Navigation – Plan du site
Parutions

TREMBLAY, Solange, D’ALMEIDA, Nicole et LIBAERT, Thierry, 2018. Développement durable. Une communication qui se démarque

Québec : Presses de l’Université du Québec
Éloïse Vanderlinden
Référence(s) :

TREMBLAY, Solange, D’ALMEIDA, Nicole et LIBAERT, Thierry, 2018. Développement durable - Une communication qui se démarque. Québec : Presses de l’Université du Québec. ISBN 978-2-7605-4865-7, 38 €

Texte intégral

1« Développement Durable – une communication qui se démarque » est paru en 2018 aux Presses de l’Université du Québec sous la direction de Solange Tremblay, Nicole d’Almeida et Thierry Libaert qui nous offrent ici un ouvrage à la fois rétrospectif et actuel. Divisé en 5 grandes parties, ce livre réunit 18 collaborateurs autour d’une grande question : comment se démarque la communication pour le développement durable ? Il s’agit ainsi d’aborder la responsabilité de la communication par son rôle structurant.

2La première partie, « Ancrages », pose les bases de l’ouvrage. Le premier chapitre, « De Silent Spring aux Objectifs de développement durable de l’ONU : quelques repères dans l’évolution des communications » de Thérèse Drapeau, propose une approche thématique des années 60 à 2000. Au chapitre 2, Thierry Libaert revient sur « L’interaction de la communication et du développement durable » et sur les définitions de la communication environnementale, l’écocommunication, la communication sur le développement durable et la communication responsable. Cette première partie pose des bases communes : les grands acteurs, les méthodes de gouvernance et l’imbrication entre communication et développement durable.

3La partie 2, « Climats sous tension », approfondit ces axes en précisant encore un nouveau type de communication : la communication climatique.

4Dans son article « Mondialisation des angoisses, communication et démocratie citoyenne », Guy Lachapelle revient d’abord sur la notion de « changement social ». Il y dresse un portrait des parties prenantes et de leurs responsabilités pour plaider en faveur de nouveaux mécanismes d’arbitrage sociétal.

  • 1 Ce chapitre peut par ailleurs être mis en relation avec le chapitre 13 sur la mobilisation des écri (...)

5Ferenc Fodor aborde ensuite le rapport au climat dans le chapitre « Climats d’avenir : la fiction comme lanceur d’alerte »1. D’abord interprété comme une punition des dieux puis comme un risque, le sens et les genres (fiction d’anticipation, dystopie…) autour du climat évoluent.

6Le chapitre 5, « Quand le climat réinvestit le développement durable : communication, action et mobilisation » rédigé par Céline Pascual Espuny, nous rappelle que la « question climatique » est antérieure à celle du développement durable. Revenant sur le contexte institutionnel, elle décortique l’évolution du traitement de la question climatique en fonction des contraintes géopolitiques, de négociation, etc. La dichotomie entre climat et météo est également abordée.

7L’article suivant, « Le façonnage médiatique de la question climatique », de Nicole d’Almeida et Ana Carolina Lins Peliz, est un focus sur la presse. En comparant des journaux français et brésiliens, les auteures montrent que « ce sujet entretient une forte dépendance à l’égard d’autres faits […]. Il est le résultat d’une construction transversale qui englobe autant de simples faits de routine, de l’infra ordinaire du journal telle la rubrique météo, que des sommets internationaux les plus complexes. »

8Enfin, l’article d’Isabelle Le Breton-Falezan, « ‘COP21 – Tous unis pour la planète’ : diplomatie et communication, au cœur d’un événement planétaire sans précédent », met en parallèle l’évolution des logos des conférences onusiennes sur le changement climatique et leur historique politique. Ici, la COP 21 est abordée via ses paradoxes et l’expression des dialectiques politiques : l’occasion de revenir sur le fonctionnement de l’ONU.

9La troisième partie aborde sans ambages la communication des entreprises : « Discours et dérives : la grande entreprise sous la loupe ».

10Jacques Igalens dans « Prospectives. Du bilan social au dialogue dans un monde globalisé : 40 ans d’histoire de la France en matière de communication RSE », aborde cette communication spécifique sous son angle social. Revenir sur l’historique permet de comparer les indicateurs et l’utilisation des informations sociales et environnementales collectées : le résultat est révélateur.

11S’il s’agit jusqu’ici d’un exercice de communication réglementaire, Solange Tremblay et Jacques Baronet se penchent, quant à eux, sur « Les pratiques communicationnelles des très grandes entreprises sur le Web : une communication développement durable vraiment responsable ? » La question est de comprendre si la communication du développement durable des sites corporatifs relève d’un effet de mode ou de réelles intégrations des enjeux. Chiffres à l’appui, les auteur-e-s comparent les multinationales françaises et canadiennes et font émerger différentes catégories de pratiques. Il s’agit également de l’objectif du chapitre 10 sur « Le greenwashing. Nouveaux visages, nouvelles formules : état des lieux », rédigé par Mathieu Jahnich. Cet article dépasse l’aspect mensonger du greenwashing et clarifie ses conséquences à la fois sociales et « commerciales » pour l’entreprise : dissonance au niveau des valeurs, frein au développement de l’économie verte, perte de confiance… La question du greenwashing relève d’enjeux sociaux. L’article nous donne ainsi des repères pour le déceler et y remédier par des règles déontologiques accessibles. En effet, le chapitre 2 nous avait déjà montré comment communication et développement durable étaient imbriqués. Il est donc essentiel que les communicants s’emparent de ces nouveaux raisonnements.

12C’est tout l’objet de la quatrième partie « Communication d’engagement, communication agissante ». Cette partie s’ouvre avec une auteure phare sur la question, Françoise Bernard et son chapitre « Pour une communication engageante : vers un développement durable ». L’auteure nous invite à « faire un point d’étape concernant le croisement entre communication engageante et développement durable ». En repartant de l’engagement, notion utilisée couramment et pourtant peu théorisée, il s’agit de comprendre la cohérence du comportement humain et la relation étroite entre engagements et actes. Cette rétrospective permet à l’auteure de se positionner par rapport au nudge et de questionner les processus de désengagement vis-à-vis d’anciennes pratiques qui semblent nécessaires aux dynamiques d’engagement.

13Pour continuer sur la thématique de l’engagement, le chapitre 12, « Luttes citoyennes et nouvelles valeurs sociales : luttes d’engagement, luttes de communication » de Jean-Marie Pierlot et Thierry Libaert, aborde la communication associative comme une communication de solidarité. C’est sa déclinaison par le « nous » solidaire qui la distingue de la communication corporative ou institutionnelle. Ses stratégies pour le développement durable ? Se regrouper, s’opposer, interpeller et faire le buzz. En mobilisant à la fois les moyens de la communication classique et ceux de la communication numérique, ces « nouvelles formes de communication de combat » ouvrent un nouveau pan de l’histoire du mouvement associatif.

  • 2 Ce sont nos guillemets.

14Le chapitre suivant, « Le Parlement sensible : un parlement d’écrivains « citoyens » en marge de la COP 21, un événement singulier dans la lutte contre les changements climatiques », traite ensuite d’un sujet original : celui de l’engagement des écrivains. Marion Mauger Parat y développe la dimension politique de la littérature, l’utilité des genres littéraires pour aborder le sujet (notamment par le lien qui peut être fait avec les générations futures), ainsi que la spécificité d’une parole libérée des écrivains. Les « moyens de communication »2 qu’ils utilisent sont « l’imagination, la littérature, la fiction, l’art en général ».

15Dans le dernier chapitre de cette partie, Solange Tremblay propose la notion de « communication agissante » à la suite de la communication engageante. Son article « Communicateurs et regroupements professionnels : prélude et engagement pour un développement durable », revient sur l’évolution et les spécificités de la formation universitaire en communication par décade.

16La partie 5, « Une communication qui se démarque », engage une réflexion sur l’évolution des formes de la communication pour le développement durable.

17Dans le chapitre 15, Nicole Huybens explore une notion d’actualité : l’acceptabilité sociale. Son article « Non-acceptabilité sociale et éthique : processus participatifs et responsabilités communicationnelles », revient sur la définition de cette notion et des réponses qui peuvent y être apportées, comme les différents types de responsabilités. La nécessité d’un dialogue dialectique est ici revue à l’aune de l’engagement dans des projets socio-environnementaux, apportant à l’acceptabilité sociale une double dimension humaine.

18Dans l’article suivant, Solange Tremblay revient sur « La reddition de comptes : une communication de responsabilité » non pas comme « l’aboutissement ultime d’un processus visant un développement durable [mais participant] au contraire de la circularité de la démarche de développement durable, de sa mise en relation continue avec un réseau important d’acteurs concernés par les activités des organisations. » Elle y développe 4 grands axes qui orientent la communication responsable : le langage des mots, celui du Web, des images et le langage vrai.

19Enfin, Fabienne Pierre et Solange Montillaud-Joyel nous parlent des « Jeunes générations et modes de vie durables : pouvoir citoyen, pouvoir d’avenir. » Elles reprennent notamment les résultats de l’enquête mondiale sur les modes de vie durables auprès des 18-35 ans menée en 2009 par l’ONU Environnement dans 20 pays. Ici, c’est la capacité de la jeunesse à « trouver en elle-même les ressources dont elle a besoin » qui est soulignée, et la nécessité de communiquer autrement pour toucher ce jeune public et renouveler la démocratie.

20En guise de conclusion, Nicole D’Almeida relève « Les paradoxes et défis d’une communication-monde ». Tout d’abord, une « dynamique centrifuge et centripète » et un discours caractérisé par son antagonisme alors qu’il semble consensuel. Ensuite, le rapport global/local qui met à jour la « tension entre homogénéisation et hétérogénéisation » et enfin, le lien entre discours et action qui doit susciter l’adhésion mais nécessite un « travail multiforme de médiation ».

21Cet ouvrage constitue un excellent récapitulatif des enjeux de la communication développement durable tout en ouvrant sur de nouvelles notions. Il peut être lu en suivant les parties présentées ci-dessus mais également en combinant les chapitres entre eux. Ainsi, il répond à la fois à la nécessité d’un contenu pratique, immédiatement utilisable en communication et d’une base théorique solide appelant à plus de recherches.

Haut de page

Notes

1 Ce chapitre peut par ailleurs être mis en relation avec le chapitre 13 sur la mobilisation des écrivains.

2 Ce sont nos guillemets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Vanderlinden, « TREMBLAY, Solange, D’ALMEIDA, Nicole et LIBAERT, Thierry, 2018. Développement durable. Une communication qui se démarque », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5830

Haut de page

Auteur

Éloïse Vanderlinden

Éloïse Vanderlinden est doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication au laboratoire MICA (EA 4426) de l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur la transition écologique des organisations et les changements de pratiques professionnelles dans un contexte prônant le progrès technique et scientifique. Elle s’intéresse notamment à la réalisation du Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre d’une collectivité territoriale dans le cadre d’une CIFRE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page