Skip to navigation – Site map
Dossier
Horizon partagé

L’exil en musique. Partager des « moments musicaux » sur Facebook, une pratique communicationnelle

Émilie Da Lage

Abstracts

From 2016 to 2019, Beshwar Hassan, an Iraqi Kurdish musician used Facebook to communicate about his life in exile between Grande-Synthe and London. The aim of the article is to show how his use of digital social networks is related to the type of ordeals and commitments he faced. The Facebook posts and the exchanges they lead are analyzed as the result of a communication activity which participates in the forms of the contemporary exile. Facebook allows self-narratives in a situation of instability and radical change. In the case of Beshwar Hassan, Facebook is also a device for mobilizing support and for creating an audience of its forced migration, an audience capable of mobilization. However, power relations that shape the world of forced migration can be noticed online and are tied with the socio-technical mediations of the platform.

Top of page

Full text

« Se comprendre soi-même, c’est être capable de raconter sur soi-même des histoires à la fois intelligibles et acceptables, surtout acceptables ».
(Ricœur, 1994, p. 2).

1Entre mars 2016 et novembre 2017, j’ai eu l’occasion de suivre le parcours d’exil d’un musicien kurde irakien, Beshwar Hassan, et de sa famille, sa mère Roonak et plusieurs de ses frères et amis. Je les ai rencontrés sur le campement dit du Basroch à Grande-Synthe par l’intermédiaire de Médecins Sans Frontières et suivi ensuite sur le camp dit de La Linière. Nous avons continué à échanger entre la France et l’Angleterre où la famille a finalement obtenu l’asile. Dans le parcours d’exil de la famille et surtout de Beshwar Hassan, la musique a joué un rôle important à plusieurs niveaux. Elle a constitué un « espace-temps refuge » lors des épreuves liées au trajet en Europe de la famille et elle a été un moyen d’expression, de mise en forme sensible et de partage de son expérience. Enfin, elle a été pour lui une occasion de se singulariser sur le campement du Basroch et sur le camp de la Linière tant auprès des autres exilé.e.s que des différents acteurs du camp. Sa capacité à jouer un répertoire kurde partagé par les exilé.e.s du camp, à réaliser un travail émotionnel en musique, sa capacité à répondre à la curiosité et aux envies de partage des bénévoles, salariés et acteurs culturels, ont contribué à faire de lui un exilé « à part » sur le camp. Ces capacités musicales ont aussi émergé de sa position sur le camp : Beshwar parlait anglais et a très tôt collaboré avec les différentes ONG et les membres de la municipalité de Grande Synthe, il a dirigé un éphémère « conseil des réfugiés » sur le camp de la Linière. La reconnaissance de son activité musicale par les différents acteurs du camp est par ailleurs indissociable de sa position sur le camp et en retour son activité musicale a conforté sa place de leader. Ses activités musicales ont également été l’un des appuis à ses pratiques de communication en ligne via Facebook. Une fois passé en Angleterre, Beshwar a partagé, via Facebook, sa découverte de l’Angleterre « en musique », et repartagé, en les recontextualisant, les images et les posts liés à son activité musicale publiés pendant son passage sur le camp de la Linière.

  • 1 https://displacedobjects.com/2017/05/23/le-saz-beshwar-hassan-emilie-da-lage/

2Je propose dans cet article de présenter l’usage du réseau social numérique Facebook par Beshwar Hassan à la fois en France et en situation « d’encampement » (AGIER 2014) puis en Angleterre durant le temps de sa demande d’asile. L’analyse de son activité sur Facebook a été prise dans une ethnographie du camp de Linière et de la place de la musique dans les dynamiques sociales du camp. Dans le premier temps, je pouvais relier l’activité de Beshwar Hassan sur Facebook à l’analyse de la vie du camp et à ses enjeux. Dans le second temps, Facebook a constitué le lien que nous pouvions garder à distance. Durant cette phase de recherche, l’analyse de l’activité en ligne de Beshwar Hassan ne s’est plus accompagnée de temps de partage « hors ligne », ni de la possibilité d’enquêter sur les contextes de production des post. En revanche Facebook et sa messagerie sont devenus pour nous le dispositif socio-technique par lequel nous avons engagé un petit travail de co-écriture de la biographie de son instrument de musique1. Ce faisant, ma position « à distance » m’a conduit à analyser la manière dont Facebook a été utilisé par Beshwar Hassan pour maintenir les liens construits sur les camps ainsi que la façon dont une mémoire partagée du passage de la famille Hassan par les camps de Grande-Synthe s’est constituée en partie en ligne après le passage.

3J’ai archivé et re-contextualisé les posts de Beshwar Hassan, ainsi que l’activité sur son mur liée à la musique, pendant environ une année, jusqu’à l’obtention de son statut de réfugié. Ce travail repose sur une « approche qualitative in situ, dans le temps long d’une pratique inscrite, à la manière des anthropologues, […] il s’agit d’observer des interactions cadrées par des outils techniques formalisant du social ». (JEANNE-PERRIER 2010, 145). Le travail s’est déroulé de deux manières : la prise en compte de la façon dont les posts de Beshwar Hassan et leurs commentaires, s’inscrivaient au quotidien sur mon mur et via une analyse systématique et manuelle de son profil, réalisée régulièrement au fil de l’année, ainsi que des plongées régulières dans les profils de nos « amis » communs. Je suis devenue « amie » avec la plupart des « amis » interagissant régulièrement avec lui.

4Dans un souci ethnographique, les posts ont été analysés en rapport avec la dynamique du parcours migratoire de Beshwar Hassan. Davantage qu’un archivage exhaustif de sa communication en ligne, j’ai archivé les posts de Beshwar Hassan ou les partages sur son mur intégrant des références à la musique, à partir de la consultation régulière de son profil et en réalisant des captures d’écran. Pour organiser mon observation, j’ai pris en considération les temps propres aux moments clé de son parcours : l’encampement à la Linière, le passage et l’arrivée, l’installation en Grande-Bretagne. Ce découpage temporel m’a permis, d’intensifier l’observation à certains moments clés de son parcours. Au total, 50 posts ont été archivés, ainsi que 3 live Facebook. Les posts Facebook et les échanges auxquels ils donnent lieu ne seront pas analysés comme des « traces » médiatisées de l’expérience de l’exil, mais comme le résultat d’une activité communicationnelle qui participe des formes de l’exil contemporain en permettant des écritures de soi dans une situation d’instabilité et de changement radical. Dans le cas de Beshwar Hassan, Facebook a également été un espace de mobilisation de soutiens. Il a peu à peu créé une forme de « public » de l’épreuve de la migration forcée, un public capable de mobilisation. Cette activité communicationnelle s’organise dans des dispositifs parfois enchâssés, comme Facebook et YouTube. Elle consiste en des pratiques d’écriture médiatisées, qui s’exposent sur des écrans dont l’organisation sémiotique participe à produire le sens (SOUCHIER 1996). Elle s’organise selon des « raisons graphiques » (GOODY 1979) propres aux communications informatisées en général et à Facebook en particulier, enfin, elles sont aussi le résultat de la médiation sociotechnique de la plateforme et de son caractère de plateforme semi-publique/semi-privée.

5L’article s’organisera en trois parties. Nous examinerons tout d’abord Facebook en tant que dispositif d’écriture de soi, nous verrons ensuite comment les lieux de l’exil y sont mis en scène et font l’objet d’un travail de subjectivation partagé, nous analyserons finalement les modalités de construction, par Beshwar Hassan, d’un public de son épreuve d’exilé. Cette traversée permettra de montrer que les usages des réseaux sociaux numériques sont liés au type d’épreuves et d’engagements auxquels les usagers sont confrontés et dans lesquelles ils sont pris.

Conditions de l’exil et écritures de soi en ligne.

6Comme le souligne Michèle Leclerc Olive, les expériences des exilé.e.s aujourd’hui sont des expériences « limites », c’est-à-dire qu’elles ne sont pas radicalement « autres », mais paradoxales, proprement inouïes et de là, comme le souligne Smain Laacher, souvent incroyables (LAACHER 2018). Ces expériences limites obligent à déplacer nos focales d’analyse (LECLERC-OLIVE, Au-delà des épistémologies sédentaires 2015). Vues depuis « la limite » c’est l’ensemble du monde commun qui peut se trouver éclairé à nouveaux frais.

De la réflexivité

  • 2 capture d’écran réalisée le 05/06/2019

I am a human looking for humanity❤🤝✌🌷
مــيفرقنا شي العـــــــیراق بنبضنـــــا
Introduction Facebook de Beshwar Saz.2

7Comme tout écrit, les écrits sur Facebook ou sur d’autres Réseaux Sociaux Numériques, produisent de la réflexivité chez celui qui écrit et peut voir et revoir sa production, en consultant son journal par exemple. Alexandre Coutant et Thomas Stenger (COUTANT et STENGER 2010) analysent le potentiel réflexif de Facebook au regard de la notion de technique de soi, développée par Michel Foucault dans une série de conférences et de cours donnés en 1982 (FOUCAULT, Dits et écrits. Tome 2 : 1976-1988 2001). Les techniques de soi de Michel Foucault sont des techniques qui permettent d’ouvrir un espace de réflexivité via différents supports et techniques d’écriture de soi, à la fois pour soi et pour les autres. La perspective de Foucault est intéressante non seulement dans le cadre d’une analyse de la réflexivité des pratiques d’écriture sur les réseaux sociaux numériques, comme le propose Alexandre Coutant et Thomas Stenger, mais surtout parce qu’il articule cette analyse à celle de ce qu’il nomme les matrices d’expériences comme la folie, la sexualité, nous pourrions y ajouter ici l’exil.

8Alexandre Coutant et Thomas Stenger établissent les convergences entre les outils techniques d’écriture de soi proposés par Facebook ou d’autres Réseaux Sociaux Numériques et ceux décrits par Foucault et utilisés pendant l’antiquité grecque : possibilité de consigner le quotidien et de relier des évènements à des « humeurs » via la publication de « statuts », l’articulation dans les profils des utilisateurs d’éléments disparates, et fragmentaires, et la possibilité ouverte de produire un récit incorporé et adressé à partir de ces fragments.

9Chez Beshwar Hassan, ce travail expressif de constitution de soi pour des autres se manifeste à plusieurs niveaux, dans la constitution de son profil tout d’abord, et ensuite via l’écriture de post agençant textes, vidéos ou photos.

  • 3 C’est le nom que j’utilise dans mes communications avec lui et celui que j’utilise dans cet article

10Durant la période étudiée, il utilise trois pseudonymes différents. Le premier Beshwar Hassan, est celui de son compte durant son passage à la Linière et de ces premières semaines en Angleterre. Beshwar n’est pas le prénom de son état civil, mais son « nom de réfugié », celui qu’il s’est donné au cours de son voyage, par facilité dit-il, plus facile à prononcer3. Ce recours à des noms et des prénoms d’emprunt est une pratique courante chez les exilé.e.s en transit, et dans ce cas, la possibilité de l’usage de pseudonymes sur Facebook s’articule une pratique hors ligne qui renvoie aux politiques de surveillance et de désidentification-identification propre à de nombreux demandeurs d’asile. Quelques semaines après son passage, il change de pseudonyme pour celui de Besh W. Walker et met en scène son identité d’exilé via le recours à la métaphore du marcheur, et du passant. Il utilise le diminutif Besh de Beshwar, par lequel il était constamment appelé sur le camp de la Linière. Une fois l’asile obtenu il devient, Beshwar Saz, pseudonyme construit sur le rapport quasi homothétique qu’il entretient avec son instrument, mais qui est aussi en phase avec ses projets professionnels dans la musique, il en profite pour réintroduire son prénom kurde (Jutyar) entre parenthèses.

  • 4 Traduction donnée par Beshwar Hassan à la phrase lors d’un échange en Juin 2019.

11Il a renseigné les autres éléments de son profil et il fait varier les phrases et citations qu’il affiche dans l’introduction, détournant la proposition de Facebook d’y inscrire une courte biographie. Les citations et réflexions proposées le définissent à partir de trois propositions souvent articulées : le pacifisme, le pouvoir de réunion de la musique, l’humanisme. C’est le cas, par exemple de celle qui décrit « Beshwar Saz » comme humaniste et pacifiste, la citation (en exergue du paragraphe) est suivie par une phrase en arabe qui dit que son cœur bat au rythme de l’Irak, son pays natal, et qu’il n’a pas de regrets4 et elle est suivie d’une série d’émoijs figurant un cœur, une poignée de main, une fleur, et le signe de la victoire. Il affiche d’emblée son plurilinguisme en utilisant les deux langues de communication : l’anglais, l’arabe, ainsi que le langage imagé propre aux communications électroniques et interprétables, dans le contexte plurilingue dans lequel il évolue, comme le souci d’être compris et de faire apparaître ce souci comme un élément de son profil. C’est au fur et à mesure de sa maîtrise et de ses usages de Facebook, qu’il intègre les émojis, ou les innovations du réseau comme la story

12Une fois en Angleterre, il donne également les liens vers son compte Instagram, peu actif et son compte YouTube sur lequel il a mis en ligne plusieurs créations musicales, un clip en noir et blanc réalisé sur le camp de la Linière dans son cabanon et dans lequel il joue du saz, pendant que son frère l’accompagne en utilisant la table comme percussion, et un autre clip qui revient sur l’un des évènements majeurs de son expérience : le moment où il a été séparé de sa mère en Grèce en arrivant en Europe et qu’il a perdu sa trace plusieurs mois avant de la retrouver sur le camp de la Linière. Facebook lui permet donc, au fur et à mesure de son parcours et de ses usages numériques croisés, d’agréger différents espaces expressifs. (ALLARD et VANDERBERGUE 2003).

  • 5 Cet évènement a été important pour Beshwar Hassan, il lui a permis de rencontrer un musicien intern (...)

13Sa photo de couverture a également varié au fil du temps, mais renvoie systématiquement aux deux éléments qu’il constitue comme des invariants de son identité sur Facebook : son passage par le camp de Grande-Synthe et son activité de musicien, y compris une fois passé en Angleterre. En changeant de nom de profil pour « Beshwar Saz » par exemple, il a adopté pour photographie de couverture, une photographie de répétition d’un concert au Palais du Littoral pendant lequel Ibrahim Maalouf l’avait invité sur scène pour un duo5. La photo de la scène, éclairée par les projecteurs, montre Beshwar Hassan, assis avec son saz à la main, entouré des musiciens pendant qu’Ibrahim Maalouf s’adresse à eux. Cette photo renvoie à un moment important de son histoire sur le camp, mais aussi à une expérience valorisable dans les mondes de la musique dans lesquels il entend se professionnaliser en Angleterre. La mention « travail » est restée stable, elle est renseignée par « Art musical », et il a également renseigné son lieu d’habitation d’abord Grande-Synthe puis Rushdeen puis Londres et le lieu d’où il vient. Il a choisi Mossoul, la ville où il a été étudiant et non le village de la maison familiale. Le profil Facebook de Beshwar Hassan est donc investi comme lieu de production de soi lié à son parcours d’exil, une identité qui place la musique et l’engagement comme éléments centraux dans ce travail d’écriture et de présentation de soi. La flexibilité de la plateforme lui permet de maintenir sa présence en ligne tout en faisant place au processus de négociation identitaire à l’œuvre dans son parcours d’exil et à la façon dont il entend le présenter à son réseau de sociabilité en ligne. Les photos de profil associées varient, mais le montre parfois le saz à la main. Pseudo et photo sont les deux éléments les plus importants dans la communication car ils sont ceux qui s’affichent dans les post et sont donc le plus visibles, ce sont par ailleurs les éléments qui s’intègrent dans les fils des autres utilisateurs et matérialisent la présence de Beshwar Hassan dans leur quotidien, même sans avoir besoin de consulter son profil.

