Navigation – Plan du site
Parutions

Pascal LARDELLIER, 2017. Enquête sur le business de la communication non-verbale : Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel »

Caen, Éditions EMS. 240 p. ISBN 978-2-84769-946-3, 19,50 euros
Eloria Vigouroux-Zugasti
Référence(s) :

Pascal Lardellier, 2017. Enquête sur le business de la communication non-verbale : Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel ». Caen, Éditions EMS. 240 p. ISBN 978-2-84769-946-3, 19,50 euros

Texte intégral

1Enquête sur le business de la communication non verbale est proposé par Pascal Lardellier, Professeur à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, chercheur aux laboratoires Cimeos (Dijon) et Propédia (Groupe IGS, Paris). La thématique de l’ouvrage porte sur l’essor économique s’étant développé, depuis ces dernières années, autour de la communication non verbale, cette communication qui passe non par les mots, mais par les gestes, les mimiques, les postures, etc. Tout ce que, en somme, nous communiquons sans avoir recours à l’énonciation. Selon l’auteur, ce business est en pleine expansion, notamment par le biais de formations toujours plus nombreuses, sans pour autant être pertinentes et légitimes. L’auteur démontre qu’elles tendent davantage à enrichir les formateurs que leurs apprenants.

2Cette thématique, comme il l’explique dans le corps de son ouvrage, fascine, puisque qu’elle est devenue le support de développement de tout un imaginaire, basé sur la question du pouvoir : comment détecter les signes non verbaux de mon interlocuteur et comment prendre l’ascendant sur lui grâce à la manipulation de ces signes ? Cet aspect quelque peu pervers et manipulateur de la gestion du non verbal est au cœur de l’ouvrage, tout autant que la mise en question de son fondement.

3L’ouvrage se structure en cinq chapitres, introduction et conclusion non comprises dans le décompte. L’introduction pose les bases critiques de l’ouvrage, en mettant en avant les illogismes et les écueils des formations actuellement proposées, par ce que l’auteur appellera plus loin les « gourous de la communication non verbale ». Il tente ici de faire une distinction entre les « vraies » et les « fausses » sciences de la gestualité. Le premier chapitre présente les acteurs dispensant conseils et formations, les « gourous ». L’auteur effectue en effet une comparaison entre les stages d’apprentissage de la communication non verbale et les enseignements proposés par certaines organisations sectaires.

4Le second chapitre replace ce programme de l’apprentissage de la communication non verbale dans des problématiques sociétales actuelles. Dans le troisième chapitre, l’auteur propose une mise en perspective qui permet au lecteur de comprendre l’évolution de cette thématique au cours des années. Le quatrième chapitre s’intéresse à des cas particuliers, notamment aux « gourous », tels que l’auteur les désigne, afin de mettre à mal aussi bien leur philosophie que les méthodes qu’ils emploient. Le cinquième, et dernier chapitre, s’intéresse au traitement médiatique de la communication non verbale, notamment à travers l’exemple de séries télévisées américaines. La conclusion, enfin, ouvre sur une réflexion prospective autour de la communication non verbale.

5La limite de cet ouvrage réside dans son fort aspect engagé, donnant parfois l’impression que les sujets sont perçus à travers un prisme incomplet. Malgré tout, cette publication apparaît comme une lecture à effectuer pour qui s’intéresse à la communication non verbale. L’auteur fournit énormément d’exemples et de pistes à développer, tant pour les chercheurs que pour les acteurs professionnels de ce secteur. Les intérêts de l’ouvrage sont donc multiples et protéiformes. De plus, la structure même de l’ouvrage est claire et bien développée, de manière à ce que le lecteur ne soit jamais perdu. En somme, cet ouvrage reste éclairant et pertinent dans le contexte actuel du développement « tendance » des formations au décryptage des signaux non verbaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloria Vigouroux-Zugasti, « Pascal LARDELLIER, 2017. Enquête sur le business de la communication non-verbale : Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel » », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4295

Haut de page

Auteur

Eloria Vigouroux-Zugasti

Eloria Vigouroux-Zugasti est docteure en sciences de l’information et de la communication et chercheure associée au laboratoire MICA (EA 4426). Spécialisée dans l’étude des usages numériques, notamment dans leur appropriation par les retraités, elle s’intéresse également aux questions de littératie informationnelle/digitale de santé ainsi qu’aux questions alliant lien social et sciences de l’information et de la communication. Courriel : eloria.vigouroux-zugasti@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page