Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15ParutionsMERCIER Arnaud et PIGNARD-CHEYNEL...

Parutions

MERCIER Arnaud et PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, 2018. #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook

Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Le (bien) commun. ISBN 978-2-7351-2398-8
Laurène Beccucci
Référence(s) :

MERCIER Arnaud et PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, 2018. #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Le (bien) commun. ISBN 978-2-7351-2398-8

Texte intégral

1Dans un contexte où, pour bon nombre de médias d’information, Facebook « représente l’une des plus importantes portes d’entrée vers leurs articles en ligne voire la principale », le rapport à l’information en ligne est sans cesse redéfini. Le programme de recherche Info-RSN (pour Réseaux Sociaux Numériques) a regroupé les travaux de chercheur-e-s sur les nouvelles pratiques de mise en circulation, de partage et de consommation de l’information sur Twitter et Facebook. Il est intéressant de noter que les plateformes dont il est question dans l’ouvrage font l’objet de mises-à-jour fonctionnelles régulièrement. Elles sont en perpétuelle réactualisation, ce qui figure parmi l’un des enjeux méthodologiques de ces travaux. Des contraintes observées peuvent en effet avoir disparues d’un mois à l’autre.

2Chaque contribution apporte un éclairage sur une problématique liée au partage d’information via les RSN. Twitter, au cœur de l’ouvrage, est analysé à partir de deux constats : l’un étant que la plateforme impose des contraintes communicationnelles, la seconde étant que les utilisateurs redoublent de créativité pour les dépasser. Il semble y avoir une corrélation entre le dispositif contraignant (140 caractères par message en 2014), et l’inventivité des utilisateurs qui jouent avec ces codes. Twitter est au départ un espace de micro-blogging dont l’architecture prévoit une indexation thématique des messages par mot-clé. Les auteur-e-s de l’ouvrage étudient cet espace numérique à la lumière des pratiques des utilisateurs.

3Le chapitre de Dario Compagno et Nathalie Pignard-Cheynel porte sur la création de comptes automatisés (bots). Le partage du travail entre bots et acteurs humains répond à des logiques de visibilité et de gain de temps pour des journalistes ou des non-professionnels de l’information. Plusieurs catégories de bots coexistent : les newsbots spécialisés dans la redirection vers des sites d’information et les social bots qui se font passer pour des humains. L’objectif des auteurs est de proposer une méthodologie permettant de distinguer les bots et les comptes humains afin de comprendre et de « mesurer la place qu’ils occupent dans la twittosphère ». L’étude révèle que les subterfuges d’automation sont parfois tels que des comptes humains sont pris pour des comptes automatisés et inversement. Enfin, les auteurs constatent que les bots semblent n’avoir qu’un faible impact sur la twittosphère (communauté Twitter) en général.

4Magali Bigey et Justine Simon proposent d’analyser les « discours d’escorte » accompagnant les tweets ainsi que les stratégies d’interaction entre les internautes. Twitter présente la particularité d’agréger des discours thématiquement selon deux procédés : les hashtags – ou mot-dièse –, symbolisés par #, et la mention, symbolisée par l’arobase. Ces « technosignes » constituent les éléments centraux des stratégies d’interaction et de mise en circulation de l’information. L’un permet de classer un message en proposant un thème (exemple : #élection2017), le second permet d’interpeler une personne en faisant apparaître un post sur son fil d’actualité (exemple @nomducompte). Ces fonctionnalités rendent possible des pratiques discursives dont les auteurs dressent une typologie. Elles observent soit des mises en relation discursives (lorsqu’un dialogue est recherché), soit des incitations à entreprendre une action : promouvoir un article, interpeller, revendiquer une position personnelle, questionner, etc.

5D’autres techniques de partage de commentaires sont détaillées par Arnaud Mercier. Le hashtag, comme « processus relationnel attributif », n’est pas qu’un simple moyen d’identifier un mot et de l’indexer dans une conversation existante. À titre d’illustration, l’utilisation de #rechercheParis constitue l’un des appels à témoins qui a permis de retrouver des citoyens lors des attentats de 2015. Il apparaît que le hashtag revêt d’autres fonctions, telles que la mobilisation (les tweets deviennent des phrases de ralliement), la contextualisation (mise en valeur d’un évènement) et la modalisation (expression d’un sentiment, comme #françaisencolere). Pour les journalistes, le hashtag permet de rattacher un tweet à un flux journalistique thématique. Un hashtag est l’occasion d’interpeler une personnalité publique directement, comme en témoignent les tweets comprenant #Hollande et visant à susciter le débat sur ses décisions politiques à l’époque de sa présidence.

6L’approche sémiodiscursive, développée par Justine Simon et Bénédicte Toullec, témoigne d’un questionnement propre à l’utilisation des images dans les tweets. Le recours aux images dans les discours numériques peut être interprété comme l’expression de la créativité des twittos : les contenus diffusés sont de plus en plus élaborés. Ils contiennent des narrations coconstruites entre images et texte, des citations mises en valeur par un travail éditorial poussé. Les contenus ainsi créés contournent les contraintes du dispositif (longueur du message) en incluant des images qui contextualisent et illustrent les propos de leurs auteurs.

7Arnaud Mercier, Alain Ouakrat et Nathalie Pignard-Cheynel entreprennent d’observer la manière dont les jeunes utilisent Facebook pour s’informer. Pour ce public, tweeter représente une ressource complémentaire aux journaux traditionnels. Pour mener à bien leurs pratiques informationnelles, les jeunes exploitent toute la gamme d’actions possibles sur Facebook : un clic, un like, un commentaire ou un partage constituent autant de manières de s’informer tout en prenant position. La facilité d’accès ainsi que la dimension prolifique des contenus posent toutefois des problèmes de fiabilité et de confiance.

8Le chapitre de Coralie Le Caroff traite de la coprésence d’informations professionnelles et non-professionnelles sur Facebook. Ce réseau social facilite la prise de parole politique : chaque internaute a la possibilité d’intervenir dans un débat en partageant ou en commentant une information. L’auteure identifie trois profils d’utilisateurs : les ego-visibles (activité intense sur la plateforme, statuts et posts réguliers), les ego-centrés (qui postent souvent sur le profil de leurs amis, prolongeant ainsi leurs idées) et enfin ceux qui « regardent sans publier », eux-mêmes scindés entre les « partageurs » et les « spectateurs » (qui agissent comme des relais d’information occasionnels). Il convient de noter que, dans ces flux d’informations, se côtoient tant des articles politiques que des sujets sur le développement personnel. Ce mélange d’actualités sensibles et de propos légers redessine les contours du débat public moderne.

9Brigitte Sebbah, Arnaud Mercier et Romain Badouard mènent une réflexion sur la polémique consécutive à la réforme pénale de juin-juillet 2014. Les auteur-e-s s’attachent à montrer comment les deux camps opposés utilisent les Tweets pour discréditer l’adversaire. Ces tweets sont rédigés selon le « style twitter » qui fait référence au large choix de « […] moyens d’expression mis à disposition des usagers par la plateforme pour formuler les énoncés. » Un point d’interrogation, des guillemets, des lettres majuscules sont autant d’indices qui manifestent la prise de position des internautes. L’approche conversationnelle des auteur-e-s se heurte à tous les implicites et les ambiguïtés qui résultent du format court des messages (140 caractères maximum).

10Le rapport entre texte et image dans les tweets politiques est analysé dans le chapitre d’Agatha Jackiewicz. Un corpus de tweets relatifs au projet de loi sur le mariage pour tous permet d’observer la manière dont les militant-e-s des deux camps rivaux s’adonnent au détournement satirique d’images afin de décrédibiliser les arguments de l’adversaire. La nécessité de « dire l’essentiel en peu de mots », imposée par le design de la plateforme, entraine une profusion de stéréotypes et de poncifs sexistes et homophobes.

11Julien Longhi poursuit l’étude des tweets politiques en proposant une typologie : il distingue le tweet idéologique, le tweet négatif (comportant une négation syntaxique ou sémantique) et le tweet efficace (fortement retweeté et favorisé). L’auteur souhaite établir un lien entre le contenu politique et la forme que prend le tweet. Il propose une méthodologie d’analyse statistique pour identifier les combinaisons de mots et les similitudes entre thématiques et tweets politiques. Il décèle une corrélation entre la forme que prend le message et l’intention de son auteur.

12Enfin, l’article de clôture, rédigé par Arnaud Mercier, traite de l’usage des emojis et des émoticônes dans les Tweets. Les emojis, littéralement « image-lettre », désignent des caractères typographiques utilisés pour exprimer soit une émotion, soit la subjectivité de l’internaute au travers d’une image. Sur Twitter, les emojis émotionnels peuvent exprimer la sympathie, la solidarité, ou encore la prise en compte du message du destinataire. Depuis peu, certains tweets sont rédigés entièrement sous forme de symboles. De plus, les emojis apportent une visibilité supplémentaire aux journalistiques qui insèrent des mégaphones ou des balises pour guider le regard des lecteurs.

13Ainsi, cet ouvrage se compose de différentes recherches dont le principal défi réside dans le traitement d’un volume considérable de données, dont la plupart peuvent devenir obsolètes quelques heures après leur parution. Les auteur-e-s s’inscrivent au croisement de deux perspectives : les Sciences de l’Information et de la Communication et la linguistique. Les utilisateurs façonnent des informations plurielles, véhiculées par des plateformes mouvantes. Celles-ci deviennent de véritables lieux de débat et des relais médiatiques pour les acteurs du champ politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurène Beccucci, « MERCIER Arnaud et PIGNARD-CHEYNEL Nathalie, 2018. #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.5302

Haut de page

Auteur

Laurène Beccucci

Laurène Beccucci est doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Bordeaux Montaigne au sein du laboratoire MICA (EA 4426). Ses intérêts de recherche portent sur les formes de violence médiatisées par les TIC et leur prise en charge par les modérateurs. Elle travaille également sur les imaginaires genrés véhiculés dans les productions médiatiques. Courriel : laurene.beccucci@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search