Navigation – Plan du site
Vie des labos

Le Labo Télé

Les séries télévisées à l’ère du numérique
Florence Huard-Tremblay

Texte intégral

1Fondé en 2015 au sein du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal, le Labo Télé a été mis en œuvre pour créer un espace de réflexion interdisciplinaire sur les études télévisuelles. À son arrivée au département comme professeure adjointe spécialisée en télévision, Marta Boni a mis sur pied le laboratoire de recherche pour bâtir un réseau d’étudiants et de chercheurs dans un espace axé uniquement sur l’analyse des séries télévisées. Né avec l’objectif d’intégrer le domaine des études télévisuelles, qui dans la recherche universitaire globale sont de plus en plus importantes depuis le début des années 2000, le Labo Télé travaille à mettre en place des outils d’analyse sur les formes et les usages possibles des séries télévisées.

2Le Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’UdeM favorise les approches théoriques et pratiques interdisciplinaires par sa concentration sur plusieurs médiums artistiques, entre les arts visuels, le cinéma et les jeux vidéo. Le Labo Télé apporte une nouvelle ouverture sur la télévision, s’inscrivant à la fois dans l’étude de l’image et du son, des mutations des technologies médiatiques à l’ère du numérique et dans les études culturelles. Seul laboratoire de l’université à se consacrer aux études télévisuelles, le Labo Télé aborde également la recherche par une approche interdisciplinaire nourrie par un réseau de chercheurs locaux et internationaux. Les axes de recherches du laboratoire s’orientent vers les formes, les plateformes, les genres, les modes de production, les cultures, les récits transmédiatiques et la réception auprès des téléspectateurs des séries télévisées contemporaines.

État de la question

3Le Labo Télé travaille à partir de ce constat : la télévision est dans une ère « post-network » (Lotz, 2007). Les séries contemporaines sont encore de la télévision, bien qu’elles ne soient peut-être jamais diffusées via le médium traditionnel de l’appareil télévisuel. Les séries diffusées via des plateformes numériques restent des objets télévisuels nés d’une transformation. Les plateformes de visionnement en ligne (Netflix, Amazon Prime Video et Hulu) deviennent des acteurs industriels dans la diffusion et dans la production de contenu télévisuel. Les objets qu’ils proposent sont le produit de l’industrie télévisuelle, mais ils sont pensés pour une consommation numérique. Les bouleversements de l’industrie numérique influencent l’expérience téléspectatorielle désormais délinéarisée. Les téléspectateurs ont une plus grande liberté sur la façon qu’ils ont de consommer une nouvelle série : sur leur téléphone portable, sur l’ordinateur, à table, dans les transports en communs ou même dans une salle de cinéma. Ils sont constamment appelés à une interactivité constante, en dehors du mode de visionnage conventionnel, par les outils souvent transmédiatiques mis en place. L’approche pragmatique du Labo Télé considère les formes des séries télévisées (narratives et esthétiques) en constante évolution par leur plateforme et leurs usages. Ainsi, et en s’appuyant également sur une théorisation de la série comme monde ou système, la série télévisée est appréhendée comme une totalité, un écosystème qui regroupe la série elle-même, sa production et sa réception. La série est une composante de ce système, où les activités qui l’entourent prennent une place fondamentale.

4Comment produire des connaissances sur les séries télévisées et comment les analyser, surtout à une époque où les séries sont très nombreuses, peut-être trop nombreuses (on parle de peak television) ? À partir de la proposition, née dans le domaine de la littérature, de la « lecture distante » ou distant reading (Moretti, 2013), le Labo Télé met en place des méthodes d’analyse quantitative. Ainsi, suivant les théories de Moretti, l’analyse selon une perspective distante est nécessaire pour couvrir tout le système. La réception fait partie de l’objet, qui englobe la narration, la forme et les traces des activités de réception.

