Navigation – Plan du site
Dossier

Nouveaux décodages high-tech des émotions : une perspective critique

Stéphane Amato

Résumés

Cet article s’ouvre par l’établissement d’un lien possible entre décodage des communications non verbales et l’apparition de nouveaux dispositifs de monitoring des émotions. Il commence par décrire un électroencéphalographe et une souris d’ordinateur de nouveaux types qui seraient en capacité d’interpréter des affects d’individus. Ensuite, une théorie des émotions est abordée pour montrer combien il semble improbable de prétendre décrypter des émotions sans la prise en compte des contextes et des situations d’interaction ou de communication. Une tentative de projection dans d’hypothétiques cas d’usage est alors faite, du point de vue d’acteurs de taille importante disposant de données agrégées. L’article se referme sur une invitation à une véritable pensée critique quant à ces nouvelles technologies annoncées comme capables de décoder des émotions, tout comme cela peut d’ailleurs se faire concernant le neuromarketing.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans cet article, nous commençons par utiliser des termes relativement proches concernant différent (...)

1Certains font commerce, aujourd’hui et dans diverses organisations, du décodage des communications non verbales. La plupart d’entre eux sont qualifiés de gourous par Lardellier (2017) : leurs objectifs ne seraient pas des plus nobles – il s’agirait souvent de chercher à dominer l’autre – et surtout, selon le chercheur, les techniques de décodage, ou d’interprétation de signes non verbaux, ne prendraient que certains habits du monde académique et reposeraient fréquemment sur des techniques dérivant principalement de pseudosciences. L’un des griefs à leur encontre porte sur l’interprétation de sentiments1 à partir de signes sans que les contextes d’interaction ou de communication ne soient pris en compte.

2Technicisation et digitalisation de la société obligent, d’autres acteurs se sont mis en quête du même type d’objectif avec des moyens différents : l’interprétation et la labellisation d’émotions d’individus, au moyen de différents dispositifs (le terme pourrait ici être utilisé quasiment dans son acception foucaldienne) « modernes ».

3Dans ce texte, nous nous proposons de décrire sommairement deux de ces dispositifs ; ensuite, nous mettons au jour certaines limites des soubassements sur lesquels ils s’appuient. Puis nous cherchons à illustrer certaines des dérives qui pourraient conduire la généralisation de ces dispositifs. Pour ce faire, nous mobilisons des notions, concepts, et théories tels que réception et usages des technologies de l’information et de la communication, théories des émotions notamment tirées du champ de la psychologie, ou encore utilisation de traces d’interaction (agrégation, mise en contexte, exploitation, etc.).

4Il s’agit, en fait, de traiter d’usages de NTIC avec une orientation notamment psychosociale, en commençant par « une optique micro ». L’approche plutôt micro-interactionnelle développée, plaçant le sujet social au centre des réflexions, cherche à « […] théoriser et étudier empiriquement l’interaction contextualisée des trois pôles production-dispositif (discours)-réception » (Courbet, Fourquet-Courbet, Chabrol, 2006), le tout dans un contexte pragmatique (économique et politique), pour viser cet objectif et aussi créer un lien « micro-macro ».

5La thèse que nous défendons dans ce qui suit est alors celle de la faible pertinence de « promesses marketing » liées à certains appareillages prétendant décoder les émotions.

Deux dispositifs « modernes » de monitoring émotionnel

Le cas d’une souris aux fonctionnalités originales

6Les souris d’ordinateur que nous connaissons aujourd’hui nous paraissent presque « naturelles », un peu comme des extensions (ou augmentations) de nos corps voire de nos pensées, indispensables lorsqu’il s’agit d’interagir avec les interfaces graphiques d’ordinateurs. Si l’histoire retient que l’objet a été inventé en 1963, ce dernier a bien évolué pour prendre la forme qu’on lui connaît aujourd’hui : un boîtier, principalement de pointage, souvent équipé de boutons et d’une mollette auxquels sont attribuées différentes fonctions d’interaction. Toujours est-il que cet objet s’est imposé dans notre quotidien et que les améliorations apportées par les ergonomes font que nos mains épousent spontanément sa courbe, sans que nous n’y prêtions la moindre attention.

