Navigation – Plan du site
Parutions

LEGENDRE Bertrand, Ce que le numérique fait aux livres

Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN 978-2-7061-4195-9
Nicolas Pélissier
Référence(s) :

LEGENDRE Bertrand, 2019. Ce que le numérique fait aux livres. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN 978-2-7061-4195-9

Texte intégral

1Paru en décembre 2019, Ce que le numérique fait aux livres est le tout dernier ouvrage édité dans la collection « Communication, Médias et Société » dirigée par Bernard Miège, Pierre Moeglin et Isabelle Paillart aux Presses Universitaires de Grenoble. L’ouvrage est le vingt-sixième d’une collection qui fête ses 30 ans en 2020 et qui reste à ce jour la plus ancienne en France dans le champ des SIC. Son auteur est Bertrand Legendre, actuellement professeur en SIC à l’Université Paris 13 et directeur du laboratoire LABSIC ainsi que du LABEX ICCA (Industries Culturelles et Création Artistique). Spécialiste reconnu de l’industrie de l’édition, il a travaillé sur des sujets tels que l’indépendance éditoriale et le marché des premiers romans. Dans son dernier ouvrage, il propose un panorama général de la transformation digitale du secteur économique du livre en France.

2D’évidence, cette synthèse vient combler un manque : si les travaux sur le livre numérique ne manquent pas (voir par exemple Paquienséguy, 2014, Wiart, 2017 ou Célimon, 2018), de même que ceux portant sur la transformation digitale d’autres industries culturelles plus récentes (voir Le Guern, 2016, pour les musiques amplifiées, ou Taillibert et Aubert, 2017, pour le cinéma), en revanche les recherches tentant de décrire avec précision « ce que le numérique fait aux livres » demeurent plus rares, à quelques exceptions près (Benhamou, 2014 ou Epron & Vitali-Rosati, 2018). D’où l’intérêt de l’ouvrage publié par Bertrand Legendre, structuré en trois parties qui abordent successivement les effets de la digitalisation sur les transformations contemporaines de la filière « livre » et de ses différents secteurs spécialisés, les mutations de la critique culturelle (et de sa dimension de légitimation) induites par ces transformations, et enfin la question sensible des nouveaux modèles pouvant en rendre compte en termes de valeur des objets produits et diffusés.

3La première partie de l’ouvrage, de loin la plus détaillée, offre donc une vue d’ensemble, originale et diversifiée, de la digitalisation de l’industrie de l’édition en France, avec quelques comparaisons internationales fort bienvenues. Ses enseignements sont les suivants.

4D’une part, la montée en puissance d’un mouvement globalisé de désintermédiation (« Tous auteurs, tous éditeurs ? », s’interroge Bertrand Legendre) qui s’effectue au détriment des acteurs traditionnels de la filière que sont les maisons d’édition, mais aussi avec leur consentement et parfois leur collaboration active. L’un des effets majeurs du web participatif ou 2.0, au-delà de la mise en ligne des organisations éditoriales, est bien la possibilité offerte à tout un chacun de s’autopublier et toucher une audience plus ou moins large à moindre frais. Mais encore faut-il distinguer le processus de l’autopublication de celui de l’autoédition, récurrente dans l’histoire ancienne et plus récente de la filière du livre. Cette distinction amène à considérer en priorité la dimension communicationnelle de l’autopublication, qui conduit ses acteurs à gérer de plus en plus par eux-mêmes les relations avec leurs publics les plus divers, en s’investissant en conséquence dans des opérations de veille, de marketing, de promotion, de référencement, de management et mesure des audiences, etc. (voir les efforts réalisés en ce sens par nombre d’auteurs amateurs sur une plateforme telle que wattpad).

5D’autre part, un grand mérite du travail de Bertrand Legendre est de montrer la grande diversité des effets de la digitalisation en fonction du secteur éditorial concerné, sachant que les mondes du livre sont très variés. Ainsi, des domaines tels que l’édition scolaire (voir le succès de plateformes telles que lelivrescolaire.fr, seremaths ou weblettres, ainsi que des « Edtechs » qui proposent des solutions personnalisées aux apprenants) ou encore l’édition de savoirs (avec une encyclopédie en ligne comme Wikipédia ou les injonctions publiques à l’autopublication de la recherche via des modèles de « science ouverte ») apparaissent beaucoup plus affectés en profondeur que d’autres, où l’on constate une digitalisation très limitée et inégale, à l’image de la bande dessinée, du guide de voyage, du livre d’art ou de l’album jeunesse.

