Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Ligne SudCulture numérique juvénile et rec...

Ligne Sud

Culture numérique juvénile et reconfiguration des liens intergénérationnels : une recherche sur Facebook en Tunisie

Juvenile digital culture and reconfiguration of intergenerational links in the Mediterranean : a Facebook search in Tunisia
Alma Betbout

Résumés

Notre étude s’inscrit dans les recherches en sciences de l’information et de la communication. Elle aborde les usages des réseaux socionumériques (RSN) en Tunisie et contribue à comprendre les dynamiques sociales, culturelles et identitaires de notre public à l’ère de la numérisation généralisée de la société. En privilégiant une approche de la sociologie des usages, nous nous sommes centrée sur les nouvelles pratiques numériques juvéniles en nous demandant si les RSN favorisent ou non l’émergence d’un nouvel espace médiatique qui pourrait lui-même faciliter l’évolution des rapports sociaux dans une société tunisienne traditionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tout en cherchant comment les pratiques des nouvelles technologies du numérique ont joué un rôle d’accompagnement à l’évolution des liens intergénérationnels chez les jeunes, nous analyserons, dans cet article, certains travaux qui considèrent les réseaux socionumériques comme facteur de l’évolution des liens intergénérationnels en Méditerranée, en autres, la Tunisie après la révolution arabe de 2011.

2À travers une recherche en sciences de l’information et de la communication, basée sur une étude empirique centrée sur la Tunisie, nous avons dressé un panorama des usages sociaux des outils du web social qui désigne selon Millerand, Proulx et Rueff (2010) « l’émergence de nouveaux dispositifs numériques indissociables de l’évolution d’Internet ».

  • 1 Sousse est une ville portuaire de la région de l’est de la Tunisie. La richesse de son histoire en (...)

3Pour notre enquête nous avons réalisé, d’une part, des entretiens semi-directifs auprès de 201 adolescents tunisiens scolarisés dans un lycée de la ville de Sousse1 en Tunisie. D’autre part, nous avons effectué une enquête en ligne auprès de parents d’adolescents dans la même aire géographique pour laquelle nous avons eu 34 réponses. Cette enquête empirique, qui fait partie de notre recherche doctorale (Betbout, 2017), a eu lieu entre décembre 2106 et mai 2017.

4Notre recherche étudie la reconfiguration des liens intergénérationnels chez les adolescents tunisiens face à une société patriarcale qui devient, grâce à l’essor du numérique, une société de plus en plus horizontale. La question qui nous préoccupe est de savoir en quoi les RSN favorisent ou non l’émergence d’un nouvel espace médiatique qui pourrait lui-même faciliter l’évolution des rapports sociaux dans la société tunisienne.

5Pour aborder cette question sous l’angle spécifique de la communication, en privilégiant une approche de la sociologie des usages, nous partons des hypothèses selon lesquelles les pratiques des outils numériques s’inscrivent dans un rapport social matérialisé qui renvoient à une nouvelle forme de sociabilité connectée des usagers. Précisons également qu’il existe de nouvelles normes de conduites intergénérationnelles sur les réseaux sociaux depuis la révolution tunisienne de 2011. D’un point de vue méthodologique, nous nous basons sur une démarche qualitative complétée par la littérature spécialisée sur le sujet.

Dimensions spatio-temporelles des usages des RSN : Facebook en Tunisie

6La société tunisienne traditionnelle et les régimes arabes ont toujours fonctionné sur un modèle autoritaire (Laoukili, 2011, p. 43). L’histoire montre la nature de l’autorité et son acceptation dans le monde arabe. Il existait une soumission de la femme à l’homme ensuite celle des enfants aux anciens (idem, 2011). Ceci implique des normes et des règles de conduite qui vont s’imposer à chacun. Cet ordre social patriarcal a déjà fait l’objet d’étude et d’analyse dans les recherches anthropologiques et ethnographiques (Tlili, 2002).

