Navigation – Plan du site
Dossier

Le recours au document dans le numérique de médiation : entre usages et pratiques

Patrick Fraysse

Résumés

Cette recherche s’appuie sur des travaux empiriques récents traitant de l’apparition et de l’utilisation d’objets médiatiques numériques dans le contexte muséal et patrimonial. Elle montre que leurs productions, leurs usages supposés et leurs pratiques concrètes articulent des contenus patrimoniaux, des sujets sociaux et des relations complexes dans un dispositif singulier. L’analyse des processus de communication mis en œuvre avec ces dispositifs documentaires et numériques prend en compte la création ou la réutilisation de sources historiques et de contenus variés. Le recours à la notion de document permet de nuancer l’importance et l’influence du numérique dans la médiation culturelle tout en renouvelant l’approche infocommunicationnelle du patrimoine qui envisage la médiation comme une autre manière de penser la communication.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Etudier les médiations culturelles, au musée, à la bibliothèque ou dans les monuments, c’est décliner du documentaire (Couzinet, 2018 ; Tardy, 2012 ; Welger-Barboza, 2001 ou Desprès-Lonnet, 2014a) et du numérique (Lambert, 2006 ; Fèvres Bideran (de), 2012 ; Sandri, 2018) mais également tenter de comprendre les dispositifs, conçus pour, et utilisés par les publics, dans des usages et des pratiques sans cesse redéfinis.

2Les recherches qui étudient la circulation des textes, leur énonciation éditoriale et leur recontextualisation, ou le continuum des modes de communication scientifique (Souchier et al., 2003 ; Davallon, 2012 ; Jacobi, 1999) doivent faire face, depuis quelques années, à l’utilisation d’expressions comme « médiation numérique », « monument augmenté », « expérience immersive », ou « réalité virtuelle » par exemple, qui posent question dans une approche info-communicationnelle et que d’autres recherches en SIC interrogent (Tardy et Renaud, 2015 ; Vidal, 2018). Ces expressions peuvent-elles faire concept sans que nous prenions la peine de démêler les relations qu’entretiennent les objets, les images et les textes et de faire émerger l’importance des documents et en particulier des images numériques dans ce que nous souhaitons désigner par « numérique de médiation » ? Ces images renouvellent-elles les contenus véhiculés par les nouveaux dispositifs numériques de médiation ou recyclent-elles les formes documentaires et médiatiques précédentes ? Comment ces documents iconiques numériques (images de synthèse, images 3D, images virtuelles…) mobilisent-ils des conditions pour la médiation en configurant des espaces de pratiques propices à l’échange et au partage de savoirs ?

  • 1 Ce que nous appelons documentologie est une approche interactionnelle qui met au centre de la réfle (...)

3En essayant de répondre à cet ensemble de questionnement, notre objectif est de mieux comprendre les notions évoquées, en sortant de l’implicite des discours d’escorte sur le numérique et en ancrant la réflexion dans les Sciences de l’information et de la communication (SIC) et notamment celles qui théorisent la médiation comme processus de communication et le document comme système d’interaction. Ces deux notions, de médiation et de document, sont en effet au cœur de nos recherches depuis une dizaine d’années et les terrains qu’il nous a été donné d’explorer nous ont amenés à conjuguer ces mots dans la sphère du numérique. Il n’est pas question de proposer une nouvelle liste de dispositifs numériques censés renouveler voire révolutionner le lien entre les publics et les patrimoines mais plutôt de revenir sur ce qui se joue dans la médiation, en termes d’usages et de pratiques, aussi bien du côté de la production d’objets culturels variés que du côté de leurs réceptions par des publics tout aussi divers. En effet, au-delà des annonces, des éléments de langage publicitaire ou des promesses de concepteurs technophiles, les changements observés dans la médiation culturelle provoqués par l’utilisation de dispositifs numériques semblent encore limités voire mineurs. Notre approche documentologique1 (Meyriat, 2006 ; Couzinet, 2018) nous permet de replacer ces phénomènes dans le temps long de l’inscription des savoirs et de la culture sur des supports d’information et de communication. Le numérique prenant alors sa place dans cette véritable logistique documentaire qui semble former le socle de tout processus de médiation culturelle et patrimoniale : « Images et documentations numériques des patrimoines composent désormais notre environnement technique, social et culturel (Tardy et Renaud, 2015, p. 8).