14Alexandre Coutant et Thomas Stenger (COUTANT et STENGER 2010), en s’appuyant sur leurs propres travaux et sur les analyses de Jean-Claude Kaufmann, relativisent le potentiel réflexif des Réseaux Sociaux Numériques, ils en pointent les risques de dispersion et d’immédiateté. La dispersion est liée à la façon dont l’algorithme de Facebook lie les éléments épars, prenant part au travail de mise de cohérence des fragments publiés. Ce « risque » doit être mesuré non seulement au regard de la position sociale des usagers, (GRANJON et DENOUEL 2011) (LE CAROFF 2015), et de la mosaïque d’usages repérables en ligne (BASTARD, et al. 2017), mais aussi, si l’on suit la proposition de Michel Foucault jusqu’au bout, au regard des dispositifs de gouvernementabilité des sujets. Dans ses cours au collège de France de 1983, Foucault retrace son parcours intellectuel et pédagogique en dégageant les trois pans de son travail comme l’analyse successive des trois axes des matrices de l’expérience, qu’il s’agit en dernier lieu de penser ensemble. Le premier axe est la formation des savoirs et des pratiques de véridiction, le second, celui de la normativité des comportements et des technologies du pouvoir, et le troisième celui de la constitution des modes d’être du sujet à partir des « techniques de soi », soit une pragmatique du sujet.

  • 6 Voir également Nisrine Al Zahre (Al Zahre 2016) qui définit dans ces conditions le silence comme un (...)

15Sur Facebook, Beshwar Hassan peut déployer une mise en récit fragmentée, trouée et lacunaire, qui échappe aux formes hégémoniques de mise en récit de l’exil imposées via les techniques de gouvernementalité des « indésirables » notamment dans le cadre de la procédure d’asile. Ces cadres imposent des récits biographiques cohérents et vérifiables, imposent de se présenter comme individu victime et cela dans des cadres contraignants, toujours au risque de ne pas être cru et cela tant en France qu’en Angleterre. (LAACHER 2018) (WOOLEY 2014). L’autre forme hégémonique du récit d’exil est celui de la quête ou de l’épopée, validant l’imagination de l’exil comme condition individuelle (KAPLAN 2000) et imposant une mise en intrigue tendue vers l’obtention des papiers, d’un statut ou la réussite d’un passage. Les exilé.e.s en transit racontent tous cette pression du récit, et les injonctions constantes à se raconter et Beshwar Hassan m’en a fait part plusieurs fois. Pour Myriam Revault D’Allones, relisant Paul Ricoeur, les vies invisibles sont celles où sont empêchées la médiation entre l’homme et l’homme - la communicabilité - et la médiation entre l’homme et lui-même - la compréhension de soi. Le pouvoir de raconter et se raconter ou, à l’inverse, être mis dans l’impossibilité de raconter et de se raconter organise des places et capacités de prendre part au monde social. (REVAULT D’ALLONNES 2016). Pour les personnes exilé.e.s rencontrées, cette question peut être déplacée. Ce n’est pas tant l’impossibilité de « se raconter », que l’obligation à se raconter sous les modalités du récit biographique ou celles des récits des épreuves et des violences subies qui organise les places et les capacités à prendre part au monde social6. C’est souvent à cette injonction contradictoire : devoir se raconter, mais dans un cadre qui l’empêche en partie et fait violence que les personnes en demande d’asile sont confrontées. Lors de nos entretiens, Beshwar Hassan a souvent dit ce paradoxe : « tout le monde veut que je raconte, mais je ne peux pas raconter ce qui compte vraiment, ni qui je suis et ce que je veux faire ici ». (Beshwar Hassan, entretien réalisé le 15 mars 2016).

16Ces formes narratives enferment le récit et ses interprétations dans ce que Michèle Leclerc Olive nomme des « épistémologies sédentaires » qui se caractérisent par « une série de présupposés naturalisés, de clichés descriptifs comme la notion d’identité narrative (Leclerc-Olive, 2010) ; et par les tyrannies de la continuité (Leclerc-Olive, 2012), par la probabilisation du monde (Leclerc-Olive, 2014) ou par l’entretien d’une cloison étanche entre fiction et « no-fiction » (Leclerc-Olive, 2015a, 2018). » (LECLERC-OLIVE, Transmettre l’expérience, une priorité ? 2018, 38).

17Si l’on suit cette proposition de Michèle Leclerc Olive, c’est alors dans le caractère fragmentaire que réside l’ajustement de la plateforme aux épreuves particulières traversées par Beshwar Hassan. L’architecture technique de Facebook organise le retour sur son expérience de l’exil autrement qu’à travers les cadres et dispositifs narratifs habituellement imposés comme le récit de vie ou la biographie cohérente. L’écriture de soi sur Facebook ne passe pas par une mise en intrigue obligée, mais plutôt par une succession d’interventions dans un espace commun, semi public, sous la forme de partages de moments festifs, de commentaires de l’actualité, de réflexions personnelles, de relais de publications jugées partageables et communicables, pris dans le flux discontinu de la plateforme. Il s’agit d’une manière de construire une présence dans le monde, sur laquelle il peut faire retour en consultant son journal, attestée par les commentaires de son réseau, davantage que devoir produire un récit cohérent de soi.

18Dans ce processus la musique joue, pour Beshwar Hassan, un rôle particulier, tant dans la première phase, celle du passage par le camp de la Linière et dans la seconde partie de son expérience, celle de sa vie en Angleterre. Les rencontres, les performances musicales enregistrées sur le vif ou retravaillées et postées sur YouTube et partagées sur Facebook, sont des performances partageables, qui lui permettent de se mettre en scène tout en passant sous silence l’inénarrable de l’expérience du camp, trop dégradante ou les difficultés administratives et le vide de l’attente propre à la demande d’asile.

Un travail d’écriture de soi, attesté par le réseau

19Si Facebook organise la chasse aux « faux profils » et développe ses techniques d’authentification et de moralisation des publications, le régime principal de véridiction et de validation du travail d’écriture de soi produit par les usagers est celui de la validation par ses amis, via l’abonnement, les likes, et les commentaires. Le travail d’écriture de soi est validé en quelque sorte par les échanges entre Beshwar et ses amis qui réagissent à ses statuts en les confirmant via des commentaires qui « valident » son expertise musicale – « great », « you made my day », ou son courage dans l’adversité et sa capacité à transmettre une émotion « so moving », « keep going » « I admire you » en commentaire à une vidéo le montrant en train de jouer sur le camp par exemple.

20Ce processus de validation peut être rapporté, pour en évaluer le potentiel capacitant, à celui auquel Beshwar a fait face durant sa demande d’asile et en tant que migrant indésirable en Europe. Ce régime est celui de la suspicion sur les motifs de l’exil. Les migrants en transit, futurs demandeurs d’asile, sont soumis à un régime du doute constant. Ce doute porte d’abord sur la légitimité de la fuite et de la demande d’asile. Ce doute est alimenté par les accusations de dévoiement du droit d’asile par des migrants en quête de protection sociale et d’avantages économiques. Cette différence entre « vrais réfugiés » et « faux migrants » entre en résonnance avec la procédure d’asile elle-même et les épreuves de véridiction auxquelles elle soumet les demandeurs d’asile. (SAGLIO-YATZIMIRSKY 2018).

21Dans ce contexte, l’existence d’un espace d’autopublication comme Facebook permet d’échapper, en partie, aux injonctions formelles qui pèsent sur le récit d’exil. Il permet également d’ouvrir un espace d’écriture de soi dans lequel les épreuves de véridiction liées à la demande d’asile et au doute pesant sur sa parole en lui substituant un autre régime de validation, celui de la reconnaissance, même faible, via le commentaire ou le like. Dans ce contexte, les critiques qui portent sur les exigences d’authenticité que les réseaux sociaux numériques font peser sur les sujets peuvent être réévaluées. Il nous faut comprendre plus finement les différences entre des modes de production de l’authenticité dans les différents espaces d’expression de soi qui ne sont pas rabattables entièrement les uns sur les autres. Ils peuvent, en fonction des différents régimes de production de l’authenticité dans lesquels évoluent les usagers et la manière dont ces différents régimes se combinent, produire des formes de tyrannie redoublée, accentuant les injonctions à la transparence, ou au contraire permettre une pluralisation des espaces d’expression de soi. Nous défendons ici que ces questions ne sauraient être résolues en général, mais constituent des éléments de problématisation des usages des Réseaux Sociaux Numériques.

Mettre en scène des rapports aux lieux de l’exil

22Facebook encourage à se localiser en mettant à disposition des usagers des outils de géolocalisation par exemple, mais également en encourageant le partage de photos personnelles et de mise en scène de soi dans des lieux identifiables. De fait, Facebook est l’un des lieux de mise en scène de rapports, parfois ambigus aux lieux de l’exil.