7En 2014, une société spécialisée a lancé une campagne de financement participatif destinée au développement d’une souris particulière, équipée, à la surface du boîtier, d’un capteur de fréquence cardiaque et d’un capteur d’activité électrodermale. Grossièrement et concernant ce dernier, il s’agit de mesurer l’activité électrique de la peau, celle-ci variant en fonction du système nerveux autonome (autrement appelé végétatif), lui-même influant sur les glandes sudoripares (i.e. transpiration) et c’est donc en fait la conductance cutanée qui est réellement mesurée.

8À titre indicatif, le système nerveux autonome se décompose notamment en système nerveux orthosympathique et en système nerveux parasympathique. Pour simplifier, le système orthosympathique est activé lorsque l’organisme se prépare ou fait face à une stimulation tandis que l’activation du système parasympathique correspond plutôt à une réponse de relâchement.

9Ce modèle était accompagné d’un argumentaire présentant, parmi d’autres points : la possibilité de mesurer son niveau de stress en temps réel, le monitoring de la fréquence cardiaque, le compte de quelques actions (clics, distance parcourue par la souris…), une interface de superposition en transparence de ces informations durant une activité vidéoludique, la possibilité de partager ces données et autres statistiques à des amis et communautés choisies (en participant par là même à un « partage social des émotions », cf. Rimé, 2009).

10Si l’une des ambitions affichées est de permettre de mieux comprendre ses réactions et d’optimiser sa façon de jouer, une autre a été formulée : dans des jeux en équipe demandant énormément de réactivité, de sens de la décision, mais aussi beaucoup de sang-froid (tels certains MMOFPS, c’est-à-dire massively multiplayer online first-person shooter pour jeux vidéo massivement multijoueurs basés sur le principe de tir à la première personne), il est permis d’identifier des joueurs qui, dans des situations qui pourraient s’avérer extrêmement anxiogènes, paraissent conserver leur sang-froid et ne pas (trop) stresser. Ce qui peut ici paraître anecdotique l’est beaucoup moins si l’on considère la professionnalisation et les gains financiers de certains joueurs, ou si l’on observe que le Comité International Olympique (CIO) n’ignore plus les « sports électroniques ».

  • 2 Ce service permet notamment à des spectateurs (ou viewers) tiers de visionner en direct des jeux vi (...)
  • 3 Civera David, tom’s hardware. [En ligne]. Édité le 21 septembre 2016 [Page consultée le 12 février (...)

11En attendant et pour l’heure, cette souris est très clairement positionnée pour s’adresser aux gamers avertis. Certaines communications autour du dispositif semblent en attester : « Souris Naos QG : mesurer son rythme cardiaque en jouant sur Twitch2. Plus la peine d’essayer de paraître cool face à un jeu stressant, cette souris mesure votre rythme cardiaque pour dire exactement ce que vous ressentez.3 »

12Ce positionnement paraît cohérent avec d’autres attributs techniques du produit : il s’agit d’une souris filaire, équipée de 7 boutons programmables ; elle peut mémoriser jusqu’à 5 profils différents, elle dispose d’un capteur optique de 12 000 dpi (dots per inch pour point par pouce) avec un temps de réponse de 1 milliseconde, et un taux de rafraîchissement de 1 000 Hz. Bref, autant de caractéristiques recherchées par les joueurs exigeants et en quête de performances que n’offrent pas les souris classiques, par exemple celles destinées à un usage orienté bureautique.

13In fine, concernant cette souris, la valeur ajoutée principale mise en avant est bien le monitoring du stress…

Le cas d’un électroencéphalographe aux fonctionnalités originales

14L’électroencéphalographie (EEG) est une technique d’enregistrement de certaines activités électriques du cerveau. Elle fut initialement utilisée à des fins médicales (elle est utilisée dans le cadre d’épilepsies, pour investiguer certains troubles du sommeil, etc.) à partir des années 1950. Il s’agit en fait d’une interface neuronale non invasive (i.e. il n’y a pas d’effraction) qui nécessite de poser un certain nombre d’électrodes (jusqu’à 256 environ) surtout sur le scalp de l’individu qui fait l’objet de l’examen. Si les médecins ont coutume d’écrire qu’il s’agit d’une technique simple, sa mise en œuvre demande tout de même certaines précautions, parmi lesquelles l’exfoliation de certaines zones (cf. cellules mortes, graisse…), choix d’un « casque » de bonne taille, placement des électrodes dans des zones très précises, etc. Plus tard, les signaux sont recueillis (il y a réceptions d’électricité et non décharge) sur une bande de papier, avant interprétation par un neuroscientifique. Seront par exemple étudiés les rythmes cérébraux, ces derniers pouvant fournir des indicateurs d’« états mentaux » (par exemple, les ondes Bêta, approximativement situées entre 12 et 45 Hz, seraient souvent associées à des états de concentration ou d’anxiété). Toujours est-il que ce type de pratique exige à la fois expertise et temps de mise en œuvre.

