Navigation – Plan du site
Parutions

AMOSSY Ruth (Dir.), 2018. La réparation d’image dans le discours de campagne

Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Langage & société (N° 164). ISBN 13 978-2-7351-2399-5
Damann Cherole Nguembi-Nguembi
Référence(s) :

AMOSSY Ruth (Dir.), 2018. La réparation d’image dans le discours de campagne. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Langage & société (N° 164). ISBN 13 978-2-7351-2399-5

Texte intégral

1Le numéro 164 de la revue Langage & société, coordonné par Ruth Amossy, se compose de contributions visant à analyser la manière dont les acteurs politiques de différents pays mettent en place des stratégies de réparation de leur image. Selon Ruth Amossy, ce concept fait référence à « un ensemble de procédures discursives et argumentatives qui relèvent du dialogue et non seulement du face à face ».

2William L. Benoit analyse la stratégie de réparation d’image des candidats de tous bords politiques lors des débats présidentiels américains de 2016. Pour mener à bien son étude, l’auteur s’appuie particulièrement sur les messages offensifs véhiculés par les principaux candidats et applique sa théorie du discours de réparation d’image.

3Après avoir effectué une analyse de contenu, il démontre que les stratégies de l’attaque de l’accusateur, du simple déni, de la différenciation et de la transcendance sont récurrentes dans les communications des candidats.

4Magali Guaresi et Damon Mayaffre étudient la stratégie de communication de François Fillon mise en œuvre en réaction aux soupçons d’emplois fictifs qui ont pesé sur lui lors des élections présidentielles de 2017. Selon les auteurs, l’ex candidat a adopté une position victimaire « Sans preuve, sans mobile, sans adversaire explicite […] » Ils précisent également que « sa contre-attaque porte à faux, sa défense apparaît fausse, dégradant ici encore un peu plus l’image d’un candidat insincère ». Enfin, les auteurs remarquent que les stratégies consistant à attaquer l’accusateur (attacking the accuser) et à « {devenir} l’avocat et le protecteur de son épouse dans une posture virile sans doute valorisable » n’ont pas permis de redorer le blason du candidat. « Loin de restaurer l’image, chaque mot prononcé avait pour conséquence d’aggraver le mal et chaque discours concourait au discrédit ; un anti-acte de langage ou un contre-performatif d’une certaine manière qui défaisait ce qu’il prétendait construire ou restaurer ».

5Paola Paissa et Françoise Rigat analysent les discours politiques de Silvio Berlusconi visant à réparer sa « réputation lourdement entachée » par deux impairs commis en 2003 et 2014 : avoir insulté Martin Schulz de « Kapo » d’une part et accusé les Allemands de négationnisme d’autre part. Sa stratégie de réparation se base sur plusieurs tactiques, notamment discréditer la réputation de Martin Schultz et minimiser la gravité de l’offense. Paola Paissa et Françoise Rigat mobilisent « la théorie de la réparation d’image de Benoit (1995-2000) et décrivent l’ethos que Berlusconi affiche dans cette circonstance ». Les auteures démontrent que Berlusconi a récupéré les critiques qui lui étaient adressées pour en faire des caractéristiques distinctives et ainsi renforcer son personnage public.

6Keren Sadoun-Kerber étudie la communication d’Emmanuel Macron dans « l’émission politique » en appréhendant la réparation d’image en situation d’interaction comme « un processus discursif qui travaille à contrer les attaques et accusations visant à dégrader l’image du candidat. » Dans son approche, l’auteure mobilise les instruments d’analyse interactionnelle et les théories de l’argumentation. Les différentes stratégies mises en œuvre par Emmanuel Macron lui permettent de « [construire] une image de candidat qui casse les codes, et se donne en homme politique qui veut dépasser le clivage gauche-droite […] ».

7Eithan Orkibi étudie la réparation d’image de la droite israélienne en situation de crise après les élections de mars 2006. A partir d’un corpus journalistique, l’auteur effectue une analyse du discours et de l’argumentation pour tenter d’apporter une réponse à son objet d’étude. L’auteur montre comment la crise militaire de l’été 2006 a été récupérée par le porte-parole de la droite dans le but de revendiquer leur victoire à la campagne de mars 2006. D’autre part, la stratégie du discrédit est utilisée par les principaux acteurs pour préserver leur image.

8Ruth Amossy, Roselyne Koren, Maria Saltykov analysent le discours de campagne de Jean-Luc Mélenchon en s’appuyant sur la notion de réparation d’image et en s’inspirant des travaux de Benoit, et plus précisément des concepts d’éthos et de retravail. Les auteures « se penchent sur la nature et les enjeux d’arguments convoqués par le candidat et ses adversaires dans un espace social et une culture politique donnés. » L’étude du personnage mis en scène par Jean-Luc Mélenchon permet aux lecteurs de mieux comprendre un certain nombre de principes relatifs à la réparation d’image et d’identifier des techniques satisfaisantes, notamment : « Les modes de dire, de penser qui caractérisent la France électorale de 2017 ». Bien que l’ex candidat se présente sous plusieurs facettes, son « retravail » ne lui permet pas de corriger son image.

9Le texte de Shahzaman Haque porte sur les pratiques langagières de Lalu Prasad Yadav, homme politique de l’État du Bihar. L’auteur montre comment l’usage spécifique du bihari, d’un accent rural et de l’humour, par ce politicien lui permet de consolider son électorat. Cette stratégie d’effet du langage et d’accent permet à Lalu Prasad Yadav d’intégrer de nouveaux codes dans la sphère politique indienne et marque sa présence dans ce milieu. Sa stratégie de l’accent lui donne la possibilité de « rallier la population subalterne, en l’occurrence les basses castes et les musulmans, contre l’hégémonie de la haute caste ». Ce travail, qui n’a pas encore débouché sur des résultats définitifs, incite l’auteur à étudier plus tard : « Les rapports entre accent, marquage d’identité et réussite politique ».

10Les auteurs de ce numéro de Langage & Société dressent un panorama des différentes stratégies communicationnelles relatives à la réparation d’image. Tous les articles sont rédigés dans un style clair et accessible. Il aurait toutefois été opportun d’apporter aux lecteurs un peu plus d’explications sur certains concepts qui semblent essentiels pour comprendre la thématique abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damann Cherole Nguembi-Nguembi, « AMOSSY Ruth (Dir.), 2018. La réparation d’image dans le discours de campagne », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5397

Haut de page

Auteur

Damann Cherole Nguembi-Nguembi

Damann Cherole Nguembi-Nguembi est doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication au Laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts) de l'Université Bordeaux Montaigne. Elle prépare une thèse, encadrée par Noble Akam, sur les réseaux sociaux numériques et la médiatisation de la vie politique gabonaise. E-mail : damanncherole@yahoo.fr/n2damann@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page