Navigation – Plan du site
Religions et médias

Une Église radiophonique, Ici et maintenant

A radio Church here and now
Sébastien Poulain

Résumés

Radio Ici et Maintenant est une radio associative New Age faisant face à la « démocratisation » du religieux. Dans ce nouveau marché religieux où les individus ont toujours plus de liberté par rapport aux biens religieux, cette radio apparaît comme un guide social et spirituel quotidien pour aider ses auditeurs à trouver leur voie : une « Église radiophonique » ici et maintenant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Radio Ici et Maintenant (RIM) est fondée le 21 juin 1980, soit bien avant la fin du monopole d’Etat sur la radio française par le Président François Mitterrand. C’est une « radio libre » avant de devenir une radio locale privée associative. Elle est diffusée sur internet, par la radio numérique terrestre (RNT) et sur 95,2 MHz en Ile-de-France (fréquence partagée). 5 000 auditeurs l’écoutent quotidiennement (audience Médiamétrie au début des années 2000). Selon les dossiers du Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale français (FSER), son budget (159 775 € en 2006 dont 75 % de ressources propres et 5 % de publicité) est financé par des appels surtaxés des auditeurs, des partenariats, de la vente d’émissions, de l’organisation de conférences ainsi que des financements en provenance du FSER (42 000 € de subvention d’exploitation et 2 921 € d’aide sélective en 2012).

2Environ 36 programmes inédits y sont habituellement présentés chaque semaine par une vingtaine d’animateurs, presque tous bénévoles. Les émissions peuvent durer de 20 minutes pour une émission de musique à 7 heures pour une émission nocturne de « libre antenne » (Poulain 2008) ou une émission sur la spiritualité. Environ 50 % des émissions ont pour thème l’actualité politique, économique, sociale, écologique. Environ 10 % divers services informatiques, juridiques, culturels, musicaux. Environ 40 % la santé, la spiritualité, la parapsychologie, l’ufologie qui ont en commun la dimension spirituelle et thérapeutique (Poulain 2010).

3Dans cet article, il s’agit d’analyser les perspectives de cette radio au regard des mutations de la modernité occidentale sécularisée (Baubérot 2004 : 53) et, plus particulièrement, des nouvelles pratiques des individus face aux biens religieux (doctrines, rites, croyances…). On constate en effet une désaffiliation progressive par rapport aux religions traditionnelles qui structuraient auparavant une part importante des idées et des actes de leurs adeptes. Cette crise des religions et du sens – pensée comme un « désenchantement du monde » (Weber, Gauchet) – interroge sur les « fonctions » (Heinich) anthropologiques que celles-ci remplissaient jusqu’à présent. Sont-elles désormais prises en charge par d’autres acteurs par un phénomène de « démocratisation » (Baubérot 1983) du religieux selon lequel « [l]a production et la circulation des biens symboliques-religieux échappent de plus en plus à la régulation des institutions » (Hervieu-Léger 162) au profit des croyants, particulièrement dans les pays de tradition catholique ? L’hypothèse que nous formons ici est que les institutions médiatiques peuvent jouer un rôle dans la mutation et la « démocratisation » du religieux et remplir une partie des fonctions des religions. Il s’agit de se demander quel rôle joue un média comme RIM, que l’on peut qualifier de radio New Age – ce courant spirituel issu de la côte ouest des États-Unis qui espère un changement humain global (Ferreux) – compte-tenu des programmes diffusés (spiritualités, médecines alternatives…), du parcours (récit) et des caractéristiques de ses animateurs (néo-bouddhistes, passionnés d’ésotérisme…). Cette radio tente-t-elle, à la manière d’une « Église » (ekklesia : assemblée), de restructurer le religieux en imposant un nouveau système religieux New Age, ou contribue-t-elle au contraire à davantage le déstructurer ?

4Nous nous appuyons sur des entretiens menés avec les fondateurs de la radio, avec des animateurs, des invités, des auditeurs, sur l’étude des archives journalistiques et radiophoniques, ainsi que sur des observations au sein de la radio ou lors d’émissions produites à la Librairie de l’Inconnu, à Paris. Notre étude comporte également une observation-participante, dans la deuxième partie des années 2000, de pratiques New Age promues par celle-ci : méditations au Forum 104, salons « Vivez Nature » à La Villette, « Repas ufologiques » mensuels à la Défense, archivage ufologique au sein de l’association Sceau à Vincennes, participation au groupe spirituel Tribu Kathara animé par un auditeur…

5Nous allons d’abord présenter le mouvement New Age qui irrigue les ondes de la radio, puis indiquer comment ce mouvement a été approprié par les fondateurs de la radio, ensuite comment il apparaît à l’antenne et dans une émission en particulier.

Le mouvement New Age : un renouvellement des formes du religieux sans Église

6Le New Age ou Nouvel Age est un courant spirituel occidental qui est apparu au début des années 1960 en Californie et qui adapte des philosophies et religions orientales (Obadia) et occidentales au mouvement de la contre-culture américaine et à la tradition spiritualo-ésotérique occidentale (Ferreux). Il vise l’avènement d’un Nouvel Age d’harmonie universelle appelé par les astrologues « ère du Verseau » (Ferguson) où interagiraient écologiquement la totalité des êtres.