7Or, il semble que depuis 2011 la Tunisie a connu une évolution des rapports socioculturels entre les membres de la famille suite à l’émergence du réseau socionumérique Facebook. En effet, certains pays en voie de développement, notamment la Tunisie, considèrent qu’une adoption massive des technologies de l’information et de la communication (TIC) peut permettre un rattrapage « accéléré » des pays industrialisés (Ben Youssef ; M’Henni, 2003). C’est ce qui explique que depuis les années 1980, la Tunisie vise à renforcer le secteur des TIC et notamment l’usage de l’Internet. Ainsi le nombre d’abonnés à l’Internet en Tunisie, est estimé, en 2015, à 1.8 million (contre, 1.1 million en 2012, 1.4 million en 2013 et 1.7 million en 2014)2.

Temporalités de connexions chez les adolescents tunisiens

8La médiation des technologies numériques d’information et de communication peut être favorisée par l’émergence de nouveaux modèles de valeurs, de relations sociales et d’actions qui transforment notre rapport à soi et au collectif et participent à part entière à la production des sociétés contemporaines (Denouël ; Granjon, 2011). Pour mieux comprendre les usages de Facebook du jeune public tunisien, nous avons étudié les différentes temporalités de leurs usages pour mieux comprendre comment ces nouvelles pratiques de communication mobiles permettent aux jeunes d’échapper à leur environnement familial.

9Notre observation a montré que la quasi-totalité des connexions se font dans l’espace privé et très rares sont ceux qui se connectent dans l’espace public. Pour cela, nous avons traité les rythmes des activités numériques chez les adolescents questionnés depuis leur domicile et leur attachement aux outils numériques.

10Nous avons essayé de comprendre cette nouvelle forme d’autonomie qui permet à l’adolescent tunisien de s’affirmer comme un individu singulier, d’entrer en communication avec ses pairs, sans avoir besoin de ses parents et la position de ces derniers vis-à-vis des temporalités des activités numériques et face à un changement dans les rapports familiaux.

11La gestion du temps chez les adolescents est influencée par de nombreux facteurs sociaux. En Tunisie, les cours débutent à 8 heures du matin et se terminent à 18 heures Les emplois du temps sont très chargés et les lycéens font pratiquement des journées complètes. En moyenne, l’ensemble de ces facteurs structurent l’environnement temporaire de ces adolescents. Ce qui fait des temps libres très réduits en semaine :

Y : Dès que je rentre j’ouvre mon Facebook, je me connecte une demi-heure après je fais mes devoirs.
Yosr, 15 ans.

A : Même si je rentre tard du lycée, je dois me connecter sur Facebook même avant de me coucher tranquillement dans ma chambre.
Aya, fille, 19 ans.

12 Amparo Lasen (2001) mentionne qu’au sein de la famille, l’indépendance se manifeste par la possibilité du jeune à se désynchroniser des horaires des parents. C’est-à-dire à créer son espace personnel et son propre rythme de vie. Selon la sociologue Jocelyn Lachance, la temporalité serait « saisie par les jeunes pour s’autonomiser ». En effet, tout adolescent cherche à prendre des distances pour se prouver et aux autres sa capacité à vivre par lui-même. J. Lachance introduit la notion de désynchronisation : « à l’adolescence, les actes de désynchronisation se multiplient, car ils témoignent de cette volonté de prendre une distance par rapport aux horaires des adultes […] cette désynchronisation n’est donc pas à interpréter comme une opposition face aux rythmes imposés par l’extérieur, mais comme une façon d’affirmer son autonomie » (Lachance, 2011, p. 57). La sociologue soutient qu’en jouant avec le temps « les jeunes cherchaient à se libérer de la dépendance à laquelle ils arrivent difficilement à échapper par d’autres moyens, puis à se donner le sentiment de se gouverner selon leurs propres règles » (idem, p. 162).

13 En effet, les échanges en ligne permettent aux adolescents de former une « nouvelle vie », qu’ils peuvent créer depuis leur chambre. L’adolescent acquiert ainsi une forme d’autonomie par exemple les filles tunisiennes contournent via l’usage de Facebook l’interdiction de sortie le soir qui leur sont imposées en raison des contraintes scolaires et familiales. Dans une telle configuration l’adolescent a le sentiment de prendre possession de sa vie, de s’affirmer et de s’éloigner de son enfance pour s’affirmer comme un individu singulier (Metton-Gayon, 2010).