Corps musicien/corps migrant : acter de sa présence au monde.

  • 7 La faute sur le nom d’Ibrahim Maalouf a été faite par Beshwar Hassan qui ne le connaissait pas avan (...)

“HERE I am on stage with such a nice person Ibrahim Maalof played some music…”7
Beshwar Hassan le 09/04/2016

23Lorsque Beshwar Hassan rédige ce post, il vit sur le camp de Grande-Synthe depuis plusieurs mois. Ce post accompagne la vidéo d’un duo avec le trompettiste de Jazz Ibrahim Maalouf sur la scène du palais du littoral de Grande-Synthe. Beshwar Hassan est assis au centre du cadre, la tête penchée sur son saz, il porte un pull un peu doré, sur le côté Ibrahim Maalouf est un peu caché par le clavier en premier plan, sa trompette à la main.

24Les photos et vidéo, celles du concert avec Ibrahim Maalouf particulièrement, montrant Beshwar Hassan en train de jouer de la musique, instrument à la main. Elles contrastent avec les représentations des « corps migrants » pris dans l’attente du passage, souvent invisibilisés. Ces images, à ce moment de son histoire personnelle, rendent visibles, à la fois pour lui et pour ses amis, une manière qui lui est propre d’être en action, et surtout présent, comme le souligne la casse en majuscule du mot « HERE ». Cette présence en dignité est d’autant plus importante que son corps est malmené sur le camp, soumis au régime de l’attente, assigné aux espaces liminaux. Son corps est par ailleurs un « corps frontière » au sens de Nacira Guenif Souilamas (GUENIF-SOUILAMAS 2010). Nacira Guénif-Souiliamas forge cette notion de corps-frontière pour caractériser l’expérience particulière des personnes racisées en situation post-coloniale. En décrivant plus particulièrement l’expérience des migrants sans papiers, elle montre que le corps « incarne la frontière que le migrant transporte avec lui et fait de celui-ci une frontière en soi, une cible mouvante, qui, quelques soient ses pérégrinations, sert à localiser la limite entre intériorité et extériorité, entre légitimité et illégitimité, entre légalité et illégalité » (GUENIF-SOUILAMAS 2010, 222). Cette notion de « corps-frontière » est articulée à la manière dont la frontière s’éprouve différemment en fonction de sa classe sociale, de sa nationalité, mais aussi de sa race et de son genre. Ce corps frontière, bloqué et discriminé à la frontière, mais aussi dans la ville même via sa mise à l’écart, la rudesse policière, et la place qui lui est assignée, apparaît, le temps du concert comme un corps créatif, capable de mettre en forme ses émotions, d’occuper l’espace de la scène et de produire une musique écoutable et partageable, sur laquelle se règle l’un des musiciens de jazz les plus célèbres du moment. Cette corporéité partagée sur les réseaux sociaux est une forme de résistance à la dynamique de discipline et de soumission des corps migrants dans la dynamique des camps (GALITZINE-LOMPET 2016). Cette résistance est revendiquée par Beshwar Hassan, via cette affirmation : « Je suis là », mais il en note également les limites. Quelques jours après avoir partagé une première fois la vidéo du concert avec Ibrahim Maalouf, il la partage à nouveau, en notant que si jouer sur scène de cette façon, partager ses émotions et permettre au public de faire l’expérience de la beauté du monde, était un rêve pour lui depuis son plus jeune âge, il a joué sur scène en tant que réfugié et non en tant qu’homme libre dans le monde. La succession de ces deux posts permet de constater la réflexivité de Beshwar Hassan sur sa situation, Facebook est dans ce cas l’un des lieux de constitution et de partage de cette réflexivité.

25Le post se termine en faisant référence à une promesse, faite à ceux qui l’ont aidé, de réaliser son rêve et de créer sa propre musique. Cette promesse partagée en ligne, est l’une des modalités d’une réflexivité qui passe par l’exposition de soi reliée à des engagements à agir, tournée vers des futurs possibles, performative. Si le post acte de sa condition et rend compte de la réflexivité de Beshwar Hassan, il ouvre également vers des futurs dans lesquels il en sera libéré, il est aussi un acte d’engagement vis à vis de son réseau social en ligne.

Partager la découverte de l’Angleterre en musique

An old church in Derbyshire
1300 before made it by William Conqueror (the Duke of Normandy)
And I played this keyboard, (image de clavier) I forget wha’s the name actually
Sound is amazing first time in my life
It looks great seeing knew things in my life
Cheers (image de bocks de bière)
Beshwar Hassan 8 octobre 2016

26L’un des événements du parcours de Beshwar Hassan est le passage réussi en Angleterre. Ce « passage » s’est accompagné de nouveaux types de posts : les Facebook live le montrant en voiture, musique à fond et chantant en train de rouler dans différents lieux : périphérique de Londres, « country anglaise ». D’autres posts relataient des « premières fois » liées à la pratique musicale. Les supports de ces posts pouvaient être des photos et selfies ou des cartes qui permettent la localisation de la pratique et les réseaux affinitaires qui la soutienne. Il partage également ses participations à des concerts, souvent donnés pour des organisations caritatives ou des ONG de soutien aux réfugiés. Sur Facebook, il affiche auprès de ses amis sa découverte de l’Angleterre en musique, en utilisant les possibilités techniques de la plateforme, par exemple le recours aux cartes de localisation ou les live. Ces technologies attestent autrement que par sa parole ou des photos sa présence au Royaume-Uni, elles ont également un côté ludique assumé.

27Ces posts permettent de partager la joie d’une mobilité retrouvée ainsi que des formes d’appropriation et de subjectivation des lieux. Les Facebook live sous la forme de road movies dans la campagne anglaise ou sur le périphérique de Londres sont des moments de partage avec son réseau d’un moment de joie. Plusieurs amis commentent, en live également, en se décrivant en train de chanter également, rient, commentent la voix de Beshwar. Ces moments permettent de partager la manière dont l’expérience de la mobilité, en construisant le point de vue sur le paysage traversé, ainsi que la musique qui les colorent et leur donne une consistance sensible sont des formes de subjectivation des lieux et des paysages, une manière de s’y inscrire au présent et dans la dynamique relationnelle et intersubjective du réseau social.

Relocaliser la mémoire et partager un attachement malgré tout

“Making music round the fire at Glastonbury festival. Remembering playing round your fire Beshwar – some of the mud here is approaching Basroch standards. But it’s all drying and we get to go home at the end.” Dan, a friend of Beshwar, le 22 juin 2017.

Commentaires : E : Not as good as dancing in Jungle but getting there
Besh W. Walker : Yes you are right E., in Jungle was so different still I have the video of dancing.
E : Me too Besh
B. W.W : Can you sen dit to me and I send mine too (émoji souriant)
E : I am searching my Ipad now
B. W. Walker : Thank you (émoji souriant.)

28Michel Agier présente la mémoire des exilés comme une mémoire « délocalisée » (AGIER, Je me suis réfugié là 2011), faite d’une litanie de noms de camps qui constituent les lieux de transit. Or sur Facebook au contraire, il est possible de voir s’afficher des lieux liés à des rencontres et des souvenirs. Les photographies repartagées permettent de lier les noms de ces camps aux rencontres et aux liens qui s’y sont tissés et peuvent se maintenir à distance à travers la communication médiatisée. Les commentaires sont le plus souvent une attestation de ce que ce souvenir restera gravé dans la mémoire de celui qui la poste et la partage, et Facebook permet de retrouver ou de maintenir des liens.

29La photo repartagée vient attester que le passage, y compris dans ces lieux de transit impersonnels peut avoir des résonnances dans le temps, peut être digne d’être remémoré. L’usage du repartage des « souvenirs » suggérés par le réseau social lui-même, la mobilisation des mémoires des téléphones portables et autres appareils d’enregistrement permet de comprendre comment cette mémoire est travaillée par la technique (AKRICH 1994).

