Navigation – Plan du site
Dossier

Plus ou moins open : les revues de rang A en Sciences de l’information et de la communication

Joachim Schöpfel, Hélène Prost et Amel Fraisse

Résumés

Selon une étude récente, presque la moitié des articles publiés par des chercheurs français sont diffusés en libre accès, déposés dans les archives ouvertes, comme HAL, ou mis en ligne dans des revues administrées suivant le modèle du “open access”, sans abonnement payant. Dans cet environnement dynamique, les agences d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche ont un rôle à jouer, par le biais de leurs critères et outils d’évaluation. En fonction de leur approche et méthodologie, ces établissements peuvent créer des opportunités pour le développement du libre accès, par l’incitation au partage des résultats de la recherche, ou bien, ralentir le processus par le maintien des critères habituels, dont notamment l’évaluation bibliométrique à partir du classement des publications. Notre étude propose un regard sur notre propre discipline, avec un état des lieux dans le domaine des sciences de l’information et de la communication en France, à partir de la liste actualisée des revues de rang A publiée fin 2017 et sous l’aspect du libre accès. L’approche est exploratoire. Il s’agit avant tout d’étudier nos propres standards et pratiques, en tant que communauté de recherche en SIC par rapport à la politique scientifique du libre accès et de la science ouverte. 38 % des revues de rang A en SIC sont en libre accès. Mais ces revues représentent seulement 4 % de l’ensemble des revues SIC en libre accès.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En moins de trente ans, les revues en ligne sont devenues « the new normal » de la communication scientifique, pour utiliser un terme de Peter Hinssen (2010), un fait auquel les établissements, organismes et communautés scientifiques ont dû adapter leurs fonctionnements et stratégies en matière d’information et de technologie. Cette transformation rapide n’a pas altéré l’une des fonctions traditionnelles et essentielles d’une revue scientifique : elle reste l’outil privilégié pour évaluer la production scientifique des structures et chercheurs (Guédon 2001). Aujourd’hui comme hier, publier un article dans une revue scientifique fait partie des critères clés de l’évaluation, dont l’importance dépend pour beaucoup de certaines caractéristiques de la revue en question, comme le facteur d’impact, l’internationalité du public et des auteurs, la réputation du comité de rédaction ou encore le mode et le taux de sélection des manuscrits à publier.

La science ouverte

2Or, une autre caractéristique prend de l’ampleur, le degré d’ouverture (ou openness) d’une revue. Le libre accès à l’information scientifique, marginal encore il y a vingt ans, est devenu un vecteur principal de la politique scientifique des organismes, établissements et agences de financement, un élément clé de la stratégie des grands éditeurs, et un objectif prioritaire des administrations de la recherche. Le plan national pour la science ouverte du gouvernement français a confirmé cet objectif (MESRI 2018). Ce plan préconise l’obligation d’une publication en accès ouvert des articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics, la reconnaissance de la science ouverte dans les évaluations des chercheurs et des établissements et l’exploration de nouveaux modèles économiques pour les revues comme pour les livres en accès ouvert.

3La transformation du système éditorial de la recherche vers un écosystème ouvert sans barrières d’accès apparaît désormais irréversible, comme objectif politique aussi bien que comme stratégie des établissements et organismes de l’enseignement supérieur et de la recherche ou comme stratégie commerciale, en ce qui concerne l’industrie de l’information et de l’édition (Chartron & Schöpfel 2017).

4Selon une étude récente, presque la moitié des articles publiés par des chercheurs français sont diffusés en libre accès, déposés dans les archives ouvertes, comme HAL, ou mis en ligne dans des revues administrées suivant le modèle du « open access », sans abonnement payant. Et si on ajoute les réseaux sociaux, sites personnels, etc., ce pourcentage atteint 67 % (Martin-Martin et al. 2017). Au niveau européen, l’objectif de la politique de la recherche est d’aller plus loin, d’atteindre les 100 % de l’information scientifique en libre accès à partir de 2020.

L’évaluation

5Cet objectif et l’émergence d’un écosystème de science ouverte engage tous les acteurs, les organismes et établissements scientifiques, aussi bien que les bibliothèques, les opérateurs publics de l’information scientifique, les laboratoires et les éditeurs. Les agences d’évaluation jouent un rôle clé. Par le biais de leurs critères et procédures d’évaluation, elles contribuent à accélérer ou bien à retarder la diffusion des résultats de la recherche en libre accès. Le principal levier est le classement des revues afin d’établir « une relation d’ordre entre les revues pour fonder des décisions de politique scientifique » (Galvez-Behar 2011, p. 244). Le recours aux indicateurs bibliométriques, la quantification de la qualité de la production scientifique, « vise à satisfaire des exigences d’objectivation et de transparence » (Leclercq 2016, p. 15) et rationalise le travail des instances d’évaluation qui ont du poids, mais peu de temps pour instruire leurs jugements (Berry 2009).

6Le rôle de ces évaluations dans la sélection des enseignants et chercheurs, ainsi que dans le financement des programmes d’enseignement et de recherche est déterminant (Zaccai et al. 2016). L’influence des classements de revues exerce une sorte de pouvoir structurant sur la recherche ; combiné au système de classements internationaux fondés sur une prédominance d’un certain type de publications, le système de publication réorganise le travail des chercheurs qui doivent publier de plus en plus dans un type de format standardisé (Lussier 2014). La productivité scientifique mesurée n’a pas la même valeur s’il s’agit d’un ouvrage collectif, d’une revue de rang A en anglais, d’une revue classée en français ou dans une langue autre que l’anglais, etc. (Lussier & Chanlat 2017). Ce pouvoir structurant des classements qui favorisent certains outils (Web of Science, Scopus) et éditeurs (Elsevier, Springer, Wiley…) a été critiqué comme « une forme d’impérialisme scientifique » (Vandermotten 2016).

7Par rapport au rôle croissant des revues de rang A comme outil d’évaluation du Comité national du CNRS, Alain Iribarne (2004) a mis en garde d’une « incohérence gestionnaire majeure » et des « risques d’effets pervers sur la production scientifique, en particulier la plus innovante ». De son côté, François Briatte (2008) a fait remarquer que le critère discriminant employé par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) pour le classement des revues semble être davantage leur notoriété que leur qualité, et il a critiqué l’absence de méthodologie clairement établie. Deux autres chercheurs résument la situation ainsi : « Even a simple glance at the produced lists, displayed on the AERES site, reveals tremendous problems » (Williams & Galleron 2016).

  • 1 Computing Research & Education http://www.core.edu.au
  • 2 Pour une introduction plus globale, cf. Gingras (2016).

8Un autre exemple est l’initiative australienne CORE1 qui propose des rankings de conférences et de revues (dont une bonne centaine en SIC) ; néanmoins, l’Australian Research Council, l’une des deux principales agences du gouvernement australien pour l’attribution de fonds de recherche, a abandonné le recours à ces rankings en faveur d’une approche plus qualitative2.

Les revues en SIC

  • 3 Une revue qualifiante (aussi appelé « revue de rang A ») est une revue qui, selon le Comité Nationa (...)

9Revenons en France. En 2012, une étude a révélé que peu de revues en libre accès étaient présentes dans les listes des revues qualifiantes3 de l’AERES, freinant ainsi le développement du libre accès en France (Bosc & Dillaerts 2012). Nous nous intéressons précisément à cet aspect, dans le domaine des sciences de l’information et de la communication.