7Situé dans une perspective de « réenchantement du monde » (Poulain 2013), ce « sacré hors religions », « nébuleux » (Champion), « religion diffuse » (Towler, Cipriani), « religieux sans religion » (Vieillard-Baron) ou d’« après la religion » (Ferry et Gauchet), se présente comme l’aboutissement final de toute la métaphysique religieuse, et apparaît comme autonome vis-à-vis des « gardiens professionnels du sacré » (Martin 278) car dépourvu d’organisation pour l’administrer.

8Néanmoins, certains New Agers se professionnalisent et écrivent des livres (conseil en développement personnel, romans initiatiques), organisent des stages, créent des groupes (qui s’approchent parfois de la « secte »). En effet, malgré la tentation de la « démédiation » généralisée, et du fait de l’individualisme moderne (Durkheim), voire postmoderne, les individus, qui s’autonomisent par rapport aux institutions socialisatrices traditionnelles, semblent se retrouver seuls et impuissants face à la complexité de la société et un « marché du sens » très ou trop ouvert, donc en partie désemparés, voire désespérés et dépressifs (Ehrenberg). D’où un besoin de nouveaux intermédiaires pour constituer du lien social, réenchanter le monde, apprendre à vivre et trouver du sens.

Les origines New Age de la radio : genèse du « père-fondateur »

9Radio Ici et maintenant (RIM), créée à Paris en juin 1980, est une radio d’inspiration New Age. L’un de ses fondateurs, qui en est toujours le président aujourd’hui, est Didier de Plaige. Après un brevet de technicien supérieur (BTS) par correspondance en publicité (son père était à la tête d’une franchise d’Havas à Brazzaville et de trois librairies), Didier de Plaige a été successivement professeur de yoga, écrivain, journaliste, traducteur, auteur de chansons. Il a traduit le best-seller New Age de Richard Alpert Be Here Now (publié en 1971 aux États-Unis) en 1976 en France sous le titre Remember, ici et maintenant : namasté ! Alpert était un professeur de psychologie à Harvard qui assistait Timothy Leary pour tester les effets de la psilocybine, un hallucinogène. Ils sont renvoyés en 1963 pour leurs tests sur des étudiants. Richard Alpert part en Inde en 1967 pour apprendre la méditation et le yoga. À son retour aux États-Unis en 1969, Alpert, désormais appelé Ram Dass, fonde plusieurs centres consacrés à la spiritualité. L’ouvrage que traduit Didier de Plaige est issu de ce voyage et joue un rôle fondamental dans sa vie et dans celle de la radio : une version bilingue de l’ouvrage est mise sur disque 3 pouces et demi, sur le Minitel (3615 code X2001) puis sur le 1er site web de la radio (1996).

10Didier de Plaige s’inspire directement de la vie d’Alpert puisqu’il part lui aussi en Inde pour apprendre la méditation et le yoga. Il enseigne ensuite en Écosse entre 1970 et 1972 à Dumfries et au monastère Kagyupa Samye Ling, 1er centre tibétain en Occident fondé en 1967. Plaige y vit avec sa compagne et sa petite sœur. Il enseigne aussi en France, avant et après la fondation de RIM. En 1974, année d’un voyage à Sonada en Inde avec les fondateurs de la radio pour rencontrer le Lama tibétain Kalou Rinpoché (1905-1989) dans son temple, Plaige réunit 200 000 francs pour acheter le château de Plaige (d’où il tire son pseudonyme, son véritable nom étant Garanger) en Saône-et-Loire avec l’idée de créer un centre multiconfessionnel (le futur Temple des mille Bouddhas (Campergue) que Plaige appelle « Le Monastère ») et contribue à sa rénovation entre 1974 et 1978 en l’honneur de Kalou Rinpoché.

11En 1978, Didier de Plaige publie avec Jean-Marie Leduc Les Nouveaux Prophètes (chez Buchet-Chastel) qui vise à étudier « avec tolérance, mais sans complaisance » « les Maîtres et Pasteurs du Nouvel Age, d’Orient et d’Occident » en donnant leur origine, leur message, leur implantation, leurs ressources, et leurs coordonnées. Plaige souhaite faire connaître à grande échelle ces « prophètes » ainsi que leurs différentes techniques. Il se dirige donc vers les médias de masse. Dès 1977, Plaige produit (avec Guy Skornik) l’émission bimensuelle Ici et Maintenant à l’intérieur de Un sur cinq (le mercredi après-midi, de 1976 à 1978) sur Antenne 2 ainsi qu’Aujourd’hui magazine sur la même chaîne. Durant l’été 1978, à minuit, France Inter leur confie quelques émissions intitulées Ici et Maintenant, animées par Jean-Louis Foulquier. Profitant du mouvement des « radios libres » (Lefebvre 2008 ; Poulain 2016), Skornik et Plaige décident de gagner en autonomie et en temps d’antenne en créant une radio.

Le New Age de la radio : une logique de hiérarchisation ecclésiale

12RIM fait partie de ces médiateurs du religieux, à la convergence de l’« ère des médiums » (Louis) et de la « médiarchie » (Citton), qui organisent une médiation – c’est-à-dire une communication socialisatrice – entre les morts et les vivants, l’au-delà et l’ici-bas, le sacré et le croyant, la société et l’individu. Cette chaîne de radio entend aider les individus à trouver un moyen d’accéder à eux-mêmes, aux autres et au sens. Elle souhaite mettre de la vie, de l’intelligence, de la rationalité dans la réalité ; elle fait connaître des utopies et des idéologies, fournit des méthodes New Age pour accéder au sens. Elle vise à lutter contre la « crise du sens » et pour la guérison du monde par un ressourcement spirituel, communicationnel, psychologique, philosophique, symbolique (Garnoussi). Pour cela, elle promeut toutes les formes de croyances des « religions en marge » (Buxant) ou plutôt des « marges de la religion » (Rivière 10) en invitant leurs « montreurs » (Latour) à l’antenne, au quotidien, pour présenter leurs expériences, méthodes, anthropologies, éthiques, conseils, prescriptions, croyances : médiumnité (avec Henry Vignaud, Catherine Cavaya), chamanisme (avec Jan Kounen, Marie-Thérèse de Brosses, Philippe Lenaif), ufologie (voir Poulain 2010), ésotérisme (via le couple Anne Givaudan et Daniel Meurois, Patrick Burensteinas, les animateurs Jean-Paul Bourre ou feu Jean-Claude Carton), voyance (voir Poulain 2014a).

13Ainsi, la radio participe à la légitimation du « paranormal » New Age et à sa normalisation. En tant qu’institution médiatique, elle institutionnalise ce paranormal pour le socialiser, c’est-à-dire le diffuser dans la société. Elle tend vers certaines caractéristiques d’une « Église » (au sens de Troeltsch, Niebuhr et Weber) en tentant d’établir ou de rétablir de l’ordre dans le chaos symbolique. Elle recrée, à son humble niveau (ce n’est qu’une micro-institution parmi bien d’autres), de la hiérarchie (hieros et arkhê : ordonnancement du sacré) entre les différents acteurs du New Age. Elle choisit de légitimer certaines techniques plutôt que d’autres, organise un rituel grâce à sa programmation quotidienne, permet à sa communauté radiophonique de se rencontrer lors d’événements qu’elle organise ou promeut. Elle propose des « nouvelles formes de vie sociale », c’est-à-dire d’autres manières :

  • de se déplacer : par le transport collectif, non polluant, gratuit, sans puce RFID dans la carte d’identité (émission avec le « métaphysicien » Marc Cohen) ;

  • d’habiter : par le développement durable, les énergies alternatives, les écovillages (Auroville dans Ressources de Caroline Guidetti) ;

  • de s’alimenter : par le bio, le jeûne, la consom’action, le véganisme (Être Vegan dans l’émission Énergies positives de Terry) ;

  • de se soigner physiquement : par les médecines alternatives, le magnétisme, les vitamines (avec l’animateur de Nutrition, Santé, le dentiste et entrepreneur Gilbert Crussol) ;

  • de se soigner psychologiquement : par le recours à la pensée positive et au développement personnel (Charles Antoni) ;

  • de faire de la science : avec la parascience (avec Philippe Guillemant ou Jean-Pierre Petit), le paramédical, la parapsychologie, la « clairvoyance » (avec Maud Kristen) ;

  • de croire : avec l’ufologie (Poulain 2010), le spiritisme, le spiritualisme, l’ésotérisme, l’astrologie (Poulain 2014a) ;

  • d’éduquer : dans un lycée autogéré, une école Steiner (avec Isabelle Ablard-Dupin, déléguée de la Fédération des écoles Steiner) ;

  • de se cultiver : par les friches culturelles, les squats et des performances artistiques (la dimension artistique et expérimentale – voir Poulain 2014b – est importante pour RIM – comme pour beaucoup de New Agers – qui a installé son studio au Centre Pompidou entre 1984 et 1986 – voir Lefebvre 2016) ;

  • d’écouter de la musique : soit country (Keep It Country ! de Mathias Andrieu), soit world (Archipelsonics de Bruno Heuzé), soit new wave ou musique répétitive dans les années 1980 ;

  • de militer : en promouvant l’abstentionnisme, la contre-expertise critique (avec Étienne Chouard, Pierre Jovanovic, Christian Jacquiau, Sylvie Simon), la grève de la faim et la non-violence (Lefebvre 2016) ;

  • de voir la politique : par le libertarisme, l’altermondialisme et l’écologisme (avec l’association AlterCampagne), mais aussi les rumeurs et le complotisme (avec Thierry Meyssan) ;

  • de voir l’économie : par le troc sans argent (avec Philippe Landeux), l’économie solidaire et locale (avec Pama, les Paniers Marseillais), la décroissance, l’anticapitalisme, l’écosociétalisme (avec André-Jacques Holbecq)…

14À l’image des Cultural Creatives (Anderson), il s’agit de « mettre en pratique une nouvelle manière de penser, de nouvelles valeurs, un nouveau rapport à soi, au monde, à la nature, au temps ainsi qu’une nouvelle manière d’envisager le vivre-ensemble et l’organisation de la société » (De Bouver 191), grâce à la création d’un « service public idéal » (comme aimaient à le qualifier ses fondateurs) en vue du « bien-être » et de l’« éveil », de l’« épanouissement des consciences », de la « libération des tabous et des conditionnements » des auditeurs. L’ensemble fait en quelque sorte système et remplit en partie les 14 fonctions traditionnelles des religions telles qu’identifiées par la sociologue Nathalie Heinich :

  • séparation entre sacré (les choses spirituelles et les personnes qui les interprètent) et profane faite par les animateurs et les invités ;

  • figurationnelle via les « esprits », « divinités », « extraterrestres » (avec les « preuves » de leur existence dans les observations d’Ovnis, « enlèvements », « traces archéologiques » dans l’émission hebdomadaire La vague d’Ovnis de Plaige – voir Poulain 2010) ;

  • rituelle via des programmes quotidiens identiques et la présentation de rituels propitiatoires (des prières pour André Siméant) ;

  • sotériologique via l’éveil spirituel synonyme de bien-être selon Eckhart Tolle dans L’Heure anglaise ;

  • thaumaturgique via les médecines alternatives des guérisseurs (les bénédictions et appels aux miracles d’André Siméant) ;

  • cultuelle via la valorisation médiatique quotidienne des « esprits », « divinités », « extraterrestres » ;

  • sacrificielle via les jeûnes, le véganisme ou la décroissance ;

  • mystique via le « sentiment océanique », les transes, les psychotropes par l’ingestion d’Iboga (avec Yann Guignon et Bertrand Leroy sur la culture Bwiti), d’Ayahuasca (avec Armand Bernardi) ou d’une formule chimique secrète dans le roman cyberpunk Protocole oracle (Chamanéditionuméric, 2012) de Plaige ;

  • charismatique avec les animateurs et les invités talentueux à l’oral et en contact avec le surnaturel ;

  • communautaire à travers une audience fragmentée mais qui a des lieux de rencontres possibles (salons, studios, conférences) ;

  • éthique via des conseils et des prescriptions spirituels et thérapeutiques dans Santé & Spiritualité ou des débats philosophiques dans Antenne libre ;

  • culturelle via la musique métissée aux contes dans Musifiction d’Olivier Piquepé ;

  • institutionnelle via la radio et les institutions qu’elle promeut (Forum 104, Librairie de l’Inconnu) ;

  • politique via la critique des institutions modernes dans Revue de presse interactive.

15Ainsi, RIM participe d’une certaine manière de la régulation du « champ religieux » (Bourdieu), mais cette hiérarchisation, cette structuration, cette ritualisation sont de faible intensité. Cette « Église radiophonique » – à l’image d’ailleurs du mouvement New Age – est peu formalisée, stabilisée, unifiée, contraignante. Elle ressemble souvent plus à un « supermarché » de la croyance et des idées (à l’image des salons « Vivez Nature » ou « Marjolaine ») qu’à une « Église » : y sont proposées presque indistinctement (car celles comportant une dimension spirituelle sont privilégiées) des thérapies psychologiques et parapsychologiques, médicales et paramédicales, « normales » et paranormales pour résoudre les problèmes des auditeurs. Ces derniers y viennent se nourrir spirituellement en choisissant parmi toutes les manières d’être et de penser ; ils y accumulent et y sélectionnent des stratégies d’action thérapeutiques, religieuses ou non. Ainsi, la radio permet de recharger sa vie en espoir, en rêves, en magie, en sens pour sécuriser ses croyances, pacifier ses émotions, reprendre confiance en soi, réenchanter le monde… Elle propose des stratégies, des techniques, des outils symboliques, psychologiques, matériels, spirituels pour donner sens à sa vie et mieux être grâce à différents types d’émissions. Par exemple de longues émissions Antenne libre nocturnes où les auditeurs philosophent sur le sens de l’existence, leur relation au sacré, leurs croyances, l’éthique…

16D’autres émissions diurnes ou nocturnes font intervenir des « guérisseurs » (médiums, astrologues, numérologues…) comme Santé & spiritualité qui a plus de 15 ans d’existence et qui fait partie d’une longue tradition d’émissions similaires qui structurent la programmation et l’idéologie de la radio : Énergies positives, Ressources, Nutrition, Santé, Plus près des étoiles, Entrez dans le rêve…, De bouche à oreille, Parcours Santé, Science et conscience, Mieux-être & spiritualité, Santé/rêves… Après s’être présentés – leurs parcours, leurs philosophies, leurs technologies, leurs méthodes – les guérisseurs donnent des conseils thérapeutiques, spirituels, relationnels et professionnels aux auditeurs au téléphone. Ces conseils doivent les aider à se protéger, mais aussi à protéger leurs proches, voire la société et la terre entière, et à trouver des réponses à leurs questions pour continuer ou recommencer à « avancer » dans leur vie. Ces intervenants sont plus ou moins professionnels, plus ou moins idéologues, et soutiennent plus ou moins l’utopie de « l’ère du Verseau », comme beaucoup de New Agers (Ferreux).

17L’aspect religieux et émotionnel promu ne va pas sans des aspects de socialisation qui peuvent éventuellement avoir des effets thérapeutiques… Le « réenchantement du monde » est aussi un « ensorcellement du monde » (Cyrulnik), c’est-à-dire une forme d’interdépendance des uns envers les autres. Beaucoup d’auditeurs appellent la radio surtout pour être avec les autres, partager leurs sentiments, leurs souffrances et leurs idées : ils souhaitent en effet être écoutés et écouter les autres pour trouver des moyens de réagir face à leurs doutes existentiels et aux évolutions sociétales. Contrairement à d’autres formes d’institutions religieuses, cette radio est toujours ouverte, animée, en mouvement, active. Elle constitue un espace polytechnique de socialisation (Poulain 2008, Sloterdijk), c’est-à-dire un espace présentant de multiples techniques permettant d’être en société pour des auditeurs pouvant se trouver en situation de désocialisation : chômage, retraite, dépression, solitude, maladie, souffrance, deuil…

18Ainsi, ce « service public idéal » radiophonique permet au religieux de s’exprimer et aux auditeurs d’être accompagnés pour lutter contre la « crise du sens » qui peut se produire notamment lors d’une « rupture biographique ». Mais cette liberté plus ou moins encadrée a une contrepartie : les animateurs et auditeurs ne supportent pas ceux qui sont accusés de nuire à cette « liberté ». La « liberté » religieuse, que propose cette radio et le mouvement New Age, est avant tout une liberté par opposition aux autorités religieuses existantes et établies.

19Suivant « l’idéologie d’une “vérité personnelle” » (Paquette), la spiritualité New Age est caractérisée par un approfondissement du sentiment religieux hors de toute hiérarchie préétablie, c’est-à-dire contre toutes les autorités religieuses traditionnelles, à commencer par les autorités catholiques. Au sein des New Agers et de la radio, on préfère toutes les religions à la religion catholique car celle-ci s’occuperait plus de politique, d’économie ou de morale que de religieux, de sacré ou de spiritualité. Elle placerait les médiateurs que sont les prêtres entre les croyants et Dieu alors que ce qui est considéré par les New Agers comme la « modernité » doit aboutir à une relation directe et immédiate à Dieu ou du moins à la spiritualité suivant la technique du channeling : l’humain comme canal d’expression direct du divin.

20On peut le voir dans l’émission Santé & spiritualité animée actuellement par Morgane. Certaines émissions ont été consacrées à la série d’ouvrages Conversations with God, publiés entre 1996 et 2017. Ce texte a pour auteur Neale Donald Walsch, mais il est présenté comme une conversation entre lui et Dieu, à l’exception de Communion With God : An Uncommon Dialogue (2000) où seul Dieu parlerait. Walsch ayant cédé les droits, les trois premiers tomes ont été lus en 2008 par l’animateur Laurent Fendt, en 18 émissions, soit 26 heures ! Ce programme est diffusé depuis le 24 septembre 2017 tous les dimanches dans « Santé & Spiritualité ». Mais c’est en direct une fois par mois dans cette émission qu’André Siméant (« Psycho-conseil guérisseur » et « chef d’entreprise ») interroge « La Source, Dieu, l’Esprit » (« Mon Dieu que réponds-tu à Louise ? ») et même devient Dieu (du moins son canal) pour donner – suite à une transition explicative (« Dieu te parle ») – ses prescriptions (Serge devra renoncer à une cigarette tous les deux jours pour arrêter de fumer) et bénédictions (« Je te bénis de tout mon amour, de toute ma lumière et que cela est. »).

21Les émissions donnant la parole aux auditeurs sur l’actualité (Antenne libre, Revue de presse interactive, Vox Populi) et celles donnant des conseils thérapeutiques (Santé & spiritualité), qui structurent la grille de la radio depuis l’origine, sont les deux faces d’une même pièce : les premières critiquent la société de « l’ère du Poisson » – faite de guerres, de violences, de haines et d’incompréhensions, de complots, de malheurs… –, qui a débuté en 1413 et doit s’achever en 3573 selon l’anthroposophe Rudolf Steiner ; les secondes recherchent des solutions pour faire advenir « l’ère du Verseau ». Comme les « montreurs » de microbes pastoriens (Latour), les « montreurs de New Age », qui dévalorisent « l’ère du Poisson » et valorisent « l’ère du Verseau », parviennent à vivre des idées et pratiques New Age en démontrant leur utilité, leurs apports et leur efficacité et en parvenant à convaincre d’autres personnes de les suivre.

Le New Age d’une émission : un « pape » au micro chaque matin

22Approfondissons le cas du « montreur de New Age » Eckhart Tolle, désormais à l’antenne de la radio depuis plus de 12 ans. Eckhart Tolle (son prénom constitue un hommage au philosophe et mystique allemand médiéval Maître Eckhart ; son nom véritable est Ulrich Leonard Tolle) est un Allemand, catholique à l’origine, vivant à Vancouver. Il dit avoir fait l’expérience d’une « transformation intérieure » une nuit de 1977, à 29 ans, après avoir souffert de longues périodes de dépression à tendances suicidaires. Il aurait par la suite vu et interprété le monde différemment, arrêté sa thèse de littérature à l’Université de Cambridge en Angleterre et emprunté un chemin spirituel d’où a découlé la publication de plusieurs ouvrages internationaux New Age s’inspirant du bouddhisme zen, du soufisme, de l’hindouisme et de la Bible. Ainsi de A New Earth : Awakening to Your Life’s Purpose (2005), qui aurait été vendu à 5 millions d’exemplaires, ou The Power of Now : A Guide to Spiritual Enlightenment (1997) qui aurait été vendu à 3 millions d’exemplaires en 34 langues, et qui a pour titres de chapitres : 1. Vous n’êtes pas votre mental ; 2. Se sortir de la souffrance par la conscience ; 3. Plonger dans le moment présent ; 4. Les stratégies du mental pour éviter le moment présent ; 5. La présence en temps qu’état ; 6. Le corps subtil ; 7. Diverses portes d’accès au non-manifeste ; 8. Les relations éclairées ; 9. Au-delà du bonheur et du tourment : la paix ; 10. La signification du lâcher-prise. Ces ouvrages l’ont conduit à donner de nombreuses conférences. Il a été invité sur le plateau du talk show d’Oprah Winfrey, qui a largement fait sa promotion. En 2008, elle a organisé un webinaire avec lui à propos de A New Earth en 10 semaines (chapitre par chapitre) via le site web Oprah.com où il y a eu plus de 35 millions de connexions. Cette conversation, où les internautes pouvaient intervenir via Skype et où un temps était réservé à la méditation, a fait l’objet de plusieurs diffusions en 10 épisodes dans l’émission quotidienne Santé & Spiritualité (17 h 30-19 h 00) de RIM depuis les années 2010. Eckhart Tolle a également été invité au « Sommet sur la Paix » à Vancouver organisé par le Centre dalaï-lama pour la paix et l’éducation en 2009, il a rencontré Ram Dass en 2011 à Hawaï pour dialoguer en direct et public sur le réveil spirituel et la transformation de la conscience.

23Sa webtv, lancée en juillet 2010, s’appelle aujourd’hui Eckhart Tolle Now (il fallait débourser $ 14.95 par mois pour regarder les vidéos sur le site et $ 19.95 pour les télécharger en 2010 ; $ 19.95 pour pouvoir seulement les regarder en 2017). Elle contient plus de 200 heures d’enseignements de Tolle et de sa femme Kim Eng, spécialiste de « Qi Flow Yoga ». Le site internet vend 23 produits DVD (environ $ 15 par DVD), 43 produits CD ($ 13 le CD), 72 produits de téléchargements audios ou vidéos, 10 livres dont 4 d’auteurs (psychologues, thérapeutes, éducateurs) qu’Eckhart Tolle édite et préface. Des enregistrements d’enseignements sont diffusés depuis le milieu des années 2000 sur RIM dans l’émission quotidienne L’Heure anglaise entre 6 h 00 et 7 h 00 (qui est une heure souvent conseillée pour faire de la méditation). Tolle y donne des conseils pour dépasser ses souffrances, combattre l’« ego », contrôler ses émotions, atteindre le bonheur, s’ouvrir aux autres, s’éveiller spirituellement… Il propose à ses auditeurs de se focaliser sur le moment présent plutôt que le passé ou le futur, de regarder le monde autrement. Il s’efforce de leur apprendre à être et à réinventer sa vie, à séparer la pensée et la conscience, dans une perspective qui consiste à reprendre la substance spirituelle « intemporelle » des religions et non ce qu’elles sont devenues (sujet de division, substance spirituelle obscurcie, une part de la folie).

24Auparavant, « l’Heure anglaise » avait également diffusé Stupid White Men du documentariste Michael Moore (du 4 au 13 juin 2004), 1984 de George Orwell (en 14 épisodes de 40 minutes en mai 2004), Le Livre Tibétain de la Vie et de la Mort du lama Sogyal Rinpoché (du 1er au 8 mai 2004), des textes de l’écrivain mystique et promoteur de psychotropes psychédéliques Carlos Castaneda (en avril 2004), et, bien sûr, « pratiquement l’intégrale des enregistrements [des] conférences » d’Alan Watts (promoteur du bouddhisme zen et l’un des pères de la contre-culture américaine).

Conclusion

25Les religions sont des machines symboliques – « communicationnelles » (Douyère) – qui ont des effets concrets prescriptifs sur la totalité de la réalité qu’elles décrivent et interprètent. La « démocratisation » du religieux restreint, limite, refoule officiellement les logiques antagonistes, hégémoniques, prosélytes, impérialistes (Godin 259) que les monothéismes portent pourtant en leur sein. Ces dernières continuent cependant de se manifester, particulièrement dans les médias qui ont imposé en grande partie leur logique aux religions (Dagenais, Malherbe, Delporte). De fait, cette « démocratisation » semble nécessiter d’organiser le partage du sens et la coexistence de diverses formes religieuses modernes qui peuvent être soit très organisées (les sectes et religions), soit très peu organisées (la religiosité New Age).

26Parmi bien d’autres micro-institutions de la nébuleuse New Age, RIM tente de jouer un rôle de guide ecclésial : constatant l’inefficacité et le danger (pollution, corruption, inégalités, violence, pauvreté…) des solutions des « méso-guides » (institutions politiques, religieuses, scientifiques traditionnelles), elle donne la parole à des « micro-guides » (chamans, ufologues, numérologues…) qui proposent des « micro-solutions » New Age de réformation de soi et promeuvent les « macro-solutions » de « macro-guides » (maîtres spirituels, dieux, esprits, extraterrestres), espérés comme les seuls capables de faire advenir un Nouvel Age de l’Humanité.

27Toutefois, ce rôle de guide ecclésial radiophonique messianique et millénariste est ambigu : la radio tente d’un côté d’ordonner ce religieux inorganisé grâce à différentes propositions symboliques susceptibles de lutter contre la « crise du sens » sociétale qui devient mondiale, mais, d’un autre côté, de participer tout aussi bien à son entretien et son accélération de par le caractère alternatif, libertaire, contre-culturel, complotiste et critique des idées et pratiques New Age qu’elle promeut.

POULAIN Sébastien, 2008, « Guérir de la société grâce à la radio : usages des libres antennes de Radio Ici et Maintenant », dans Actes des travaux du groupe de travail « Sociologie de la communication », XVIIIe Congrès AISLF, 80-87. Disponible sur https://goo.gl/​GrksiQ, consulté le 9 avril 2018.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON Sherry et Ray Paul, 2000, The Cultural Creatives : How 50 million People Are Changing the World, New York, Harmony Books, 370 p.

BAUBEROT Jean, 1983, « Religion diffuse et sécularisation », Archives de sciences sociales des religions, 56 : 2, 195-198. Disponible sur https://www.persee.fr/doc/assr_0335-5985_1983_num_56_2_2298, consulté le 9 avril 2018.

BAUBEROT Jean, 2004, Laïcité 1905-2005, Entre passion et raison, Paris, Le Seuil, 288 p.

BOURDIEU Pierre, 1971, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, 12 : 3, 295-334.

BUXANT Coralie, CASALFIORE Stefania, CHRISTIANS Louis-Léon et SAROGLOU Vassilis, 2005, Mouvements religieux contestés. Psychologie, droit et politiques de précautions, Gand, Academia Press, 216 p.

CAMPERGUE Cécile, 2013, « Le bouddhisme tibétain en France », Histoire, monde et cultures religieuses, 25, 137-168. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses-2013-1-page-137.htm, consulté le 9 avril 2018.

CHAMPION Françoise, 2004, « Logique des bricolages : retours sur la nébuleuse mystique-ésotérique et au-delà : Socio-anthropologie de la rencontre des médecines », Recherches sociologiques, 35 : 1, 155-169.

CIPRIANI Robert, 2017, Diffused Religion : Beyond Secularization, London, Palgrave Macmillan, 276 p.

CITTON Yves, 2017, Médiarchie, Paris, Le Seuil, 398 p.

CYRULNIK Boris, 2001, L’ensorcellement du monde, Paris, Odile Jacob, 304 p.

DAGENAIS Bernard, 1996, « Les médias ont imposé une nouvelle logique à la religion », Communication et organisation, 9. Disponible sur http://journals.openedition.org/communicationorganisation/1840, consulté le 9 avril 2018.

DE BOUVER Emeline, 2011, « La simplicité volontaire », La Consommation critique, Paris, Desclée de Brouwer, 171-194.

DELPORTE Christian, 2017, « Les médias religieux en France : une petite histoire », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/histoire/article/les-medias-religieux-en-france-une-petite-histoire-9750, consulté le 9 avril 2018.

CYRULNIK Boris, 2001, L’ensorcellement du monde, Paris, Odile Jacob, 304 p.

DAGENAIS Bernard, 1996, « Les médias ont imposé une nouvelle logique à la religion », Communication et organisation, 9. Disponible sur http://journals.openedition.org/communicationorganisation/1840, consulté le 9 avril 2018.

DOUYERE David, 2017, « Communication et religions : quelle place pour les médias confessionnels ? », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/idees/article/communication-et-religions-quelle-place-pour-les-medias-confessionnels-9747, consulté le 9 avril 2018.

DURKHEIM Emile, 1967 [1897], Le Suicide. Etudes de sociologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 462 p.

EHRENBERG Alain, 1998, La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 320 p.

FERGUSON Marilyn, 1981, Les Enfants du Verseau : pour un nouveau paradigme, Paris, Calmann-Levy, 340 p.

FERREUX Marie-Jeanne, 2000, Le New-Age. Ritualités et mythologies contemporaines, Paris, L’Harmattan, 266 p.

FERRY Luc et GAUCHET Marcel, 2004, Le religieux après la religion, Paris, Grasset & Fasquelle, 143 p.

GARNOUSSI Nadia, 2005, « Le développement de nouvelles ressources de sens “psycho-philo-spirituelles” : dérégulation des savoirs et nouvelle offre idéologique », Social Compass, 52 : 2, 197-210.

GAUCHET Marcel, 1985, Le Désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 306 p.

GODIN Christian, 1998, La Totalité. Tome II : Les Pensées totalisantes : La Religion, les représentations globalistes du monde, le savoir total et l’encyclopédisme, Seyssel, Champ Vallon, 658 p.

HEINICH Nathalie, 2017, « Pour en finir avec “le religieux” : vers une analyse fonctionnelle des religiosités actuelles », ¿ Interrogations ?, 25. Disponible sur http://www.revue-interrogations.org/Pour-en-finir-avec-le-religieux, consulté le 9 avril 2018.

HERVIEU-LEGER Danièle, 1993, La Religion pour mémoire, Paris, Le Cerf, 274 p.

LATOUR Bruno, 1984, Les Microbes. Guerre et paix, Paris, Métaillié, 281 p.

LEFEBVRE Thierry, 2008, La Bataille des radios libres, Paris, Nouveau Monde, Ina, 421 p.

LEFEBVRE Thierry, 2016, « En direct de Télédiffusion de France », Les Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, 129, 35-54.

LOUIS René, 1989, L’ère des médiums. Enquête sur une croyance : le paranormal, Paris, Autrement, 230 p.

MALHERBE Clément, 2017, « Comment les religions ont trouvé leur place à la radio et la télévision », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/television/article/comment-les-religions-ont-trouve-leur-place-la-radio-et-la-television-9743, consulté le 9 avril 2018.

MARTIN David, 1978, A General Theory of Secularization, Oxford, Blackwell, 353 p.

OBADIA Lionel, 2017, « Les médias bouddhistes en France, en ordre dispersé », Ina Global. Disponible sur http://www.inaglobal.fr/television/article/les-medias-bouddhistes-en-france-en-ordre-disperse-9766, consulté le 9 avril 2018.

PAQUETTE Didier, 1990, « Les nouveaux obscurantismes », Raison présente, 95, 127-132.

POULAIN Sébastien, 2010, « La fabrique des extraterrestres », Mots. Les langages du politique, 92, 57-66. Disponible sur http://mots.revues.org/index19401.html, consulté le 9 avril 2018.

POULAIN Sébastien, 2013, « Le réenchantement du récit radiophonique comme réenchantement du monde », Recherches en Communication, 37, 143-158.

POULAIN Sébastien, 2014a, « Retour vers le futur ou l’ascendance radiophonique de Madame Soleil », Radiography, 21 juin. Disponible sur http://radiography.hypotheses.org/1312, consulté le 9 avril 2018.

POULAIN Sébastien, 2014b, « Radio Ici et Maintenant, pionnière en expérimentations », dans Th. Lefebvre (dir.), Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, 121, 51-94.

POULAIN Sébastien, 2016, « Les radios libres ou la diabolisation de la FM : qu’est-ce que libérer la parole veut dire ? », dans Th. Lefebvre et S. Poulain (dir.), Radios libres, 30 ans de FM : la parole libérée ?, Paris, INA/L’Harmattan, coll. « Les médias en actes », 81-106.

RIVIERE Claude, 2008, Socio-anthropologie des religions, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 190 p.

SLOTERDIJK Peter, 2011, Tu dois changer ta vie !, Paris, Libella – Maren Sell, 645 p.

TOWLER Robert, 1974, Homo Religiosus : Social Problems in the Study of Religion, London, Constable, 206 p.

VIEILLARD-BARON Jean-Louis, 2001, La religion et la cité, Paris, PUF, coll. « Intervention philosophique », 252 p.

WEBER Max, 1964 [1904], L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 341 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Poulain, « Une Église radiophonique, Ici et maintenant », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3743 ; DOI : 10.4000/rfsic.3743

Haut de page

Auteur

Sébastien Poulain

Sébastien Poulain est docteur en sciences de l’information et de la communication, chercheur associé au Mica (Université Bordeaux Montaigne) et enseignant (Université Sorbonne Nouvelle, Université Paris 8, Université catholique de l’Ouest). Il est trésorier du Groupe d’études et de recherches sur la radio (Grer). Co-fondateur de la revue Radiomorphoses.fr et des blogs LesRadiosLibres, RadioduFutur, il a dirigé l'ouvrage Radios libres, 30 ans de FM. La parole libérée ? (2016), ainsi que les dossiers consacré à « La radio du futur » (Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, 132, 2017) et aux « Acteurs des radios locales » (CHR, 135, 2018). Courriel : Sebastien.Poulain@gmail.com. Twitter : https://twitter.com/Seb_Poulain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page