Organisation et projets de recherche

5Dans une volonté de s’investir dans le domaine des études télévisuelles, le Labo Télé compte parmi ses membres des étudiants issus de plusieurs disciplines (cinéma, histoire de l’art, littérature, communication) dont les recherches et les intérêts personnels s’inscrivent déjà dans l’analyse des séries télévisées. Les rencontres du Labo Télé, sous forme d’ateliers de travail mensuels, offrent un espace de partage et de réflexion aux membres. Ouvertes aux participants extérieurs, les rencontres sont d’ailleurs accessibles à tous par leur diffusion sur la page Youtube du laboratoire. Depuis sa création, le Labo Télé oriente ses travaux selon des projets de recherche, mis en place grâce à plusieurs subventions. Un éventail de perspectives et de sujets variés est encouragé par la structure du laboratoire, où les membres sont invités à élargir leurs recherches principales autour de ces axes, et à en faire la présentation.

6Le projet d’enquête sur les formes et les plateformes des séries télévisées contemporaines intitulé « La série télé dans tous ses écrans » (2018-2020) a été mis sur pied grâce à la subvention obtenue du Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH) dans le cadre du programme Savoir. Le cycle de recherches 2018-2021 sera dirigé autour de ce projet qui se divise en trois volets : la sérialité produite et diffusée par ses acteurs, le hors-film (les séries dans les salles de cinéma et les festivals) et la portabilité. Ce projet de recherche vise à examiner conjointement les liens entre la dimension esthétique et la dimension technologie des séries télévisées contemporaines (champ d’analyse restreint aux séries produites entre 2013 et 2018), dans un contexte de production et de diffusion numérique. Cette enquête sur les formes, formats et contenus des séries propose dans un premier temps une réflexion théorique sur les mutations du récit télévisuel par ses modalités de diffusion (entre les networks traditionnels et la diffusion numérique) et une élaboration d’outils d’analyse et méthodologiques à ces nouveaux objets. En dehors des membres réguliers du laboratoire, ce projet inclut des chercheurs français, italiens et québécois.

7Précédemment, le projet « Les formats de la télévision au Québec » (2016 – 2017) a obtenu une subvention de l’Université de Montréal et du CRSH. Cette étude avait comme objectif d’étudier l’utilisation des termes décrivant les formats et les genres de la télévision québécoise dans les discours de presse. Ce travail s’inscrit dans une recherche plus large sur les caractéristiques comparables de la télévision transnationale.

8De même, Boni a bénéficié du financement du Fonds de recherche du Québec – Société et Culture (FQRSC) pour le projet « Les séries télévisées à l’ère du numérique : production, diffusion, réception et circulation en réseau » (2015-2018), qui a permis au Labo Télé d’effectuer à la fois une étude quantitative des plateformes qui accompagnent les séries télévisées et un travail cartographique pour répertorier les séries en relation avec les pratiques et discours des téléspectateurs. Cette étude quantitative a pris la forme d’une carte interactive qui recueille les séries télévisées qui ont créé une expansion du récit par l’utilisation d’outils numériques dans le but d’élargir l’expérience du téléspectateur. Les productions de séries télévisées mettent en place des stratégies transmédiatiques, telles que du contenu offert sur une plateforme numérique, pour favoriser les métadiscours autour de son produit. Par cette carte, il est ensuite possible de localiser la diffusion dans l’espace de la série et sa durée de vie. À l’offre de contenus web de la production s’ajoute la production de discours des fans, qui a été cartographiée dans la deuxième phase du projet. En effectuant un lien entre les discours des fans et leur localisation, il est possible de mettre en relation les activités des utilisateurs avec les dispositifs des séries télévisées. Le travail sur les discours de réception des séries permet d’étudier l’œuvre comme un système complexe, qui englobe sa vie sociale.

La diffusion de la recherche : colloques et publications

9Les membres du Labo Télé rayonnent dans la recherche universitaire internationale, entre autres par leur participation à des colloques et par les diverses publications auxquelles ils ont contribué. Depuis sa création, le Labo Télé a organisé trois colloques internationaux : Formes et plateformes de la télévision à l’ère du numérique : Publics, récits et technologies (mars 2017), Intervalles sériels : littérature, cinéma, télévision, médias (avril 2019) et Télévision Queer : Représentations, sensibilités, formes et fandom (mai 2019).