10Les revues SIC ont été analysées à plusieurs reprises, pour évaluer leur impact et qualité aussi bien que pour analyser le paysage éditorial (cf. Prost & Schöpfel 2012 pour une synthèse des travaux plus anciens). Par rapport au libre accès, Heinderyckx et al. (2012) ont pu constater qu’en SIC, « l’idéal d’accessibilité universelle et, plus pragmatiquement, la possibilité qu’il offre d’augmenter la visibilité des travaux scientifiques, semble avoir notamment rencontré l’aspiration des chercheurs à davantage asseoir la légitimité de cette jeune discipline ». Une étude scientométrique américaine relativise ce constat dans la mesure où les résultats révèlent que les chercheurs en SIC gardent une préférence pour le modèle traditionnel et publient moins souvent dans des revues en libre accès que les « practitioners », c’est-à-dire les bibliothécaires, documentalistes, etc. (Hayman 2018).

11Dans le cadre de l’évaluation des structures de recherche et selon les règles générales fixées par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES)4, des représentants de la 71e section du CNU, de la CPdirsic (Conférence permanente des directeurs de laboratoires en sciences de l’information et de la communication) et de la Sfsic (Société française des sciences de l’information et de la communication) ont établi une liste de 98 revues françaises et étrangères, en précisant que « la publication dans ces revues est essentielle car elle indique une connaissance du champ et une visibilité à l’intérieur de celui-ci »5.

12Vu le “pouvoir structurant” de cette liste sur le choix de diffusion des résultats scientifiques en SIC, nous nous sommes demandés à quel degré les revues de rang A étaient conformes aux conditions du libre accès. Quelle est la part des revues en libre accès ou hybrides ? Quel est leur degré d’ouverture ? Combien de leurs articles sont déposés sur HAL ? Quelle est la contribution de ce classement à la science ouverte, et comment peut-elle être améliorée ?

Méthodologie

13Après avoir inséré dans un tableau la liste des 98 revues qualifiantes, nous avons supprimé un doublon (European Journal of Communication) et nous avons relié les ISSN des 97 autres revues dans la base Ulrichsweb de ProQuest6, afin de collecter pour chaque titre indexé dans la base, les informations relatives à l’éditeur, à l’indexation éventuelle dans une base de données, à l’attribution d’un facteur d’impact. Nous avons noté la présence d’une version électronique et la typologie donnée à la revue, ainsi que les domaines scientifiques indexés pour chaque titre présent dans Ulrichsweb.

14De la même manière, nous avons relié la liste des revues avec les titres répertoriés dans le DOAJ7, à partir duquel nous avons recueilli les informations relatives à la publication en ligne, si celle-ci est gérée le modèle de l’auteur-payant (« article processing charges » ou APC), si les articles sont identifiés par un lien permanent, quelle est la licence d’utilisation et dans quel répertoire se trouve la politique de dépôt en ligne des articles.

15En parallèle à ces imports automatiques d’information, nous avons consulté le site de chaque revue, dont l’examen attentif nous a permis de vérifier la présence en ligne, mais aussi de déterminer le pays d’édition, la langue des articles, les APC, le type de licence. Concernant le régime juridique de la diffusion des revues, nous avons privilégié une analyse exhaustive et à jour des conditions indiquées sur la page d’accueil de chaque revue ; de manière ponctuelle, nous avons complété cette information à partir des sites SHERPA/RoMEO8 et Héloïse9 sur les politiques des éditeurs en matière de libre accès et de dépôt d’articles.

16Nous avons qualifié le degré d’ouverture des revues, puis noté la présence d’un open peer review ou d’une épi-revue. Enfin, nous avons consulté l’archive ouverte institutionnelle HAL pour identifier les revues présentes, et, pour chaque revue, le nombre de notices et le nombre d’articles disponibles en ligne.

Résultats

17Par la suite, nous présenterons les principaux résultats de l’analyse des revues qualifiantes de la liste SIC, en distinguant plusieurs formes du libre accès, dont notamment la voie dorée ou gold road (publication d’articles dans des revues en libre accès) et la voie verte ou green road (auto-archivage d’articles dans des archives ouvertes) (cf. Harnad et al. 2004).

Libre accès, revues hybrides et APC (gold road)

18De ces 97 revues, deux seulement n’ont pas de version en ligne, Théorème, dont le site web ne présente qu’un sommaire en PDF, et Politiques de communication, dont le site indique les points de vente à Paris et en région.

1937 des 97 revues sont publiées en libre accès. C’est-à-dire qu’elles sont gratuitement accessibles en ligne sur un site web, sans restriction, abonnement ou embargo. Avec une connexion à Internet et un navigateur web, tel que Google Chrome, Mozilla Firefox, ou Internet Explorer/Edge, tout le monde peut consulter et afficher le contenu intégral de ces revues, sans distinction. Selon les mots de Peter Suber (2003), il s’agit d’un « gratis open access », sans barrières payantes, mais pas nécessairement d’un « libre open access », au sens d’absence de restrictions d’usage.

2029 autres revues sont « hybrides » : cela signifie qu’une partie seulement des articles est diffusée en libre accès tandis que d’autres articles sont réservés aux abonnés. Ces revues hybrides fonctionnent sur un modèle économique qui mélange l’abonnement (paiement par le lecteur) et le paiement par l’auteur (par son organisme, son projet, etc.), en facturant un « article processing charge » ou APC. L’auteur peut donc choisir entre une publication « classique », avec une diffusion de l’article aux seuls abonnés, et une publication en « mode APC » ou l’article, après le paiement d’une facture, est diffusé immédiatement et sans restriction d’accès.

21Le montant d’un APC varie suivant l’éditeur et d’une revue à l’autre, allant de 100 à 5000 USD, avec une dépense moyenne autour de 1500 USD par article10 ; une étude récente de COUPERIN révèle une redevance moyenne de 1688 € par article pour l’année 201511. Les éditeurs des revues hybrides de la liste SIC (notamment Elsevier, Taylor & Francis, Springer, Wiley et Sage) affichent des montants entre 1500 et 3000 USD.

Figure 1. Mode de diffusion des revues de rang A (N =97)

Figure 1. Mode de diffusion des revues de rang A (N =97)

22En résumé : de la liste des revues qualifiantes en SIC, un tiers (38 %) sont en libre accès, tandis qu’un autre tiers (30 %) l’est partiellement, avec quelques articles pour lesquels les auteurs ont payé une APC. Le restant des revues (32 %) est réservé aux abonnés (figure 1). Une dernière remarque : aucune des revues hybrides ne fait partie des « predatory journals » selon les critères usuels (cf. Shamseer et al. 2017), c’est-à-dire des revues en ligne qui sollicitent activement des manuscrits et facturent des frais de publication (APC) sans fournir de réels services de rédaction ou d’évaluation par les pairs.

