Navigation – Plan du site
Parutions

Pierre-Emmanuel GUIGO, 2017. Com & politique, les liaisons dangereuses ? 10 questions pour comprendre la communication politique

Paris, Arkhé éditions. 202 p. ISBN 9782918682271, 15,50 euros
Delphine Dupré
Référence(s) :

Pierre-Emmanuel GUIGO, 2017. Com & politique, les liaisons dangereuses ? 10 questions pour comprendre la communication politique. Paris, Arkhé éditions. 202 p. ISBN 9782918682271, 15,50 euros

Texte intégral

1La communication politique peut-elle être assimilée à de la propagande ? Les débats sont-ils décisifs ? Les sondages sont-ils fiables ? La beauté permet-elle de remporter une élection ? Il s’agit de quelques-uns des thèmes abordés dans cet ouvrage structuré sous la forme de 10 questions/réponses. Ces thématiques, qui concernent des enjeux sociétaux d’une actualité brûlante, sont toutes traitées de manière claire et pédagogique. Ces questions se déclinent en 10 chapitres dont l’argumentation est étayée par des théories scientifiques et illustrée par des exemples issus des récentes élections tant en France qu’au États-Unis.

2L’auteur nous indique que, pendant longtemps, le terme de propagande n’avait rien de péjoratif. Au contraire, pour les partis de gauche, il renvoyait à une forme d’éducation populaire visant à sortir les individus de leur aliénation en leur révélant les ressorts de l’oppression capitaliste. Ce n’est qu’au moment de l’accession au pouvoir des régimes totalitaires du XXe siècle que le terme a commencé à désigner des pratiques de communication manipulatoires. Ces dernières n’ont pas disparu, et l’auteur en cite de nombreux exemples récents, comme les « fausses preuves » utilisées par l’administration Bush pour persuader les citoyens américains de la nécessité de la guerre en Irak.

3La question de l’influence des médias, centrale en sciences de l’information et de la communication, est abordée. L’auteur entreprend une mise en perspective des théories déterministes, fonctionnalistes et critiques (Adorno, Lazarsfeld, Hall) pour avancer que les médias ont certes un impact sur les résultats du scrutin, mais que celui-ci se limite à « l’agenda médiatique », c’est-à-dire à la mise en exergue des sujets à débattre.

4La connivence des journalistes avec les hommes politiques pose problème, comme en témoignent les critiques adressées au couple Hollande/Trierweiler. Pourtant, Pierre-Emmanuel Guigo affirme que ces relations ne sont pas totalement délétères. En effet, entretenir des liens étroits avec le milieu politique permet aux journalistes d’élaborer leurs articles sur la base de sources solides. D’autre part, dans le passé, le brouillage des frontières entre ces deux sphères était la norme. L’apparition de nombreux organes de régulation au milieu du siècle dernier a permis d’encadrer et de limiter les pratiques abusives. Cependant, ce flou persiste, comme l’atteste la récente suppression de l’émission Les Guignols de l’info de Canal +, très critique à l’égard de Nicolas Sarkozy.

5Le poids des débats télévisés fait l’objet d’une analyse. Au fil des années, ces derniers se sont érigés en étapes incontournables des élections. Malgré une préparation à la hauteur de l’enjeu, ils représentent un « exercice délicat ». C’est notamment le cas lors des primaires : les affrontements au sein d’un même parti risquent d’affaiblir le candidat face au rival du parti adverse. Toutefois, l’auteur conclut sur l’impact relatif des débats. S’ils n’ont pas la capacité de « faire l’élection », ils contribuent à influencer le choix des indécis.

6L’information relayée par les réseaux sociaux concurrence celle des politiques qui doivent s’efforcer de réagir rapidement lors de la survenue d’un événement. D’autre part, les informations disponibles sur Internet proviennent de sources officielles, mais également de n’importe quel internaute. Afin d’anticiper et d’être prêts à réagir, les politiques se sont dotés d’organes de veille. Selon l’auteur, l’exigence d’immédiateté peut potentiellement dégrader la qualité des informations délivrées par les politiques, ces derniers ne disposant pas du temps de réflexion et de préparation nécessaire.

7Contrairement à certaines prédictions, Internet ne révolutionne pas la communication politique. L’auteur le démontre en exposant plusieurs arguments. Certes, le numérique offre des outils pour échanger directement avec les électeurs. Cependant, cette relation reste modulée par un intermédiaire, souvent un community manager. Cet intermédiaire est souvent nécessaire pour endiguer le flot de propos haineux et limiter les détournements humoristiques qui pourraient ternir la réputation de la personnalité politique visée. L’usage des techniques algorithmiques lors de l’élection de Barack Obama pour mieux cerner les attentes des électeurs a fait couler beaucoup d’encre. L’auteur rappelle que Donald Trump n’a pas eu recours à ces outils et doit essentiellement sa victoire à sa rhétorique populiste.

8Récemment, le recours à des conseillers en communication est devenu indispensable. L’auteur démontre, avec de nombreux exemples à l’appui, que les méthodes de ces conseillers pour promouvoir un candidat ou un parti sont basées sur des techniques publicitaires. Les scandales qui ont éclaté par la suite ont favorisé la constitution d’un cadre législatif limitant le recours à ces méthodes. Loin du stéréotype de toute-puissante qui les caractérisent, les conseillers se trouvent dans une position délicate : en cas d’échec, leur responsabilité est largement pointée.

9Bien que le modèle de communication politique américain soit considéré comme un exemple à suivre, il demeure difficile à appliquer en France en raison des différences législatives et culturelles. Par exemple, exhiber sa vie privée est perçu comme indigne de la fonction présidentielle en France.

10La question de la fiabilité des sondages a fait l’objet de nombreux débats lors de la précédente élection. L’auteur relativise leur impact en rappelant les différents biais méthodologiques qui réduisent leur portée. Ces derniers ne doivent cependant pas être pris à la légère dans la mesure où ils peuvent susciter certains comportements décisifs, comme venir massivement au secours d’un candidat dont on prédit la défaite.

11Enfin, l’ouvrage se termine par une réflexion sur le rôle de la beauté. Bien que s’inscrivant dans le cadre d’une stratégie de séduction propre au jeu politique, l’influence de l’apparence physique doit être analysée en fonction du contexte culturel et du genre du candidat et ne saurait, à elle seule, déterminer l’issue du scrutin.

12Pour conclure, Pierre-Emmanuel Guigo s’attelle à déconstruire plusieurs stéréotypes à travers un regard historique et amplement documenté. Les nombreux exemples cités inscrivent le propos dans des questionnements sociétaux d’actualité. Le style accessible et fluide de l’auteur permet une lecture rapide et plaisante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré, « Pierre-Emmanuel GUIGO, 2017. Com & politique, les liaisons dangereuses ? 10 questions pour comprendre la communication politique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4236

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle en SIC au laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, dirigée par Valérie Carayol et Aurélie Laborde, porte sur les incivilités par messagerie électronique dans les relations managériales. Ce travail doctoral s’inscrit dans le cadre du projet « Civilinum » financé par la région Nouvelle-Aquitaine. Courriel : delphine.dupre@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page