4Nous avons fondé cette réflexion théorique sur la reprise de travaux empiriques précédents, auxquels nous avons participé ou que nous avons menés ces dernières années à propos de la représentation du patrimoine monumental. Les images numériques, notamment celles dites de réalité augmentée, qui sont créées pour représenter des monuments disparus ou un état antérieur donnent l’occasion de reprendre ou redéfinir des notions qui semblent évidentes ou stabilisées dans les discours de la sphère professionnelle du patrimoine monumental, des décideurs institutionnels ou des acteurs de l’industrie numérique. La réflexion que nous proposons ici nous amène ainsi à mettre en tension les rapports aux objets culturels existants (et en particulier des monuments) « dans un axe référentiel avec les rapports entre les acteurs sociaux dans un axe communicationnel » (Davallon, 2004). L’hypothèse que nous développons replace les images complexes de médiation numérique du patrimoine dans une perspective documentologique. C’est-à-dire que nous commençons par questionner les images numériques et les médiations numériques que nous avons observées comme des documents, c’est-à-dire des supports d’information créés intentionnellement pour communiquer et comme des dispositifs documentaires de médiation culturelle. En tentant de redéfinir la médiation au prisme du document numérique, nous proposerons in fine une réflexion sur leurs usages et leurs pratiques et une typologie des médiations culturelles.

Questionner le numérique comme dispositif documentaire de médiation culturelle

5Yves Jeanneret rappelait en 2008 que les SIC s’emploient à faire apparaitre que rien n’est transparent. Derrière l’immédiateté des objets, il y a des intermédiaires, des passeurs. Il nous faut donc refuser une approche immédiate, transparente ou absolue de la culture et faire des efforts pour faire apparaitre, distinguer, décrire tous les intermédiaires de la communication (Jeanneret, 2008b). C’est fort de ce constat que le savoir et le sens ne sont jamais simplement donnés mais sont élaborés dans des discours que nous avons déjà exploré la place du numérique dans la médiation au musée (Fraysse, 2015). Pour questionner le numérique comme dispositif documentaire de médiation culturelle, nous proposons de faire le point sur la notion de numérique mobilisée dans le secteur des musées et du patrimoine. Ce faisant ce sont également les notions de médiation comme processus de communication et de document comme dispositif qui doivent être ré-interrogées. Revenir de nouveau sur la définition de cette notion de médiation et interroger la notion de médiation numérique revient pour nous à reconnaitre la place du document dans ce processus info-communicationnel. Nous souhaitons montrer que ce qui est nommé médiation numérique est aussi un processus de documentation du patrimoine.

  • 2 L’expérience muséomix était la seule véritable situation de médiation numérique observée (cf. Patri (...)

6Nous constations en 2015 que l’expression médiation numérique du patrimoine rassemble des réalités très différentes, que nous proposions de classer entre information et communication. D’un côté, les processus de numérisation des collections ont multiplié les portes d’accès au patrimoine (information numérique) alors qu’à l’autre bout d’une chaine info-communicationnelle, l’utilisation des réseaux informatique et des médias socio-numériques (communication numérique) renouvelle la présence et l’impact du musée dans la société. Entre les deux les situations réelles de médiation utilisant des dispositifs numériques étaient finalement encore rares2. Notre enquête montrait alors que toute prise de parole ou tout dispositif proposé au public, qu’il soit numérique ou pas, était qualifié de médiation. Nous interrogions également ce qui circulait réellement ou ce qui était partagé au musée entre savoir scientifique de l’institution, compétences professionnelles des médiateurs et connaissances des usagers.

7Bien que dans notre propre enquête de 2015 nous ayons eu du mal à trouver de véritables situations de médiation numérique, impliquant une véritable pratique d’usagers, il n’en demeure pas moins que de nouveaux objets médiatiques sont réellement créés au service des lieux culturels. Depuis une vingtaine d’années, les recherches en SIC ont observé le développement et la diffusion de ces dispositifs numériques dans la culture. Au début des années 2000, les recherches se sont concentrées sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les NTIC, et l’apparition des nouveaux médias informatisés dans les musées, les bibliothèques et les monuments comme les vidéodisques, les cédéroms (Davallon et al., 2000 ; Lambert 2006) ou les premiers sites web diffusant les banques de données professionnelles, comme par exemple la base Joconde pour les musées (Desprès-Lonnet, 2009). Régulièrement des ouvrages collectifs (Vidal, 2018), des dossiers de revues scientifiques (Tardy et Renaud, 2015) ou des magazines professionnels (Desprès-Lonnet, 2014b) publient des études empiriques sur ces dispositifs numériques en tentant de déconstruire les discours d’escorte ou les imaginaires du numérique (Sandri, 2018) et en repérant des usages et des pratiques.

8Dans ces nombreuses études, les expressions qui posent question, comme « bibliothèque numérique », « musées virtuels » ou « monuments augmentés », sont commentées et critiquées mais les auteurs ne parviennent pas toujours à se départir d’une promesse de renouvellement, non seulement des outils (applications, Web documentaire, casques VR immersifs, transmédia storytelling…) mais aussi des usages anticipés permettant de plonger les usagers dans de supposés « réalité virtuelle », « réalité augmentée » ou « visite connectée », créant une « muséographie participative » et de nouvelles « expériences de visite » (Golonka, 2018). Le champ lexical de la nouveauté et de l’innovation technologique est parfois abusivement convoqué à propos de dispositifs, qui ne sont souvent que des documents qui ont changé de support. Ce faisant, ces nouvelles écritures ne sont pas neutres et modifient à la fois les contenus et leurs réceptions. Même s’il parait évident que nous vivions une période de changement (mais n’est-ce pas le sentiment général de chaque génération ?) dû au numérique, il semble qu’il soit encore un peu tôt pour annoncer une nouvelle ère des musées ou pour appréhender véritablement comment la culture numérique va transformer le patrimoine et ses médiations. Les prémisses d’un tel renouvellement que l’on pense deviner du fait de cette succession accélérée d’outils numériques censés anticiper de nouveaux usages n’augure pas toujours de nouvelles médiations que l’on ne devrait pas systématiquement qualifier de numérique. La panoplie des outils et des dispositifs numériques, leurs usages supposés ainsi que la production d’une situation capable de rencontrer le programme d’activité de l’utilisateur peuvent-elles vraiment re-définir la médiation ?

Re-définir la médiation au prisme du document numérique

9Pour cela il nous faut rapidement rappeler quelques éléments de définition de cette notion de médiation élaborés en SIC. On peut alors commencer par ce qui fait consensus :

  • ce qu’on appelle aujourd’hui médiation culturelle découle des premières expériences d’éducation populaire des années 1930 et de vulgarisation scientifique des années 1960-70 (Jurdant, 2009 ; Jacobi, 1999). Le mot médiation s’est alors imposé depuis les années 1980 dans le vocabulaire professionnel (Aubouin et al., 2010 mais aussi comme concept dans la recherche en Sciences humaines et sociales (SHS) notamment en philosophie (Lamizet, 2000), en sociologie (Hennion, 2007) ou en SIC (Davallon, 2004).

  • des évolutions culturelles ont amené les chercheurs à s’intéresser de plus en plus au public. L’art ne serait pas accessible à certains (Bourdieu). L’ouverture des musées, des bibliothèques, des centres d’art, des maisons de la culture de Malraux dès 1959 et leurs éventuelles gratuités (Molinier, 2016) ne permettent pas à tout le monde d’apprécier, de comprendre, de s’approprier les objets exposés. Le contact direct avec l’œuvre d’art ne suffit pas toujours à capter son aura, si on ne possède pas les clés de compréhension ou les codes sociaux. Pour réparer cette éventuelle fracture, en tout cas cette distance, il est proposé une médiation qui doit s’éloigner de l’instruction et de l’éducation pour « faire passer » (Caillet, 1995). Ce passage entre deux univers s’accomplit par un accompagnement du visiteur.

  • aujourd’hui, comme catégorie professionnelle, la médiation désigne un ensemble de dispositifs, de gestes et de métiers. L’intermédiaire peut être un acteur social ou un dispositif socio-technique. Ce travail de description du processus d’information et de communication qu’est la médiation nécessite d’étudier un complexe d’objets qui redistribue en permanence du social, du symbolique et du technique (Jeanneret, 2008a).

  • dans la médiation il y a toujours un intermédiaire, un dispositif, un « 3e homme », un tiers entre le patrimoine et le public. Cette interface permet de partager des expériences pour construire du commun. L’étude de la médiation exige alors de penser l’entre-deux (Gellereau, 2013).

  • On peut résumer l’approche des SIC par la définition qu’en donne Bernadette Dufrene et Michelle Gellereau qui convoquent trois paramètres : les objets (supports de communication) et les conditions d’énonciation ou de réception des dispositifs techniques, sociaux et politiques de la médiation culturelle doivent bénéficier d’une enquête sémio-pragmatique (Dufrene et Gellereau, 2001 et 2004).

10S’il existe des éléments de réflexion qui font à peu près consensus sur la notion de médiation il demeure encore quelques divergences ou discussions parmi les chercheurs et institutions culturelles. Marie-Christine Bordeaux rappelle en effet qu’aucune définition véritablement partagée n’a émergé du travail théorique mené depuis les années 1990 (Bordeaux, 2018).

  • La question de la médiation numérique doit être replacée dans un ensemble plus large considérant les notions de médias, de texte et d’image d’une part et celles d’usages, de pratiques et de réception d’autre part : « l’objet médiatique existe dans la stricte mesure où il est pris en tension entre un travail d’écriture et une mise en pratique. Cela signifie qu’il se constitue comme tel dans le jeu, d’un côté, d’une anticipation de l’usage et, de l’autre, d’une prétention à organiser la pratique » (Tardy et al., 2007)

  • La médiation culturelle ne peut pas être réduite à un mode de communication entre deux mondes considérés comme séparés : le monde de l’art, et celui de ses récepteurs. Elle n’est pas seulement lien, carrefour ou passage comme on l’a longtemps considéré dans le modèle du musée. Elle désignerait aussi (ou plutôt) un espace de production d’objets mixtes qui permettent un partage du sens (Bordeaux, 2003). La manière dont on voit le public et comment on l’intègre dans la médiation nécessitent d’envisager une co-production d’interprétation, et une circularité des interprétations (Hennion, 2007)

  • la conception de la médiation : la médiation comme service rendu par les acteurs de la culture (modèle descendant) VS la construction de nouvelles relations à la culture à partir des représentations et des imaginaires des publics (modèle transversal).

  • la médiation peut aussi être pensée comme une nouvelle manière de penser la communication (Davallon, 2004). Le modèle « information » de la communication la conçoit comme transmission d’information entre deux pôles, émetteur et récepteur. La conception sociale de la communication la conçoit comme interaction entre des sujets sociaux. Information et interaction ne suffisent pas à couvrir et expliquer toutes les situations de communication observées. Le modèle de la médiation insiste alors sur la relation et sur l’articulation entre les éléments qui forment la communication (l’information ou le contenu, les sujets sociaux et les relations qui s’opèrent).

Le recours au document dans la médiation, entre usages et pratiques

11De nombreux auteurs ont insisté sur la place importante des documents numériques dans le processus de médiation. Jean Davallon constate par exemple que le numérique provoque « de nouvelles pratiques d’archivage, de documentation ou de consultation, et au-delà à une modification de la manière de regarder les œuvres exposées, comme l’avait d’ailleurs déjà fait le développement de l’édition papier » (Davallon, 2012). Marie Desprès-Lonnet a montré l’importance de la documentation dans l’écriture du patrimoine (Desprès-Lonnet, 2009). On parle même de « documentarisation » (Welger-Barbosa, 2001) pour ce processus de documentation, cet acte de documenter les œuvres c’est-à-dire de création d’objets médiateurs (écrits, images, multimédia, numérique…) proposant une reproduction, une actualisation ou un enrichissement informationnel.

  • 3 Foucault Michel, Dits et écrits, 1954-1988. III, 1976-1979. Paris : Gallimard, « Bibliothèque des s (...)

12Au-delà des termes du champ de la documentation ou de l’information-documentation utilisés dans le vocabulaire des professionnels des musées (document, document numérique, documentation, documentarisation) c’est le terme de dispositif qui domine. Tout artefact est qualifié de dispositif documentaire ou de dispositif de médiation. Les médiateurs partant du postulat qu’un dispositif va avoir un effet sur la compréhension que le public pourra construire. Qu’il soit primaire ou secondaire (Couzinet, 2009) le recours à la notion de dispositif permet de dépasser la simple présentation d’un outil de médiation ou d’un document : « c’est un ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques ; bref du dit aussi bien que du non-dit (Foucault, 19773). Cette définition de Michel Foucault, qui insiste sur le discours, souvent utilisée pour définir le dispositif peut être complétée avec celle de Giorgio Agamben qui préfère insister sur les effets potentiels du dispositif : « tout ce qui a d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des [visiteurs] » (Agamben, 2007).

13Des chercheurs en SIC travaillent également document et dispositif comme concept mais ont recours à d’autres notions comme celles de média et de texte ou plus récemment celles de substitut (Tardy, 2012) ou de composite (Le Marec, 2002). Le substitut renvoie à la représentation documentaire du patrimoine et son exposition. Le composite qualifie les objets numériques de médiation comme « savoirs incarnés dans des situations et des relations entre objets, discours et représentations » (Babou et Le Marec, 2003).

14Ces relations entre les objets de patrimoine, leurs représentations documentaires numériques et les discours qui les accompagnent supposent des usages. Parler d’usage, en la matière, pour qualifier ces relations qui se jouent entre le patrimoine, les substituts documentaires numériques et les sujets sociaux (à la fois les spécialistes, les médiateurs et les publics) c’est évoquer à la fois du fonctionnel (comment on se sert des dispositifs ?) et du symbolique (qu’est ce qui se joue dans l’exposition ?). L’usage évoque la fonctionnalité, même si on s’emploie à ne pas le réduire à la technique mais utiliser quelque chose ne dit pas ce qu’on en fait. Pour Jeanneret, l’usage est un élément de la pratique culturelle, celui qui concerne les situations où les sujets sociaux sont confrontés à des dispositifs conçus par d’autres qu’eux (Jeanneret, 2008b).

15De leur côté les pratiques s’inscrivent dans des lieux, elles mobilisent des acteurs, manipulent des artefacts, se déploient dans des traditions. Pour apprendre il faut faire et répéter. Survoler ou accéder ne suffisent pas. Pour tirer parti du dispositif, il semble que sa pratique régulière et intentionnelle soit indispensable. C’est-à-dire que l’utilisation concrète des documents ou des artefacts permet une réelle appréhension des contenus en dépassant la seule utilisation des outils qui parfois demande un apprentissage spécifique et détourne l’usager de l’objet de patrimoine lui-même. Contrairement à l’usage qui peut être occasionnel, la pratique est réitérée et durable. Il y a un engagement dans la pratique qu’il est plus difficile de repérer sur le terrain alors que les usages sont plus facilement observables.

Usage opératoire de la médiation

  • 4 Bien que cette présentation ait une visée essentiellement théorique il nous faut préciser que nous (...)

16Les enquêtes que nous avons pu mener4 nous ont ainsi conduit à repérer des usages plutôt que des pratiques. Au centre de ces usages, nous avons repéré la présence de documents et de dispositifs documentaires comme substitut du patrimoine. Pour désigner, décrire et analyser les processus spécifiques nommés systématiquement médiation, nous proposons de les classer en fonction de l’intention affichée des producteurs de dispositifs et des usages supposés qui pourraient être faits. C’est donc d’un usage opératoire de la médiation dont il est question dans le discours des professionnels de la médiation. Les précédentes synthèses sur les médiations culturelles (notamment celle de Jean Davallon en 2004) et les enquêtes que nous avons menées sur le terrain depuis une dizaine d’années, nous conduisent aujourd’hui à proposer une typologie qui classe les médiations en trois catégories, documentaires, institutionnelles et pédagogiques.

17En premier lieu nous proposons de qualifier de médiation documentaire ces innombrables initiatives de présentations de banques de données et de sites web qui donnent accès à des ressources très importantes en nombre. Chaque institution a été incitée à produire des données numériques. Ces programmes de numérisation sont toujours en cours. À partir du patrimoine, de nouveaux documents primaires ont été produits en masse, rassemblés dans des réservoirs et décrits par des documents secondaires tout aussi nombreux. Ces banques de données, rassemblant désormais à la fois les documents primaires et secondaires5 ont été produits par des spécialistes dans une perspective professionnelle de gestion ou de recherche. Marie Desprès-Lonnet a montré que cette nouvelle écriture numérique du patrimoine avait permis un renouvellement de la pratique documentaire professionnelle tout en imaginant de possibles usages pour des usagers indifférenciés (Desprès-Lonnet, 2009). L’usage premier étant l’accès à cette information numérique sur le patrimoine. Les exemples que nous avons étudiés en interrogeant les concepteurs de banque de données et quelques usagers confirment ce décalage entre l’intention de l’accès généralisé et l’utilisation réelle par le public dans une démarche individualisée que l’on ne peut pas encore qualifier de pratique. Le système d’information géographique (SIG) des archives municipales de Toulouse, intitulé UrbanHist6 a été conçu pour superposer les cartes et plan anciens et modernes de la Ville de Toulouse pour permettre aux archivistes, aux archéologues et aux chercheurs de l’Inventaire et des Monuments Historiques de partager leurs données et leurs savoir-faire. L’application conçue dans une perspective de gestion documentaire professionnelle a ensuite été proposée au public à travers une interface documentaire de type bibliothèque.

  • 7 Patrick Fraysse, « L’invention d’une identité régionale au regard d’une nouvelle organisation des c (...)
  • 8 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « Le projet “cathédrales numériques” : nouvelles prat (...)

18Dans cet exemple, la pratique documentaire du patrimoine reste professionnelle et la médiation demeure tournée sur les techniques documentaires d’indexation et de description des ressources7. C’est le même constat qui peut être fait à propos de l’initiative de documentarisation numérique Cathédrale numérique d’Aquitaine qui a souhaité se tourner vers le public scolaire après avoir numérisé des archives des monuments Historiques et proposé un discours de médiation sur le métier d’architecte et de restaurateur du patrimoine8.

  • 9 Jessica Bideran (de), Patrick Fraysse, « Guide numérique et mise en scène du territoire, entre médi (...)
  • 10 Jessica Bideran (de), Patrick Fraysse, « Mise en exposition et mobilisation numérique des mémoires (...)

19La deuxième catégorie des médiations repérées est celle que nous pouvons qualifier de médiations institutionnelles. Ces programmes de numérisation ont produit des banques de données mais aussi des outils numériques qui prétendent créer des usages particuliers. Les collectivités locales ont ainsi réutilisé les banques de données dans des scénarios d’usage pour les publics. Des dispositifs numériques spécifiques sont ainsi proposés sous la forme d’applications téléchargeables sur les smartphones ou les tablettes, et promettant un accès aux données recyclant des formes documentaires traditionnelles (le catalogue, la carte ou le guide) et présentant l’objet, le monument, le musée ou le territoire dans une stratégie de communication des institutions elles-mêmes. UrbanHist à Toulouse et Cathédrales numériques en Aquitaine, que l’on vient de citer, peuvent également être présentés dans cette catégorie tant l’objectif des collectivités responsables de ces projets est également communicationnel. Mais cet enjeu d’image pour le territoire concerné est encore plus prégnant pour d’autres dispositifs dont la préoccupation documentaire passe au deuxième plan. C’est le cas de l’application Visit 479 en Lot-et-Garonne ou du centre d’interprétation des bastides de Monpazier (24) Bastideum10.

  • 11 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « How heritage circulates and is appropriated usuing (...)
  • 12 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « Médiatisation et médiation autour du livre du Moyen (...)

20Un autre ensemble est fortement représenté dans l’offre de médiation des musées, des bibliothèques ou des monuments, ce que nous pouvons désigner médiation pédagogique. Le formateur, qu’il soit enseignant ou professionnel de la médiation se présente comme le tiers, cette composante relationnelle qui manque dans la médiation documentaire qui finalement est une médiation indirecte. La médiation pédagogique du patrimoine doit permettre une régulation de l’usage des dispositifs numériques. L’interaction éducative construit alors la relation entre l’apprenant et le patrimoine et permet une pratique qui nécessite du temps et des contacts répétés avec les objets ou l’exposition. Le dispositif technique ne peut à lui seul assurer le rôle d’interface. Dans la médiation pédagogique, le dispositif numérique est servi par le formateur qui construit les conditions de la médiation, entre usages potentiels et pratiques situées. Mais les résultats observés sur le terrain, que ce soit à Vincennes avec l’expérience des tablettes proposant un dispositif de réalité augmentée11 ou en Aquitaine de nouveau à partir des manuscrits médiévaux numérisés12 montrent parfois un détournement du monument, du patrimoine et finalement du modèle implicite de la tradition muséale (Bordeaux, 2018) vers une pratique culturelle différenciée qui traduit une tension entre le modèle éducatif de la transmission culturelle et un modèle créatif porté par des artistes. Dans l’exemple des manuscrits médiévaux, c’est un auteur de Bande dessinée qui oriente la médiation culturelle de ce patrimoine médiéval documentaire vers une pratique contemporaine d’une activité artistique.

Conclusion

21Aujourd’hui, l’idée que le monument ou l’objet de patrimoine ne parlent pas d’eux-mêmes, dans une relation binaire œuvre – public, semble faire consensus. La nécessité d’introduire un intermédiaire entre les deux est apparue petit à petit comme évidente pour intéresser des publics éloignés dans un objectif d’éducation ou de développement culturel. On a donc aussi commencé à penser le public après avoir pensé le patrimoine. Avec le développement du numérique, un champ de recherche s’est développé sur l’entre-deux culturel, l’intermédiaire des dispositifs de médiation. Ces recherches permettent de mettre la médiation en perspective pour éviter la superposition des outils, des documents, des labels et des discours, sans cohérence avec les patrimoines qu’ils décrivent ni avec les publics auxquels ils s’adressent. Elles montrent aussi que la médiation est bien un processus de communication en insistant tout à la fois sur l’information qui circule, les interactions entre les sujets sociaux et les liens qui sont créés. Le numérique permet finalement de mettre en lumière autre chose que les outils techniques eux-mêmes mais ce que nous pourrions nommer un numérique de médiation (à défaut d’une médiation numérique) ciblant l’articulation entre le contenu du patrimoine, les représentations qui circulent à son propos et les usages et pratiques rendus possibles par les dispositifs.

Haut de page

Bibliographie

Agamben Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Éditions Payot, « Rivages poche », 2007, 49 p.

Aubouin Nicolas, Kletz Frédéric et Lenay Olivier, « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines », Culture études, 2010, no 1, p. 1-12. [En ligne]. [Consulté le 23 avril 2019]. URL : https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2010-1-page-1.htm.

Babou Igor & Le Marec Joëlle, « De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque », dans Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves et Le Marec Joëlle (Sous la dir. de), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’Information, « Études et recherche », 2003, p. 233-299.

Bordeaux Marie-Christine, « La médiation culturelle dans les arts de la scène », Thèse en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jean Davallon, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, 2003, 2 vol., 345 ; 133 p.

Bordeaux Marie-Christine, « La médiation culturelle : des dispositifs et des modèles toujours en tension », L’Observatoire, no 51, 2018, p 5-8.

Caillet Elisabeth, A l’approche du musée, la médiation culturelle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, « Muséologie », 1995, 306 p.

Couzinet Viviane (Sous la dir. de), Dispositifs info-communicationnels : questions de médiation documentaire, Paris, Hermès-Lavoisier, « Systèmes d’information et organisations documentaires », 2009, 263 p.

Couzinet Viviane, « Construction des sciences de l’information et de la communication françaises : rôle de Jean Meyriat (1921-2010) », dans Mustafa El Hadi Widad (Sous la dir. de), Fondements épistémologiques et théoriques de la science de l’information-documentation, actes du 11e colloque ISKO France, 11 et 12 juillet 2017, Paris, ISTE, 2018, p. 40-58.

Davallon Jean, « La médiation : la communication en procès ? », MEI Mediation & Information, 2004, no 19, p. 37-59.

Davallon Jean, « Du numérique pour la culture à la culture numérique ? », dans Marteleto Régina Maria, Thiesen Icléia, Fernandes Geni Chaves, Saldanha Gustavo Silva, (Sous la dir. de), “Réseaux et processus info-communicationnels : médiations, mémoires, appropriations”, actes des 2e journées scientifiques internationales du Réseau MUSSI, Rio de Janeiro, 24-26 octobre 2012, p. 21-36.

Després-Lonnet Marie, « L’écriture numérique du patrimoine, de l’inventaire à l’exposition : les parcours de la base Joconde », Culture et Musées, 2009, no 14, « L’écriture du patrimoine » p. 19-38.

Després-Lonnet Marie, « Temps et lieux de la documentation : transformation des contextes interprétatifs à l’ère d’internet », HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université de Lille, 2014a, [En ligne]. [Consulté le 23 avril 2019]. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01094789.

Després-Lonnet Marie, « L’écriture du patrimoine, de la documentation à la médiation, Documentaliste-Sciences de l’Information, 2014b, vol. 51, p. 61-62.

Dufrêne Bernadette, Gellereau Michèle, « La médiation culturelle : métaphore ou concept ? : propositions de repères », “Emergences et continuité dans les recherches en information et communication : Actes du XIIe congrès national des sciences de l’information et de la communication, UNESCO, Paris du 10 au 13 janvier 2001”, Paris, SFSIC, 2001, p. 233-240.

Dufrêne Bernadette, Gellereau Michèle, « La médiation culturelle, enjeux professionnels et politiques », Hermès La revue, 2004, no 38, p. 199-206.

Fèvres - Bideran Jessica (de), « Infographie, images de synthèse et patrimoine monumental : espace de représentation, espace de médiation », Thèse en Histoire de l’Art sous la direction de Philippe Araguas, Université de Bordeaux 3, 2012, 471 p.

Fraysse Patrick, « La médiation numérique du patrimoine : quels savoirs au musée ? », Distances et médiations des savoirs, 2015, no 12, « Médiations Numériques des Savoirs », [En ligne]. [Consulté le 23 avril 2019]. URL : http://dms.revues.org/1219.

Foucault Michel, « Le jeu de Michel Foucault », Dits et écrits, 1954-1988. III, 1976-1979. Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1994, p. 298

Gellereau Michèle, « Pratiques culturelles et médiation », dans Olivesi Stéphane (sous la dir. de), Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, discipline, 2e éd., Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2013, p. 25-42.

Golonka Janaïne, « La réalité virtuelle comme nouveau mode de médiation du patrimoine : mises en scènes et expériences immersives », Com’en Histoire : l’histoire une question de communication, [En ligne], publié le 9 novembre 2018, [Consulté le 23 avril 2019]. URL : https://cehistoire.hypotheses.org/1430.

Hennion Antoine, La passion musicale : une sociologie de la médiation, Paris, Éditions Métailié, 2007, 398 p.

Jacobi Daniel, La communication scientifique : discours, figures, modèles, Grenoble, PUG, « Communication, médias et sociétés », 1999, 277 p.

Jeanneret Yves, Penser la trivialité. vol. I. La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès science publications ; Lavoisier, 2008a, 267 p.

Jeanneret Yves, « La relation entre médiation et usage dans les recherches en information-communication ». dans “Médiations et usages des savoirs et de l’information : un dialogue France-Brésil : actes du 1er colloque du réseau MUSSI, Rio de Janeiro, 4-7 nov. 2008”, 2008b, p. 37-62.

Jurdant Baudouin, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009, 248 p.

Lambert Emmanuelle, « Musées, multimédias et dispositifs d’interaction à l’œuvre. La médiation en actes », Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse, 2006, 2 vol. 482 p.

Lamizet Bernard, La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan, « Communication et civilisation », 2000, 447 p.

Le Marec Joëlle, « Ce que le terrain fait aux concepts : publics, représentations, usages – vers une théorie des composites », mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenu en mars 2002 à l’Université de Paris 7.

Meyriat Jean, « Pour une compréhension plurisystémique du document (par intention) », Sciences de la société, 2006, no 68, « Dimensions sociales du document », p. 11-27.

Molinier Muriel, « Médiation muséale : la voie de la gratuité », Sciences de la Société, 2016, no 99, « Mémoire, Histoire et médiations : approches croisées », p. 30-43.

Sandri éva, « Musée et médiation par le numérique : vers une approche critique », Com’en Histoire : l’histoire une question de communication, [En ligne], publié le 4 avril 2018, [Consulté le 23 avril 2019]. URL : https://cehistoire.hypotheses.org/1276

Souchier Emmanuel, Jeanneret Yves et Le Marec Joëlle (sous la dir. de), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI/Centre Pompidou, 2003, 349 p.

Tardy Cécile, Davallon Jean, Jeanneret Yves, « Les medias informatisés comme organisation des pratiques de savoir », dans Régimbeau Gérard et Couzinet Vivianne (Sous la dir. de), Organisation des connaissances et société des savoirs : concepts, usages, acteurs : actes du 6e colloque international du chapitre français de l’ISKO, 7 et 8 juin 2007, Toulouse, Université Paul Sabatier Toulouse III, 2007, p. 169-184.

Tardy Cécile, Représentations documentaires de l’exposition, Paris, Hermann, 2012, « Cultures numériques », 282 p.

Tardy Cécile & Renaud Lise (Sous la dir. de), « Pratiques d’espace. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique ? (1) », Etudes de communication, 2015, no 45, 178 p.