Diffusion sous licences ouvertes

23Nous avons évoqué plus haut la distinction entre open access « gratis » et « libre ». L’analyse du régime juridique de la diffusion des revues en libre accès permet d’apporter une réponse plus précise à cette question (figure 2). Parmi les 66 revues en libre accès, 11 sont diffusées sous le régime de la propriété intellectuelle, sans licence ouverte (16 %). Ce sont surtout de revues publiées en France, comme Les Cahiers du Numérique, Semen ou Terminal. Il s’agit d’une diffusion en « gratis open access » – l’accès aux articles est gratuit, mais toute exploitation ultérieure, si elle n’est pas couverte par une exception du droit d’auteur, nécessite une autorisation par les auteurs et/ou l’éditeur.

24Les autres 55 revues (84 % des revues en libre accès) sont diffusées avec des licences ouvertes, en plus ou moins « libre open access », c’est-à-dire avec moins de restrictions d’usage. Il s’agit avant tout des licences Creative Commons (CC) qui sont moins restrictives que le droit d’auteur ou copyright et ne protègent aucun ou seulement quelques droits relatifs aux publications12.

Figure 2. Régime de diffusion des revues SIC en open access (N = 66)

Figure 2. Régime de diffusion des revues SIC en open access (N = 66)

2519 revues (29 %) proposent plusieurs licences CC et laissent le choix aux auteurs ; 11 revues (17 %) diffusent sous la licence CC la plus libérale, c’est-à-dire la licence libre CC-BY qui n’exige pour toute exploitation future que l’attribution de la source (auteur, revue, éditeur). À ceci s’ajoutent deux autres revues (3 %) diffusées dans le domaine public (Actes sémiotiques) ou sous une licence « Wikipédia » (licence libre copyleft CC-BY-SA, licence partage à l’identique). En résumé, presque la moitié (49 %) des revues qualifiantes en libre accès sont publiées sous le régime du « libre open access », avec un minimum de restrictions, ce qui facilite notamment une exploitation automatique ou semi-automatique avec des outils de l’exploration textuelle (text and data mining, TDM).

26Les autres 23 revues (35 %) partagent les articles en libre accès sur Internet, mais interdisent leur utilisation commerciale avec des licences CC-BY-NC. Pour la plupart de ces revues, la licence interdit également toute modification des articles ce qui rend une approche TDM plus compliquée mais pas impossible ; parmi les 17 revues diffusées sous licence CC-BY-NC-ND se trouvent la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication (RFSIC), Tic & Société ou encore le Bulletin des Bibliothèques de France de l’Enssib et, au niveau international, Library Quarterly et l’International Journal of Communication.

27Ramenés sur l’ensemble de la liste, ces résultats indiquent que 57 % des revues qualifiantes sont publiées d’une manière qui facilite l’analyse des contenus avec des outils et procédures de TDM, tandis que 43 % des revues – toutes celles qui ne sont pas en libre accès ou qui sont diffusés en « gratis libre accès » – nécessitent à ce jour une autorisation explicite pour toute exploration textuelle, en attendant l’application de l’article 30 de la Loi pour une République Numérique ou une nouvelle exception (figure 3).

Figure 3. Mode de diffusion des revues de rang A (N = 97)

Figure 3. Mode de diffusion des revues de rang A (N = 97)

28Ceci étant, il faut quand même ajouter un bémol, dans la mesure où parmi les 57 % de revues « libres » ou « libres sous condition » se trouvent 28 revues hybrides ; en d’autres termes, cette facilité d’exploitation par TDM ne concerne que les articles « open access » dont les auteurs ont payé les frais de publication (APC).

Les plateformes de revues

29Une partie des revues de la liste qualifiante est diffusée sur des plateformes avec d’autres revues. Figure 4 présente les plateformes les plus importantes pour la liste des revues SIC, en gris foncé (gauche) des plateformes non commerciales et en gris clair (droite), les plateformes commerciales.

Figure 4. Les plateformes les plus importantes (N =49)

Figure 4. Les plateformes les plus importantes (N =49)

30OpenEdition Journals du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), une initiative publique à but non lucratif, soutenue par des institutions de recherche et d’enseignement supérieur13, se partage la première place pour les revues SIC de rang A avec CAIRN14, portail pour les publications de sciences humaines et sociales et propriété des éditeurs Belin, De Boeck, La Découverte et Érès, avec la Bibliothèque nationale de France et les Presses Universitaires de France ; par ailleurs, cinq revues se trouvent conjointement sur OpenEdition et sur CAIRN.

31Parmi les autres plateformes, le Open Journal System (OJS) occupe une place à part dans la mesure où il ne s’agit pas d’une plateforme au sens strict, mais d’un logiciel installé sur différents serveurs. Sont diffusés sur un serveur OJS entre autres les revues ESSACHESS, Recherches en Communication et Museum and Society.

Périodes d’embargo

32Nous venons d’évoquer le cas des cinq revues diffusées sur les deux plateformes OpenEdition et CAIRN (dont Etudes de Communication, Mots et Quaderni). Ces cinq titres constituent un cas particulier de l’ouverture des revues scientifiques : les numéros les plus récents sont réservés aux seuls abonnés (sur CAIRN) tandis que les numéros plus anciens sont librement accessibles (sur OpenEdition). La barrière mobile varie d’une revue à l’autre, entre 24 et 48 mois.

33Ce compromis entre open access et vente d’abonnement est d’autant plus intéressant que l’article 30 de la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique a introduit, dans le Code de la recherche, un droit d’exploitation secondaire des publications scientifiques au profit des chercheurs. Désormais, sous certaines conditions, la version finale du manuscrit acceptée pour publication peut être mise à disposition par voie numérique après le respect d’une période d’embargo de 12 mois, pour les revues en SHS.

Figure 5. Périodes d’embargo imposées par plusieurs revues (N = 11)

Figure 5. Périodes d’embargo imposées par plusieurs revues (N = 11)

34Néanmoins, onze revues imposent à leurs auteurs des périodes d’embargo spécifiques et plus longues, allant de 24 mois à 60 mois (figure 5). Nous n’avons pas vérifié si ces embargos sont respectés et si leur respect est contrôlé par les éditeurs ou l’opérateur de la plateforme de diffusion. Il est peu probable que ce décalage avec le Code de la recherche puisse se justifier et se maintenir longtemps.

Dépôt dans HAL (green road)

35Dans quelle mesure les auteurs d’articles publiés dans les revues qualifiantes déposent-ils leurs manuscrits en ligne ? Pour avoir une première idée, nous avons relevé le nombre d’articles déposés sur HAL pour toutes les revues de la liste de rang A, avec le texte intégral ou seulement avec les références bibliographiques. Le résultat peut se lire de plusieurs façons.

36Pour l’ensemble des 97 revues qualifiantes, HAL signale 3271 articles, dont 1084 avec le plein texte (33 %) et 2187 sans (67 %). Ces chiffres ne sont pas élevés. Par rapport aux revues, il n’y a pas de corrélation entre le nombre des dépôts et des références. La somme totale ne doit pas masquer le fait que la médiane se situe à 2 dépôts par revues. En réalité, pour 32 revues de la liste (33 %), on ne trouve aucun article dans HAL ; pour 20 même pas de références bibliographiques (21 %) (figure 6).

Figure 6. Dépôts d’articles sur HAL, par revue (N =1084 articles issus de 65 revues)

Figure 6. Dépôts d’articles sur HAL, par revue (N =1084 articles issus de 65 revues)

37Quelques revues se trouvent sur HAL avec de 50 à 100 articles, dont Hermès, Réseaux, I2D (ex-Documentaliste) et le BBF ; mais la plupart ne réunissent qu’autour de 10 ou moins articles. En tout cas, c’est loin d’être représentatif pour la production des SIC en France.

38Une autre manière de lire ces résultats, c’est de séparer les trois catégories de revues :

  • Revues en open access : 29 revues avec 499 articles (46 % des articles, en moyenne 17 articles par revue).

  • Revues hybrides : 12 revues avec 81 articles (8 % des articles, en moyenne 7 articles par revue).

  • Revues sous abonnement : 24 revues avec 501 articles (46 % des articles, en moyenne 21 articles par revue).

39Presque la moitié des articles déposés sur HAL (46 %) sont donc issus de revues publiées en libre accès et se trouvent déjà en ligne, sur d’autres serveurs. Et seulement 54 % des dépôts constituent réellement de « nouveaux contenus » en libre accès dont les articles originaux se trouvent derrière la barrière payante (le « paywall ») des revues payantes.

Des modèles d’édition novateurs

40Le fonctionnement et les services des revues s’adaptent à l’environnement du web et de la Science ouverte. Le plan national pour la science ouverte appelle à mettre en place de nouveaux modèles et modes de publication15. Parmi ces éléments novateurs figurent les nouveaux modes d’évaluation et de sélection plus ouverts et transparents, regroupés sous le terme d’open peer review (évaluation ouverte par les pairs ou commentaire ouvert aux pairs), l’alimentation des revues en libre accès à partir d’archives ouvertes (overlay journals ou épirevues), et l’évaluation de l’impact des articles avec de nouveaux indicateurs, alternatifs aux indicateurs bibliométriques (altmetrics).

41Nous avons vérifié pour chaque revue si l’un ou plusieurs de ces trois éléments étaient présents et visibles sur le site de la revue, par exemple dans les informations sur le fonctionnement et le mode de sélection des manuscrits. Le résultat est plutôt décevant.

Open peer review

42Le terme d’open peer review désigne une réalité multiforme, émergente, sans définition consensuelle. Souvent, l’open peer review est décrit comme un processus d’évaluation et de sélection qui ne tente pas de masquer l’identité des auteurs et/ou des reviewers. Cependant, les modalités de ce nouveau processus varient d’un modèle à l’autre. L’enjeu de cette ouverture du « peer review » traditionnel est avant tout un gain de transparence du processus éditorial, mais aussi une meilleure fiabilité, efficacité et responsabilité (cf. Tennant et al. 2017).

43Parmi la liste des revues qualifiantes, nous n’avons trouvé aucun modèle, aucune initiative qui relèverait d’un tel processus novateur. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de projets de ce genre parmi certaines revues, ou que d’autres revues ne fonctionnent pas déjà dans un mode plus ouvert et transparent qu’une évaluation en double aveugle, avec un contact direct par exemple entre les auteurs et les relecteurs. Mais cela reste invisible et n’est pas conceptualisé et/ou affiché comme open peer review, avec un suivi, une évaluation ou une communication appropriée.

Epirevues

44Le modèle des épirevues ou overlay journals s’appuie sur la décomposition du processus éditorial et la prise en charge d’une partie des fonctions classiques de l’édition par les archives ouvertes, comme le dépôt, la préservation et la diffusion (cf. Berthaud et al. 2014). Ce lien structurel et fonctionnel entre la revue et une archive ouverte est le critère principal du concept d’une épirevue (cf. Brown 2010).

45Pour l’instant, il existe peu de revues qui fonctionnent sur ce modèle. En France, il s’agit avant tout d’une dizaine de revues de la plateforme épisciences.org sur HAL dont un titre qui relève des sciences de l’information (Journal of Data Mining & Digital Humanities)16. Parmi les revues de la liste SIC qualifiante, il n’y en a aucune.

Altmetrics

46Altmetrics est un terme générique qui désigne davantage une nouvelle approche de l’évaluation de l’impact d’une publication scientifique qu’un ensemble bien défini de nouveaux indicateurs et outils (Priem et al. 2010). Il s’agit d’ouvrir l’évaluation de l’impact aux webometrics et aux médias sociaux et de s’affranchir d’indicateurs comme le facteur d’impact ou le h-index issus des bases de données scientométriques. Le lien avec la science ouverte est la prise en compte de l’impact sociétal, par le biais des mentions, citations, recommandations et partages dans les réseaux sociaux, blogs, plateformes, etc.

47Dans la liste des revues SIC, 35 revues (36 %) proposent des indicateurs correspondant aux altmetrics. Parfois il s’agit simplement d’une information sur le nombre de téléchargements ou d’accès à un article. D’autres revues ont implémenté des outils plus sophistiqués, tel que Altmetric de Digital Science17 qui permet d’agréger des données disparates d’usage et d’impact sur le web, notamment à partir des DOI. Parmi ces 35 revues, on trouve surtout les éditeurs commerciaux, avec des revues hybrides et sous abonnement, publiées aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou en Allemagne.

Discussion

48En quelques années, le nombre de revues en libre accès dans la liste des revues de rang A en SIC a considérablement augmenté, passant de 6 en 2012 (Bosc & Dillaerts 2012) à 35 en 2018. Par rapport à l’ensemble des revues de la liste, la part de ces revues a triplé, de 13 % en 2012 à 38 % aujourd’hui. C’est un changement significatif et un succès indéniable du mouvement vers le libre accès. Mais ce succès reste à consolider dans un environnement qui évolue vite. Par la suite, nous allons discuter les résultats sous cinq aspects : le rôle du facteur d’impact, le pays et la langue d’édition, le degré d’ouverture des revues, la représentativité de la liste des revues qualifiante, et l’impact de la nouvelle initiative cOAlition S, une alliance européenne pour le libre accès à la recherche publique portée par les agences de financement.

Facteur d’impact

49Le facteur d’impact de l’Institute of Scientific Information a fait l’objet de nombreuses critiques, souvent justifiées, parfois virulentes. Cette critique n’est pas nouvelle (cf. Le Crosnier 1990, Magri et al. 1996, Ojasoo et al. 2002) et fait parfois partie d’une analyse plus large de l’épistémologie scientifique (cf. Moles 1990). Le facteur d’impact est généralement considéré comme un indicateur controversé (« one of publishing’s most contentious metrics », Callaway 2016), et son application inappropriée risque de pervertir l’activité scientifique (Beauvois & Pansu 2008, cf. aussi Coutrot 2008).

  • 18 Il s’agit du SCImago Journal Rank Indicator, cf. Schöpfel & Prost (2009)

50Même s’il existe aujourd’hui une alternative sous forme d’un indicateur dérivé de la base Scopus18, le facteur d’impact (FI) calculé à partir de la base de données scientométrique Web of Science est toujours l’un des critères les plus importants pour le classement des revues. 37 revues de la liste SIC (38 %) ont un facteur d’impact. Le lien avec la typologie des revues est significatif (figure 7).