6Ce dernier constat conduit à évoquer un troisième point : la forte résistance du support papier, qui se traduit par des chiffres de vente qui restent élevés dans un pays comme la France (où l’édition figure en tête des industries culturelles), qui contraste avec les discours des années 1990-2000 qui prophétisaient la fin du support imprimé. Concernant par exemple le secteur « jeunesse », Bertrand Legendre remarque : « les productions éditoriales les plus remarquables dans ce domaine ne sont pas liées au numérique, mais illustrent précisément le savoir-faire éditorial en matière d’album, de pop-up, de coffrets et de documentaires réaffirmant le rôle central de la fonction éditoriale en matière de contenus, de matérialité et d’esthétique » (Legendre, 2019, p. 58).

7Ce constat de résistance renvoie d’ailleurs à un quatrième concernant la persistance, contre vents et marées digitales, de la fonction d’intermédiation assumée par les maisons d’édition, des plus grandes au plus confidentielles. Bertrand Legendre évoque à leur sujet un processus de « re-intermédiation » lié à certaines déconvenues inhérentes à la digitalisation, qui se traduit par un double investissement, à la fois fonctionnel (veille effectuée sur les plateformes éditoriales collaboratives telles que wattpad ou manuscrit.com en vue de dépister de nouveaux talents en fonction de leur popularité) et financier (prise de participation au capital d’entreprise « natives » ou partenariats avec les géants du Web tels que Google ou Amazon). Dans l’édition scolaire, on constate par ailleurs le développement de pratique de « courtage » de la part de structures publiques ou associatives (voir Corrélyce ou Myriaé) visant à mieux contrôler la qualité des contenus pédagogiques produits et diffusés par les plateformes. Dans l’édition en sciences humaines et sociales, B. Legendre relève le rôle toujours central des revues imprimées de référence, des grandes maisons d’édition scientifiques, mais aussi la montée en puissance de nouveaux petits éditeurs (Agone, Amsterdam, Mare & Martin…) en matière de filtrage, sélection des travaux originaux et pertinents, en dépit de la tendance actuelle en faveur des carnets de recherche, blogs de chercheur-e-s, revues « natives » exclusivement en ligne, archives ouvertes et autres pratiques de science ouverte.

8L’exemple de ce dernier secteur amène à formuler un cinquième constat qui peut sembler paradoxal : bien que favorisant de facto une apparente démonopolisation des pratiques éditoriales, le numérique a simultanément accéléré des phénomènes de concentration industrielle de la filière, à la fois horizontale (partenariats entre maisons d’édition et plateformes éditoriales) et verticale (synergies croissantes entre industrie du livre et industrie de l’audiovisuel, du jeu et du divertissement). Du coup, la démocratisation culturelle tant espérée par certains acteurs et auteurs n’a pas forcément eu lieu, en dépit de pratiques expérimentales innovantes et remarquables (dans la bande dessinée ou l’édition de savoirs par exemple, sans oublier le succès des « mooks » analysé par Alves et Stein, 2017). Ces pratiques constituent un contrepoint stimulant de nature à attirer l’attention grandissante du chercheur et du citoyen. Mais elles ne semblent pas remettre en cause l’actuel mouvement de surconcentration de la filière entre les mains d’un nombre toujours plus réduit d’acteurs, qu’ils soient issus du même monde (Hachette ou Editis) ou extérieurs à lui (GAFAM…).

9La seconde partie de l’ouvrage, quant à elle, tire les conséquences de ce constat en interrogeant les transformations d’une autre fonction d’intermédiation entre les œuvres et leurs publics : celle de la critique culturelle. Cette interrogation s’inscrit dans un corpus de travaux qui, en sciences de l’information et de la communication, tentent d’évaluer ces transformations à l’ère de la digitalisation (voir Rieffel, Glévarec, Allard, Rebillard et Guibert, Le Guern…) et des nouvelles pratiques « expressivistes » qui conduisent l’internaute ordinaire à critiquer sur son blog, sa page facebook, son compte instagram ou sa chaine booktube des objets culturels produits à la fois par les industries et institutions mainstream que par la « mass amateurization » (Clay Shirky) de la production culturelle contemporaine.

10D’emblée Bertrand Legendre refuse d’accorder du crédit aux discours catastrophistes postulant la disparition de la critique sous les coups de boutoirs de l’hydre numérique. Entre « dilution » et « dissémination » de la critique, il évoque plutôt sa recomposition : « de même que le discours sur la crise du livre se développe souvent sur la représentation idéalisée d’un âge d’or éditorial qui aurait échappé à l’industrialisation de la filière jusqu’aux années 1980, celui qui décrit la fin de la critique omet généralement de rappeler l’ancienneté et le caractère problématique des liens que celle-ci entretient avec l’édition […] et avec les industries culturelles et médiatiques » (op. cit. p. 66). De fait, comme l’a bien montré Jean-Yves Mollier (1999) au sujet des relations entre la librairie Hachette et le journal Le Presse au milieu du xixe siècle, la critique entretient de longue date des liens ambigus avec la promotion, une ambiguïté qui a de tout temps suscité l’ire de nombreux écrivains, de Rousseau à Gracq, en passant par Balzac, Maupassant, Ionesco ou Céline. Et face au rétrécissement récurrent de l’espace éditorial consacré à la critique culturelle dans nos grands journaux imprimés nationaux ou régionaux (voir Rieffel, 2014), le numérique n’apporte-t-il pas une alternative en permettant à cette critique de se redéployer sur les blogs, plateformes participatives (booktube en particulier) et certains sites spécialisés (Le Matricule des Anges, En attendant Nadeau, etc.) ?

11Bertrand Legendre valide cette tendance au redéploiement, mais montre aussi que l’évolution générale du marché de la critique en ligne est plutôt de favoriser des formats courts promotionnels ou (plus rarement) stigmatisants, dans les deux cas peu propices à l’argumentation contradictoire nécessaire à toute évaluation plus qualitative des œuvres. De fait, les plateformes telles que Babelio ou Amazon suscitent une relation directe entre auteur-e-s et lectorats tendant à escamoter la critique argumentée au profit d’une cohorte d’influenceurs souvent peu équipés pour réaliser un travail approfondi de mise à distance, dans l’espace comme dans le temps, par rapport à ces œuvres. Il est vrai que les algorithmes de recommandation qui structurent les relations sur ces plateformes ont plutôt tendance à favoriser la promotion, sous l’influence d’un marketing digital de plus en plus orienté par les mesures quantitatives de la popularité qui tend à se substituer au travail souvent plus ingrat des experts, professionnels ou assimilés, de la critique culturelle. Pour les influenceurs à l’œuvre sur les plateformes susmentionnées, le critère de la notoriété, évalué à l’aune de la popularité en ligne par des indicateurs tels que like, post, hashtag, retweet…, semble devenir plus important que tout autre. Dans un tel contexte, « l’usage du numérique […] contribue activement à renforcer des succès pré-acquis par la notoriété de l’auteur, d’une série ou d’une collection » (id., p. 82). Entre survalorisation de l’auteur anonyme et renforcement du star-system, B. Legendre constate « une fragilisation accrue des auteurs occupant des positions intermédiaires » (ibid., p. 86) qui s’effectue le plus souvent au détriment des petits et moyens éditeurs, malgré quelques récents succès d’estime.

12En troisième et dernière partie de son ouvrage et en écho aux précédents développements, l’auteur revient plus en détail sur les questions économiques et financières, au cœur de ses préoccupations de chercheur spécialisé en économie politique de la communication. Ses propos sont sans équivoques : « le numérique a agi -et continue de le faire- comme un agent de concentration de la filière éditoriale » (ibid., p. 87). Cela est particulièrement visible dans certains secteurs comme l’édition scolaire et universitaire, qui a vu des maisons renommées telles que Dalloz ou Masson passer en peu de temps sous contrôle de grands groupes étrangers (Reed, Elsevier…), en dépit de la mobilisation d’acteurs politiques de premier plan. Selon Bertrand Legendre, la préservation d’une « ligne nationale et patrimoniale » dans l’édition n’a pas longtemps résisté aux enjeux financiers liés au potentiel des technologies numériques éducatives et à leurs bases de données en matière d’édition des savoirs.