Vidal Geneviève (Sous la dir. de), La médiation numérique muséale : un renouvellement de la diffusion culturelle, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, « Labyrinthes », 2018, 212 p.

Welger-Barboza Corinne, Le patrimoine à l’ère du document numérique : du musée virtuel au musée médiathèque, Paris, L’Harmattan, 2001, 313 p.

Haut de page

Notes

1 Ce que nous appelons documentologie est une approche interactionnelle qui met au centre de la réflexion la notion et l’objet « document ». À la suite de Jean Meyriat (2006) et de Viviane Couzinet (2018) nous observons, dans notre recherche, comment les acteurs interagissent à partir de la fabrique de document et de l’échange d’information. Meyriat et Couzinet ont mis en lumière ce corps de connaissances scientifiques dont l’objet est le document et sa fabrique qu’ils désignent par documentologie. Le document n’est pas un simple véhicule de l’information. Pour Jean Meyriat, il est nécessaire d’en faire une analyse systémique en prenant en compte le système de communication auquel il appartient, le système institutionnel dans lequel il s’insère, le système de fabrication qui implique l’auteur et le système éditorial et ses fondements économiques. Viviane Couzinet insiste également sur le fait que l’objectif du document est assigné par l’intention de l’auteur, qui, comme être social, est contraint par des rôles, et enfin par le système spécifique de communication qui vise un objectif propre.

2 L’expérience muséomix était la seule véritable situation de médiation numérique observée (cf. Patrick Fraysse et Muriel Molinier (dir.), Museomix 2016 au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse : rapport d’évaluation, Toulouse, Lerass-Mics, 2017, 120 p.)

3 Foucault Michel, Dits et écrits, 1954-1988. III, 1976-1979. Paris : Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1994, 835 p.

4 Bien que cette présentation ait une visée essentiellement théorique il nous faut préciser que nous avons mobilisé les résultats d’investigations menées sur le terrain, depuis une dizaine d’années, seul ou avec Jessica de Bideran. Notre méthode d’investigation consiste dans un premier temps, en une étude sémiotique des objets de patrimoine et des objets médiateurs, suivie d’une enquête auprès des professionnels du patrimoine et d’une observation des usages et pratiques sur le terrain. Les exemples qui nous ont servi à proposer cette typologie des médiations sont précisés en note ci-dessous.

5 Rappelons qu’un document primaire est un support qui présente une information à caractère original et qu’un document secondaire comporte des métadonnées résumant les informations d’un document primaire.

6 https://www.urban-hist.toulouse.fr.

7 Patrick Fraysse, « L’invention d’une identité régionale au regard d’une nouvelle organisation des connaissances du patrimoine monumental », dans Viviane Couzinet (sous la dir. de) Organisation des connaissances et société des savoirs : concepts, usages, acteurs, Actes du 6e colloque du chapitre français de l’ISKO (Toulouse, 7 & 8 juin 2007), Toulouse, Lerass-Mics, 2007, p. 399-417. [en ligne] URL : http://www.isko-france.asso.fr/actes2007/ActesISKO FR 2007 p 399-418.pdf.

8 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « Le projet “cathédrales numériques” : nouvelles pratiques de médiation culturelle du patrimoine ? » 1e colloque international CIA « Connaissances et informations en action », Bordeaux, Université de Bordeaux, 23 mai 2014, [en ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01399484.

9 Jessica Bideran (de), Patrick Fraysse, « Guide numérique et mise en scène du territoire, entre médiation patrimoniale et stratégie de communication touristique », Etudes de communication no 45, 2015, p. 77-96.

10 Jessica Bideran (de), Patrick Fraysse, « Mise en exposition et mobilisation numérique des mémoires des bastides du Sud-Ouest, Les cahiers du numérique, vol. 12, no 3, 2016, p. 15-30.

11 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « How heritage circulates and is appropriated usuing digital resources : the case of “enhanced monuments” », dans Bernadette Saou-Dufrêne (sous la dir. de), Heritage and Digital Humanities, Berlin, Lit Verlag, 2014, p. 213-223.

12 Jessica Fèvres Bideran (de), Patrick Fraysse, « Médiatisation et médiation autour du livre du Moyen-Âge numérisé : le cas des manuscrits médiévaux d’Aquitaine » dans Karel Soumagnac (sous la dir. de), Le patrimoine à l’école : médiation et médiatisation des savoirs, Paris, ISTE éditions, 2019 à paraitre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fraysse, « Le recours au document dans le numérique de médiation : entre usages et pratiques », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5602 ; DOI : 10.4000/rfsic.5602

Haut de page

Auteur

Patrick Fraysse

Patrick Fraysse est Maître de conférences, habilité à diriger des recherches, en sciences de l’information et de la communication à l’Université Toulouse 3, IUT Paul Sabatier. Il est responsable de l’équipe MICS et co-anime l’axe « Patrimoines et Médiations » du LERASS. Courriel : patrick.fraysse@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page