51Figure 7. Lien entre facteur d’impact (FI) et type de revue (N =97)

Open

Hybride

Abonnement

Avec FI

5

23

9

Sans FI

32

6

22

52Les revues hybrides des éditeurs commerciaux (avec APC) sont sur-représentées tandis que les revues en libre accès (sans APC) sont sous-représentées. En revanche, les revues sous abonnement, sans libre accès, sont réparties équitablement par rapport au facteur d’impact. Le test Khi-2 est significatif avec une valeur p < 0.001. Autrement dit, l’effet du facteur d’impact sur le classement des revues joue d’une manière significative en faveur du modèle commercial du libre accès, avec des APC.

53Une comparaison avec les dépôts sur HAL montre un autre effet du facteur d’impact (Figure 8).

Figure 8. Lien entre facteur d’impact (FI) et dépôts dans HAL (N =3271)

Dépôts HAL

Références HAL

Avec FI

81

208

Sans FI

1003

1979

54Que ce soient des dépôts d’articles en plein texte ou seulement de références (métadonnées), la tendance est la même, et elle est significative (test Khi-2, p < 0.001) : il n’y a que très peu d’articles et de références sur HAL issues de revues SIC à facteur d’impact, 5 à 7 fois moins qu’on pourrait attendre à partir de leur présence dans la liste qualifiante. Autrement dit, les revues SIC les plus importantes du point de vue scientométrique sont sous-représentées dans l’archive ouverte nationale, et ceci, d’une façon significative.

Pays et langue d’édition

55Les 97 revues qualifiantes sont éditées dans douze pays et en cinq langues (figure 9). 35 % des revues sont éditées en France, 20 % au Royaume-Uni et 15 % aux États-Unis. 46 % des revues publient des articles en français, 45 % en anglais.

Figure 9. Pays d’édition et langue des revues qualifiantes (N =97)

français

anglais

autres

en %

France

33

1

35 %

Royaume-Uni

19

20 %

Etats-Unis

15

15 %

Canada

3

1

3

7 %

autres

9

8

5

23 %

en %

46 %

45 %

8 %

100 %

56Quand on met ces variables pour chaque revue en relation avec le type de diffusion, on obtient un paysage contrasté (figure 10). Caractéristiques pour les revues éditées en France (et au Canada) sont la part importante du modèle classique (abonnement) et la part négligeable des revues hybrides.

Figure 10. Pays d’édition et langue, par rapport au libre accès (N =97, en %)

Figure 10. Pays d’édition et langue, par rapport au libre accès (N =97, en %)

Degré d’ouverture

57La Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC) a développé avec d’autres organismes un outil pour mesure le degré dans la liberté d’accès, partant du principe que les revues peuvent être plus ou moins “libres” ou ouvertes en fonction de la politique des éditeurs dans les domaines de la réutilisation, du droit d’auteur ou de l’affichage sur le web (SPARC et al. 2012). Cet Open Access Spectrum19 permet l’évaluation fine d’une revue sur six dimensions, avec un score total allant de 0 (closed) à 100 (full open). Dans le cadre de notre étude, nous nous sommes limités à une estimation prudente sur trois dimensions (les droits de lecture, les droits de réutilisation et la lisibilité par les machines), en regroupant les revues dans trois catégories sur l’échelle du degré d’ouverture :

  • Full open (équivalent 90-100) : 5 %

  • Partially open (équivalent 35-55) : 20 %

  • Closed (équivalent 0) : 16 %

58Même s’il ne s’agit que d’une estimation à partir de trois dimensions sur six du Spectrum, cela permet quand même de faire trois constats : la liste des revues qualifiantes couvre l’ensemble du Spectrum ; il n’y a que peu de revues avec un haut degré d’ouverture ; mais il n’y pas beaucoup de revues non plus (une sur cinq ou six seulement) qui soient complètement « fermées ».

59Ajoutons que la Loi numérique de 2016, en introduisant un droit d’exploitation secondaire, a d’emblée augmenté ce degré d’ouverture par rapport aux droits d’auteur (pas de cession exclusive) et aux droits d’affichage en ligne (dépôt d’une version déterminée après une période d’embargo), pour la recherche publique et en s’affranchissant de la politique des éditeurs. Pour aller plus loin dans une analyse détaillée des fonctionnalités et pratiques des revues, l’approche d’audit appliquée par Cristea et al. (2018) aux revues en psychologie clinique pourrait servir de modèle. Mais il faut sans doute rester pragmatique : préconiser dans ce contexte la version “full open” et “libre” comme seul modèle de publication (« radical form of OA – entirely free, entirely open journals with no reader charges or author charges », cf. Maharg et al. 2018 dans le domaine du droit) passe à côté de la réalité du paysage de l’édition scientifique et risque de freiner sa transformation.

La représentativité de la liste des revues qualifiantes

60Une liste de revues qualifiantes est nécessairement sélective, et elle est conditionnée par le contexte national (Taylor & Willett 2017). Pour avoir une idée de la représentativité de la liste SIC par rapport à l’offre éditoriale du marché des revues scientifiques, nous l’avons comparée avec quatre outils bibliométriques : le répertoire international des revues en libre accès (DOAJ), les deux bases de données scientométriques Scopus (Elsevier) et Web of Science (Clarivate), et le répertoire des périodiques Ulrichsweb (ProQuest). L’objectif de cette analyse est d’obtenir quelques éléments chiffrés sur l’univers des revues en libre accès en SIC et par ce biais d’avoir une idée sur la sélectivité de la liste qualifiante, sous l’aspect du libre accès.

Revues SIC en libre accès

61Une étude a identifié en septembre 2017 dans le répertoire DOAJ 119 revues en libre accès dans le domaine Library and Information Sciences dont la moitié est publiée aux États-Unis, au Brésil, en Espagne et en Pologne (Prerna & Chander 2018).

  • 20 Nous avons inclus les thématiques suivantes : Bibliography. Library science. Information resources, (...)

62Notre propre analyse de décembre 2017 aboutit à une liste de 298 revues SIC suite au filtrage sur les thématiques liées aux sciences de l’information et communication20, dont 66 % sont publiées en anglais et 8 % en français. Il s’agit essentiellement de revues en libre accès sans APC, diffusées sous licence ouverte.

63Le croisement du répertoire DOAJ avec la liste qualifiante SIC fournit une liste de 17 titres, parmi lesquels 12 sont classés parmi les thématiques SIC ; les cinq autres sont indexés d’autres domaines, tels que langue et littérature, éducation, sciences sociales ou technologie.

64À l’inverse, 286 revues SIC du répertoire DOAJ ne se retrouvent pas dans la liste qualifiante. 66 % de ces titres publient des articles en anglais, 30 % en espagnol, 26 % en portugais, 11 % en indonésien et 7 % (21 titres) en français. Seulement dix revues sont publiées avec APC. En termes de sélectivité, la liste qualifiante représente donc 4 % des revues SIC en libre accès.

Revues avec facteur d’impact

65Le Web of Science contient 170 revues en SIC. 37 revues font partie de la liste des revues qualifiantes, 34 en SIC, trois autres dans d’autres domaines. Parmi ces 37 revues, cinq sont en libre accès et 23 sont des revues hybrides.

66Quant à Scopus, nous recensons parmi les 23507 revues actives contenues dans Scopus datée d’octobre 2017, 480 titres indexés dans les domaines Library Information Science (code 3309) ou Communication (code 3315). Parmi ces 480 titres, 13 %, soit 62 revues sont publiées en libre accès.

