de ces émissions et sont interviewés sur de multiples questions où souvent leurs versions d’un phénomène ou d’un événement quelconque sont les mieux mises en valeur.

9 Certains énoncés d’ouverture ou de fermeture à caractère religieux sont liés à l’idiolecte du présentateur, du journaliste ou du correspondant plutôt qu’à celui de la chaîne, ce qui entraîne une variation au sein du même média. Si ces références religieuses n’émanent pas étroitement de la ligne éditoriale de la chaîne, celle-ci ne semble pas s’opposer à une telle tonalité identitaire.

10 Nonobstant ces remarques, Al-Manar n’est pas une chaîne religieuse au sens strict du terme. Elle est plutôt considérée comme une chaîne de « résistance panarabe et panislamique » : « A categorization of al-Manar within the context of religious broadcasting in the region would be problematic » (Harb, 189).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roy Jreijiry et Josette Abi Tamer, « Le discours des journaux télévisés libanais : prolifération des références religieuses et confessionnelles », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3677 ; DOI : 10.4000/rfsic.3677

Haut de page

Auteurs

Roy Jreijiry

Roy Jreijiry est professeur associé en sciences de l’information et de la communication à la Faculté d’information de l’Université libanaise (Beyrouth). Courriel : jreijiry_roy@hotmail.com

Josette Abi Tamer

Josette Abi Tamer est étudiante en master sciences de l’information et de la communication à l’Université libanaise (Beyrouth). Elle est également journaliste spécialisée en « suivi des médias ». Courriel : josetteabitamer@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page