Accord parental dans la temporalité des usages numériques des enfants

14Nous nous intéressons aux facteurs qui influencent la durée de connexion sur Facebook chez notre public. En analysant les interviews des adolescents, nous avons remarqué un indice important. La durée de connexions varie selon les facteurs sociopolitiques en Tunisie. Si un événement national touche le pays, la durée de connexion devient plus importante chez les questionnés. L’avenir du pays qui est en jeu est un facteur important pour eux :

W : Quand il y’a des événements qui me touchent comme par exemple l’attentat au musée du Bardo, je suis chaque minute ce qui se passe.
I : Et tu restes longtemps connecté ?
W : Non-stop.
Wael, garçon 16 ans.

15La durée de connexion de nos enquêtés est aussi influencée par le cycle hebdomadaire. Par exemple, le nombre d’images et de vidéos qui circulent pendant le week-end et les jours de fête sont plus nombreuses car les adolescents peuvent se permettre de sortir entre amis en fin de semaine contrairement en jours d’école où les parents leurs interdisent. Les adolescents postent davantage sur leurs pages Facebook pour être vus, aimés et commentés. En effet, La fonction "j’aime" illustre également « l’orientation positive des échanges » (Coutant ; Stenger, 2010, p. 6). Nous remarquons aussi que le contenu des usages peut déterminer la durée de connexion :

I : Combien de temps passes-tu sur Facebook pendant les vacances ?

Y : En semaine bah attends, je vais calculer donne-moi une minute stp […] 67 h. On va dire en moyenne 9 h par jour [Rires].

I : Et les week-ends ?

Y : 10 h pas plus.
Yosr, fille, 15 ans.

16Le contexte familial peut influencer le rythme des usages numériques dans lequel évolue l’adolescent. Aya nous raconte que ses parents sont divorcés depuis une dizaine d’années et qu’elle vit chez sa maman et passe certains week-ends chez son papa. Elle raconte qu’elle a une liberté de connexion aussi bien chez son papa que sa maman « selon ses besoins » :

A : Je me connecte aussi bien chez mon papa que chez ma maman selon mes besoins
I : C’est-à-dire ?
A : Des fois, j’ai besoin de me connecter quand j’ai un truc important à faire : parler avec quelqu’un sur Messenger, je peux aussi me connecter pour rien.
I : Et quand tu es chez ta maman ?
A : Je me connecte aussi, mais moins, car j’ai souvent mes copines qui viennent chez moi et on reste dans ma chambre à papoter, ou à faire des vidéos pour les poster après.
I : Et ta mère est plus autoritaire que ton père ?
A : Non au contraire elle est cool.
Aya, fille, 19 ans.

  • 3 Homme d’Etat tunisien et militant nationaliste, il obtient l’indépendance de la Tunisie en 1956 et (...)

17 Par ailleurs, de nombreuses recherches se sont intéressées au Printemps arabe d’un point de vue politique, mais elles ont moins évoqué les évolutions sociales qui ont accompagné les bouleversements politiques. En effet, les femmes dans le monde arabo-musulman ont souvent été cantonnées à la sphère privée. Cependant, au moment du Printemps arabe, les femmes ont largement participé dans les manifestations de rue pour exprimer leurs revendications. Ce phénomène d’appropriation de l’espace public est tout à fait nouveau dans le monde arabo-musulman. À cet égard, la société tunisienne fait un peu exception. En effet, bien qu’elle soit une société conservatrice où le divorce, par exemple est mal vu, la Tunisie est un pays où la femme s’est vue accorder une relative indépendance. En effet, le statut de la femme a été le cheval de bataille de Habib Bourguiba3 qui a cherché à l’émanciper pour qu’elle puisse être l’égal de l’homme. Il était partisan d’une évolution de la société vers des modèles occidentaux.

