Navigation – Plan du site
Vie des labos

Le jeu et les Sciences Sociales en Argentine

À propos de la construction d’un domaine de recherche
Carolina Duek et Noelia Enriz

Texte intégral

Organisation du laboratoire

1L’équipe de travail dirigée par Carolina Duek et Noelia Enriz est née en 2008 à partir de la rencontre de deux recherches portées sur des référents empiriques très différents, mais sur des approches théoriques communes. Le rôle du jeu, des joueurs et l’intervention des contextes dans les pratiques et dans les significations sociales construites ont été le début d’un lien qui s’est renforcé sur des aspects théoriques et méthodologiques pendant les dix dernières années. Tout au long de cette période, les directrices ont créé des espaces de recherche et d’échange avec des chercheurs et des intérêts très divers tels que l’éducation physique scolaire, les problématiques du jeu dans les espaces publics, le rôle du jeu dans les institutions scolaires, les tensions par rapport au jeu et les nouvelles technologies, le rôle de différentes propositions télévisuelles concernant l’enfance de la ville de Buenos Aires, le rapport entre le jeu et les genres.

Lectures essentielles

2L’une des lectures incontournables pour l’analyse du jeu dans le cadre de la recherche dans les Sciences Sociales est celle de Johan Huizinga et son livre « Homo Ludens » qui a permis de définir, hiérarchiser et classifier le jeu dans le contexte plus vaste des pratiques culturelles. Nos travaux d’analyse reprennent de Huizinga la conviction que c’est à partir du jeu que l’on peut réfléchir sur la culture contemporaine avec ses possibilités, ses limitations et ses négociations. Le travail de Roger Caillois joue, de façon complémentaire, comme centre d’intérêt de nos taxonomies auquel nous avons incorporé une dimension qui n’avait pas été envisagée au moment de son travail : le rôle des médias et les nouvelles technologies. Aux catégories de Agon, Alea, Mimicry et Illynx, nous avons ajouté une variable qui s’occupe des personnages, des objets, du merchandising, des sujets, des scénarios, des pièces de théâtre, des films et des parcs thématiques comme les grands organisateurs du jeu contemporain (Duek, 2012 et 2014). Il nous a fallu incorporer des variables culturelles, qui sont absentes dans la taxonomie de Caillois, c’est pourquoi nous avons puisé chez d’autres chercheurs (Enriz, 2011). Dans ce sens, les contributions de Clifford Geertz et de Claude Lévi-Strauss sont essentielles : les cérémonies qui sont conçues en tant que rituels autour des jeux permettent de comprendre la dimension culturelle des pratiques. Qu’il s’agisse de rituels stricto sensu dans des communautés indigènes ainsi que dans des rituels acquis et construits autour d’objets (poupées, autos, des objets de tous les genres), les rituels construisent des séquences, et ces séquences agissent dans et à partir de la vie sociale d’une manière dynamique mais aussi soutenue (Enriz, 2012).

3Les contributions de Gilles Brougère (1998 et 2013) ont été fondamentales pour notre travail en commun. Jeu et éducation constitue un texte central dans nos recherches. Nous avons abordé la relation entre ce qui appartient au domaine scolaire et au domaine ludique comme la dimension essentielle du quotidien et les formes selon lesquelles les genres, les stéréotypes et les pratiques s’organisent autour de différentes constructions de sens. Nous nous sommes appropriées de cet abordage pour le mettre dans le contexte des populations non scolarisées, non urbaines, afin d’y observer de quelle manière les sens s’articulent et comment ils se construisent autour du jeu et de ce qui est scolaire (Enriz, 2011 et Duek et Enriz, 2015).

4Finalement, les contributions méthodologiques que nous avons prises en considération pour travailler en fonction des différents objectifs d’investigation sont liées aux approches ethnographiques et à la réflexivité. Elsie Rockwell (2009) et Rosana Guber (2011) conforment le cadre principal des contributions pour la conception et l’exécution des travaux de terrain, soit urbains, soit ruraux, nous offrant un cadre à partir duquel on peut penser non seulement à la recherche d’une réponse avec les informateurs, mais aussi, servant de point de départ pour réfléchir à propos de notre place dans la relation qui se construit dans et pendant notre travail sur le terrain.

Au sujet des référents empiriques de nos travaux

5Les recherches d’Enriz tout comme celles de Duek sont axées sur des groupes d’enfants qui habitent dans des ambiances familiales et qui établissent des liens sociaux avec des groupes de paires et avec d’autres adultes significatifs. Dans le cas des investigations de Duek, les contextes de recherche sont urbains, et les sujets de cette recherche sont des garçons et des filles qui assistent à des écoles publiques et privées dans des centres urbains de toute l’Argentine. Dans le cas d’Enriz, la population est ethniquement définie, parlant une langue indigène, ayant un accès irrégulier à la scolarité et habitant dans une zone rurale.

6L’intersection de ces investigations est méthodologique et conceptuelle : dans les deux cas on a travaillé avec les définitions natives du jeu. La stratégie méthodologique, innovante pour les Sciences Sociales en Argentine, consiste à faire récupérer les dimensions qui, pour les acteurs impliqués, représentent la catégorie de « jeu ». C’est-à-dire, nous cherchons à comprendre, à partir de la voix des enfants (garçons et filles), la manière dont on construit les concepts. C’est en tenant compte de ces définitions, traversées par les inégalités, les opportunités (ou le manque d’opportunité), les dynamiques familiales et scolaires, que nous avons reconstruit les contextes dans lesquels et à partir desquels les informateurs définissent le jeu et le caractérisent.

7Cette dynamique ne suppose pas la hiérarchisation acritique de la parole des informateurs, mais elle provient plutôt de la conviction que ce sont ceux qui interviennent dans ces pratiques qui peuvent les définir, les caractériser et les organiser. Cette approche nous a permis de faire des recherches dans des contextes divers et d’identifier de quelle manière tout ce qui entoure nos informateurs opère comme une variable intervenante dans leurs définitions, leurs perceptions et leurs caractérisations. Ensuite, dans l’étape de l’analyse, ce que nous avons conçue, ce sont des stratégies d’intervention sur les définitions avec la surveillance épistémologique adéquate afin d’éviter de qualifier ou d’imbiber les constructions des informateurs avec nos propres opinions ou taxonomies.

8En bref, l’aspect novateur de notre perspective de travail, c’est qu’elle a permis, pour la première fois dans nos domaines de recherche, d’appliquer des principes éthico-méthodologiques qui rendent possible la réalisation de recherches dans des lieux, des référents et avec des objets divers. Notre travail a été et continue à être orienté vers l’identification des formes dans lesquelles les contextes, les pratiques et les significations se construisent et se consolident dans les expériences et les trajectoires subjectives.

Difficultés de Financement

9Les difficultés de financement de la recherche en Argentine et la discontinuité des remboursements des projets déjà accrédités, constituent une préoccupation croissante dans la vie quotidienne de nos équipes de travail. Cette discontinuité, accompagnée dans ces dernières années d’une augmentation d’incompatibilités (on peut gérer moins de projets en parallèle), et à laquelle s’ajoute une coupure budgétaire pour les chargés de recherche, constituent une limitation pour la consolidation des équipes de travail. Pourtant, grâce à l’intérêt et à la persistance des directrices, dans les dix dernières années de travail collectif on a exécuté des projets accrédités, des travaux de transfert, des conférences, des projets d’extension, des ateliers de jeu, des formations pour des enseignants et d’autres activités qui contribuent à rendre visibles socialement quelques résultats et des lignes de travail et à transférer les connaissances acquises à travers différents dispositifs.

Lúdicamente

10À partir des recherches que nous avons réalisées, des personnes qui se sont formées dans le cadre de nos équipes et de l’intérêt des collègues du monde entier, nous avons visualisé un domaine thématique autour des recherches en Sciences Sociales par rapport au jeu et le fait de jouer. Cela nous a menés à entreprendre le chemin complexe de concevoir, penser et lancer une revue spécifique : c’est ainsi que Lúdicamente est née, il y a six ans.

11Avec notre propre financement, nous avons réussi lancer la revue qui a été accueillie par le portail de publications scientifiques et technologiques du CONICET (PPCT : ppct.caicyt.gov.ar), qui est une plateforme de open access, gratuite pour ceux qui y publient et pour ceux qui s’en servent dans le but d’y trouver des articles d’intérêt pour leur recherche. En même temps, les interfaces de la plateforme favorisent la potentialité des indexations. Nous avons décidé que, si l’on faisait une nouvelle revue, on la ferait suivant les demandes des indexations en vigueur et selon les évaluations en doubles aveugles.

12La revue, qui compte 13 numéros ininterrompus et semestriels, a publié des articles inédits de chercheurs locaux, régionaux et internationaux de domaines très divers. Le point clé qui réunit tous les articles est la réflexion sur l’aspect ludique, mettant en évidence des productions développées dans des environnements complexes et divers. On a publié des aperçus de recherches innovantes développés dans des travaux de licence ou de doctorat. Lúdicamente a été indexée dans plusieurs bases de données et constitue le Noyau Fondamental des Publications Scientifiques Argentines du CONICET, représentant l’une des publications la plus reconnue du pays, parmi un nombre de moins de deux cents publications. D’autre part, la publication périodique semestrielle a fortement contribué à la diffusion de la bibliographie autant canonique que récente qui attire l’attention sur le rapport entre le jeu et les sciences sociales (Brougère, 2013, De La Ville et Manson, 2013 et Nunes, 2013 pour ne citer que les traductions de textes inédits en espagnol). Le défi, dans les années qui viennent, est de soutenir la publication et d’augmenter non seulement le nombre du public de lecteurs mais aussi l’univers des auteurs qui y participent.

Haut de page

Bibliographie

BROUGÈRE, G, (1998) Jogo e educacao, Porto Alegre : Artes médicas.

BROUGERE, G. (2013) “El niño y la cultura lúdica” dans Revista Lúdicamente, Año 2 N° 4, Octubre 2013, Buenos Aires (ISSN 2250-723X).

CALLOIS, R. ([1967] 1994) Los juegos y los hombres. La máscara y el vértigo, México : FCE.

DE LA VILLE, V. y MANSON, Michel (2013) “Los fabricantes de juguetes y juegos franceses y su responsabilidad social respecto del niño (1891-1911)” dans Revista Lúdicamente, Año 2 N° 4, Octubre 2013, Buenos Aires (ISSN 2250-723X).

DUEK, C. (2012) El juego y los medios. Autitos, muñecas, televisión y consolas, Buenos Aires : Prometeo Libros.

DUEK, C. y ENRIZ, N. (2015) “Les jeux, les enfants et les nouvelles technologies : une relation culturelle et complexe“ dans Revue française des sciences de l’information et de la communication, Nº6, France.

ENRIZ, N. (2011) “Antropología y juego : apuntes para la reflexión” dans Cuadernos de antropología social, (34), Facultad de Filosofía y Letras (UBA) Buenos Aires.

ENRIZ, N. (2012). Ceremonias lúdicas mbyá guaraní. Revista Maguaré, 26(2),Colombia.

GEERTZ, C. (1987) La interpretación de las culturas, Barcelona : Gedisa.

GUBER, R. (2011) La etnografía. Método, campo y reflexividad, Buenos Aires : Siglo XXI.

HUIZINGA, J. (1938) Homo Ludens, Buenos Aires : Emecé.

LEVI, Straus, C. (1962) El pensamiento salvaje, México : Fondo de Cultura Económica.

NUNES, A. (2013) “Entre juegos y tareas : Una etnografia de las actividades cotidianas de los niños A’uwẽ-Xavante (MT, Brasil)” dans Revista Lúdicamente, Año 2 N° 4, Octubre 2013, Buenos Aires (ISSN 2250-723X).

ROCKWELL, E. (2009) La experiencia etnográfica. Historia y cultura en los procesos educativos, Buenos Aires : Paidós.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Duek et Noelia Enriz, « Le jeu et les Sciences Sociales en Argentine », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4200 ; DOI : 10.4000/rfsic.4200

Haut de page

Auteurs

Carolina Duek

Carolina Duek est chercheuse au CONICET et professeure à l’Université de Buenos Aires, Argentine. Elle a publié quatre ouvrages, notamment « Jeu, Jouets et novelles technologies » (Capital Intelectual). Elle fait sa recherche sur les enfants, les jeux, le genre et les médias. Elle est éditrice et directrice du journal académique « Lúdicamente ». duekcarolina@gmail.com

Articles du même auteur

Noelia Enriz

Noelia Enriz est chercheuse au CONICET et professeure à l’Université de Buenos Aires. Elle a publié des articles dans des différents journaux académiques. Elle fait sa recherche sur des communautés guaraníes à Misiones, Argentine. Elle est éditrice et directrice du journal académique « Lúdicamente ». noelia.enriz@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page