13L’auteur met aussi l’accent sur une concentration interfilières qui traduit l’existence de liens de plus en plus étroits entre l’industrie du livre et celles des autres industries culturelles davantage marchandisées, notamment l’audiovisuel et le jeu vidéo (voir le rachat récent d’Havas et de ses filiales Nathan, Bordas et Larousse par le géant américain Software, numéro un mondial du logiciel de jeu éducatif). S’appuyant sur les travaux de Benghozi et Chantepie (2017), il constate l’existence, dans le secteur du livre, d’un phénomène de « pépinière » semblable à celui du jeu vidéo ou de l’industrie musicale, qui voient la cohabitation de géants mondiaux accaparant l’essentiel du marché avec une myriade de micro-producteurs fortement spécialisés et ciblés sur des segments étroits mais dont le potentiel innovant et les capacités à révéler de nouveaux talents sont souvent récupérés par ces mêmes géants.

14Legendre poursuit sa description du marché de l’édition en insistant sur deux facteurs majeurs que sont la TVA sur le livre numérique (qui ne bénéficie pas à ce jour d’un taux réduit comme le livre papier car il est considéré comme un « service » et non un « produit culturel ») et le prix de vente des e-books, au cœur d’un conflit récent et hautement symbolique opposant le groupe Hachette à la plateforme Amazon, laquelle souhaite un prix beaucoup plus faible pour les e-books, alors qu’en France le marché du livre de poche, longtemps décrié par certains acteurs majeurs du monde de l’édition, a permis une résistance du support papier par rapport à ses versions dématérialisées au prix sensiblement équivalent.

15L’auteur conclut son étude en proposant six modèles économiques tentant de rendre compte des diverses modalités de fabrication de l’édition digitalisée. Selon le modèle considéré, les éditeurs en ligne proposent à leurs auteur-e-s une gamme de services plus ou moins diversifiés en fonction de la demande individuelle. Ces services sont le plus souvent payants et se répercutent sur la valeur du livre et son prix de vente. Ce dernier peut même devenir très élevé en fonction du principe de « l’auteur-payeur » dans le cas de l’édition scientifique (pratique des APC), domaine dans lequel il revient de plus en plus aux universités et centres de recherche de financer eux-mêmes leurs publications, ce qui suppose des budgets conséquents et accélère les phénomènes de concentration accrue des structures académiques (logique des IDEX, LABEX, COMUE, GUR, etc.), même si les plateformes d’autopublication telles que Open Edition ou HAL peuvent constituer une alternative sérieuse à cette logique (voir le « Plan National pour une Science Ouverte » de 2018). Cette diversité des modèles correspond par ailleurs à celle des modes d’achat (librairie, commandes en ligne, etc.) et surtout des modes de lecture (du surfing individuel aux clubs institués), dans un contexte mondialisé marqué par une « industrialisation de la prescription » par les GAFAM à partir d’un ensemble de métadonnées (œuvre, format, commercialisation) permettant une individualisation et marchandisation croissantes de l’offre éditoriale. D’où la conclusion de Bertrand Legendre sur l’importance des politiques publiques, « à commencer par celles qui permettraient d’agir sur l’activité des GAFAM par le biais de la fiscalité… si l’Europe parvient à s’accorder sur ces questions » (ibid., p. 126).

16Au bilan, la lecture de cet ouvrage est riche en enseignements. D’une part, son auteur promène un regard original, résolument communicationnel, sur un objet protéiforme que le numérique contribue à complexifier encore davantage. Car c’est bien dans le domaine de la communication (marketing, promotion, relations publiques, référencement, nouvelles formes de contribution et de participation…) que les incidences du numérique se font le plus ressentir. D’où l’importance du corpus d’auteurs en SIC cités en bibliographie (notamment Miège, Bouquillion, Chapelain, Wyart, Saemmer, Alves…).

17D’autre part, le point de vue de B. Legendre se situe dans le temps long de l’histoire de l’édition, ce qui lui permet de relativiser les discours euphorisants, ou au contraire catastrophistes, sur le passage de l’écrit à l’écran suscité par la digitalisation. Ni « révolution 2.0 », ni restauration à l’identique : le numérique a plutôt tendance à amplifier et complexifier des phénomènes qui l’ont précédé dans l’histoire des supports éditoriaux. En outre, grâce à plusieurs comparaisons internationales, l’auteur relativise également les effets de la digitalisation en fonction de la spécificité des contextes nationaux : celui de la France (avec son prix contrôlé du livre, sa TVA à taux réduit et son « exception culturelle ») reste ainsi fort différent de celui, par exemple, des États-Unis, où les librairies ont presque disparu et où le maintien de l’édition papier ne concerne que les plus grosses ventes, mais aussi certains de nos voisins européens, avec lesquels nos politiques publiques peinent à s’accorder.

