Navigation – Plan du site
Religions et médias

Religions et médias au Ghana et au Togo

Religions and media in Ghana and Togo
Étienne Damome

Résumés

L’irruption de la communication religieuse sur la scène médiatique semble être l’un des phénomènes majeurs de ces dernières décennies au Ghana et au Togo. Non seulement les groupes religieux ont créé de nombreuses stations de radio et de télévision, mais ils recourent également aux médias non religieux. Ces derniers n’hésitent pas eux-mêmes à faire une grande place aux contenus religieux dans leur programmation. Cette situation révèle une relation spécifique entre médias et religions. Mais qu’est-ce qui explique cette relation ? Sur quoi repose-t-elle ? Telles sont les questions auxquelles tente de répondre cet article. Partant de l’hypothèse selon laquelle le contexte dans lequel a eu lieu leur rencontre est le fondement du rapport que les deux systèmes entretiennent, l’article discute du lien entre démocratisation médiatique et popularisation du réveil religieux, phénomènes concomitants du début des années 1990.

Haut de page

Texte intégral

1Si une grande partie des médias non religieux occidentaux entretient un rapport plus ou moins distant vis-à-vis de la religion, une situation différente semble se révéler à l’observateur au Ghana et au Togo. Hackett montre dans une étude portant sur le Ghana (et le Nigéria) que les médias de ces deux pays affectionnent la religion et que les groupes religieux le leur rendent bien. À tel point que l’auteur parle d’une « appropriation » religieuse de ces médias. Les radios et télévisions privées commerciales, associatives et communautaires n’hésitent pas à ouvrir assez largement leur programmation aux Églises dites du Réveil, aux Églises institutionnalisées (catholique, luthérienne, méthodiste et baptiste notamment), à l’islam et aux religions traditionnelles africaines. Cette observation pousse à s’interroger sur la nature des liens entre religion et système médiatique. Quels phénomènes (sociaux, culturels, médiatiques…) sous-tendent ces liens ? L’objectif de cet article est d’indiquer que le rapport entre médias et religion se comprend d’autant mieux si on l’analyse à l’aune des interactions sociales qui le sous-tendent.

2Les analyses s’appuient sur des données rassemblées grâce à une démarche d’observation de terrain, au cours de plusieurs missions de recherche réalisées entre 2002 et 2017 au Ghana et au Togo. Dans le courant de ces quinze ans de recherche, 123 visites et observations approfondies de stations de radio et de huit chaînes de télévision ont été effectuées, au cours d’un séjour d’une semaine au moins, dans une rédaction, et de plusieurs visites pendant la durée du terrain ; des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de 412 auditeurs de radio, de 228 téléspectateurs, de 112 responsables de médias, de 132 journalistes, de 6 responsables d’institutions de régulation des médias et de 49 responsables religieux. Contenus de carnets de bord, d’entretiens formels et informels ainsi que d’un grand nombre de documents (plaquettes, grilles de programmes, émissions, etc.) ont fourni le matériau d’enquête exploité dans cet article. Nous commencerons par proposer le cadre théorique qui préside à l’analyse et l’interprétation des données ainsi recueillies.

Analyser le rapport entre médias et religions d’un point de vue info-communicationnel

3Parmi les analyses du rapport entre médias et religions, on peut distinguer deux tendances issues des milieux de la sociologie des médias. L’une jette un regard unidimensionnel sur ce rapport, en ce sens que les médias sont considérés comme le symbole de la modernité (Thompson) et identifiés à ce qui est progressiste, alors que les religions au contraire symbolisent le monde de la tradition. Si la distinction entre médias et religions se résume à une opposition entre modernité et passé, alors ils appartiennent à deux réalités distinctes (Bréchon et Willaime). Une telle conception induit logiquement une césure complète et radicale entre les deux domaines, et revient à conclure, avec Bernard Dagenais, que religion et médias appartiennent à des univers distincts, voire opposés. Il est possible néanmoins de développer une conception alternative à cette représentation dichotomique : si les médias figurent le progressisme, la religion n’est pas pour autant nécessairement intégriste ou traditionaliste, si on considère par exemple les possibilités de mutations ou de réformes dont témoigne l’histoire des religions (Hervieu-Léger et Champion, Hervieu-Léger). Le rapport de la religion aux médias évolue également dans le temps. Les religions ne se contentent plus de transmettre des informations aux médias (Douyère), elles veulent aussi communiquer (Luhmann ; Douyère, Dufour et Riondet ; Douyère) et participer aux débats sur les sujets qui préoccupent les sociétés contemporaines. Les papes et les évêques, à l’intérieur de l’Église catholique, et les leaders des autres groupes religieux n’hésitent plus à proposer leur vision de la société et à prendre position à travers les médias sur la gestion de la cité, les questions sociales et morales.

4La seconde tendance assimile médias et religions en une unique réalité religieuse ou médiatique selon le point de vue défendu ou l’angle d’analyse retenu. C’est ce que font certains chercheurs américains, en particulier Stolow et Zito. Leurs analysent font penser qu’ils considèrent les grandes religions, en particulier les Églises institutionnalisées, comme le diraient Bréchon et Willaime, comme des formes de médias ou des systèmes de communication que l’on pourrait aborder de la même manière que les médias contemporains. Ces analystes minimisent la dimension technique des médias pour ne retenir que leur aspect purement organisationnel. Les médias sont certes des organisations sociales, symboliques et économiques, avec leurs modalités de fonctionnement et leurs multiples acteurs sociaux (Rieffel), mais on peut aussi ne pas les limiter à leur dimension institutionnelle. On pourrait ainsi au contraire concevoir les médias notamment la télévision comme une religion des temps modernes, en se focalisant sur la dimension cérémonielle qui la caractérise. Quoi que l’on dise pourtant, malgré sa ritualisation (Sæbø, Dayan ; Dayan et Katz ; Riondet), la télévision et ses professionnels ne sauraient constituer une religion.

5Ces approches méritent d’être discutées sous l’angle des sciences de l’information et de la communication. Voir la religion et les médias comme des réalités antinomiques présuppose que les médias sont d’emblée compris comme totalement autonomes du contexte social dans lequel ils évoluent, contexte auquel participe nécessairement la dimension religieuse, comme les dimensions politiques, économiques, culturelles. En d’autres termes, ce postulat signifie que les médias surgissent hors structure et engendrent un effet sui generis, hors contexte. Tout se passe comme si l’un et l’autre n’avaient rien à voir avec les rapports de pouvoir qui sous-tendent la vie sociale. Religion et médias partagent le même environnement, ou plutôt les médias surgissent dans un certain contexte social où la dimension religieuse est plus ou moins prégnante. Comme le souligne Dominique Wolton, « l’existence d’un média renvoie toujours à l’existence d’une communauté […], et à une représentation des publics » (Wolton 104). Les médias sont donc toujours sociodéterminés et culturellement formatés. Ils « incarnent une certaine conception de la société » (Rieffel 31) et une certaine représentation des valeurs, des références et des conceptions que véhicule la société. On pourrait donc imaginer que leur rapport à la religion est déjà inscrit dans la société et le milieu culturel, et que, participant tous deux de la société, le système religieux et le système médiatique contribuent mutuellement à leur expression respective. Mais plus que la société globale elle-même, ce sont surtout les circonstances d’une rencontre qu’il faut explorer, si l’on veut mieux percevoir la nature de ce qui les rassemble. Les éléments issus d’observations de terrain au Ghana et au Togo viennent ici illustrer ce propos. En effet, au Ghana et au Togo, regain religieux et développement médiatique sont deux phénomènes convergents depuis le début des années 1990 (Hackett, Meyer).

Contribution de la religion à la démocratisation du secteur médiatique

6L’une des explications plausibles du rapport entre religion et médias dans les deux pays étudiés est que la religion a participé à l’essor du secteur privé médiatique. Non seulement les Églises catholiques, luthériennes et méthodistes ont soutenu les revendications pour l’accès de tous à la parole publique, mais les nouvelles Églises évangéliques ont contribué également à financer les médias privés et à leur fournir des contenus. Elles sont devenues elles-mêmes par ailleurs des actrices majeures de la diversification de l’offre médiatique les différentes composantes religieuses ayant obtenu à partir de 1998 au Togo des fréquences de radio et de télévision.

Fourniture de contenus aux nouveaux médias

7À la faveur de la libéralisation de l’espace audiovisuel intervenue au début des années 1990 en Afrique subsaharienne, on a assisté au surgissement progressif d’une multitude de stations de radio et de chaînes de télévision avec l’ambition de constituer des sources d’information alternatives par rapport aux médias d’État (Vittin). Les radios et les chaînes de télévision privées ont cependant vite déchanté devant l’hostilité de nombreux pouvoirs dictatoriaux qui avaient libéralisé le secteur sans pour autant libérer la parole. Ces jeunes médias se sont alors repliés craintivement sur le divertissement de leurs publics en diffusant de la musique et des faits divers. Très vite, cependant, elles ont trouvé dans la religion un domaine « providentiel » qui leur a permis de développer des contenus et de prolonger leur espérance de vie. Tant et si bien qu’est apparue une véritable surenchère de programmes religieux. Beaucoup de radios et de télévisions privées ont pu survivre en vendant ou en louant des plages horaires aux responsables religieux, alors leurs seuls partenaires. L’analyse des grilles de programmes obtenues lors d’une mission de recherche qui s’est déroulée du 2 au 28 juin 2003 à Lomé au Togo et du 6 juillet au 9 août 2013 à Accra au Ghana révèle une prégnance de programmes religieux dans ces médias. À titre d’exemple, la grille des programmes de Radio Victoire du Togo affichait 34 heures hebdomadaires de programmes religieux composés de prêches, de veillées de prière et de gospel. Peace FM du Ghana faisait presqu’autant. Outre les quatre moments quotidiens de prêche assuré par le pasteur Joseph Eastwood Anaba, le fondateur de l’Église Fountain Gate Chapel, Peace FM du Ghana diffusait uniquement des programmes religieux entre 21 heures et 6 heures du matin. Ils étaient animés à tour de rôle par plusieurs autres pasteurs évangéliques. De même sur Adom TV avec le pasteur David Owuor qui occupait à lui tout seul pas moins de neuf heures d’antenne, la chaîne accueillant également Chris Oyakhilome et occasionnellement d’autres pasteurs évangéliques. Tous ces grands pasteurs évangéliques du Ghana consacrent autant de temps à leurs églises qu’aux stations de radio et de télévision privées qu’ils considèrent comme extension de leurs structures ecclésiales. À ceci s’ajoutait le traitement que les médias eux-mêmes consacraient au phénomène religieux, soit de façon ordinaire soit à l’occasion des fêtes religieuses. En comptant le tout au final, on obtiendrait des volumes très importants qui font de certaines radios privées de véritables espaces confessionnels. Si l’on totalisait le volume hebdomadaire de tous les médias privés en y ajoutant ceux des médias publics qui ont intégré la tradition d’attribuer à chaque composante religieuse dominante une heure d’antenne, on verrait apparaître le vrai poids du religieux dans les médias laïcs.

8L’écoute et l’analyse des programmes recueillis durant toutes ces années laissent apparaître que les religieux fournissent prioritairement la dimension spirituelle et la formation religieuse sous diverses formes. Ces personnalités religieuses donnent également aux médias l’opportunité de traiter du social et du culturel. Le tableau ci-dessous offre une vue synthétique des diverses activités par grille de programmes dans les deux pays :

Tableau n° 1 : Synthèse des contenus religieux dans les médias non religieux entre 2003 et 2016.

Dimension

Programmes

Spirituelle

Culte

Guérison/miracles

Méditation

Prière

Témoignages

Formation

Biblique/coranique

Historique

Spirituelle

Théologique

Enseignement

Campagne d’évangélisation

Conseils

Message

Prédication

Lecture

Bibliques/coraniques

Vie communautaire

Avis/annonces

Discussions/débats

Émissions interactives

Informations religieuses

Rencontre avec un responsable de la communauté

Salutations/dédicaces

Social

Interprétation de la situation politique, sociale à l’aune de la foi

Divertissement

Jeux bibliques/coraniques

Musique/louanges/Gospel

Financement des médias privés

9Les groupes religieux constituent de surcroît, pour les médias, une vraie source de financement. « Au Togo, c’est la télévision qui capte presque toute la publicité commerciale », se plaignait en 2005 Sodji Kouanvi de la radio commerciale Fréquence 11. Par conséquent, « nombre de stations de radios survivent grâce à la générosité des groupes religieux qui donnent sans compter pour avoir en retour 45 minutes ou une heure d’antenne », poursuivait-il. En réalité, ce phénomène ne venait pas d’apparaître. L’Institut Panos d’Afrique de l’Ouest publiait déjà en 2001 dans la revue Médiasphère un article intitulé : « Togo – Les radios vivent des deniers de l’Église2 ». L’auteur décrivait une situation de collusion entre les institutions religieuses et les radios privées : « Le contexte économique est morose, mais les radios privées se multiplient. Le miracle est d’essence divine. En effet, pour vivre les radios vendent leurs tranches horaires aux Églises les plus offrantes pour une guerre des prêches et une pêche aux fidèles. »

10Selon les déclarations recueillies auprès des services commerciaux des stations Venus FM, Victoire, Delta Santé du Togo et Zuria, Uniiq, Peace FM, Adom TV du Ghana lors d’une mission de terrain dans ces deux pays du 7 juillet au 3 septembre 2005, les tarifs de l’heure de passage à l’antenne étaient compris entre 50 et 4 000 euros, les chaînes de télévision étant logiquement plus demandeuses que les stations de radio. Le tableau synthétique ci-dessous offre une vue d’ensemble des tarifs pratiqués par ces stations dans les deux pays en 2005, pour une heure d’antenne.

Tableau n° 2 : Échelle des tarifs de location d’une heure d’antenne par les groupes religieux en vigueur en 2005 : exemple de quelques stations

Station

Pays

Prix minimal

en Euro

Prix moyen

en Euro

Prix maximal

en Euro

Venus FM

Togo

75

100

300

Radio Victoire

50

100

150

TV Delta Santé

500

700

1 000

Zuria FM

Ghana

500

1 000

1 500

Uniiq FM

700

1 200

2 000

Peace FM

400

900

1 500

Adom TV

1 000

2 500

4 000

  • 3 Mission du 3 au 28 juillet 2015 à Accra, Kumasi au Ghana, et à Lomé au Togo.
  • 4 Le 9 décembre 2016.

11Une mise à jour de ces informations auprès des mêmes services et ceux de plusieurs autres médias en juillet 20153 a montré que les stations ont réussi à diversifier leurs sources de financement, mais que le secteur religieux participe encore en moyenne à hauteur de 30 % aux revenus annuels des stations togolaises et 52 % des recettes publicitaires des stations ghanéennes. Le pasteur Luc Russel Adjaho confirmait cette tendance en décembre 2016. Il affirmait : « Il n’y a pas d’argent dans les radios », c’est-à-dire que les radios ne rapportent rien, avant de préciser : « c’est l’argent que génèrent mon église et ma télévision qui finance mes radios.4 »

Développement d’un secteur médiatique religieux

  • 5 Lors de notre entretien le 5 décembre 2017.
  • 6 Notre entretien avec la directrice de la station le 11 juillet 2005.
  • 7 Convention n° FRB/PBRO/117 as Community Radio Station at Wa.

12Certains responsables religieux ont par ailleurs contribué à la démocratisation des médias en s’instituant eux-mêmes comme acteurs du jeu médiatique. En effet, non contents d’accéder aux médias existants, les groupes religieux ont créé leurs propres moyens de communication. La liste officielle des médias disponible sur le site institutionnel de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) du Togo fait état en 2017 de 33 stations de radio religieuses parmi lesquelles 30 sont chrétiennes et 3 musulmanes. C’est exactement deux de moins que le reste du secteur privé (local, commercial et associatif) cumulé. Le secteur religieux compte également trois chaînes de télévision sur les cinq privées que compte le pays. À en croire Romain M. Awandi5, responsable du service de gestion et de contrôle des fréquences de l’Autorité de réglementation des secteurs de postes et de télécommunications (ARTP), toutes les grandes composantes religieuses du pays ont revendiqué et obtenu une fréquence d’exploitation auprès de cette instance. Au Ghana où la loi interdit la création de radios religieuses, neuf radios se trouvent malgré tout en bonne place parmi celles les plus écoutées. Leur aînée Radio Progress (1998) est une radio catholique du diocèse de Wa. C’est l’Église qui paie les salaires6. C’est pourtant en tant que radio communautaire qu’elle a obtenu sa fréquence7. Le directeur de la station explique que l’Église est partenaire et non propriétaire et que le vrai propriétaire est l’association des cadres chrétiens de la région qui voulait se doter d’un outil pour accompagner ses efforts pour le développement socio-économique de sa région. C’est par ces stratagèmes que les autres groupes religieux ont obtenu une fréquence en exploitation, la plupart d’entre eux ayant « soumis des dossiers pour des stations commerciales », m’expliquait le secrétaire général du Pentecostal Churches General Headquarters, le 28 août 2005.

  • 8 Moussa Sengor, lors de notre entretien, le 4 août 2005.
  • 9 Romain M. Awandi, lors de notre entretien, le 5 décembre 2017.

13Si le développement du secteur religieux a contribué à diversifier l’offre médiatique, il a aussi provoqué l’épuisement du stock de fréquences disponibles, comme le regrettait, en 2005, le premier vice-président d’alors de la Haac du Togo. « Le quota a été atteint dans la plupart des villes à cause des multiples demandes des groupes religieux. »8 Cette remarque a été reprise en 2017 à l’ARTP9, parce qu’entre temps, les stations religieuses ont demandé des fréquences supplémentaires pour créer des antennes relais dans les différentes régions du pays. Chacune a ainsi pu élargir son rayon d’influence et se rapprocher de ses publics qui ne vivent pas uniquement dans les zones urbaines.

14Ces stations sont écoutées par toutes les catégories sociales et toutes les générations, même si les études les plus récentes de Kantar TNS (2015, 2016 et 2017 notamment) font état d’une légère baisse d’écoute de la population jeune urbaine10. Les études réalisées régulièrement depuis le milieu des années 2000 par des instituts de sondage11 à la demande des radios internationales (BBC, RFI, VOA, DW), d’organismes internationaux de coopération (Unicef, Unesco), mais également d’ONG, de publicitaires et de grandes entreprises multinationales, révèlent que certains médias religieux sont parmi les plus suivis dans ces pays. C’est notamment le cas de Radio Maria et Radio Évangile Développement qui figurent dans le top cinq des stations les plus écoutées au Togo depuis 2007.

Popularisation et légitimation de nouveaux mouvements religieux

15Si les religions ont contribué à démocratiser la communication médiatique, il faut bien reconnaître que les médias ont pour leur part accompagné le renouveau religieux qui a émergé à la fin des années 1980 en Afrique subsaharienne, en particulier au Ghana et au Togo.

Dynamisation du Réveil religieux

16Les nouveaux mouvements religieux qui ont provoqué la rencontre avec les médias privés ont émergé au même moment qu’eux, c’est-à-dire au début des années 1990, et à la faveur du même facteur : l’apparition progressive d’un printemps de liberté que les Églises avaient contribué à faire advenir. Beaucoup d’auteurs mettent en effet en avant le rôle des Églises dans la chute des dictatures et l’avènement de la démocratie (Gifford, Makiobo), à travers notamment l’éveil de la société civile (Corten et Mary). Quoi qu’il en soit, le secteur religieux a été parmi les premiers à en capter les retombées puisqu’il a pu s’émanciper de la tutelle de l’État (Corten et Mary). On a assisté à partir de là à une véritable « Pentecôte des religions » (Mbembe) marquée par une prolifération de nouveaux groupes spirituels, un regain de dynamisme des anciennes institutions, une augmentation de la pratique, une « citadinisation » des nouveaux mouvements et des religions traditionnelles, une conquête de l’espace public, une démonstration de force dans les rues à travers des processions, des campagnes d’évangélisation et de miracles, un prosélytisme exacerbé, une piété exaltée, une multiplication des édifices de culte, une absorption de la culture populaire, une entreprise de moralisation publique…

17C’est dans ce contexte de bouillonnement religieux, de pléthore de structures religieuses indépendantes et d’exacerbation de la concurrence entre groupes qu’a eu lieu la rencontre avec les médias. Les groupes religieux avaient besoin d’un support pour leur propagande. Reinhard Bonké, Yonggi Sho et d’autres télévangélistes qui avaient sillonné toutes les capitales africaines et drainé des foules avaient montré l’exemple de ce que la contribution des médias audiovisuels pouvait apporter dans les campagnes d’évangélisation. Les groupes religieux locaux se sont donc tournés vers les médias privés naissants pour développer des campagnes publicitaires autour des activités et personnalités religieuses.

Légitimation de nouveaux leaders religieux

  • 12 Yesu le Agbe signifie « Jésus est vivant » en éwé.
  • 13 Zion-To : « Montagne de Sion » en éwé.

18Les médias ont de ce fait été mis à contribution dans le processus de légitimation de nouveaux leaders et dans l’acception de nouvelles structures ecclésiales. De fait, convaincus qu’ils leur ouvrent la voie à la popularité, et assoient leur légitimité, plusieurs fondateurs et leaders d’institutions religieuses se sont tournés vers les médias avant de fonder une Église (Damome, 2009). C’est ainsi que des personnalités locales majeures comme William Tetey et Luc Russel Adjaho ont émergé au Togo. Le premier, surnommé « Bouche d’or », s’est d’abord fait connaître comme prêcheur hors norme sur les antennes des chaînes privées avant de créer l’Église Yesu le Agbe12 pour gérer la foule d’auditeurs fidèles qui se déplaçait en masse pour venir à ses veillées de prière ou à ses campagnes d’évangélisation. C’est également le cas du pasteur Luc Russel Adjaho, ancien professeur d’anglais, huissier et agent immobilier, qui a commencé par prêcher dans les médias avant de créer son Église-camp Zion-To13. C’est en procédant de la même façon que Joseph Eastwood Anaba, David Owuor ou encore James Saah ont pu s’imposer également dans le paysage religieux ghanéen. Radios et télévisions privées ont imposé leur image en lien avec un nouvel ordre religieux et contribué à drainer vers les manifestations populaires qu’ils organisaient des milliers de personnes. L’on peut donc affirmer sans ambages que les médias ont rendu visibles ces personnalités et les institutions qu’elles ont fondées. Ils ont, par la même occasion, légitimé le pouvoir spirituel et l’autorité morale de ces nouveaux dirigeants religieux. Cette légitimation du pouvoir par une approbation populaire à travers les médias est une caractéristique de la démocratisation des sources du pouvoir religieux. La puissance médiatico-publicitaire facteur de renouvellement de la consécration sociale qu’évoque Olivier Donnat peut donc être rappelée ici. Sans compter que les médias induisent également des mutations religieuses dans la mesure où la rencontre entre les deux domaines a entraîné des mutations au sein du système religieux.

Accompagnement des mutations dans les pratiques religieuses

19De surcroît, les médias ont accompagné et provoqué des mutations religieuses apparues à la fin des années 1980 (Damome 2014). Le système médiatique impose ses propres règles qui peuvent être perturbatrices (Dagenais ; Bréchon et Willaime). Évoquons-en un seul aspect en exemple. Les « croisades transnationales » et les campagnes d’évangélisation organisées ces années-là en Afrique de l’Ouest par des évangélistes mondialement connus tels que Billy Graham, Osborn, Yonggi Cho, Bonke avaient vendu le style dramatique de prédication et une mise en scène captivante des séances de prière et de guérison. Après leur départ, les cassettes audio et vidéo égrenant quelques thématiques de leurs plus grands sermons ont inondé le marché des produits spirituels. Bientôt plusieurs pasteurs au verbe facile se sont engagés à les imiter, prêchant et organisant comme eux des campagnes d’évangélisation et de miracles. Les pasteurs évangéliques d’abord, puis d’autres prédicateurs issus des rangs des Églises instituées ont utilisé les médias locaux comme terrain d’entraînement. Les moins inhibés ont parfaitement réussi à intégrer le ton, les gestes, l’enthousiasme et la force de conviction de ces évangélistes qui promeuvent leur image autant que leurs structures religieuses. Ils l’ont si bien imité que le modèle s’est banalisé au point d’influencer même certains prédicateurs musulmans et des religions traditionnelles africaines. L’utilisation de l’anglais comme première langue de prédication au Togo, pays pourtant francophone, participe de l’absorption de ce modèle. Parler la langue même des télévangélistes s’est imposé comme critère de différenciation entre les bons et les meilleurs prédicateurs. Il s’est donc établi une situation paradoxale où des prédicateurs locuteurs natifs du français et des langues locales préfèrent utiliser des traductions simultanées dans ces langues pour s’adresser à leurs fidèles.

20En guise de conclusion, une approche info-communicationnelle des rapports entre religions et médias nécessite de mettre au centre de l’analyse le contexte social au sein duquel ils se développent (Wolton, Rieffel). Les cas du Ghana et du Togo constituent en quelque sorte des illustrations de la façon dont peut s’opérer la rencontre entre les deux systèmes. Dans des sociétés où la religion occupe une place importante, les systèmes religieux et médiatiques font appel l’un à l’autre dans une interdépendance constante au point que, peu à peu, chacun porte en lui la marque de l’autre, et ce, dans des circonstances particulières que nous avons analysées pour ces deux pays.

21Nos observations au Ghana et au Togo fournissent une illustration de l’interdépendance entre les trois systèmes social, religieux et médiatique. En effet, il apparaît sur ces deux terrains qu’en s’influençant mutuellement, médias et religions participent par là-même des mutations de la société civile et des systèmes économique, politique, culturel, éducatif. Le système social lui-même alimente les systèmes religieux et médiatique et constitue le lieu de rencontres où s’observent les effets de leur interaction, en même temps que le vecteur essentiel qui dessine les contours de leurs rapports.

Haut de page

Bibliographie

Bréchon Pierre et Willaime Jean-Paul (dir.), 2000, Médias et religion en miroir, Paris, PUF coll. « Politique d’aujourd’hui », 328 p.

Corten André et Mary André (dir.), 2001, Imaginaires politiques et pentecôtismes. Afrique/Amérique latine, Paris, Karthala, 364 p.

Dagenais Bernard, 1996, « Les médias ont imposé une nouvelle logique à la religion », Communication et Organisation, 9, 1-21.

Damome Étienne, 2009, « Exportation des Églises indépendantes des pays anglophones vers les pays francophones : une dynamique religieuse sur fond de logique économico-politique : le cas du Ghana et du Togo », dans D. Darbon, La politique des modèles en Afrique : simulation, dépolitisation et appropriation, Paris-Pessac, Karthala-MSHA, 89-105.

Damome Étienne, 2014, Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 319 p.

Dayan Daniel, 2002, « Les grands événements médiatiques au miroir du rituel », dans P. Le Guern (dir.), Les cultes médiatiques, Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 243-264.

Dayan Daniel et Katz Elihu, 1996, La télévision cérémonielle : anthropologie et histoire en direct, Paris, PUF, 259 p.

Donnat Olivier, 1994, Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte, 372 p.

Douyère David, 2017, « Communication et religions : quelle place pour les médias confessionnels ? », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/idees/article/communication-et-religions-quelle-place-pour-les-medias-confessionnels-9747, consulté le 6 novembre 2017.

Douyère David, DUFOUR Stéphane et RIONDET Odile (dir.), 2014, Religion & communication, MEI, 38, Paris, L’Harmattan, 223 p.

Gifford Paul (ed.), 1995, The Christian Churches and the Democratization of Africa, Leyde, Brill, 301 p.

Hackett Rosalind I.J., 1998, “Charismatic/Pentecostal Appropriation of Media Technologies in Nigeria and Ghana”, Journal of Religion in Africa, 28 : 3, 258-277.

Hervieu-léger Danielle et CHAMPION François, 1986, Vers un nouveau christianisme ? Introduction à la sociologie du christianisme occidental, Paris, Le Seuil, 397 p.

Hervieu-léger Danielle, 1999, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 289 p.

Lambert Yves, 1985, Dieu change en Bretagne, Paris, Le Cerf, 451 p.

Luhmann, Niklas, 2014, « La religion comme communication », Archives de sciences sociales des religions, 167 : 3, 47-60.

Makiobo Clément, 2004, Église catholique et mutations socio-politiques au Congo-Zaïre. La contestation du régime de Mobutu, Paris, L’Harmattan, 264 p.

Malherbe Clément, 2017, « Comment les religions ont trouvé leur place à la radio et la télévision », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/idees/article/communication-et-religions-quelle-place-pour-les-medias-confessionnels-9747, consulté le 6 novembre 2017.

Mbembe Achille, 1993, « La prolifération du divin en Afrique subsaharienne », dans G. Kepel, Les politiques de Dieu, Paris, Le Seuil, 177-201.

Messner Francis, 2000, « L’accès des religions aux médias audiovisuels publics dans certains pays de l’Union européenne. Perspectives juridiques », dans P. Bréchon et J.-P. Willaime, Médias et religions en miroir, Paris, PUF, 121-138.

Meyer Birgit, 2004, « “Praise the Lord’’: Popular Cinema and Pentecostalite Style in Ghana’s New Public Sphere », American Ethnologist, 31 : 1, 92-110.

Riondet Odile, 2007, « La célébration communicationnelle ». Disponible sur http://docplayer.fr/65028479-La-celebration-communicationnelle.html, consulté le 7 octobre 2017.

Sæbø Gunnar, 1997, Media rituals and modem society, Glasgow, Congrès de l’International Communication Association, 216 p.

Stolow Jeremy, ‪2005, « Religion and/as Media », ‪‪Theory, Culture & Society‪‪, 22: 4, 119-145.‪

Thompson John B., 1995, The Media and Modernity : A Social Theory of the Media, Cambridge, Polity Press, 324 p.

Vittin Théophile E., 1993, « Le Togo », dans Le pluralisme radiophonique en Afrique subsaharienne, t. 1 : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Sénégal, Togo, Radios étrangères, Institut Panos, Paris, L’Harmattan, 131-146.

Wolfe Kenneth M., 1984, The Churches and the British Broadcasting Corporation : The Politics of Broadcast Religion, London, SCM Press, 622 p.

Internet, 1999, Dominique Wolton, et après ?, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 200 p.

Zito Angela, 2008, Religion is Media. Disponible sur https://wp.nyu.edu/therevealer/2008/04/16/religion-is-media/, consulté le 29 novembre 2017.

Haut de page

Notes

1 Lors d’un entretien qu’il nous a accordé le 12 juin 2005.

2 http://www.panos.sn/rubrique.php3?id_rubrique=28, n° 27, Médiasphère (consulté en 2006).

3 Mission du 3 au 28 juillet 2015 à Accra, Kumasi au Ghana, et à Lomé au Togo.

4 Le 9 décembre 2016.

5 Lors de notre entretien le 5 décembre 2017.

6 Notre entretien avec la directrice de la station le 11 juillet 2005.

7 Convention n° FRB/PBRO/117 as Community Radio Station at Wa.

8 Moussa Sengor, lors de notre entretien, le 4 août 2005.

9 Romain M. Awandi, lors de notre entretien, le 5 décembre 2017.

10 https://www.tns-sofres.com/publications/africascope/.

11 L’Institut français d’opinion publique (Ifop) et sa filiale Marcomer rattachée à Gallup International, la Société française d’études et sondages (Sofres), l’Institut ivoirien d’opinion publique (Iiop), l’institut Afrique recherche conseil de Dakar (ARC).

12 Yesu le Agbe signifie « Jésus est vivant » en éwé.

13 Zion-To : « Montagne de Sion » en éwé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Damome, « Religions et médias au Ghana et au Togo », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3710 ; DOI : 10.4000/rfsic.3710

Haut de page

Auteur

Étienne Damome

Étienne Damome est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication habilité à diriger des recherches à l’Université Bordeaux Montaigne ; il est membre de l’équipe d’accueil Mica (EA 4426) et membre associé de l’UMR Les Afriques dans le monde (LAM). Ses thèmes d’enseignement et de recherche sont : médias, religions et sociétés ; radios de proximité et communautés ; téléphone mobile pratiques journalistiques, nouveaux médias. Courriel : etienne.damome@u-bordeaux-montaigne.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page