30Sur les camps, nous avons pu observer que les moments musicaux sont quasiment systématiquement filmés ou photographiés et se conservent dans les albums des téléphones portables. Ces images sont prises avant toute intention de montage ou d’usage, même si elles peuvent être partagées très rapidement et parfois même faire l’objet d’un live avec la famille ou les amis à distance. Si ces moments sont systématiquement captés, c’est bien parce que leur potentiel mémoriel est en quelque sorte presque instinctivement perceptible par les exilé.e.s ou par ceux qui assistent à ces moments.

31Myriam Revault D’Allone (REVAULT D’ALLONNES 2016) rappelle comment Paul Ricoeur insiste sur la capacité pré-narrative de ce que nous appelons une vie et se demande quels sont les points d’appui que le récit, indépendamment de sa forme, peut trouver dans l’expérience vive de l’agir et du pâtir. Le récit s’adosse toujours, pour Ricoeur, à une expérience vécue. Or dans certaines situations ou certaines circonstances, ces points d’ancrage peuvent disparaître. Dans ce cas, on peut être mis dans l’impossibilité de raconter et de se raconter. Les photos, vidéos enregistrées peuvent constituer ces points d’ancrage.

32Par ailleurs, partager et repartager les moments musicaux active et rend possible à dire un attachement à la vie sur le camp peu compréhensible au regard de la dureté des conditions de vie. Ce rapport-là participe à édifier « une autre mémoire du camp, celle qui s’est construite dans sa fréquentation par les individus qui l’habitent et qui appelle une définition en termes de lieu de vie » (PUIG 2008). Ainsi, plusieurs posts s’organisent autour du partage de photos ou de vidéos de moments musicaux sur le campement du Barosch ou celui de la Linière par Beshwar Hassan ou ses amis.

  • 8 Le fait de prêter ce pouvoir à la musique ou de définir la musique comme « un langage universel » e (...)

33Les photographies et vidéo de moments de performances musicales sur le camp, qu’elles se déroulent dans l’intimité relative des abris, autour d’un feu, ou lors de mini concerts improvisés témoignent qu’il a été possible de vivre et d’habiter dans la précarité des campements. La mémoire partagée est celle de la capacité des exilé.e.s à transformer la précarité et la violence de la situation en créant des espaces-temps musicaux intersticiels, pendant lesquels la solidarité peut prendre le pas sur la violence. Par ailleurs, certains posts lient ensemble la célébration de la capacité des exilé.e.s à supporter les conditions de la vie sur le camp au « pouvoir » de la musique elle-même à transformer l’espace et l’appréhension du temps, à forger des liens forts dans l’émotion et le moment partagé au même rythme. Enfin, les posts qui s’appuient sur les moments partagés entre exilé.e.s, bénévoles et aidants sur le camp sont également l’occasion de célébrer un potentiel particulier de la musique à rendre possible des cosmopolitismes sensibles8. Le statut de ces posts changent bien sûr au fil du temps et prennent, une fois la famille passée en Angleterre, leur dimension mémorielle.

34Cette mémoire du camp se produit dans les interactions en ligne, mais elle peut également être réactivée par l’algorithme de Facebook qui propose des souvenirs, parmi lesquels les vidéos et photos partagées, post les plus commentés ou « évènements marquants ». L’algorithme de Facebook participe donc à cette construction mémorielle, proposant à Beshwar Hassan lui-même ou à ses amis des « souvenirs » du camp. Ces propositions ont été saisies par Beshwar Hassan lui-même ou par certains de ses amis comme des occasions de partage pour réactiver la mémoire de ces moments musicaux.

35Ces activités communicationnelles liées à la production d’une mémoire des épreuves subies par les exilé.e.s, mais aussi des moments de joie, de résistance et d’émotion partagées, inscrite dans les lieux habités du transit, permettent de tisser des « relations épaisses » (MARGALIT, La Société décente 1999) (MARGALIT, Ethics of Memory 2002), qui engagent moralement les personnes dans une communauté éthique qui implique des responsabilités à l’égard des autres membres.

36Cette communauté éthique, travaillée par le cadre technique de la plateforme, ne recouvre pas l’ensemble des amis de Beshwar Hassan sur Facebook, mais seulement ceux qui sont pris dans cette activité de production mémorielle en ligne. Facebook rend ce travail visible auprès des réseaux d’amis de ceux qui le réalise. De fait sur Facebook, le travail de mémoire du passage de Beshwar Hassan par le camp de Grande-Synthe, et sa capacité à l’habiter en musique se constitue en réseau. La valeur de son passage par le camp, y est attestée par les posts de ses amis qui partagent leurs souvenirs avec lui et leur propre réseau social.

Nostalgie stratégique

37Sur le camp, Beshwar Hassan a utilisé les possibilités techniques de « remontage » de Facebook pour réaffirmer à plusieurs reprises son leadership et l’ancrer dans l’histoire du camp. Dans ce processus, il s’est appuyé sur les possibilités techniques de Facebook en repartageant une photo le montrant en train de jouer autour d’un feu sur le campement du Basroch. Il signale dans son post que cette photo avait été postée initialement sur le mur d’un de ses amis, un travailleur humanitaire, et sur le mur de sa mère Roonak. Le post, d’emblée chargé de la circulation de l’image de murs en murs, est l’occasion pour Beshwar Hassan, de mettre en scène la solidarité qui régnait sur ce campement, malgré les conditions de vie effroyables. Lors de la publication de ce post Beshwar Hassan vit sur le camp de la Linière qui vient de changer de gestionnaire. Les dynamiques d’encampement et de contrôle se renforcent et Beshwar Hassan, qui reste l’un des leaders et des personnages influents du camp, proteste contre ces nouvelles règles. Il va jusqu’à menacer de mobiliser les exilé.e.s présent.e.s sur le camp pour le quitter et recréer un campement. À cette époque, dans les amis de Beshwar Hassan figurent des personnels de la ville de Grande-Synthe, des travailleurs humanitaires ou des bénévoles de différentes organisations en plus, bien sûr, d’autres exilé.e.s vivant sur le camp. Ce post, pris dans les enjeux de pouvoir qui structurent la vie sur le camp, peut être interprété comme une tentative de production d’une forme de nostalgie stratégique articulée à la menace du projet de l’abandon de la Linière par les exilé.e.s. Cette dimension est invisible au chercheur hors de l’engagement ethnographique sur le camp et illustre l’une des limites possibles d’une ethnographie en ligne qui ne peut saisir la pluralité des modes d’adresses indépendamment des contextes et évènements vécus hors ligne.

Des publics de l’exil et de ses épreuves

38L’interface de Facebook privilégie « le fil » de discussion dont l’affichage est central et constitue la fonction principale de la plateforme. Le fil organise, grâce à un algorithme, les publications visibles par les usagers. Les posts de Beshwar apparaissent donc sur le fil de ses « amis » en fonction de l’algorithme de Facebook qui priorise les posts affichés. La construction du « soi en ligne » s’opère, eu égard à la configuration du réseau de sociabilité électronique au sein duquel elle prend forme, (DENOUËL, 2011) et elle est médiée par l’interface technique de la plateforme. Cette interface technique renforce la visibilité des posts de Beswar Hassan auprès de certains de ces amis qui seront plus à même de pouvoir commenter et interagir par exemple.

  • 9 Il y a plusieurs langues kurdes, la plupart du temps c’est le kurde sorani que les amis de Beshwar

39Son profil agrège deux catégories principales « d’amis », des amis kurdes appartenant à la diaspora, vivant principalement en Angleterre, dont des membres de sa famille, et des militants et des militantes d’associations humanitaires ou d’organisations en lien avec la cause des réfugié.e.s vivant en Europe et en Amérique du Nord. Il publie principalement en anglais et certains post sont bilingues, en kurde et en anglais. Ses amis interagissent principalement en anglais, mais parfois également en kurde9 ou en arabe. Son compte Facebook est donc un espace de publication et d’écriture de soi pris dans un cadre particulier, celui de son exil et de son engagement dans les activités de support aux exilé.e.s tant pendant son passage sur les camps de Grande-Synthe qu’après son passage en Angleterre. Il utilise Facebook comme l’un des lieux de constitution de son personnage public : celui d’un exilé kurde, musicien et engagé. Un espace partiellement maîtrisé, nous le verrons dans la dernière partie, et cohérent, qui s’organise autour de ses activités musicales, souvent mêlées à ses activités militantes.

Des liaisons numériques :

40Les travaux portant sur les parcours d’exil forcés en Europe montrent que l’une des violences propres à ces parcours est celle de la production des exilé.e.s en indésirables (AGIER, Gérer les indésirables, du camp de réfugiés au gouvernement humanitaire 2008). Ce processus s’appuie sur des pratiques de séparation, séparation de ses biens, mais aussi de ses amis, de sa famille à l’occasion de la multitude des procédures de tris et de gestion des personnes exilé.e.s, séparation d’avec le reste de la société via des mises à l’écart spatiales et sociales. Beshwar Hassan a enduré des séparations multiples dans son parcours. Séparation d’avec les paysages du Kurdistan, d’avec son père et ses amis, de ses activités sociales d’abord, puis en arrivant en Europe, il a vécu une série de violences : vol de ses affaires personnelles, bris de son instrument de musique par des policiers grecs, séparation d’avec sa mère. Enfin, l’autre coupure importante est celle de la difficulté à communiquer à défaut de pouvoir le faire dans sa langue. Beshwar Hassan parlait un peu anglais en arrivant en Europe, mais le changement de statut entre l’étudiant lettré et musicien à celui d’exilé, indésirable, voyageant de camps en espaces de transit, devant s’exprimer dans une langue encore mal maîtrisée renforce la mise à l’écart. Bien sur les camps et les centres sont aussi des espaces de haute sociabilité, mais des sociabilités particulières, marquées à la fois par une éthique de la vie en transit (DJIGO 2016), le caractère éphémère des présences et la compétition pour le passage. Dans ce contexte, le compte Facebook devient un espace tiers, articulé aux épreuves du passage, mais ouvrant un potentiel de maintien des liens à distance et de résistance face aux séparations multiples. (DIMINESCU 2010).

41La famille est passée en Angleterre en deux temps, trois des frères de Beshwar et sa mère sont passés en Juin 2016 et il est passé lui, avec le dernier frère, en Septembre. Durant l’été, il a donc été séparé de ses frères et de sa mère. Durant cette période, Facebook a été utilisé avec d’autres moyens de communication à distance, comme une manière pour les frères de maintenir des formes de présence à distance propres aux migrants connectés (DIMINESCU 2010). Ces formes de présence à distance ne remplacent pas la présence physique, bien sûr, et l’aspect relationnel et semi public de Facebook n’est pas propice au déploiement d’une intimité familiale propre à la coprésence. Durant cette période, c’est plutôt l’expression du manque qui a pris le pas dans les publications consacrées à la famille. La musique a particulièrement été utilisée par les frères pour s’adresser des moments de jeu au saz enregistrés sur le vif avec une éditorialisation sous la forme de l’adresse « For you my brother ». Le plus jeune des frères, Mohammed a utilisé Facebook pour affirmer son admiration pour son frère Beshwar. Il a ainsi partagé son désir de s’entraîner et en jouant du saz à « devenir comme lui ». La relation des deux frères est dramatisée par la distance et l’incertitude qui continue à peser sur le passage de Beshwar Hassan et ce drame familial est rendu semi-public sur Facebook. Ces échanges musicaux semi-public témoignent du rôle de la musique dans la fratrie et la mettent en scène. La valeur de la liaison ainsi maintenue, mais également l’intensité de l’épreuve de la séparation est attestée en quelque sorte par sa mise en scène publique, et la prise à témoin des amis de la fratrie.

42Enfin, Facebook est un lieu de tissage et d’entrelacement des réseaux de Beshwar Hassan. L’usage de l’anglais ou du sorani, mais aussi de l’arabe, y compris en utilisant les changements d’alphabet, lui permet d’articuler plusieurs réseaux et formes de sociabilités en ligne et lui donne la possibilité d’y maintenir des liens dans différentes langues. Facebook anticipe ces communications plurilingues et propose une fonction « traduction automatique ». Celle-ci n’est pas fiable et ne fonctionne pas pour le sorani. Cela maintient pour les différents locuteurs une forme d’opacité possible dans la communication, tout en rendant visible aux différentes relations de Beshwar Hassan l’existence des autres. À la distinction classiquement faite entre liens forts et liens faibles, ainsi qu’entre différentes catégories d’amis, « intéressants », « utiles » ou « vrais » (D. CARDON 2011), se tissent d’autres distinctions liées aux lieux traversés et aux réseaux tissés au cours du voyage, maintenus en ligne et réagencés en fonction des langues parlées.

Une communauté de support et d’engagement

43Nombre des « amis » de Beshwar Hassan sont impliqués dans des activités de support et d’aide aux réfugiés et sont relativement dispersés géographiquement. Il poste beaucoup en anglais et tente, en maîtrisant son compte Facebook, de constituer un public « en sympathie » (RICOEUR, Soi-même comme un autre 1990) de son exil. Un public par ailleurs capable de se mobiliser lors des différentes épreuves - l’encampement, le passage, l’installation, la demande d’asile- qu’il affronte au cours de son parcours. Ce support se manifeste d’abord dans les encouragements manifestés en ligne, et dans les propositions d’accueil une fois en Angleterre. Ces modalités différentes d’engagement dans des activités de support dans l’épreuve de l’exil se manifestent sur Facebook, et rendent visibles l’entrelacement des liens forts et des liens faibles qui s’y entretiennent via les interactions sur la plateforme. Ces activités de support se rendent visibles via les post publics y compris quand ceux-ci appellent à concrétiser l’action d’aide via un contact en message privé sur messenger. Ces activités peuvent aller de l’encouragement, du témoignage d’une admiration, à la proposition de dons matériels ou d’accueil, de proposition de concerts, tant lors de la présence de Beshwar Hassan sur le camp qu’une fois la famille passée en Angleterre. Dans ce processus, la dynamique de constitution de la communauté éthique qui se construit via le souvenir des épreuves endurées et des solidarités tissées en musique joue un rôle important, l’analyse de cette dynamique doit faire place aux médiations socio techniques qui rendent possible et travaillent cette communauté éthique.

Jeu de rôles

44Facebook est un espace d’auto-publication dont le régime principal est celui de l’interaction. Sur Facebook, Beshwar Hassan s’est construit un personnage public lié à son exil et son activité sur le camp de Grande-Synthe. Il y est l’exilé, réfugié musicien, engagé pour la cause kurde et celle des réfugiés bloqués à la frontière. Il n’est pas surprenant dans ce contexte qu’il doive lutter pour maintenir son autorité et celle de sa parole, y compris dans l’espace partiellement maîtrisé de son mur. Sur Facebook, comme dans d’autres types de situation de communication, la question de l’assignation à occuper la place de « l’exilé dépendant » des réseaux d’aide se rejoue. Beshwar Hassan ne cesse de remercier les membres de son réseau qui se sont mobilisés pour lui ou qui interviennent pour la cause des exilé.e.s en général.

  • 10 Cette résistance et agacement face à la correction de la langue comme forme de contrôle de l’expres (...)

45Il a donc dû lutter contre des interventions « paternalistes » sur son mur. Il arrive par exemple que des membres de son réseau, lui disent « I am proud of you ». Il a plusieurs fois signalé comme telles certains commentaires par des remarques explicites comme « don’t patronize me », par exemple. Il résiste également aux remarques sur son anglais10. Cette possibilité de réponse à distance, et la visibilité de la réponse pour les membres de son réseau fait du Facebook de Beshwar Hassan à la fois le lieu de la performance de rapports de pouvoir propres aux relations entre exilé.e.s et leurs soutiens et un espace de révélation et de contestations de ces rapports de pouvoir.

46Les interactions les plus fréquentes entre Beshwar Hassan et ses amis varient en fonction du degré d’interconnaissance, mais un registre est partagé, celui de l’affichage d’une admiration mutuelle. Aux commentaires d’admiration pour le courage et le talent de Beshwar qui accompagnent souvent les publications de photos ou de vidéos musicales, Beshwar Hassan répond quasi systématiquement en exprimant la chance, voire l’honneur en fonction des interlocuteurs, qu’il a de connaître les membres de son réseau. Une dynamique de la reconnaissance à plusieurs niveaux, qui permet d’entretenir le réseau social et le doter de valeur est particulièrement visible et forte s’est installée et régit une part des interactions en ligne. Cette dynamique de reconnaissance se déploie dans deux directions, les remerciements pour les dons et services rendus (un instrument, une invitation à jouer lors d’un concert) qui soutiennent l’activité musicale de Beshwar Hassan, et celle de la valeur des relations humaines tissées lors du voyage. Cette dynamique de la reconnaissance est à la fois l’une des dynamiques centrales dans le fonctionnement des réseaux sociaux numériques en général (D. CARDON 2011), mais elle est faite aussi partie des obligations morales des personnes exilé.e.s et de leurs relations aux « aidants ». Beshwar Hassan s’y inscrit en partie, en prenant soin de garder sa capacité à donner, rendre et s’inscrire dans les relations de reconnaissances sans les subir entièrement, mais sans quitter son rôle, pour l’instant. Ce rôle est important pour lui, il lui permet de garder l’estime de soi et le réseau construit dans la résistance aux épreuves de l’encampement et de la traversée de l’Europe, attestés par son réseau social, au moment où il reprend des études, commence à travailler et où il a à vivre comme un « immigré comme les autres » au Royaume-Uni.

Conclusion

  • 11 Les travaux de Coralie Le Caroff (LE CAROFF 2015) sur le genre et la prise de parole politique sur (...)

47La famille Hassan, n’est certes pas un cas « ordinaire », mais suivre la manière dont leur rapport à la musique et à l’exil a été médié à travers leurs usages et les usages de leurs « ami.e.s » sur Facebook permet de faire place à la singularité des expériences d’exil dans un contexte de représentation des « migrants » ou « réfugiés » massifiant. Dans le même temps, cela permet de rendre compte d’usages peu visibles voire peu considérés des réseaux sociaux numériques. Ces usages mettent en crise les études qui généralisent, depuis les usages majoritaires, les possibilités ouvertes par un dispositif socio-technique comme Facebook, ou les abstraient dans un cadre conceptuel surplombant11. Les effets de ces deux formes de généralisation ont été bien décrits par la sociologue féministe Dorothy Smith, ou par l’anthropologue Lila Abu-Lughod entre autres. Pour Dorothy Smith « l’organisation complexe des activités d’individus bien réels, qui ont des relations non moins réelles, se trouve intégrée discursivement au travers de concepts tels que celui d’organisation formelle, de classe et de modernisation. Un domaine discursif, composé d’objets théoriquement constitués, est ainsi créé et affranchi de son ancrage dans les travaux et les jours des individus réels. L’investigation sociologique peut alors se repaître dans des champs d’entités conceptuelles » (SMITH 1987). Cette tendance est aussi analysée, mais différemment, par Lila Abu Lughod comme une forme de prise de pouvoir par l’écriture, celle-ci défend une ethnographie du particulier qui permette de dépasser les effets de l’altérisation produite par les descriptions généralisantes des « cultures » des autres. (ABU LUGHOD 1991).

48Cette ethnographie du particulier permet de déployer l’enquête à partir de la situation des sujets, des épreuves traversées, et des dispositifs de gouvernementalité, en prenant en compte leur dimension sociotechnique, dans lesquels se jouent leurs possibilités de subjectivation et d’intersubjectivation. Dans le cadre des études sur la question migratoire ce souci rencontre les préoccupations et situations que vivent les personnes en exil, comme l’exprime très bien Siamak, « ma problématique est pourquoi un exilé perd sa propre subjectivité ? Comment il se trouve présenté dans la société ? […] Cette réputation du réfugié sur laquelle il n’a aucune maîtrise ou contrôle est déjà présente avant même son arrivée. En entrant dans ce nouveau pays, l’exilé perd sa singularité et prend cette étiquette qui va désormais définir toute son existence dans ce pays où il vit pour le reste de sa vie. Ainsi cette généralisation qu’il fuit le caractérise d’un côté comme un pauvre, et de l’autre, comme « une espèce non éduquée » car il ne peut pas parler la langue du pays, et même s’il la parle, des incompréhensions demeurent. Dans cette situation, l’exilé doit choisir soit de s’exposer, s’exprimer, soit au contraire de rester caché et de ne pas s’insérer dans la société. Dans les deux cas il risque d’être mal re/présenté et perdre ainsi sa subjectivité ». (SIAMAK et LAKRAA 2018, 61)

  • 12 Toutefois, et bien que la notion d’adresse invite en pratique à y renoncer, Olivier Voirol conserve (...)

49Elle nous invite de fait à abandonner une théorisation autoréférentielle du sujet pour prendre en compte la dimension relationnelle des processus d’individuation. Comme nous y invite par exemple Olivier Voirol (VOIROL 2011), nous pouvons alors considérer la communication en ligne depuis une pensée de l’adresse, qui prenne en charge, de manière critique, le rôle des médiations sociotechniques dans les processus d’intersubjectivation. Cette adresse est définie par Olivier Voirol comme « à la fois ce qui permet d’agir et ce qui oriente une action, elle est à la fois un principe d’action qui rend possible et un principe de limitation qui enferme le possible ; l’adresse est ce qui fait qu’un sujet entre dans une relation pratique avec un objet technique qui le conduit à agir et à interagir et en même temps ce qui l’empêche de mener d’autres actions ; ce qui autorise et ce qui interdit ».12 (VOIROL 2011, 149)

50Depuis cette perspective, il est possible de comprendre la manière dont les outils de communication contemporains ouvrent des possibles expressifs, obligent à reconsidérer l’expérience de l’encampement et les temporalités de l’exil, sans pour autant relativiser les relations de pouvoir qui maillent le monde de l’exil et la manière dont elles se rejouent et se déplacent en ligne, y compris en se tramant avec les médiations sociotechniques, pour des sujets particuliers.

Top of page

Bibliography

Enfin, ce travail nous invite de fait à considérer les réseaux sociaux numériques non comme des mondes clos, mais comme des espaces dont le potentiel capacitant (CASILLI 2010) peut être évalué à l’aune de la pluralité relative des espaces d’expression accessibles aux usagers et du type d’épreuves, constitutives de leurs expériences du monde, qu’ils ont à affronter par ailleurs.

ABU LUGHOD, L. (1991). Writing Against Culture. Dans R. Fox, & S. o. Press (Éd.), Recapturing Anthropology : Working in the Present (pp. 137-162). Santa Fe : La Découverte.

AGBOBLI, C., KANE, O., & (dir.), G. H. (2013). Identités diasporiques et communication. Québec : Presse de l’Université du Québec.

AGIER, M. (2008). Gérer les indésirables, du camp de réfugiés au gouvernement humanitaire. Paris : Flammarion.

AGIER, M. (2011). Je me suis réfugié là. Le sujet dans la cité, 2(1), 90-99.

AGIER, M. (2014). Un monde de camps. Paris : La Découverte.

AGIER, M. (2016). Les Migrants et nous. Comprendre Babel. CNRS.

AKRICH, M. (1994). Comment sortir de la dichotomie technique/ société. Dans B. Latour, & P. Lemonnier, De la préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques. Paris : La Découverte.

AL ZAHRE, N. (2016, Juillet-Aout). Tout nu, la tête haute. Esprit, 7, pp. 112-115.

ALLARD, L., & VANDERBERGUE, F. (2003). Express yourself ! Les pages perso. Entre légitimation technopolitique de l’individualisme expressif et authenticité réflexive peer to peer. Réseaux, 117(1), 1991-219.

BASTARD, I., CARDON, D., CHARBEY, R., PRIEUR, C., & COINTET, J.-P. (2017). Facebook, pour quoi faire ? Configurations d’activités et structures relationnelles. Sociologie, 8(1), pp. 57-82.

CARDON, . (2011). Réseaux sociaux de l’internet. Communications(88), pp. 141-148.

CARDON, D. (2011). Réseaux sociaux de l’Internet, , vol. 88, no. 1, 2011, pp. 141-148.. Communications, 88(1), pp. 141-148.

CASILLI, A. (2010). Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? Paris : Seuil.

COUTANT, A., & STENGER, T. (2010, Aout). Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques. Les Enjeux de l’Information et de la Communication, 1, pp. pp. 45-64.

DA LAGE, E. (2016). La musique, le temps, le camp. Dans S. L. Lequette, Décamper ! (pp. 143-147.). Paris : La découverte.

DE CERTEAU, M. (1980). L’invention du quotidien, Arts de faire. Paris : Gallimard.

DE NORA, T. (2000). Music in Everyday Life. Cambridge : Cambridge University Press.

DENOUËL, J. (2011). Identité. Communications, ! !(1), pp. 75-82.

DIMINESCU, D. (. (2010). Migrants connectés. T.I.C., Mobilités et migrations. Réseaux(159).

DJIGO, S. (2016). Les migrants de Calais, enquête sur la vie en transit. Marseille : Agone.

FOUCAULT, M. (1984). le souci de soi. Paris : Gallimard.

FOUCAULT, M. (2001). Dits et écrits. Tome 2 : 1976-1988. Paris : Gallimard.

GALITZINE-LOMPET, A. (2016). Habiter l’Exil. Le corps, la situation, la place. Dans S. Lequette, & L. V. Delphine, Décamper ! (pp. 116-129). Paris : La découverte.

GOODY, J. (1979). La raison graphique. Les éditions de Minuit.

GRANJON, F., & DENOUEL, J. (2011). Penser les usages sociaux des technologies numériques d’information et de communication. Dans F. Granjon, & J. Denouël, Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages (pp. 7-43). Paris : Presses des Mines.

GUENIF-SOUILAMAS, N. (2010). Le corps-frontière, traces et trajets postcoloniaux. Dans coll., & A. Mbembe (Éd.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française (pp. 217-229). Paris : La Découverte.

JEANNE-PERRIER, V. (2010, Décembre). Parler de la télévsion sur twitter. Une "réception" oblique à partir d’une "conversation médiatique" ? Communication et Langages, 166, 127-147.

JOUET, . (s.d.). Des usages de la télématique aux Internet Studies. Dans J. Denouël, & F. Granjon, Communiquer à l’ère numérique (pp. 45-90). Paris : Presses des Mines.

JOUET, J. (1997). Pratiques de communication et figures de la médiation. Dans P. Beaud, Sociologie de la communication (pp. 291-312). Paris : PUF.

KAPLAN, C. (2000). Questions of travel : Postmodern Discourses of Displacement. Durham, NC : Duke University Press.

KAUFMANN, J.-C. (2004). L’Invention de soi. Une théorie de l’identité. Paris : Armand Colin.

LAACHER, S. (2018). Croire à l’incroyable, un sociologue à la Cour nationale du droit d’asile. Paris : Gallimard.

LE CAROFF, C. (2015). Le genre et la prise de parole politique sur Facebook. Participations, 12(2), pp. 109-137.

LECLERC-OLIVE, M. (1997). Le dire de l’événement (biographique). Villeneuve d’Ascq : Presse du Septentrion.

LECLERC-OLIVE, M. (2015). Au-delà des épistémologies sédentaires. Parcours anthropologiques, 10(1), pp. 24-45.

LECLERC-OLIVE, M. (2018). Transmettre l’expérience, une priorité ? Journal des anthropologues, Hors-Série, pp. 53-57.

MARGALIT, A. (1999). La Société décente. Castelnau-le-Lez : Climats.

MARGALIT, A. (2002). Ethics of Memory. London : Harvard University Press.

NEDELCU, M. (2009). Le migrant online. Nouveaux modèles migratoires à l’ère du numérique. Paris : L’Harmattan.

PUIG, N. (2008). Entre villes et camps : musiciens palestiniens au Liban. Autrepart, 45, pp. 59-72.

REVAULT D’ALLONNES, M. (2016). Temps et politique. Paris : Presses de Sciences Po.

RICOEUR, P. (1990). Soi-même comme un autre. Paris : Seuil.

RICOEUR, P. (1994). La souffrance n’est pas la douleur. Dans J.-M. (. VonKaenel, Souffrances : corps et âmes, épreuves partagées. Paris : Autrement.

RIGONI, I. (2010). « de l’information et de la communication, migrations et nouvelles pratiques de communication. Migrations Société, 132(6), pp. 31-46.

SAGLIO-YATZIMIRSKY, M.-C. (2018). La voix de ceux qui crient. Paris : Albin Michel.

SIAMAK, & LAKRAA, H. (2018). Entre subjectivation et dé-subjectivation. La « crise de la parole » face à l’expérience de l’exilé. Journal des anthropologues, hors-série(5), 59-77.

SMITH, D. E. (1987). The Every day world as problematic : A feminist sociology. Toronto : Toronto University Press.

SOUCHIER, E. (1996, 1er trimestre). L’écrit d’écran, pratiques d’écriture & informatique. Communication et langages(107), pp. 105-119.

VOIROL, O. (2011). L’intersubjectivation technique : de l’usage à l’adresse. Pour une théorie critique de la culture numérique. Dans J. Denouel, & F. Granjon, Communiquer à l’ère numérique, retours croisés sur la sociologie des usages (pp. 127-157). Paris : Presses des Mines.

WIEDERSPIEL, B., & ABLALI, D. (2015). Quand le lien numérique maintient le fil narratif des personnes en souffrance. Communication & langages, pp. 77-98.

WOOLEY, A. (2014). Contemporary asylum narratives. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Top of page

Notes

1 https://displacedobjects.com/2017/05/23/le-saz-beshwar-hassan-emilie-da-lage/

2 capture d’écran réalisée le 05/06/2019

3 C’est le nom que j’utilise dans mes communications avec lui et celui que j’utilise dans cet article.

4 Traduction donnée par Beshwar Hassan à la phrase lors d’un échange en Juin 2019.

5 Cet évènement a été important pour Beshwar Hassan, il lui a permis de rencontrer un musicien internationalement connu, il lui a ouvert la possibilité de se produire devant 3000 personnes et de prendre la parole au nom des exilé.e.s en transit kurdes du camp de la Linière, validant publiquement son double statut de musicien et de représentant des exilé.e.s de Grande Synthe..

6 Voir également Nisrine Al Zahre (Al Zahre 2016) qui définit dans ces conditions le silence comme une résistance.

7 La faute sur le nom d’Ibrahim Maalouf a été faite par Beshwar Hassan qui ne le connaissait pas avant de partager la scène avec lui. La rencontre a été organisée par une association intervenant sur le camp. Il a pris la mesure de la notoriété d’Ibrahim Maalouf en préparant le concert, en voyant le public, et au fur et à mesure de l’étonnement et de l’admiration que cette rencontre a suscité.

8 Le fait de prêter ce pouvoir à la musique ou de définir la musique comme « un langage universel » est une caractéristique des discours commun sur la musique, relayés par des musiciens, des amateurs et cela indépendamment des travaux scientifiques, menés en anthropologie de la musique et de la communication qui prennent le contre-pied de ces affirmations.

9 Il y a plusieurs langues kurdes, la plupart du temps c’est le kurde sorani que les amis de Beshwar

10 Cette résistance et agacement face à la correction de la langue comme forme de contrôle de l’expression des personnes exilées est également exprimée par Siamak dans le dialogue qu’il mène avec Hayatte Lakraa (SIAMAK et LAKRAA 2018)

11 Les travaux de Coralie Le Caroff (LE CAROFF 2015) sur le genre et la prise de parole politique sur Facebook montrent également bien l’importance de prendre en compte cette dimension.

12 Toutefois, et bien que la notion d’adresse invite en pratique à y renoncer, Olivier Voirol conserve dans ses analyses une dimension théorique généralisante de laquelle nous nous écartons.

Top of page

References

Electronic reference

Émilie Da Lage, « L’exil en musique. Partager des « moments musicaux » sur Facebook, une pratique communicationnelle », Revue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 17 | 2019, Online since 01 September 2019, connection on 24 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/6648 ; DOI : 10.4000/rfsic.6648

Top of page

About the author

Émilie Da Lage

Émilie Da Lage est Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille et membre du laboratoire GERIICO. Elle est également membre du collectif Les Non Lieux de l’Exil. https://nle.hypotheses.org/. Elle travaille sur la circulation des productions musicales et depuis plusieurs années à Grande-Synthe et Calais sur la place de la musique dans les espaces de migration de transit. Elle coordonne le projet de recherche-action Radio Fréquences Monde https://attacafa.com/exposition/podcast/

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals