Navigation – Plan du site
Parutions

MIÈGE, Bernard, 2017. Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication

Fontaine : Presses Universitaires de Grenoble
Laurène Beccucci
Référence(s) :

MIEGE, Bernard, 2017. Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication. Fontaine : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN 2-7061-2643-4, 16,40 €

Texte intégral

  • 1 MIÈGE, Bernard. Les industries du contenu face à l’ordre informationnel, Grenoble, Presses Universi (...)

1Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication, réflexion enrichie sur les théories des industries culturelles, fait suite à une première édition parue en 20001. Dans le présent ouvrage, Bernard Miège met en perspective un ensemble de travaux sur les industries culturelles menés depuis la fin des années 70. Il s’interroge sur les mutations de ces industries, qui regroupent les champs du cinéma, de l’édition, de la presse et de la musique enregistrée.

2Le sous-titre du livre « face à l’ordre de l’information et de la communication » suggère que ces industries sont souvent appréhendées comme étant dépendantes des technologies de l’information et de la communication (TIC). L’auteur estime que celles-ci sont considérées à tort comme un tout homogène, intégré dans une société perçue comme étant régie par l’information et la communication. Or, il rappelle que chaque industrie dispose de processus de production spécifiques et que les modes d’appropriation des produits culturels diffèrent en fonction des usagers.

3Bernard Miège identifie deux modèles économiques dominants sur lesquels repose le cycle de la conception jusqu’à la diffusion du produit. Le « modèle éditorial » désigne un produit unique, répliqué, distribué par des intermédiaires, puis consommé en échange d’une contrepartie financière. L’auteur évoque les exemples de la presse quotidienne par abonnement ou du ticket de cinéma qui offre un droit de visionnage unique de l’œuvre. Le « modèle de flot » fait référence à un produit mis sur le marché en continu et de manière accessible, qui réactualise constamment sa valeur. C’est le cas des programmes télévisés et de la radio qui émettent en continu. La valeur du produit se mesure dans les numéros qui se succèdent, rendant obsolète la version précédente.

4Bernard Miège analyse l’émergence de deux nouvelles industries contemporaines : celle du jeu vidéo et de l’info-médiatisation. Leur fonctionnement interpelle l’auteur, dans la mesure où il représente une hybridation des deux modèles précités. En outre, Le numérique induit de nouvelles « conditions de production, de conservation, de traitement et de transmission » (p. 105) des produits culturels.

  • 2 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft

5Les industries de contenu, autre branche des industries culturelles, doivent désormais composer avec « la donnée » dont le fonctionnement algorithmique relativement opaque reconfigure les modes de production et de distribution traditionnels. Les GAFAM2 et leurs algorithmes ont bouleversé les pratiques antérieures, en exacerbant notamment la tendance à la personnalisation des contenus. Ils imposent également un système de diffusion selon leurs propres critères.

6Le principal enjeu des industries culturelles et de contenu demeure la relation producteurs-consommateurs. Historiquement, le modèle qualifié de « descendant » a prévalu : les industriels proposaient des contenus distribués aux consommateurs par des intermédiaires. Or, grâce aux TIC, les consommateurs tendent à jouer un rôle majeur dans le processus de production : ils peuvent interpeller directement les concepteurs pour demander des corrections et des améliorations (particulièrement pour les séries télévisuelles et le jeu vidéo). Le consomm-a(c)teur façonne les contenus culturels au gré de ses usages et de ses réactions médiatisées. Pour étayer son propos, Bernard Miège mobilise la pensée d’Henry Jenkins qui a théorisé la « culture du remix » : les fans seraient passés du statut de simples consommateurs à celui d’acteurs, voire d’experts pour certains d’entre eux.

7Ainsi, dans cet ouvrage, Bernard Miège analyse les caractéristiques des industries culturelles et met en exergue leurs spécificités. Il considère qu’il n’y a pas lieu de parler d’un « avant-numérique » et « après-numérique » radicalement opposés, dans un monde où il réfute le primat de l’information et de la communication. Le propos de l’auteur entre en résonance avec le contexte actuel où les logiques d’accès payant aux contenus sont remises en question par le mouvement de l’OpenEdition. En effet, les données scientifiques ne sont plus seulement au cœur des discussions internes à la communauté scientifique. Les citoyens et les auteurs eux-mêmes souhaiteraient s’affranchir d’un modèle économique contraignant. La diffusion, semble-t-il, deviendra un enjeu stratégique des nouvelles modalités d’accès à la connaissance et de contrôle des audiences.

Haut de page

Notes

1 MIÈGE, Bernard. Les industries du contenu face à l’ordre informationnel, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2000. ISBN 2-7061-0892-4.

2 Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurène Beccucci, « MIÈGE, Bernard, 2017. Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/5884

Haut de page

Auteur

Laurène Beccucci

Laurène Beccucci est doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Bordeaux Montaigne au sein du laboratoire MICA (EA 4426). Ses intérêts de recherche portent sur les formes de violence médiatisées par les TIC et leur prise en charge par les modérateurs. Elle travaille également sur les imaginaires genrés véhiculés dans les productions médiatiques. Courriel : laurene.beccucci@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page