10Initié dans le cadre du projet du « Les séries télévisées à l’ère du numérique » le colloque Forme et plateformes de la télévision à l’ère du numérique s’est inscrit dans les activités de recherche du groupe. Il a été soutenu par le financement du CRSH accordé par le programme Connexion, le GRAFICS, le soutien du réseau de partenariat international de TECHNÈS, la Cinémathèque québécoise et le Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques. Plusieurs chercheurs locaux et internationaux ont été réunis à la Cinémathèque québécoise à Montréal pour questionner les nouvelles pratiques de la télévision à l’ère du numérique à partir du lien esthétique et technologique. Présentées sous forme d’études de cas, les conférences qui ont eu lieu sur une durée de trois jours ont été enregistrées et misent en ligne pour en permettre le libre accès. Les pays suivants étaient représentés : Brésil, Canada, France, Italie, Pays-Bas, Suisse, États-Unis.

11Le colloque Intervalles sériels a eu lieu en avril 2019 sous la forme d’ateliers de discussion au Carrefour des arts et sciences de l’Université de Montréal. Organisé par la collaboration de Marta Boni, Thomas Carrier-Lafleur (Université de Montréal, département d’histoire de l’art et études cinématographiques) et Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal, département des littératures de langue française), le colloque interdisciplinaire proposait une discussion autour de la notion de l’intervalle spatial ou temporel, dans un contexte médiatique contemporain. Tout comme son prédécesseur, les ateliers sont disponibles en ligne. En mai 2019, le Labo Télé collaborait à l’évènement Télévision Queer, organisé par Marta Boni et Joëlle Rouleau (Université de Montréal, département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques). Le colloque avait comme objectif l’analyse des séries télévisées selon une perspective théorique queer. La discussion autour des représentations queer sur les écrans télévisuels est au chemin de plusieurs disciplines dont études télévisuelles, communication, études de genre et études féministes. Plus particulièrement, les discussions ont été animées autour de l’analyse des personnages, les formes esthétiques et narratives, l’industrie et les publics.

12En plus des événements organisés à Montréal, le Labo Télé a également participé à d’autres colloques internationaux en tant que groupe de recherche, dont le panel « Cartographier la fiction télévisuelle » au colloque de l’Association canadiennes d’études cinématographiques (ACÉC) en 2016 (Marta Boni, Larissa Christoforo, Camille Martinez) et le panel « Cultural Diversity and the Global Media Flow » au colloque annuel de la Society for Cinema and Media Studies (SCMS) en mars 2019 (Larissa Christoforo, Marc-Antoine Lévesque, Giulia Taurino).

13Les collaborations des membres du Labo Télé ont mené à la publication d’articles conjoints telles que l’article « I Love Dick et Transparent : Ergonomie, montage et rythme » de Boni et Larissa Christoforo publié par CinémaS (2017), et « Maps, Distant Reading and the Internet Movie Database » de Boni et Giulia Taurino pour la revue VIEW (2018). Les collaborations externes de Boni comptent l’article « Comment étudier la complexité des séries télévisées ? Vers une approche spatiale » avec Mirelle Berton (Université de Lausanne) pour TV/Series et celle avec Valentina Re « Here Be Dragons. Le mappe comme soglia/le mappe come creazione » dans l’ouvrage de Re et Sara Martin Trono di Spade - Game of Thrones - Erotismo guerra e spazi urbani nel trono di spade (2017).

14À titre personnel, Boni a dirigé l’ouvrage collectif World Building : transmedia, fans, industries publié en 2017 aux presses de l’Université d’Amsterdam. Elle travaille présentement à l’édition de l’ouvrage collectif Formes et plateformes de la télévision à l’ère du numérique (découlant du colloque du même nom) pour les presses de l’Université de Rennes.

Perspective du réseau et objectifs

Dans l’objectif de soutenir un réseau de recherche réunissant plusieurs approches et perspectives, le Labo Télé travaille en collaboration avec d’autres laboratoires et chercheurs d’horizons variés. De même, il contribue à l’organisation des midis Grafim (Groupe de recherche sur l’avènement et la formation des identités médiatiques), initiative du Laboratoire CinéMédias, sur les communautés de fans dans la culture populaire. Depuis 2015, le Labo Télé contribue à l’animation des mardis de l’OCQ, des conférences organisées par l’Observatoire du cinéma au Québec qui se tiennent chaque mardi des semestres scolaires. La mission de l’OCQ est d’être une vitrine pour le cinéma québécois, avec cet objetif le Labo Télé invite des acteurs de l’industrie de la télévision au Québec pour échanger sur leur travail. Au cours des années, le laboratoire a reçu des invités tel que Stéphane Cardin, Chloé Robichaud, Jocelyn Deschênes et Sarah Pellerin, en proposant des discussions sur le présent et l’avenir de la télévision à l’ère du numérique. Autrement, dans le cadre du projet « Les séries télé dans tous ses écrans », des ateliers de travail et des dispositifs d’analyse collaborative des séries seront mis sur pied entre partenaires invités, dans le but de dynamiser la recherche et de renforcir le réseau.

15Les recherches en études télévisuelles investiguées par le Labo Télé rebondissent sur l’enseignement à l’Université de Montréal. Jusqu’alors presque absentes de l’enseignement au premier cycle, quatre nouveaux cours en études télévisuelles sont désormais offerts aux étudiants, créés avec la collaboration de Boni. Les cours du premier cycle, disponibles aux étudiants au baccalauréat en cinéma, sont « Histoire de la télévision : une introduction », « Introduction à l’analyse des séries télés », « Hors film : la projection filmée » et le cours « Le Queer et les séries télé » sera donné pour la première fois à l’année scolaire 2019-2020. Aux cycles supérieurs, le séminaire de maîtrise « Sérialités et transmédialités » explore les phénomènes sériels et les récits transmédiatiques, où entre autres la télévision est une discipline étudiée avec attention.

16Pour l’année 2019-2020, le laboratoire va élargir ses travaux sur le vidéo-essai, où les membres seront invités à monter leur propre vidéo autour de leurs recherches. Cette nouvelle méthode de travail s’inscrit dans le désir de créer un espace ouvert et accessible sur les études télévisuelles. Ainsi la diffusion des recherches et des conférences via la page Youtube et le site internet restent à l’avant-plan des objectifs du laboratoire. Dans le même ordre d’idées, la page Facebook est alimentée régulièrement pour relayer les nouvelles de l’industrie télévisuelle internationale et du domaine universitaire. Cette vitrine pour les études télévisuelles permise par les réseaux sociaux permet de témoigner de l’importance des travaux sur les séries télévisées. À ce jour, les études télévisuelles demeurent un domaine en émergence qui jouit d’une popularité croissante auprès de la communauté universitaire, d’où l’importance de fournir des outils d’analyse, des méthodes de travail et des travaux accessibles.

Haut de page

Bibliographie

Berton, Mirelle et Marta Boni. 2019. « Comment étudier la complexité des séries télévisées ? : vers une approche spatiale ». En Ligne. TV/Series, vol 15. URL : http://journals.openedition.org/tvseries/3691. Consulté le 10 septembre 2019.

Boni, Marta (dir). 2017. World Building. Amsterdam : Amsterdam University Press.

Boni, Marta (dir). 2020. Formes et plateformes de la télévision à l’ère du numérique : Récits, publics et technologies. Rennes : Presse universitaire de l’Université de Rennes (en cours de publication).

Boni Marta et Valentina Re. 2017. « Here Be Dragons. Le mappe comme soglia/le mappe come creazione ». Dans Martin S, Re V. Trono di Spade - Game of Thrones - Erotismo guerra e spazi urbani nel trono di spade. p. 105-128. Milan-Udine : Mimesis International.

Boni, Marta et Larissa Christoforo. 2017. « I Love Dick et Transparent : Ergonomie, montage et rythme ». CinémaS.

Lotz, Amanda D. 2017. Portals : A Treatise on Internet-Distributed Television. Michigan : Michigan University Press.

Moretti, Franco. 2013. Distant Reading. London/New York : Verso.

Taurino Giuilia et Marta Boni. 2018. « Maps, Distant Reading and the Internet Movie Database : New Approaches for the Analysis of Large-Scale Datasets in Television Studies ». En Ligne. VIEWJournal of European Television History and Culture, vol 7 no 14, p. 24-37. URL : http://doi.org/10.18146/2213-0969.2018.jethc151. Consulté le 10 septembre 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Huard-Tremblay, « Le Labo Télé », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/6473 ; DOI : 10.4000/rfsic.6473

Haut de page

Auteur

Florence Huard-Tremblay

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals