Navigation – Plan du site
Parutions

Anne-Marie LAULAN (Dir.), 2017. La coopération à l’ère du numérique

Paris, Éditions L’Harmattan. 216 p. ISBN 9782343125473. 22,00 euros
Delphine Dupré
Référence(s) :

Anne-Marie Laulan (Dir.), 2017. La coopération à l’ère du numérique. Paris : Éditions L’Harmattan. 216 p. ISBN 9782343125473. 22,00 euros

Texte intégral

1Cet ouvrage vise à analyser les interrelations entre les phénomènes de coopération et les dispositifs numériques. Précisons que les différents chapitres qui composent ce recueil ont été rédigés par des auteurs issus du milieu académique, mais également du monde professionnel, institutionnel et associatif, nous livrant chacun une vision réflexive et ancrée dans leur expérience de terrain.

2Dans le chapitre introductif, Didier Oillo propose une réflexion épistémologique sur le concept de coopération. Les différentes acceptions de ce terme et les réalités auxquelles il fait référence sont décrites. Notons qu’en conclusion, l’auteur souligne qu’en facilitant l’émergence de nouvelles formes de coopération – comme l’open source – le web a favorisé le développement d’une économie qui, sous le fard de valeurs « collaboratives », pose de véritables défis sociétaux.

3Dominique Balbi et Didier Carré nous livrent leur perspective professionnelle sur la coopération médiatisée par les TIC. L’usage des dispositifs numériques occasionne des disruptions majeures, permettant l’apparition de nouveaux business models, de nouvelles pratiques de communication et méthodes de management. Les auteurs s’interrogent également sur les enjeux du numérique et sur ses effets pervers qui devront être compensés par des mesures spécifiques (comme le revenu universel, par exemple).

4La problématique de la régulation des pratiques numériques au niveau international est abordée par Mokhtar Ben Henda et Jacques Perriault. Ce dernier décrit les différentes étapes du processus collaboratif à l’origine de l’élaboration des normes ISO. Selon Mokhtar Ben Henda, ces normes ont plusieurs fonctions : assurer la cohésion, la paix sociale et la cohérence. Or, la constitution et l’application d’un référentiel commun sont complexifiées par les différences culturelles et linguistiques entre les pays concernés.

5Solange Tremblay et Jacques Baronet étudient la communication relative au développement durable sur le site Internet d’un corpus de grandes entreprises. Ils observent que la polysémie du concept de développement durable se traduit par des pratiques très diverses et peu harmonisées. Un décalage subsiste entre les valeurs affichées et les actes, notamment au niveau des relations avec les parties prenantes. Les auteurs concluent sur un espoir de changement : bien que répondant à des enjeux de réputation, le développement durable est bien ancré dans la communication des multinationales. Le versant éthique de la coopération numérique est également traité par Eric Dacheux. Il convoque la pensée critique de Jacques Ellul pour avancer que « la technique est profondément ambivalente ». L’auteur illustre cet argument par des exemples d’actualité qui l’incitent à prôner une certaine vigilance quant aux effets délétères des formes de coopération numériques.

6Deux auteurs s’interrogent sur la manière dont le numérique bouleverse ou prolonge les rapports de pouvoir entre pays du nord et du sud. Florine Garlot souligne que, contrairement aux idéaux égalitaires et démocratiques des pionniers du web, le numérique ne fournit aucune clé pour remédier aux problèmes du sous-développement. A l’inverse, plusieurs sites web dits « solidaires », à l’instar des pétitions en ligne ou des plateformes de financement participatif, font resurgir une vision ancienne et « coloniale » de la solidarité, basée sur la charité et non sur un projet alternatif de société.

7Le retour d’expérience de Didier Van Der Meeren, co-fondateur de l’association Le Monde des Possibles, constitue un exemple d’usage réussi du numérique au service de l’intégration des migrants. Les ateliers d’éducation populaire ainsi que les projets de cartographie participative, de témoignages numériques et de partage d’expériences s’inscrivent dans une démarche d’émancipation. Les actions de cette association ont une dimension politique dans la mesure où elles visent à fédérer des migrants « égaux dans leur inégalité », constituer un collectif et favoriser la prise de conscience des mécanismes d’exclusion et d’oppression.

8Emmanuel Eveno étudie les liens entre TIC et urbanisation. Il rappelle que le développement du numérique n’a rien de spontané et est impulsé, au cours des premières phases d’intégration, par des politiques publiques. Au fur et à mesure de l’implantation des technologies, cette responsabilité est confiée aux collectivités locales. Après avoir explicité ces processus, l’auteur présente un projet de coopération des acteurs locaux en vue de l’élaboration d’un modèle français de « ville intelligente ».

9La contribution de Richard Delmas porte sur la conception du numérique promue par des institutions comme l’UE et l’ONU. Le développement des TIC n’est pas perçu comme une fin en soi par ces acteurs, mais comme un outil au service de « la transition vers un monde de paix et de solidarité ».

10Ainsi, les différentes contributions documentent, de manière convaincante, les effets pervers et facilitateurs des nouvelles formes de coopération numériques. Plusieurs phénomènes font l’objet d’une mise en perspective et d’un regard critique. De beaux projets sont présentés. Enfin, la richesse de cet ouvrage provient des différentes perspectives – professionnelles, associatives, institutionnelles, académiques – mobilisées par les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Dupré, « Anne-Marie LAULAN (Dir.), 2017. La coopération à l’ère du numérique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4259

Haut de page

Auteur

Delphine Dupré

Delphine Dupré est doctorante contractuelle en SIC au laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse, dirigée par Valérie Carayol et Aurélie Laborde, porte sur les incivilités par messagerie électronique dans les relations managériales. Ce travail doctoral s’inscrit dans le cadre du projet « Civilinum » financé par la région Nouvelle-Aquitaine. Courriel : delphine.dupre@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page