15En 2011, une société spécialisée (elle n’est pas la seule à se positionner sur ce créneau) s’est créée pour développer des dispositifs couplant électroencéphalographie « low cost » et logiciels destinés à simplifier la visualisation des données recueillies. Il s’agit donc d’une logique de popularisation d’une technique au départ complexe et destinée à des spécialistes. À l’heure actuelle sont commercialisés deux principaux dispositifs d’électroencéphalographie :

  • le discours commercial qui accompagne le premier semble le destiner à un public de chercheurs. Il est équipé de 14 capteurs et une liaison Bluetooth permet la transmission des données recueillies vers un dispositif informatique ;

    • 4 À toutes fins utiles, l’auteur de cet article tient à préciser qu’il dispose des dispositifs qu’il (...)
    • 5 Traduit par nous-même à partir de l’anglais fitness.

    le discours commercial qui accompagne le second semble plutôt l’orienter vers un public soucieux de bien-être et d’équilibre personnel, en recherche de meilleurs états de relaxation, par exemple. Il est équipé de 5 capteurs à sec (pratiques à poser) et lui aussi, d’une liaison Bluetooth qui permet la transmission des données recueillies vers un dispositif informatique (ordinateur, smartphone…). On notera qu’il est extrêmement facile à installer4 et que cet aspect tendrait à favoriser une large popularisation, surtout auprès de personnes sensibles aux wearable technologies ou bien à tout ce qui relève du quantified self. À ce propos, une des « promesses marketing » affichées sur la documentation du produit est : « Améliorez la forme5 de votre cerveau. »

16Un des points communs de ces deux casques d’électroencéphalographie « low cost » est de chercher à détecter et à quantifier l’activité cérébrale liée à 6 paramètres mêlant, de façon peu précise, des aspects émotionnels et cognitifs. Nous livrons ci-dessous la façon dont ces paramètres sont labellisés ou étiquetés (le texte anglais est traduit par nous-même) ainsi que ce que ces 6 items recouvrent, selon la société.

  • Stress : il s’agit d’une mesure qui montre au sujet s’il est à l’aise vis-à-vis du défi auquel il est confronté ;

  • Excitation : ici, peu de précision est fournie pour expliciter cet étiquetage, il est néanmoins précisé qu’il s’agit d’une émotion ;

  • Relaxation : la mesure est censée illustrer la capacité à se déconnecter et à atteindre un état d’esprit apaisé ;

  • Concentration : la donnée visualisée doit illustrer combien le sujet est capable de se focaliser sur une tâche et ignorer d’éventuelles distractions ;

  • Intérêt : on veut mesurer si le sujet apprécie ou pas un stimulus de tout ordre (vidéo, etc.) ;

  • Engagement : ici, on cherche à évaluer le niveau d’immersion dans une expérience.

17L’ensemble de ces informations est restitué sur différentes interfaces et de différentes façons (scores bruts, courbes chronologiques montrant les évolutions d’état au fil d’une session d’enregistrement…), avec un design soigné et attractif.

Quand le cœur a ses raisons et que la raison a bien du mal à interpréter… ou le difficile lien entre cognitions et émotions

Éléments de taxinomie des émotions

18Dans le langage courant (i.e. non scientifique), le stress serait une émotion, et l’émotion serait quasiment synonyme de sentiment.

19Cosnier (1994) parle d’« éprouvés psychiques » ou bien d’affects lorsqu’il s’agit de tracer un cadre définitoire quelque peu ouvert : ils « […] consistent en états mentaux que j’appellerai affects. Certains, de durée limitée, résultent d’une induction événementielle précise (par exemple, la joie provoquée par une bonne nouvelle). Ce sont les émotions de base et leurs dérivés. D’autres, plus durables, sont liés à des relations plus qu’à des événements ; ils sont appelés sentiments (par exemple la sympathie que l’on porte à un ami) » (p. 14).

20Le stress (à ne pas confondre avec l’anxiété ou l’angoisse) revêt souvent des connotations péjoratives. La notion est débattue dans les champs de la psychologie ou bien de la psychiatrie, lorsqu’il s’agit d’en avoir une perception d’une finesse qui dépasse notre propos. Pour notre part, nous nous satisferons d’une conception minimaliste du stress – mais néanmoins juste et qui se rapprocherait de celle de Lazarus – qui consiste à le considérer comme une réaction face à un stimulus excessif par rapport aux ressources de l’individu considéré ; soit à percevoir la situation ou le contexte qui ont conduit à ladite réaction.

21Que cela soit en médecine ou en psychologie, on considère 3 dimensions au stress : physiologique, psychologique, comportementale. Imaginons une situation fictive, à des fins d’illustration. Si une forme qui ressemble à celle d’un prédateur pénètre brutalement dans un amphithéâtre, la chaîne de réactions qui suivra devrait ressembler à la suivante : stimulation du système orthosympathique (accélération du rythme cardiaque…), évaluation de la situation à partir (1) d’un nombre restreint d’éléments de contexte (sur un mode heuristique vs. systématique, compte tenu du sentiment d’urgence perçu) et (2) d’états internes (ici : (1) prédateur et mouvements de foule + (2) tachycardie <-> peur), fuite.

22S’il en va un peu autrement des émotions que du stress, nous retiendrons ici les éléments suivants :

  • S’agissant de qualifier le stress, on considérera soit le stimulus, soit l’état résultant ;

  • 3 dimensions sont en jeu : physiologique, psychologique, comportementale ;

  • La dimension physiologique, dans certaines circonstances, est la plus aisée à mesurer, comparer, etc.

  • Il n’est pas évident de déterminer – et s’agissant de ne traiter que d’émotions par la suite, il nous paraît capital de le préciser ici – si c’est l’état physiologique (en fait, dans l’exemple pris, la prise de conscience d’une accélération de la fréquence cardiaque) qui influence l’état psychologique ou bien l’inverse.

23Si les émotions sont difficiles à appréhender, il convient néanmoins ici de fixer quelques points de repère permettant d’en connaître et d’en comprendre quelques aspects essentiels :

  • De longue date, on a cherché à établir et à labelliser les émotions humaines. Par exemple, Descartes (1990), au XVIIe siècle, dans son célèbre traité philosophique, distingue 6 émotions de base : l’admiration, l’amour, la haine, le désir, la joie, la tristesse ;

  • Plus tard, Darwin cherchera à montrer le caractère universel, inné et communicatif des émotions. Avec Duchenne de Boulogne (ce dernier deviendra connu pour avoir donné son nom à une forme de myopathie, mais il donnera aussi son nom au fameux « sourire de Duchenne »), ils travailleront sur les expressions faciales exprimant des émotions. On notera avec attention que ce moment marque les débuts du « décodage » des émotions, à partir d’éléments corporels ;

  • À la suite de Darwin, et partageant avec lui le postulat du caractère universel des émotions, Paul Ekman (1982) va établir une liste d’émotions de base : tristesse, colère, joie, peur, dégoût, surprise.

24Les chercheurs qui s’inscrivent dans cette veine catégorisante sont loin d’être tous d’accord et selon eux, un nombre variable d’expressions faciales correspondant à des émotions ont pu être identifiées.

25Si ces travaux sont d’importance du point de vue de la recherche fondamentale, on notera que certains n’ont pas tardé à instrumentaliser ces indices à des fins discutables. Ainsi, on notera qu’Ekman travaille par exemple avec plus ou moins de succès à détecter les mensonges.

26Cet aspect peut laisser songeur quand on considère que des appareils voués à cette même tâche, encore appelés polygraphes, exploitent notamment des données issues de capteurs qui mesurent aussi fréquences cardiaques et conductances cutanées (voir ce qui a été dit en amont concernant la souris d’ordinateur que nous avons étudiée)…

27Il semble donc que nombre de manifestations physiologiques observables et mesurables soient tentantes pour une exploitation quant au décodage des émotions, et débouche a priori parfois sur la volonté de détecter les mensonges…

Décoder des émotions hors contexte ?

28Comme mentionné en introduction de cet article, il peut être reproché aux techniques de décodage des communications non verbales de ne pas prendre en compte certains aspects liés aux contextes d’interaction et de communication ou bien aux situations, notamment.

29Nous avons aussi indiqué que les émotions comportaient notamment des dimensions physiologiques (pour certaines objectivables et mesurables) et des dimensions psychologiques. S’« […] il existe autant de définitions de l’émotion qu’il existe de théories de l’émotion […] » (Sander et Scherer, 2009, p. 8), il semble possible, à des fins de décomplexification, de réduire de façon binaire un problème qui s’est longtemps posé aux chercheurs. En effet, initialement, l’expérience émotionnelle posait le primat du physiologique : les émotions correspondaient à des interprétations de sensations corporelles, notamment celles provoquées par des variations de fréquences cardiaques, et autres perceptions associées. Concernant une autre illustration, un exemple nous est fourni par Channouf (2006, p. 21) citant le philosophe empiriste William James, connu pour sa maxime : « Je pleure, donc je suis triste. »

30Pour d’autres chercheurs, le vécu émotionnel naissait dans le cerveau et la réaction physiologique associée était secondaire.

31Schachter et Singer (1962) posèrent une conception différente. Il est possible de la résumer ainsi : l’être humain n’a pas un accès direct à ses états internes (ici les émotions), il les infère à partir d’indices physiologiques et de leurs conditions de survenue (i.e. les contextes) de ces derniers.

32Cette assertion est corroborée par une expérience célèbre. Il convient de préciser que cette dernière est aujourd’hui toujours débattue, notamment en raison d’une faiblesse concernant un manque de réplications.

33Pour parvenir à cette affirmation, les deux psychologues mirent au point un protocole qu’il ne serait sans doute plus possible de mettre en œuvre aujourd’hui, pour des raisons déontologiques évidentes.

34Les chercheurs conviaient des sujets à participer à une expérience portant sur les effets d’une substance vitaminée appelée Suproxin. Les individus étaient initialement répartis en deux groupes.

35L’un se voyait injecter un composé s’apparentant à un placebo (c’est-à-dire sans principe actif), l’autre se voyait injecter une dose d’épinéphrine (de l’adrénaline, en fait, c’est-à-dire une molécule qui stimule le système orthosympathique et qui provoque donc un cortège de manifestations associées parmi lesquelles, en premier lieu, accélération de la fréquence cardiaque, mais aussi augmentation de la tension artérielle, augmentation du diamètre des pupilles, etc.). Suite à l’injection, les effets se faisaient ressentir approximativement après 3 à 5 minutes, et pouvaient durer de 10 minutes à une heure, mais pour la plupart des sujets, ces manifestations disparaissaient entre 15 et 20 minutes après l’injection.

36Immédiatement après la piqûre, les individus étaient conviés à patienter dans une salle d’attente contenant de nombreux objets hétéroclites (papiers, dossiers, crayons, élastiques…). C’est là que les rejoignait alors un compère.

37Dans une des conditions expérimentales, celui-ci montrait des signes manifestes d’euphorie : il s’exprimait de telle façon, avec exubérance, et se livrait à différentes activités excentriques telles que jouer à faire voler un avion en papier, etc.

38Dans l’autre condition expérimentale, à l’inverse, le compère manifestait de la colère.

39À l’issue de cette étape du protocole, on administrait un questionnaire aux sujets naïfs. On cherchait ainsi à évaluer, entre autres, leurs humeurs. Mais pour ce qui concerne la seconde condition expérimentale, le questionnaire était long de 5 pages, commençant par des questions innocentes puis allant crescendo jusqu’à des questions extrêmement personnelles et insultantes. À titre indicatif, la dernière question posée était : « Avec combien d’hommes (autres que votre père) votre mère a-t-elle eu de relations extraconjugales ? » S’agissant d’un questionnaire à choix multiples, 3 réponses étaient possibles : 4 et moins, 5-9, 10 et au-delà.

40En résumé, les résultats furent les suivants : dans la condition « euphorie », les sujets non informés des effets de l’épinéphrine se déclarèrent tendanciellement joyeux ; dans la condition « colère », les sujets non informés des effets de l’épinéphrine se déclarèrent tendanciellement plus en colère que les autres. Pourtant, l’état physiologique était identique.

41Nous sommes face à une des illustrations expérimentales où l’émotion est la résultante d’une excitation physiologique expliquée a posteriori par un étiquetage cognitif fourni par des éléments de contexte.

42Cette expérience plaide fortement en défaveur du décodage des émotions à partir des seuls recueils et interprétations de signaux physiologiques. La connaissance de nombreux éléments de contexte est aussi souvent, sinon toujours, nécessaire. Il est important de préciser que ce qui est vrai pour l’individu lui-même l’est aussi pour un attributeur externe (i.e. celui qui chercherait à déterminer l’émotion d’un tiers).

Un peu de prospective, pour le meilleur et pour le pire

Quelques domaines d’application actuels et autres projections

  • 6 Apple.com. [En ligne]. apple inc. [Page consultée le 16 février 2017]. Disponibilité et accès https (...)

43La période actuelle voit, comme il a été évoqué précédemment, l’avènement de deux tendances que sont les développements des wearable devices (« vêtements » ou objets en contact avec la peau, équipés de capteurs et connectés) et celui du quantified self. Là encore, il s’agit d’objets connectés souvent couplés à d’autres dispositifs informatiques qui permettent de mesurer des données physiologiques personnelles, de les analyser, voire de les partager. Les discours qui accompagnent ces dispositifs sont souvent liés aux idées de performance et d’amélioration de soi. Il en va par exemple ainsi pour certaines montres connectées telle l’Apple Watch pour laquelle « Les besoins physiologiques et de sécurité semblent pris en compte, puisque le dispositif contient un segment applicatif centré “santé” […] » (Amato, 2015). Ce qui fait l’éventuelle pertinence de certaines des applications embarquées, ce n’est pas la mesure d’un seul indice, mais plutôt son croisement avec d’autres, ainsi que son usage. Par exemple, l’application « Respirer » qui équipe l’Apple Watch incite son détenteur à régulièrement prendre des temps de « respiration », destinés à le déstresser durant chaque journée. À l’issue de ces temps est fournie la fréquence cardiaque de l’usager, lui donnant ainsi un indice de l’« efficacité » de sa pratique. Un autre indicateur est fourni puisque le dispositif « […] fait le bilan en additionnant les chiffres, pour que vous sachiez combien de temps vous avez consacré à libérer votre esprit6 ».

44Si ces informations présentent peut-être un intérêt pour l’individu ainsi équipé, elles ont un intérêt certain pour ceux qui savent les agréger et aussi les interpréter en contexte.

45Un ouvrage d’Alloing et Pierre (2017) explicite les nombreux intérêts que les plateformes telles que Facebook ou YouTube ont notamment à susciter et interpréter les émotions qui s’y expriment et qui sont communiquées par leurs usagers. L’évaluation des émotions produites devient un excellent moyen pour favoriser la circulation et la viralisation de contenus et donc, pour ces firmes, de produire des recettes publicitaires.

46Mais pour l’heure, la lecture des émotions se fait surtout au travers des contributions des « prolétaires affectifs » qui produisent un important « travail affectif numérique » au travers de leurs clics, mais aussi likes, de la production de smilies, emojis, Bitmojis, ou autres Facebook réactions. Les données recueillies sont toujours soumises à caution : elles ne sont pas standardisées ou uniformisées, il est toujours possible de mentir, de chercher à afficher une face socialement désirable, dans une perspective goffmanienne (concernant ce dernier aspect, on pourra lire Amato et Boutin, 2013), etc.

  • 7 ealth/

47En revanche, le croisement de traces d’interaction pertinentes avec des informations fournies par des dispositifs tels que ceux décrits précédemment (à la croisée des wearable devices et du quantified self) fournira, sans nul doute, des outils de surveillance et de contrôle, capables d’une intrusion inimaginable dans les esprits « et dans les cœurs » de ceux qui n’auront pas été éduqués pour s’en prémunir. On saura que celui qui fera passer le pointeur de sa souris sur la photographie7 d’un pot de pâte à tartiner et qui montrera des signes d’accélération du système orthosympathique sera en train de ressentir une émotion forte. Cette émotion sera sans doute labellisable par croisement avec les nombreux éléments de contexte dont disposent déjà les sites Web sur lesquels nous naviguons. Il ne restera plus qu’à proposer une publicité adaptée pour optimiser largement les objectifs qui lui seront assignés.

48Certaines organisations peuvent sans doute être vues comme les lieux dans lesquels ces dispositifs pourraient jouer un rôle paradoxal. Si le travail est souvent assimilé à l’idée de contrainte voire de souffrance (une étymologie possible de travail serait tirée du latin tripalium, ancien instrument de torture), il est aussi souvent mis en avant qu’un travailleur de bonne humeur est d’autant plus productif. En outre, de façon très actuelle, de nombreux débats alimentent des réflexions sur les « addictions au digital » (certains n’osant utiliser ce terme et préférant parler de comportements excessifs ; concernant l’usage intensif des TIC par les cadres, lire notamment Felio, 2013), et certains dispositifs digitaux sont alors parfois vus comme des « laisses électroniques » pouvant favoriser certains risques psychosociaux tels que le burn-out.

49Ces éléments convergent pour chercher à percevoir dans ces dispositifs des pharmaka, à la fois objets de contrôle et de domination de l’activité professionnelle, mais aussi, dans le même temps, des machines à redonner de la bonne humeur, des « émotions positives », à l’employé qui traverserait un « coup de mou ».

50La seule citation d’Alloing et Pierre (op. cit., p. 76) fournit alors une illustration de premier choix : « L’acquisition de ces compétences est d’ailleurs validée par un système d’évaluation. “Don’t manage. Love !” est le nouveau crédo des ressources humaines et du management, comme l’affirme un Chief Happiness Officer. Cet intitulé de poste semble d’ailleurs gagner du terrain dans les organisations, de même que les baromètres du bonheur au travail. »

Perspectives en débat

51Dans le cadre de cet article, qui n’a guère d’autres fonctions que celle de vigie sociale et de contributeur de scénarios prospectifs, le pire semble supplanter le meilleur, la mise en garde paraît écarter l’enthousiasme. Dans le passé, nous avons pu apprendre qu’il était plus facile de diffuser l’usage de Nouvelles Technologies d’Information et de la Communication en mettant d’abord en avant des bénéfices individuels avant de créer une lucrative relation de dépendance, au profit d’autres intérêts.

52L’époque actuelle fait émerger des figures qui semblent prendre conscience de ces états de fait. Certains centrent leur propos sur un aspect, et vont jusqu’à parler de « digital labor » lorsqu’il s’agit de qualifier le travail de l’usager, travail valorisé par les grandes plateformes (lire Cardon et Casilli, 2015). Une des options serait alors de taxer ces géants et de procéder à une forme de redistribution et de rétribuer le travail de production de traces captées par les GAFA et consorts. Mais avant que de telles solutions ne voient éventuellement le jour, certains « hacktivistes » optent déjà pour des stratégies de contournement et utilisent par exemple le logiciel Tor Browser pour naviguer sur le Web et s’assurer de la bonne maîtrise de leurs traces personnelles en ligne. Ces traces sont appelées à s’enrichir (cf. « émotions en contexte », pour chercher à aller au-delà d’une mesure de l’intensité, mais aussi vers des labellisations) ; il ne nous semble pas là s’agir d’une projection dystopique.

53La question pourrait prendre une autre acuité en organisation. Il est bien connu que le dopage y a désormais cours ; en situation concurrentielle, la recherche de la performance encourage parfois les mêmes artifices que ceux utilisés par certains sportifs. Verrons-nous alors bientôt des générations de traders, équipés de dispositifs en tous genres destinés à les « aider » voire à accroître leurs capacités, se faire prescrire illicitement des bêtabloquants pour que leurs fréquences cardiaques ne paraissent pas suspectes aux yeux de ceux qui ont en charge leur « accomplissement personnel », mais aussi leur… rendement ? À terme, l’hypothèse nous semble loin d’être farfelue…

54Si la perspective que nous esquissons est loin d’être réjouissante, mais que nous choisissons sciemment de la proposer, c’est sans doute parce qu’elle nous semble contre-intuitive et donc peut-être encore plus importante à anticiper. Les applications les plus bénéfiques, notamment sur le plan individuel (par exemple dans les domaines de santé ou du « développement personnel »), nécessiteront moins d’être accompagnées de telles mises en garde. Il faut le croire…

Conclusion

55« Alors même que la boîte noire de nos cerveaux reste profondément obscure, des logiciels basés sur ces connaissances – et fonctionnant eux-mêmes en boîte noire – sont mis sur le marché, escortés par des discours de scientificité et de capacitation individuelle et sociale. », Alloing et Pierre (op. cit., p. 100). Cette phrase peut faire écho aux réflexions de Pascal Lardellier citées en introduction de notre texte. Sans doute existe-t-il une propension à vouloir décoder les émotions humaines, sans doute cette propension sert-elle bien souvent des intérêts d’influence. Le propos qui consiste à dénoncer les gourous du non-verbal pourrait bien avoir de l’avenir et se prolonger si, progrès oblige, de nouvelles technologies venaient se surajouter pour tenter de gagner en efficacité dans ces démarches, et d’autant plus si une nouvelle couche d’opacité venait s’intercaler – par l’accompagnement de discours peu lisibles pour les publics non aguerris – renforçant par là même l’effet boîte noire. Certains de ces questionnements, à la croisée de la mesure des émotions et de l’éthique, ne sont pas éloignés de ceux déjà posés concernant le « neuromarketing » (lire Courbet et Benoit, 2013). Sans doute serait-il intéressant de s’en inspirer pour gagner en acuité afin d’imaginer des futurs aux applications de ces technologies, le tout dans un esprit de critique constructive.

Haut de page

Bibliographie

ALLOING Camille, JULIEN Pierre, Le Web affectif. Une économie numérique des émotions, Bry-sur-Marne, INA Éditions, « Études & controverses », 2017, 124 p.

AMATO Stéphane, « Apple Watch : Ceci n’est pas une montre », Epistémè, 2015, vol. 13, p. 213‑230.

AMATO Stéphane, BOUTIN Éric, « Rites d’interaction et forums de discussion en ligne. Une analyse nethnospective de comportements de déférence et de civilité », Les cahiers du numérique, 2013, vol. 9, no 3‑4, p. 135-159.

CARDON Dominique, CASILLI Antonio A., Qu’est-ce que le Digital labor ?, Bry-sur-Marne, INA Éditions, « Études & controverses », 2015, 104 p.

CHANNOUF Ahmed, Les émotions : une mémoire individuelle et collective, Sprimont (Belgique), Mardaga, 2006, 178 p.

COSNIER Jacques, Psychologie des émotions et des sentiments, Paris, Retz-Nathan, 1994, 178 p.

COURBET Didier, BENOIT Denis, « Neurosciences au service de la communication commerciale : manipulation et éthique. Une critique du neuromarketing », Études de communication, 2013, no 40, p. 27‑42.

COURBET Didier, FOURQUET-COURBET Marie-Pierre, CHABROL Claude, « Sujets sociaux et médias : débats et nouvelles perspectives en sciences de l’information et de la communication », Questions de communication, 2006, no 10, p. 157‑179.

DESCARTES René, Les Passions de l’âme, Paris, Le livre de poche, « Les classiques de la philosophie », 1990, 226 p.

EKMAN Paul, Émotion in the human face. 2de éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 448 p.

FELIO Cindy, Pratiques communicationnelles des cadres : usage intensif des TIC et enjeux psychosociaux, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, soutenue à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux, 2013, 486 p.

LARDELLIER Pascal, Enquête sur le business de la communication non verbale. Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel », Caen, Éditions EMS, 2017, 240 p.

RIMÉ Bernard, Le partage social des émotions, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, 434 p.

SANDER David, SCHERER Klaus R., « La psychologie des émotions : survol des théories et débats essentiels », dans SANDER David, SCHERER Klaus R. (sous la dir. de), Traité de psychologie des émotions, Paris, Dunod, 2009, 488 p.

SCHACHTER Stanley, SINGER Jerome E., « Cognitive, social, and physiological determinants of emotional state », Psychological review, 1962, vol. 69, no 5, p. 379‑399.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous commençons par utiliser des termes relativement proches concernant différents « éprouvés psychiques » ou affects avant d’opter pour une définition ouverte de l’émotion.

2 Ce service permet notamment à des spectateurs (ou viewers) tiers de visionner en direct des jeux vidéo diffusés en direct par des « streameurs ».

3 Civera David, tom’s hardware. [En ligne]. Édité le 21 septembre 2016 [Page consultée le 12 février 2017]. Disponibilité et accès http://www.tomshardware.fr/articles/naos-qg-souris-mionix,1-61224.html

4 À toutes fins utiles, l’auteur de cet article tient à préciser qu’il dispose des dispositifs qu’il décrit et qu’il les utilise régulièrement, à des fins de recherche. Il pense donc s’exprimer en connaissance de cause.

5 Traduit par nous-même à partir de l’anglais fitness.

6 Apple.com. [En ligne]. apple inc. [Page consultée le 16 février 2017]. Disponibilité et accès https://https://www.apple.com/fr/ios/h

7 ealth/

Le deep learning dans lequel investissent massivement les géants du Web et qui permet notamment la reconnaissance automatique de formes permettra sans doute ce type de d’utilisation sans que l’objet pointé soit nécessairement à vocation publicitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Amato, « Nouveaux décodages high-tech des émotions : une perspective critique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/3908 ; DOI : 10.4000/rfsic.3908

Haut de page

Auteur

Stéphane Amato

Stéphane Amato est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Toulon. Il enseigne au département MMI de l’IUT ; sa recherche est réalisée au sein du laboratoire IMSIC. Courriel : stephane.amato@univ-tln.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page