18Enfin, on ne manquera pas d’apprécier la position à la fois prudente et lucide de l’auteur de l’ouvrage, qui refuse tout déterminisme, qu’il soit technique ou social, et met en garde ses lecteur-e-s contre certaines idées reçues et tentations récurrentes du monde intellectuel et académique, à l’image de celle qui consiste à faire du numérique le facteur principal, voire unique, du mouvement actuel de désintermédiation conduisant à la remise en cause du statut des auteur-e-s, des œuvres et de leurs critiques. Bien au contraire, Bertrand Legendre relativise, dans le temps comme dans l’espace, ses effets sur la production et la diffusion éditoriales. Mais il n’en reste pas moins lucide en montrant que le numérique tend aussi à favoriser des phénomènes de concentration susceptibles de menacer la qualité et la diversité des produits culturels. Derrière les promesses de démocratisation et pluralisme culturels, affleure la toute-puissance du marché des industries culturelles et créatives. L’état de la recherche révèle des situations plus complexes et contrastées, mais la tendance générale donne plutôt la prime à quelques acteurs omniprésents, au détriment du plus grand nombre, notamment celles et ceux qui entendent « faire œuvre » de et dans leur vie.

19Tel est le principal acquis de ce livre, dont nous ne pouvons que recommander la lecture. Certes, on pourra regretter que son auteur n’ait pas consacré davantage de développements aux controverses théoriques (en France, comme dans la littérature en langue anglaise) sur les effets de la numérisation du livre, ou encore aux renouvellements méthodologiques suscités par la dématérialisation des supports éditoriaux (voir l’état de la recherche en Humanités numériques et autres Digital Studies). Le lecteur aurait aussi aimé en savoir plus sur « ce que le numérique fait » aux stratégies managériales des entreprises de l’édition et aux conditions de travail des professionnels du secteur, sans oublier les enjeux en termes de formation des acteurs du monde de l’édition (sachant notamment que Bertrand Legendre dirige aussi l’un des diplômes les plus reconnus sur le marché français du livre).

20Mais reconnaissons qu’il est difficile de faire l’état des lieux exhaustif d’un secteur industriel aussi important en un nombre aussi réduit de pages (135 au total). L’auteur de l’ouvrage a donc dû faire des choix qui, au final, nous semblent fort bien amenés et développés.

Haut de page

Bibliographie

Alves, A., Stein, M., Dir., Les mooks : espaces de renouveau du journalisme littéraire ? Paris, L’Harmattan, 2017.

Benghozi, P.-J., Chantepie, P., Jeux vidéos : l’industrie culturelle du XXIe siècle, Paris, Presse de la FNSP, 2017.

Benhamou, F., Le livre à l’heure du numérique, Paris, Le Seuil, 2014.

Célimon, S., Le livre numérique, état des lieux, Paris, Cercle de la Librairie, 2018.

Epron, B., Vitali-Rosati, M., L’édition à l’ère numérique, Paris, La Découverte, 2018.

Le Guern, P., Dir., Où va la musique ? Numérimorphose et nouvelles expériences d’écoute, Paris, Presses des Mines, 2016.

Mollier, J-Y., Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.

Paquienséguy, F., Bosser, S. Dir., Le livre numérique en questions, Dossier de la revue Études de Communication, n° 43/2, Université Charles-de-Gaulle, Lille, 2014.

Rieffel, R., Révolution numérique, révolution culturelle ?, Paris, Gallimard, 2014.

Robert, P., Bande dessinée et numérique, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Taillibert, C., Aubert, J.-P., L’économie de la cinéphilie contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2017.

Wiart, L., La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pélissier, « LEGENDRE Bertrand, Ce que le numérique fait aux livres », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/6284

Haut de page

Auteur

Nicolas Pélissier

Nicolas Pélissier est Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nice Sophia Antipolis, au sein du SIC.Lab Méditerranée (EA 3280). Courriel : nicolas.PELISSIER@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals