Navigation – Plan du site
Religions et médias

Les médias du Vatican face aux questions féministe et de pédophilie

Vatican’s media approach to feminist and pedophilia issues
Angela Anzelmo

Résumés

Notre contribution se propose d’explorer comment les représentants de l’institution vaticane utilisent leurs médias (presse, radio, télévision, web) après l’institutionnalisation du Secrétariat pour la communication (2015) préconisé pour coordonner et moderniser les entités médiatiques de l’institution. Notre travail se focalise sur les projections stratégiques à partir de l’observation de logiques médiatiques et technologiques actuelles (fonctionnement de l’appareil communicationnel, rôles du numérique). Il s’agira notamment de voir comment ces acteurs œuvrent à la construction d’un ethos, conçoivent une posture socio-discursive dans l’arène des débats médiatiques favorisant, entre autres, la promotion de discours contre-doxa sur la religion catholique elle-même ainsi que sur l’institution et ses membres en s’emparant de nouveaux dispositifs médiatiques. Concilier diffusion du message chrétien et ouverture à la société semble donc constituer le rôle des médias du Vatican dont l’objectif est d’assurer une présence catholique dans le paysage médiatique pour entrer en dialogue avec la société. Cette démarche communicationnelle propre à nourrir un lien étroit avec une communauté catholique répond aux attentes d’un public diversifié, tant et si bien qu’un tel parti pris d’ouverture permet d’élargir l’horizon des destinataires bien au-delà du cercle des chrétiens par une appropriation des discours qui s’effectue, entre autres, via les technologies numériques d’information et de communication.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir les sites des médias du Vatican osservatoreromano.va, radiovaticana.va, ctv.va, ces sites sont (...)

1L’institution vaticane s’appuie sur un puissant appareil communicationnel : un réseau télévisuel (Centre de télévision du Vatican), radiophonique (Radio Vatican), de presse écrite (Osservatore Romano) et internet1 (sites, réseaux sociaux et applications mobiles) qui contribuent à répandre le contenu médiatique chrétien catholique, spécifiquement religieux, pensé et produit pour les médias. Cette étude vise à montrer comment ce contenu tend à se renouveler au moyen d’un investissement médiatique (comme établi dans les textes fondateurs dont nous ferons mention plus loin). Chaque année, les messages pour les journées mondiales des communications sociales (expression au pluriel en italien) invitent à réfléchir sur les questions de communication dans un contexte d’essoufflement de la foi chrétienne en Europe, de la « diffusion incessante de l’indifférence religieuse, de la sécularisation et de l’athéisme » (Benoît XVI, 2010) ; en d’autres termes, les questions communicationnelles ont toujours constitué un intérêt pour l’Église catholique. En effet, avec Inter Mirifica (1963), la réflexion se focalise sur la responsabilité de l’information face à la naissance de la communication de masse, du droit à l’information ; l’institution reconnaît alors la dimension sociale de la communication. L’instruction pastorale Communio et Progressio (1971), dans le prolongement du Concile Vatican II, est considérée comme un « guide à suivre » dans le domaine de la communication. Elle complète Inter Mirifica sur un plan théologique et doctrinal mais constitue un apport à la réflexion, notamment avec l’inscription de la notion d’opinion publique (Scelzo 81). Avec Aetatis Novae (1992), les médias du Vatican sont alors appelé à promouvoir avec efficacité le message du pape, lequel – à l’époque, Jean-Paul II – avait un unique et grand objectif : faire revivre le message chrétien et le remettre au centre de l’époque contemporaine en le rendant plus actuel et davantage exploitable (Scacciante 14). De manière globale, au xxe siècle, l’institution vaticane manifestait un intérêt pour l’apprentissage de la gestion de crises communicationnelles sociales (intégrisme, contraception, etc.) et prenait conscience de la nécessité d’une rénovation de son discours pour le rendre un peu conforme aux dispositifs techniques de la modernité tardive (Douyère 2015 : 232 ; 226-227). En somme, traditionnellement, « l’Église suit avec attention, curiosité et prudence l’évolution des nouveaux moyens de communication, entre le désir constant de permettre une circulation plus ample et efficace de ses propres valeurs et la crainte que ses dernières puissent être bafouées au contact de contextes communicationnels profanes » (Leone 96).

  • 2 Selon Eleni Mitropoulou (2015 : 604) : des discours qui s’opposent au point de vue dominant porté p (...)

2En examinant de manière globale quatre médias de communication du Vatican (presse écrite, radio, télévision et internet), nous proposons de voir comment les dispositifs médiatiques contribuent à renouveler, transformer le message religieux et la posture institutionnelle par une démarche visant à diffuser massivement les discours dans le but de ne pas reconduire certains clichés souvent associés à l’Église catholique. Cette médiatisation de discours contre-doxa2 apparaissant très manifestement pour les thématiques de la pédophilie et des femmes, nous privilégierons donc ces thèmes, les discours ayant visiblement pour but d’aller « à l’encontre » des stéréotypes de la misogynie et du tabou de la pédophilie perpétrée par des clercs (Douyère 2017). Ce procédé, propre à concilier diffusion du message chrétien et ouverture à la société, permet de générer des liens avec des publics plus amples et favorise la visibilité d’actes fiduciaires visant à (re)conquérir la confiance des individus notamment par une « “parole grand public qui puisse répondre aux rythmes médiatiques » (Amar 126) et atteindre les croyants catholiques, les non-croyants et ceux qui seraient en quête de spiritualité (Dufour 2016 : 49-50).

3Au regard de la réflexion de Stéphane Dufour (2016 : 49-50) relative à la visée de faire croire des modes d’expression de l’Église catholique, notre travail se fonde sur une analyse qualitative de discours datant de 2017 sur les thématiques de la pédophilie et des femmes pour répondre à la problématique suivante : comment les modes d’expression de l’institution vaticane visent-ils autre chose qu’un simple faire savoir et ambitionnent-ils davantage un faire croire ? Une telle problématique prend tout son sens si l’on considère que « l’Église catholique peut difficilement inscrire son action, même la plus petite et la plus désintéressée, en dehors d’un horizon de propagation de ses valeurs ». Il s’agit donc de penser la capacité de son action « à créer de nouvelles conditions et donc de nouvelles valeurs » (Sedda 64).

4Ces discours italiens (que nous traduisons) et français diffusés par les médias d’information suivants : le supplément Donne, Chiesa, Mondo de l’Osservatore Romano (presse écrite), le Centre de télévision du Vatican et le site web de Radio Vatican sont significatifs en termes de sémiotique de la communication dans la mesure où ils présentent une valeur à la fois sur le plan communicationnel et sur le plan manipulatoire visant alors une action, un faire du public, notamment sur les plateformes de Twitter, Facebook et Youtube. Notre étude portant sur le vouloir manipulatoire des processus de médiatisation en tant que processus de médiation, il s’agit donc de focaliser notre attention sur « la circulation, la métamorphose, la transformation des textes et des savoirs », et de tenter de cerner, d’analyser cette circulation, au moyen d’une démarche visant à saisir les pratiques en tant que phénomène de signification (Souchier, Jeanneret et Le Marec 19 et 32).

5Ainsi, souhaitons-nous proposer une approche sémio-communicationnelle des médias du Vatican, en nous concentrant sur deux axes d’étude que sont : 1) le positionnement, la posture institutionnels par rapport aux idées reçues, à la doxa. Il s’agit, dans un premier temps, de voir en quoi ces discours montrent des ajustements doxiques, de nouvelles valeurs ; 2) la médiatisation de ces discours chargés d’axiologies émergentes se réalisant selon un circuit identifié (des médias institutionnels jusqu’aux réseaux sociaux numériques), en pensant le médium en tant qu’adjuvant à la promotion de nouvelles valeurs institutionnelles.

6Nous analyserons d’abord les logiques discursives appliquées aux thèmes controversés de la pédophilie et des femmes. Il s’agira de voir comment les acteurs travaillent un ethos, réfléchissent à une posture socio-discursive dans l’arène des débats médiatiques. Ensuite, en pensant la médiatisation comme système avec des circulations (entre autres numériques), nous identifierons des projections stratégiques à partir de l’observation des logiques médiatiques et technologiques actuelles (fonctionnement du système, rôles des médiations technologiques) pensées pour l’appropriation des discours par le public à des fins d’évangélisation.

Ethos et posture socio-discursive dans l’arène des débats médiatiques : vers une transformation axiologique ?

7L’ethos, défini en tant que manière de faire, manière de se mouvoir dans l’espace social est décrit par Dominique Maingueneau (8) comme étant « une discipline tacite du corps appréhendé à travers un comportement ». Or, si le « destinataire l’identifie en s’appuyant sur un ensemble diffus de représentations sociales évaluées positivement ou négativement », cette partie visera justement à montrer que l’énonciation médiatique contribue, dans le cas de notre étude, à transformer les stéréotypes véhiculés par la culture de masse sur la pédophilie et la misogynie dans le but de favoriser une relation fiduciaire.

Une posture donnée comme engagée et transparente face aux crimes pédophiles

  • 3 Selon l’Église catholique, cette commission est établie pour garantir le développement humain et sp (...)

8Pour relever les formes d’expression éthologique prenant en charge « l’ensemble des manifestations de rôles, statuts, attitudes, comportements, et autre simulacre constituant l’ethos de la scène pratique et de ses instances » (Fontanille 2008 : 239), nous nous référons aux articles du site web de Radio Vatican. Ces derniers, nombreux, tendent à valoriser un combat contre les crimes pédophiles, comme l’article français « Abus sexuels : Catherine Bonnet dresse le bilan des dernières années » (Destombes) convoquant le discours de la figure qualifiée et professionnelle d’une pédopsychiatre pour relater les actions menées par la Commission pontificale pour la protection des mineurs3 qui intégrera éventuellement des « survivants » d’abus sexuels en tant que conseillers. Une attitude fondée sur l’écoute des victimes se retrouve dans le discours du père Hans Zollner (Bonnel) qui souligne la nécessité de se montrer « ouverts dans la critique de ce qui n’a pas marché ces dernières années, d’admettre, puisque le Seigneur nous dit que la vérité nous rend libre, que nous avons commis des erreurs, et parfois même des crimes, que ce soit sur le plan civil ou sur le plan canonique ».

  • 4 Vatican magazine est un journal hebdomadaire télévisé d’actualité et d’approfondissement que le Cen (...)

9En privilégiant le point de vue d’une socio-sémiotique (Landowski 1), relatif au fait que les interactions entre énonciateur et énonciataire se donnent à saisir travers des façons de faire, des manières d’être individuelles ou collectives, des systèmes axiologiques et idéologiques, nous identifions une façon de faire résolument orientée sur l’inclusion des victimes, leur écoute. De plus, les formes d’expression d’un positionnement engagé pour la lutte, le combat contre la pédophilie sont identifiables comme dans l’article « Plan de lutte contre la pédophilie au sein de l’Église » (site de Radio Vatican, 2016), dans lequel l’institution s’engage « à prendre systématiquement des mesures conservatoires à l’égard du prêtre accusé, notamment suspendre tout contact avec des mineurs et avec la victime » en cas de saisine judiciaire. Si, par ailleurs, des reportages du CTV documentent les mesures entreprises pour ce combat, des spots de sensibilisation visent à promouvoir la position institutionnelle. Le reportage de Vatican magazine intitulé « Soluzioni globali per difendere i piccoli4 » met en scène des enfants dans le but de reconstruire le simulacre de la souffrance (prostrés, pleurant, assis devant l’objectif) à l’occasion du congrès international « Child dignity » œuvrant contre les abus sexuels sur mineurs perpétrés sur internet.

Figure 1. Mises en scène d’enfants dans le reportage sur le congrès « Child dignity »

Figure 1. Mises en scène d’enfants dans le reportage sur le congrès « Child dignity »

Captures d’écran de la vidéo Youtube https://www.youtube.com/​watch?v=1-sbeKIshiA&t=34s).

10Cette promotion du combat contre la pédophilie s’étend à l’allocution du pape qui dénonce la gravité et préconise une « tolérance zéro » (2016). Ce dernier, faisant ici à la fois figure d’autorité et de repentir, adopte, en particulier dans l’homélie du 7 juillet 2014 prononcée en présence de victimes, une posture l’impliquant personnellement (« Je vous demande pardon pour ceux qui ont trahi leur mission ») et souligne fermement « le péché de l’omission de la part des chefs de l’Église ». Cette attitude répond peut-être à l’attente d’un public désirant la reconnaissance de la culpabilité de l’institution entière. Cette façon d’être, cet ethos tendant à « assumer » plus qu’à dissimuler ou à atténuer, nous évoque la dimension parrhèsiastique de l’évangélisation selon le pape François mise en évidence par Stéphane Dufour (2014 : 139) quant au fait de « tout dire, dire vrai ». Il apparaît que l’institution vaticane promeut une manière d’être, un comportement reposant sur les valeurs d’engagement et de transparence constituant le plan du contenu, l’axiologie spécifique à son action (Fontanille 2008 : 239).

11Une telle posture permet d’affronter les scandales des affaires de pédophilie dans l’Église catholique et vise résolument à transformer le supposé cliché du tabou pour faire évoluer l’image projetée par l’institution tout en incitant les médias laïques à modifier leurs discours pour ne plus seulement la confronter à ses problèmes éthiques et sociaux, mais à communiquer sur les mesures qu’elle entreprend pour « agir ».

12Pour finir sur cette thématique, il paraît intéressant de constater que le trait parrhèsiastique concernant le repentir renforce l’expression de l’humilité et témoigne d’un ajustement éthique : la transparence semble constituer une valeur désormais essentielle pour l’institution alors qu’une disjonction entre l’ethos ecclésial – inspiré par le secret – et les exigences sociétales en matière de communication avait été mise en évidence par Stéphane Dufour (2013 : 3). Cette recherche de l’ethos viserait désormais une conjonction entre ce dernier et les exigences communicationnelles contemporaines. Nous verrons comment de telles valeurs sont médiatisées pour, in fine, susciter un faire de la part du public.

Une posture discursive valorisant les femmes

13En constatant la multitude de contenus médiatiques sur la thématique féminine, nous poursuivons notre réflexion par une sémiotique de l’éthique visant à identifier la position et la dimension axiologique institutionnelles. Le supplément mensuel Donne, Chiesa, Mondo publié depuis 2012 par l’Osservatore Romano est consacré aux femmes. Une attention particulière est portée à leur relation avec l’Église catholique et l’objectif vise à approfondir la connaissance de leur rôle en affrontant des thèmes controversés comme la question de leur diaconat et de leur ordination. La ligne éditoriale tend à montrer combien « ce monde féminin – encore méconnu bien qu’il nous est proche – a à nous apprendre » (Galeotti 2) et constitue une tentative pour valoriser les femmes.

Figure 2. Exemplaires du supplément Donne Chiesa Mondo

Figure 2. Exemplaires du supplément Donne Chiesa Mondo

Captures d’écran du site Osservatore Romano http://www.osservatoreromano.va/​fr/​section/​femmes-eglise-monde

14De nombreux articles biographiques sont consacrés à des figures féminines connues de la tradition chrétienne (Knox 22, Lossky 11) pour les ériger en exemple. Ces contenus évoquent leurs difficultés à être entendues dans le contexte historique de l’époque et soulignent leur combat pour affronter des questions théologiques telles que leur ordination et leur diaconat. La question du genre est abordée par l’étude de passages évangéliques comme celui de « Jésus et la Samaritaine » (Delgado 29) où l’auteure défend une approche résolument « féministe » et se réapproprie le texte biblique pour défendre un point de vue philosophique en faveur des femmes.

15Ce supplément constitue donc un dispositif médiatique visant à répandre une théologie féministe, « inspirée d’une volonté de libération et tenant le plus grand compte de l’expérience des femmes » (Torrell 109). En effet, en permettant « la découverte » de l’histoire de femmes dans l’Église chrétienne, ces contenus valorisent des personnalités ayant joué un rôle important dans l’Église catholique et dans la société donnant alors aux féministes « l’exemple des luttes de leurs sœurs du passé » (Torrell 111). De même, il s’agit de remettre en question les lieux communs dépréciateurs de la femme véhiculés par la tradition chrétienne, comme le fait l’article de Bugliani Knox (Knox 22) lorsqu’il évoque le désir de défendre, de témoigner et de répandre la foi catholique en refusant « l’idée que les femmes n’étaient que des créatures faibles et volages, destinées au mariage ou aux ordres monastiques ».

16Cette diffusion contribue à forger une axiologie tendant vers l’ouverture et le dialogue entre hommes et femmes. De même que pour la thématique de la pédophilie, les discours du pape diffusés par les reportages du CTV viennent renforcer cette démarche en faveur des femmes en dénonçant le machisme et l’instrumentalisation de leur corps (reportage du CTV, 2015). D’autres discours du pape François, plus engagés, soulignent le droit des femmes à s’insérer dans tous les domaines (professionnels ou non) et le besoin éventuel de mettre en place des dispositifs légaux pour faire valoir ce droit (2017b).

  • 5 Selon le Catéchisme de l’Église catholique, III. Homme et femme il les créa, « Égalité et différenc (...)

17Ces contenus s’efforcent de valoriser la femme en ce qu’elle est l’égal de l’homme, dans le prolongement de la pensée chrétienne sur l’égalité des sexes en ce qu’homme et femme sont égaux en tant que personnes humaines5. Il est par ailleurs intéressant de noter que la rubrique « Femmes Église et société » sur le site de Radio Vatican fait écho au supplément Donne Chiesa Mondo en proposant, cette fois, une multitude de contenus pour la valorisation féminine dans la société tels que dans le domaine sportif (Muando Buabualo, 2017a) et technologique (Muando Buabualo, 2017b).

  • 6 L’affaire Harvey Weinstein concerne la révélation publique de harcèlements et d’agressions sexuelle (...)

18En montrant un ethos fondé sur le dialogue avec la société sur la thématique féminine, l’institution vaticane prend part au récent débat sur les agressions et le harcèlement sexuels dénoncés par des milliers de femmes, notamment dans le cadre de l’affaire Harvey Weinstein6 (Kantor et Twohey). En effet, la parole du cardinal Gianfranco Ravasi via le site de Radio Vatican (2017) dénonce l’usage du pouvoir et la supériorité masculine. Un tel acte propulse l’expression de l’éthique vaticane dans un débat public de grande ampleur favorisant la diffusion de sa position catholique sur le genre, notamment dans un contexte de dénonciation massive du harcèlement sexuel subi par les femmes. Par ailleurs, le procédé semble similaire à la thématique précédente : le site de Radio Vatican propose des contenus convoquant le point de vue de professionnels tel que celui d’une conseillère familiale rappelant l’importance de « l’éducation sexuelle dans les écoles pour libérer l’enfant et l’aider à exprimer ses émotions » (Allaire).

  • 7 Selon Paolo Peverini, consultant du Secrétariat pour la communication du Vatican, au cours d’un ent (...)

19Comme énoncé plus haut, l’ethos constitue le plan de l’expression de l’éthique et compose ainsi l’ensemble des formes sensibles et observables dans le comportement de l’acteur (Fontanille 2008 : 239). Ainsi pouvons-nous avancer que la médiatisation de ce comportement engagé pour la cause féminine participe à la construction axiologique de l’ouverture et du dialogue et vient, simultanément, tenter de transformer le stéréotype de la misogynie alimenté à la fois par l’Église catholique elle-même et par la culture de masse, d’autant que les médias laïques produisent nombre d’informations à ce sujet (Douyère 2017). Cette construction éthique paraît d’autant plus pertinente aujourd’hui alors que la femme trentenaire représente le profil type du public des médias du Vatican7.

20À la lumière des propos du pape François (319), nous assistons donc à un dialogue entre tradition et modernité. Ces discours s’installent dans un contexte d’opposition catholique à la « théorie du genre » et visent à renforcer la position ecclésiale sur les sexes biologiques (perçus comme distincts et complémentaires, parfaitement égalitaires en termes de personnes humaines) et, simultanément, à valoriser la femme contemporaine.

21La stratégie communicationnelle actuelle adopte donc les valeurs de l’engagement (mesures contre la pédophilie dans/hors de l’Église catholique et lutte pour la cause féminine) ; du dialogue, de l’inclusion mise en évidence par Paolo Peverini (117) – à plusieurs niveaux : parole de professionnels convoquée, victimes d’abus sexuels écoutées, importance accordée aux problématiques féminines – et surplombées par celles de la transparence et de l’humilité.