67Comment se positionnent les titres de la liste qualifiante par rapport à ce corpus ? On compte 44 revues communes, soit 45 % des titres de la liste qualifiante sont indexés dans Scopus et ont un « SCImago journal rank indicator » (SJR, cf. Schöpfel & Prost 2009). Parmi ces titres communs, huit revues sont publiées en libre accès.

68À l’inverse 436 titres sont uniquement présents dans Scopus. Parmi ces 436 titres, 54 revues (12 %) sont répertoriées dans le DOAJ comme revues en libre accès. En termes de sélectivité, la liste qualifiante représente donc 20 % des revues SIC avec facteur d’impact (Web of Science), 8 % des revues SIC avec un SCImago journal rank indicator (Scopus) et 13 % des revues SIC en libre accès de la base Scopus.

L’alliance européenne cOAlition S

69Portée par la Commission européenne et l’European Research Council, l’alliance de plusieurs agences de financement européennes, cOAlition S21 a lancé une initiative en septembre 2018 appelée « plan S » pour généraliser l’accès libre aux publications issues de la recherche publique à partir de 2020. Ce plan S préconise contient plusieurs principes qui, une fois mis en œuvre par les agences et les organismes de recherche changeront les conditions du financement et de l’évaluation de la recherche publique. Parmi les plus emblématiques :

  • La diffusion des publications avec une licence ouverte, de préférence une licence Creative Commons Attribution (CC-BY).

  • La définition d’une liste de critères de qualité pour les revues et plateformes.

  • Le contrôle des montants des APCs.

  • Le rejet des revues hybrides.

70Le plan S rencontre au moment de la rédaction de l’article (octobre 2018) un large soutien politique, même si l’interprétation de plusieurs termes et principes reste matière à débat. Par rapport à la liste des revues SIC de rang A, force est de constater que si 38 % des revues sont en libre accès, seulement 28 % diffusent les articles sous CC. En d’autres termes (et sans évoquer la qualité des services), la liste de rang A en l’état n’est donc que très partiellement compatible avec les principes du plan S.

Conclusion

71La science ouverte figure aujourd’hui parmi les priorités de la politique scientifique du gouvernement français. La Loi numérique de 2016 a créé un environnement légal favorable au libre accès aux résultats de la recherche. Le plan national de 2018 préconise l’obligation d’une publication en libre accès des articles et livres issus de recherches financées par appel d’offres sur fonds publics. L’évaluation des chercheurs et des établissements est un levier pour accélérer le développement du libre accès en France.

72Traditionnellement, les revues scientifiques jouent un rôle particulier quand il s’agit d’évaluer la production scientifique des chercheurs et des structures de la recherche, notamment par le biais du classement des revues d’un domaine et par l’établissement de listes de revues dites de rang A (ou qualifiantes). Les risques et limites sont connus : « L’évaluation des revues est une excellente chose [...] à condition de ne pas en abuser [...] Le risque est considérable de figer le paysage de la recherche, de décourager l’innovation et d’utiliser les classements à mauvais escient » (Béaur 2011, p. 179). Aussi, il ne faut pas confondre les critères d’évaluation avec la réalité des pratiques des chercheurs, plus complexe, plus hétérogène, pas nécessairement en conformité avec ces critères (Lussier & Chanlat 2017).

73Sur Google Scholar, 43 % des publications en SIC sont librement accessibles (Martin-Martin et al. 2017). Dans le contexte français, les sciences de l’information et de la communication figurent parmi les domaines pionniers, « en créant en 2002 ArchiveSIC sur HAL [...] puis MemSIC pour les mémoires de Master, elles ont aussi initié un petit nombre de revues nativement en libre accès, dont RFSIC, ESSACHESS, les Enjeux, bon nombre de revues sont aussi en accès libre après une période d’embargo fixée avec les éditeurs, un projet innovant d’épirevue a été lancé avec d’autres communautés, Journal of Data Mining and Digital Humanities [...] » (Chartron & Schöpfel 2017).

74L’analyse de la liste des revues qualifiantes montre une réalité nuancée. Une part significative de revues est déjà en libre accès (38 %). D’autres revues ont un caractère hybride (30 %). Le chemin parcouru depuis 2012 est significatif. Mais la part des articles auto-archivés reste assez limitée, et il n’y a que peu de modèles d’édition novateurs. Aussi, le facteur d’impact reste toujours plus important que la diffusion en libre accès quand il s’agit de la liste de rang A.

75Quelles seraient dans ce contexte les options pour aller plus loin dans la contribution des SIC au développement du libre accès et de la science ouverte ? D’après les éléments de notre analyse, on peut distinguer cinq pistes :

  1. Limiter la liste des revues qualifiantes aux revues numériques en ligne.

  2. Augmenter la part des revues en libre accès dans la liste des revues qualifiantes, au détriment du nombre de revues traditionnelles ou hybrides, et en appliquant des critères de qualité éprouvés pour une sélection « par le haut » (cf. van Gerestein 2015).

    • 22 À l’instar des initiatives pour transformer les revues « classiques » en revues en libre accès, cf. (...)

    Augmenter le degré d’ouverture des revues SIC éditées en France, à partir des critères du Open Access Spectrum de SPARC et par un soutien de la bibliodiversité et de modèles novateurs de l’édition22.

  3. Faciliter l’auto-archivage d’articles de revues dans HAL, notamment par l’import des métadonnées.

  4. Créer des indicateurs pour le suivi (monitoring) des publications en libre accès en SIC, à l’instar par exemple de l’initiative de l’Université de Leiden (van Leeuwen et al. 2017) ou du projet SIGAPS23 dans le domaine des sciences médicales (cf. Darmoni et al. 2009) et en concertation avec la mise en place d’un « baromètre de la science ouverte » en France.

76Ces cinq pistes favoriseraient l’émergence d’un écosystème ouvert des SIC en France. Le plan national du gouvernement annonce une révision des procédures d’évaluation pour une meilleure reconnaissance de la science ouverte et pour « réduire l’emprise de l’évaluation quantitative au profit de l’évaluation qualitative ». L’initiative cOAlition S soutenue par l’ANR renforce ce mouvement. Modifier le classement des revues qualifiantes n’est donc qu’un élément parmi d’autres de la transformation des procédures et pratiques scientifiques qui ne se limitera pas aux revues scientifiques, mais concerne également les thèses et mémoires, les livres et actes de colloques, sans parler des données de la recherche.

LECLERCQ, B., 2016. Évolutions récentes de l’évaluation de la recherche. Quelques concepts pertinents. In E. Zaccai et al., Penser la science: L’évaluation de la recherche en question (pp. 11-23). Bruxelles: Académie Royale de Belgique.

Haut de page

Bibliographie

BEAUR, G., 2011. Les publications et l’évaluation des chercheurs ou des unités dans le dispositif français en sciences humaines. In : Servais, P. (Ed.), L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards des chercheurs. Bruylant-Academia, Louvain-la-Neuve, pp. 167-181.

BEAUVOIS, J.-L., PANSU, P., 2008. Facteur d’impact et mondialisation culturelle. Psychologie Française 53 (2), 211–222. http://dx.doi.org/10.1016/j.psfr.2007.05.002

BERRY, M., 2009. Les mirages de la bibliométrie, ou comment scléroser la recherche en croyant bien faire. Revue du MAUSS 33 (1), 227–245. http://dx.doi.org/10.3917/rdm.033.0227

BERTHAUD, C., CAPELLI, L., GUSTEDT, J., KIRCHNER, C., LOISEAU, K., MAGRON, A., MEDVES, M., MONTEIL, A., RIVERIEUX, G., ROMARY, L., 2014. Episciences – an overlay publication platform. In: ELPUB 2014. 18th International Conference on Electronic Publishing, Thessaloniki, Greece, June 18-20, 2014. http://ebooks.iospress.nl/publication/36552

BOSC, H., DILLAERTS, H., 2012. Le libre accès en France en 2012 : Entre immobilisme et innovation. Liinc em Revista 8 (2). http://dx.doi.org/10.18617/liinc.v8i2.502

BRIATTE, F., 2008. Comparaison inter-classements des revues en sociologie-démographie et en science politique. Bulletin de Méthodologie Sociologique 100 (1), 51–60. http://dx.doi.org/10.1177/075910630810000109

BROWN, J., 2010. An introduction to overlay journals. Repositories Support Project: UK SHERPA-LEAP UCL. http://discovery.ucl.ac.uk/19081/

CALLAWAY, E., 2016. Beat it, impact factor! Publishing elite turns against controversial metric. Nature 535 (7611), 210–211. http://dx.doi.org/10.1038/nature.2016.20224

CHARTRON, G., SCHÖPFEL, J., 2017. Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat (dossier). RFSIC Revue française des sciences de l’information et de la communication (11). https://rfsic.revues.org/2868

COUTROT, L., 2008. Sur l’usage récent des indicateurs bibliométriques comme outil d’évaluation de la recherche scientifique. Bulletin de Méthodologie Sociologique 100 (1), 45–50. http://dx.doi.org/10.1177/075910630810000108

CRISTEA, I., NAUDET, F., NUTU, D., GENTILI, C., 2018. Open science practices in clinical psychology journals: an audit study. https://doi.org/10.31219/osf.io/t2k56

DARMONI, S. J., LADNER, J., DEVOS, P., GEHANNO, J.-F., 2009. Robustesse du score SIGAPS, critère bibliométrique pour valoriser les publications des établissements de santé. La Presse Médicale 38 (7-8), 1056–1061. http://dx.doi.org/10.1016/j.lpm.2009.03.011

GALVEZ-BEHAR, G., 2011. Faut-il classer les revues en sciences humaines et sociales ? dix années de controverses françaises (1999-2009). In : Servais, P. (Ed.), L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards des chercheurs. Bruylant-Academia, Louvain-la-Neuve, pp. 243-265.

GERESTEIN, D. van, 2015. Quality open access market and other initiatives: a comparative analysis. LIBER Quarterly 24 (4), 162-173. http://dx.doi.org/10.18352/lq.9911

GINGRAS, Y., 2016. Bibliometrics and Research Evaluation. Uses and Abuses. MIT Press, Cambridge MA.

GUÉDON, J.-C., 2001. In Oldenburg’s long shadow: librarians, research scientists, publishers, and the control of scientific publishing. Association of Research Libraries, Washington D.C. http://www.arl.org/storage/documents/publications/in-oldenburgs-long-shadow.pdf

HARNAD, S., BRODY, T., VALLIÈRES, F., CARR, L., HITCHCOCK, S., GINGRAS, Y., OPPENHEIM, C., STAMERJOHANNS, H., HILF, E.R., 2004. The Access/Impact problem and the green and gold roads to open access. Serials Review 30 (4), 310-314. http://dx.doi.org/10.1080/00987913.2004.10764930

HAYMAN, R., 2018. LIS practitioner-focused research trends toward open access journals, academic-focused research toward traditional journals. Evidence Based Library and Information Practice 13 (1), 24-26. http://dx.doi.org/10.18438/eblip29377

HEINDERYCKX, F., HARDY, M., VANHOLSBEECK, M., 2012. Les revues scientifiques en information-communication. Questions de Communication 21, 157-170. http://dx.doi.org/10.4000/questionsdecommunication.6643

HINSSEN, P., 2010. The new normal: explore the limits of the digital world. Across Technology, Gent. http://www.worldcat.org/isbn/9789081324250

IRIBARNE, A., 2004. Un exemple d’incapacité gestionnaire dans la mise en œuvre d’une réforme : vingt ans de gestion des chercheurs au CNRS. Politiques et management public 22 (2), 19–38. http://www.persee.fr/docAsPDF/pomap0758-17262004num2222838.pdf

LAAKSO, M., SOLOMON, D., BJÖRK, B., 2016. How subscription-based scholarly journals can convert to open access: A review of approaches. Learned Publishing, 29, 259-269. http://dx.doi.org/10.1002/leap.1056

LE CROSNIER, H., 1990. Systèmes d’accès à des ressources documentaires : vers des anté-serveurs intelligents. Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille III. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00004654/

LEEUWEN, T. van, MEIJER, I., YEGROS-YEGROS, A., COSTAS, R., 2017. Developing indicators on open access by combining evidence from diverse data sources. In: Proceedings of the 2017 STI Conference, 6-8 September, Paris, France. https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1802/1802.02827.pdf

LUSSIER, S., 2014. Les enseignants-chercheurs en gestion à l’épreuve des nouvelles injonctions institutionnelles en matière d’évaluation : une étude France-Québec. Thèse de doctorat, Université Paris Dauphine - Paris IX. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01023648

LUSSIER, S., CHANLAT, J.-F., 2017. Les enseignants en gestion face aux nouvelles injonctions institutionnelles. Revue Française de Gestion 43 (267), 79–96. http://dx.doi.org/10.3166/rfg.2017.00183

MAGRI, M. H., SOLARI, A., RERAT, K., 1996. Les périodiques scientifiques d’audience internationale au travers du journal citation reports : analyse du système d’évaluation de l’ISI. Application à l’étude de la production de l’INRA. In : L’information scientifique et technique : nouveaux enjeux documentaires et éditoriaux. Colloque INRA, 21-23 octobre 1996, Tours.

MAHARG, P., NAIR, A., EASTON, C., 2018. ‘The most audacious and specific plan for knowledge, freedom and a better world’: Developing radical pathways to free, open journals. European Journal of Law and Technology 9(1). http://ejlt.org/article/view/630

MARTÍN-MARTÍN, A., COSTAS, R., van LEEUWEN, T., LÓPEZ-CÓZAR, E. D., 2017. Evidence of open access of scientific publications in google scholar: a large-scale analysis. SocArXiv. http://dx.doi.org/10.17605/OSF.IO/K54UV

MEADOWS, A., 2015. Flipping, not Flopping: Converting Subscription Journals to Open Access. The Scholarly Kitchen, March 4, 2015. https://scholarlykitchen.sspnet.org/2015/03/04/flipping-not-flopping-converting-subscription-journals-to-open-access/

MESRI, 2018. Plan national pour la science ouverte. Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Paris. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132529/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-les-resultats-de-la-recherche-scientifique-ouverts-a-tous-sans-entrave-sans-delai-sans-paiement.html

MOLES, A. 1990. Les sciences de l’imprécis. Seuil, Paris.

OJASOO, T., MAISONNEUVE, H., MATILLON, Y., 2002. Le facteur d’impact des revues, un indicateur bibliométrique à manier avec prudence. Presse Médicale 31 (17), 775-781.

PRERNA, S., CHANDER, H., 2018. Scholarly open access publishing: Growth of LIS open access journals visible through Directory of Open Access Journals. Library Philosophy and Practice, 1749. https://digitalcommons.unl.edu/libphilprac/1749/

PRIEM, J., TARABORELLI, D., GROTH, P., NEYLON, C., 2010. Altmetrics: A manifesto. http://altmetrics.org/manifesto

PROST, H., SCHÖPFEL, J., 2012. Les revues francophones dans le domaine information, communication, documentation. Une étude empirique. Documentaliste - Sciences de l’Information 49 (3), 62–70. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00908592/

SCHÖPFEL, J., PROST, H., 2009. Le JCR facteur d’impact (IF) et le SCImago journal rank indicator (SJR) des revues françaises : une étude comparative. La Psychologie Française 54 (4), 287–305. http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic00567847

SHAMSEER, L., MOHER, D., MADUEKWE, O., TURNER, L., BARBOUR, V., BURCH, R., CLARK, J., GALIPEAU, J., ROBERTS, J., SHEA, B. J., 2017. Potential predatory and legitimate biomedical journals: can you tell the difference? A cross-sectional comparison. BMC Medicine 15 (1). http://dx.doi.org/10.1186/s12916-017-0785-9

SPARC, PLOS, OASPA, 2012. HowOpenIsIt? Open Access Spectrum. https://www.plos.org/how-open-is-it

SUBER, P., 2003. Removing the barriers to research: An introduction to open access for librarians. College & Research Libraries News 64 (2), 92-94. http://legacy.earlham.edu/\~{}peters/writing/acrl.htm

TAYLOR, L., WILLETT, P., 2017. Comparison of US and UK rankings of LIS journals. Aslib Journal of Information Management 69 (3), 354-367. http://dx.doi.org/10.1108/ajim-08-2016-0136

TENNANT, J. P., et al, 2017. A multi-disciplinary perspective on emergent and future innovations in peer review. F1000Research 6, 1151+. https://f1000research.com/articles/6-1151/v3

WILLIAMS, G., GALLERON, I., 2016. Bottom up from the bottom: A new outlook on research evaluation for the SSH in France. In: Ochsner, M., Hug, S. E., Daniel, H.-D. (Eds.), Research Assessment in the Humanities. Springer, pp. 181–198. http://dx.doi.org/10.1007/978-3-319-29016-414

VANDERMOTTEN, C., 2016. L’impact des rankings sur l’existence et la diversité des revues scientifiques et sur les pratiques disciplinaires. Le cas de la géographie. In : Zaccai, E., et al., pp. 91-99.

ZACCAI, E., TIMMERMANS, B., HUDON, M., CLERBAUX, B., LECLERCQ, B., BERSINI, H. (Eds.), 2016. L’évaluation de la recherche en question(s). Académie Royale de Belgique, Bruxelles. https://orbi.uliege.be/handle/2268/199540

Haut de page

Notes

1 Computing Research & Education http://www.core.edu.au

2 Pour une introduction plus globale, cf. Gingras (2016).

3 Une revue qualifiante (aussi appelé « revue de rang A ») est une revue qui, selon le Comité National des Universités (CNU), tient une place importante dans la diffusion des résultats de la recherche à l’échelle nationale et internationale et que le CNU considère comme essentielle pour évaluer les candidatures à la qualification pour les fonctions de maître de conférences et de professeur des universités ; seulement les candidats qualifiés peuvent postuler à des postes d’enseignants-chercheurs ouverts dans les universités françaises. Le CNU estime que la publication dans une revue qualifiante est un indicateur d’une reconnaissance du champ et d’une visibilité à l’intérieur de celui-ci.

4 http://www.hceres.fr/

5 https://www.sfsic.org/index.php/infos/liste-des-revues-qualifiantes-en-71eme-section

6 https://www.proquest.com/products-services/Ulrichsweb.html

7 Directory of Open Access Journals https://doaj.org/

8 http://www.sherpa.ac.uk/romeo

9 https://heloise.ccsd.cnrs.fr/

10 https://scholarlycommunications.jiscinvolve.org/wp/2017/08/23/article-processing-charges-in-2016/

11  https://www.couperin.org/site-content/261-a-la-une/1339-couperin-org-fournit-les-premieres-donnees-apc-pour-la-france

12 http://creativecommons.fr/

13 https://cleo.openedition.org/

14 https://www.cairn.info/

15 Cf. aussi l’Appel de Jussieu pour la Science ouverte et la bibliodiversité https://jussieucall.org/

16 https://www.episciences.org/

17 https://www.altmetric.com/

18 Il s’agit du SCImago Journal Rank Indicator, cf. Schöpfel & Prost (2009)

19 http://www.oaspectrum.org

20 Nous avons inclus les thématiques suivantes : Bibliography. Library science. Information resources, Bibliography. Library science. Information resources: Information resources (General), Language and Literature: Philology. Linguistics: Communication. Mass media ou Language and Literature: Philology. Linguistics: Communication. Mass media: Oral communication. Speech.

21 https://www.scienceeurope.org/coalition-s/

22 À l’instar des initiatives pour transformer les revues « classiques » en revues en libre accès, cf. Meadows (2015) ou Laakso et al. (2016) ou encore la liste des revues transformées dans le Open Access Directory http://oad.simmons.edu/oadwiki/Journals_that_converted_from_TA_to_OA

23 http://www.sigaps.fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mode de diffusion des revues de rang A (N =97)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-1.jpg
Fichier image/, 32k
Titre Figure 2. Régime de diffusion des revues SIC en open access (N = 66)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-2.jpg
Fichier image/, 24k
Titre Figure 3. Mode de diffusion des revues de rang A (N = 97)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-3.jpg
Fichier image/, 20k
Titre Figure 4. Les plateformes les plus importantes (N =49)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-4.jpg
Fichier image/, 32k
Titre Figure 5. Périodes d’embargo imposées par plusieurs revues (N = 11)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-5.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Figure 6. Dépôts d’articles sur HAL, par revue (N =1084 articles issus de 65 revues)
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-6.jpg
Fichier image/, 40k
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/4706/img-7.jpg
Fichier image/, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Schöpfel, Hélène Prost et Amel Fraisse, « Plus ou moins open : les revues de rang A en Sciences de l’information et de la communication  », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/4706 ; DOI : 10.4000/rfsic.4706

Haut de page

Auteurs

Joachim Schöpfel

Joachim Schöpfel est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille, membre du laboratoire GERiiCO et consultant indépendant dans le domaine de l’information scientifique. ORCID 0000-0002-4000-807X. Courriel : joachim.schopfel@univ-lille.fr

Articles du même auteur

Hélène Prost

Hélène Prost est ingénieur d’études à l’Institut de l’Information Scientifique et Technique (INIST-CNRS) et membre associé au laboratoire GERiiCO de l’Université de Lille. ORCID 0000-0002-7982-2765. Courriel : helene.prost@inist.fr

Amel Fraisse

Amel Fraisse est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la Communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERiiCO.

ORCID 0000-0002-8693-8862. Courriel: amel.fraisse@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page