18 Ainsi la marche vers des liens sociaux plus horizontaux au sein de la société tunisienne est antérieure aux RSN, mais elle a été amplifiée par des plateformes comme Facebook favorisant cette fois ci, l’émancipation des jeunes vis à vis de l’autorité parentale. La famille traditionnelle tunisienne est, en effet, une famille conservatrice qui se réfère à des modèles de comportement bien établis. Les enfants mineurs n’ont pas le droit de sortir le soir. Le père détient l’autorité et la mère le rôle d’éducatrice dans les valeurs religieuses et morales à transmettre. Dans ce contexte l’intérêt de Facebook est de faciliter une évolution en douceur vers plus d’autonomie :

L : Je me connecte partout où je veux, mes parents ne me surveillent pas spécialement. Ce qui n’est pas le cas chez mes grands-parents car ils pensent que nous sommes une génération de connectée qui ne communique plus.
Dora, fille, 18 ans.

R : Je me connecte à la maison la plus part du temps. Comme je n’ai pas le droit de sortir en semaine, je me connecte dans ma chambre. Je peux ainsi rester en contacts avec tous mes amis sur Facebook.
Rania, fille 16 ans.

19La pratique en ligne, au sein du foyer familial, permet aux jeunes de « concilier leur besoin de sociabilité avec les attentes parentales (rester à domicile) » (Metton-Gayon, 2004). De ce fait, les outils numériques constituent des vecteurs importants de socialisation, dans la mesure où ils servent avant tout à communiquer avec des amis et à se positionner dans des réseaux relationnels.

Le rôle des RSN dans les relations familiales

20Les outils numériques sont des supports de communication entre les pairs. Ce sont des moyens d’expression, de liberté, de dialogue et d’apprentissage. Durant notre enquête, nous avons pu constater différentes formes d’appropriation des outils numériques et leurs utilisations dans l’espace public et privé. Nous nous sommes intéressée aux moments de partage familial dans la vie quotidienne des adolescents tunisiens. Ces instants communs peuvent-ils être des moments de convivialité ou d’individualité chez les jeunes ?

Vers une reconfiguration des liens intergénérationnels

21Rappelons qu’en Tunisie, les membres d’une même famille ont du mal à afficher leurs sentiments. D’après la psychologue tunisienne Ammar (2015), tout est question d’éducation. En effet, les familles traditionnelles ont été élevées dans la retenue et la fermeté. Toute démonstration de sentiments ou de gestes d’affection est inexistante surtout avec le père symbole d’autorité et de rigidité. Toujours d’après la spécialiste, cette tendance est en train de changer avec les nouvelles générations des jeunes parents qui ont des relations plus fusionnelles et affectives avec leurs progénitures. Ceci n’empêche pas que pendant la période de l’adolescence, la relation entre les membres de la famille se modifie. La fonction majeure de la famille a longtemps été liée à la transmission des valeurs et du patrimoine d’une génération à une autre. Mais les parents ont du mal à trouver un modèle d’éducation idéal pour leurs enfants.

22Aujourd’hui, certains parents privilégient la construction de l’identité personnelle et optent pour une éducation libérale et horizontale pensant que l’enfant sera plus épanoui et aura une meilleure vie sociale. Cette catégorie d’enfant se confira plus facilement avec leurs parents et aura des relations amicales avec eux. D’autres parents, en revanche, optent pour une éducation stricte, autoritaire et verticale (Chemli, 2005).

23Partant de ce constat, nous avons voulu enquêter auprès des parents d’adolescents. Nos résultats montrent que la majorité de nos parents sont inscrits sur les plateformes numériques et particulièrement sur Facebook où ils se connectent régulièrement. Nous nous interrogeons ici sur les rapports entre les membres d’une même famille. Est-ce que l’usage des RSN modifie les relations entre les enfants et les parents ? Il est difficile de voir s’il existe une différence dans les compétences numériques entre les adolescents et leurs parents. En posant la question aux parents sur les temporalités de connexion sur les RSN, ils estiment ne pas avoir le temps de faire découvrir l’univers numérique à leurs enfants. Laurence Le Douarin (2014) parle de « rétrosocialisation » des usages du numérique c’est-à-dire que la transmission de l’apprentissage et des usages va s’effectuer en sens inverse. En effet, face aux technologies digitales, les enfants se montreront plus experts pour diriger leurs parents. Les jeunes ont investi les machines à communiquer avec un tel engouement que cela modifie leur être social (Lardellier, 2006, p. 13). Ce qui n’est pas le cas chez les parents de notre public questionné, d’après les témoignages des adolescents, leurs parents peuvent « surfer » facilement sur Internet et sur certains réseaux socionumériques, mais pas encore sur Snapchat comme le mentionne notre adolescente Rania :

R : Mes parents n’ont aucun souci à utiliser les RSN. Bon ! Mais pas Snapchat, bien sûr, ils ne connaissent pas encore !
I : Qu’est-ce que Snapchat ?
R : C’est un réseau social très tendance, il consiste à publier des vidéos qui durent seulement 24 h ensuite s’effacent automatiquement.
Rania, fille, 16 ans.

24Notre étude n’a pas mis en évidence un phénomène de « rétrosocialisation ». En rentrant à la maison, les parents sont chargés des tâches ménagères, occupés à faire la cuisine. Dans ce cas, les enfants apprennent à se débrouiller seuls face aux outils numériques et à s’autonomiser. Cela peut aussi créer un fossé intergénérationnel. Nous remarquons que les adolescents ne font pas appel à leurs parents pour les aider. Les activités numériques entrent dans le cadre de leurs compétences et s’en servent quotidiennement.

25La majorité des parents questionnés estiment que leurs enfants sont toujours connectés dès qu’ils rentrent du travail et pensent que nous vivons dans une société numérisée où l’usage des RSN est excessif :

Aujourd’hui, les réseaux sociaux ont permis à la rue de rentrer dans le foyer familial une réalité qu’il faut vivre avec.
Père, + 40 ans.

26D’autre part, certains parents trouvent que l’usage des réseaux socionumériques a permis à leurs enfants de s’autonomiser et de devenir plus responsables :

Internet et les réseaux sociaux ont du bon et du mauvais. Il faut tout prendre avec modération. Le bon côté des choses c’est que les jeunes deviennent responsables de plus en plus jeunes.
Père, + 40 ans.

Mes enfants sont plus autonomes. En ayant leur Smartphone et la connexion à la maison, ils peuvent trouver tout ce dont ils ont besoin sur Internet, Google, YouTube, etc. Ils ont plus d’autonomie.
Mère, + 40 ans.

27D’après les verbatim, les moyens de communication comme les RSN apparaissent comme un recours pour s’exprimer, affirmer leur autonomie et les préoccupations difficiles à exposer en face à face. Notre étude montre également que les jeunes tunisiens disposent d’une « sphère personnelle à l’intérieur même de la sphère privée que représente l’unité familiale que les jeunes peuvent s’y sentir à l’aise » (Galland, 1999, p. 85). Les parents sont conscients que les rapports avec leurs enfants ont changé. Les usages des RSN ne constituent pas des formats interactionnels entre les membres de la famille, bien au contraire, ils ont modifié leurs rapports avec leurs enfants :

Il n’y a plus de moment de partage entre les membres de la famille. Quand nous sommes tous à la maison, nous ne regardons pas la télévision ensemble. Chacun est connecté de son côté. Entre le Smartphone, la tablette et l’ordinateur, les enfants sont servis.
Mère, + 40 ans.

Il n’y a plus de communication verbale avec la famille. Ma fille est tout le temps connectée dans son petit coin avec les amis pour des débilités.
Mère, + 40 ans.

Mon fils ne sort plus de sa chambre ni de la maison. Il ne sort pas avec ses amis, il est tout le temps connecté sur son pc ou sur son téléphone.
Mère, + 40 ans.

28Ces exemples permettent d’élargir nos propos sur les relations parents-enfants dans le cadre des usages domestiques sur les réseaux socionumériques. Les témoignages récoltés des parents montrent que l’enfant devant les écrans et objets connectés n’est pas souvent surveillé, car ils se connectent la plupart du temps dans sa chambre :

Il est vrai que les réseaux sociaux ont modifié les rapports entre les membres d’une famille, il y a moins de communication et moins de temps à consacrer pour échanger. Mais je trouve que mon fils a appris à faire ses recherches sur Internet, il pose moins de questions. Il connait son itinéraire et grâce aux nouvelles technologies il apprend beaucoup de choses seul.
Mère, + 40 ans.

Mon fils reste dans sa chambre pour que je ne gère pas son temps de connexion sur l’ordinateur.
Mère, + 40 ans.

29Dans les récits des parents, nous avons pu constater que les moments conviviaux durant lesquels les enfants et leurs parents se rassemblent devant l’écran de télévision sont quasi inexistants. Cela nous a permis de connaître la dualité des influences d’Internet et des réseaux socionumériques sur les relations « parents-enfants ». En effet, François de Singly et Elsa Ramos expliquent que les relations entre les parents et les adolescents, il y a des obstacles qui ne permettent pas un épanouissement personnel et cela pour deux raisons : la première s’explique par le fait que l’adolescent prend à cet âge une certaine indépendance et autonomie. La deuxième raison est l’existence d’une forte culture « jeune » dont les principes sont la distance (Singly ; Ramos, 2010, p. 11).

30Pour nous en tenir aux recherches en sociologie du lien privé et de la famille, nous avons pu constater que les relations entre parents et enfants, les statuts d’autorité, ou encore les liens qui unissent les membres d’une famille dans le contexte des usages des RSN sont loin d’être immuables, ils varient selon les contextes socioculturels et économiques. Pour cela, les RSN sont reconnus pour leur rôle de développement d’une « culture expressive » (Allard ; Blondiau, 2007, p. 8) et s’avère être apprécié par les adolescents qui y trouvent un espace propice au développement d’une « culture générationnelle à l’égard de leurs tuteurs » (boyd, 2007).

31Par ailleurs, Michelle Perrot dans son étude sur « La chambre d’enfant dans l’espace familial » la chambre d’enfant « dessine une trajectoire. […] Lieu de hasard et de bricolage, elle devient préoccupation centrale avec le désir d’enfant. […] Entre discipline et souci de soi, la chambre offre à l’enfant le terrain originel et initiatique d’une expérience fondamentale. […] elle est aussi un lieu d’exploration et de connaissance de soi » (Perrot, 2010, p. 25).

32D’après les récits de nos enquêtés, les pratiques numériques permettent aux adolescents de trouver de nouvelles manières de concilier une indépendance au sein de la famille. Chacun crée son territoire individuel. En effet, la capacité des adolescents tunisiens à affirmer leur statut repose sur leur possibilité de négocier des « territoires d’autonomie » avec leurs parents. En effet, l’ancrage social des jeunes se joue dans la relation avec leurs semblables.

Conclusion

33Les Tunisiens se sont habitués pendant des décennies à composer avec une information verrouillée et censurée (Touati, 2012, p. 141). Avec le développement des technologies de l’information et de la communication, les Tunisiens ont saisi l’importance de ces lieux de socialisation et de ces nouveaux outils dans la constitution de nouveaux espaces d’expression. En effet, les pratiques et les techniques s’inscrivent dans un rapport social matérialisé. Chaque utilisateur construit son dispositif d’usage en fonction de ses pratiques communicationnelles (Paquienséguy, 2007) qui s’accompagnent tout de même d’une homogénéisation des usages chez les adolescents et l’apparition d’une culture individualisée.

34Par ailleurs, le succès des réseaux socionumériques chez les jeunes tunisiens montre une volonté d’émancipation et l’envie de se démarquer de leurs parents. Pour autant, les rapports intergénérationnels ne sont pas conflictuels et on n’observe pas de stratégie de confrontation ni de la part des enfants ni de la part des parents. Au contraire, on peut parler d’une logique de compromis. Les jeunes intègrent dans leurs pratiques les contraintes imposées par l’autorité parentale mais les contournent par le biais d’une stratégie d’évitement en profitant de leur espace privé pour se connecter en toute liberté.

35Cette jeunesse est en train de faire évoluer les liens verticaux vers des liens plus horizontaux. Elle est consciente que la société tunisienne est en train d’évoluer mais cette évolution est répartie inégalement parmi les générations. Désormais, cette société tunisienne est libre, ouverte mais demeure patriarcale.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD Laurence et BLONDIAU Olivier. (dir.), « Culture Numérique, Cultures expressives, Médiamorphoses », In : « Pratiques et temporalités des réseaux socionumériques : Logiques de flux et logique d’archive », Coutant Alexandre ; Stenger, Thomas, 2007, n° 21.

BEN YOUSSEF Adel et M’HENNI Hatem, « Les effets économiques des Technologies de l’information et de la communication et croissance : le cas de la Tunisie », Région et développement, 2004, n° 19, p. 131-150.

BETBOUT Alma, « Pratiques de communication. Usages et usagers des réseaux socionumériques via le téléphone mobile en Méditerranée. Cas des adolescents tunisiens ». Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, université de Clermont Auvergne, 2017.

BOYD Danah, « Why youth social network sites : The role of networked publics in teenage social life ». The Jhon D. and Catherine T. MacArthur Foundation Series on Digital Media And Learning, 2007, p. 119-142.

CHEMLI Abir, « La relation parents-enfants : les pères dans le collimateur ». [En ligne]. [Page consultée en mars 2006]. Disponibilité et accès http://www.tunisiatoday.com/archives/4543

COUTANT Alexandre et STENGER Thomas, « Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques », Les Enjeux de l’information et de la communication, vol .2010, n° 1, 2010, p. 45-64.

DENOUËL Julie (dir.) et GRANJON Fabien. (dir.), Communiquer à l’ère du numérique, Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presse des Mines, 2011.

DE SINGLY François et RAMOS Elsa, « Moments commun en famille ». Ethnologie française, vol. 40, n° 1, 2010, p. 11-18.

GALLAND Olivier., Les jeunes, La Découverte, 2009, 124 p.

LACHANCE Jocelyn, « La temporalité : un matériel d’autonomie ? ». Adolescence, vol. 1, n° 75, 2011, p. 57-161.

LAOUKILI Abdelaâli, « Emprise, résistance et dégagement : réflexions à partir des révolutions tunisienne, égyptienne, etc. », Connexions, 2011, vol. 1, n° 95, p. 41-54.

LASEN Amparo, Le temps des jeunes, Rythmes, durée et virtualités, Paris, L’Harmattan, 2001.

LARDELLIER Pascal, Le pouce et la souris. Enquête sur la culture numérique des ados, Fayard, 2006, 230 p.

LE DOUARIN Laurence, « Usages des nouvelles technologies en famille », Informations sociales, 2014, vol. 1, n° 181, p. 65.

METTON-GAYON Céline, « L’autonomie relationnelle. Sms, « chat » et messagerie instantanée », Ethnologie française, 2010, vol. 40, n° 1.

METTON-GAYON, Céline, « Les usages de l’Internet par les collégiens. Explorer les mondes sociaux depuis le domicile », Réseaux, 2004, vol. 1, n° 123 , p. 59-84.

MILLERAND Florence, Proulx Serge et Rueff Julien (dir.), « Web social. Mutation de la communication », Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication », 2010.

PAQUIENSEGUY Françoise, « Comment réfléchir à la formation des usages liés aux technologies de l’information et de la communication numériques ? », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2007, vol. 1, p. 63-75.

PERROT Michelle, « La chambre d’enfant dans l’espace familial », Journal français de psychiatrie, 2010, vol. 2, n° 37, p. 25-28.

TOUATI Zeineb. « Presse et révolution en Tunisie : rôle, enjeux et perspectives », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, 2012, vol. 5, n° 19.

TLILI Fethi, « Statut féminin, modèle corporel et pratique sportive en Tunisie », Staps, 2002, vol. 1, no 57, p. 53-68.

Haut de page

Notes

1 Sousse est une ville portuaire de la région de l’est de la Tunisie. La richesse de son histoire en fait un lieu de visite obligé. Sousse est également une antique cité portuaire, aux mille témoignages artistiques et culturels qui font d´elle un point de référence important sur le plan des événements historiques qui a marqué la Tunisie.

2 Tunisie en chiffres: http://www.ins.tn

3 Homme d’Etat tunisien et militant nationaliste, il obtient l’indépendance de la Tunisie en 1956 et fonde la république dont il devient le président en 1957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alma Betbout, « Culture numérique juvénile et reconfiguration des liens intergénérationnels : une recherche sur Facebook en Tunisie »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.5239

Haut de page

Auteur

Alma Betbout

Alma Betbout est docteure en sciences de l’information et de la communication. Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Toulouse III. Membre du laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (L.E.R.A.S.S). Courriel : alma.betbout@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search