22En outre, il convient de rappeler que l’appropriation de thématiques « grand public » (Anzelmo 9), c’est-à-dire de thèmes d’intérêt public (entre autres, de la parité homme-femmes, des dérives sur internet ou encore du harcèlement sexuel) ne constitue pas une nouveauté de la communication vaticane. En effet, Patrizia Violi et Giovanna Cosenza (Violi et Cosenza 173) avaient déjà mis en évidence, il y a une dizaine d’années, l’appropriation de la musique pop en tant que pratique médiatique vaticane propre à « la politique de colonisation juvénile qui a caractérisé le pontificat de Jean-Paul II ». Selon les auteures, cet effort relevait de l’innovation (par rapport aux positions traditionnelles assumées par l’Église catholique) et constituait une stratégie purement instrumentale envers le monde des jeunes pour moderniser l’image du Vatican en utilisant la musique pop comme canal privilégié à l’intérieur d’un projet œcuménique d’évangélisation.

Projections stratégiques des logiques médiatiques et technologiques actuelles

23Après avoir vu que les acteurs de la médiatisation vaticane diffusent, entre autres, des discours impliquant des opposants doxiques concernant l’ethos institutionnel, nous allons, en privilégiant le point de vue selon lequel le processus de médiatisation est pensé comme système, analyser ce dernier puisque la médiatisation mass-média – c’est-à-dire, la production intentionnelle à grande échelle de diffusion – constitue l’objet par excellence d’une analyse sémio-communicationnelle (Mitropoulou 2015 : 585).

24Pour commencer, nous partons du constat que chaque média du Vatican diffuse ses propres contenus sur internet (via les sites web des médias) et (parfois à l’identique et parfois d’une manière différente) sur les plateformes des réseaux sociaux (chaque média du Vatican étant inscrit sur Twitter, Facebook, Youtube). Nous retrouvons, dans l’exemple suivant, la promotion éthique de la « tolérance zéro » partagée par 38 internautes et aimée par 168 personnes sur Facebook :

Figure 3. Post Facebook de Radio Vatican (français) pour promouvoir le combat contre la pédophilie

Figure 3. Post Facebook de Radio Vatican (français) pour promouvoir le combat contre la pédophilie

Capture d’écran du compte Facebook de Radio Vatican en français, fermé depuis mars 2018 dans le cadre de la réforme des médias du Vatican et la création du nouveau compte Vatican News sur Facebook

25Un tel circuit médiatique est régi par une logique de passage (Amar 100) en ce que les discours sont injectés sur des « lieux de passages potentiels » pour être reçus par une masse de récepteurs. Cette logique concerne également le supplément Donne Chiesa Mondo qui, en Italie, est proposé gratuitement en librairie en supplément de la version hebdomadaire de l’Osservatore Romano. Autrement dit, le support en question « atteint » le lecteur accoutumé du journal « traditionnel » qui obtient, à l’achat, ce supplément proposant des contenus théologiques féministes. Le procédé de la redistribution informationnelle n’est donc pas uniquement numérique, même si l’on ne peut négliger l’apport de Twitter pour la médiatisation (voir ci-dessous le tweet de Lucetta Scaraffia, dirigeante de Donne Chiesa Mondo communiquant le sommaire du numéro de février 2017 à l’aide du hashtag #DonneChiesaMondo et celui de l’Osservatore Romano) :

Figure 4. Tweet de Lucetta Scaraffia, dirigeante du supplément Donne Chiesa Mondo

Figure 4. Tweet de Lucetta Scaraffia, dirigeante du supplément Donne Chiesa Mondo

Capture d’écran de la page du hashtag #DonneChiesaMondo, https://twitter.com/​search?src=typd&q=%23donnechiesamondo

26

  • 8 Nous traduisons le tweet : « Dans les kiosques avec l’Osservatore Romano, le numéro estival de Donn (...)

Figure 5. Tweet8 de l’Osservatore Romano pour promouvoir le supplément Donne Chiesa Mondo

Figure 5. Tweet8 de l’Osservatore Romano pour promouvoir le supplément Donne Chiesa Mondo

Capture d’écran de la page du hashtag #DonneChiesaMondo, https://twitter.com/​search?src=typd&q=%23donnechiesamondo

27Pour examiner les pratiques médiatiques vaticanes, il paraît pertinent de focaliser notre attention non pas sur le faire savoir réduit à la transmission et/ou à l’intention mais sur un faire savoir aux modalités complexes (Mitropoulou 2015 : 586), par lequel une activité productive intervient sur le cours de la communication en lui apportant une dimension nouvelle, c’est la « médiation » (Jeanneret 2014 : 13). Il s’agit pour nous de rendre compte de ce processus de médiation vaticane, et ainsi répondre à notre problématique quant au faire croire préfiguré par les acteurs pour le public.

28Tout d’abord, il nous paraît utile d’introduire, dans son acception sémiotique, le terme de manipulation afin de permettre au lecteur de saisir l’enjeu de l’analyse que nous proposons. La manipulation désigne la factitivité, le faire (Courtès 109), une action de la part du destinateur visant l’exécution d’une action par le destinataire. En d’autres termes, ce que nous avons identifié préalablement comme étant la diffusion de discours contre-doxa constituerait l’action de faire croire de l’institution-destinatrice visant l’exécution d’une action de croire par le public-destinataire ; le croire en tant que transformation cognitive se définissant comme une opération de comparaison entre ce qui est proposé et ce que l’on sait, ou l’on croit déjà.

  • 9 Communication et manipulation impliquent l’une l’autre.

29En nous appuyant sur les catégories sémiotiques de la médiation9 – pensées comme structures élémentaires de la signification – à savoir manipulation vs communication (Mitropoulou 2015 : 593) qui opposent, pour le discours, une valeur de manipulation à une valeur de communication, l’investissement global du médium internet paraît permettre alors une « performance technique » pour l’énonciation contre-doxa visant la transformation de stéréotypes par la promotion de cette dernière chargée des valeurs que nous avons identifiées. Cette performance technique se réalise concrètement par le téléchargement gratuit du supplément Donne Chiesa Mondo (sur le site web de l’Osservatore Romano), par la mise en ligne des nombreux discours (articles, reportages) cités en première partie et par les posts des médias du Vatican sur les réseaux sociaux numériques tels que Facebook, Twitter et Youtube.

30Ainsi, au regard du carré sémiotique proposé ci-dessous, ne s’agit-il pas simplement de « communiquer » sur la pédophilie et les femmes mais plutôt de faire croire à l’absence de tabou, à l’absence d’une attitude d’évitement face aux stéréotypes dysphoriques ? Les thèmes sensibles sont saisis, l’ethos aux valeurs d’engagement et de transparence est promu et tout cela en s’emparant simultanément des dispositifs les plus actuels pour le dire, pour le faire savoir, ce qui constitue le contraire d’une attitude longtemps observée quant à une totale absence de réponse, un silence prolongé de la part de l’Église catholique comme le dit l’abbé et co-auteur du Padre Blog Pierre Amar (126).

Figure 6. Carré sémiotique de la valeur de médiation du discours (Mitropoulou 2015 : 593).

Figure 6. Carré sémiotique de la valeur de médiation du discours (Mitropoulou 2015 : 593).
  • 10 Sujet de l’action de croire.

31Le faire savoir aux modalités complexes peut ici se justifier par l’émergence du faire performateur, alors en contradiction avec le faire savoir : « échanger » (au sens des interactions sociales) n’est alors pas compatible avec une « performance technique » et, dès lors, une telle action ne se situerait non pas dans le paradigme communicationnel mais manipulatoire : le faire croire se trouvant en relation de contrariété avec le faire savoir. En effet, si l’énonciation est un phénomène qui ne se réduit pas à une simple acquisition du savoir (Courtès 250) selon la théorie réductrice de la relation émetteur/récepteur où le premier est actif et l’autre passif, elle relève moins de l’activité que de la factitivité, plus précisément de la manipulation selon le savoir comme nous l’avons vu à la lumière de la réflexion de Dominique Maingueneau (Maingueneau 8) en ce qu’elle vise à transformer, dans notre cas, les stéréotypes nourris par la masse. Ainsi, le public-destinataire non passif devient-il lui-même un sujet de faire10 puisque comme le faire croire, le croire est une action (Courtès 250).

  • 11 Selon Bruno Ollivier (Gomez-Mejia 56).
  • 12 Le schéma narratif canonique (Courtès et Greimas, 1993) permet d’organiser logiquement, temporellem (...)

32Pour cette action de croire, deux positions actantielles impliquent le destinataire : ou bien il croit aux positions que lui soumet l’énonciateur, il est alors « énonciataire » ou il les rejette catégoriquement, c’est un « anti-énonciataire » (Courtès 251). Les traces d’interaction sur le web social telles que le like, le partage, le commentaire, le retweet, alors opérations de conscription11, nous dirons que, dans le processus de faire croire, ces signes indiciels peuvent constituer les formes d’expression de la sanction (dans le parcours narratif canonique12, la sanction fait référence au jugement épistémique, à l’évaluation de la réalisation effective de l’action et à la rétribution que s’est attiré le sujet de l’action) du public envers le Vatican. Ainsi, si le like peut être pensé comme signe de sanction positive, c’est-à-dire que l’énonciataire aime et donc adhère au contenu proposé, les fonctionnalités du retweet, du partage et du commentaire peuvent constituer des manifestations d’un public anti-énonciataire. Or, en s’emparant de dispositifs tels que les réseaux sociaux qui impliquent stratégiquement de « faire parler » l’usager qui peut alors s’exprimer, dire ce qu’il est, ce qu’il sait, l’institution permet de procéder à « l’intégration d’autres valeurs, d’autres systèmes de connaissance » par la stratégie d’intégration (Fontanille 1983 : 45). L’exemple du tweet du pape en faveur des femmes (voir ci-dessous) l’illustre : « Combien de femmes écrasées sous le poids de la vie et du drame de la violence ! Le Seigneur les veut libres et pleines de dignité » retweeté 1 800 fois, aimé par 5 300 twittos et ayant suscité 224 réponses. Un usager anti-énonciataire commente le tweet, le sanctionne négativement : « pourtant, vous ne les voulez ni prêtresses ni papesses, vous ne faites faire à la nonne que le ménage. »

Figure 7. Commentaire d’un usager anti-énonciataire

Figure 7. Commentaire d’un usager anti-énonciataire

Capture écran du compte Twitter italien du pape https://twitter.com/​Pontifex_it

33Jacques Fontanille (1983 : 46) spécifie qu’il s’agit de la « stratégie la plus risquée » car elle « autorise en son sein la manifestation de l’anti-doxa qui peut échapper à l’énonciateur ». Or, en laissant la parole au public, l’institution vaticane permet d’intégrer d’autres valeurs : l’usager peut s’exprimer à propos d’un tweet ou d’un post, mais peut aussi prendre la liberté de sortir du cadre préalablement établi et de dire ce qu’il veut (voir ci-dessous) :

Figure 8. Commentaire d’un usager « anti-énonciataire » sortant du cadre énonciatif du tweet

Figure 8. Commentaire d’un usager « anti-énonciataire » sortant du cadre énonciatif du tweet

Capture d’écran du compte Twitter français du pape, https://twitter.com/​Pontifex_fr

34Autrement dit, dans ce cas, c’est le recours même à la technologie de Twitter, à son dispositif qui permet l’intégration axiologique. Comme l’évoque Antonio Spadaro (67), internet vient donc ici modifier sensiblement l’autorité religieuse et les médiations ecclésiales puisque la sanction négative se voit incluse aux discours et apparaît en tant que conscription.

  • 13 À l’origine, en italien : « La donna non è una replica del uomo ».

35Les discours des homélies du pape et notamment les énoncés « la femme n’est pas une réplique de l’homme13 » et « le christianisme n’est pas une idéologie, n’est pas du prosélytisme » (2017a), mettent en évidence une stratégie de conversion (Fontanille 1983 : 45) : des valeurs contraires à celles que veut inculquer l’institution vaticane servent ici un objectif de réfutation pour dissuader le public d’y adhérer. Or, une telle démarche de conversion se voit amplifiée par un effet de redondance discursive lorsque le discours circule sur plusieurs plateformes. L’allocution papale mise en ligne sur Youtube via la chaîne du CTV (fig. 9) émane originellement d’un reportage du CTV et est enfin relayée via Twitter (fig. 10).

Figure 9. Reportage du CTV diffusé sur Youtube documentant le discours du pape

Figure 9. Reportage du CTV diffusé sur Youtube documentant le discours du pape

Capture écran de la vidéo Youtube https://www.youtube.com/​watch?v=IlSZjcFyoBM

Figure 10. Tweet du compte News.va, site agrégateur d’actualités

Figure 10. Tweet du compte News.va, site agrégateur d’actualités

Capture écran du compte Twitter News.va en français, fermé depuis mars 2018 dans le cadre de la réforme des médias du Vatican et la création du nouveau compte Vatican News sur Twitter

36En privilégiant une axiologie fondée, comme nous l’avons vu, sur des valeurs d’engagement, de transparence, les acteurs de la médiatisation vaticane réalisent, au moyen des médias du Vatican, une campagne, une opération promotionnelle pour inciter le public à adhérer à cet ethos socio-discursif. Il s’agit de susciter l’activité de croire chez l’énonciataire afin que ce dernier réalise la sanction via internet : qu’il endosse à son tour la fonction communicationnelle de médiateur du message par la fonctionnalité du partage (voir le retweet d’un usager ci-dessous) notamment.

Figure 11. Le compte « Annunciare in rete » (annoncer sur internet) retweete le pape

Figure 11. Le compte « Annunciare in rete » (annoncer sur internet) retweete le pape

Capture écran du compte Twitter « Annunciare in rete ». https://twitter.com/​Posdste

  • 14 Le faire réceptif désigne la réception en tant qu’action.

37En s’appropriant des dispositifs de communication de masse tels que les réseaux sociaux numériques, le Vatican atteint le plus grand nombre au moyen de « questions ouvertes qui intéressent tant le croyant que le non croyant » (Sedda 67). Puisqu’en termes d’appropriation possible pensée pour le public avec le « multimédia en ligne » – tel internet – le texte ne peut s’étendre en s’exposant, se réaliser, sans l’intervention constante du faire-réceptif14 (Mitropoulou 2007), la réception en tant qu’action n’est autre ici que la sanction du croire. Cette sanction positive générant la diffusion des contenus institutionnels sert alors une des missions fondamentales de l’Église catholique : l’évangélisation.

Conclusion

38Cette recherche sur une caractérisation de la médiatisation vaticane a permis de faire l’examen de l’usage social des objets médiatiques et leur capacité à mettre en forme des productions culturelles (Jeanneret 2011 : 82) en focalisant notre attention sur la transformation des savoirs concernant le message religieux. Ainsi, avons-nous pu mettre en évidence des transformations axiologiques procédant, à plusieurs niveaux, de l’introduction de :

  • nouvelles valeurs du message pour le faire croire relatif à l’éthique institutionnelle : transparence, engagement et humilité ; l’on assiste à la mise en place d’un nouveau positionnement donné comme responsable et transparent, une « réforme des attitudes » (Pape François 333) face à la thématique de la pédophilie. Alors que la valorisation des femmes semble récente, l’ouverture à la culture de masse n’est pas nouvelle ;

  • la valeur technologique des discours, qui, notamment lorsque ces derniers visent une transformation des savoirs, amplifie leurs processus de médiatisation notamment grâce au médium internet ;

  • nouvelles valeurs par l’utilisation du dispositif médiatique du réseau social numérique autorisant les manifestations de l’anti-doxa, celles de l’anti-énonciataire.

39La transformation se veut entière (investissement de l’organe de presse écrite dans un nouveau support) et ne vise pas seulement à s’emparer des technologies numériques d’information et de communication, même si, « internet facilite les processus de négociation et de changement qui définissent le religieux » (Campbell 123-124).

40La démarche communicationnelle de l’institution vaticane régie par la modalité de faire croire ayant notamment pour but le déploiement du contenu médiatique chrétien (comment nous l’avons vu, à l’aide de la sanction) s’incarne in fine dans le processus de la nouvelle évangélisation consistant à mettre en œuvre de « nouveaux moyens, adaptés au monde nouveau pour évangéliser ». Une évangélisation « nouvelle dans son ardeur, dans ses méthodes et dans son expression » permet alors de rejoindre le monde dans ses attentes, dans ses quêtes (Maillard 37) puisqu’évangéliser c’est entrer dans toutes les cultures (Fisichella). Cet « élargissement communautaire » revient alors, pour l’institution vaticane, à sortir de son « ornière d’assignation » (Douyère 2017) par une logique de masses et de multitudes.

41Pour répondre à une interrogation soumise par Yves Jeanneret (2011 : 121), il semble, dans le cas des médias du Vatican, que les dispositifs médiatiques conditionnent la culture. En effet, en s’appropriant les dispositifs en ligne, le Vatican emprunte la grammaire de communication attachée au médium internet qui vient sensiblement modifier, comme nous l’avons vu, le contenu énonciatif par l’injection de nouvelles valeurs. Cette transformation culturelle implique à son tour la création de dispositifs médiatiques comme depuis 2012, le mensuel Donne, Chiesa, Mondo, et, simultanément, les comptes utilisateurs sur des réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Youtube et Instagram. Ainsi, la numérisation de l’information et de la communication religieuse conduit-elle à de nouvelles intermédiations (Douyère 2015 : 15) où les intermédiaires demeurent les chefs religieux traditionnels incluant des acteurs laïcs, des professionnels qualifiés dans la communication ou encore l’usager des technologies désormais médiateur du message chrétien.

42En portant notre attention sur les discours cognitifs dans lesquels se construisent et circulent des savoirs, les projections stratégiques que nous avons identifiées se fondent sur la transformation des univers de connaissances où la médiation, étant le procès d’une anti-doxie (Mitropoulou 2015 : 603), vise l’introduction d’un nouveau paradigme communicationnel dans lequel le discours médiatique s’interpose pour détourner un « savoir préalable » au moyen de chocs axiologiques.

Haut de page

Bibliographie

Amar Pierre, 2016, Internet : le nouveau presbytère ou comment rassembler des brebis avec des souris, Paris, Perpignan, Artège – Lethielleux, 160 p.

Anzelmo Angela, 2018, « Église catholique et technologies informatisées : interactions médiatiques avec un public de masse », Journées thématiques 2017 école doctorale Cognition, comportements, langage(s), Poitiers. Disponible sur https://hal-univ-poitiers.archives-ouvertes.fr/hal-01726665, consulté le 21 avril 2018.

BenoÎt XVI, 2010, « Motu proprio Ubicumque et semper pour l’institutionnalisation du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation », site du Vatican. Disponible sur http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/apost_letters/documents/hf_ben-xvi_apl_20100921_ubicumque-et-semper.html, consulté le 12 décembre 2017.

Campbell Heidi A., 2015, « Les relations entre religion en ligne et hors ligne dans une société en réseaux » dans Fabienne Duteil-Ogata, Isabelle Jonveaux, Lilianne Kuczynski et Nizard Sophie, Le religieux sur Internet, Paris, L’Harmattan, 95-124.

COURTÉS Joseph, 1991, Analyse sémiotique du discours, de l’énoncé à l’énonciation, Paris, Hachette, 300 p.

COURTÉS Joseph, GREIMAS Algirdas Julien, 1993, Sémiotique : dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 454 p.

Douyère David, 2017, « Communication et religions : quelle place pour les médias confessionnels ? », Ina global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/idees/article/communication-et-religions-quelle-place-pour-les-medias-confessionnels-9747, consulté le 5 février 2018.

Douyère David, 2015, « Les mutations communicationnelles du christianisme catholique au xxe siècle », Hermès, 71, Le xxe siècle saisi par la communication, tome I : 225-235.

Douyère David, 2016, « De la mobilisation de la communication numérique par les religions », tic & société, 9 h 1-2. Disponible sur http://ticetsociete.revues.org/1822, consulté le 12 décembre 2017.

Dufour Stéphane, 2016, « Un témoignage sensible, la parole du chrétien selon le pape François », Communication & Langages, 189 : 25-46.

Dufour Stéphane, 2014, « La parresia : le Verbe et la vérité. L’évangélisation selon le pape François » dans Stefan Bratosin, Mihaela Alexandra Tudor, Espace public et communication de la foi. Deuxième colloque international ComSymbol Béziers, Iarsic éditions, 137-149.

Dufour Stéphane, 2013, « Secret, silence, sacré. La Trinité communicationnelle de l’Église catholique », Essachess, 6 : 12. Disponible sur http://www.essachess.com/index.php/jcs/issue/view/13, consulté le 12 avril 2018.

Fontanille Jacques, 2008, Pratiques sémiotiques, Paris, PUF, 320 p.

FONTANILLE Jacques, 1983, « Stratégies doxiques », Actes sémiotiques, 6, 8 p.

Fisichella Rino, 2013, « Évangéliser, c’est entrer dans toutes les cultures », Pèlerin. Disponible sur http://www.pelerin.com/A-la-une/Mgr-Rino-Fisichella-Evangeliser-c-est-entrer-dans-toutes-les-cultures, consulté le 12 janvier 2018.

Gomez-Mejia Gustavo, 2016, Les fabriques de soi ? Identité et Industrie sur le web, Paris, éditions MKF, 152 p.

JEANNERET Yves, 2011, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 198 p.

Jeanneret Yves, 2014, Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Non Standard, 784 p.

KANTOR Jodi et TWOHEY Megan, 2017, « Harvey Weinstein Paid Off Sexual Harassment Accusers for Decades », The New York Times. Disponible sur http://www.nytimes.com/2017/10/05/us/harvey-weinstein-harassment-allegations.html, consulté le 12 décembre 2017.

Landowski Éric, 2017, « Interactions (socio) sémiotiques », Actes Sémiotiques, 120. Disponible sur : http://epublications.unilim.fr/revues/as/5894, consulté le 20 mars 2017.

leone Massimo, 2017, « Papa Francesco e i segni : la comunicazione del discernimento », Lorusso Anna Maria, Peverini Paolo, Il racconto di Francesco. La comunicazione del papa nell’era della connessione globale, Rome, Luiss University Press, 200 p.

Maillard Jean-Baptiste, 2009, Dieu est de retour. La nouvelle évangélisation de la France, Paris, éditions de l’Œuvre, 380 p.

Maingueneau Dominique, 2002, « Problèmes d’ethos », Pratiques, 113-114, « De la rhétorique à l’analyse du discours ». Disponible sur http://dominique.maingueneau.pagesperso-orange.fr/pdf/Ethos.pdf, consulté le 28 mars 2018.

Mitropoulou Eleni, 2015, « Valeurs et sémiotique de la communication médiatée : pour une approche inférentielle et transversale », dans A. Biglari, Valeurs aux fondements de la sémiotique, Paris, L’Harmattan, 579-607.

Mitropoulou Eleni, 2007, « Média, multimédia et interactivité : jeux de rôles et enjeux sémiotiques », Actes sémiotiques. Disponible sur http://epublications.unilim.fr/revues/as/4540, consulté le 28 novembre 2017.

PAPE FRANçois, 2017, Politique et société, rencontres avec Dominique Wolton, Paris, éditions de l’Observatoire, 403 p.

PEVERINI Paolo, 2017, « Francesco e i media vaticani. Un racconto in divenire », dans Lorusso Anna Maria, Peverini Paolo, Il racconto di Francesco. La comunicazione del papa nell’era della connessione globale, Rome, Luiss University Press, 200 p.

Sedda Franciscu, 2017, « Imprevedibile Franciscus », dans Lorusso Anna Maria, Peverini Paolo, Il racconto di Francesco. La comunicazione del papa nell’era della connessione globale, Rome, Luiss University Press, 200 p.

Scacciante Paola, 2015, La Comunicazione digitale in Vaticano, Case study @Pontifex, mémoire de master, Roma, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali Guido Carli, 57 p.

Scelzo Angelo, 2013, La penna di Pietro. Storia (e cronaca) della comunicazione vaticana dal Concillio a Papa Francesco, Cité du Vatican, Lev, 292 p.

Souchier Emmanuël, Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle, 2003, Lire, écrire, récrire : objet, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque Centre Pompidou, coll. « Études et recherche », 350 p.

Spadaro Antonio, 2014, Cyberteologia. Pensare il cristianesimo al tempo della rete (2012), trad. française : Cyberthéologie. Penser le christianisme à l’heure d’Internet, Namur, Lessius, coll. « Donner raison », 160 p.

Torrell Jean-Pierre, 2008, La théologie catholique, Paris, éditions du Cerf, 161 p.

VATICAN – FR, 2003, Catéchisme de l’Église catholique, III. Homme et femme il les créa, « Égalité et différence voulues par Dieu », Disponible sur http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_INDEX.HTM, consulté le 8 mai 2018.

Violi Patrizia, Cosenza Giovanna, 2008 « Papi, madonne, rockstar : dal sacro al profano, e ritorno Patrizia Violi, Giovanna Cosenza » dans Dusi Nicola et Marrone Gianfranco, Destini del sacro Discorso religioso e semiotica della cultura, Meltemi editore, Roma, 347 p.

Références du corpus

Allaire Delphine, 9 novembre 2017, « Face au harcèlement, la nécessaire éducation à l’altérité », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/hAnbLr, consultée le 14 novembre 2017.

Anonyme, 1er septembre 2016, « Les Jésuites publient un plan de lutte contre la pédophilie », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/4BTibJ, consulté le 30 novembre 2017.

Anonyme, 21 octobre 2017, « Harcèlement des femmes : le cardinal Ravasi plaide pour une éducation des plus jeunes », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/vFTSwB, consulté le 14 novembre 2017.

Bonnel Olivier, le 22 mars 2017, « Abus sexuels : l’Église doit mieux expliquer son travail », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/S47eFK, consultée le 30 novembre 2017.

Bugliani knox Francesa, septembre 2017, « Lo vidi entrare nel mio cuore e nascondersi lì », Donne, Chiesa, Mondo, 60, Vatican, p. 22-25.

Centro Televisivo Vaticano - Archivio, 1er mai 2016, « Appello contro gli abusi sui minori », Youtube. Disponible sur https://www.youtube.com/watch ?v =ynOS3WECO0Y, consulté le 14 novembre 2017.

Delgado Maria José, septembre 2017, « La donna di Samaria e l’ebreo Gesù », Donne, Chiesa, Mondo, 60, Vatican, p. 29-35.

Destombes Hélène, septembre 2017, « Abus sexuels : Catherine Bonnet dresse de bilan des dernières années », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/fAEPey, consultée le 30 novembre 2017.

Galeotti Giulia, novembre 2017, « L’editoriale », Donne, Chiesa, Mondo, 62, Vatican, p. 2.

Lossky Olga, novembre 2017, « Un ponte tra oriente e occidente », Donne, Chiesa, Mondo, 62, Vatican, p. 11-15.

Muando Buabualo Marie José, 21 août 2017 [a], « Bibiana Steinhaus première femme arbitre principale en Bundesliga », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/wNt1sR, consulté le 14 novembre 2017.

Muando Buabualo Marie José, le 30 septembre 2017 [b], « Thérèse Kirongozi et les femmes engagées dans les technologies », Radio Vatican. Disponible sur https://goo.gl/HT41Aq, consulté le 14 novembre 2017.

VATICAN - IT Archive, 7 juillet 2014, Papa Francesco : Nessuna tolleranza per gli abusi su minori, homélie du 7 juillet 2014, Youtube. Disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=-VvTTvfHmpo, consulté le 14 novembre 2017.

VATICAN – IT Archive, 24 avril 2015, « Papa Francesco : la donna non è una replica dell’uomo », Youtube. Disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=TL9HRzEt3uo, consulté le 14 novembre 2017.

VATICAN News – Français, 19 avril 2017 « Pape François : le christianisme n’est pas une idéologie mais un chemin de foi », Youtube. Disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=IlSZjcFyoBM, consulté le 14 novembre 2017.

VATICAN News – Italiano, 9 juin 2017 « Il Papa : tutelare le donne nell’educazione alla fraternità », Youtube. Disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=XRhQ_NYGjAw, consulté le 14 novembre 2017.

Haut de page

Notes

1 Voir les sites des médias du Vatican osservatoreromano.va, radiovaticana.va, ctv.va, ces sites sont actuellement en train de disparaître pour produire désormais l’information sur l’unique plateforme vaticannews.va.

2 Selon Eleni Mitropoulou (2015 : 604) : des discours qui s’opposent au point de vue dominant porté par le corps social.

3 Selon l’Église catholique, cette commission est établie pour garantir le développement humain et spirituel conforme à la dignité de la personne humaine des mineurs. Selon le pape : « Des faits douloureux ont imposé un profond examen de conscience de la part de l’Église et […] ont conduit à lancer de façon résolue des initiatives de divers types dans le but de réparer le dommage subi, faire justice et prévenir, par tous les moyens possibles, que ne se répètent des épisodes semblables à l’avenir ».

4 Vatican magazine est un journal hebdomadaire télévisé d’actualité et d’approfondissement que le Centre de télévision du Vatican met à disposition des télévisions du monde ainsi que sur la plateforme Youtube. Nous traitons ici du reportage sur le site Youtube publié le 13 octobre 2017. Disponible sur https://www.youtube.com/watch ?v =1-sbeKIshiA, consulté le 27 novembre 2017.

5 Selon le Catéchisme de l’Église catholique, III. Homme et femme il les créa, « Égalité et différence voulues par Dieu ». Disponible sur http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_INDEX.HTM, consulté le 8 mai 2018.

6 L’affaire Harvey Weinstein concerne la révélation publique de harcèlements et d’agressions sexuelles attribuées à Harvey Weinstein, producteur de cinéma américain renommé. En octobre 2017, le New York Times et le New Yorker rapportent qu’une douzaine de femmes accusent Harvey Weinstein de harcèlement sexuel, d’agression sexuelle ou de viol. À la suite de ces accusations, de nombreuses autres personnalités féminines de l’industrie du cinéma l’accusent de faits similaires.

7 Selon Paolo Peverini, consultant du Secrétariat pour la communication du Vatican, au cours d’un entretien que nous avons mené à Rome le 9 novembre 2017.

8 Nous traduisons le tweet : « Dans les kiosques avec l’Osservatore Romano, le numéro estival de Donne Chiesa Mondo : la maternité comme réconciliation ».

9 Communication et manipulation impliquent l’une l’autre.

10 Sujet de l’action de croire.

11 Selon Bruno Ollivier (Gomez-Mejia 56).

12 Le schéma narratif canonique (Courtès et Greimas, 1993) permet d’organiser logiquement, temporellement et sémantiquement les éléments d’une action, représentés ou non par des programmes narratifs (PN).

13 À l’origine, en italien : « La donna non è una replica del uomo ».

14 Le faire réceptif désigne la réception en tant qu’action.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mises en scène d’enfants dans le reportage sur le congrès « Child dignity »
Crédits Captures d’écran de la vidéo Youtube https://www.youtube.com/​watch?v=1-sbeKIshiA&t=34s).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. Exemplaires du supplément Donne Chiesa Mondo
Crédits Captures d’écran du site Osservatore Romano http://www.osservatoreromano.va/​fr/​section/​femmes-eglise-monde
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 3. Post Facebook de Radio Vatican (français) pour promouvoir le combat contre la pédophilie
Crédits Capture d’écran du compte Facebook de Radio Vatican en français, fermé depuis mars 2018 dans le cadre de la réforme des médias du Vatican et la création du nouveau compte Vatican News sur Facebook
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 4. Tweet de Lucetta Scaraffia, dirigeante du supplément Donne Chiesa Mondo
Crédits Capture d’écran de la page du hashtag #DonneChiesaMondo, https://twitter.com/​search?src=typd&q=%23donnechiesamondo
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5. Tweet8 de l’Osservatore Romano pour promouvoir le supplément Donne Chiesa Mondo
Crédits Capture d’écran de la page du hashtag #DonneChiesaMondo, https://twitter.com/​search?src=typd&q=%23donnechiesamondo
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6. Carré sémiotique de la valeur de médiation du discours (Mitropoulou 2015 : 593).
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-6.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 7. Commentaire d’un usager anti-énonciataire
Crédits Capture écran du compte Twitter italien du pape https://twitter.com/​Pontifex_it
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8. Commentaire d’un usager « anti-énonciataire » sortant du cadre énonciatif du tweet
Crédits Capture d’écran du compte Twitter français du pape, https://twitter.com/​Pontifex_fr
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9. Reportage du CTV diffusé sur Youtube documentant le discours du pape
Crédits Capture écran de la vidéo Youtube https://www.youtube.com/​watch?v=IlSZjcFyoBM
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 10. Tweet du compte News.va, site agrégateur d’actualités
Crédits Capture écran du compte Twitter News.va en français, fermé depuis mars 2018 dans le cadre de la réforme des médias du Vatican et la création du nouveau compte Vatican News sur Twitter
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 11. Le compte « Annunciare in rete » (annoncer sur internet) retweete le pape
Crédits Capture écran du compte Twitter « Annunciare in rete ». https://twitter.com/​Posdste
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/3739/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angela Anzelmo, « Les médias du Vatican face aux questions féministe et de pédophilie », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3739 ; DOI : 10.4000/rfsic.3739

Haut de page

Auteur

Angela Anzelmo

Angela Anzelmo est doctorante contractuelle à l’Université de Limoges (Ceres) et à l’Università degli Studi di Roma La Sapienza (Coris) en sémiotique. Elle est chargée de cours à l’Université de Limoges et est initialement professeure de français langue étrangère.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page