Navigation – Plan du site
Religions et médias

Le rubriquage très politique des faits religieux dans le journal Le Monde

The politicization of religious facts in the columns of the newspaper Le Monde
Odile Riondet

Résumés

Le journal Le Monde n’ayant pas de rubrique Religions, les faits religieux sont donc répartis dans d’autres catégories : lesquelles et quels effets de sens sont ainsi produits ? Cette question est analysée à travers un corpus d’une année allant de février 2013 à février 2014, qui correspond à la démission du pape Benoît XVI et à l’élection de son successeur. On ne peut dire, malgré cette actualité, que le catholicisme soit une religion nettement plus présente qu’une autre dans ces colonnes, et la question de la laïcité est aussi présente que le christianisme ou l’islam. Les religions sont interprétées par le journal principalement à travers un prisme politique, une politique raisonnée sur un mode jacobin. Ces constatations interrogent les présupposés suggérés par ces choix éditoriaux.

Haut de page

Texte intégral

« Ils se multiplient, ces articles hybrides qui dessinent des imbroglios de science, de politique, d’économie, de droit, de religion, de techniques, de fiction. Si la lecture du journal quotidien est la prière de l’homme moderne, alors c’est un homme bien étrange qui prie aujourd’hui en lisant ces affaires embrouillées. »
Bruno Latour (1997 : 11)

Introduction

1Parmi les questions posées par le manifeste du réseau Relicom, il y a celle-ci : quelle représentation les médias ont-ils, et donc donnent-ils, des religions ? Cette interrogation est d’une complexité redoutable, si nous voulons la traiter en entier. Prenons-en chaque terme. Le « média » renvoie-t-il à une ligne éditoriale, un service, un profil journalistique ; qui sont les journalistes qui parlent des faits religieux ; quel média en parle, et que peut-il dire étant donné son tempo, ses règles médiologiques propres en tant que télévision, radio, presse écrite, Twitter… ; comment s’opère le choix de faire état de tel ou tel fait, pourquoi est-il qualifié de « religieux » ; quel est le contenu du compte-rendu, quelle est sa forme journalistique ; comment les médias construisent-ils une interprétation des faits religieux ?

2Nous ne pouvions ici bien évidemment prendre en charge toutes les sortes de médias, tous les profils de journalistes, toutes les manières de faire, toutes les options éditoriales. Nous proposons, partant d’un fait précis (la démission de Benoît XVI), d’un média précis (la presse écrite), d’un titre précis (Le Monde) et sur une durée donnée (un an), de raisonner l’approche journalistique des faits religieux à partir de ce qui peut sembler une extériorité suprême : la rubrique dans laquelle ils sont classés. Mais jusqu’où est-ce une extériorité ? Décider de créer une rubrique « religion » ou y renoncer, présenter le salafisme en reportage ou en débat, traiter du voile à l’université dans la catégorie France ou Société, inscrire la démission d’un pape en Europe ou en International, rien de cela n’est anodin. Le rubriquage dit sans dire, indique sans se compromettre, suggère sans affirmer. Il est donc une forme médiatique de ces procédés que les sciences du langage identifient comme l’implicite et le présupposé.

3Nous nous sommes donc intéressé au traitement des faits religieux dans un journal qui, précisément, n’a pas de rubrique Religion. Nous verrons quel paysage religieux émerge d’une année de publication du Monde. Et bien entendu, nous nous interrogerons sur les implicites et les présupposés qui peuvent sous-tendre le mode de classification instauré par la construction journalistique.

Le cadre de l’analyse et le corpus

Catégories, implicite et présupposé

4À travers les rubriques, le journal prévient le lecteur de ce qu’il trouvera et de ce qu’il ne doit pas s’attendre à trouver, annonce ce qu’il a l’intention de traiter, la hiérarchie et l’équilibre des nouvelles. Il est possible de prévoir une rubrique régulière concernant la bourse, le sport, la télévision ou les religions. Ou de ne pas la prévoir. Même lorsqu’elles existent, les rubriques ont une marge de variation. Par exemple, suivant le nombre d’articles à classer, il peut y avoir de quoi faire des sous-rubriques. Le classement dépendra aussi de la manière dont un sujet a été traité : un problème de sécheresse à Madagascar peut justifier l’ouverture de la sous-rubrique International et Planète si le journaliste argumente la situation comme liée au réchauffement climatique.

5Il existe une difficulté lorsque l’on s’intéresse aujourd’hui aux rubriques de la presse : le problème de la classification de l’information s’est déplacé du contexte du papier à celui du Web. Dans les années 1950-1960, la rubrique était interprétée comme générant un genre littéraire particulier (les articles nécrologiques ou les billets d’humeur), et d’ailleurs le catalogue de la Bibliothèque nationale de France est riche de ces analyses. Dans les années 1970-1980, la question est traitée dans la logique du contrat de lecture : la rubrique est un découpage pratique de l’espace du papier, une aide favorisant un repérage rapide en fonction des centres d’intérêt et une ritualisation de la lecture (Mouillaud et Tétu). On en voit encore des traces dans les années 1990, lorsque l’analyse sert d’appui à une sociologie du lectorat en fonction de son intérêt pour les nouvelles locales, nationales ou internationales (Herman et Lugrin 1999a et b). Mais, à partir du milieu des années 1990, les recherches sur le journalisme se déplacent vers la presse en ligne (Pélissier). Il s’agira d’abord de décrire la compréhension par les publics d’une classification, par exemple dans une bibliothèque (Véron), de manière à transposer la réflexion vers la structuration des sites internet. Pour ce qui concerne la presse en ligne, on décrira comment l’identité éditoriale se transforme et comment les formes de discours se modifient sous l’effet d’accès qui se font moins par catégories que par mots isolés (Touboul). La littérature récente sur le sujet se concentre sur le contexte de l’éducation aux médias (Cognat et Viailly). Il est alors nécessaire d’aller vers d’autres travaux.

6L’ensemble des rubriques dans un quotidien implique une opération de catégorisation au sens de la psychologie cognitive (Bideaud et Houdé). En effet, le classement est un effort de connaissance, puisqu’il implique analyse et interprétation du réel : il nécessite de reconnaître l’identité entre deux éléments, de manière à décider s’ils appartiennent à une même catégorie. Autrement dit : un classement dit ce que celui qui classe sait de l’objet qu’il classe. Par exemple, le Vatican est un État européen ou l’islam salafiste s’est d’abord développé en Égypte.

7Mais les références ou savoirs mobilisés ne sont que l’un des codes permettant l’attribution de signification (Barthes). Quelles images, expériences personnelles ou sociales, paroles entendues, sentiments, sont liés à un mot, quel cortège d’héritage, de stéréotypes, de représentations collectives ? Une manifestation contre le « mariage pour tous » doit-elle être comprise d’abord comme l’expression d’une modification de repères sociaux ou comme une opposition politique, doit-on la classer en Société ou en Politique France ? Les choix de classement renvoient ainsi à des données objectives comme à une interprétation des faits, signifient à la fois la constatation d’un état du monde et une représentation du monde.

8La décision d’avoir ou pas une rubrique dit la manière dont le journal comprend la société à laquelle il s’adresse. S’agissant de la rubrique Religion, elle a disparu du journal après y avoir été présente, notamment pour couvrir la période du concile Vatican II. Sa disparition signifie que l’actualité ne justifie plus son maintien, mais aussi que la logique des religions n’est pas structurante au point de mériter une analyse en tant que telle, que les faits religieux ne sont pas considérés comme méritant un traitement spécifique, qu’ils peuvent être rattachés à une catégorie plus vaste (géographique, politique, sociale…).

9Nous pouvons alors comprendre le choix de la rubrique comme une dénomination qui suggère une représentation qui, sans cela, serait restée totalement implicite. Autrement dit, elle remplit la fonction d’un présupposé. La rubrique affirme un découpage du monde en ensembles signifiants, c’est-à-dire une vision du monde. Elle propose un cadre d’interprétation. Le lecteur reçoit le classement sans le questionner, parfois avec une interrogation ponctuelle et distraite. Même lorsqu’il éprouve le besoin de se distancier d’une présentation des événements, il ne lui viendra pas à l’idée de contester le cadre de pensée fourni par la rubrique, qui bénéficie ainsi « de l’efficacité de la parole et de l’innocence du silence » (Ducrot 12). Notre travail ici sera d’identifier dans quelle mesure cela peut impacter les significations.

Quand un article parle-t-il de religion ?

  • 1 La rubrique Religions n’existe que dans la version électronique, et il s’agit alors de brèves qui p (...)
  • 2 Aïd, antichrétien antisémitisme, apostasie, archevêque, arts sacrés, basilique, Bouddha, bouddhiste (...)

10La démission du pape Benoît XVI date du 11 février 2013. Les relevés ont débuté à cette date et se sont poursuivis jusqu’au 11 février 2014 dans la version imprimée du journal Le Monde1. Mais comme il n’y a pas de rubrique spécialisée, sur quel critère affirmer que tel article traite de faits religieux et pas tel autre ? Le choix a été fait de ne garder dans le corpus que les articles dont le titre ou le chapeau renvoyaient à une religion ou à la laïcité, qui est le cadre d’expression des religions. Nous avons estimé alors que, pour le journal, la problématique était présente dans l’analyse. Qu’avons-nous considéré comme terme du domaine religieux ? Nous donnons en note la liste alphabétique ainsi constituée2. Ces termes renvoient soit à la dénomination des religions ou la désignation des croyants (hindous, islam, coptes…), soit aux structures religieuses (Église réformée, évêques, paroisses, rabbin…), soit aux lieux de culte (mosquée, chapelle Sixtine, basilique…), soit aux rites et fêtes religieuses (Aïd, messe, exorcisme, sacrements…), soit à des mouvements qui revendiquent une appartenance religieuse (jésuites, moines, Frères de Saint-Jean, Frères musulmans…), soit à des conceptualisations religieuses (ouverture doctrinale, casuistique, prophétie, théologie, charia), soit à des vêtements à signification religieuse (mitre, kippa, voile…). Certains termes sont généraux (croyants, fidèles, mystique), d’autres spécifiques (apostasie, papabili…). Enfin, un ensemble de termes renvoie à une position laïque (laïcité, loi de 1905) ou à l’expression d’une opposition à une religion ou à un groupe désigné par sa religion (antisémitisme, islamophobie).

11Chaque article a été comptabilisé, même quand plusieurs articles traitaient de manière différente du même sujet sur la même page, car la quantité donne l’idée de l’importance accordée par le journal à un fait. En un an, il y a donc eu 229 articles qui, dans la version papier du journal Le Monde, comportaient un terme relevant du vocabulaire religieux dans le titre ou dans le chapeau. Ces 229 articles ont été publiés à 109 dates différentes, ce qui signifie donc qu’il y avait alors plusieurs articles à la même date. Cette comptabilisation doit également être rapportée au nombre de jours de parution du journal, soit 312 si l’on excepte les dimanches et le 1er mai. Sur cette période, une fois sur trois environ, un ou plusieurs articles utilisaient des termes religieux dans le titre ou le chapeau. L’une de nos premières surprises est l’importance quantitative de ces articles. Mais cette importance relative n’est-elle pas liée à des événements spécifiques, précisément l’élection papale ? Ce n’est que partiellement vrai, comme le démontre la répartition des publications par mois.

12Les comptages sont ici effectués mois par mois, sachant que février 2013 et février 2014 sont incomplets, puisque nous avons débuté avec la démission de Benoît XVI, soit le 11 février. Les mois de juillet 2013 (38 articles) et janvier 2014 (34 articles) sont ceux lors desquels l’information religieuse a été la plus importante. Ils sont suivis par les mois d’août et de décembre (23 et 24 articles). Ceux correspondant à la démission de Benoît XVI et l’élection de François, en février-mars 2013, ne comptent que 19 et 20 articles. Avril, mai et juin ont été des mois creux. Que s’est-il donc passé en 2013 qui explique ces variations ? La colonne de droite nous donne une première indication : malgré l’élection papale, la différence n’est pas énorme entre le traitement du catholicisme, le traitement de la laïcité et celui de l’islam à l’international, qui constituent les trois sujets les plus traités. Quant à l’Église catholique en France, elle n’est pas plus souvent traitée que l’islam en France.

De quelles religions parle-t-on ?

13Travaillant toujours sur les titres et chapeaux, nous avons classé les articles en fonction de la religion dont ils parlaient, des thématiques abordées, quantifiant l’événement précis qui les avait provoqués. Cette catégorisation relativise l’événement papal. Certes, le catholicisme reste la première religion présente dans les colonnes du journal avec 93 articles la concernant. Les articles concernant l’islam sont au nombre de 65, auxquels il faudrait ajouter le double classement de 19 articles supplémentaires, qui traitent de l’islam et de la laïcité. Nous arrivons alors à 84 articles.

14L’ensemble concernant la démission de Benoît XVI et l’élection de son successeur culmine avec 23 articles, soit un nombre équivalent à celui des articles concernant l’Église catholique en France (22). Il faut y ajouter 21 autres articles recensant les actes du nouveau pape, les commentaires qui les ont accompagnés, puis les Journées mondiales de la jeunesse au Brésil. Ces dernières expliquent une partie – mais une partie seulement – du nombre d’articles publiés sur les religions en juillet-août. Pour l’islam, sa présence à l’étranger est l’objet d’un nombre d’articles équivalent à ceux portant sur l’islam de France, car la plupart des articles qui titrent sur la laïcité ne parlent que des revendications de musulmans dans les entreprises ou des positions laïques face au port du voile dans différents lieux (écoles, université, sorties scolaires). Le troisième grand thème est celui de la laïcité avec 49 textes, loin devant l’orthodoxie (7), le protestantisme (4), le judaïsme (5) ou le bouddhisme (1).

15Les articles sur le catholicisme ont une première caractéristique : ils donnent une priorité absolue à la hiérarchie (56 articles sur 93), une hiérarchie totalement dominée par le visage du pape. Seuls 4 articles mentionnent des actions ou prises de position d’évêques, et il ne s’agit que d’évêques de France. C’est la deuxième caractéristique de ces articles : le journal porte un très faible intérêt à la dimension internationale de l’Église (4 articles sur l’Église du Brésil, de Cuba ou l’Église allemande). Les Journées mondiales de la jeunesse sont traitées dans 7 articles, très exactement le même nombre que ceux concernant la réception de François Hollande au Vatican.

16Lorsque le journal parle du catholicisme en France, qu’en dit-il ? Le journal s’intéresse alors majoritairement à ce que les catholiques français pensent du pape (6 articles). Il fait parfois (5 articles) le portrait d’une personnalité particulière (des séminaristes versaillais, un prêtre cuisinier, des exorcistes, un film sur un personnage de prêtre…) ou des ordres religieux en lien avec des questions économiques ou des scandales (les Chartreux protégeant leur recette, les Frères de Saint-Jean accusés de pédophilie). Les positions morales de l’Église sont traitées dans 4 articles concernant le mariage gay et un sur l’avortement. Un article est consacré à la libération d’un prêtre otage au Mali. Le rôle social de l’Église à travers ses institutions caritatives n’est mentionné qu’une fois avec un article sur l’aide aux Roms. Un autre article contredit cette vocation caritative en parlant de la discrimination dans les écoles privées.

17Les autres religions chrétiennes sont quasiment inexistantes. Un seul événement protestant (la fusion des synodes) a retenu l’attention du journal. Et, à propos des Journées mondiales de la jeunesse, un article présente la place des évangélistes et pentecôtistes au Brésil, traitant de la concurrence faite aux catholiques. Quant aux orthodoxes, ils émergent une fois grâce à leur présence en Égypte et deux fois par leur présence sur la place Maïdan en Ukraine. Il est étonnant d’une certaine manière que leur poids politique n’ait pas mérité mieux dans la compréhension des problématiques internationales.

18L’islam est presque autant cité que le catholicisme et, comme nous l’avons vu, pas seulement parce qu’il serait lié à des événements internationaux. Certes, ceux-ci sont présents, notamment par ce que l’on nomme l’islam politique dans les pays musulmans. On relève 32 articles, dont 10 concernent l’Égypte, la confrérie des Frères musulmans et les salafistes de ce pays. Suivant les évolutions en Tunisie, 7 articles traitent des débats autour de la place de la religion dans la constitution et le droit. Toujours en lien avec l’actualité internationale, la place grandissante des combattants islamistes en Syrie mérite 5 articles. Un dossier complet de 5 articles reprend et analyse la division entre sunnites et chiites et les conséquences de cette différence au Moyen-Orient. Enfin, quelques pays ont droit à un article concernant l’islamisme sur leur territoire : la Turquie, l’Iran, le Bangladesh ou la Mauritanie. Pour ce qui concerne la relation de l’islam avec les autres religions, c’est le cas de la Centrafrique qui s’impose (4 articles), et ponctuellement la question concerne l’Inde, le Pakistan ou la Syrie. Dans tous les cas, l’islam est traité dans sa dimension politique et comme force d’agression soit contre la démocratie soit contre les autres religions. La question de l’islam politique est d’ailleurs le titre d’un dossier et 7 articles sont consacrés à cette question.

19Nous retrouvons avec l’islam la tendance hexagonale observée pour le catholicisme. En dehors des pays que nous venons de citer et à part un article sur l’islam en Grande-Bretagne, tous les autres articles parlent de l’islam en France. Et ceci avec trois grands sujets : la question du voile à l’université, l’islamophobie (8 articles pour chaque sujet) et le problème général que pose l’islam en France (7 articles). La question du voile revient en mineur avec la question des sorties scolaires (4 articles). Par contre, les élections au Conseil français du culte musulman ne provoquent que 3 articles. Ponctuellement, le journal s’intéresse aux médias musulmans en France, aux musulmans qui refusent de faire le ramadan, à Tariq Ramadan ou aux violences sur fond de religion en banlieue. L’islam apparaît comme un problème à traiter, les articles se concentrent sur la question de la visibilité de l’islam dans l’espace public.

20Face à ces deux grands blocs constitués par le catholicisme et l’islam, les autres religions ou sagesses spirituelles sont quasi inexistantes. Le judaïsme (5 articles au total) n’est traité qu’à l’occasion de l’affaire Dieudonné (y a-t-il un antisémitisme en France ?) ou dans un article s’amusant du fait que, en Israël, les ultraorthodoxes créent des startups, opposant ainsi l’archaïsme et la modernité. Et le bouddhisme n’est présent que grâce à une exposition parisienne.

21Pour ce qui est des articles sur la laïcité, 14 textes portent sur la laïcité en entreprise, et notamment ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Baby Loup » : une femme peut-elle venir travailler avec un foulard sur la tête manifestant son appartenance religieuse dans une crèche privée ? Car, à l’inverse des autres questions de voile (le voile à l’université et le voile dans les sorties scolaires), cette affaire a donné lieu à des décisions juridiques basées sur la définition de la laïcité en France. Cette affaire a provoqué 4 opinions sur la laïcité en général, tout comme l’a fait la décision d’un chef d’entreprise de proposer une charte de la laïcité. Les autres articles, plus ponctuels, s’intéressent à des ateliers laïcité proposés à des enfants parisiens, la charte de la laïcité de Vincent Peillon ou l’éventualité brièvement évoquée d’une inscription de la loi de 1905 dans la constitution. Là encore, à part le cas du Québec (1 article), rien n’est vu de l’étranger ni à l’étranger.

22Il n’existe presque aucun article (faits, analyses, reportages, décryptages) qui traite de manière transversale des religions ou de plusieurs religions à la fois. On notera 2 recensions de livre sur les religions, un autre sur les religions aux USA, un sur le capitalisme face aux monothéismes, un sur une exposition d’arts sacrés et un autre sur les croyances religieuses « à la carte » des jeunes Européens.

23Le classement des 10 événements quantitativement les plus importants renforce le traitement déjà souligné des faits religieux. Le premier thème (23 articles) concerne le changement de pape (renoncement de Benoît XVI, élection de François). Vient ensuite le commentaire des actes du pape, structuré par l’opposition conservateur/progressiste (22 articles). Le troisième thème par ordre d’importance est celui de la laïcité en entreprise (14 articles). Puis tout un ensemble d’articles sur l’islam : les salafistes en Égypte (10), le voile à l’université (8), l’islamophobie en France (8), les islamistes en Tunisie (7), la question de l’islam politique (6). Et enfin les JMJ. Ce classement résume à lui seul ce que l’on pourrait identifier comme la tendance interprétative du journal : un univers catholique vu à travers sa hiérarchie, l’importance centrale de la laïcité, un islam traité dans ses manifestations de menace pour la démocratie. La part de ce que l’on nomme dans le journalisme « les marronniers » (les articles écrits chaque année à la même époque autour du même événement) sont inexistants en matière de religion. Vers Noël, nous n’avons relevé qu’un article sur les recommandations sanitaires dans les hôpitaux concernant la présence de sapins dans les locaux.

24Le point de vue sur les religions apparaît alors clairement d’ordre socio-politique. Il n’y a effectivement pas lieu de se préoccuper d’elles tant qu’elles n’ont pas d’impact sur ce domaine. Et nous pourrions rajouter un mode interprétatif cadré par une représentation française de la politique, plutôt jacobine, avec une hiérarchie dominante.

Analyse des rubriques

25Nous avons commencé par comptabiliser strictement le nombre de fois ou une rubrique avait été choisie. Mais le même jour, il pouvait y avoir une série d’articles sur le même sujet dans la même rubrique. Nous l’avons donc indiqué dans une deuxième colonne, afin de retrouver nos 229 articles et d’identifier sous quels intitulés la série a été publiée. Souvent, il s’agit d’articles parus dans les Débats, L’Événement, ou le cahier central.

Titre de rubrique

Nombre de classement

Nombre d’articles

International

31

37

France

28

32

International et Europe

17

21

Société

14

16

Décryptages et débats

10

13

Débats

8

14

Éditorial

8

8

Une

7

7

Décryptages

7

7

Géo et politique

5

9

Culture et idées

5

5

International et planète

4

4

Magazine

4

4

Analyses

3

3

Débats et analyses

3

3

Cahier central

2

12

France, chroniques

2

2

Enquête

2

2

Analyses

2

4

Chroniques

2

2

Culture et style

2

2

Culture

2

2

L’événement

1

8

Planète

1

1

Europe

1

1

France, politique, société

1

1

Politique

1

1

Économie et entreprise

1

1

Billets

1

1

C’est à voir

1

1

Formidables anonymes

1

1

L’œil du Monde

1

1

Publications

1

1

Histoire d’un livre

1

1

Critique Essais

1

1

Total

181

229

26À l’extérieur comme à l’intérieur du pays, les religions sont une question posée à la société et aux gouvernants. Par contre, elles relèvent rarement du domaine culturel, de la pensée, de la réflexion, et une seule fois de l’économie.

27Commençons notre panorama des rubriques par la question préliminaire de l’importance symbolique des religions, qui pourrait être manifestée par leur présence en Une ou dans les éditoriaux. Les religions méritent-elles une première place et dans quelles circonstances ? Lorsqu’elles sont en Une (7 fois) nous retrouvons exactement la même pondération que celle observée entre catholicisme, laïcité et islam. Le pape a droit à deux Unes, l’islam de France et la laïcité deux, les catholiques de France une, les révolutions arabes une et la visite de François Hollande au Vatican une. Huit articles traitant de faits religieux font l’objet d’un éditorial, dont cinq consacrés au changement de pape. Les autres éditoriaux concernent la visite de François Hollande au Vatican, « Les islamistes tunisiens face à leur pouvoir » ou la nécessité de « Défendre la laïcité sans surenchère ».

Le visage des religions à l’international

28Si un quart des articles est classé dans les rubriques International et planète, Planète, International, Géo et politique, Europe, leur appartenance à l’une ou l’autre semble relever plutôt des aléas de l’actualité et du nombre d’articles potentiellement concernés ce jour-là que d’une véritable stratégie de classement. Pour la rubrique Planète, il n’y a qu’un article : l’opinion de Nicolas Hulot concernant le fait que « Les Églises doivent s’engager sur le climat ». En International et planète, on note par exemple l’ouverture des JMJ à Rio, les discours papaux sur le partage des richesses ou un article sur la place de l’Église d’Ukraine dans la crise politique.

2931 articles ont été classés en International. Le pape à Rio pour les JMJ relève de l’international. De même que les pays musulmans non européens (la répression en Égypte, la rupture du jeûne dans les rues de Tunis, le Pakistan frappé par un attentat antichrétien, le risque de conflit confessionnel en Centrafrique, la mainmise de l’Arabie saoudite sur les révolutions arabes, un massacre évité à Bouali grâce à deux religieux…).

30En International et Europe, nous retrouvons Rio, les actes et paroles du pape à Lampedusa, lorsqu’il condamne la « globalisation de l’indifférence » ou demande à l’Église de ne pas se focaliser sur les questions morales. Mais aussi le Vatican (« L’élection du successeur de Benoît XVI s’annonce très ouverte », « La très secrète banque du Vatican s’essaie à la transparence… »). Ou les relations inter religieuses (« Le patriarche copte orthodoxe au Vatican »). Ou des informations sur les Églises étrangères (à Cuba, en Allemagne où « L’Église catholique allemande est contrainte de publier son patrimoine… »). Ou enfin la situation dans un pays européen en particulier (« Londres s’interroge sur la possibilité d’encadrer le port du voile intégral »). Un seul article est classé en Europe. Il concerne la nouvelle traduction de la Bible, et notamment de la prière du Notre Père (« Une “tentation” théologiquement correcte »). Il pourrait sans doute plus justement être classé en international, puisqu’il concerne tous les francophones.

31Dans la rubrique Géo et politique, on trouve signalée la disparition d’un prêtre syrien, alors que le fait que François Hollande salue la médiation du Cameroun pour la libération du Père Georges était dans l’international. La concurrence que les Églises évangéliques font à l’Église catholique au Brésil aurait pu être en International avec les JMJ. On lit sous cette rubrique que l’ombre de la Syrie plane sur les Églises d’Orient (4 articles), que la pensée jésuite est inscrite dans une tradition sud-américaine ou que le Vatican, plus petit État du monde, a une diplomatie.

Les religions, un problème intérieur ?

32Pour ce qui est des religions dans l’Hexagone, le rubriquage suggère un décalage entre réalités religieuses et monde social et politique. Certes, 34 articles sont classés de manière assez neutre en France ou Chroniques France. Mais c’est l’islam qui constitue l’essentiel de cet ensemble avec la question du port de signes religieux comme le voile (14) à travers les cas de la crèche Baby Loup (5), du voile à l’université (1), en sortie scolaire (1), dans les écoles (1) ou même dans la rue (1). On y trouve aussi des articles sur la colère des musulmans à la mosquée de Vénissieux, la fin du ramadan sur le trottoir à Montrouge, ou les sites internet présentant le djihad. Dans cette rubrique, le catholicisme représente moins de l’autre moitié et seule la visite de François Hollande au Vatican recueille plus d’un article (3). Les thématiques s’éparpillent entre une intervention d’évêque sur la fin de la vie, les modifications prévues dans l’accueil des divorcés remariés, l’engagement des catholiques dans la vie politique… La question de l’islamophobie revient dans une rubrique triple (France, politique et Société) et le journal considère qu’il est politique que l’Église de Lyon s’occupe des Roms.

33Puis viennent les 14 articles classés en Société. Nous retrouvons ici les trois piliers identifiés : catholicisme, islam, laïcité. On compte 5 articles sur l’Église catholique, dont deux prises de position du président de l’assemblée des évêques de France. C’est donc toujours la priorité donnée à la hiérarchie qui frappe. Les simples fidèles ne sont concernés que par un article. Curieusement, c’est dans cette rubrique Société que figure un article sur le réinvestissement de la sphère politique par l’Église (et non dans la rubrique politique). La laïcité est aussi importante quantitativement que l’Église catholique sur les questions de société avec 4 articles, dont l’un sur la question du statut particulier de l’Alsace Moselle. Quant à l’islam (3 articles classés en Société), il fait l’objet d’une préoccupation ponctuelle. Le Conseil français du culte musulman, avec ses élections, a mérité deux articles. Le ramadan a été traité par le phénomène des « dé-jeûneurs ». C’est enfin une des seules rubriques dans lesquelles on parle du protestantisme, à l’occasion de la fusion des Églises réformée et luthérienne.

Les conservateurs et les progressistes

34Les analyses, débats, décryptages, billets et opinions représentent 49 articles, qui problématisent une opposition entre conservateurs et progressistes, tant à l’intérieur des religions qu’entre les religions et les aspirations sociales et politiques. L’islam (19 articles) est, dans ces rubriques, la religion la plus présente. Il s’agit de comprendre sa place géopolitique. On notera par exemple sous un article intitulé « Égypte : Révolution et luttes sociales », un ajout de 3 colonnes sur « Le monde ouvrier et les Frères musulmans ». Le journal décrypte les relations chiites-sunnites. Il se penche sur « Les convulsions de l’islam politique » (5 articles). Il prend clairement position par rapport aux révolutions arabes : La Turquie doit se libérer de la « dérive autoritaire des islamistes au pouvoir » ; en Égypte, « Militaires et islamistes ramènent les Égyptiens soixante ans en arrière ». Pour la France, c’est la question du poids de l’islam sur les mentalités qui est essentiellement traitée. Une analyse note que « L’islam de France est à la peine ». Ce qui amène à s’interroger sur la relation des Français à l’islam, avec une insistance sur son acceptation : « Lislamophobie est-elle une illusion ? » (5 articles). Les opinions concernant l’Église catholique vont nettement dans le sens d’une opposition archaïsme/modernité, avec un doute jeté sur la possibilité même de la modernité. Nous relèverons par exemple les titres suivants parmi les 13 articles consacrés à cette religion : « Un renoncement qui pourrait amener le Vatican à sortir du XIXe siècle » ; « L’Église a besoin d’une réforme profonde » ; « Le pape François n’est pas un révolutionnaire ».

35La laïcité est traitée à travers 12 textes. Ce sont les grands thèmes de l’année qui dictent les opinions et débats proposés au lecteur : « Pratiques religieuses au travail » ; « Crèche Baby-loup » ; « Faut-il interdire le voile à l’université ? » (4 articles). C’est la politique d’intégration qui est interrogée, souvent en lien avec l’islam : « L’éthique et l’intégration contre l’intégrisme ». Ceci avec une inquiétude sourde : n’accepte-t-on pas trop de compromissions ? « La laïcité ne doit pas devenir un tabou ».

36Il ne reste plus que quelques textes divers classés dans ces rubriques réflexives. On peut y trouver une nouvelle présentation du rôle social et politique des religions dans différents pays : « Les États-Unis confrontés à la tyrannie des minorités ethno-religieuses » ; « La Volga, nouvelle cible de l’islamisme radical » ; « Israël : l’héritage controversé des ultraorthodoxes ». Ou de la relation de la France à la caricature religieuse : « Le rire et l’outrance caractérisent la tradition française de l’antisémitisme ». On notera un point de vue assez exceptionnel par rapport à la manière courante qu’a le journal de traiter les questions religieuses avec un Décryptages intitulé « Les arts sacrés contre le marché ? » Nous le posons ici comme inhabituel, car ce thème renvoie à la cohérence interne des objets d’art sacré dans le monde marchand. Or, comme nous l’avons vu, le point de vue totalement majoritaire est une lecture politique et externe des phénomènes religieux.

Les religions, une réalité peu culturelle

37Seuls quelques rares articles pourraient permettre de comprendre quelque chose d’une pensée ou d’une mentalité religieuse, et ceci est caractéristique de la ligne éditoriale implicite du journal. Les rubriques Culture, Styles, Idées offrent, timidement et ponctuellement, des approches par le contenu et la logique propre des religions, quelque chose d’une entrée en compréhension. Quelque chose seulement, car il s’agit de comptes rendus concernant des savoir-faire traditionnels (« Frère Jean, moine cuisinier des Cévennes »). De présentation d’expositions ou d’œuvres (« L’exposition “Art sacré du Tibet” » ; « Les juifs de Michel-Ange »). De comptes rendus d’ouvrages (« Michel de Certeau est mort en 1986 sans achever le second tome de “La Fable mystique” » ; « Le capitalisme face aux monothéismes »). De critique de film (« Ermanno Olmi signe un film politique, où un vieux prêtre assiste à la fin d’un monde. ») Plusieurs articles auraient pu se trouver dans d’autres rubriques, notamment en international ou géopolitique lorsqu’il s’agit d’une « Polémique sur la laïcité au Québec » ; de la situation actuelle de l’ancienne basilique Sainte-Sophie, devenue mosquée, puis musée avant d’être revendiquée à nouveau comme mosquée ; de l’implantation d’une église orthodoxe russe à Paris comme manifestation de puissance.

38Il ne reste que quelques articles, soit en Reportage et enquête, soit dans le supplément Magazine, d’une tonalité particulière dans les titres, comme si le journal recherchait des excentricités, exerçait sa curiosité envers une survivance culturelle ou identifiait un archaïsme anthropologique sur lequel méditer. Par exemple avec « Les liquoristes » (les moines chartreux) ; l’exorcisme (« Un métier d’enfer. Vade retro, satanas ! ») ; le mélange de judaïsme ultra orthodoxe et des technologies numériques (« La souris du rabbin ») ; le besoin humain de se donner des héros (« Le pape, ce héros »).

39Les faits religieux dont il est question dans le journal de février 2013 à février 2014 sont structurés selon trois grands pôles : le renouvellement de la papauté, les révolutions arabes, et l’islam comme problème posé à la laïcité française. Autour de ces thèmes, il y a diversité de positions exprimées, car le journal est respecté pour l’importance et la qualité de ses débats. Pouvons-nous aller plus loin, restant toujours au niveau des rubriques et des titres, pour répondre à nos interrogations de départ : quelle image de notre société et de ses tensions est donnée par l’implicite des rubriques ?

Des faits hors catégories

40De multiples raisons peuvent amener à estimer que l’existence d’une rubrique spécialisée n’a pas lieu d’être : les religions sont en perte de vitesse et ne justifient pas un suivi régulier, les personnes intéressées peuvent se rapporter à des publications spécialisées, les faits religieux ne sont pas une donnée explicative fondamentale, il n’y a plus de journaliste réellement formé et volontaire pour en parler… Les faits religieux sont alors « hors catégories » par rapport aux cadres de pensée du journal. Ce choix est parfaitement normal et fait partie de la règle du jeu de l’information : un journal ne dit jamais la totalité du réel et ne le cherche pas, car ce serait impossible. Il dit ce qui est significatif selon ses analyses, il annonce ce qu’il regarde. Qu’est-ce donc qui est ainsi annoncé ? Autrement dit, qu’est-ce qui est présupposé par le choix des rubriques ?

Les religions, un sous-ensemble de l’univers politique ?

41Les titres rapportent les faits religieux sur le mode des faits politiques. C’est particulièrement compréhensible avec l’islam, notamment à l’étranger, puisqu’il existe des partis islamiques et que la religion structure la vie sociale et politique. Dans cette perspective, la division entre sunnites et chiites en fait « Des militants aux stratégies politiques concurrentes » et les minorités chrétiennes sont un parti d’opposition. L’existence de partis religieux étant une réalité aussi dans le judaïsme, on peut analyser en Israël « L’héritage controversé des ultraorthodoxes ».

42La lecture politique est pertinente également parce que les individus dont on parle ont un statut politique (le Vatican est un État). On peut alors mettre l’abdication de Benoît XVI en parallèle avec celle du roi des Belges dans un article sur « L’énigme de l’abdication, exemple de Benoît XVI et du roi Albert II ». Et, parce qu’une religion peut vivre des tensions internes qui correspondent à celles des partis politiques (« L’Église protestante unie entend répondre aux évangéliques »), elles peuvent être raisonnées à travers des stratégies d’alliance (« Face à l’islam radical en Égypte, le patriarche orthodoxe cherche le soutien du Vatican »), ou dans le registre de la communication politique (« François peaufine son image de “bon pape” »).

43Il est encore possible d’analyser des catégories de croyants en tant que partie du corps électoral, comme dans l’article sur « Le monde ouvrier et les frères musulmans ». Comme il existe un vote populaire et un vote des intellectuels, il y a un poids électoral de « La religiosité populaire des Amériques ». Ils peuvent s’opposer à un gouvernement. Par exemple, « Les prêtres de l’Église d’Ukraine s’engagent dans la crise politique ». En France, les croyants peuvent aussi être particulièrement actifs dans l’opposition à un projet de loi, comme pour le mariage gay : « Les veilleurs poursuivent leur contestation de la loi Taubira ». C’est dans cette veine que, lors de la réception de François Hollande au Vatican, le journal titre « M. Hollande à Rome, sur fond de tension avec les catholiques ».

44La question de la place de la visibilité des religions dans l’espace public est particulièrement sensible. Lorsqu’un titre annonce « À Montrouge, une fin de ramadan entre mosquée, gymnase et trottoir », c’est un problème de gestion de l’espace municipal. La question du port de signes religieux en dehors de chez soi ne cesse de resurgir avec « Le droit de porter le voile à la fac remis en question », qui nourrit une querelle durant tout l’été 2013. La revendication de la visibilité est alors comprise comme un défaut d’intégration et une forme de communautarisme qui menace l’unité de la nation. Et, par contagion, le communautarisme devient la définition de toute religion, quel que soit le nombre de personnes se reconnaissant en elle : « Face aux communautarismes, M. Peillon présente sa “charte de la laïcité” ».

45La relation des religions à d’autres aspects de la vie n’est que rarement exprimée. La relation entre religions et l’économie aurait pu, dans cette période, aller au-delà des quatre articles publiés, comme par exemple la recension « Quatre livres signent un “retour du religieux” dans le paysage tourmenté de l’économie ». Le domaine de la solidarité est presque inexistant (3 articles). Le domaine culturel lui-même est tiré vers le politique : « Sainte-Sophie fait de la politique ».

46Bref, l’univers religieux apparaît comme une sorte de parti conservateur. Les articles décrivent un univers tendu entre des tendances conservatrices (celles des religions) et des tendances progressistes (la société aidant les religions à sortir de leur archaïsme). La question essentielle posée par l’élection du nouveau pape est celle de l’opposition entre « conservateurs » et « progressistes ». Le nouveau pape, malgré son profil particulier, peut-il être dénommé « moderne » ? Certes, « Le discours pontifical insiste plus sur la charité que sur les interdits moraux », mais le fond reste le même, le pape François ne peut changer une doctrine figée (« Aucune rupture de fond avec Benoît XVI »). C’est un univers de croyances dont on sait peu, sauf que, comme le politique, elles doivent rester non pas « politiquement correctes », mais « théologiquement correctes ».

Ordonner un univers inintelligible ?

47Les univers religieux ont-ils une cohérence interne, et si oui laquelle ? Le journal répond très peu à cette question. La compréhension et l’explicitation des contenus impliquent une connaissance des propositions religieuses. Elle n’est manifeste que dans un tout petit nombre d’articles, qu’il s’agisse d’analyser le pontificat de Benoît XVI (« Un éminent théologien, mais un pape qui a déçu ») ; d’expliciter les positionnements du nouveau pape en référence à des courants spirituels dans l’Église catholique (« Saint François d’Assise offre au Vatican un modèle alternatif ») ; ou de distinguer entre les éléments religieux et les compétences politiques en islam (« Les islamistes turcs font davantage preuve d’incompétence que de dogmatisme »).

48Lorsque la portée des religions en termes de mentalité est interrogée, c’est la question de la laïcité qui bouge. Notamment par référence à la loi de 1905 et son impossible inscription dans la constitution ou parce que « En France, le périmètre du principe de liberté religieuse reste très débattu ». L’appartenance à l’Europe entraîne ponctuellement la comparaison des législations. On trouvera aussi des articles interrogeant les diverses manières de concevoir la laïcité : « À quelle laïcité se vouer ? », ne va-t-on pas jusqu’à grignoter la vie privée à force de vouloir expulser les religions de l’espace public, ce qui n’était pas prévu dans la loi de 1905 ? Un article va jusqu’à s’interroger sur l’idée de modernité. « La France refuse les mutations du monde, l’irruption d’une visibilité religieuse dans une société séculaire est créatrice de tension et de conflit ».

49Les significations dont les religions sont porteuses sont omises dans l’analyse qu’en fait le journal. Devons-nous, comme Jacques Bouveresse estimer que la religion est liée à une paresse de la pensée qui renonce à la rationalité ? Certains à notre époque « feraient semblant » d’être encore religieux, sans que cette option soit raisonnablement tenable, car tout individu un peu éduqué devrait renoncer à l’aspect religieux (c’est-à-dire incohérent, invraisemblable, inutile, illusoire) de sa vie. Il n’est donc pas possible d’imaginer une religion comme porteuse aujourd’hui de signification, puisqu’une religion serait par nature évitement de la construction de signification. Nous pouvons, avec plus de bienveillance, nous référer à Bruno Latour qui, dans son ouvrage Jubiler, analyse différemment la question : l’univers religieux est porteur de significations, mais elles sont comme bloquées dans un langage inadéquat. La spiritualité est présente dans le monde et, dans le même temps, la parole qui devrait la manifester est décevante (Latour 2002). Mais les deux auteurs se rejoignent sur un point, qui interroge Bruno Latour et scandalise Jacques Bouveresse : il y a une rupture étrange entre les affirmations dogmatiques proposées par les individus et le type de vie et de communication aux autres qu’ils parviennent à atteindre, qui est précisément ce qui les amène parfois à un haut niveau d’humanité (Bouveresse). Les quelques articles qui tentent d’expliciter le lien entre le développement d’une pensée religieuse et des choix de vie pourraient aussi nous ramener vers la pensée de Jürgen Habermas, qui a toujours identifié la religion avec une incitation à l’action, à certains modes d’agir.

Conclusion

50Si nous revenons sur le cadre des sciences du langage posé antérieurement, nous pouvons identifier ici deux sortes de présupposés. Le premier est que les religions n’ont d’autre importance que par leurs conséquences sociales ou politiques et que, par conséquent, c’est le seul angle de compréhension qui vaille. Le journal, certes, rend compte de positions parfois différentes des acteurs religieux, mais à partir d’un positionnement éditorial implicite : les religions seraient fondamentalement conservatrices et, si toutes les positions peuvent être exprimées dans une démocratie, le sens de l’histoire serait avec les progressistes. À partir de cette perspective, il respecte, certes, le principe de pluralité, alterne des opinions. Mais en opposant celles qui aspirent à des transformations calquées sur la modernité sociale et politique à celles qui expriment un écart avec cette modernité.

51Le second présupposé concerne la politique. Elle est raisonnée sur un mode jacobin, centralisateur, avec une prépondérance donnée aux dirigeants suprêmes et à la hiérarchie. Mais n’est-ce pas une tendance générale ? Nos journaux les plus sérieux, nos émissions de débats les plus écoutées ont cette tendance : n’interprète-t-on pas l’Allemagne ou la Grande-Bretagne (pour ne pas parler des pays plus lointains) à travers la France, sa mentalité et ses institutions, avec nos difficultés à comprendre des coalitions politiques et un univers fédéral par exemple ? Dans ce cas, le mode interprétatif des faits religieux serait simplement la transcription du mode d’interprétation qui atteint le plus habituellement tout commentaire. Cela interroge le discours journalistique dominant, plus encore que la vision des faits religieux.

52La question qui peut se poser, et qui l’a été après les attentats de 2015 en France, c’est de savoir s’il est possible d’en rester là aujourd’hui, et de ne pas s’intéresser aux contenus de mentalités portés par les religions, à leur culture pourrait-on dire, et pas seulement en termes de traces architecturales ou picturales, à titre de séquelles. Par exemple, les efforts des intellectuels musulmans pour situer l’islam dans son historicité ne sont pas traités. Ils ne l’ont été qu’un an après la fin de nos relevés, après les événements traumatiques de Charlie Hebdo (Riondet). Fallait-il ces attentats pour que l’on s’interroge sur les tensions internes des religions, qui manifestent le potentiel vivant des représentations religieuses ? Peut-être la ruée sur l’achat de Coran et des textes d’analyse de l’islam qui a suivi a-t-elle permis que le doute s’installe, que l’on envisage que le public aurait besoin de comprendre la logique des religions, leur cohérence interne.

Haut de page

Bibliographie

ARÊAS Camila, 2014, « Le voile comme véhicule politique et utopique du corps : émancipation sociale et investissement territorial », Encyclo, revue de l’École doctorale ED 382. Disponible sur https://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr/hal-00944213, consulté le 11 avril 2018.

BARTHES Roland, 1985, L’aventure sémiologique, Paris, Le Seuil, coll. « Essais », 384 p.

BIDEAUD Jacqueline et HOUDE Olivier, 1989, « Le développement des catégorisations : capture logique ou capture écologique des propriétés des propriétés des objets », L’année psychologique, p. 87-123.

BOUVERESSE Jacques, 2007, Que peut-on faire de la religion ? Paris, Agone, coll. « Banc d’essais », 192 p.

COGNAT Christine et VIAILLY Francis, 2012, Les rubriques du journalisme, Grenoble, PUG, coll. « Les outils du journalisme », 128 p.

DUCROT Oswald, 1972, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 279 p.

HABERMAS Jürgen, 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 2 vol. (t. I : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, t. II : Pour une critique de la raison fonctionnaliste, 450 p. et 480 p.

HERMAN Thierry et LUGRIN Gilles, 1999a, « La hiérarchie des rubriques », Communication et langage, n° 122, p. 72-85.

HERMAN Thierry et LUGRIN Gilles, 1999b, « Formes et fonctions des rubriques dans les quotidiens romands », Media Papers, n° 12, Fribourg.

LATOUR Bruno, 2002, Jubiler ou les tourments de la parole religieuse, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 207 p.

MOUILLAUD Maurice et TÉTU Jean-François, 1989, Le journal quotidien, Lyon, PUL, 208 p.

PÉLISSIER Nicolas, 2008, Journalisme : avis de recherche. Point sur les recherches sur le journalisme en France, Bruxelles, Bruylant, coll. « Médias, société et relations internationales », 251 p.

RIONDET Odile, 2017, « La laïcité, une identité française ? Les débats sur la laïcité dans le journal Le Monde après les attentats de 2015 et 2016 », Colloque international Territoires, frontières, communautés. Reconfigurations identitaires dans un monde (dis)continu, Université de Bucarest, 4 novembre 2016, Université de Craiova, 2 novembre 2016. Disponible sur https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01490952, consulté le 11 avril 2018.

SEARLE John, 1972, Les actes de langage, Paris, Hermann, coll. « Savoir », 260 p.

TOUBOUL Anne-Lise, 2002, « Le journal quotidien sur le web, L’identité éditoriale au risque du formatage », premier colloque franco-mexicain, Mexico, 8-10 avril 2002. Disponible sur https://hal-archives-ouvertes.fr/hal-00655138, consulté le 11 avril 2018.

VERÓN Eliseo, 1989, Perception et usages de la classification et du classement en bibliothèque, Paris, Éditions de la BPI, 99 p.

Haut de page

Notes

1 La rubrique Religions n’existe que dans la version électronique, et il s’agit alors de brèves qui peuvent être twittées.

2 Aïd, antichrétien antisémitisme, apostasie, archevêque, arts sacrés, basilique, Bouddha, bouddhistes, cardinal, casuistique, catholiques, CFCM (conseil français du culte musulman), chapelle Sixtine, charia, chiites, conclave, confessionnel, coptes, chrétien, conflit confessionnel, croyances, croyants, djihadiste, dominicain, écoles privées, Église, église, Église réformée, évangéliques, exorcistes, fidèles, foi, François d’Assise, Frères de Saint-Jean, Frères musulmans, hindous, imam, islamisme, islamophobie, jésuite, JMJ (journées mondiales de la jeunesse), juifs, kippa, laïcité, loi de 1905, luthérienne, messe, Mgr, minorités ethno-religieuses, mitre, moines, monothéismes, mosquée, musulmans, mystique, niqab, orthodoxe, ouverture doctrinale, papabili, pape, paroisses, paroissiens, pasteur, pentecôtistes, Père, pontificat, pratique religieuse, prêtre, prophète Mahomet, rabbin, ramadan, religieux, religions, sacrements, signes religieux, sunnites, théologien, ultraorthodoxe, Vatican, voile.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Riondet, « Le rubriquage très politique des faits religieux dans le journal Le Monde », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3728 ; DOI : 10.4000/rfsic.3728

Haut de page

Auteur

Odile Riondet

Odile Riondet, maître de conférences habilitée à diriger des recherches, a enseigné à Mulhouse, Strasbourg et Lyon. Elle appartient aujourd’hui à l’unité de recherche Cimeos de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et au réseau Relicom. Ses recherches portent sur l’épistémologie des Sic (Enquête sur la communication comme science, L’Harmattan, 2015) et le champ communication et religion. Courriel : odile.riondet@wanadoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page